Navigation – Plan du site
Lectures

Arnaud Huftier, Jean Ray, L’Alchimie du mystère (2010)

Samuel Minne
Référence(s) :

Huftier Arnaud, Jean Ray, L’Alchimie du mystère, Paris : Les Belles Lettres/Encrage, 2010.

Résumé

La biographie critique de Jean Ray par Arnaud Huftier examine, entre autres, la question de la science-fiction dans l’œuvre de l’auteur fantastique belge, entre merveilleux scientifique et occultisme.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Belgique
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir aussi Meurger, 2002.

1La parution d’un important ouvrage d’Arnaud Huftier sur Jean Ray est l’occasion de réexaminer la place de la science-fiction dans l’œuvre de l’écrivain gantois. La question de la science-fiction dans les écrits d’un auteur fantastique n’est pas neuve. Elle s’est imposée dans le cas de Lovecraft, dont S. T. Joshi rappelle « la place centrale dans la fusion de la fiction traditionnelle de l’étrange et du genre de la science-fiction alors émergent » (Joshi, 1999, p. xvi). Michel Meurger avait en son temps étudié les rapports de l’écrivain de Providence avec le genre dans Lovecraft et la S.F. (Meurger, 1991)1.

  • 2 Voir l’article de Vuijlsteke, 1981.
  • 3 Comme nous l’apprend Christian Delcourt, 1980, p. 53-55.

2C’est d’abord à un autre auteur américain qu’a été comparé l’« Edgar Poe belge ». Comme le rappelle Huftier, selon André de Lorde, la prédominance du réel et de l’épouvante chez Poe fait de Jean Ray un continuateur de l’écrivain américain (Huftier, 2010, p. 191). Lors de la parution des Contes du whisky, Jean Ray est également comparé à Kipling qu’il avait critiqué dans L’Ami du Livre. On ne peut non plus oublier qu’il fut un lecteur de Rosny aîné et H. G. Wells, et qu’il se plaçait déjà entre Renard et Wells dans Le Journal de Gand (Huftier, 2010, p. 127). De son côté, Maurice Renard s’est montré intéressé par la part germanique des Contes du whisky. Si l’influence de Maurice Renard et du « merveilleux scientifique » est évidente dans « Étranges Études du docteur Paukenschläger » (Les Contes du whisky), Arnaud Huftier tempère sévèrement cette influence et relativise la part de science dans la nouvelle : « l’appareillage scientifique ne bénéficie pas de longues descriptions, il ne constitue qu’un élément du récit, permettant de découvrir une réalité parallèle à la nôtre, la nouvelle restant proche, sur le plan de la structure, des textes basés sur l’occultisme » (Huftier, 2010, p. 166). Pourtant, Hubert Juin intègre cette nouvelle dans son anthologie Les 20 meilleurs récits de science-fiction en 1964, en s’autorisant de « l’ouverture sur des “univers autres” ». De fait, parmi les rares éléments retenus pour rattacher un tant soit peu Jean Ray à la science-fiction, on renvoie généralement aux univers intercalaires2 de ses nouvelles « La Ruelle ténébreuse » ou « Le Psautier de Mayence » (Le Grand Nocturne). Un autre thème issu de la science apparaît dans « Le Tessaract » (Le Carrousel des maléfices). Le titre vient de « tesseract », un néologisme tiré de The Fourth Dimension de Charles Howard Hinton, repris par Maeterlinck dans La Vie de l’espace, source directe de Jean Ray3. Mais la quatrième dimension est tout autant un thème fantastique que de science-fiction.

3Arnaud Huftier, qui a soutenu en 1993 un mémoire de DEA intitulé « Jean Ray, Lovecraft, ou le jeu des influences », reprend la question « fantastique ou science-fiction ? » pour montrer que Jean Ray, dans la revue de science-fiction Fiction, entre dans une dynamique de construction, à l’instar de Lovecraft dans sa réception en France, dont l’image est construite en fonction des préoccupations du moment (Huftier, 2010, p. 456-461). L’auteur belge y profitera à plein de l’intérêt renouvelé pour son approche singulière du fantastique, dans l’indétermination générique alors établie avec la science-fiction par la collection Présence du futur, qui publie indifféremment classiques modernes du fantastique et de la science-fiction. Mais l’association de Jean Ray avec Lovecraft se fera au détriment du premier : pour Huftier, le rapprochement avec la science-fiction s’avère inadapté, et le malentendu conduira à l’échec auprès des lecteurs de la collection Présence du futur, qui réédite Malpertuis en 1955. La réception de Jean Ray par la revue Planète dirigée par Jacques Bergier le tire du côté de l’ésotérisme et de l’expérience vécue du surnaturel, en le classant « dans le courant de la littérature visionnaire flamande ». Le succès éditorial de Jean Ray chez Marabout n’en suscitera pas moins, par ricochet avec la valorisation d’une « Belgique fantastique », la promotion d’une « école belge de science-fiction », en traduisant notamment les auteurs néerlandophones Hugo Raes ou Gust van Brussel (Huftier, 2010, p. 533-548).

Haut de page

Bibliographie

Delcourt Christian, Jean Ray ou les choses dont on fait les histoires, Paris : Nizet, 1980.

Huftier Arnaud, Jean Ray, l’alchimie du mystère, Paris : Les Belles Lettres/Encrage, 2010, 761 p.

Joshi S. T., introduction à H. P. Lovecraft, The Call of Cthulhu and Other Weird Stories, Londres: Penguin Classics, 1999.

Meurger Michel, Lovecraft et la S.F., Amiens : Encrage, 1991.

Meurger Michel, « Lovecraft et l’imaginaire scientifique : la “Weird Science”, de 1926 à 1931 », in H.P. Lovecraft : Fantastique, mythe et modernité, Paris : Dervy, 2002, p. 175-194.

Vuijlsteke Marc, « Les Univers intercalaires de Jean Ray », in Jacques Van Herp et François Truchaud (dir.), Jean Ray, Cahiers de l’Herne, 1981, p. 234-247.

Haut de page

Notes

1 Voir aussi Meurger, 2002.

2 Voir l’article de Vuijlsteke, 1981.

3 Comme nous l’apprend Christian Delcourt, 1980, p. 53-55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Minne, « Arnaud Huftier, Jean Ray, L’Alchimie du mystère (2010) », ReS Futurae [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 30 avril 2013, consulté le 11 décembre 2016. URL : http://resf.revues.org/300

Haut de page

Auteur

Samuel Minne

Professeur certifié de lettres modernes, secrétaire adjoint du CERLI.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org