Navigation – Plan du site
La science-fiction française depuis 1970

Michel Jeury et l’écriture du temps

Natacha Vas-Deyres

Résumé

Dans les récits de Michel Jeury, le voyage temporel se fait en passant dans l’univers psychique. L’écriture de ce temps mentalisé porte l’influence de la physique quantique qui fait éclater la narration et rend le temps indéterminé. Ces procédés accompagnent la dénonciation de systèmes totalitaires, tout en remettant en cause le temps historique. Ce rapport au temps se traduit par un usage stylistique particulier des couleurs, qui prend aussi un sens politique. Cette poétique va ainsi de pair avec la dimension utopique de son œuvre, la quête de « l’éternité subjective ».

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

xxe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme « chronotique » renvoie au voyage temporel, la chronolyse étant dans l’œuvre de Jeury la d (...)

1Depuis la parution du Temps incertain en 1973, publié dans la collection « Ailleurs et demain » dirigée par Gérard Klein, les exégètes de la science-fiction française voient dans l’œuvre de Michel Jeury une métamorphose totale de la représentation de l’imaginaire temporel littéraire. Pour cet auteur essentiel de la science-fiction française des années 70 et 80, le voyage temporel, ou chronotique, se réalise non à l’aide d’une machine, thème classique de la science-fiction depuis 18801, mais grâce au psychisme, aidé artificiellement ou non par la prise d’une drogue, la chronolyse. Le voyageur temporel intègre alors une ou plusieurs personnalités étrangères situées dans son passé ou dans son futur. L’intérêt de l’imaginaire temporel jeuryen est avant tout littéraire : dans la narration aucun déroulement événementiel n’assure une continuité logique selon les normes classiques du romanesque et la temporalité est représentée par la déstructuration des liens de causalité.

  • 2 Wintrebert, 2010, p. 596.
  • 3 Eizykman, 1974.

2Ce temps implosé, subjectif, comme celui des héros de Philip K. Dick, génère un espace onirique où « les rêves rejoints sont joués sur une scène véritable »2 : c’est l’occasion pour Michel Jeury de créer une galaxie de motifs, de personnages, de lieux poétisés qui reviendront de façon récurrente dans l’ensemble de son œuvre, élaborant progressivement et paradoxalement un espace mental temporel capable de lier subjectivité et utopie. D’après une confidence de l’écrivain, c’est une phrase de Raymond Abellio dans le roman Les yeux d’Ezéchiel sont ouverts (1949) qui va exercer sur lui une influence durable et provoquer sa réflexion sur le temps : « Le plus grand malheur de la vie est de ne pas savoir dilater assez le temps aux instants essentiels pour l’abolir » (Abellio, 1949, p. 96). Pour Jeury le temps, « ventre mou de l’univers »3, qu’il soit vécu éveillé ou endormi reste le plus grand fantasme humain. L’Éternité subjective peut être atteinte par le rêve et l’univers mental, et seule la littérature est capable de nous proposer cette vision imaginaire d’un temps perçu comme subjectif.

L’écriture d’un temps psychique

  • 4 Philippe Curval relève en 1977 cette similitude avec les principes du Nouveau Roman : « Michel Jeur (...)
  • 5 Entretien avec Michel Jeury, Alès, mars 2013, en ligne sur http://webtv.u-bordeaux3.fr/culture/mich (...)
  • 6 Une des définitions de la physique quantique utilisée par Michel Jeury pourrait être celle-ci : « L (...)
  • 7 Ce que Michel Jeury appelle la double solution vient de la conjonction entre la théorie atomique et (...)
  • 8 Klein (éd.), 1982, préfacé par Gérard Klein et consultable sur http://www.quarante-deux.org/archive (...)

3Pour intégrer l’univers science-fictionnel jeuryen, il est nécessaire de poser quelques prolégomènes littéraires. Doublement fasciné par la physique quantique et par l’avant-gardisme narratif du Nouveau Roman4, l’écrivain use dans sa pratique d’écriture de ce qu’il appelle lui-même aujourd’hui des « fictions quantiques »5, à savoir une mise en scène des amplitudes de probabilités pour les personnages. Chez Michel Jeury, pas de hard science-fiction mais plutôt des mondes parallèles sous-tendus par les concepts de la physique quantique et exposés au lecteur (notamment dans la « trilogie chronolytique », Le Temps incertain en 1973, Les Singes du temps en 1974 et Soleil chaud poisson des profondeurs en 1978) par des séquences narratives non reliées entre elles par une cohérence causale. Dans des entretiens que j’ai menés avec lui à Alès en 2011, il m’a expliqué qu’au début des années 1970, au moment de l’écriture du Temps incertain, il avait une appréciation personnelle et « grand public » de la physique quantique6, il en gardait le principe général d’une vision possibiliste ou probabiliste du monde. Il a surtout été marqué par les théories de Louis de Broglie, dont celle de la « double solution »7, qui cherchait à préserver la réalité tant des ondes que des corpuscules dans la mécanique ondulatoire. Son ambition d’écrivain était de trouver une variation purement verbale de cette théorie. Gérard Klein, éditeur de Michel Jeury, a initialement souligné ce principe fondateur de l’écriture jeuryenne car « aucun déroulement événementiel n’assure une continuité logique selon les normes classiques du romanesque »8. La linéarité narrative éclate, il devient difficile pour le lecteur de distinguer temps de la fiction et temps de la narration car ce dernier ne comporte pas de repères ou au contraire les multiplie. Il se retrouve à lire plusieurs fois le même passage comportant à chaque fois des variations subtiles ; ce dispositif narratif provoque l’appréhension pour le lecteur d’un temps vécu en boucle et non d’un artefact destiné à rendre compte d’un état d’esprit obsessionnel. Michel Jeury utilise la syllepse permettant l’agrégation de segments temporels distincts. Cette technique narrative favorise le bourgeonnement de nouvelles séquences narratives en continu, rappelant ainsi un montage cinématographique et ses possibilités de simultanéisme illogique. Dans Les Singes du temps, la séquence initiale du personnage de Magic-Joe, vieux cow-boy d’un cirque, enlevé, torturé puis mourant de soif dans un puits à sec, est reprise dans les chapitres suivants mais connaît d’infimes variations car cette scène traumatique est en réalité un repère pour le héros dans l’univers du temps incertain : « Ah c’était l’enfer. Tu peux pas savoir […] Ils m’avaient attaché les mains et les pieds ces salauds et il me semblait que ma tête allait flamber comme une torche. Et soif, soif, soif, tu peux pas savoir ! » (Jeury, 1974, p. 8)

