Navigation – Plan du site
Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd'hui

Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène

Simon Bréan

Résumé

La science-fiction fait l'objet d'une critique d'amateurs. Ces amateurs disposent de connaissances approfondies de leur domaine. Cet article étudie trois modalités de cette érudition en France, selon qu'elle est liée à une critique périodique, à une entreprise encyclopédique ou à une critique d'écrivain.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis sa constitution en champ littéraire spécifique, la création en science-fiction s’est accompagnée d’une tradition critique endogène (Westfahl, 1999, traduit dans ce numéro). Les formes élémentaires de ce discours critique ont été les éditoriaux et les présentations accompagnant les premiers textes. En même temps qu’une pratique d’écriture alors balbutiante, la science-fiction correspondait manifestement à une certaine manière d’envisager le monde contemporain, chaque auteur et chaque lecteur s’efforçant de deviner les formes possibles d’objets techniques, de relations humaines ou de systèmes politiques et sociaux. Le rôle de la critique était de faciliter la perception par le lecteur de ces enjeux nouveaux.

2Il est vite apparu que la fréquentation de cette littérature met en jeu un type de lecture modulaire, mettant en jeu simultanément une culture fictionnelle et des connaissances du monde réel, en particulier une familiarité avec des données scientifiques. Les images et les idées de la science-fiction peuvent être reprises de texte en texte, d’une manière similaire à ce qui se produit dans toute littérature de genre, mais la valeur de cette monnaie commune se modifie à chaque incarnation en fonction de l’évolution des conceptions scientifiques et esthétiques contemporaines. Au fil de leurs lectures, les amateurs se constituent une culture personnelle qui leur permet d’apprécier la nouveauté et le raffinement présents dans un texte. Le discours critique de la science-fiction s’est constitué dans le prolongement de ce type de culture personnelle, en accordant plus d’importance aux données factuelles qu’aux analyses conceptuelles. La logique d’ensemble de ce continuum critique est la diffusion d’un savoir exhaustif. Les critiques parlent en tant que connaisseurs, qui se doublent souvent de collectionneurs. Il s’agit de consolider de manière systématique la culture individuelle, en y ajoutant un maximum d’informations, qu’il s’agisse de données biographiques, d’indications bibliographiques ou de panoramas des thèmes associés à la science-fiction.

3La tradition populaire de la critique de science-fiction est affectée d’une hypermnésie dont la forme la plus révélatrice est la constitution de listes bibliographiques exhaustives, compilées actuellement dans des bases de données en ligne en expansion constante. Cette activité critique peut aboutir à une hiérarchisation, reconnaissant l’existence d’œuvres majeures et incontournables, mais l’objectif des érudits est maximaliste : même lorsqu’ils énoncent des jugements de goût, ils ne prétendent pas disqualifier certaines œuvres et ils cherchent à préserver l’accès au plus possible de textes en rapport avec la science-fiction. Quant aux amateurs, ils recherchent dans les bibliographies et dans les articles thématiques des liens vers des récits plus obscurs, afin de parfaire leur connaissance transversale, intertextuelle, de la science-fiction.

4En cela, les objectifs et les méthodes des érudits de la science-fiction diffèrent de ceux des chercheurs universitaires. Ces derniers pratiquent une lecture intensive de certains textes riches, en offrant des interprétations ou en repérant des procédés stylistiques remarquables. Leur travail aboutit à mettre en valeur les caractéristiques exceptionnelles d’œuvres particulières, en rejetant en partie dans l’obscurité le substrat contextuel qui leur a donné naissance : la légitimation d’un objet étudié s’appuie sur un continuum d’œuvres moins abouties, que le classique exemplifie en le transcendant. Dans le cas de la science-fiction, une telle légitimation reste embryonnaire et la tradition critique la concernant est encore limitée. Le terrain de l’analyse et de l’interprétation de la science-fiction a de longue date été occupé par des connaisseurs parfois très talentueux. Pour rendre compatible la perspective universitaire avec les ressources de l’érudition, il faut en comprendre les conditions d’émergence et de développement, et en identifier les caractéristiques et les objectifs spécifiques.

5Le modèle français fournit un exemple de la manière dont se développe une critique en prise sur un domaine national. Les érudits se sont d’abord employés à faire connaître les œuvres de référence anglo-saxonnes. La critique périodique était alors le vecteur principal d’une vulgarisation cumulative. Ce type de critique s’est maintenu et même diversifié à l’ère d’Internet. Pendant les années soixante-dix une érudition des collectionneurs a commencé à fixer une histoire et un canon français de la science-fiction. En profitant de ces synthèses et d’une information plus largement disponible, des théories autochtones de la science-fiction sont apparues, formulées le plus souvent par des auteurs, qui font œuvre de critiques comme ils font œuvre d’écrivains, en s’appuyant sur leur culture personnelle pour donner forme à la science-fiction.

Les supports de l'érudition de science-fiction en France

Les supports de l'érudition de science-fiction en France

Érudition et critique périodique

6Comme le montre Gary Westfahl au sujet du domaine anglo-saxon, la tradition populaire de la critique de science-fiction aux États-Unis est un phénomène immédiatement associé à l’émergence de cette espèce littéraire délimitée par les pulps américains dans les années vingt. Dès l’origine, les revues ont été un lieu essentiel où exprimer un point de vue sur la science-fiction. En France, ce support a connu un succès moindre qu’aux États-Unis, mais en dépit de leur nombre restreint, les revues professionnelles et amateurs parviennent à remplir ce rôle en raison de l’importance accordée de manière constante à des analyses et des informations historiques.

  • 1 KWS est publié sous forme électronique sur le site de Quarante-deux : « Keep Watching the Skies », (...)
  • 2 Galaxies a été reprise par une nouvelle équipe à partir de 2006.
  • 3 ActuSF, [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL <http://www.actusf.com/>. Le Cafard cosmique, [ (...)

7La revue Fiction a beaucoup contribué à établir ce modèle, du fait de son succès et de sa longévité : elle a été la principale, parfois l’unique, revue de science-fiction en France pendant près de quarante ans, de 1953 à 1990. À cet espace de réflexion et de critique se sont ajoutées d’autres revues, comme Satellite de 1958 à 1962, ainsi que Galaxie et Univers, pendant les années soixante-dix. En parallèle, des fanzines, publications non professionnelles et à tirages limités, ont permis à des amateurs passionnés de transmettre leur vision de la science-fiction, à l’instar de Pierre Versins dans Ailleurs, de Jacqueline Osterrath dans Lunatique ou de Jean-Pierre Fontana dans Mercury. À la disparition de Fiction, d’autres fanzines, Nous les Martiens, Yellow Submarine et Cyberdreams ont accueilli pendant quelques années un discours critique de qualité. Keep Watching the Skies (KWS), qui a commencé de paraître en 1992 à l’initiative de Sylvie Denis, fournit encore, sous la direction de Pascal J. Thomas, des comptes rendus de lecture à destination des amateurs1. En 1996 sont apparues Bifrost et Galaxies, deux nouvelles revues professionnelles qui ont donné les moyens à une critique spécialisée de toucher un plus large public, rejointes en 2005 par une nouvelle version de Fiction2. Des sites spécialisés se sont également développés depuis une dizaine d’années, et certains, comme ActuSF et Le Cafard cosmique, proposent eux aussi des critiques, des actualités et des entretiens3.

8Ainsi, depuis l’introduction de la science-fiction en France, il a toujours existé des supports périodiques susceptibles d’accueillir une critique spécifique. Les revues offrent en premier lieu des fictions, nouvelles ou romans à suivre, et la critique consiste, au minimum, à fournir des pistes de lecture supplémentaires. Les lecteurs trouvent d’abord dans les recensions critiques des suggestions de romans, de films ou de bandes dessinées. Les articles plus développés, qu’ils portent sur l’histoire de la science-fiction, sur une collection, un auteur ou un thème, contiennent également des indications bibliographiques. Une deuxième motivation redouble la première, parfois de manière imperceptible. Toute la partie critique entretient l’envie non seulement d’en voir, mais aussi d’en savoir plus sur la science-fiction. À côté de la fréquentation des textes eux-mêmes, la critique périodique constitue une source indirecte de culture de science-fiction. À leur manière, les spécialistes contribuent à l’élargissement et à l’établissement du domaine de la science-fiction, à une échelle nationale ou mondiale. En cela, cette invitation à la connaissance entre en résonance avec les mécanismes de lecture de cette littérature.

9Ainsi que l’a démontré Richard Saint-Gelais, la lecture de la science-fiction fait en effet appel à une compétence encyclopédique (Saint-Gelais, 1999, p. 139-140). Pour s’imaginer le monde de la fiction et comprendre les enjeux de l’intrigue, le lecteur est amené à identifier et à retenir des mots et des concepts présentés par le texte. Cette compétence encyclopédique est cumulative : plus un lecteur fréquente la science-fiction, plus il dispose de références à réinvestir et plus ses réflexes de mémorisation s’ajustent aux dispositifs d’un nouveau texte. Cette compétence a un horizon métatextuel, dans la mesure où les objets de science-fiction acquièrent une forme d’indépendance par rapport aux fictions qui leur ont donné naissance, devenant des thèmes transversaux.

