Navigation – Plan du site
La science-fiction en Asie de l'Est

Enjeux idéologiques et littéraires de la science-fiction en Corée du Nord depuis 1945

Benoît Berthelier

Résumé

Cet article retrace l’histoire de la science‐fiction en Corée du Nord depuis 1945 jusqu’à nos jours. L’évolution de l’écriture science‐fictionnelle nord‐coréenne est indissociable des transformations socio‐politiques du pays et des différentes mises en récit dont la science fut l’objet dans le discours idéologique officiel. Cependant, considérer les textes de science‐fiction comme de simples instruments de propagande ne permet pas de rendre compte des manières diverses et complexes dont ils procèdent pour tenter de concilier le monologisme du politique avec l’altérité constitutive du genre.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Corée du Nord

Index chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Corée fut une colonie japonaise de 1910 à 1945. À la fin de la seconde guerre mondiale, elle est (...)
  • 2 La période durant laquelle le réalisme socialiste fut strictement appliqué en URSS et dans le reste (...)

1Apparue peu après la libération du pays en 19451 sous le nom de kwahak hwansang (과학환상, littéralement « illusion scientifique » ou « fantaisie scientifique »), la science-fiction dispose en Corée du Nord d’une relativement longue histoire et fait l’objet, depuis quelques années, d’un intérêt et d’une production croissante. L’existence d’une littérature de science-fiction nord-coréenne peut sembler incongrue, voire porter à sourire. Les clichés généralement associés au pays (« vestige de la Guerre Froide », « dernier régime stalinien », …) renvoient plutôt l’image d’un espace archaïque, sorte d’uchronie cocasse qui aurait laissé sa vision du futur dans un vestiaire du vingtième siècle. Le système idéologico-esthétique hérité du réalisme socialiste soviétique qui encadre la production artistique nord-coréenne semble par ailleurs difficilement compatible avec l’expérience d’altérité habituellement associée aux récits de science-fiction2 et avec l’idée même de littérature en tant que pratique autonome, selon la conception qui s’est imposée dans l’Occident contemporain.

  • 3 J’adopte ici une perspective « autonymique » de la science-fiction, considérant comme relevant du g (...)
  • 4 Sur les limites de telles approches, cf. Maingueneau, 2007.
  • 5 Comme le rappelle la Théorie de la Littérature Juch’e de Kim Jŏng-il, en Corée du Nord « la littéra (...)

2Je ne chercherai cependant pas dans cet essai à disserter sur la valeur esthétique des textes considérés, ni sur la légitimité de leur inclusion dans le genre de la science-fiction.3 Je m’intéresserai plutôt à la manière dont la création de textes science-fictionnels a évolué en relation avec les champs politiques et culturels du pays. À la manière dont les différents enjeux rattachés à la science (développement postcolonial après 1945, propagande avec la conquête spatiale soviétique, …) ont influé sur les thèmes et l’organisation des récits. En m’intéressant aux enjeux idéologiques de ces textes, je n’entends pas les considérer comme des reflets déformés d’une superstructure que l’analyse viendrait révéler.4 Il n’y a en effet pas de « dévoilement idéologique » (Amossy, 2004) à effectuer puisque la littérature nord-coréenne entend au contraire rendre de manière explicite l’idéologie d’un groupe bien identifié, le Parti des travailleurs (Chosŏn rodongang 조선로동당), qui encadre sa production.5 Je tâcherai cependant de montrer que le parti-pris politique et le monologisme apparent de cette littérature n’excluent pas nécessairement les tensions et les ambiguïtés (volontaires ou involontaires), les innovations et le changement, les influences externes et l’intérêt pour l’autre.

  • 6 Bien que le Parti des Travailleurs définisse depuis les années 60 son idéologie comme « monolithiqu (...)

3Le terme d’idéologie (sasang 사상), comme le rappelle la définition donnée par le Grand dictionnaire de la langue coréenne (Sahoegwahagwon, 1992), possède en effet également en Corée du Nord un sens spécifique aux arts et aux lettres en tant qu’ « opinion ou assertion donnée en réponse à un problème soulevé. » L’œuvre de science-fiction, comme toute œuvre littéraire nord-coréenne, part du constat d’un dysfonctionnement, d’un manque ou d’un conflit au sein de la société auquel le texte entend donner une solution. Cette solution relève bien entendu du politique puisqu’elle doit se conformer à la doctrine du Parti,6 mais elle engage aussi une position individuelle de l’auteur et la place de l’institution littéraire elle-même : en développant à travers le récit une réponse à la problématique qu’il décrit, le texte montre son utilité sociale et sa légitimité.

  • 7 Juche (주체, aussi parfois retranscrit en chuch’e ou djoutché) désigne la doctrine d’autosuffisance é (...)

4En retraçant l’évolution du genre de la science-fiction de 1945 jusqu’à aujourd’hui, au croisement de l’histoire littéraire, politique et culturelle, je retracerai la manière dont la science-fiction s’est développée au sein de l’institution littéraire nord-coréenne et dégagerai les différentes problématiques auxquelles elle a tenté d’offrir une réponse. Je chercherai enfin à comprendre comment la science-fiction nord-coréenne a géré son altérité constituante – tant par ses origines étrangères que par la nécessité générique de traiter d’un monde « autre ». Comment le blockbuster hollywoodien en est venu à rencontrer le nationalisme du « petit grand pays » (Shin, 2008), comment le voyage intersidéral s’est mélangé au roman de production, ou comment des auteurs tels que Wells, Orwell ou Van Vogt ont été réinterprétés par la théorie de la littérature juche7.

Popularisation de la science et idéologie en Corée du Nord après la libération

5La libération de la Corée en août 1945 fut rapidement suivie par la mise en place de deux zones d’occupation militaire de chaque côté du 38e parallèle. Le Nord, sous contrôle soviétique, hérite des nombreuses infrastructures industrielles de la période coloniale. La zone Sud, sous contrôle américain, est plus agricole mais comprend également la ville de Séoul, le centre intellectuel et culturel du pays. Le nombre de Coréens disposant d’un diplôme universitaire dans une discipline scientifique n’atteint alors qu’à peine les 400 personnes pour une population de plus de 25 millions d’habitants. Seule une dizaine de ces diplômés résident au Nord (Kim, 2005, p. 510). Même à niveau d’études inférieur, la situation n’est guère plus favorable. Ce problème de capital humain entrave l’exploitation du parc industriel colonial et les possibilités de développement économique du pays, mettant in fine en cause la légitimité du gouvernement de Pyongyang. La production d’une population de sujets « éclairés » par la science devient ainsi l’un des objectifs majeurs des autorités nord-coréennes (Kim, 1979a) qui adoptent rapidement plusieurs mesures palliatives : recrutement actif de scientifiques au Sud, négociations avec les techniciens japonais restés sur place, mais surtout mise en place d’une ambitieuse politique éducative soutenue par un budget conséquent (Kang, 2007, p. 56-58). Outre l’ouverture de centres de formation et de cursus spécialisés dans les sciences et l’ingénierie, cette politique met également l’accent sur la diffusion à grande échelle du savoir scientifique auprès de la population active.

  • 8 Le taux d’alphabétisation aurait, selon les sources nord-coréennes de l’époque, dépassé les 90 % en (...)

6Dès 1948, les magazines de la jeune République populaire de Corée, tels Paysan (Nongmin 농민) et Travailleur (Rodongja 로동자), offrent déjà à un lectorat composé d’ouvriers et de paysans fraîchement alphabétisés8 des articles de vulgarisation. Ceux-ci sont axés sur des sujets pratiques en lien avec les principales activités productives du pays : biologie des insectes ravageurs ou météorologie pour l’agriculture, techniques de fabrication du textile ou mécanique pour l’industrie.

7Vecteur de l’idéologie officielle depuis l’instauration de l’Union des Écrivains et Artistes de Corée du Nord comme organe unique de production artistique sous la direction du département d’agit-prop du Parti, la littérature n’est pas en reste. Sans appartenir au genre de la science-fiction, plusieurs nouvelles abordent ainsi la question de la science en la rattachant aux grands récits idéologiques de la période : vision progressiste de l’Histoire, gestion de la mémoire coloniale, opposition entre socialisme et capitalisme… Reprenant l’opposition de la rhétorique soviétique entre l’ancien et le nouveau, les « romans agricoles » contrastent l’agriculture traditionnelle « superstitieuse » avec l’agriculture scientifique, mécanisée et planifiée (RG-242, 1949a). Les « romans de production », quant à eux, lient la question scientifique à celle de la colonisation. Privés d’éducation pendant la période coloniale, les protagonistes ouvriers doivent désormais étudier la science pour réparer les usines sabotées par les Japonais avant leur départ (RG-242, 1949b). L’apprentissage de la science devient partie intégrante des identités nationales et sociales que ces textes cherchent à construire et promouvoir.

  • 9 Un troisième magazine visant un public de jeunes lecteurs, Science des jeunes (Sonyŏn’gwahak, 소년과학) (...)
  • 10 La bibliothèque du Monde de la science (Kwahaksegyemungo 과학세계문고) comportant une vingtaine d’ouvrage (...)

8L’apparition dans le paysage médiatique, en 1949, de deux magazines grand public entièrement consacrés aux questions scientifiques9 marque une nouvelle étape de ce projet de popularisation de la science. Au premier abord, ces deux revues – Le Monde de la Science (Kwahaksegye 과학세계) et Sciences Naturelles (Chayŏn’gwahak 자연과학), chacune étant en outre associée à une collection de traduction d’ouvrages soviétiques de vulgarisation10 – conservent une vision largement utilitariste de la science. Pour les éditeurs du Monde de la Science, les enjeux de la popularisation scientifique sont clairement liés aux succès de l’économie planifiée (RG-242, 1950a, p. 4). De même, les éditeurs de Sciences Naturelles soulignent la vision économique et politique qui sous-tend leur entreprise et reprennent la thématique de la science comme moyen de surmonter le passé colonial :

Par le passé, quand les bandits impérialistes japonais occupaient notre patrie, ces salauds ont caché au peuple coréen les brillants développements de la science du xxe siècle et les ont, à la place, forcés à croire à des mythes absurdes et des histoires de diables sans queue ni tête. (...)

Aujourd’hui, c’est tout le peuple coréen qui doit comme un seul homme s’efforcer d’apprendre la science et d’élever d’un cran ses connaissances scientifiques. De plus notre patrie exige pressement d’étudier plus en profondeur et de diffuser largement les sciences naturelles qui sont à la base du développement d’une culture scientifique.