  • 9 « La superposition quantique est la conséquence directe du fait que nous pouvons, grâce à Louis de (...)
  • 10 Ibid, p. 171.
  • 11 Pour ne donner que quelques exemples tant l’univers lexicologique de Michel Jeury est complexe, la (...)

4Le travail d’écriture de Michel Jeury peut ainsi s’apparenter à quelques grands principes de la physique quantique. Le temps incertain est également nommé « l’indéterminé », c’est-à-dire une dimension où peuvent s’interpénétrer plusieurs événements arrivés aux protagonistes à plusieurs époques différentes. Or la notion de superposition quantique est la conséquence d’un postulat mathématique9 : « la superposition […] stipule qu’une particule, à un moment donné, peut, pour chacune de ses caractéristiques physiques (position géographique, spin, quantité de mouvement…), avoir plusieurs valeurs différentes, donc être dans plusieurs états différents»10 L’écrivain construit des séquences narratives ou descriptives, des « états superposés » pour poursuivre l’analogie, à partir de termes associés par le hasard, la métaphorisation, l’analogie, l’invention de néologismes11 ou la description poétique d’un personnage à partir de son onomastique :

  • 12 Klein, 1989, p10.

Dès Le Temps incertain son bonheur à créer termes, sigles et acronymes éclatait dans toute son ampleur. Il suggérait par là un monde inquiétant et révélateur, à la fois éloigné et proche par son opacité de celui que nous étions en train de découvrir. Un terme comme celui de chronolyse, linguistiquement incontestable est en lui-même un pur joyau.12

5Il faut noter une forte convergence de la pratique d’écriture de Michel Jeury avec celle de Claude Simon par exemple, usant de la technique du collage pour élaborer La Route des Flandres au début des années 1980 : « Dans l’écriture de Claude Simon, cette architecture est faite de combinaisons, de chevauchements, de procédés de tuilage, l’évolution de l’écriture montrant une grande invention de la part du romancier qui fidèle au début à des procédés narratifs relativement traditionnels tels que l’analepse et la prolepse, va progressivement s’en éloigner pour entrer véritablement en création par le biais de la syllepse » (Bonhomme, 2008, p. 251). C’est à partir de ces séquences écrites, non reliées entre elles, que Michel Jeury construit a posteriori son roman : c’est pour l’écrivain les conditions sine qua non pour appréhender fictionnellement le temps, concept essentiel, quasi obsessionnel, de l’œuvre jeuryenne. Ses expérimentations scripturaires sont censées rendre compte de la complexité d’un tel sujet science-fictionnel, capable tout à la fois de proposer de nouvelles définitions du temps et de son appréhension par le psychisme. Le procédé expérimental de l’écrivain est représentatif de sa conception personnelle de la temporalité et surtout de son ambition de faire percevoir cette dernière par le lecteur, en immersion dans la fiction, piégé dans la même situation que le personnage.

  • 13 Il faut noter par ailleurs que ces trois romans ne constituent pas une trilogie au sens où l’intrig (...)
  • 14 Dans un entretien avec Philippe Curval, Michel Jeury déclare: « Je suis toujours aussi dickien, mêm (...)
  • 15 Sturgeon, 2008, p. 483.

6Les romans du « cycle chronolytique »13, le Temps incertain, Les Singes du temps et Soleil chaud poisson des profondeurs, furent influencés par les romans schizoïdes de Philip K. Dick14 comme Ubik ou A Rebrousse-temps où la conception du temps est envisagée comme séquentielle, ce qui impacte dès lors la structure même de ces récits non chronologiques. Boris Eizykman, dans une critique des Singes du temps en 1974, remarque avec humour que « le livre de Jeury part en guerre précisément contre le récit linéaire avec une violence qui devrait combler d’aise William Burroughs lui-même » (Eizykman, 1975a, p. 73). Le lecteur est donc invité à reconstituer péniblement les fragments séparés de la trame temporelle sans parvenir à les assembler. Le temps incertain détruit la notion de point de vue aboutissant à ce que le lecteur ne sache plus quels sont ses repères, ces derniers variant au cours du récit et le contraignant dans cette lecture-malaise à accepter toute solution pourvu qu’elle le guide vers la compréhension. En 1980, Theodore Sturgeon évoquera dans la préface de l’édition américaine une « jonglerie avec la conscience et le temps [pour le lecteur] »15.