  • 4 « La collection des 290 n° de Fiction est la somme de travaux la plus importante jamais réalisée su (...)

10La critique des amateurs consiste en son principe à objectiver les informations ainsi conservées pour en discuter en dehors des textes. Il peut s’agir de faire un bilan des divers traitements d’un thème donné, de dresser des correspondances entre les œuvres d’un écrivain, de fournir un aperçu d’un mouvement particulier. L’érudition donne une forme tangible à ce que Damien Broderick a nommé le « megatext », c’est-à-dire à l’ensemble des images et idées de la science-fiction auquel font consciemment appel écrivains et lecteurs (Broderick, 1995). En France, la revue Fiction a longtemps représenté une « encyclopédie cumulative » pour les amateurs, à une époque où il n’existait aucun autre support, en ce sens que cette revue donnait à connaître plus d’auteurs, de textes et de thèmes que ce qu’un lecteur isolé aurait pu lire par lui-même4.

11Idéalement, l’érudition devrait être à même de contribuer directement à ce megatext. C’est en ce sens qu’il faudrait interpréter une initiative curieuse, celle du « vade-mecum pour les auteurs de science-fiction » proposé en 1958 par Jacques Bergier dans Satellite (Bergier, 1958). Jacques Bergier propose, avec humour, des pistes d’extrapolation pour les auteurs de science-fiction, en s’appuyant sur des publications scientifiques d’époque. Parmi les suggestions qu’il avance pour de futurs récits, on trouve l’enregistrement complet d’une personnalité dans un cristal, des drogues susceptibles de provoquer des dédoublements de personnalité, des amplificateurs d’intelligences et des systèmes stellaires suffisamment rapprochés pour permettre des voyages spatiaux subluminiques. Jacques Bergier, fait ici œuvre de fiction en reproduisant dans l’abstrait le geste créateur d’un écrivain.

  • 5 Une partie des articles de Jacques Goimard est réunie dans Critique de la science-fiction (Goimard, (...)
  • 6 On peut consulter notamment dans cette perspective un article consacré à l’œuvre de Gérard Klein au (...)
  • 7 Les prix décernés à des récits dans le domaine de la science-fiction servent avant tout à assurer u (...)

12Une figure de l’érudition active, prise dans les réseaux d’amateurs, est celle de Jacques Goimard, qui a assuré en son temps une liaison entre le domaine des fans et celui de l’université. Son activité critique s’est nourrie de nombreux points d’incidence avec le domaine de la science-fiction5. D’abord lecteur passionné, il a fait partie de l’équipe de Fiction pendant les années soixante et il en représente l’esprit à la fois œcuménique et exigeant, puisque, s’il accueille volontiers tous les types de texte, il ne renonce pas à les hiérarchiser6. Chercheur et enseignant spécialisé dans l’histoire du cinéma à l’université Paris I, il a confronté sa perception de la littérature de science-fiction aux évolutions des théories littéraires et cinématographiques. Directeur de collection et anthologiste pour Presses Pocket, il a été particulièrement bien placé pour suivre les mutations du paradigme dominant de la science-fiction pendant les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. Membre du jury du prix Apollo et du grand prix de la science-fiction, il a fait partie des fans les plus actifs7. Ses textes critiques, parus en revues ou sous forme de préfaces, explorent de nombreuses pistes pour une définition de la science-fiction et cherchent à donner sens à la démarche des écrivains, dont l’œuvre est toujours comprise dans le cadre d’une vaste intertextualité.

13Ainsi, sans être toujours aussi ostensiblement créatrice, l’activité des érudits de la science-fiction se situe dans le prolongement des créations artistiques de ce domaine. Elle a pour premier vecteur d’expression les chroniques régulières des revues et sites Internet, qui sont comme autant d’appels à la réflexion et au dialogue avec les autres amateurs. Le réseau des critiques amateurs, semi-professionnels et professionnels est à la fois plus dense et plus ancien pour la science-fiction que pour toute autre littérature de genre, ce qui résulte de l’importante fonction phatique que remplit ce type de critique.

  • 8 Parmi les forums de la science-fiction, on peut consulter ceux d’ActuSF (http://www.actusf.com/foru (...)
  • 9 De nombreux témoins insistent sur l’importance qu’ont prise dans la création d’un noyau de fans éru (...)

14Le rapport à ce réseau critique peut être source de malentendus entre érudits et chercheurs. Il pourrait être tentant de considérer comme des manifestations secondaires les recensions d’ouvrages, le courrier des lecteurs d’une revue, ou les discussions échangées sur des forums en ligne8. Or, l’intérêt des érudits pour la science-fiction est indissociable d’une forme de sociabilité. Lire et analyser de la science-fiction font partie de leur mode de vie et toutes leurs réflexions s’enracinent dans la fréquentation non seulement d’œuvres artistiques mais de tout un milieu nourrissant leur passion et leur pensée. Ces échanges s’organisent autour de lieux physiques, des librairies, des déjeuners ou des festivals9. C’est à partir de ce lien intime avec des œuvres et un milieu que les érudits de la science-fiction affinent et affirment leurs goûts et jugements.

15Les chercheurs, à moins qu’ils n’aient développé ce lien indépendamment de leur formation universitaire, ont une perspective en quelque sorte inversée par rapport à celle des érudits. Revues et sites ont en premier lieu pour eux une valeur documentaire, soit qu’ils y cherchent des indications historiques, par exemple pour reconstituer la réception d’époque d’une œuvre donnée, soit qu’ils y glanent des indices d’une intertextualité particulière. La critique périodique peut ainsi servir aux chercheurs à fonder à une approche historiographique ou sociologique, en y détectant les goûts d’une époque. Pour les érudits, en revanche, il s’agit de l’ingrédient de base de leur réflexion. Ces derniers sont partie prenante du champ littéraire qu’ils commentent et analysent, si bien que leurs réflexions sont en même temps des actes. Ils participent de la formation d’un « macro-texte » local, c’est-à-dire l’ensemble des représentations associées historiquement à la science-fiction dans un pays particulier, en raison de l’évolution des mentalités, des choix de traduction et de publication, ainsi que de l’imagerie dominante dans cette sphère nationale.

16Les chercheurs entreprenant d’étudier des œuvres de science-fiction comprendront mieux les enjeux d’une critique ou d’un article d’encyclopédie en prenant en compte l’influence permanente de ces réseaux d’échange et de sociabilité. De même, en abordant les ouvrages d’érudits français, il convient de garder à l’esprit que leurs productions ont pour conséquence, sinon pour objectif, de concourir à donner forme à la science-fiction en France. En même temps qu’ils fournissent des données factuelles et des analyses pertinentes, les érudits transmettent leur point de vue sur la science-fiction. Ils ne peuvent aspirer au type d’objectivité que revendiquent les chercheurs, mais ce que leurs recherches ont de subjectif est compensé par l’exhaustivité de leurs ressources documentaires.

L’érudition des collectionneurs

17N’importe quel amateur prenant la plume dans une revue n’en acquiert pas pour autant connaissances et compétences. La critique périodique fournit avant tout un substrat permettant aux érudits de nourrir et de transmettre leur expertise. Ce sont des acteurs du milieu de la science-fiction, amateurs éclairés, critiques spécialisés ou écrivains, qui se constituent peu à peu un savoir et une bibliothèque à partir de leurs propres lectures et recherches. La formulation d’un discours érudit n’est à cet égard qu’un effet secondaire d’une passion privée. Après avoir poursuivi l’objet de sa passion pendant des années, un érudit entreprend de faire profiter d’autres lecteurs des connaissances acquises au prix d’une longue persévérance. Ce lien entre érudition et collection est en partie responsable du faible nombre d’études consacrées au domaine français en tant que tel. Les érudits parlent de ce dont ils disposent dans leurs bibliothèques. Les amateurs anglo-saxons n’abordent donc que très rarement des ouvrages qui ne soient pas publiés en langue anglaise, tandis que leurs homologues francophones analysent avant tout les textes disponibles dans leur aire culturelle, qui sont en majorité des œuvres traduites de l’anglais, et en plus faible proportion des œuvres françaises.

18Les premiers ouvrages critiques d’envergure sur la science-fiction en France sont l’œuvre de grands collectionneurs. Publiés au début des années soixante-dix, L’Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction de Pierre Versins (Versins, 1984), le Panorama de la science-fiction de Jacques van Herp (Van Herp, 1996) et L’Histoire de la science-fiction moderne de Jacques Sadoul, résultent d’une passion et d’un travail de plusieurs décennies (Sadoul, 1984). Du fait de l’intertextualité de la science-fiction, tout discours ignorant une partie des variations fictionnelles d’un thème particulier s’expose à rester incomplet, donc faux ou inutile. En s’appuyant sur leur bibliothèque et sur des années d’investissement personnel, les érudits s’efforcent d’éviter cet écueil : ils s’assurent de disposer d’exemplaires physiques de leur corpus d’étude et ils travaillent à réduire leurs lacunes bibliographiques.

