Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Lorsqu’elle a fait le choix d’une revue électronique en ligne, l’équipe initiale de ReS Futurae, dès 2010, a pris le parti d’une ouverture aux multiples possibilités du réseau internet. Ce numéro 5, avec un dossier sur la culture visuelle de la science-fiction, en déploie les richesses. En orientant leur appel sur les croisements de l’avant-garde et de la culture populaire, ses responsables Samuel Minne et Mehdi Achouche ont judicieusement suggéré d’en explorer certains aspects moins spontanément mis en avant que ceux des industries culturelles du cinéma ou de la bande dessinée. La dynamique de légitimité de la science-fiction s’en trouve éclairée, dans les évolutions d’une histoire assez complexe pour avoir traversé aussi bien la « sub-culture » identifiée par Gérard Klein en 1967, la contre-culture de Métal Hurlant dix ans plus tard, que les productions dominantes du mainstream actuel, « cette culture qui plaît à tout le monde » (pour reprendre le titre de Frédéric Martel). Ce dossier court ainsi des débuts du paysage spatial aux petits vaisseaux de Space Invaders, en passant par les inspirations réciproques du futurisme italien et de l’illustrateur Yambo ou les comics de Moore et Morrisson.

2Discret dans les articles du dossier sur la culture visuelle, le cinéma a guidé notre choix d’études issues de Science Fiction Studies. Ils affirment avec netteté ce que la science-fiction comme culture globale doit à quelques œuvres majeures de son 7ème art : 2001, A Space Odyssey, Blade Runner et Ghost in the Shell. L’étude de Wong Kin Yuen (2000), articulée à une pensée de la ville postmoderne en général et de Hong Kong en particulier, s’inscrit pour nous dans le fil des traductions proposées par le numéro 4 de ReSF : diffuser en France les hypothèses et les arguments des théories de la postmodernité telles qu’elles s’exercent sur les corpus science-fictionnels. L’étude de Carl Freedman (1998), quant à elle, lauréate du Pioneer Award for Excellence in Scholarship délivré par la Science Fiction Research Association, propose une thèse ambitieuse sur la science-fiction comme genre cinématographique, et vient ainsi se ranger en bonne place dans une discussion dont le numéro 3 de ReSF a donné une étape récente (article de John Rieder). Loin d’être close, cette discussion est appelée évidemment à se poursuivre dans de futurs dossiers de ReS Futurae, nourrie d’arguments issus de tout l’éventail multimédiatique de la science-fiction, à d’autres époques ou dans d’autres aires culturelles. Le compte-rendu de l’ouvrage The Liverpool Companion to World Science Fiction Film, paru en 2014, suggère l’étendue possible de ces investigations à venir, que notre revue soutiendra avec enthousiasme.

3Non moins étendus dans le temps, l’espace et les médias, les domaines abordés par l’ouvrage de Bost-Fievet et Provini (2014) laissent entrevoir comment la science-fiction, parmi les autres genres de l’imaginaire, se nourrit des mythes, récits et figures de l’Antiquité. Cédric Chauvin, dans son compte-rendu, place la science-fiction, pour l’occasion, sous le terme de fantastika, et cite l’hypothèse, proposée par l’un des auteurs recensés, d’une « altermodernité » lisible dans cette histoire littéraire « spiralée » depuis le fonds antique. C’est dire à quel point le « méga-pastiche » de Hong Kong selon Wong Kin Yuen, dans son « articulation de l’hybridité » « en lisière des empires », dispose d’exemples ici, ailleurs, hier ou demain, pour que se poursuive et se renouvelle la lecture, la contemplation, et la discussion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Langlet, « Éditorial », ReS Futurae [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 04 mai 2015, consulté le 24 août 2017. URL : http://resf.revues.org/689

Haut de page

Auteur

Irène Langlet

Professeur de littérature contemporaine à l’université de Limoges. A publié notamment La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Armand Colin, 2006), ainsi que de nombreux articles sur ce genre. Directrice du projet ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org