  • 16 Ordinateurs photoniques faisant circuler les données dans un logiciel à la vitesse de la lumière.

7Le pacte de lecture science-fictionnel est posé avec les sujets des trois romans, envisagés comme une trilogie alors que les trois récits n’ont pas de point commun hormis le concept de la chronolyse. Le Temps incertain amorce ce cycle fondateur : en 2060, les hommes ont mis au point un procédé qui permet de s’affranchir de la linéarité du temps grâce aux ordinateurs phordaux16 et à une drogue, la chronolyse. Les psychronautes sont plongés dans un état appelé « temps incertain », qui leur permet d’entrer en contact avec des personnes du passé et même, de prendre le contrôle de la personnalité de ces derniers. La chronolyse et la dénonciation des hypersystèmes sont toujours présents dans Les Singes du temps et Soleil chaud poisson des profondeurs, mais les personnages et les histoires diffèrent. Robert Holzach, psychronaute de l’hôpital Garichankar, est envoyé une centaine d’années en arrière dans la tête de Daniel Diersant, modeste employé d’un empire industriel (Le Temps incertain). Simon Clar est un « singe du temps », un voyageur temporel ou psychronaute qui cherche à échapper à une histoire totalitaire et à des tortionnaires (Les Singes du temps), Yan Nak est un scénariste de mondes virtuels victime d’une lutte fratricide entre deux systèmes informatiques et d’une double schizophrénie, la maladie de Hood (« Soleil chaud ») et le syndrome de Boldi (« poisson des profondeurs »). Ces personnages sont essentiels pour comprendre ce que Michel Jeury veut nous dire du temps. Roger Bozzetto avait tenté une approche précise en 1984 en déterminant l’enjeu temporel dans les œuvres de Michel Jeury :

Chez lui le temps n’est plus à saisir comme cadre dont les variations ludiques serviraient à situer des intrigues de type roman d’aventures : il a et engendre une épaisseur, une opacité, une valeur existentielle – liée comme chez Proust – à une démarche de ressourcement. (Bozzetto, 1984, p. 12)

8La dimension spéculative du temps chez Michel Jeury s’adosse à une donnée subjective : le temps ne peut être manipulé/manipulable ou maîtrisé que dans un espace mental (avec ou sans prise de drogue chronolytique (une singularité par rapport aux romans dickiens), un espace intérieur, d’où ce jeu narratif de surimpression et d’échos de scènes déjà vécues mais subtilement remaniées à chaque fois que l’esprit du personnage se projette dans son passé ou son futur mentalisés, prisonnier ou non d’une boucle temporelle. Ce labyrinthe mental plonge le personnage dans un état de confusion que l’auteur imprime également à son lecteur en brisant la linéarité du récit par l’alternance des descriptions de chaque conscience de chaque personnalité des narrateurs. En plaçant en exergue du Temps incertain une phrase de Philip K. Dick, « J’ai le sentiment profond qu’à un certain degré il y a presque autant d’univers qu’il y a de gens, que chaque individu vit en quelque sorte dans un univers de sa propre création » (cité in Klein, 1982), l’auteur français manifeste sa volonté de remplacer la cohérence diégétique usuelle par une cohérence phénoménologique de l’expérience subjective du temps. Pour Boris Eizykman, qui re-nomme la science-fiction de Dick, de Ballard et de Jeury « l’inconscience-fiction », « [d]ès qu’on entre dans la chronolyse, dissolution du temps qui caractérise l’inconscient, on s’aperçoit que ça n’est que la poursuite échevelée de toutes les expériences possibles, la transformation et la fusion des événements dans une réalité-mémoire mouvante, déréglée […] » (Eizykman, 1975a, p. 73). Ainsi un événement du récit en apparence anodin peut faire basculer la conscience d’un personnage et sa réalité vers une autre : « le deuxième [homme] braqua sur Renato un pistolet à long canon, en disant d’une voix rude, étrangère : « Ne bougez pas ! » Le verre ne se brisa pas mais se fendit […] Daniel éprouva une sensation de froid intense et retira aussitôt sa main. » (Jeury, 1973a, p. 160.) Le lecteur bascule dans cette scène de la réalité de Renato Rizzi agressé dans le sous-sol d’un bar par des hommes de main de l’Empire HKH à celle de Daniel Diersant enfermé dans une chambre d’hôpital sans portes avec une baie vitrée qu’il est en train de toucher. Pour Gérard Klein, cette destruction du paradigme du réel romanesque

introduit à une perception des lacunes du paradigme historique. […] Le sujet véritable des romans et nouvelles de Michel Jeury, c’est une définition introuvable de l’histoire. Aux deux sens du terme. L’histoire comme narration, l’Histoire comme processus collectif interprété par un narrateur. (Klein, 1982.)

9L’analyse de Gérard Klein éclaire une des interprétations possibles des expériences narratives de Michel Jeury dans cette décennie des années 1970 : la perception fragmentaire qu’a l’individu, comme ses personnages, du système social dans lequel il évolue, de sa difficulté à prendre conscience d’un rôle possible dans le déroulement du temps historique.

Une expression poétique du temps

  • 17 La nouvelle « Voici les coupables » fut même élaborée lors de cette occasion : « Cette nouvelle a u (...)