  • 10 Pierre Versins a également publié plusieurs romans de science-fiction humoristiques, écrit des chro (...)
  • 11 Maison d’ailleurs, Musée de la science-fiction, des voyages extraordinaires et de l’utopie [en lign (...)

19Dans le domaine francophone, Pierre Versins est la figure la plus frappante de cette alliance entre volonté de collectionner et entreprise d’érudition10. Lorsqu’il a commencé à se passionner pour la science-fiction, au début des années cinquante, les bibliothèques publiques ne conservaient pas ce genre d’ouvrage et a fortiori n’en fournissaient pas une collection exhaustive. Il revenait à l’amateur de se procurer par ses propres moyens les textes qu’il cherchait. De plus, Pierre Versins s’intéressait non seulement à la littérature et au cinéma de science-fiction, mais également à tout ce qui, de près ou de loin, entretenait un rapport avec ce qu’il appelle la « conjecture rationnelle ». Il a ainsi entrepris de rassembler, pendant plus d’une vingtaine d’années, toutes sortes d’objets liés à la science-fiction, aussi bien des jouets et des gadgets que des livres rares et anciens. Cette collection a servi de source primaire pour le grand œuvre de Pierre Versins, à savoir son Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, avant d’être recueillie et préservée par la Maison d’Ailleurs, un musée et centre de recherches consacré à la science-fiction11.

  • 12 Louis Geoffroy, Napoléon et la conquête du monde (1812-1832) (1836), Paris, Tallandier, 1983.

20L’entreprise d’érudition de Pierre Versins est ainsi indissociable de sa passion de collectionneur. Son Encyclopédie reflète l’éclectisme de l’intérêt qu’il porte à toutes les manifestations de l’état d’esprit qu’il associe à la science-fiction : « Ce domaine, nous l’avons défini “Conjectures romanesques rationnelles”, et il ne ressemble guère au tableau que l’on en brosse d’habitude, faute d’avoir visité à fond ses monuments, exploré toutes ses avenues, pour ne rien dire de ses chemins de traverse et de ses culs-de-sac » (Versins, 1984, p. 6). Le collectionneur Pierre Versins rend ainsi hommage à de très nombreux auteurs « conjecturaux », oubliés et négligés par l’histoire littéraire, auxquels il consacre des notices d’autant plus fournies que leurs œuvres sont obscures, mais essentielles pour déterminer l’évolution des manifestations fictionnelles de l’extrapolation depuis des milliers d’années, dont la science-fiction à l’américaine n’est qu’une des incarnations récentes. De ce fait, l’encyclopédie de Versins demeure une référence incontournable à propos de certains auteurs, comme Étienne Cabet ou Louis Geoffroy. Le long article consacré à ce dernier est un plaidoyer en faveur de son ouvrage majeur, Napoléon et la conquête du monde12, la première uchronie, parue vingt-et-un ans avant celle de Charles Renouvier. Versins cite de larges passages de ce texte pour en montrer la justesse et la cohérence, ainsi que la rigueur et la portée de ses anticipations scientifiques, pour finir sur ses regrets qu’une telle œuvre soit injustement oubliée. Sans son ambition de collectionner la totalité des récits conjecturaux et son désir de partager ses connaissances à leur sujet, ce genre d’ouvrage ne serait sans doute pas pris en compte dans l’histoire littéraire de la science-fiction.

21Le choix des sujets est ainsi justifié par une politique d’acquisition préalable, tandis que la manière de les traiter dépend du goût de l’érudit. Pour autant qu’elle fournisse de nombreuses informations précises, une telle œuvre n’est pas censée être objective. Pierre Versins défend dans ces notices son point de vue et ses opinions. Il critique à l’article « Honte et science-fiction » les auteurs qui nient écrire de la science-fiction parce qu’ils considèrent leurs œuvres de trop bonne qualité pour en être. Il se moque des critiques anglo-saxons qui ne connaissent que leur domaine et lui assignent pour origine Frankenstein, « œuvre qui les a frappés sans doute parce qu’elle est anglaise et parce que Boris Karloff était américain » (Versins, 1984, p. 213). Néanmoins, l’Encyclopédie de Versins n’est ni une collection de réponses absolues, ni un recueil de ses opinions. Comme il l’indique en introduction, elle est destinée à permettre « d’écrire un jour l’étude véritablement exhaustive qu’on attend toujours » (Versins, 1984, p. 6). Aux yeux de son auteur, cet ouvrage n’est qu’une étape et il ne sert qu’à transmettre un savoir sur lequel le recul n’est pas encore suffisant. De cette étude exhaustive, l’encyclopédie de Versins offre encore l’image la plus ressemblante, si bien qu’elle reste un ouvrage de référence, à la fois comme source d’informations sur des textes obscurs, mais maintenant bien connus des amateurs de science-fiction, et comme document portant témoignage de la manière modulaire dont se constitue la culture de science-fiction. En effet, des informations précieuses peuvent être dispersées au hasard des notices et il est parfois inutile de chercher directement une réponse, comme l’indique l’article « science-fiction », qui a pour seul texte : « Si, parvenu jusqu’ici de votre lecture, vous ne savez pas encore ce que c’est… » (Versins, 1984, p. 802). La méthode encyclopédique, aux yeux mêmes de Pierre Versins, fait ainsi écho à la manière dont se constitue une culture de science-fiction.

22Les deux autres sommes érudites de cette époque sont également le produit d’une passion individuelle et elles reflètent les inclinations de leurs auteurs, ainsi que la composition de leurs bibliothèques. Le Panorama de la science-fiction de Jacques van Herp est le premier exemple français d’un ouvrage proposant une approche thématique exhaustive de la science-fiction. Dans ce deuxième modèle d’organisation d’un savoir érudit, les considérables connaissances de Van Herp se trouvent ordonnées et organisées en chapitres regroupant soit des thèmes, soit des données historiques ou géographiques, soit des questions générales. Jacques van Herp puise surtout dans les textes d’auteurs d’imagination scientifique ayant précédé l’apparition de la science-fiction, selon une conception très large de ce que signifie la science-fiction. Tout récit faisant intervenir une imagerie scientifique, ou même une part de spéculation rationnelle, se trouve ainsi incorporé à un continuum de science-fiction dans lequel la science fiction américaine n’est qu’une manifestation récente.

  • 13 « (…) ce livre est déjà un ouvrage critique et non objectif : c’est une histoire partiale et partie (...)
  • 14 Des articles de la revue Univers, sous la direction de Jacques Sadoul, complètent pendant les année (...)

23Jacques Sadoul, en revanche, ne parle dans son Histoire de la science-fiction moderne que d’ouvrages ayant au plus une cinquantaine d’année, car c’est ce qu’il aime et dont il dispose dans sa bibliothèque. Fort de sa large collection de pulps et de magazines américains, ainsi que de nombreux romans français, anglais et américains, il présente une histoire « partiale et partielle »13 des textes, en passant en revue, année après année, écrivains et textes majeurs et originaux. Au fil de ses résumés d’intrigues et des dates de création et de disparition des structures éditoriales, il n’offre que très peu d’analyses et n’ébauche que quelques rapprochements entre certains auteurs. Cette chronique doit servir de point d’appui aux amateurs pour se constituer une culture personnelle et de point de départ pour une histoire plus rigoureuse de la science-fiction (Sadoul, 1984, p. 20). Elle reste pourtant unique en son genre et longtemps irremplaçable en ce qui concerne l’histoire de la science-fiction française14. Son approche anecdotique de la science-fiction suffit à contenter les amateurs, qui y retrouvent leur propre façon de s’approprier cette littérature, comme une mosaïque de textes irréductibles les uns aux autres.

24De fait, pour impressionnantes que puissent sembler ces sommes d’érudition, leur rôle dans les représentations de la science-fiction en France ne doit pas être exagéré. En effet, au sein d’un milieu fondé sur des échanges entre pairs, personne ne jouit d’un magistère intellectuel incontestable. Il existe bien sûr des critères qui garantissent une certaine audience, comme la position d’autorité assurée par la direction d’une revue ou d’une collection, de même que la constatation d’une pertinence récurrente des analyses proposées, mais le premier mérite d’un critique de science-fiction est d’avoir lu ce dont il parle et de jouir d’une culture certaine sur le domaine, mérite en fait partagé par à peu près tous les amateurs de science-fiction. En conséquence, même si Pierre Versins, Jacques van Herp et Jacques Sadoul sont d’immenses lecteurs et si une culture encyclopédique a été nécessaire pour composer leurs œuvres, leurs jugements n’ont rien de définitif et il appartient à chaque lecteur de se forger une opinion à partir d’un corpus élargi.