Ceci parce que le développement de la science est la principale force susceptible d’amener de précieux résultats créatifs pouvant contribuer au patrimoine culturel commun de toute l’humanité et de réaliser la reprise de l’économie populaire qui est le soubassement d’un pays absolument indépendant, le bien-être de notre nation, et le riche développement démocratique de notre république. (RG-242, 1949d, p. 4)

9Si ces déclarations ne s’éloignent guère du discours existant sur les enjeux de la science, la mention finale du « patrimoine culturel commun de toute l’humanité » fait néanmoins sortir la science du domaine économique et local pour l’inscrire dans une logique universaliste (dont la fierté nationale n’est certes pas absente). Ce changement de perspective est significatif, puisqu’il témoigne d’une volonté de traiter également de problèmes de science fondamentale sans lien direct avec les activités productives du pays. Les deux magazines, et les collections de livres qui les accompagnent, se distinguent en effet par la variété et la nouveauté des sujets abordés : astronomie, paléontologie, génétique… Alors que l’imaginaire scientifique était jusqu’alors resté confiné aux sites de productions (usines, fermes) les deux revues offrent, avec leurs nombreuses illustrations et leurs portraits héroïques de scientifiques célèbres, une nouvelle image de la science. Un article du Monde de la Science sur le système solaire (RG-242, 1950b) et le livre Y a-t-il de la vie sur les autres planètes ? s’avancent même à discuter de la vie extra-terrestre et montrent que la science n’est pas étrangère à la spéculation (RG-242, 1949e). Comme le remarque Dafna Zur (Zur, 2014), l’apparition de ces thèmes s’inscrit dans la diffusion par l’Union Soviétique d’images et de textes scientifiques au sein des pays socialistes. Renforçant l’hégémonie culturelle de l’URSS, ces représentations contribuaient à créer l’image d’une science « socialiste », altruiste et internationale, opposée à la science capitaliste centrée sur le profit individuel. En même temps, les images (système solaire et voyage spatial, dinosaures, volcans…) et l’information que ces revues diffusent permettent aux lecteurs d’acquérir la « compétence encyclopédique » (Eco, 1985) nécessaire pour aborder de futurs récits de science-fiction traitants de ces sujets.

Biographies scientifiques et première traduction de science-fiction : le magazine Kwahaksegye

Ill. 1

Ill. 1

Couvertures du magazine Kwahaksegye

Reproduit avec la permission de l’U.S. National Archives and Records Administration

10Alors que le magazine Sciences Naturelles adopte une ligne éditoriale pointue avec des articles rédigés par des universitaires, Le Monde de la Science apparait beaucoup plus abordable : plus d’illustrations et moins de sinogrammes, articles courts, rubriques divertissantes, puzzles et interaction avec le lectorat. Le courrier des lecteurs (tokjaran 독자란) permet aux amateurs de poser des questions, de publier leurs propres investigations scientifiques mais aussi de mettre en récit, dans des formes biographiques courtes, leur expérience personnelle de la science. La structure narrative de ces textes reflète directement les représentations officielles liant la science au destin de la nation postcoloniale : un lecteur compare ainsi sa situation actuelle avec son enfance sous la période coloniale, lorsque le système impérial l’empêcha d’étudier la science et lui inculqua à la place « une éducation d’esclave » basée sur les mythes de la religion shinto (RG-242, 1950a, p. 88).

11Si les premiers numéros du magazine n’incluent pas de fiction littéraire à proprement parler, l’on y trouve cependant des récits non-fictionnels qui préfigurent déjà certains des aspects que la science-fiction nord-coréenne abordera par la suite. Comme aux débuts de la littérature coréenne moderne à la fin du 19e siècle (Kim, 2000), c’est le discours narratif journalistique qui s’avère précurseur de certaines des structures des récits de fiction littéraire. L’une des catégories exemplaires à cet égard est celle des biographies de scientifiques célèbres. Malgré la surreprésentation de scientifiques soviétiques et l’absence d’américains, l’éventail des personnalités traitées par les biographes inclut également des européens : on retrouve par exemple Galilée et Marie Curie aux côtés de Mendeleïev ou Metchnikov. Il est significatif que dans aucun des numéros disponibles à ce jour n’apparaisse une biographie de scientifique coréen (ou asiatique). La réhabilitation de l’héritage scientifique national et la valorisation du « savoir des ancêtres » semble n’apparaître que plus tardivement dans le discours nord-coréen. Pour l’heure, la science est un capital à importer. Elle est internationale, c’est-à-dire étrangère et avant tout soviétique.

12Les récits biographiques mettent par ailleurs presque tous en scène une force antagoniste entravant les efforts du héros scientifique. Ce sont par exemple dans le cas de Fyodor Blinov – présenté comme l’inventeur du tracteur – les marchands et fonctionnaires de la Russie impériale se moquant de son invention, incapables de concevoir qu’un Russe puisse inventer une technologie supérieure à celle des pays étrangers (RG-242, 1949f, p. 32-33). Pour Marie Curie ce sont les impérialismes russes, allemands et autrichiens et leur « colonisation » de la Pologne qui gênent son accès à l’enseignement supérieur et brident sa vocation. La structure antagoniste se déplace par la suite sur la découverte de la radioactivité elle-même, lorsque le récit oppose l’utilisation civile et pacifique qu’en fait l’URSS à celle, militaire et agressive qu’en font les États-Unis (RG-242, 1950c, p. 77). Dans la biographie de Mendeleïev ce sont cette fois les tsaristes qui jouent le rôle de l’ennemi, les réactionnaires dans celle de Metchnikov, l’église dans celle de Galilée… Ces oppositions créent ainsi d’une part un ensemble d’antagonistes stéréotypés (capitalistes, impérialistes, marchands, conservateurs, réactionnaires…) et associent d’autre part les scientifiques au camp du progrès et de l’altruisme (ergo du socialisme). On constate donc une forme de « mise en récit » de la science selon une configuration qui n’est pas sans rappeler la structure actancielle du grand récit socialiste (Greimas, 1966).

13Une autre caractéristique importante de ces récits est l’importance accordée à l’origine sociale et familiale des scientifiques ainsi qu’à leur vocation précoce. La mention des origines sociales s’inscrit le plus souvent dans le même cadre narratif que celui des antagonismes analysés plus haut : la famille de Marie Curie devient pauvre à cause de l’oppression impérialiste s’exerçant sur la Pologne, les origines serviles de Metchnikov sont de même à l’origine de son conflit avec les marchands… Toutefois les descriptions du cadre familial ajoutent encore une autre dimension : même pauvres, les parents des grands scientifiques sont toujours décrits comme soutenant ou induisant la vocation de leurs enfants : le père de Galilée encourage les études de son fils, celui de Marie Curie est un professeur très soucieux de la scolarité de sa progéniture, la mère de Mendeleïev fait montre d’une passion infatigable pour l’éducation… Le message a une double portée. Pour le lectorat des jeunes écoliers, il s’agit de souligner l’importance de s’intéresser dès le plus jeune âge aux questions scientifiques. Pour le lectorat parental, ces exempla montrent que la réussite des enfants passe avant tout par leur propre capacité à s’instruire et à étudier l’actualité scientifique.

14Outre ces biographies, le magazine publie en juillet 1950 la première instance de science-fiction en Corée du Nord : une traduction de la nouvelle Vol planétaire de Vladimir Obruchev (RG-242, 1950d). La science-fiction n’était certes pas entièrement méconnue du public coréen lettré. Comme le rappelle Takayuki Tatsumi, le genre avait déjà dès l’ère Meiji (1868-1912) pénétré le monde littéraire de l’Empire Japonais (Tatsumi, 2005, p. 327) et l’on trouve en Corée une traduction des Cinq Cents Millions de la Bégum de Jules Vernes sous le titre Le Monde d’Acier (Ch’ŏlsegye) lors de la période du protectorat (1905-1910). La parution de cette traduction s’inscrivait alors dans le cadre explicitement didactique du mouvement des « Lumières » (kyemong) mené par des intellectuels nationalistes, mais ne fit pas d’émules et s’attira les foudres de la censure. Il faudra ensuite attendre les années vingt pour que paraissent deux nouvelles traductions (ou plutôt « retraductions », puisque basées sur les éditions japonaises) : l’une de La Machine à explorer le temps de H.G. Wells et l’autre de R.U.R. de Karel Čapek. Mais si ces textes lancent des débats sur l’avenir du travailleur et le rôle socio-politique de la science au sein du mouvement prolétarien (Kim 2011, Han, 2012), ils ne suscitent ni débats ni imitations dans la sphère littéraire.

15Le choix du texte d’Obruchev n’est bien sûr pas anodin. D’une part, l’encyclopédie que la nouvelle suppose correspond parfaitement aux sujets traités par le magazine durant sa première année d’existence (dinosaures, planètes du système solaire). D’autre part, le texte participe de la même intention didactique qui anime les éditeurs du magazine, héritiers à bien des égards des intellectuels du mouvement des « Lumières » (kyemong 계몽) du début du siècle. Comme nombre de textes « des premiers temps de la science-fiction » (Saint-Gelais, 1999, p. 142) la prose de l’auteur n’est pas avare de descriptions et d’explications détaillées sur les phénomènes scientifiques que rencontrent les protagonistes. Géologue et paléontologue de formation, Obruchev s’est efforcé de maintenir un standard de rigueur scientifique tout au long de son œuvre fictionnelle (Frank, 2010). Vol planétaire met en scène l’auteur et l’une de ses connaissances, un aviateur-explorateur chevronné dont la dernière mission fut de piloter un vaisseau spatial vers Vénus et Mars en compagnie d’astronomes, de géologues, de botanistes.... Le pilote raconte ainsi son expédition sur ces deux planètes peuplées d’animaux et de végétaux préhistoriques, en prenant soin de décrire iguanodons, brontosaures et autres fougères jurassiques et en relatant les observations de ses compagnons scientifiques.

  • 11 La nouvelle originale fut publiée en janvier 1950 dans le magazine Vokrug sveta. Il est cependant p (...)

16La traduction de Vol planétaire montre par ailleurs que les considérations d’ordre artistique restent secondaires par rapport à la véracité des informations scientifiques fournies. La version originale du texte, publiée en janvier 1950, mais sans doute rédigée plusieurs décennies auparavant11 relate l’exploration non pas de deux mais de de trois planètes : Mercure, Vénus et Mars. La traduction publiée dans le Monde de la Science élimine la première partie du récit se tenant sur Mercure et procède à plusieurs altérations pour masquer cette suppression et homogénéiser le récit. Il faut, pour comprendre le sens de cette « retouche », se référer aux publications du Monde de la Science sur la vie extra-terrestre qui paraissent au même moment. Toutes décrivent Mercure comme inhabitable et dépourvue d’atmosphère, contrairement à la nouvelle d’Obruchev dans laquelle la planète contient des formes de vie primitives. C’est donc par souci de conserver l’exactitude scientifique du récit que les éditeurs du magazine ont procédé à cette réécriture. Ce choix est révélateur d’une certaine vision de ce que doit être la science-fiction : le souci utilitariste d’exactitude et de vérité prime sur celui du respect de l’autorité de l’écrivain ou du monde instauré par l’œuvre. « L’encyclopédie du monde fictionnel est entièrement conditionnée par le registre des possibles de l’encyclopédie du monde courant.