10Au-delà de cette mentalisation du temps perçu à l’aune individuelle et non collective, la singularité de l’écriture jeuryenne se double d’une dimension poétique. L’imaginaire de Michel Jeury se construit par une pratique spécifique d’écriture. Dans la série des entretiens d’août 2011, il m’éclaira sur ses techniques d’écritures, souvent expérimentées lors d’ateliers d’écriture avec des doctorants de Jacques Goimard en 197517. Outre le collage, comme nous l’avons vu plus haut, certains personnages, noms de lieux ou scènes ont été élaborés à partir de plusieurs listes de mots confrontées entre elles pour provoquer la création d’images : c’est ainsi que fut créé le personnage surprenant du renard parlant Ujling, un « sac-téléphone », instrument de communication entre les différents univers du roman L’Orbe et la roue, paru en 1982. Pour Sylvie Denis, cette méthode est la marque de fabrique de l’écrivain : « En SF, décrire ce n’est pas montrer le connu, décrire, c’est créer. Mais Jeury décrit beaucoup moins que ses collègues : il nomme, et cela suffit à créer son univers » (Denis, 2009).

  • 18 Cité par Roger Bozzetto, 1984, p. 12. Une de ses dernières nouvelles parue, « L’Adieu à la verte pr (...)
  • 19 À Richard Comballot qui lui demandait quel fut son parcours de lecteur, Michel Jeury précisa : « Si (...)

11Une seconde particularité propre à l’univers jeuryen concerne, de façon étonnante, les types d’habits dont les personnages sont affublés : c’est un marqueur visuel puissant pour le lecteur qui va retrouver ces éléments, apparaissant a priori comme secondaires dans différents romans, alors qu’ils forment un réseau signifiant, des grands romans de la collection « Ailleurs et demain » aux récits plus accessibles publiés au Fleuve noir. Dans Les Singes du temps, le récit est placé sous l’égide des couleurs rouge et noir, « Magic-Joe allait mourir et entrer avec tous ses amis dans la grand fête rouge et noir du temps » (Jeury, 1974, p. 12) et ces mêmes coloris sont déclinés dans la description de vêtements changeants selon les visions du héros Simon Clar : « La mode du pyjama de ville et du silence hostile triomphait chez les garçons et les filles de vingt ans […] Au-dessous, on s’en tenait encore aux jeans rouge et noir […] » (Ibid. p. 61). Ces signifiants visuels représentent pour Michel Jeury un enjeu ambivalent : ils sont d’une part la source d’une poétisation du récit par le motif de la couleur, fécondant ainsi l’imaginaire jeuryen par l’auto-référentalité science-fictive. D’autre part, l’usage de la couleur dans les récits de l’écrivain est symptomatique du rapport que Michel Jeury entretient avec le temps. Une formule résume à elle seule sa quête existentielle (et celles de ses personnages de science-fiction) pour tenter de maîtriser la temporalité et de la réduire à une volonté individuelle : « Le passé a pour moi une couleur verte. »18 Michel Jeury fut dès sa jeunesse fasciné19 par les bandes-dessinées françaises du Coq Hardi, notamment le cycle de « Guerre à la terre » entre 1946 et 1947 de Jacques Dumas (dit « Marijac ») et Auguste Liquois, puis par les pulps américains aux couvertures colorées parfois criardes. Les couleurs et les tenues souvent singulières des personnages, caractéristiques des récits de science-fiction jusque dans les années 1980 sont intégrées au récit jeuryen : « Ils existait une certaine variété dans l’accoutrement. Tuniques blanches très courtes, robes longues, saris… » (Jeury, 2010a, p. 147.)

12D’autre part, la diversité vestimentaire a un sens politique dans le récit et joue le rôle d’une « balise » visuelle pour le lecteur. Les voyageurs temporels, parfois égarés dans des séquences temporelles où l’Histoire a développé des régimes démocratiques ou autocratiques, ne se repèrent et ne peuvent agir sur le cours du temps qu’en identifiant leurs adversaires ou des groupes politiques grâce à des uniformes colorés : dans Poney-Dragon, la police politique du dictateur Joseph Poney se compose d’officiers habillés en noir, or et pourpre. Dans Les Singes du temps, les tortionnaires de Simon Clar, les « Flipos » du Plan Staline, un groupe politique qui pourchasse les voyageurs temporels pour imposer à l’Histoire une distorsion capable d’imposer à jamais une idéologie communiste, portaient des « uniformes jaune et noir, très moulants, qui leur donnaient l’air de guêpes géantes ou de super-héros de bandes-dessinées. Ils avaient sur la poitrine un grand S noir, une ceinture jaune, des bottes noires et un serre-tête jaune » (Jeury, 1974, p. 232). Cette colorisation du texte par ces passages descriptifs devient un élément stylistique de l’écriture jeuryenne, amplifiée par exemple dans ses romans du Fleuve Noir. Dans Quand le temps soufflera, publié en 1983, ils deviennent majoritaires et surtout constitutifs de l’univers mental du héros voyageur du temps dont les perceptions sensorielles sont perturbées :

Tout est dans votre mémoire, continua Van Boden. Ce qui est pour nous l’avenir est déjà arrivé pour vous […] sa voix éclata en fines écailles bleues, fondit en mille gouttelettes laiteuses, s’éleva dans le ciel nuageux ou elle se changea en vapeur colorée. Le ciel, qui était le plafond, se mit à bouillonner et tomba en pluie sur le sable doré où se tordaient de longues chevelures noires. Des serpents écorchés, ruisselants de sang orangé, fouettèrent l’espace autour de Simon… (Jeury, 2003, p. 28.)

