Navigation – Plan du site

Éditorial

Irène Langlet

Texte intégral

1Comme son projet le défend depuis son lancement en 2012, la revue ReS Futurae souhaite développer la recherche littéraire sur la science-fiction en combinant les approches et les disciplines. Cette combinaison interdisciplinaire seule, à nos yeux, permet d’envisager sérieusement la culture globale qu’est devenue la science-fiction en ce début de xxie siècle. Après un premier numéro traçant des perspectives méthodologiques et un second destiné à rendre accessible quatre des meilleures contributions à un colloque de 2006, dont la diversité figurait admirablement l’interdisciplinarité que nous souhaitons, ReS Futurae a proposé dans son numéro 3 un dossier recourant aux méthodes de l’histoire littéraire pour aborder la période contemporaine de la science-fiction française. Ce numéro 4 fait le choix d’un dossier monographique, centré sur l’écrivain Philippe Curval ; le prochain numéro réouvrira l’éventail thématique autour de la culture visuelle de la science-fiction. En programmant ainsi des dossiers alternativement monographiques et thématiques larges, nous poursuivons notre objectif de structuration académique de la recherche sur la science-fiction en adoptant des échelles assez variées pour épouser les pulsations du travail collectif d’approfondissement. Thèmes, auteurs-clés, problèmes fondamentaux y seront tour à tour privilégiés.

2Philippe Curval, né en 1929, actif depuis plus de 60 ans, auteur de près de 30 romans et d’une centaine de nouvelles, chroniqueur, critique, artiste plasticien, est indiscutablement un de ces auteurs-clés que nulle étude de la science-fiction française ne peut ignorer. Un cycle romanesque, en particulier, a installé son imaginaire dans le paysage de la science-fiction française : le « Marcom », néologisme dédié au « Marché Commun » et à la construction européenne, est suggéré dès 1974 et développé entre 1976 et 2008 dans la trilogie dite de « l’Europe après la pluie » — référence à un célèbre tableau de Max Ernst, par laquelle se signale l’affiliation de son inspiration à l’héritage surréaliste. Curval est identifié depuis comme l’écrivain qui a donné une figure au futur européen en tant qu’européen, chose finalement assez rare dans la culture science-fictionnelle. De nombreux entretiens ; de brefs essais parus dans les revues littéraires spécialisées comme Fiction, Galaxies, Ozone, Bifrost, ou plus généralistes comme Lire ou Le Monde des livres ; des notices et notules encyclopédiques, et plus globalement une présence continue dans le fandom, dont il traverse la vie littéraire depuis les années 1950, témoignent de son importance. Pourtant, hormis un bref mémoire soutenu en 1981 au Middlebury College (USA), dont l’étude portait sur Curval et Ruellan, la bibliographie de son oeuvre et des critiques qui y sont consacrées (compilée par ses soins sous le titre Histoire de lire, 2013) ne comporte aucune étude universitaire. Dirigé par Simon Bréan, le dossier que ReS Futurae consacre à Curval propose de combler cette lacune et suggère 3 pistes possibles pour une analyse universitaire qui n’en est qu’à son commencement. Le dossier est augmenté d’un parcours bio-bibliographique, où se dessinent autant les images structurantes de l’oeuvre littéraire que les idées et les positions du chroniqueur et du critique.

3Dans la section « Varia », un article de Marwa Ibrahim se consacre à un écrivain français de la même génération que Curval, Jean-Pierre Andrevon, et à une thématique de longue durée dans l’imaginaire science-fictionnel : la fin du monde. Moins ambitieux dans son approche qu’un récent ouvrage de Christian Chelebourg sur les Ecofictions, ou que les très nombreuses publications recensées par le groupe de recherches sur l’imaginaire de la fin à l’Université du Québec à Montréal (http://www.er.uqam.ca/​nobel/​imagifin/​), l’article d’Ibrahim s’attache avec simplicité et sincérité à un type d’analyse encore trop rare dans les études de science-fiction : l’étude de l’écriture, du style à la syntaxe, dans une attention scrupuleuse aux effets de langage qui fondent cet imaginaire en plein essor. À ce titre, et quoique ne faisant qu’ouvrir quelques portes vers l’immense domaine des imaginaires post-humains, cet article a toute sa place dans la revue ReS Futurae, qui souhaite promouvoir cette attention critique portée à l’écriture autant qu’aux thématiques.