  • 15 Des mêmes auteurs, on peut également consulter, à des fins de documentation historique sur la scien (...)

25À la mosaïque des textes correspond une multiplicité des points de vue, exprimée dans une autre entreprise de totalisation datant de la même époque, L’Effet science-fiction d’Igor et Grishka Bogdanoff (Bogdanoff, 1979)15. Cet ouvrage, sous-titré « à la recherche d’une définition », procède pourtant d’une démarche d’accumulation similaire à celles des premiers encyclopédistes et annalistes de la science-fiction. Les frères Bogdanoff, au terme d’une enquête de plusieurs années effectuée auprès d’une myriade de personnalités, classent et compilent tous ces points de vue, en les hiérarchisant selon leur propre perspective, depuis les manifestations de déni et d’ignorance jusqu’aux jugements informés des connaisseurs. Cet ouvrage, à l’instar de l’Encyclopédie de Versins et de l’Histoire de Sadoul, reste placé sous le signe de la fragmentation. Même les avis fondés sur une connaissance incontestable de la science-fiction ne permettent pas d’aboutir à une thèse unique et cohérente. Confronté à une multitude de positions différentes, le lecteur de L’Effet science-fiction est invité à se former par lui-même une opinion.

26L’impossibilité de parvenir à une définition est un lieu commun pour les amateurs comme pour les érudits. La science-fiction, à la fois littérature, cinéma, bande dessinée, illustration, voire questionnement philosophique ou sociétal, renvoie à un ensemble de phénomènes et de créations d’autant plus difficile à englober dans un domaine délimité que de nouveaux thèmes et de nouvelles manières de traiter et de combiner des formes anciennes ne cessent de se manifester. Le discours des érudits, qui procède d’un macro-texte déterminé historiquement et géographiquement, est conditionné à un état provisoire de faits et de connaissances. L’incertitude, à cet égard, tient autant à ce qui pourrait être inventé de nouveau qu’à ce qui pourrait être redécouvert dans d’obscures œuvres anciennes ou appartenant à un corpus étranger. C’est pour cette raison que Pierre Versins et Jacques Sadoul insistent sur le caractère inachevé de leurs sommes pourtant impressionnantes. Leurs entreprises sont par nature vouées à l’incomplétude.

  • 16 La Grande Anthologie de la science-fiction a connu deux périodes de publication, une première série (...)

27Néanmoins, la publication de ces ouvrages marque le moment, pendant les années soixante-dix, où les érudits français deviennent capables de se saisir pleinement du corpus de la science-fiction. Cette période correspond en France à une importante expansion éditoriale, qui rend plus facile l’accès à des textes variés, aussi bien anciens que récents, par le biais des anthologies et des collections de poche. Dès lors, une grande partie du fonds de la science-fiction est appelée à perdurer, en bibliothèque comme en librairie, si bien que l’érudition bibliographique des collectionneurs sert plutôt à fournir des points de repère dans un corpus de plus en plus étendu qu’à en ressusciter l’histoire. Les ouvrages d’érudition bibliographique offrent de ce fait un croisement particulier de catalogage objectif et de sélection subjective. Plutôt que de proposer des analyses et des réflexions suivies sur la science-fiction, ces érudits entreprennent de décrire ce qui est et a été, pour rendre compte de cette modalité de la fiction en récapitulant ses manifestations. Ainsi, chaque tome de la Grande Anthologie de la science-fiction, lancée par Gérard Klein, Jacques Goimard et Démètre Ioakimidis16, contient une sélection de nouvelles sur un thème particulier, comme les robots ou les surhommes, tandis que l’ensemble forme comme une sorte d’encyclopédie traitant par l’exemple les questions que peuvent se poser les lecteurs sur les différents thèmes. Non seulement ces anthologies permettent de se constituer des bibliothèques abrégées de la science-fiction, mais les introductions fournissent un aperçu complet de l’histoire et des variations du thème abordé. En plus d’une visée encyclopédique, ces ouvrages affirment une ambition critique, puisque les érudits discutent et évaluent l’importance relative de chaque thème, en reconstituant ses origines historiques et littéraires et en discutant ses limites.

  • 17 Les « Années de la science-fiction et du fantastique » sont publiées chez Julliard entre 1978 et 19 (...)
  • 18 On peut y ajouter le Dictionnaire de la science-fiction de Denis Guiot, Alain Laurie et Stéphane Ni (...)
  • 19 On peut aussi consulter La Science-fiction, une littérature du réel, de Raphaël Colson et d’André-F (...)
  • 20 Un Dictionnaire encyclopédique des littératures de l’imaginaire a été entrepris au début des années (...)
  • 21 Ces ouvrages sont publiés par Encrage, une maison d’édition lancée par Alfu (Alain Fuzellier) en 19 (...)

28Une dernière tentative de totalisation à cette époque est la série des Années de la science-fiction, destinée à fournir une sorte d’encyclopédie en temps réel17. Les entreprises démesurées de Versins et de Sadoul ne se voient prolongées pendant les décennies qui suivent que par de petites encyclopédies plus proches du guide de lecture, telles que Le Catalogue des âmes et cycles de la science-fiction de Stan Barets (Barets, 1981), L’Encyclopédie de poche de la science-fiction de Claude Aziza et Jacques Goimard (Aziza et Goimard, 1986), ou le Passeport pour les étoiles de Francis Valéry (Valéry, 2000)18, auxquels s’ajoutent des manuels introductifs suivant le modèle du Panorama de Van Herp, tel que La Science-fiction de Gilbert Millet et de Denis Labbé (Labbé et Millet, 2001)19. Si ce type d’ouvrage se révèle souvent un usuel très pratique pour entrer dans le corpus de la science-fiction, les contraintes physiques de leur support et le biais subjectif qui guide la sélection des œuvres évoquées limitent leur apport à l’érudition bibliographique de la science-fiction. Aucune encyclopédie de l’ambition et de la qualité de celle dirigée par Clute et Nicholls (Clute et Nicholls, 1999)20 pour le domaine anglo-saxon n’a abouti en France, mais des travaux considérables continuent à s’ajouter aux ressources des érudits, comme L’Histoire revisitée, d’Éric B. Henriet, somme considérable sur l’uchronie (Henriet, 2004), et l’ouvrage de Joseph Altairac et de Guy Costes sur Les Terres creuses, qui passe en revue chronologiquement tous les textes de fiction mettant en scène des mondes souterrains, qu’il s’agisse de civilisations englouties ou d’écosystèmes complets (Altairac et Costes, 2006)21. Le souci de la précision bibliographique et de l’exhaustivité font de ce genre d’ouvrage un usuel indispensable pour acquérir des connaissances certaines sur un corpus difficilement accessible.

  • 22 NooSFere, [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL <http://noosfere.com/default.asp>. Quarante-D (...)
  • 23 Les ressources de Noosfere concernent également la fantasy, le merveilleux, le fantastique.

29Du fait de l’ardeur mise par les amateurs à constituer des ressources documentaires, les chercheurs souhaitant aborder la science-fiction disposent d’outils de références plus fiables et variés que pour la plupart des littératures de genre. De plus, les érudits et les passionnés de science-fiction ont rapidement mis à profit les possibilités offertes par l’Internet. L’hypermnésie favorisée par ce support convient à merveille au fonctionnement cumulatif de la science-fiction. Noosfere et Quarante-deux, en particulier, offrent des bases de données complètes, ainsi que des articles parus antérieurement dans des revues ou des préfaces22. Le site de Quarante-deux offre ainsi l’accès à un catalogue, partiel mais progressivement enrichi, de la bibliothèque de recherche de l’association, qui regroupe la quasi-totalité des collections et revues françaises, tandis que l’encyclopédie de Noosfère se nourrit d’informations tirées par ses membres de leurs propres collections23.

30L’érudition des collectionneurs a donné, et continue de produire, des sources de renseignement fiables et balayant un large spectre. Le travail toujours plus précis des érudits, servis par des outils informatiques collaboratifs, est susceptible de soutenir des efforts d’analyse de grande envergure. Néanmoins, la perspective des érudits de science-fiction reste la même, à l’échelle d’une publication périodique ou d’une encyclopédie. Les chercheurs peuvent s’appuyer sur ces ouvrages ou ces bases de données pour étayer leurs propres études, mais ils n’y trouveront que très peu d’éléments théoriques avec lesquels établir un dialogue. Le corpus des œuvres constituant l’alpha et l’oméga de leurs travaux, les érudits envisagent des points de passage et de dialogue entre les œuvres, mais ils n’entreprennent pas de développer une réflexion susceptible de se substituer à la lecture des œuvres elles-mêmes. Toute théorie sur la science-fiction risque en effet de devenir une œuvre de science-fiction. C’est pourquoi ceux qui s’y essaient sont en majorité des écrivains eux-mêmes.