13Ces visions colorées sont également symptomatiques de la dimension utopique/contre-utopique de l’œuvre jeuryenne. En effet dans L’Univers Ombre, le héros Syris se réveille sur une planète se révélant être une utopie réalisée : son premier contact avec l’utopie transite par la découverte de vêtements bigarrés et lui-même se vêtira, comme les habitants de la planète utopique, comme sur Variana (l’espace utopique de la longue nouvelle « La Fête du changement », 1975) d’un pantalon moulant violet à bandes orangées. Le lien que nous faisons entre la récurrence de ces éléments vestimentaires et la création d’un espace utopique se concrétise grâce à la dissolution du temps. Cette remarque amène à s’interroger sur la nature même de l’utopie jeuryenne. En 1974, Boris Eizykman tente une définition de cette utopie singulière à la lumière de ses théories sur les liens entre SF et capitalisme : « Cette SF bouleverse le temps que nous connaissons […] [elle] est en rapport direct avec une mutation qui commence à prendre corps dans les sociétés actuelles, mutation du désir par laquelle les valeurs du capitalisme, c’est-à dire la valeur d’échange et le type de travail soumis à cette loi sont désinvesties. Il y a le désir d’autres modes de rapports entre les individus, avec les choses, l’univers, ces rapports […] non assujettis à des codes sociaux et susceptibles de déboucher sur les mutations psychiques et somatiques qui définissent la SF » (Eizykman, 1974a, p. 7).

  • 20 Les premiers romans de terroir (Le vrai goût de la vie, 1988, Une odeur d’herbe folle, 1988 et Le s (...)

14À cette époque pour Michel Jeury, l’abolition de l’espace et du temps apparaissent comme la libre réalisation énergétique de l’inconscient, sans espace ni temps, où les flux coulent en un chaos simultané. Ainsi que nous l’avions déjà souligné, l’histoire des individus dans l’Histoire est avant tout le combat de l’individu contre un pouvoir allié à un système : dans Poney-Dragon, à la veille d’élections au sein de l’Europe en 2010, des voyages temporels annoncent un état totalitaire pour 2025. Michel Jeury défend dans ce roman l’idée que l’avenir politique d’un état ne peut être sauvé par le secret ou le remplacement d’un système par un autre, dans ce récit l’Eurocommunisme par une organisation écologique fondée sur l’irrationalité, où l’individualité doit se dissoudre dans un dogme mystique. Cette position politique, où l’individu dans l’Histoire semble ballotté d’une contre-utopie à une autre, appartient au contexte jeuryen des années 70 à 80. À partir de 1990, lorsque Michel Jeury amorce son virage créatif vers la littérature de terroir et un retour vers ses racines20, l’écriture buissonnante et poétisée du temps dans ses romans science-fictionnels révèle une double quête : la démarche du ressourcement (puiser à même les racines terriennes pour enrichir l’œuvre littéraire) d’origine existentielle qui se déploie en une exploration hallucinée du temps. Chez Michel Jeury, la présence du terroir, sa Dordogne natale – il est né à Razac d’Eymet – imprègne le texte de science-fiction pour lui conférer une dimension utopique. Néanmoins nous pouvons constater que l’écriture du temps dans son œuvre constitue en elle-même une tentative utopique : au-delà du postulat littéraire, représenter narrativement la quête d’un esprit et donner à lire les couleurs poétisées d’un univers mental en déliquescence, l’écrivain français tente d’aborder à l’immortalité par la dissolution du temps, comme si l’imaginaire avait la puissance de modifier la réalité et de créer un univers. Pour Jérôme Lavadou,

Le temps n’est plus un liant qui maintient une réalité séquentielle, il s’efface pour laisser la place à un non-temps infini […] qui dévoile l’une des obsessions de l’auteur : l’immortalité. Arriver dans un univers où le temps est infini (ou inexistant, ce qui revient au même), c’est atteindre l’éternité [et avoir] ainsi une chance d’échapper à l’avenir, bien plus effrayant que la mort. (Lavadou, 2010, p. 83.)science-fictif

  • 21 Warfa, 2010, p. 68.
  • 22 Ibid.

15Michel Jeury pratique dans ses romans « une dilatation les plus extrêmes de ce motif »21 par l’exploration spéculative pour dynamiser la stase utopique. Si l’utopie est a priori pour lui ce qu’il nomme l’éternité subjective, ses choix narratifs opèrent un renversement de l’utopie littéraire souvent statique et descriptive. Les espaces utopiques temporels sont dans la diégèse des moments d’aboutissements possibles et récurrents, des points énergétiques du récit dont la lecture demande un recentrement permanent pour le lecteur : « Le futur n’est pas seulement un lieu où l’on accède mécaniquement, mais une structure d’accueil à construire, afin de conserver ou de retrouver, une identité d’homme, un Territoire humain »22.

Conclusion

  • 23 Comballot, 2010b, p. 95.