L’essor de la science-fiction comme genre de la littérature d’enfance

17Le manque de documentation et d’information sur la première moitié des années 50 ne permet pas de conclure définitivement à l’absence d’autres traductions, mais il semble bien que la guerre de Corée (1950-1953) ait momentanément mis à l’arrêt la progression du genre en Corée du Nord. L’importation de littérature soviétique reprend cependant dans la deuxième moitié de la décennie avec des traductions de nouvelles et de romans, tels les deux volets de la série Kallisto de Martynov, concomitamment à la production des premières œuvres de science-fiction locales publiées dans le magazine Littérature pour Enfants (Adong Munhak 아동문학) (Hwang, 1993, p. 108, 122, 125). Le fait que la science-fiction se développe d’abord comme un genre de la littérature de jeunesse, ne signifie pas nécessairement que celle-ci ait été esthétiquement déconsidérée par le monde littéraire. La littérature pour enfants n’est en effet, dans une tradition littéraire socialiste valorisant le didactisme et l’« hétérotélisme », pas séparée par le même fossé symbolique que l’on peut constater sur les champs littéraires occidentaux. Ceci est particulièrement vrai en Corée où des écrivains des plus célèbres, tel le poète Paek Sŏk, ont été de grands défenseurs et producteurs de littérature pour enfants depuis la période coloniale. Mais le fait que la production science-fictionnelle reste pendant près de quatre décennies confinée à ce domaine, sans s’étendre à la littérature pour adultes révèle néanmoins une méfiance des écrivains (ou de leurs censeurs) envers celle-ci. On constate un phénomène semblable en URSS où, des débuts du réalisme socialiste jusqu’aux politiques de libéralisation culturelles de Khrouchtchev (qui restèrent sans écho en Corée du Nord), le genre fait l’objet d’une « juvénilisation » visant à « stériliser » (Suvin, 1979, p. 264) son potentiel subversif.

  • 12 Voir par exemple la partie sur la formation de techniciens qualifiés dans les œuvres complètes de K (...)
  • 13 La question est ainsi soulevée lors du cinquième congrès régulier du comité central de l’Union des (...)

18Le discours sur la science tenu dans la seconde moitié des années quarante mettait déjà l’accent sur la nécessité de sensibiliser les jeunes aux questions scientifiques. Les biographies exemplaires publiées dans le Monde de la Science soulignaient ainsi l’importance des vocations précoces tandis que les politiques éducatives soutenaient l’instruction technique et scientifique (Kim, 1979b). Après la guerre, c’est dans le cadre de la reconstruction du pays et des plans de développement par l’industrie lourde que l’importance de la science est de nouveau mise en avant.12 La formation technique des adultes – cadres politiques, ouvriers et paysans, tâche importante avant-guerre apparaît même désormais secondaire par rapport à l’éducation scientifique des jeunes. Emboîtant le pas aux directives du parti, le monde littéraire souligne lui aussi très rapidement l’importance d’inclure des éléments susceptibles de cultiver le savoir scientifique au sein des œuvres pour enfants.13 La consolidation du genre au sein de la littérature pour enfants tient avant tout d’une vision politique qui voit dans les enfants plus que dans leurs parents, l’avenir scientifique et économique du pays. Cependant, hors des nécessités de la reconstruction et du développement, il faut également resituer cet engouement scientifique dans le contexte des débuts de l’exploration spatiale soviétique. Comme le fait remarquer le courrier des lecteurs du magazine Littérature pour Enfants, la circulation d’images des fusées et satellites soviétiques crée également une demande pour ce type de littérature :

  • 14 Bae P’ung est l’auteur de l’une des premières nouvelles de science-fiction publiées dans Littératur (...)

Respecté Bae P’ung sŏnsaengnim14, (…)

Le récit pour enfants Les visiteurs venus de la Terre publié dans le n. 3 de Littérature pour Enfants m’a ouvert l’esprit aux récits de science-fiction.

Sŏnsaegnim, j’aime beaucoup les autres œuvres comme les romans, la poésie ou les contes qui sont aussi excellents, mais ce que je préfère vraiment lire ce sont les romans de science-fiction.

Alors sŏnsaengnim, pourquoi est-ce que vous avez arrêté d’écrire des œuvres de science-fiction ?

Maintenant à chaque fois qu’on ouvre Littérature pour Enfants, on ne peut s’empêcher d’être déçu. Après qu’on a entendu que les soviétiques ont lancé dans l’espace une fusée qui se dirige vers la Lune, on s’attendait tous à ce que vous écriviez un texte de science-fiction sur la Lune.

Sŏnsaegnim, écrivez vite un roman avec une fusée qui irait visiter la Lune et les étoiles s’il vous plaît. (Anonyme, 1959, p. 72)

19Dans la nouvelle mentionnée par le jeune lecteur, Bibi et Dédé, deux scientifiques d’une planète technologiquement peu avancée, tombent nez à nez avec une fusée soviétique. D’abord effrayés, ils sympathisent rapidement avec ces nouveaux visiteurs et rêvent à tout ce que ceux-ci pourront leur apprendre. La nouvelle se termine sur l’image d’un drapeau rouge flottant au sommet de la fusée tandis que les extra-terrestres s’exclament « Vive l’Union soviétique ! ». Illustrant l’image de leadership et de supériorité technologique de l’URSS, le récit de Bae P’ung fonctionne également comme une parabole sur la relation bienveillante entre les soviétiques et les nations, telles la Corée du Nord, souffrant d’un retard technologique. Cette relation apparaît également clairement dans un texte comme Le roi des métaux rares, (Cha, 1959) qui commence par affirmer le rôle pionnier de Tsiolkovski pour l’aérospatial, ou encore dans Les jeunes explorateurs de l’espace (Kim, 1960), dans lequel des adultes soviétiques chaperonnent des jeunes Nord-coréens. Le rapport n’est cependant pas aussi asymétrique qu’il n’y parait. Alors qu’à la fin des années quarante la science était entièrement exogène, un capital étranger à importer au plus vite, les nouvelles de science-fiction qui paraissent à la fin des années cinquante laissent la part belle aux talents des héros nord-coréens. L’important n’étant plus seulement d’assimiler le savoir scientifique, mais également de le mettre en application, à l’image du « docteur futé » de Sŏk Yun-gi, jeune lycéen construisant un robot médecin pour venir en aide à l’humanité (Sŏk, 1960). La description des activités scientifiques des protagonistes est par ailleurs l’occasion pour les auteurs d’insérer des éléments de savoir concret sur la périodicité atomique, l’astronomie ou encore la biologie…

20Le fait que les héros nord-coréens parviennent à accomplir leurs propres découvertes scientifiques ne signifie pas pour autant un rapport de concurrence avec l’Union Soviétique. Les relations entre les personnages issus de chaque pays sont toujours cordiales et bienveillantes, contrastant avec l’égoïsme individualiste des personnages américains ou les manigances de traîtres réactionnaires sud-coréens. La structure des oppositions entre actants reflète l’ordre géopolitique de la Guerre froide (Zur, 2014). Cependant, si la confrontation est le plus souvent directe, comme avec le capitaine américain pourchassant et tirant sur de jeunes explorateurs nord-coréens dans La terre sortie de la mer (Kim, 1964-1965), elle peut également prendre des formes de complot, comme avec l’ennemi invisible du Roi des métaux rares, un réactionnaire sud-coréen dont les méfaits ne sont révélés qu’à la fin du roman par les supputations des héros. Ce type d’organisation du récit, se rapprochant presque du roman policier ou d’espionnage, est alors totalement nouveau en Corée du Nord.

Ill. 2

Ill. 2

Le « docteur futé », un jeune nord-coréen, construit un robot médecin. Adong Munhak, n° 5, 1960.

Tous droits réservés

La science-fiction à l’âge de la littérature Juche

  • 15 Pour un aperçu plus détaillé de ce processus, cf. Sin et O, 2000, p. 261-339.
  • 16 Les exemples donnés par le critique et écrivain Hwang Chŏng-sang dans son livre de référence ou son (...)

21La fin des années soixante en Corée du Nord est marquée par l’« établissement de l’idéologie monolithique du Juche » (chuch’eyuilsasangch’egyeŭi hwangnip 주체유일사상체계 확립), l’adoption inconditionnelle, après 1967, de la doctrine d’autosuffisance nationale dont l’invention est attribuée à Kim Il-Sung. Dans le domaine littéraire, cette décision a pour conséquence de recentrer la création sur la vie et les activités du Leader, avec notamment la création du « groupe du 15 avril » (4.15 changjakdan 4.15창작단) pour l’écriture d’œuvres hagiographiques sur la résistance antijaponaise des années trente. La figure de Kim Il-Sung devient omniprésente dans toute la littérature, tour à tour père de substitution, médiateur de toute sentimentalité, guide spirituel…15 Face à ce renforcement du culte de la personnalité, la science-fiction paraît avoir été entièrement éclipsée. L’indisponibilité des exemplaires du magazine Littérature pour Enfants parus de la fin des années soixante jusqu’au début des années quatre-vingt et le manque de données concernant la période ne permettent certes pas de conclure avec certitude à une disparition du genre. Mais il est néanmoins révélateur qu’aucune des études sur la science-fiction publiées aujourd’hui en Corée du Nord ne mentionne de textes publiés durant cette période.16 On retrouve quelques publications de science-fiction au début des années quatre-vingts mais c’est surtout après 1988 qu’un véritable essor du genre se produit.

22C’est cette année qu’est publiée dans une maison d’édition de littérature de jeunesse Des épis verts de Hwang Chŏng-sang, une novella dans laquelle des chercheurs parviennent à cultiver une nouvelle espèce de plante permettant de guérir le cancer. Selon Hwang lui-même, Kim Jong-il, grand amateur de science-fiction depuis son enfance aurait participé à la réunion d’édition précédant la publication de l’ouvrage et aurait enjoint les auteurs nord-coréens à développer le genre. (Hwang, 1993) Quelle que soit la véracité de cette anecdote, il est néanmoins certain que le nombre de titres de science-fiction s’accroit fortement durant les années quatre-vingt-dix. Cette augmentation de la production littéraire s’est également accompagnée d’un renforcement théorique. La Théorie de la littérature Juche de Kim Jong-il, publiée en 1992 et faisant office de référence et de directive pour toute la publication littéraire du pays inclut quelques passages sur les romans d’anticipations (Kim, 1992, p. 98-101). En 1993, c’est Hwang Chŏng-sang qui publie un ouvrage de référence, La création de littérature de science-fiction, parsemée de citations inédites du Leader sur la composition d’œuvres de science-fiction.

23Le regain d’intérêt dont bénéficie alors la science-fiction n’est pas le fruit du hasard. Les années quatre-vingt marquent en effet le passage d’une politique de « Juche-isation » (chuch’ehwa) de la société adoptée dans le sillage de la « révolution culturelle » de 1967 à une politique d’« intellectualisation » (intellihwa 인텔리화). Traités avec méfiance durant la décennie précédente, les intellectuels (techniciens, ingénieurs, enseignants et scientifiques) bénéficient désormais de l’attention et des faveurs du système. (Yi, 2003) Le relâchement simultané du culte de la personnalité ouvre une nouvelle ère pour la littérature. Aux biographies révolutionnaires et aux romans historiques teintés d’héroïsme martial succèdent des œuvres centrées sur la vie quotidienne. Les lieux littéraires ne sont plus uniquement l’usine et la ferme, mais également les bureaux d’un sectaire tertiaire en plein développement, les salles de classe et les laboratoires d’universités. Les nouveaux héros sont des « héros cachés » (sumŭn yŏngung 숨은 영웅) : fonctionnaires obscurs, techniciens discrets et scientifiques besogneux... Avec ce revirement en faveur de l’intelligentsia, scientifiques et chercheurs deviennent des personnages récurrents de la littérature de l’époque.