L’érudition des écrivains

31Dans le domaine français, il n’est pas rare que des écrivains deviennent des collaborateurs de revues ou des directeurs de collection. L’intérêt pour la science-fiction va de pair avec une créativité susceptible de prendre de très nombreux aspects. Au minimum, le lecteur passionné s’investit dans la recréation du monde postulé par le texte. La lecture de la science-fiction repose sur un acquiescement raisonné face à l’intrigue et au monde. Le lecteur confronte ses propres inférences et suppositions aux postulats mis en place par l’auteur et il n’accepte du texte que ce qui lui paraît convaincant. Cette expérience de lecture laisse le sentiment d’une forme de collaboration créative, guidée et encadrée strictement par l’œuvre, mais pendant laquelle le lecteur dispose d’une marge d’appréciation suffisante pour s’approprier en partie le processus d’extrapolation propre à la science-fiction. Les lecteurs appréciant ce sentiment recherchent d’autres œuvres du même type, devenant ainsi des amateurs de science-fiction.

  • 24 Génération science-fiction, laboratoire nexialiste de psychohistoire littéraire, [en ligne], http:/ (...)

32Lorsque des amateurs entreprennent de devenir aussi des acteurs du domaine de la science-fiction, plusieurs possibilités s’offrent à eux, sans exclusive, pour étendre et diffuser l’état d’esprit qu’ils apprécient. C’est dans leurs rangs que se recrutent le plus souvent les créateurs de fanzines ou de sites Internet, les critiques de revues, les organisateurs de conventions et d’associations, les directeurs de collection. Parmi ces amateurs actifs se trouvent les érudits dont il a été question jusqu’ici, mais aussi des écrivains, qui sont des amateurs suffisamment talentueux pour s’approprier le geste créateur de la science-fiction. Ces sous-ensembles se confondent la plupart du temps, même s’il est rare qu’un amateur puisse s’investir avec la même réussite dans toutes les activités liées à sa passion. Pierre Versins, quoique auteur de romans et de nouvelles, a plus contribué par son activité critique à la constitution du domaine de la science-fiction en France. Alain Dorémieux et Michel Demuth, excellents nouvellistes, ont surtout assuré un rôle essentiel de passeurs culturels pendant plus de vingt ans, aux commandes de Fiction et de Galaxie. Inversement, des auteurs majeurs comme Jean-Pierre Andrevon et Philippe Curval ont fait preuve de leur érudition dans les colonnes de ces mêmes revues, mais plus que leur participation à la critique périodique de leur temps, leurs œuvres ont guidé l’évolution de la science-fiction française. Parmi les exemples actuels de la convergence entre désir d’écrire et désir de penser la science-fiction, on peut citer Gilles Dumay, directeur de la collection Lunes d’Encre, collaborateur de la revue Bifrost et écrivain publié sous le nom de Thomas Day, ou les auteurs participant au blog Génération Science-fiction, Ugo Bellagamba, Sylvie Denis, Claude Ecken et Roland C. Wagner24.

33La participation des écrivains à l’érudition de science-fiction peut faire plus qu’accompagner la lecture des textes lorsqu’elle prend la forme d’une réflexion théorique, le plus souvent liée à une conception personnelle de la science-fiction. En effet, la perspective d’un écrivain, quelle que soit l’étendue de sa connaissance du domaine, diffère sensiblement de celle des autres érudits. L’acte d’écrire implique une capacité à remettre en cause les images et les idées de la science-fiction, pour les renouveler. Là où l’érudit collectionneur désire rendre compte de ce qui est et a été aussi précisément que possible, l’écrivain cherche des formes encore inconnues ou innommées dans les catégories passées et présentes. Pour autant, il ne s’agit que très rarement de manifestes. Les quelques auteurs qui se sont essayés à indiquer ce que devrait être la science-fiction ont d’ailleurs prêché dans le désert ou rencontré des réactions hostiles. Ainsi, un article de Daniel Drode, « Science-fiction à fond » (Drode, 1960), présente en 1960 des remarques très éclairantes sur un problème esthétique majeur de la science-fiction, le décalage entre l’entreprise d’extrapolation à l’œuvre dans ces fictions qui postulent des mondes très différents du nôtre, et l’emploi d’une langue courante pour donner forme à ces mondes. Cet article est un plaidoyer pour la généralisation de tentatives d’écriture plus audacieuses, dont Daniel Drode a lui-même donné l’exemple dans son roman Surface de la planète. Si ces réflexions peuvent servir à guider des analyses littéraires de la science-fiction, ce type de considérations théoriques n’a presque aucun impact sur l’écriture et la définition pratique de la science-fiction.

  • 25 Cette notion de « bulle de présent », avancée au milieu des années quatre-vingt-dix, pourrait aussi (...)

34L’activité théorique des écrivains échappe à une définition stricte de l’érudition, comprise comme une entreprise de compilation. Les auteurs ne cherchent pas à reprendre ce qui a été, mais à saisir ce qui n’a pas encore été repéré, pour affiner la perception d’un domaine en perpétuelle évolution. Il peut s’agir d’une notion évocatrice, comme la « bulle de présent » identifiée par Sylvie Denis comme une modalité de l’écriture de la science-fiction depuis Neuromancien (Denis, 1995). Selon cette analyse, ans les romans de William Gibson, « le futur s’est dissous dans la quotidienneté » (Denis, 1994), car l’auteur postule la permanence dans les décennies à venir de nombreux objets attachés à des marques et des entreprises déterminées. Cette manière d’écrire de la science-fiction implique de renoncer à faire le « petit saut quantique » (Denis, 1995) permettant de postuler une situation radicalement différente. L’idée d’un attachement à une « bulle de présent » permet notamment de rendre compte de certains textes publiés hors de la science-fiction proprement dite, dans lesquels des écrivains comme Michel Houellebecq, Maurice Dantec et Bernard Werber, prennent acte de l’importance des technosciences dans la vie quotidienne, sans proposer autre chose que des prolongements du présent. Tandis que les natures et les sociétés humaines demeurent invariantes, leurs romans donnent à voir quelques modifications ponctuelles dues à des innovations scientifiques25.

35Un dialogue fructueux peut s’établir entre les érudits et les chercheurs à partir de ce type de théorisation, en prenant garde à ne pas en exagérer l’importance à l’échelle du domaine de la science-fiction. Les politiques de publication et les succès publics et critiques déterminent bien davantage les paradigmes dominants de la science-fiction à une époque donnée ; la théorisation se développe en parallèle, mais touche un public bien plus restreint. Ainsi, quand Claude Ecken propose, dans « Pour une approche quantique de la SF » (Ecken, 2011), une analyse métaphorique de la science-fiction comme objet quantique, il s’adresse au petit nombre de fans français qui s’interrogent sur un déclin possible de la science-fiction. De plus, il cherche à les convaincre de se joindre au reste des amateurs. En effet, tout son raisonnement tend à minimiser l’intérêt de s’inquiéter du sort de la science-fiction. Pour cela, il emploie alternativement deux stratégies adaptées à un lectorat d’érudits férus de sciences physiques. D’une part, il tire de la mécanique quantique des images frappantes. La science-fiction se voit ainsi attribuer une « dualité onde-particule » (Ecken, 2011, p. 116), c’est-à-dire qu’elle jouit d’une double nature, qu’il est vain de vouloir distinguer : appartiennent à la science-fiction tant les textes qui emploient ses objets, jusqu’aux plus superficiels, que les récits incitant à une réflexion et une abstraction poussées. D’autre part, Claude Ecken fait appel à une solide érudition historique pour montrer que les difficultés de la science-fiction en France sont liées à un très ancien rejet de la science en littérature, qui n’a pourtant jamais empêché des écrivains de produire des textes de valeur. Même si son raisonnement stimule la réflexion, il conclut sur une série de mises en garde, en insistant sur la vanité des définitions exclusives, des lamentations sur le déclin de la science-fiction et des tentatives pour l’intégrer dans le champ littéraire. La démonstration d’Ecken, rigoureuse et ludique à la fois, invite en fait les amateurs inquiets à ne plus s’en faire et à lire, plutôt qu’à théoriser à leur tour.

36Lorsque Claude Ecken défend sa perspective mi-humoristique, mi-sérieuse, comme lorsque Pierre Stolze débat avec Gérard Klein sur l’importance relative des images et des idées dans la science-fiction, ces écrivains défendent leur conception de cette littérature, conception intuitive et liée à leur pratique personnelle (Stolze, 1998). Les romans de Pierre Stolze jouent ouvertement de l’intertextualité plastique de la science-fiction, en associant toutes sortes d’images, aussi bien des icônes comme Marilyn Monroe ou Greta Garbo que des entités culturelles comme le Père Noël et le Père Fouettard, au sein d’un tourbillon spatio-temporel d’êtres stéréotypés comme des samouraïs, des moines tibétains, des dinosaures et des chevaliers teutoniques (Stolze, 1986 et 1996). Dans les fictions de Gérard Klein, en revanche, les images valent surtout dans la mesure où elles rendent manifestes des structures sous-jacentes. Quand Klein fait se rencontrer, dans Les Seigneurs de la guerre (Klein, 2001), des soldats de toutes les époques au sein d’Aergistal, une sphère gigantesque englobant notre galaxie dans un avenir lointain, c’est pour faire comprendre la fonction de cette sphère. Aergistal est un carrefour spatio-temporel où s’affrontent à l’infini des guerriers de toutes les époques humaines, afin de purifier progressivement la galaxie de ses tendances à la violence, tout en maintenant une barrière contre d’éventuels envahisseurs. Aergistal est moins une image de science-fiction qu’une idée incarnée.