16L’écriture du temps chez Michel Jeury inscrit l’auteur dans une dimension esthétique et littéraire inclassable. En élaborant de subtils mécanismes de surimposition des strates du passé et de l’avenir, elle se constitue de trois éléments majeurs permettant au lecteur de ressentir presque concrètement la temporalité : une démarche narrative reflétant le cheminement d’un psychisme en proie à des distorsions séquentielles du temps, une poétisation de la texture du récit par la colorisation des images et une introduction au rêve utopique de l’éternité. Pour Michel Jeury la science-fiction devient catharsis car abolir la peur de l’avenir c’est une manière de vaincre la peur d’un inconnu existentiel ; Joëlle Wintrebert a formulé avec justesse ce projet tant littéraire que métaphysique en métamorphosant le slogan « Changer la vie » par « Changer la mort » ou encore « Changer le temps » (Wintrebert, 2010, p. 599). Au crépuscule de sa vie, Michel Jeury nous lègue cet héritage tant philosophique que science-fictionnel : « Le Temps m’a tuer. Enfin, pas tout à fait, mais c’est en bonne voie. Le temps, il me semble, doit hanter tous les auteurs de SF (les autres aussi d’ailleurs, d’une certaine façon). Dans la moitié au moins des histoires de SF, surtout les romans, le temps est exploré, désarticulé, pris à rebrousse-poil, uchronisé ou Dieu sait quoi encore. La SF est avant tout une machine à explorer le temps. »23

Haut de page

Bibliographie

Corpus

Le Temps incertain, Paris : Robert Laffont, 1973a, coll. « Ailleurs et demain ».

Soleil chaud poisson des profondeurs, Paris : Robert Laffont, 1973b, coll. « Ailleurs et demain ».

Les Singes du temps, Robert Laffont, 1974, coll. « Ailleurs et demain ».

« La Fête du changement », in Utopies 75 (anthologie placée sous la responsabilité de Michel Jeury), Paris : Robert Laffont, 1975, coll. « Ailleurs et demain ».

Poney-Dragon (1978), in Escales en Utopie, Paris : Bragelonne, 2010a, coll. « Les trésors de la SF ».

L’Univers-ombre (1979), in Escales en Utopie, Paris : Bragelonne, 2010b, coll. « Les trésors de la SF ».

Quand le temps soufflera, Paris : Fleuve Noir, 1983, coll. « anticipation » ; Nancy : Imaginaires sans frontières, 2003, coll. « Science-fiction ».

La Vallée du temps profond (nouvelles), Lyon : Les moutons électriques, 2008, coll. « La Bibliothèque voltaïque ».

Bibliographie critique 

Abellio Raymond, Les Yeux d’Ezéchiel sont ouverts, Paris : Gallimard, 1949.

Blanchet Alexis, Des Pixels à Hollywood, Paris : Pix’N Love, 2010.

Bonhomme Bérénice, « Pour une narration cinématographique de l’histoire », in Aude Déruelle et Alain Tassel (dir.), Problèmes du roman historique, Paris : L’Harmattan, 2008, coll. « Narratologie ».

Bozzetto Roger, « L’Enjeu temporel dans les œuvres de Michel Jeury », revue Métaphores n° 9-10, Images de l’ailleurs - espace intérieur - Actes du premier Colloque International de Science-fiction de Nice, Presses universitaires de Nice-Sophia Antipolis, avril 1984.

Broglie Louis (de), Recherches sur la théorie des quanta, Annales de physique, 10ème série, tome III, janvier-février 1925.

Comballot Richard et Lehman Serge, avant-propos et préface de La Vallée du temps profond, Lyon : Les moutons électriques, 2008.

Comballot Richard, « Michel Jeury, Le destin d’une étoile », postface d’Escales en utopie, Paris : Bragelonne, 2010a, coll. « Les trésors de la SF ».

Richard Comballot, « Michel Jeury, retour gagnant », in Galaxies nouvelle série, n° 9, « Dossier Michel Jeury, 50 ans de SF », juin 2010b.

Comballot Richard, Voix du futur, Lyon : Les moutons électriques, 2010c, coll. « Bibliothèque voltaïque ».

Denis Sylvie, « La Chronolyse : voyage en pays jeuryen », Bifrost, n° 54, avril 2009, [en ligne], URL : <http://www.noosfere.com/icarus/articles/article.asp?numarticle=789>

Dupont Jean-Pierre, Encyclopaedia Jeuryalis, Bordeaux : Académie de l’espace, 1989, coll. « Orion ».

Boris Eizykman, « Ronge et dérange », Les Nouvelles littéraires, 1er avril 1974a.

Eizykman Boris, « Entretien avec Michel Jeury », Horizons du fantastique, n° 29, EKLA, 3ème trimestre 1974b.

Eizykman Boris, « Nouvelles de l’inconscience-fiction », in Opus international, janvier 1975a.

Eizykman Boris, « Les Singes du temps, le Cirque du rêve, Les Cercles de la mort de Michel Jeury », Marginal, n° 6, 1975b.

Gavet Guy-Louis, La Physique quantique, Paris : Eyrolles, 2011, coll. « Eyrolles pratique ».

Jeury Michel, « Cheval mort » (1977), Quarante-Deux, août 2002, [en ligne] URL : <http://www.quarante-deux.org/recits/jeury/conspiration/cheval.html >

Jeury Michel, « Pour une science-fiction à dimension humaine », La Quatrième dimension, Paris : Presses de la cité, 1985a.

Jeury Michel, « Science-fiction phase IV », in Science-fiction, n° 3, Denoël, mars 1985b.