24La science-fiction, quant à elle, n’est plus le seul domaine de la littérature d’enfance mais s’adresse désormais aussi explicitement à un public adulte. Le livre de Hwang désigne très clairement le lectorat de la science-fiction comme composé non seulement de jeunes mais aussi de travailleurs de tous âges. La littérature pour enfants ne constitue d’ailleurs qu’une partie de son traitement général du genre. Alors que les œuvres de science-fiction circulaient alors uniquement dans des revues pour la jeunesse, telle Ch’ŏngnyŏn munhak, depuis la fin des années 90, la principale revue de littérature générale du pays, Littérature Coréenne (Chosŏn Munhak 조선문학), publie aussi régulièrement des œuvres de science-fiction. Comme pour toutes les autres formes de littérature en Corée du Nord, la nouvelle reste le genre dominant et les revues le mode de diffusion le plus courant. La maison d’édition Vénus (Kŭmsŏng 금성), spécialisée dans la littérature pour jeunesse a néanmoins publié en livre quelques recueils et novellas, et, signe du « décloisonnement » du genre hors de la littérature pour enfant, on trouve même depuis ces dernières années quelques romans édités par une prestigieuse maison d’édition généraliste, la Maison des arts et des lettres (Munhagyesul ch’ulp’ansa 문학예술출판사).

25Un dernier aspect significatif de la théorisation dont fait preuve le genre sous la plume de Hwang Chŏng-sang est l’omniprésence des références à la littérature étrangère. Ceci est là encore tout d’abord un signe des temps. Les années de Jucheisation intense avaient été marquées par la recherche des sources « révolutionnaires » de la littérature. Les traditions du réalisme-socialiste soviétique et de la littérature prolétarienne coréenne de la période coloniale furent rejetées en faveur d’une nouvelle « tradition » centrée sur Kim Il-Sung. De nouveaux classiques furent décrétés, telles la série Histoire Immortelle (불멸의 력사pulmyŏlŭi ryŏksa) de romans historiques sur la vie de Kim Il-Sung où les œuvres « révolutionnaires » supposées composées pendant les années de résistance du Leader en Mandchourie (Kang et al., 2009). Les références à la littérature ou à des théories étrangères devinrent presque inexistantes. Que Hwang renoue avec la littérature soviétique en se penchant sur Martinski, Efremov Belyaev ou Tolstoï est déjà le signe d’une évolution notable du paysage littéraire. Mais sa monographie mentionne encore également bon nombre d’autres auteurs étrangers : Jules Vernes, H.G. Wells, George Orwell, Aldous Huxley, Richard Matheson, A.E. van Vogt, Robert F. Young… Hwang est bien entendu généralement critique vis-à-vis de ces œuvres ne reflétant pas les caractéristiques de la littérature juche. Ses discussions des mérites et des torts de chacun de ces auteurs montrent néanmoins que la science-fiction nord-coréenne continue de se développer dans un dialogue avec l’étranger.

26La nouvelle science-fiction qui apparaît à la suite du renouveau des années quatre-vingt-dix développe ainsi une nouvelle vision de la personne du scientifique et un nouveau rapport au monde, influencé par les transformations idéologiques et politiques introduites sous Kim Jong-Il.

L’ethos du chercheur et la logique de la découverte scientifique

27Dans Des ailes robustes de Han Sŏng-ho (Han, 2005), Sŏn-hŭi, une jeune et jolie étudiante en sciences termine ses études universitaires avec une brillante thèse sur les centrales à charbon liquide. Cette technologie pourrait être « encore plus efficace que celle de la gazéification du charbon introduite au début du 21e siècle » et présente un intérêt écologique et économique certain. Mais alors qu’elle reçoit les félicitations unanimes de ses professeurs et fait l’objet de reportages dans la presse Sŏn-hŭi est prise à parti un soir par un mystérieux jeune homme, Kang Ch’ŏl-hŏk, qui critique la « myopie » de son projet trop polluant et coûteux en ressources naturelles sur le long terme. Celui-ci disparaît en lui conseillant de s’intéresser au développement de la nation plutôt qu’aux honneurs personnels. Quelque temps après cette rencontre, Sŏn-hŭi est admise dans un prestigieux centre de recherches afin de travailler sur une nouvelle forme de centrale électrique avec un outil de modélisation virtuelle de pointe. Elle y retrouve Ch’ŏl-hŏk qui y est l’un des chercheurs les plus respectés. Lorsque Sŏn-hŭi vient lui demander conseil, celui-ci, en guise de réponse, l’envoie « étudier la réalité » sur un chantier de construction. À mesure que son projet progresse, Sŏn-hŭi présente ses travaux à ses collègues mais essuie à chaque fois, non sans ressentiment, les critiques de Ch’ŏl-hŏk. Son assistant et son directeur lui fournissent cependant des solutions qui lui permettent de corriger les défauts relevés par Ch’ŏl-hŏk et de finaliser sa centrale. Sŏn-hŭi apprend alors enfin que les conseils de ses collègues provenaient en fait de Ch’ŏl-hŏk.

28Contrairement à beaucoup d’autres nouvelles de science-fiction, Des ailes robustes n’a pas d’antagoniste. Les critiques de Ch’ŏl-hŏk, bien que directes, sont toujours justifiées et c’est même plutôt la susceptibilité de Sŏn-hŭi qui est connotée négativement. Les oppositions ne sont pas hostiles mais suivent simplement le rythme de l’évaluation par les pairs propre à la recherche scientifique. Contrairement à la vision romantique du « génie » scientifique, nécessairement solitaire, le texte met d’entrée l’accent sur la nature collective du travail de recherche. Sŏn-hŭi est épaulée par son assistant Sŭng-nam et conseillée par son directeur Pak Hak-min qui voit le fait de « demander de l’aide à ses collègues et à son groupe » comme un « raccourci vers le succès ». Chacune de ses avancées est marquée par une présentation devant ses collègues, durant laquelle chacun peut exprimer son avis. Mais bien que Sŏn-hŭi se prête volontiers au travail de groupe, son désir de réussir et de faire ses preuves la pousse à négliger l’importance d’un autre collectif, celui de la nation. Les critiques émises par le personnage de Ch’ŏl-hŏk invitent ainsi à chaque fois Sŏn-hŭi à se défaire de son ambition personnelle pour se concentrer sur les besoins du pays, en particulier sur le manque de ressources naturelles qui touche la Corée du Nord – thème récurrent à travers toute la nouvelle écrite dans la période de crise économique qui suivit la grande famine des années quatre-vingt-dix. Le texte comporte d’ailleurs une allusion à cette la réalité de cette période lorsque, peu après s’être remémorée les mots de Ch’ŏl-hŏk l’incitant à se « sacrifier » pour la patrie, Sŏn-hŭi entend de l’extérieur de sa chambre une chanson de l’époque de la « Dure Marche ». Ce terme, désignant originellement une campagne de Kim Il-Sung semblable à la « Longue Marche » maoïste, est également employé pour désigner la période de famine et de crise que traversa le pays au tournant du millénaire.

29Les difficultés des années quatre-vingt-dix apparaissent également en filigrane dans Naissance de Pak Chong-ryŏl (Pak, 2001) publié en 2001. Le héros du roman, Ri Ch’ŏl-min, parvient à mettre au point un procédé pour transformer pierres, sables et cailloux en combustible. Avec l’isolation croissante de la Corée du Nord suite au morcellement du bloc socialiste et les nombreuses pénuries en résultant, la science apparaît comme l’un des seuls moyens de maintenir en marche le pays et son système. Ce sont ici des réalités concrètes qui donnent le cadre de la science-fiction. Plus qu’un imaginaire scientifique, c’est l’ingéniosité et l’économie, la capacité de faire beaucoup avec peu qui sont mis en avant. Une découverte scientifique n’a de valeur que si elle permet de résoudre les problèmes de ressources du pays. Le novum, l’élément d’altérité ou de nouveauté introduit par le texte (Suvin, 1979), est donc ancré dans la recherche de solutions à des problématiques concrètes et contemporaines tandis que sa temporalité se limite au futur proche. Une situation qui n’est pas sans rappeler la vision restreinte de la « théorie des objectifs rapprochés » ou « théorie des limites », imposée à la science-fiction soviétique sous Staline, et qui visait à « assujettir la science-fiction aux limites du plan quinquennal. Autrement dit la S.F. ne pouvait s’exprimer que sur la base du réalisme socialiste et devait correspondre aux exigences du plan. Elle devait être une illustration des années à venir et non une projection dans le futur » (Lahana, 1979, p. 110 ; voir aussi Suvin 1979, p. 264-265).

30Le personnage de Ch’ŏl-hŏk, qui s’avère à la fin de Des ailes robustes avoir suivi depuis le début les travaux de Sŏn-hŭi et lui avoir en secret apporté son aide, constitue très clairement une figure de « héros caché », connu tout au plus de ses collègues mais indifférent à la gloire et dépourvu d’ambition personnelle. Le « sacrifice » (hŏnsin 헌신), cette qualité vantée par Ch’ŏl-hŏk, est l’apanage de ces héros de la classe moyenne, vouant leur vie à leur travail et à la patrie sans attendre de reconnaissance. Plus qu’une qualité humaine ou une simple vertu morale, cette simplicité et ce dévouement sont précisément ce qui font de Ch’ŏl-hŏk un bon scientifique. C’est parce que celui-ci est à l’écoute des besoins des ouvriers et des attentes du peuple qu’il parvient à réaliser ses projets. De même, la relation du héros de Naissance avec les gens normaux et les enfants est toute aussi importante. C’est leur soutien et leur enthousiasme qui lui donnent la force de poursuivre alors que les critiques et le scepticisme de ses collègues l’amènent à douter de la valeur de ses recherches. Alors que beaucoup considèrent son entreprise comme tout aussi impossible et insensée que la recherche de la pierre philosophale, Ri Ch’ŏl-min poursuit son travail et parvient finalement à développer son processus de transformation des pierres en combustible.

  • 17 Genre romanesque le plus courant dans la tradition réaliste-socialiste, le roman de production raco (...)