37Pour les écrivains de science-fiction, l’érudition est ainsi la continuation de l’écriture fictionnelle par d’autres moyens, ce qui implique une forme d’engagement personnel dans ces théories. Les contributions de Gérard Klein à la réflexion sur la science-fiction se rattachent à une volonté de défense et d’illustration d’une science-fiction rigoureuse, dont ses fictions donnent déjà des exemples. Que ce soit lorsqu’il plaide pour une professionnalisation accrue des écrivains français (Klein, 1967), lorsqu’il analyse la science-fiction comme l’expression des fantasmes d’une classe moyenne technophile (Klein, 2005), lorsqu’il propose une théorie sur les « subjectivités collectives » pour expliquer en quoi les écrivains de science-fiction écrivent pour concrétiser des aspirations sociales (Klein, 2011), Gérard Klein théoricien poursuit l’œuvre de Gérard Klein écrivain, en donnant à voir les structures de cristallisation d’idées dissimulées sous l’incessante production d’images de la science-fiction, dans ses préfaces et essais (Bréan, 2012).

38De la même manière, les réflexions de Francis Berthelot et de Serge Lehman peuvent difficilement être dissociées de leurs ambitions d’écrivain. Francis Berthelot, écrivain et chercheur, propose dans sa Bibliothèque de l’Entre-Mondes une méthode de classification permettant d’éviter les catégorisations rigides entre la littérature générale et les différentes littératures non réalistes (Berthelot, 2005). Il regroupe sous le vocable de « transfiction » les textes qui d’une manière ou d’une autre transgressent les normes littéraires ou les règles de la réalité. Le parcours à travers les siècles et les genres que permet la notion de transfiction fait écho au chemin emprunté par l’œuvre du romancier, dont le cycle du « Rêve du démiurge » se révèle difficile à classer, un même univers servant de cadre à des récits symboliques, réalistes et fantastiques. Née de la même veine d’inspiration que les fictions de Francis Berthelot, sa notion de transfiction peut sans peine leur servir de cadre théorique, tout en fournissant un point d’entrée original dans la littérature en général.

  • 26 Une autre partie importante de la réflexion critique de Serge Lehman porte sur la manière dont les (...)

39La convergence entre les aspirations de l’écrivain et de l’érudit prend en partie la forme chez Serge Lehman d’une quête des origines26. Dans les fictions, cette quête a culminé en deux occasions. Aucune étoile aussi lointaine (Lehman, 2001c), roman nourri d’une très forte intertextualité, montre l’odyssée nostalgique d’un des derniers aventuriers spatiaux, lancé à la poursuite d’une très ancienne machine destructrice. Ce voyage initiatique est tout entier tourné vers le passé, puisqu’il s’agit de refaire le parcours de cette machine, tout en apprenant au fur et à mesure les secrets de l’origine de l’univers connu, jusqu’à refonder cet univers en revenant en arrière dans le temps. L’autre traduction éminente de cet intérêt pour les origines se trouve dans Le Livre des ombres (Lehman, 2005), un recueil de nouvelles qui est l’occasion pour Serge Lehman de revisiter son œuvre, en présentant ses textes comme les fragments disparates d’un passé cohérent et signifiant.

  • 27 Serge Lehman parle d’« étrange rameau mort de la littérature », dans « L’héritage du merveilleux sc (...)
  • 28 « Quelque part dans l’histoire des lettres françaises, il s’est produit une cassure dont l’écho rés (...)
  • 29 L’une des propositions avancées par Serge Lehman dans sa quête d’une origine de la science-fiction (...)

40Le désir d’une origine susceptible de servir de fondation à un glorieux avenir a conduit le Serge Lehman érudit à réexaminer le passé de la science-fiction en France. Les prémisses de cette enquête se trouvent dans l’introduction à une anthologie d’écrivains français, Escales sur l’horizon, « Les enfants de Jules Verne » (Lehman, 1998). Deux questions s’y trouvent liées, celle de la légitimité de la science-fiction et celle de la place de la tradition française dans son histoire. Serge Lehman en vient à considérer que le « rameau mort de la littérature »27 qu’est l’imagination scientifique française était porteur de possibilités extraordinaires et que ce n’est qu’en raison d’une sorte de malentendu que des milliers de textes ont été déconsidérés (Lehman, 2006, p. III). Du fait du pessimisme à l’égard de la technique qui a suivi la Grande Guerre, les auteurs français se sont enfermés dans un « autisme thématique » qui les a empêchés de faire le poids face aux auteurs américains, provoquant ainsi une « cassure »28 dans la littérature française. Parmi les « chasseurs de chimère » qu’il s’emploie à réhabiliter, Serge Lehman dialogue à un siècle de distance avec l’auteur auquel il attribue la première théorie de la science-fiction (Lehman, 2011, p. 10), Maurice Renard, l’un des meilleurs romanciers d’imagination scientifique, et le seul à avoir écrit sur sa propre pratique. Les réflexions de Renard constituant un point d’ancrage historique assez stable pour lui fournir une origine, Serge Lehman semble disposé à proposer une histoire de la science-fiction d’expression française susceptible de résorber la cassure qu’il tient pour responsable de la faible légitimité de la science-fiction29.

  • 30 Ainsi, la théorie de Francis Berthelot sur les transfictions ne s’applique pas exactement au reste (...)

41Bulle de présent, dualité onde-particule, subjectivités collectives, transfictions, enfants de Jules Verne : l’érudition des écrivains est une source de conceptions stimulantes, puisque leurs travaux représentent la convergence d’une importante culture personnelle et d’une capacité de renouvellement des images de la science-fiction. Ces concepts sont toujours en prise directe sur les textes, car l’explication du corpus reste l’horizon ultime de leurs réflexions. Il s’agit de rendre compte de liens entre les œuvres, de justifier des choix thématiques, de restituer un continuum historique ou générique pertinent, mais pas de mettre au point des outils d’analyse, ni de développer des théories abstraites qui pourraient s’étendre au reste de la littérature30. Pour être en mesure de s’approprier leurs réflexions, comme pour l’érudition périodique et encyclopédique, une connaissance directe des œuvres reste indispensable, en particulier les fictions de ces écrivains érudits, qui sont une autre facette de leur perception de la science-fiction.

42L’érudition de science-fiction naît d’une tendance à l’analyse critique, très forte dans ce domaine en raison des liens dynamiques entre univers réels et univers science-fictionnels. En France, elle a d’abord été liée à une critique périodique, puis elle est devenue un effort systématique lorsque des amateurs passionnés ont proposé des histoires, des panoramas et des encyclopédies, jetant à partir de leurs propres collections les bases d’un savoir complet sur leur littérature de prédilection. En parallèle de ces efforts systématiques, dont ils bénéficient également, des écrivains se sont appuyés sur leur culture personnelle pour formuler de manière abstraite les conceptions de la science-fiction qui ne se manifestaient jusque-là que dans les œuvres elles-mêmes. Ce continuum critique se déploie dans le même espace que celui des fictions qui lui donnent naissance et il se nourrit de discussions et d’échanges qui ne prennent la plupart du temps pas la forme académique d’articles et d’ouvrages. Ainsi, si des usuels et des concepts utiles sont sortis du domaine de la science-fiction pour prendre place sur les bibliothèques de recherche, il convient de garder à l’esprit que ce ne sont que des fragments qui émergent en ordre dispersé d’un espace complexe et autonome. Points d’accès vers le corpus, ils invitent chacun à se plonger dans cet espace pour y vivre une expérience personnelle de la science-fiction.

Haut de page

Bibliographie

Altairac Joseph et Costes Guy, Les Terres creuses, Amiens, Encrage, 2006.

Andrevon Jean-Pierre, Barlow George et Guiot Denis, La Science-fiction, Paris : MA, 1987. Consultable en ligne : Noosfere, [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL <http://www.noosfere.com/icarus/livres/niourf.asp?numlivre=-1148195851>

Aziza Claude et Goimard Jacques, L’Encyclopédie de poche de la science-fiction, Paris : Pocket, 1986.

Barets Stan, Catalogue des âmes et cycles de la S.F., Paris : Denoël, 1981 coll. « Présence du Futur ».