Jeury Michel, « Les vieux rêves sont toujours jeunes », in Yellow Submarine, n° 113, Lyon, janvier 1995.

Klein Gérard, « Une vue sur l'histoire », in Le Livre d’Or de Michel Jeury, Paris : Presses pocket, 1982, coll. « Le livre d’or de la science-fiction », [en ligne] URL : <http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/jeury.html >

Klein Gérard, « Des mots pour l’avenir », Encyclopaedia Jeuryalis, Bordeaux : Académie de l’espace, 1989, coll. « Orion ».

Lavadou Jérôme, « Les mondes multiples de l’univers jeuryen », in Galaxies nouvelle série, n° 9, « Dossier Michel Jeury, 50 ans de SF », juin 2010.

Nicot S., « Michel Jeury, rêveur d’utopies. Idéologie et science-fiction : pour une lecture politique de l’œuvre de Michel Jeury », in Imagine, n° 38, février 1987.

Sturgeon Theodore, « Introduction à Chronolysis », préface écrite pour l’édition américaine du Temps incertain, première parution française in Yellow Submarine, n° 113, 1995, reprise dans Michel Jeury, la Vallée du temps profond, Lyon : Les moutons électriques, 2008, coll. « La Bibliothèque voltaïque ».

Vas-Deyres Natacha, « Du Temps incertain au temps ralenti : variations temporelles françaises », L’Imaginaire du temps dans le fantastique et la science-fiction, Natacha Vas-Deyres et Lauric Guillaud (dir.), Eidôlon, n° 91, Presses universitaires de Bordeaux, 2011.

Warfa Dominique, « Michel Jeury, un univers indéterminé. », Galaxies, n° 9, « Dossier Michel Jeury, 50 ans de SF », juin 2010.

Wintrebert Joëlle, « Du Temps incertain au Territoire humain, ou le gnosticisme contre “le mur noir de l’avenir” », postface d’Escales en utopie, Paris : Bragelonne, 2010, coll. « Les trésors de la SF », première parution dans Univers 18, Paris : J’ai lu « SF », 1979, p. 123-134.

Haut de page

Notes

1 Le terme « chronotique » renvoie au voyage temporel, la chronolyse étant dans l’œuvre de Jeury la drogue pour voyager. Voir à ce sujet Vas-Deyres, 2011.

2 Wintrebert, 2010, p. 596.

3 Eizykman, 1974.

4 Philippe Curval relève en 1977 cette similitude avec les principes du Nouveau Roman : « Michel Jeury : accordant à sa propre personnalité certaines techniques du Nouveau roman, a écrit, avec Le temps incertain et Les singes du temps, deux superbes réflexions sur l’être et la durée. » Le Monde, 15 avril 1977.

5 Entretien avec Michel Jeury, Alès, mars 2013, en ligne sur http://webtv.u-bordeaux3.fr/culture/michel-jeury-entre-futurs-et-terroirs; le terme est également utilisé par Alexis Blanchet dans le cadre des études sur la transmédialité et notamment dans son ouvrage Des Pixels à Hollywood, 2010.

6 Une des définitions de la physique quantique utilisée par Michel Jeury pourrait être celle-ci : « Lois de la physique applicable aux échelles atomiques et subatomiques, où les changements d’états ne se font pas de manière continue mais discontinue, par sauts ou quanta », La physique quantique, collection « Focus science », Pearson éducation France, Paris, 2007 p.68

7 Ce que Michel Jeury appelle la double solution vient de la conjonction entre la théorie atomique et la théorie électronique effectuée par Louis de Broglie dans sa thèse : « la théorie atomique d’abord puis la théorie électronique ensuite nous ont appris à considérer la matière comme essentiellement discontinue et cela nous conduit à admettre que toutes les formes d’énergie contrairement aux idées anciennes sur la lumière, sont sinon entièrement concentrées en des portions de l’espace, tout au moins condensées autour de certains points singuliers. » Broglie, 1925, p. 37 Il faut généralement faire remonter (et ceci inclut Louis de Broglie lui-même dans des écrits postérieurs) la notion de double solution aux travaux que de Broglie publie en mai 1927 dans le Journal de physique et expose à ses collègues du congrès de Solvay en octobre 1927. Le passage de 1925 cité ici préfigure en effet cette proposition qui tente de conserver une existence « réelle » à la fois aux ondes et aux corpuscules dans la mécanique quantique en postulant une onde réelle (décrivant une condensation d’énergie autour d’un point singulier, au sens mathématique, qui correspondrait au corpuscule) et la solution purement probabiliste de l’équation de Schrödinger. Cette théorie précède (et inspire ?) la théorie de l’onde pilote mise au point par David Bohm après la Seconde Guerre mondiale.

8 Klein (éd.), 1982, préfacé par Gérard Klein et consultable sur http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/jeury.html

9 « La superposition quantique est la conséquence directe du fait que nous pouvons, grâce à Louis de Broglie, associer à une particule une onde, ou mieux encore à un paquet d’ondes représentant la superposition des ondes d’un électron, révélant tous les mouvements potentiels de celui-ci. […] Ainsi avant toute mesure, un objet quantique ne revêt aucune réalité physique ; il est l’incarnation d’un formalisme mathématique probabiliste, essentiellement prédictif. » Gavet, 2011, p. 172.

