Navigation – Plan du site
Dossier Philippe Curval

Philippe Curval : entre plaisir et liberté

Simon Bréan

Résumé

Présentation du dossier Philippe Curval

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Curval (Philippe)

Index géographique :

France, Aire francophone

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plusieurs dossiers sur Curval ont été publiés dans des revues du milieu. Ils apparaissent dans la b (...)

1Philippe Curval, figure marquante de la science-fiction en France depuis plus de soixante ans, n’a pourtant guère retenu l’attention des chercheurs, en dépit de de sa grande fécondité romanesque et critique, de son rôle, en particulier pendant les années 1950 et 1970, pour promouvoir et défendre une littérature très peu légitimée, et de la reconnaissance dont il a joui jusqu’à nos jours dans le domaine français de la science-fiction et au-delà, comme en témoigne son recueil Histoires de lire (Curval, 2013), et comme on peut en juger dans l’étude biobibliographique adjointe à ce dossier. Si certains de ses romans ou nouvelles sont jugés essentiels dans le cadre d’analyses théoriques, comme pour étudier la notion d’utopie (Vas-Deyres, 2012), ou de recherches historiques (Bréan, 2012), ce dossier est le premier à approcher l’écrivain et son œuvre comme objets spécifiques d’étude universitaire1.

2L’une des difficultés suscitées par une approche monographique appliquée à l’œuvre de Curval tient à ce qui en fait aussi la richesse : il est difficile de lui trouver un centre, de lui assigner une structure, en un mot de la situer avec précision. Si des références essentielles peuvent venir à l’esprit d’un lecteur cultivé, aussi bien Van Vogt que Dick, Le Guin que Ballard, aucune n’offre de réelle clef d’interprétation pour un corpus dont l’inspiration est sans cesse renouvelée. Même la référence faite par Curval lui-même à Raymond Roussel et au surréalisme renvoie surtout à une logique d’avant-texte, à un travail souterrain plus symbolique qu’esthétique, qui valorisent le rôle du rêve et de l’inconscient dans les processus créatifs : la trace s’en retrouve moins dans le style et l’écriture que dans les contributions de l’auteur à l’enrichissement thématique de la science-fiction, telles que le « voyage analogique » et les « cabines de temps ralenti ». De plus, Philippe Curval ne se pose jamais en chef de file, même à l’occasion des anthologies marquantes qu’il dirige en 1978 et 1986 (Curval, 1978 ; 1984a), et son « Manifeste pour la science-fiction » (Curval, 1984b) encourage toutes les formes de création, sans assigner un modèle aux ambitions contemporaines. Grand lecteur plutôt que théoricien, il procède dans ses études à sauts et à gambades, suivant le fil de sa pensée. Ne faisant ni école, ni système, notre écrivain et critique ambitionne de placer son œuvre sous le signe de sa seule singularité, une singularité nourrie aussi par des aspects de sa personnalité, fréquentation de l’art contemporain, pratique de la photographie et du collage.