Bergier Jacques, L’Aube du magicien, Joseph Altairac (éd.), Paris : L’Œil du sphinx, 2008, coll. « Les Dossiers du réalisme fantastique ». [reprend un très grand nombre d’articles de Jacques Bergier, notamment « Vademecum pour auteurs de science-fiction », Satellite n° 8, 9 et 10, août à octobre 1958.]

Berthelot Francis, Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Paris : Gallimard, 2005, coll. « Folio SF ».

Bogdanoff Grishka et Igor, Clefs pour la science-fiction, Paris : Seghers, 1976.

Bogdanoff Grishka et Igor, L’Effet science-fiction, Paris : Robert Laffont, 1979, coll. « Ailleurs et Demain ».

Bréan Simon, « GK, SC, SF : Gérard Klein et Subjectivité Collective de la Science-Fiction », in Les Subjectivités collectives, textes réunis par Ugo Bellagamba, Éric Picholle et Daniel Tron, Villefranche-sur-mer : Somnium, 2012, p. 33-52, coll. « Sciences & Fictions à Peyresq ».

Broderick Damien, Reading by Starlight: Postmodern Science Fiction, Londres: Routledge, 1995.

Clute John et Nicholls Peter, The Encyclopedia of Science Fiction, Londres: Orbit, 1999.

Colson Raphaël et Ruaud André-François, La Science-fiction, une littérature du réel, Paris : Klincksieck, 2006.

Colson Raphaël et Ruaud André-François, Science-fiction, Les Frontières de la modernité, Paris : Mnémos, 2008.

Denis Sylvie, « Cyberspace ou l’envers des choses », in Cyberdreams, n° 1, décembre 1994. Consultable en ligne : Générations science fiction, [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL <http://generationsf.ucoz.com/index/0-4>.

Denis Sylvie, « Les Racines du mal », in Cyberdreams, n° 4, octobre 1995. Consultable en ligne : Génération science-fiction, laboratoire nexialiste de psychohistoire littéraire, [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL <http://generationscience-fiction.hautetfort.com/archive/2006/08/23/les-racines-du-mal.html>.

Drode Daniel, « Science-fiction à fond », in Ailleurs, n° 28-29, avril-mai 1960, p. 24-31.

Ecken Claude, « Pour une approche quantique de la SF », in Bifrost, n° 61, janvier 2011, p. 114-143.

Goimard Jacques, « Modeste précis d’ortogologie portative », préface à Steiner, Kurt, in Ortog, Paris : Robert Laffont, 1975, p. 7-24, coll. « Ailleurs et Demain Classiques ».

Goimard Jacques, « Préface », in Gérard Klein, Le Sceptre du hasard, Robert Laffont, 1974, p. 9-15, coll. « Ailleurs et Demain Classiques ».

Goimard Jacques, Critique de la science-fiction, Paris : Pocket, 2002, coll. « Agora ».

Goimard Jacques, Ioakimidis, Demètre et Klein, Gérard, introduction générale à La Grande Anthologie de la science-fiction, Paris : Le Livre de Poche, 1974-1976. Consultable sur Quarante-deux, [en ligne], http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/intro_gasf.html (05.10.2011).

Guiot Denis, Laurie Alain et Nicot Stéphane, Dictionnaire de la science-fiction, Paris : Hachette, 1998.

Henriet Éric B., L’Histoire revisitée (1999), Amiens : Encrage, 2004.

Klein Gérard, « Malaise dans la science-fiction américaine » (1975), in Ursula K. Le Guin, Le Dit d’Aka, Paris : Le Livre de Poche, 2005, p. 439-539, coll. « Science-fiction ».

Klein Gérard, « Pourquoi y a-t-il une crise de la science-fiction française ? », in Fiction, n° 166, septembre 1967, p. 122-128.

Klein Gérard, « Trames et moirés » (1986), Trames et moirés, à la recherche d’autres sujets, les subjectivités collectives, Villefranche-sur-mer : Éditions du Somnium, 2011, p. 17-153.

Klein Gérard, Le temps n’a pas d’odeur, Paris : Le Livre de poche, 2004, préface, p. 9-31, coll. « Science-fiction ». Consultable sur Quarante-deux [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL < http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/lp27269.html>.

Klein Gérard, Les Seigneurs de la guerre (1970), Paris : Le Livre de Poche, 2001, coll. « Science-fiction ».

Labbé Denis et Millet Gilbert, La Science-fiction, Paris : Belin, 2001.

Lehman Serge, « Hypermondes perdus », in Chasseurs de chimères. L’Âge d’or de la science-fiction française, Paris : Omnibus, 2006, p. III.

Lehman Serge, « L’héritage du merveilleux scientifique », in Tintin chez les savants, sous la direction de Sven Ortoli, Bruxelles : Moulinsart ; Paris : Science & vie, 2003, p. 23.

Lehman Serge, « Les mondes perdus de l’anticipation française », in Le Monde diplomatique, juillet 1999. Consultable en ligne (sur abonnement) : Le Monde diplomatique, [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL < http://www.monde-diplomatique.fr/1999/07/LEHMAN/12205>.

Lehman Serge, « La physique des métaphores », in Europe, n° 870, octobre 2001b, p. 32-50.

Lehman Serge, « Les Enfants de Jules Verne », in Escales sur l’horizon, Paris : Fleuve Noir, 1998, p. 11-52, coll. « Grand Format SF ».

Lehman Serge, « Préface », in Retour sur l’horizon, Paris : Denoël, 2009, p. 9-23, coll. « Lunes d’encre ».

Lehman Serge, « Vers la fiction analogique », in Solaris, n° 138, août 2001a, p. 72-84.

Lehman Serge, Aucune étoile aussi lointaine (1998), Paris : J’ai Lu, 2001c, coll. « Science-fiction ».

Lehman Serge, Le Livre des ombres, Nantes : L’Atalante, 2005.

Murail Lorris, La Science-fiction, Paris : Larousse, 1999 coll. « Guide Totem ».

Sadoul Jacques, Histoire de la science-fiction moderne 1911-1984, Paris : Robert Laffont, 1984, coll. « Ailleurs et Demain Essais ».

Saint-Gelais Richard, L’Empire du pseudo. Modernités de la science-fiction, Québec : Nota Bene, 1999, coll. « Littérature (s) ».

Stolze Pierre, « La science-fiction : littérature d’images et non d’idées », in Les Univers de la science-fiction, Galaxies, 1998, p. 182-200.

Stolze Pierre, Greta Garbo et les crocodiles du Père Fouettard, Paris : Hors Commerce, 1996, coll. « Hors Bleu ».

Stolze Pierre, Marilyn Monroe et les samouraïs du père Noël, Paris : J’ai Lu, 1986, coll. « Science-fiction ».

Valéry Francis, « Courrier des lecteurs », in Fiction, n° 293, septembre 1978, p. 174.

Valéry Francis, Passeport pour les étoiles, Paris : Gallimard, 2000, coll. « Folio SF ».

Van Herp Jacques, Panorama de la Science-fiction (1973), Bruxelles : C. Lefrancq, 1996, coll. « Volumes ».

Versins Pierre, Encyclopédie de l’Utopie, des Voyages Extraordinaires et de la Science-Fiction (1972), Lausanne : L’Âge d’Homme, 1984.

Westfahl Gary, « The Popular Tradition of Science Fiction Criticism », in Science Fiction Studies, n° 78, juillet 1999. Traduit : « La tradition populaire de la critique de science-fiction (1926-1980) », in ReS Futurae, [en ligne], n° 1, [consulté le 20 août 2012], URL < http://resf.revues.org/225 >.

Haut de page

Notes

1 KWS est publié sous forme électronique sur le site de Quarante-deux : « Keep Watching the Skies », Quarante-deux [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL <http://www.quarante-deux.org/Keep_Watching_the_Skies/>.

2 Galaxies a été reprise par une nouvelle équipe à partir de 2006.

3 ActuSF, [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL <http://www.actusf.com/>. Le Cafard cosmique, [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL <http://www.cafardcosmique.com/>. Le Cafard cosmique a été placé en sommeil, mais ses ressources sont encore disponibles en ligne.

4 « La collection des 290 n° de Fiction est la somme de travaux la plus importante jamais réalisée sur le sujet, elle forme une encyclopédie du genre, encyclopédie permanente et constamment réactualisée fournissant un outil indispensable à tous ceux qui s’intéressent à la SF (surtout) et au fantastique. » (Valéry, 1978, p. 174).

5 Une partie des articles de Jacques Goimard est réunie dans Critique de la science-fiction (Goimard, 2002).

6 On peut consulter notamment dans cette perspective un article consacré à l’œuvre de Gérard Klein au Fleuve Noir, qui lui donne l’occasion de rappeler l’importance, pour développer le domaine, d’une science-fiction destinée à un grand public (Goimard, 1974, p. 9-15).

