Navigation – Plan du site

Éditorial

Irène Langlet et Arthur B. Evans

Texte intégral

1Aucun phénomène culturel ne mérite d’être négligé, et surtout pas par les institutions universitaires dont c’est le cœur de métier, qui s’appuient essentiellement sur l’argent public, et doivent à la société des résultats fermes sur leur travail. La science-fiction en France, et peut-être plus largement dans l’espace francophone, ne reçoit pas encore toute cette nécessaire attention. Elle représente une culture massive, complexe, mondialisée, multimédiatique, puisant ses racines et tendant ses antennes dans toute la sphère sociale et toute l’histoire culturelle ; elle est animée depuis plus de cinquante ans par un flux continu de discours critiques ; elle n’est pourtant encore que rarement présente dans les programmes de cours, les événements scientifiques, les protocoles de validation du savoir, et ne bénéficie pas d’organe de publication qui puisse patrimonialiser l’effort de connaissance. D’autres aires culturelles ont plus d’avance : aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, des réflexions de fond, des sociétés savantes et leurs publications l’ont fait entrer, depuis plus de trente ans, dans un espace académique de débat et de validation.

2ReS Futurae : Revue d’études sur la science-fiction engage son équipe vers cet objectif. Première revue francophone académique arbitrée en double lecture anonyme par des pairs, elle s’appuie sur un vivier d’experts encore dispersé dans de multiples disciplines, mais tous actifs dans leur domaine. Leur conviction commune est que la science-fiction peut, et doit, être construite en objet d’étude scientifique, aussi bien dans ses thématiques, ses imaginaires, ses expériences de pensée, que dans ses formes, ses techniques, ses stratégies discursives. Qu’elle est une littérature, et qu’elle doit de ce fait être passée au crible des théories du récit et de la poétique des textes ; qu’elle est une imagerie, et qu’elle doit de ce fait être analysée en profondeur dans son iconographie fixe et animée ; qu’elle est une culture, un mode de pensée et de représentation du monde, et doit de ce fait entrer dans l’effort d’historiographie et de théorisation de nos usages et de ce qui les sous-tend. Tous les membres des comités scientifiques et de lecture de ReS Futurae mettront leur compétence universitaire validée au service de cet objectif.

3Ils n’agiront toutefois pas en purs pionniers. Le socle de leur effort, et l’impulsion de leur initiative, réside dans la mutualisation de connaissances avec ceux qui, « ailleurs et hier », ont ouvert le chantier, produit les hypothèses, posé les méthodes, diffusé les débats, compilé les références. Leur partenaire majeure, et leur marraine pour ce premier numéro, sera la revue Science Fiction Studies, qui s’est imposée comme référence depuis sa fondation en 1973. ReS Futurae bénéficiera de son expérience éditoriale et scientifique, et d’un partenariat unique en son genre : elle publiera dans chacun de ses numéros la traduction française d’une sélection d’articles de son aînée, et enverra vers Science Fiction Studies ses meilleures contributions, pour une publication en anglais dans ses pages.

4Pour ce premier numéro, l’évidence était à un état des lieux, bilan prospectif et cartographie des moyens de la critique sur la science-fiction. Science Fiction Studies a confié à ReS Futurae les quatre piliers de son bilan critique majeur, publié dans son numéro de juillet 1999 (et dont les articles originaux sont disponibles en full-text sur son site web1). Cette « histoire de la critique de science-fiction » a fait date il y a treize ans ; une revue naissant en 2012 ne pouvait que s’appuyer sur elle. L’effort bibliographique que ce numéro de juillet 1999 a inauguré est désormais augmenté en temps réel sur le site de Science Fiction Studies2 ; la bibliographie que propose ce premier numéro de ReS Futurae lui doit beaucoup, et tente de le compléter dans tout le détail de l’érudition et de la recherche universitaire en France. Sous trois angles d’approche, ReS Futurae propose une photographie ponctuelle et inaugurale de ce que représente « Étudier la science-fiction en France aujourd’hui » : dans son installation académique, dans sa floraison érudite, et dans la question de son statut. Il reste beaucoup à faire, en particulier dans tout ce que « francophone » signifie ailleurs qu’en France : ReS Futurae s’attachera à le rendre visible. 

5Aucun de ces angles ne saurait rester statique : l’étude académique de la science-fiction, comme un radar mobile, doit rester en alerte constante sur les développements d’un discours critique qui, non seulement existe depuis plus d’un siècle dans les communautés du fandom, mais a atteint sa maturité dynamique dans l’ère numérique. ReS Futurae sera donc une revue académique en peer-review, à périodicité semestrielle, avec appels thématiques arbitrés ; mais elle adjoindra à ses deux numéros par an le complément indispensable d’un espace en ligne dédié aux flux des discussions et des nouvelles du réseau. Ce carnet3 sera hébergé, comme la plate-forme revues.org où vivra ReS Futurae, par le CLEO, un consortium public français engagé dans l’open access et la diffusion numérique des données de la recherche publique. Il accueillera toutes les annonces, débats, hypothèses et appels de la revue et de sa partenaire Science Fiction Studies.

6Qu’il nous soit permis, pour conclure ce premier éditorial, d’adresser un remerciement très sincère à tous ceux qui ont donné sa chance à ReS Futurae : les équipes de lecture et d’expertise de ReS Futurae et de Science Fiction Studies ; le Cléo/OpenEdition ; les étudiants et jeunes chercheurs dont l’enthousiasme nous encourage, année après année, à poursuivre nos efforts ; et, tout spécialement : Roger Bozzetto, correspondant français de Science Fiction Studies depuis 1991, sans qui le contact n’aurait su être si chaleureux et productif, et Michel Murat, directeur du département de Littérature à l’ENS-Ulm lors du Mois de la SF à l’ENS, dont le soutien sans faille a orienté de façon déterminante des projets sur la science-fiction dont ReS Futurae vient marquer un aboutissement. Le numéro 2 en rendra compte de façon plus détaillée encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Langlet et Arthur B. Evans, « Éditorial », ReS Futurae [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://resf.revues.org/128

Haut de page

Auteurs

Irène Langlet

Professeur de littérature contemporaine à l’université de Limoges

Articles du même auteur

Arthur B. Evans

Professor of French, DePauw University

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org