31On retrouve ici un motif déjà présent dans le master plot, la structure narrative stéréotypique des « romans de production »17 du réalisme-socialiste : la créativité du héros mise à l’épreuve du scepticisme des bureaucrates mais bénéficiant néanmoins du soutien du peuple. La réussite finale de son projet est tout autant due à ses talents scientifiques qu’à sa foi dans son projet. La rationalité de la démarche scientifique n’est, en Corée du Nord, rien sans la foi qui le rend possible. Cette condition du héros-scientifique, condamné à « souffrir en défrichant de nouveaux chemins pendant que tous les autres sont heureux et s’enivrent de bonheur » (Pak, 2001, p. 20), à poursuivre des idées que tout, sauf la spontanéité populaire, semble désigner comme impossible, fonctionne également comme une métaphore pour le destin de la nation. Comme les héros-scientifiques, celle-ci est seule à souffrir de l’isolement et des pénuries en poursuivant une idée, un système, que la plupart, depuis 1989, pensent impossible à réaliser. Et de la même manière, c’est uniquement par la foi que ce grand projet pourra passer du domaine de l’impossible à celui du possible. Tout en incitant au développement de l’esprit scientifique et du rationalisme, la science-fiction nord-coréenne cherche également à renforcer la croyance inconditionnelle dans le système politique du pays.

Nationalisme et sensationnalisme

  • 18 Sur la centaine de titres de science-fiction (tous formats et auteurs confondus) parus au Nord depu (...)

32L’un des auteurs de science-fiction les plus productifs de ces dernières années,18 Ri Kŭm-ch’ŏl reprend l’antagonisme manichéen des romans de science-fiction de la Guerre froide opposant impérialistes et Nord-coréens. Mais alors que des récits comme Naissance ou Des ailes robustes se contentaient d’intégrer un novum dans le cadre générique classique du roman de production, les récits de Ri mettent en jeu des thèmes et des structures narratives inédites.

33Dans Changement de cap (Ri, 2004), le protagoniste nord-coréen, Sŏkjin, retourne au pays après avoir été en poste à l’étranger. Dans l’avion, il fait la connaissance d’une jeune Russe, Nina et de son père, Vassili Ivanovitch, un spécialiste d’astrophysique. Alors qu’ils discutent, l’équipage est informé de la présence d’une bombe dans l’appareil. Celle-ci a été posée par le « Groupe W » une entreprise d’armement américaine pour se venger d’un de ses anciens employés, le docteur Ivanovitch. Le scientifique russe avait rejoint le groupe attiré par l’appât du gain, mais, terrifié par les usages militaires que ceux-ci envisageaient de faire de ses recherches, avait fini par le quitter pour tenter de rentrer en Russie. Apprenant que l’avion est destiné à exploser, les passagers cèdent aussitôt à la panique. Certains s’enivrent, tandis que deux gangsters – eux aussi à la solde du « Groupe W » par l’intermédiaire d’un mystérieux « Tête Blanche » – tentent de violer Nina. Sŏk-jin les maîtrise cependant rapidement et ramène les passagers au calme. Il réoriente l’avion vers la Corée du Nord où un rayon anti-gravité stoppe l’avion en vol et des robots viennent retirer la bombe du fuselage de l’appareil. Le récit se termine sur une interview du docteur Ivanovitch exprimant son admiration pour la technologie nord-coréenne.

34Le contraste assez grossier entre les bons nord-coréens et les méchants américains est omniprésent dans le texte. Les rues de New York sont hantées par des « personnes d’origines diverses qui avaient quitté leur patrie séduits par le "monde libre" », les États-Unis organisent la construction d’un système de missiles offensifs sous le prétexte de renforcer leur défense nationale et n’hésitent pas à sacrifier un avion entier pour se venger d’un employé trop honnête. À l’inverse Sŏk-jin est un modèle de charisme et de vertu, et son pays, la Corée du Nord, dispose d’une technologie défensive de pointe qui lui permet de secourir l’avion. Au docteur Ivanovitch qui doute des capacités de la Corée du Nord à sauver l’appareil « alors qu’aucun autre pays n’a pu le faire », Sŏk-jin répond calmement « notre pays est précisément ce qu’aucun autre pays n’a pu faire. Ayez confiance. ». On retrouve ici les mêmes liens entre science, foi et politique déjà relevés dans Naissance. Cependant la présence du scientifique russe est intéressante puisqu’elle permet de saisir à quel point les représentations de la science se sont transformés depuis la Guerre froide (Gabroussenko, 2011). À l’URSS pionnier de la conquête spatiale et inspirateur de la science nord-coréenne succède l’image d’une science nationale de pointe, beaucoup plus avancée que la science russe. De même que le docteur Ivanovitch s’est vendu aux Américains, la Russie a cédé au capitalisme et perdu son leadership. C’est désormais elle qui regarde avec envie la technologie nord-coréenne.

  • 19 Il ne s’agit bien sûr pas ici de donner une image vaguement orientaliste d’une sensibilité déficien (...)

35Le nationalisme caricatural de ce texte a néanmoins ceci de particulier qu’il repose sur des thèmes et des techniques narratives jusqu’alors relativement inédites dans la littérature du pays. Ces innovations et transformations qui traversent l’œuvre de Ri articulent également une palette d’affects rarement employés auparavant : suspens, érotisme, soupçon… Changement de Cap s’ouvre ainsi sur une scène choc – un coup de fil anonyme évoquant la présence d’une bombe dans l’avion et soudainement interrompu par des bruits de bagarre – et maintient la tension jusqu’au dernier moment, où le rayon anti-gravité nord-coréen sauve in extremis les passagers d’une mort certaine. Et si le sexisme latent du regard masculin (male gaze) du narrateur décrivant la « fine chemise d’été » de la jeune Russe se déchirant pour révéler « sa poitrine dénudée » n’a en soi rien de nouveau, il relève néanmoins d’un érotisme rare dans une littérature d’ordinaire extrêmement prude où la sexualité ne se lit qu’en filigrane (Kim, 2012). Le fait que l’action des romans de Ri se déroule majoritairement hors de Corée du Nord et introduise des personnages étrangers permet également une représentation plus libre du sentiment amoureux. Par exemple dans Un Éclair Rouge (Ri, 2002) qui se déroule dans une île du Pacifique, l’idylle entre les deux protagonistes, Jasmin et Helen, n’est pas médiatisé par des questions idéologiques et politiques comme dans le cas des romans d’amour (aejŏngsosŏl 애정소설) nord-coréens typiques. L’emploi par l’auteur du mot romaensŭ, tiré de l’anglais romance, plutôt que les termes coréens courants (sarang 사랑, yŏnae 연애…) pour désigner leur relation semble ainsi souligner l’étrangeté de cette relation amoureuse. Au novum que constitue l’innovation technologique correspond donc également de nouvelles manières d’organiser le récit et une nouvelle gamme d’affects19 : tout autant que d’un sentiment d’étrange nouveauté par rapport au monde qu’elle décrit, la science-fiction de Ri ne joue de l’étrange nouveauté des sentiments qu’elle mobilise.

  • 20 Stratégies qui, derrière la rhétorique, correspondent effectivement à une pression accrue des États (...)

36Une autre caractéristique des textes de Ri tient dans le caractère élusif des antagonistes. Plutôt qu’une confrontation directe avec un ennemi clairement identifié, c’est un complot ourdi par des puissances obscures (gangs, pirates, corporations, espions…) que ceux-ci mettent en scène. Le récit révèle progressivement l’implication de ces diverses forces dans le nœud de l’intrigue pour aboutir au pot aux roses de l’« impérialisme américain » qui les finance ou les motive. Au cours de ce processus narratif se constitue une atmosphère de méfiance où tous les personnages – qu’ils soient nord-coréens ou étrangers, innocents ou coupables – apparaissent comme potentiels conspirateurs aux yeux du protagoniste et du lecteur. Toutefois, plus qu’une idiosyncrasie de l’auteur, l’émergence de ce thème du complot est un phénomène qui, dans les années 2000, concerne également d’autres textes de science-fiction, tel, par exemple, Sortie de Ŏm Ho-sam (Ŏm, 2001), ainsi que le genre du roman policier qui fait à la même époque son entrée sur la scène littéraire du pays. Cet engouement soudain pour les conspirations n’est pas sans lien avec la montée d’une tonalité complotiste dans le discours officiel. En effet, la crise économique et alimentaire des années 90 généra des problèmes internes sans précédent dont la responsabilité fut imputée en partie aux catastrophes naturelles qui en furent le catalyseur mais également aux « stratégies d’étouffement des impérialistes ».20 Aux représentations traditionnelles d’un ennemi américain ou « impérialiste » bien identifié dans le cadre d’une confrontation directe (Gabroussenko, 2012 ; Myers, 1994), comme dans la mythographie de la Guerre de Corée, viennent se superposer celle d’agents invisibles exerçant leur influence néfaste par des moyens obscurs. Fait significatif : c’est de sa capacité à « entraîner » les jeunes esprits à déjouer de tels complots que le roman policier tente d’asseoir sa légitimité littéraire (Hŏ, 2011).

  • 21 Navire de la marine japonaise ayant servi au rapatriement des Coréens du Japon en 1945. Suite à une (...)

37Cependant, il convient par ailleurs de constater que le motif littéraire du complot ourdi par des influences étrangères est lui-même en partie le produit d’influences étrangères. Tout comme les nouvelles technologies, la sensualité et sensibilité dénuée de dimension politique, les explosions spectaculaires ou encore l’exotisme qui constellent les romans de Ri Kŭm-ch’ŏl, les thèmes du complot et de l’enquête sont des imports récents en provenance de littératures étrangères. Bien que ces imports ne soient pas explicitement reconnus ou expliqués, certains indices permettent cependant d’en deviner l’origine : le vocabulaire policier (kyŏngbu 경부, kyŏngsich’ŏng 경시정) employé dans Un Éclair Rouge semble par exemple directement emprunté au japonais (Chungguksimin, 2013). Cette expansion de l’intertexte est à replacer dans la continuité des réformes culturelles entreprises dans les années 80 et brièvement interrompues par la famine et la mort de Kim Il-Sung. Poursuivant une politique visant à « activement absorber l’expérience et les succès artistiques des autres pays » afin de hisser la littérature nord-coréenne à un « niveau mondial » (segyejŏk sujun 세계적 수준), les autorités ont, depuis la fin des années 90, favorisé les traductions et la diffusion de littératures étrangères, diversifiés les genres et élargi l’éventail des sujets autorisés à des thèmes moins politiques (Kim, 2004). L’exemple le plus parlant de ce revirement est sans doute, dans le domaine cinématographique, le film Les âmes vivantes (Sarainnŭn ryŏnghondŭl 살아있는 령혼들, 2000), sur le naufrage de l’Ukishima Maru.21 Souvent présenté comme une réponse au Titanic de James Cameron, Les âmes vivantes est une production à grand budget avec une claire influence hollywoodienne. Le film avait mobilisé des milliers de figurants et donnait à voir les premières séquences en images de synthèse de l’histoire du pays, marquant l’entrée du « grand spectacle » dans l’esthétique nord-coréenne. Toutefois, comme dans la science-fiction de Ri Kŭm-ch’ŏl, ce renouvellement des genres et cette tendance spectaculaire sont mis au service d’une vision nationaliste visant à harmoniser le contenu du message et sa forme : au discours glorifiant la nation coréenne doit correspondre une forme « à la pointe » qui atteste elle-aussi de cette supériorité.