3Le « tempérament anarchiste » de Philippe Curval, dont Jean-Guillaume Lanuque étudie ici les manifestations thématiques – défiance à l’égard de toute autorité, repli sur l’individu face à une collectivité menaçante, désillusion face aux aspirations utopiques –, explique sans doute aussi la variété de ses intérêts, qui lui fait tracer une voie personnelle pendant toute sa carrière, en dépit parfois des paradigmes dominants de la science-fiction de son époque. Son goût pour l’humour noir, l’absurde et le second degré, fait de nombre de ses récits des textes à l’élucidation problématique, dont la chute révèle parfois que, à la manière d’un Alphonse Allais, toute l’intrigue et l’élaboration fictionnelle n’avaient pour objectif que d’aboutir à un jeu de mot. Les figures d’extraterrestres, en particulier, lui permettent d’associer imaginaire de la science-fiction et jeu sur la création verbale, ainsi que le montre l’article de Simon Bréan. Son penchant pour la provocation le fait osciller entre une exploration d’un érotisme parfois sybarite, parfois troublant, et des recherches conceptuelles, comme lorsqu’il explore, dans La Face cachée du désir (1980) la psychologie et la culture de créatures vivant l’écoulement du temps sur un autre mode que nous, « une société imperméable à nos sens ou notre logique déductive », décrite « de façon à ce qu’elle soit perçue sur les deux plans de la sensibilité et de l’intelligence » (Comballot, 2003, p. 137). Ses spéculations politiques se révèlent liées à une exploration du moi, de l’inconscient et du rêve : les réflexions développées par Cédric Chauvin concernant le symbolisme de la frontière et de l’enfermement dans Cette chère humanité (1976), qui permet à l’auteur de développer conjointement la dystopie du « Marcom » – la dictature conformiste établie par l’Europe du Marché Commun dans un futur alternatif – et les psychoses qu’elle engendre, pourront servir de point d’entrée pour de nombreux récits de Curval : ainsi, l’un des enjeux cruciaux de L’Homme à rebours (1974) est pour son héros d’obtenir de voyager librement entre des versions alternatives de notre monde, toutes plus oppressives les unes que les autres, jusqu’à se révéler capable de susciter de nouvelles réalités par la puissance de son inconscient ; ce schéma se fait plus ambigu encore dans Congo Pantin (1995), dont le personnage éponyme se retrouve prisonnier d’une utopie née de ses propres fantasmes, et d’autant plus séduisante que sa nature coercitive se dissimule sous les apparences d’une communauté pacifique où le temps se serait en quelque sorte arrêté.

4En définitive, ces études montrent de manière convergente que la difficulté éprouvée devant ce corpus multiple et polymorphe est indissociable de sa dynamique initiale, à savoir le dilemme paradoxal que Philippe Curval érige entre plaisir et liberté : les aspirations des êtres laissés libres les portent vers le plaisir, qui prend aussi bien la forme d’un confort mesquin que de toutes les créations artistiques, du ravissement des sens et de l’esprit ; mais ce plaisir se révèle en réalité un asservissement, qui s’oppose à l’élan vers la liberté. C’est l’aporie qui clôt l’ascension divine du protagoniste de L’Homme à rebours, incapable de créer quand il se trouve parfaitement libre. C’est l’ambition stérilisante de Congo Pantin, ou des Txalqs du Ressac de l’espace (1962), dont l’art géométrique ne doit rien à la sensualité, , et qui créent des espaces équilibrés, mais figés (Bréan), c’est l’aspiration régressive du Marcom, qui prétend augmenter la liberté de ses citoyens en les enfermant dans des cabines de temps ralenti (Chauvin), c’est enfin la source de toutes les révoltes individuelles contre des structures collectives d’oppression (Lanuque). « Plaisir et liberté », voilà un sous-titre susceptible de rendre justice à l’art de Philippe Curval.

Haut de page

Bibliographie

Bréan Simon, La Science-fiction en France : Théorie et histoire d’une littérature, Paris : Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012. Coll. » Lettres françaises ».

Comballot Richard, « L’évadé du mirage », in Bifrost, n° 31, juillet 2003, p. 122-150.

Curval Philippe, « Manifeste pour la science-fiction », Science-Fiction, n° 1, janvier 1984b, p. 202-210.

Curval Philippe, « Danger, travaux ! », in Futurs au présent, Philippe Curval (dir.), Paris : Denoël, 1978, p. 13-19, coll. » Présence du Futur »

Curval Philippe, « Défense de stationner », in Superfuturs, Philippe Curval (dir.), Paris : Denoël, 1986, p. 7-15, coll. » Présence du Futur ».

Vas Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au xxe siècle, Paris : Honoré Champion, 2012. Coll. Bibliothèque de littérature générale et comparée.

Haut de page

Notes

1 Plusieurs dossiers sur Curval ont été publiés dans des revues du milieu. Ils apparaissent dans la bibliographie de l’étude « Curval à rebours ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Bréan, « Philippe Curval : entre plaisir et liberté », ReS Futurae [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://resf.revues.org/555 ; DOI : 10.4000/resf.555

Haut de page

Auteur

Simon Bréan

Maître de conférences en littérature française à l’université Paris-Sorbonne. Auteur de La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature (Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012). Secrétaire de rédaction de ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org