4Les théories du post-humanisme sont également au centre d’un des articles les plus récents publiés par notre partenaire américain Science Fiction Studies. En rapprochant judicieusement le Frankenstein de Shelley et Splice, film de Vincenzo Natali, Sean McQueen propose, à la lumière des plus récentes théories du biocapitalisme, une relecture très stimulante de la « frontière Frankenstein » (Frankenstein Barrier) de Slusser. ReS Futurae se félicite de pouvoir diffuser un type de réflexion encore peu courant dans les recherches françaises ; puisant à la source du « devenir-animal » de Deleuze et Guattari, nourri par les développements les plus actuels des critical animal studies qu’Anne Simon, au CNRS, s’emploie à implanter dans les études littéraires et philosophiques en France (ANR « Animots »), l’article de McQueen est d’une lecture certes dépaysante pour un universitaire français, mais avance avec rigueur des arguments très convaincants pour penser à nouveaux frais, du point de vue de la créature, et en accentuant l’articulation du futur de l’être avec son paradigme psychanalytique (œdipien — ou non), la vieille thématique de la manipulation du vivant, dont l’imaginaire du « savant fou » résume chez nous encore trop, et trop partiellement, les enjeux anthropologiques et politiques.

5Dans la même section de traductions, et dans le même esprit de diffusion d’analyses fondées sur les théories de la post-modernité, nous avons choisi de revenir sur un très bel article de Christopher Palmer publié en 1999. La réception exceptionnelle que le public français a réservée, depuis les débuts de leur diffusion en France dans les années 1990, aux romans de Dan Simmons et Iain M. Banks (récemment décédé) plaidait pour cette étude brillante et baroque de la fiction galactique en régime postmoderne dans les cycles d’Hypérion et de la Culture. Le faux-ami anglais extravaganza, dans le titre de cet article, ne doit pas tromper le lecteur : plutôt qu’une « extravagance », le « grand spectacle » analysé par Palmer déploie aussi bien les vastes imaginaires de la fiction galactique et des guerres stellaires du space opera que, dans sa déclinaison contemporaine étudiée ici, les anxiétés structurelles du sujet postmoderne, en particulier la déficience de sa « capacité d’action » (agency) — articulée très paradoxalement à la posture des personnages romanesques, qu’ils soient super-voyageurs stellaires, ou super-soldats (et non « super-héros » : la nuance est importante).

6Il ne fait nul doute qu’Arthur Evans, directeur de Science Fiction Studies, rencontrerait l’avis de l’universitaire interrogé dans ce numéro pour la section « Entretien ». Roger Bozzetto, professeur émérite en littérature comparée à l’université d’Aix-Marseille, fervent défenseur d’une « entrée de la science-fiction dans l’université », et cheville ouvrière de la fondation de notre revue en 2010, revient ici sur sa carrière et notamment sur sa conviction que le fandom et le monde académique doivent travailler ensemble, quelque défiance qu’on eût jadis envers un supposé risque de « dissolution de la science-fiction dans la culture dominante » (pour reprendre la formule de Gérard Klein en 1977). Arthur Evans, à qui ReS Futurae doit l’exceptionnelle qualité de son partenariat avec Science Fiction Studies, a reçu en juillet 2014 lors de la convention Nemo 2014 à Amiens le Prix Cyrano, décerné chaque année par la Convention française de science-fiction (réunion des fans, organisé par l’association Infini) à toute personne ayant oeuvré pour le rayonnement de la science-fiction française. ReS Futurae applaudit cette récompense, et a souhaité donner le signe qu’elle partage cette conviction en procédant à son assemblée générale annuelle dans le même cadre, à Amiens, en présence notamment de Ugo Bellagamba (entretien dans ReSF n°2), de Natacha Vas-Deyre (article dans ReSF n°3), d’Hugues Chabot (compte-rendu dans ReSF n°4), d’Alice Ray (traductions dans ReSF n°4 et n°5). Ce fut l’occasion de rappeler à quel point la revue peut se réjouir du partenariat avec son aînée de référence Science Fiction Studies ; pour les traductions de ce numéro, nous avons en outre bénéficié de l’appui profitable et encourageant d’une jeune traductrice, qui est venue accomplir son stage de master au sein de la revue. L’équipe de recherches Espaces Humains et Interactions Culturelles (EHIC) de l’université de Limoges a réaffirmé son soutien à la revue, après une aide en 2012 au financement de sa maquette graphique, en prenant en charge cette fois la gratification de ce stage de 3 mois. Le compte-rendu de cette assemblée annuelle est disponible sur le carnet de la revue, hébergé sur le portail Hypotheses.org d’OpenEdition.

7Avec ces quelques brèves relatives à la vie concrète, institutionnelle autant qu’humaine, de la revue, nous terminons cet éditorial autant sur l’esquisse de cette « grande famille » de la culture science-fictionnelle, dont l’aspect communautaire est un fait avéré et structure jusqu’au « mégatexte » de son écriture, que sur le compte-rendu des accords qui l’installent, depuis deux ans, dans le paysage de la recherche universitaire. Que tous les partenaires de cette installation soient ici remerciés pour leur concours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Langlet, « Éditorial », ReS Futurae [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://resf.revues.org/554

Haut de page

Auteur

Irène Langlet

Professeur de littérature contemporaine à l’université de Limoges. A publié notamment La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Armand Colin, 2006), ainsi que de nombreux articles sur ce genre. Rédactrice en chef du projet ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org