38Tirant sur les ficelles du blockbuster et du mélodrame avec ses armes futuristes et ses récits chargés de suspens et de rebondissements, les textes de Ri relèvent bien d’une forme de sensationnalisme. Toutefois, comme le notent Darko Suvin et Marc Angenot (Suvin et Angenot, 1979), le sensationnalisme en science-fiction n’est pas qu’un problème de prédilection pour le spectaculaire et l’aventure, mais concerne avant tout la manière dont « un récit évite d’explorer l’altérité du novum ». Dans Changement de cap, bien que la nouveauté scientifique soit effectivement ce qui rend le récit possible (le docteur Ivanovitch est visé par la bombe en raison de ses recherches sur l’anti-gravité), elle n’intervient en fait qu’en dernière instance, comme une sorte de deus ex machina pour effectuer un retour à l’équilibre. L’ordre du monde, la structure de la société et l’idéologie ne sont guère bouleversés par un tel novum qui vient au contraire les renforcer.

Vers un régime spéculatif ?

  • 22 Analysant la peinture nord-coréenne, Min-kyung Yoon distingue entre la « véridicité » (chinsil 진실) (...)
  • 23 Cette littérature critique ne doit cependant pas être prise pour une littérature dissidente : contr (...)

39Une typologie quelque peu grossière pourrait distinguer deux régimes majeurs de la fiction en Corée du Nord. Un régime normatif d’une part, héritier des thèses de Gorky et Jdanov au Congrès des Écrivains Soviétiques de 1934 et pour qui la fiction doit décrire la réalité non pas telle qu’elle est mais telle qu’elle devrait apparaitre dans son « développement révolutionnaire » (Zhdanov, 1977(1934)). Bien qu’un tel régime semble supposer, selon la formule de Gorky, une « logique de l’hypothèse », il se traduit cependant dans les faits par une esthétique didactique et prescriptive. Dénué de véritable anticipation, il cherche à imposer, de manière presque illocutoire, le modèle idéal du monde de la fiction sur celui, réel, du lecteur. Relèvent de ce régime les romans de production et les romans agricoles mais aussi les romans historiques, ces derniers représentant une vision idéalisée et esthétisée de l’histoire – la « véridicité » plutôt que la « vérité » (Yoon, 2014).22 D’autre part, on constate, surtout depuis les années 80, le développement d’un régime positif, favorisant la description de la vie quotidienne sans héroïsme, ni schématisme. On classera ici la littérature des « héros cachés » ainsi que les romans et nouvelles « critiques » traitant des problèmes sociaux (bureaucratisme, divorce, corruption…).23 Ces deux régimes ne sont bien sûr pas nécessairement mutuellement exclusifs.

  • 24 Je me base ici, très librement, sur la notion d’un régime « ontologique poétique matérialiste spécu (...)

40La littérature de science-fiction, un genre comparativement encore mineur dans le pays, introduit un troisième régime, celui de la spéculation, représentant le monde tel qu’il pourrait-être si telle ou telle innovation scientifique se concrétisait.24 Force est cependant de constater que ce régime est déployé de manière fort inégale, et le plus souvent très limitée, dans les textes. Les textes reprenant les codes du roman de production avec une vision du futur centrée sur des « objectifs rapprochés », tels Des Ailes Robustes, conservent des hypothèses très restrictives. Quant aux textes « sensationnalistes », tels ceux de Ri Kŭm-ch’ŏl, le monde qu’ils mettent en scène est presque entièrement similaire à celui du lecteur. L’innovation scientifique y joue un rôle spectaculaire, dramatique mais in fine sans grandes conséquences sur la nature du monde fictionnel, un peu comme dans les textes de littérature d’imagination scientifique. Mais en dehors de ces deux tendances, on trouve cependant également quelques textes où le régime spéculatif domine clairement et où sont explorés plus en détail les différents aspects et enjeux d’un monde transformé par la science.

41Je retiendrai ici Un Reportage Explosif de Ri Ch’ŏl-man (Ri, 2007) qui présente une perspective relativement novatrice par rapport à la plupart des autres textes de science-fiction nord-coréens. L’intrigue de la nouvelle démarre avec la mort du professeur Ri Su-min. Alors que celui-ci travaille sur une expérience de contrôle de la gravité, il est frappé par une projection de particules inconnues qui accélère la division des cellules de son corps et le tue instantanément. L’héroïne de la nouvelle, une journaliste d’investigation nommée Han Sŏn-mi, est chargée d’enquêter sur cette mort hors du commun. Elle décide tout d’abord d’interviewer Sŏng-nam, le fils du professeur Ri et l’un de ses plus proches collaborateurs. Celui-ci se trouve aux États-Unis à l’invitation d’un collègue américain, le physicien James Cutter. Mais alors que Sŏn-mi approche du laboratoire de Cutter, son aéronef est déstabilisé par une force mystérieuse et manque de s’écraser. Seule l’intervention de Kim Hyŏn-u, un élève du professeur Ri, lui permet d’éviter la mort. Celui-ci est cependant peu de temps après lui-même victime d’une tentative d’assassinat. Alors qu’il s’apprête à reproduire la dernière expérience de Ri Su-min, il est frappé à la tête par son robot-assistant et tombe dans un profond coma. Sŏn-mi parvient néanmoins à récupérer par télépathie quelques bribes des pensées de Hyŏn-u qui semble accuser Sŏng-nam. Elle est par ailleurs peu après contactée par James Cutter qui lui avoue être sur le point d’acheter les résultats du professeur Ri à ce dernier. Mais par un coup de théâtre final, la conspiration se révèle n’être qu’une supercherie destinée à divertir Cutter pour permettre à Sŏng-nam de mener à terme l’expérience de son père en secret. La nouvelle se termine avec l’annonce du succès de l’expérience et la découverte d’une particule permettant le voyage dans le temps.

  • 25 Ainsi dans Changement de Cap par exemple, le discours final du docteur Ivanovitch expliquant les pr (...)

42À première vue, cette histoire reprend un certain nombre des procédés et clichés déjà relevés auparavant : antagoniste américain, complot, romance (Sŏn-mi tombe amoureuse de Hyŏn-u), structure narrative proche du récit policier, etc… Cependant la première particularité tient dans ce que le novum n’y est plus limité à des « objectifs rapprochés » ou réduit à être un dispositif narratif sensationnel. Voyage autour du globe en aéronef ultra-rapide, « zone spéciale » sur un astéroïde artificiellement mis en orbite autour de la lune où les scientifiques peuvent aller effectuer des recherches, robots capables de piloter des vaisseaux spatiaux, télépathie... le texte met en scène de manière continue des innovations et des objets nécessairement étrangers au monde du lecteur. Qui plus est, bon nombre de ces éléments ne sont pas explicités de manière didactique25 dans le texte mais présentés comme allant de soi, laissant au lecteur la tâche de reconstituer lui-même l’encyclopédie imaginaire, la « xéno-encyclopédie » du monde fictif. Ainsi, par exemple, lors Hyŏn-u, sentant le danger approcher, écrit à Sŏn-mi pour lui demander de « récupérer les données inscrites dans son cerveau » après sa mort. L’existence d’une technologie permettant de lire dans l’esprit d’un mort n’y est pas présenter comme une innovation hors du commun, mais comme un présupposé tout aussi naturel que le reste des éléments du récit. C’est l’importance des « données » et non l’innovation qui permet de les extraire qui constitue le thème dominant de ce passage. Ce passage du didactisme à un « pseudo-réalisme » (Saint-Gelais, 1999, p. 165) traitant les données xéno-encyclopédiques comme un savoir supposé partagé par le narrateur et le narrataire est un phénomène récent dans l’évolution du genre en Corée du Nord. Plutôt que de considérer le lecteur comme le simple récepteur d’un contenu informatif pédagogique, le texte l’implique de manière plus active, sollicitant ses références et ses supputations pour construire un monde étranger mais néanmoins cohérent à partir d’indications nécessairement lacunaires.

43Un dernier élément notable du texte tient en ce que la science n’y est pas porteuse de solutions mais de questions. Qu’il s’agisse de résoudre un problème de ressources (roman de production) ou une situation catastrophique (sensationnalisme), la science, dans les textes étudiés jusqu’à présent, permettait au récit de « retomber sur ses pieds ». Dans Un Reportage Exclusif si le succès final de l’expérience coïncide bien avec la fin du récit, la découverte de la mystérieuse particule ne répond pas véritablement à un problème mais se contente d’ouvrir des possibilités : voyage supraluminique, voyage dans le temps… Comme le souligne à un moment une discussion entre l’Américain John Cutter et Sŏng-nam, cette découverte pose aussi plusieurs questions : ne risquerait-elle pas de déséquilibrer les rapports de force internationaux ? La Corée du Nord n’aurait-elle pas le devoir de partager cette découverte avec le reste de l’humanité ? Le fait que Sŏng-nam soit à un moment soupçonné de vendre les résultats des expériences de son père à un ennemi amène également Sŏn-mi à se poser une question en apparence anodine, mais qui, dans le contexte de la passation de pouvoir entre Kim Jong-Il et Kim Jong-Un peut interloquer le lecteur : le fils aurait-il pu ne rien hériter des qualités d’un père aussi génial ? Mais voir là un message subversif serait sans doute une lecture naïve, « étrangère » du texte. Le récit, même succinctement, ne laisse finalement aucune de ces interrogations ouvertes, montrant que l’idéologie ne repose peut-être pas tant dans la censure des questions que dans le monopole de la production des réponses.

Haut de page

Bibliographie

La mention RG-242 fait référence aux Record Group 242 des Archives Nationales états-uniennes contenant les documents nord-coréens saisis par l’armée lors de la guerre de Corée (Captured North Korean Documents).

Amossy Ruth, « La dimension sociale du discours. L’Analyse du discours et le projet sociocritique », L’analyse du discours dans les études littéraires (dir. Ruth Amossy et Dominique Maingueneau), Toulouse : Presses du Mirail, 2004.

Anonyme, « La voix des lecteurs : s’il vous plaît, écrivez un roman de science-fiction » (« Tokchaŭi moksori : kwahakhwansangsosŏrŭl ssŏ chusipsio » 독자의 목소리 : 과학환상소설을 써 주십시오) , in Adong Munhak, n° 12, 1959.

Armstrong Charles, The North Korean Revolution, Ithaca : Cornell University Press, 2004.

Bandi, Kobal, Séoul : Chogapche.com, 2014.

Bandi, La dénonciation, traduit du coréen (Corée du Sud) par Lim Yeong-hee et Mélanie Basnel, Paris : Philippe Piquier, 2016.

Bae P’ung, « Les visiteurs venus de la Terre » (« Ttangnaraŭi sonnim » 땅나라의 손님), in Adong Munhak, n° 3 1959.

Baek Nam-Ryong, Des Amis, traduit du coréen (Corée du Nord) par Patrick Maurus, Arles : Actes Sud, 2011.

Bréan Simon, La Science-fiction en France : théorie et histoire d’une littérature, Paris : Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012.

Ch’a Yong-ku, « Le roi des métaux rares » (« Hŭiyugŭmsogŭi wang » 희유금속의 왕), in Adong Munhak, n° 11, 1959.