7 Les prix décernés à des récits dans le domaine de la science-fiction servent avant tout à assurer une visibilité à quelques œuvres chaque année. Il s’agissait d’abord de prix d’éditeurs, notamment le Prix Jules Verne du Rayon Fantastique de 1958 à 1963. Pendant les années soixante-dix, des prix ont été créés dans le cadre, ou en parallèle, de festivals et de conventions, dans le but de mettre en valeur les meilleurs textes de l’année, traduits ou francophones. Le Prix Apollo et le Grand Prix de la Science-fiction française sont restés les principaux prix jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, puis la disparition du premier a entraîné la mutation du second, qui a été rebaptisé Grand Prix de l’Imaginaire. À part ce prix, il existe actuellement plusieurs récompenses dans le domaine français, dont le Prix du Lundi, le Prix Julia Verlanger et le Prix Européen des Pays de Loire. L’examen des palmarès de chaque année permet surtout de se faire une idée des goûts dominants d’une époque donnée.

8 Parmi les forums de la science-fiction, on peut consulter ceux d’ActuSF (http://www.actusf.com/forum/), du Cafard cosmique (http://www.cafardcosmique.com/phpBB2/), des éditions du Bélial (http://forums.belial.fr/).

9 De nombreux témoins insistent sur l’importance qu’ont prise dans la création d’un noyau de fans érudits les deux librairies tenues par Valérie Schmidt pendant les années cinquante, La Balance, puis l’Atome (Klein, 2004, p. 10-11). Des librairies jouent encore ce rôle dans plusieurs grandes villes françaises, comme la librairie Scylla à Paris. Les groupes d’amateurs ont également coutume de se retrouver autour de repas hebdomadaires, dont le plus ancien est le déjeuner du lundi à Paris, où se réunissent écrivains, éditeurs et érudits et qui attribue chaque année le Prix du Lundi (Nouveau Grand Prix de la Science-fiction française). Depuis les années soixante-dix, des festivals ont lieu dans diverses villes françaises, comme les Utopiales à Nantes, les Imaginales à Épinal ou le Festival de l’Imaginaire de Sèvres.

10 Pierre Versins a également publié plusieurs romans de science-fiction humoristiques, écrit des chroniques pour la revue Fiction et animé le club des Futopiens, une association d’amateurs de science-fiction dont le fanzine Ailleurs a longtemps constitué une référence pour les amateurs.

11 Maison d’ailleurs, Musée de la science-fiction, des voyages extraordinaires et de l’utopie [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL : http://www.ailleurs.ch/. Cette collection avait auparavant donné lieu à une exposition à la Kunsthalle de Berne, puis au Musée des Arts Décoratifs à Paris en 1967.

12 Louis Geoffroy, Napoléon et la conquête du monde (1812-1832) (1836), Paris, Tallandier, 1983.

13 « (…) ce livre est déjà un ouvrage critique et non objectif : c’est une histoire partiale et partielle » (Sadoul, 1984, p. 14).

14 Des articles de la revue Univers, sous la direction de Jacques Sadoul, complètent pendant les années soixante-dix son projet historique en détaillant les ouvrages et écrivains les plus importants des différentes collections françaises. En revanche, plus aucun article critique ne paraît dans cette revue après 1980.

15 Des mêmes auteurs, on peut également consulter, à des fins de documentation historique sur la science-fiction des années soixante-dix, les Clefs pour la science-fiction (Bogdanoff, 1976).

16 La Grande Anthologie de la science-fiction a connu deux périodes de publication, une première série de douze tomes de 1974 à 1976, puis une seconde de vingt-quatre tomes de 1983 à 1985. Il y a aussi quatre volumes spécifiquement consacrés à la science-fiction française de 1988 à 1990, puis deux derniers volumes en 1999 et 2005.

17 Les « Années de la science-fiction et du fantastique » sont publiées chez Julliard entre 1978 et 1982, sous la direction de Jacques Goimard.

18 On peut y ajouter le Dictionnaire de la science-fiction de Denis Guiot, Alain Laurie et Stéphane Nicot (Guiot, Laurie et Nicot, 1998) et La Science-fiction de Lorris Murail (Murail, 1999).

19 On peut aussi consulter La Science-fiction, une littérature du réel, de Raphaël Colson et d’André-François Ruaud (Colson et Ruaud, 2006).

20 Un Dictionnaire encyclopédique des littératures de l’imaginaire a été entrepris au début des années deux mille sous la direction de Jacques Goimard et de Stéphane Manfrédo pour L’Atalante, mais il n’est pas, à ce jour, terminé. Un tel travail collectif se heurte à deux difficultés principales, un investissement financier considérable d’une part et l’absence de standards scientifiques unifiant les pratiques des érudits susceptibles d’y contribuer. La réussite de l’encyclopédie de Clute et Nicholls a avant tout tenu au fait qu’ils étaient eux-mêmes capables de rédiger la majorité des articles de leur édition originale, et que la vitalité du marché anglo-saxon permettait d’engager des dépenses conséquentes pour produire un ouvrage de qualité.

21 Ces ouvrages sont publiés par Encrage, une maison d’édition lancée par Alfu (Alain Fuzellier) en 1986. Elle publie des ouvrages appartenant à des littératures peu légitimées et réédite des œuvres anciennes difficiles à trouver. Elle édite également des ouvrages théoriques et des revues spécialisées, comme Le Rocambole, consacré au roman populaire, ou Les Cahiers Alexandre Dumas. Ces études ne concernent que rarement la science-fiction elle-même. Encrage, [en ligne], [consulté le 20 septembre 2012], URL : http://www.fictionbis.com/encrage/pages/index.php.

22 NooSFere, [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL <http://noosfere.com/default.asp>. Quarante-Deux : quelques pages sur la Science-Fiction, [en ligne], [consulté le 21 août 2012], URL <http://www.quarante-deux.org/>. Il est notamment possible de consulter tous les articles de l’encyclopédie de Jean-Pierre Andrevon, George Barlow et Denis Guiot (Andrevon, Barlow et Guiot, 1987).

23 Les ressources de Noosfere concernent également la fantasy, le merveilleux, le fantastique.

24 Génération science-fiction, laboratoire nexialiste de psychohistoire littéraire, [en ligne], http://generationscience-fiction.hautetfort.com/, (02.09.2011). 

25 Cette notion de « bulle de présent », avancée au milieu des années quatre-vingt-dix, pourrait aussi servir à rendre compte, en partie, des évolutions du paradigme dominant d’une science-fiction française récente, qui a pour l’essentiel renoncé à présenter de grandioses avenirs, préoccupée en majorité par un avenir proche, concurrencée par des récits de fantasy atemporels, travaillée par un goût croissant pour l’uchronie.

26 Une autre partie importante de la réflexion critique de Serge Lehman porte sur la manière dont les images de la science-fiction deviennent concrètes. On peut lire à ce sujet « La physique des métaphores » (Lehman, 2001b) et « Vers la fiction analogique » (Lehman, 2001a).

27 Serge Lehman parle d’« étrange rameau mort de la littérature », dans « L’héritage du merveilleux scientifique » (Lehman, 2003, p. 23).

28 « Quelque part dans l’histoire des lettres françaises, il s’est produit une cassure dont l’écho résonne encore. (…) Forgée par Jules Verne, approfondie par Rosny aîné, élargie encore par l’extraordinaire succès des premières traductions de Herbert George Wells au Mercure de France avant d’être définitivement acclimatée par Maurice Renard, Théo Varlet, André Maurois et Jacques Spitz (sans parler d’une foule d’auteurs populaires comme Jean de La Hire, José Moselli ou Léon Groc), la science-fiction française de la première moitié du siècle semblait de taille à s’imposer, sinon à se maintenir, face à la déferlante américaine – au moins sur le plan quantitatif » (Lehman, 1999).

29 L’une des propositions avancées par Serge Lehman dans sa quête d’une origine de la science-fiction a été l’occasion d’une de ces polémiques qui montrent l’importance de la sociabilité dans la construction d’une érudition de science-fiction. En réaction à l’idée selon laquelle le déni de la science-fiction viendrait de ses liens avec la métaphysique, une discussion animée a eu lieu pendant plusieurs mois sur le forum d’ActuSF, sur ce fil de forum : « Du Sense of Wonder à la SF métaphysique », ActuSF, [en ligne], [consulté le 21 août 2012] URL <http://www.actusf.com/forum/viewtopic.php?t=8050&highlight=sense+wonder+m%E9taphysique>.

30 Ainsi, la théorie de Francis Berthelot sur les transfictions ne s’applique pas exactement au reste de la littérature : il s’agit de considérer ensemble des œuvres d’origines diverses, en les associant dans une nouvelle catégorie selon un critère transversal. Cela revient à fonder d’une nouvelle manière un domaine indépendant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les supports de l'érudition de science-fiction en France
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Bréan, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène », ReS Futurae [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 02 octobre 2012, consulté le 26 août 2016. URL : http://resf.revues.org/131 ; DOI : 10.4000/resf.131

Haut de page

Auteur

Simon Bréan

Maître de conférences en littérature française à l’université Paris-Sorbonne. Auteur de La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature (Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012). Secrétaire de rédaction de ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org