10 Ibid, p. 171.

11 Pour ne donner que quelques exemples tant l’univers lexicologique de Michel Jeury est complexe, la gamme d’invention va de néologismes comme « Boam » (« Océan-baume chronolytique de la planère Gogol » dans Les Singes du Temps), les « phords » (ordinateurs photoniques organisés en réseau), les « kakuphares » ou hologrammes géants dans Soleil chaud poisson des profondeurs, à des sigles essentiels, comme « HKH » (Sigle d’un empire industriel privé ayant acquis une puissance souveraine et maléfique: Harry Krupp Hitler 1er, Hannibal K. Himmler dans Le Temps incertain) ou encore l’ « AMEC » (« Ancienne et Mystique Eglise Cathpro » dans Soleil chaud poisson des profondeurs).

12 Klein, 1989, p10.

13 Il faut noter par ailleurs que ces trois romans ne constituent pas une trilogie au sens où l’intrigue initiale se poursuivrait dans les deux romans suivants. Chez Michel Jeury, les trois récits sont indépendants les uns des autres, même si pour lui il y a une « homogénéité d’inspiration, d’état, d’humeur et d’écriture […]. », « Entrevue avec Richard Comballot », in Solaris n° 107, p. 49.

14 Dans un entretien avec Philippe Curval, Michel Jeury déclare: « Je suis toujours aussi dickien, même si j’évolue aujourd’hui dans une direction vraiment différente. Le moindre Dick que je lis, même le plus ancien me procure toujours un choc » in Futurs [1re série] n° 5, novembre 1978, p. 41.

15 Sturgeon, 2008, p. 483.

16 Ordinateurs photoniques faisant circuler les données dans un logiciel à la vitesse de la lumière.

17 La nouvelle « Voici les coupables » fut même élaborée lors de cette occasion : « Cette nouvelle a une histoire. Elle a été imaginée en 1975, devant une vingtaine d’étudiants, lors d’un séminaire organisé en faculté par Jacques Goimard. La règle du jeu était simple — mais l’idée géniale — : une séance de deux heures ; pendant la première, l’auteur présent devait inventer et bâtir une nouvelle de Science-Fiction ; pendant la deuxième heure, il devait répondre aux questions des étudiants. Pour moi, ce fut éreintant et passionnant. », Jeury, 2002, première publication dans le Programme du quatrième congrès national de la Science-Fiction française, Limoges, 16-22 mai 1977, p. 19.

18 Cité par Roger Bozzetto, 1984, p. 12. Une de ses dernières nouvelles parue, « L’Adieu à la verte prairie » est « une sorte de palimpseste jeuryen, un codex qui donne certaines clés pour déchiffrer son univers. L’imaginaire d’un écrivain reste souvent opaque pour le critique. Dans ce récit fantastique cependant, les éléments autobiographiques, les références littéraires, les personnages s’entrecroisent pour créer des motifs jeuryens. Le héros Guillaume Jallas, professeur agrégé de philosophie n’est-il le double de l’écrivain, toujours passionné par l’histoire de l’école et la pédagogie, rêvant d’une carrière d’enseignant ? Michel Jeury dit toujours que « le schéma général de son œuvre est sans doute né au long de mon enfance paysanne et solitaire : les pieds dans la glaise du Périgord et la tête perdue au “plafond du ciel”, ce plafond que j’aurais tant voulu percer. »(« Michel Jeury, un monde à part », entretien avec Hervé Pijac, http://www.autour-des-auteurs.net/magazine/new_mag.html, 2013), Natacha Vas-Deyres, Avant-propos de L’Adieu à la verte prairie, collection « Entre Futurs et terroirs », dirigée par Natacha Vas-Deyres et Emmanuel Dubois, Issigeac : édition L’AM-J, 2013, p. 6.

19 À Richard Comballot qui lui demandait quel fut son parcours de lecteur, Michel Jeury précisa : « Sinon, entre La fin d’Illa et Guerre à la terre, j’avais lu une histoire qui racontait l’invasion de la Terre par des conquérants venus de la Lune, ainsi que Le Conquérant de la planète Mars d’Edgar Rice Burroughs […]. », in Comballot, 2010c, p. 52. Lors de l’entretien à Alès en 2013, l’écrivain confirma l’influence de ces lectures sur son écriture.

20 Les premiers romans de terroir (Le vrai goût de la vie, 1988, Une odeur d’herbe folle, 1988 et Le soir du vent fou, 1991, tous publiés chez Robert Laffont) centrés autour du personnage de Vincent Lerouge, double de Michel Jeury, sont pour l’écrivain des « romans paysans » : « Rien n’est facile. […] je songeais de puis longtemps à cette « reconversion ». […] Pour moi cela revient à écrire sur le monde où je suis né, où j’ai vécu une bonne moitié de ma vie. Autrement dit : à parler de ce que je connais. ». « Un homme de la terre fait son métier d’écrire », Marie-Claire Bézineau, rubrique « Rencontres », Déclics, février 1990, p. 15.

21 Warfa, 2010, p. 68.

22 Ibid.

23 Comballot, 2010b, p. 95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Vas-Deyres, « Michel Jeury et l’écriture du temps », ReS Futurae [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 22 décembre 2013, consulté le 29 juin 2016. URL : http://resf.revues.org/501

Haut de page

Auteur

Natacha Vas-Deyres

Natacha Vas Deyres est agrégée de Lettres modernes, docteur, chargée de cours à l’université Bordeaux Montaigne. Elle a publié Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au xxe siècle (Champion, 2013).

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org