Chungguksimin, « Qui veut éteindre un grand feu instantanément… », (« Sech’an pulgil sunsikkane ŏpsaeryŏmyŏn… » 세찬 불길 순식간에 없애려면) in Chajusibo (en ligne) 28 avril 2013, (consulté le 12 fév. 2016), URL http://www.jajusibo.com/sub_read.html?uid=20728

Clarke Katerina, The Soviet Novel : History as Ritual, Bloomington : Indiana University Press, 2000.

Eco Umberto, Lector in fabula. Le role du lecteur, Paris : Le Livre de Poche, 1985.

Eco Umberto, Semiotics and the Philosophy of Language, Bloomington : Indiana University Press, 1986.

Frank Susi K., « Arctic Science and Fiction : A Novel by a Soviet Geologist », Journal of Northern Studies, n° 1, 2010, p. 67-86.

Gabroussenko Tatiana, « Russia In The North Korean Cultural Discourse », in Rüdiger Frank et al. (éds.), Korea 2011 : Politics, Economy and Society, Leiden : Brill, 2011.

Gabroussenko Tatiana, « The North Korean Philosophy of Foreigners », in Rüdiger Frank et al. (éds.), Korea 2012 : Politics, Economy and Society, Leiden : Brill, 2012.

Greimas Algirdas Julien, Sémantique structurale : Recherche de méthode, Paris : Larousse, 1966.

Han Min-ju, « L’apparition de l’homme artificiel et la technocratie de la SF modern » (« Injoin’ganŭi ch’urhyŏn’gwa Kŭndae SF munhagŭi t’ek’ŭnok’ŭrasi » 인조인간의 출현과 근대 SF문학의 테크노크라시), in Han’gukkŭndaemunhagyŏn’gu, n° 25, 2012.

Han Sŏng-ho, « Des ailes robustes » (« Ŏksen nalgae » 억센 날개), in Chosŏn Munhak, n° 3, 2005.

Hŏ Yŏng-ha, « Quelques particularités des romans policiers à notre manière » (« Uri Sik Tamjeongsoseorui Teukjing Myeotgaji » 우리식 탐정소설의 특징 몇가지), in Chosŏn Munhak, n° 12, 2011.

Hwang Chŏng-sang, « Les spécificités et le caractère artistique des romans de science-fiction », (« Kwahakhwansangsosŏrŭi t’ŭksŏnggwa yesulchŏkp’umgyŏk » 과학환상소설의 특성과 예술적 품격), in Chosŏn Munhak, n° 8, 1992, p. 75.

Hwang Chŏng-sang, La création de littérature de science-fiction (Kwahakhwansangmunhakch’angjak 과학환상문학창작), Pyongyang : Munhakyesulchonghapch’ulp’ansa, 1993.

Kang Chin-ho et al., Le canon culturel de Corée du Nord : lire la collection « Histoire Immortelle » (Pukhanŭi munhwajŏngjŏn, ch’ongsŏ « pulmyŏrŭi yŏksa »rŭl ingnŭnda 북한의 문화정전, 총서 ‘불멸의 역사’를 읽는다), Séoul : Somyŏngch’ulp’an, 2009.

Kang Ho-je, Histoire de la formation de la science et de la technique nord-coréenne (Pukhan kwahakkisul hyŏngsŏngsa 북한 과학기술 형성사), Séoul : Sŏnin, 2007.

Kang Sŏn-gyu, « La longévité », traduit du coréen (Corée du Nord) par Benoît Berthelier, in Patrick Maurus (éd.) Le Rire de 17 Personnes, Arles : Actes Sud, 2016.

Kim Chong-bang, « Étude des aspects de la réception des romans de science-fiction en Corée dans les années 1920 » (« 1920 yŏndae kwahaksosŏrŭi kungnae suyongyangsang yŏn’gu » 1920년대 과학소설의 국내 수영양상 연구), Hyŏndaemunhagŭi yŏn’gu, n° 44, 2011.

Kim Hyŏn-suk, « Caractéristiques des récentes œuvres littéraires nord-coréennes » (« Ch’oegŭn Puk’an Munhakchakp’umŭi T’ŭksŏng » 최근 북한 문학작품의 특성), in Hanjunginmunhakyŏn’gu, n° 13, 2004.

Kim Il-Sung, « Formons encore plus de brillants cadres de la nation » (« Hullyungan minjokkanburŭl tŏ manhi yangsŏngaja » 훌륭한 민족간부를 더 많이 양성하자), 10 octobre 1948, in Kim Il-sŏng chŏjakjip, tome 3, Pyongyang : Chosŏllodongdang Ch’ulp’ansa, 1979b.

Kim Il-Sung, « Le devoir des organisations de jeunesse pour renforcer et étendre les capacités démocratiques » (« Minjuryŏngyangŭl hwaktaegangwahagi wihan minch’ŏngdanch’edŭrŭi kwaŏp » 민주력양을 확대강화하기 위한 민청단체들의 과업), 29 Septembre 1946, in Kim Il-sŏng chŏjakjip (Œuvres de Kim Il-Sung), tome 2, Pyongyang : Chosŏllodongdang Ch’ulp’ansa, 1979a.

Kim Il-Sung, Kim Il-sŏng chŏjakjip, tome 8-10, Pyongyang : Chosŏllodongdang Ch’ulp’ansa, 1979c.

Kim Immanuel, North Korean Literature : Margins of Writing Memory, Gender, and Sexuality, Ph.D. dissertation, UC Riverside, 2012.

Kim Jong-il, Théorie de la littérature Juche (Chuch’emunhangnon 주체문학론), Pyongyang : T’ongiryŏmyŏng p’yŏnjipkuk, 1992.

Kim Kŭn-bae, L’émergence d’un capital humain scientifique et technique dans la Corée moderne et contemporaine (Han’guk kŭndae kwahakkisul illyŏgŭi ch’urhyŏn 한국 근대 과학기술 인력의 출현), Séoul : Munhakkwajisŏngsa, 2005.

Kim Tong-sŏp, « La terre sortie de la mer » (« Padaesŏ sosanan ttang » 바다에서 솟아난 땅), in Adong Munhak, n° 6-12, 1964, n° 2-4, 1965.

Kim Tong-sŏp, « Les jeunes explorateurs de l’espace » (« Sonyŏn uju t’amhŏmdae » 소년 우주 탐험대), in Adong Munhak, n° 3-9, 1960.

Kim Yŏng-min, « Étude sur le processus d’apparition du roman coréen moderne » (« Han’guk kŭndaesosŏl palsaeng kwajŏng yŏn’gu » 한국 근대소설 발생 과정 연구), in Kugŏgungmunhak, n° 127, 2000.

Lahana Jacqueline, Les mondes parallèles de la science-fiction soviétique, Lausanne : L’Age d’Homme, 1979.

Landon Brooks, Science Fiction After 1900, New York : Routledge, 2002.

Maingueneau Dominique, « L’idéologie : une notion bien embarrassante », COnTEXTES [En ligne], 2 (2007), mis en ligne le 15 février 2007, consulté le 22 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/189.

McGuire Patrick L., « Russian SF », in Neil Barron (éd.), Anatomy of Wonder : A Critical Guide to Science Fiction, New York : R. R. Bowker, 1987.

Myers Brian, Han Sŏrya and North Korean Literature (Ithaca : Cornell University Press, 1994).

Obruchev Vladimir, Voyage dans le passé et le futur (Puteshestviya v proshloye i budushcheye Путешествия в прошлое и будущее), Moscou : Nauka, 1965.

Ŏm Ho-sam, « Sortie » (« Ch’ullo » 출로), in Chosŏn Munhak, n° 8, 2001.

Pak Chong-ryŏl, Naissance (Tansaeng 탄생), Pyongyang : Munhakyesuljonghapch’ulp’ansa, 2001.

Pons, Philippe, Corée du Nord, un État-guérilla en mutation, Paris : Gallimard, 2016.

RG-242, SA-2005, « À nos lecteurs » (« Tokchayŏrŏbunege » 독자여러분에게), in Kwahaksegye, , n° 5, 1949c.

RG-242, SA-2007, 11/3, « En publiant ce premier numéro » (« Ch’ŏthorŭl naemyŏnsŏ » 첫호를 내면서) in Chayŏn’gwahak, n° 1, 1949d.

RG-242, SA-2008 8-5, Tong Bong, « L’inventeur du tracteur : Blinov » (T’ŭrŏkt’ŏŭi ch’angjoja pŭllinobŭ 트럭터의 창조자 블리노브) , in Kwahaksegye, n° 1, 1949f.

RG-242, SA-2008, 9-7, Pŭ. A. Obŭruch’webŭ, « Vol planétaire » (« Kamsŏngbihaeng » 감성비행), in Kwahaksegye, n° 7, 1950d.

RG-242, SA-2010, 5/54, Ch’ŏn Wŏn-jŏng, « Le radium et Madame Curie » (« Rajiumgwa k’yuribuin » 라지움과 규리부인), in Kwahaksegye, n° 1, 1950c.

RG-242, SA-2010, 5/54, Ri Sang-ho, « Éditorial » (« Kwŏnduŏn » 권두언), in Kwahaksegye, n° 1, 1950a.

RG-242, SA-2012, 1/10, Recueil de nouvelles, - Collection Culture Populaire vol. 5 (Kunjungmunhwach’ongsŏ 5 Tanp’yŏnsosŏljip 군중문화총서 5 단편소설집), Pukchojigŏpch’ongdongmaeng Kunjungmunhwabu, 1949b.

RG-242, SA-2012, 1/90, Collection de romans agricoles (Nongminsosŏljip 농민소설집), Nongmindongmaengjungangwiwŏnhoe, 1949a.

RG-242, SA-2012, 4/6, Ri Wan-ik, « La famille du soleil » (« T’aeyangŭi kajoktŭl » 태양의 가족들), in Kwahaksegye, n° 8, 1950b.

RG-242, SA-2012, 7/2, Bŭ. Periyaminobŭ, Y a-t-il de la vie sur les autres planètes (Yusŏnge saengi innŭn’ga 유성에 생이 있는가), Pyongyang : Kungnibinminch’ulp’ansa, 1949e.

Ri Ch’ŏl-man, « Un Reportage Explosif » (« P’okt’an kisa » 폭탄기사) , in Chosŏn Munhak, n° 3, 2007.

Ri Kŭm-ch’ŏl, « Changement de cap » (« Hangnorŭl pakkura » 항로를 바꾸라), in Chosŏn Munhak, n° 5, 2004.

Ri Kŭm-ch’ŏl, « Un Éclair Rouge » (« Pulgŭn Sŏmgwang »붉은 섬광), in Chosŏn Munhak, n° 9, 2002.

Rieder John, “On Defining SF, or Not : Genre Theory, SF, and History”, Science Fiction Studies, 11 (2010).

Ryang Sonya, Reading North Korea, Cambridge : Harvard University Press, 2012.

Sahoegwahagwon, Grand dictionnaire de la langue coréenne (« Chosŏnmal Taesajŏn » 조선말대사전), Pyongyang : Sahoegwahak Ch’ulp’ansa, 1992.

Said Edward, Orientalism, London : Penguin, 1977.

Saint-Gelais Richard, L’empire du pseudo. Modernités de la science-fiction, Québec : Nota bene, 1999.

Shin Hyŏng-gi, « De la périphérie au centre » (« Chibangesŏ chungsimŭro » 지방에서 중심으로) , in SAI, n° 4, 2008.

Sin Hyŏng-gi, O Sŏng-ho, Histoire de la littérature nord-coréenne (Pukhanmunhaksa 북한문학사), Séoul : P’yŏngminsa, 2000.

Sŏk Yun-gi, « Les espoirs et les exploits du docteur futé » (« Ttolttori paksaŭi hŭimanggwa saŏp » 똘똘이 박사의 희망과 사업), in Adong Munhak, n° 5, 1960, p. 25.

Suvin Darko, Marc Angenot, « Not Only but Also : Reflections on Cognition and Ideology in Science Fiction and SF Criticism », in Science Fiction Studies, n° 18, 1979.

Suvin Darko, Metamorphosis of Science Fiction, New Haven : Yale University Press, 1979.

Tatsumi Takayuki, « Japanese and Asian Science Fiction » in David Seed (éd.), A Companion to Science Fiction, Oxford : Blackwell, 2005.

Yi Chun-sŏk, « Les politiques de la Corée du Nord à l’égard des intellectuels » (Pukhanŭi int’ellijŏngch’aek ) », in Pukhanyŏn’gu, n° 6, 2003.

Yi U-yŏng et al., Plan pour dynamifier la cooperation et les échanges socio-culturels pour une coexistence pacifique Nord-Sud (Nampukhan p’yŏnghwakongchonŭl wihan sahoe munhwa kyolyu hyŏplyŏkŭi hwalsŏnghwa pangan 남북한 평화공존을 위한. 사회·문화 교류·협력의 활성화 방안), Séoul : Rapport du ministère de l’unification, 2001.

Yoon Min-Kyung, Aestheticized Politics : The Workings of North Korean Art, Ph.D. dissertation, Leiden University, 2014.

Zhdanov Andrei, « Soviet Literature - The richest in ideas, the most advanced literature », in Soviet Writers’ Congress 1934 : the debate on socialist realism and modernism in the Soviet Union, London : Lawrence and Wishart, 1977.

Zur Dafna, « Let’s Go to the Moon : Science Fiction in the North Korean Children’s Magazine Adong Munhak, 1956-1965 », in The Journal of Asian Studies, n° 73-2, 2014, p. 327-351.

Haut de page

Notes

1 La Corée fut une colonie japonaise de 1910 à 1945. À la fin de la seconde guerre mondiale, elle est « libérée », mais aussitôt divisée le long du 38e parallèle et occupée par l’Armée américaine au Sud et par l’Armée Rouge au Nord. Ce n’est qu’en septembre 1948 que la Corée du Nord accède à l’indépendance sous le nom de République populaire démocratique de Corée.

2 La période durant laquelle le réalisme socialiste fut strictement appliqué en URSS et dans le reste du bloc soviétique est unanimement associée à un déclin de la quantité et de la qualité de la production science-fictionnelle (Suvin, 1979 ; McGuire, 1987 ; Landon ; 2002).

3 J’adopte ici une perspective « autonymique » de la science-fiction, considérant comme relevant du genre tout ce qui est publié en Corée du Nord sous l’étiquette « science-fiction ». Je me situe par-là dans la suite des travaux de Rieder (2010), visant à abandonner les définitions a priori et essentialistes de la science-fiction pour une approche plus pragmatique.

4 Sur les limites de telles approches, cf. Maingueneau, 2007.

5 Comme le rappelle la Théorie de la Littérature Juch’e de Kim Jŏng-il, en Corée du Nord « la littérature sert la politique » (Kim, 1992). La très grande majorité de la production littéraire du pays est assurée par les auteurs de l’Union des écrivains coréens (Chosŏn Chakka Tongmaeng 조선작가동맹) rattachés au département d’agitation et de propagande du Parti. Il existe en parallèle une importante production non-professionnelle, réalisée par des amateurs au sein d’ateliers littéraires organisés dans les usines, fermes, écoles et casernes, mais qui ne fait que très rarement l’objet de publication en livre ou en revue. Depuis la censure du recueil Unghyang en 1946, il n’existe aucune œuvre « autonome », ou ouvertement contestataire en Corée du Nord (même si la critique sociale n’est pas rare, cf. Baek et Maurus, 2011). Les textes prétendument « dissidents » récemment publiés au Sud (voir Bandi, 2014, récemment traduit en français : Bandi, Lim et Basnel, 2016) sont d’une authenticité plus que douteuse et, n’étant de toute façon pas diffusés au Nord (contrairement aux samizdats soviétiques), ne s’inscrivent pas dans l’institution littéraire du pays.

6 Bien que le Parti des Travailleurs définisse depuis les années 60 son idéologie comme « monolithique » (yuil sasang, 유일 사상), celle-ci n’en a pas moins connue de nombreuses transformations et revirements (Pons, 2016).

7 Juche (주체, aussi parfois retranscrit en chuch’e ou djoutché) désigne la doctrine d’autosuffisance économique et militaire mise en avant par Kim Il-Sung. À la fois socialiste et fortement nationaliste, le juche est l’idéologie officielle de Corée du Nord.

8 Le taux d’alphabétisation aurait, selon les sources nord-coréennes de l’époque, dépassé les 90 % en 1949. (Armstrong, 2004, p. 175).

9 Un troisième magazine visant un public de jeunes lecteurs, Science des jeunes (Sonyŏn’gwahak, 소년과학) apparaît également à ce moment-là, mais demeure à ce jour introuvable. (RG-242, 1949c, troisième de couverture).

10 La bibliothèque du Monde de la science (Kwahaksegyemungo 과학세계문고) comportant une vingtaine d’ouvrages pour le premier et La collection Sciences Naturelles (Chayŏngwahakch’ongsŏ 자연과학총서), moins fournie mais plus technique, pour l’autre.

11 La nouvelle originale fut publiée en janvier 1950 dans le magazine Vokrug sveta. Il est cependant probable qu’Obruchev, alors âgé de 86 ans, ait rédigé le texte bien auparavant, peu après la parution de Terre de Sanikov dans les années 20 (Obruchev, 1965).

12 Voir par exemple la partie sur la formation de techniciens qualifiés dans les œuvres complètes de Kim Il-Sung, en particulier les discours « Chosŏllodongdang che3ch’adaehoeesŏ han chungangwiwŏnhoesaŏpch’ongwabogo (Rapport général des activités du comité central lors du troisième congrès du Parti des travailleurs de Corée) » du 23 avril 1956 et « chach’eŭi himŭro usuhan kisurinjaerŭl manhi yangsŏngaja (Formons de formidables techniciens qualifiés de nos propres forces) » du 18 octobre 1953 (Kim, 1979c).

13 La question est ainsi soulevée lors du cinquième congrès régulier du comité central de l’Union des écrivains de Corée (Zur, 2014).

14 Bae P’ung est l’auteur de l’une des premières nouvelles de science-fiction publiées dans Littérature pour Enfants en 1959. Sŏnsaengnim (선생님) est un terme honorifique (Bae, 1959, p. 48).

15 Pour un aperçu plus détaillé de ce processus, cf. Sin et O, 2000, p. 261-339.

16 Les exemples donnés par le critique et écrivain Hwang Chŏng-sang dans son livre de référence ou son article introductif sont ainsi tous des textes des années cinquante et soixante ou des œuvres récentes (Hwang, 1992, Hwang, 1993).

17 Genre romanesque le plus courant dans la tradition réaliste-socialiste, le roman de production raconte comment un héros parvint à atteindre les objectifs de production du plan. (Clarke, 2000, p. 256),

18 Sur la centaine de titres de science-fiction (tous formats et auteurs confondus) parus au Nord depuis la fin des années quatre-vingt-dix et accessibles hors du pays, les œuvres de Ri Kŭm-ch’ŏl (deux novellas et une quinzaine de nouvelles) représentent près de vingt pourcents de la production nationale de S.F. Le reste se répartit entre une trentaine d’auteurs dont la plupart n’ont publié qu’un ou deux textes.

19 Il ne s’agit bien sûr pas ici de donner une image vaguement orientaliste d’une sensibilité déficiente (Said, 1977, p. 149-150), mais simplement de souligner une différence dans le choix des sentiments traditionnellement mobilisés par la littérature nord-coréenne. Pour une analyse de certaines de ces particularités affectives, cf. Ryang, 2012.

20 Stratégies qui, derrière la rhétorique, correspondent effectivement à une pression accrue des États-Unis sur le pays depuis la fin de la Guerre Froide.

21 Navire de la marine japonaise ayant servi au rapatriement des Coréens du Japon en 1945. Suite à une explosion aux causes non-identifiées, le navire coule et emporte avec lui plus de 500 passagers coréens. La Corée du Nord considère l’incident comme un acte délibéré de l’Empire du Japon afin d’exécuter les rapatriés coréens voyageant à bord du navire.

22 Analysant la peinture nord-coréenne, Min-kyung Yoon distingue entre la « véridicité » (chinsil 진실) de l’œuvre d’art, représentant une vérité plus morale que factuel, et la « vérité » du discours historique décrivant des faits objectifs.

23 Cette littérature critique ne doit cependant pas être prise pour une littérature dissidente : contrairement à l’Union Soviétique, il n’existe pas, en Corée du Nord, de culture du samizdat. Tout en montrant du doigt certains travers de la société nord-coréenne, ces textes ne remettent jamais en cause la légitimité du Parti, ni sa capacité à résoudre ces problèmes. Pour des exemples de ce genre de littérature en traduction française, on pourra consulter le roman Des Amis (Baek, 2014) ou la nouvelle La longévité (Kang, 2016).

24 Je me base ici, très librement, sur la notion d’un régime « ontologique poétique matérialiste spéculatif » faisant appel « à des savoirs abstraits (…) pour alimenter une forme d’extrapolation qui implique une relation de continuité indirecte entre le monde de la fiction et le monde de l’expérience du lecteur. » (Bréan, 2012, p. 28-29)

25 Ainsi dans Changement de Cap par exemple, le discours final du docteur Ivanovitch expliquant les principes scientifiques du rayon anti-gravité à un parterre de journalistes constitue un parfait exemple de ce que Richard Saint-Gelais nomme le « didactisme honteux » : la technique par laquelle le narrateur délègue les explications relatives aux nouveautés du texte, aux éléments de l’encyclopédie du monde fictif que le lecteur ignore, à un personnage interne au récit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1
Légende Couvertures du magazine Kwahaksegye
Crédits Reproduit avec la permission de l’U.S. National Archives and Records Administration
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/1009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Ill. 2
Légende Le « docteur futé », un jeune nord-coréen, construit un robot médecin. Adong Munhak, n° 5, 1960.
Crédits Tous droits réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/1009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Berthelier, « Enjeux idéologiques et littéraires de la science-fiction en Corée du Nord depuis 1945 », ReS Futurae [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://resf.revues.org/1009 ; DOI : 10.4000/resf.1009

Haut de page

Auteur

Benoît Berthelier

Benoît Berthelier est doctorant en coréen à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org