Navigation – Plan du site
Pierre Boulle

Planet of The Men, scénario de Pierre Boulle

ou le refus exploité
Xavier Mauméjean

Résumé

En 1968, au terme de son exploitation dans les salles, le film La Planète des singes rapporte près de quatre fois son budget. Cela suffit à convaincre le producteur Arthur P. Jacobs de commander une suite à Pierre Boulle. Celui-ci hésite, n’ayant jamais jusqu’alors écrit pour le cinéma. Boulle finit par accepter. Le travail remis, un scénario dont la traduction compte 108 pages, s’intitule Planet of The Men. Il est refusé, sans même une tentative de réécriture, et fait cependant l’objet d’emprunts qui structurent la série de films originale. C’est ce que souhaite démontrer l’article en procédant à une étude comparative.

Haut de page

Notes de la rédaction

Il s’agit ici de présenter un document de travail de Pierre Boulle tel qu’il a été soumis à l’examen de la production hollywoodienne de La Planète des singes. Les citations extraites du scénario de Pierre Boulle sont donc laissées en leur état original. Les autres citations ont été traduites par ReS Futurae.

Texte intégral

À Clément Pieyre, qui maintient vivante la mémoire de Pierre Boulle, souvent contre vents et marées. À Jacques Garin, pour son aide précieuse.

  • 1 C’est pourquoi nous ne prenons pas en compte le quatrième et dernier film, La Bataille de la planèt (...)

1En 1968, Pierre Boulle écrit un scénario en vue d’une suite pour le film La Planète des singes (Planet of the Apes), sorti la même année. L’objet de cette présentation du document de travail de Boulle est avant tout d’en faire découvrir les grandes lignes, puis de montrer comment le refus de son travail donne en fait lieu à une complète exploitation dans les trois suites de la série initiale, écrites par Paul Dehn1.

  • 2 « Nous n’avions même pas prévu de suite, pour de nombreuses raisons évidentes. Bien sûr, quand on f (...)

2À l’origine, le film librement adapté du roman de Pierre Boulle, publié en 1963, est une « unique entity» (selon James Denton, directeur de la publicité pour la 20th Century Fox, Denton, 1967, p. 3) qui ne devait pas donner lieu à des suites. Ce que confie Richard D. Zanuck à Samuel James Maronie, à l’occasion du dixième anniversaire de la production du film original: « We never even anticipated a sequel, obviously for many reasons. Of course, when you’re making a picture, at first you don’t think of sequels. You’re happy if the production just break even, and you are just not able to look far beyond. But in addition, the way this picture ended did not leave much room for a sequel2. » (Zanuck, 1976, p. 49). Toutefois, l’éventualité se posait dès le tournage par le réalisateur Franklin J. Schaffner, comme nous le verrons plus loin.

3Encore moins était-il prévu que le long-métrage engendre ce qu’aujourd’hui nous nommons une franchise. Cependant, au terme de son exploitation dans les salles, le film de 1968 rapporte 22 millions de dollars pour un budget original d’un peu moins de six millions. Cela suffit à convaincre la 20th Century Fox de suggérer une suite au producteur Arthur P. Jacobs : « We didn’t plan any sequel in the first one, but it became so successful that Fox said you must do a sequel, if you come up with one » (Jacobs, 1972, p. 19). Deux projets sont développés en parallèle. L’un est confié à Rod Serling, auteur du premier scénario, tandis que Pierre Boulle est contacté par les bureaux parisiens de la Fox. L’écrivain hésite, n’ayant jamais jusqu’alors écrit pour le cinéma. Afin de le familiariser avec l’écriture filmique, Jacobs lui confie le scénario du premier film pour qu’il en étudie la structure. Boulle finit par accepter.

4Deux éléments méritent d’entrée d’être relevés. D’une part, Jacobs commande à Boulle une suite du film, non de son roman. Le travail réclamé à l’écrivain français est cinématographique et ne s’inscrit pas dans le cadre d’une création personnelle, mais bien dans l’activité collective d’un studio hollywoodien. D’autre part, le film doit se situer dans la continuité immédiate du précédent.

  • 3 L’ensemble est consultable au fond d’archives Pierre Boulle, Bibliothèque Nationale de France. Tout (...)

5Pierre Boulle accepte et rédige en français un manuscrit de 71 feuillets, donnant lieu à un tapuscrit de 100 feuillets, en français également3. Celui-ci est traduit en anglais sous forme d’un scénario de 108 pages dans sa version du 22 juin 1968 : Planet of The Men.

  • 4 Charles Eastman empruntera semblable hésitant chemin avec son essai de scénario remis en 1966. Alor (...)
  • 5 Il en va de même pour Le Pont de la rivière Kwaï. Le manuscrit original est titré « Le Pont de la r (...)

6Le titre, à l’apparente simplicité, ne s’est pas imposé d’entrée. Ont été aussi envisagés « When man takes over » et « Struggle for Death ». C’est cependant le titre de Pierre Boulle qui est retenu : La Planète des hommes. Détail amusant, quand on sait comment lui est venu celui du roman original, bien tardivement dans la version manuscrite, probablement à partir d’une note inscrite dans la marge du feuillet 6 : « Un singe ? Effectivement, des singes devant un singe ». C’est à croire que Pierre Boulle s’était lancé dans la rédaction du roman, comme son équipage du « vaisseau cosmique », dans l’inconnu, sans idée de sa destination4. Le manuscrit de 1963 porte d’ailleurs comme titre de travail La Planète mystérieuse, voire « Planète X », dans la marge de gauche5.

I. Le scénario

  • 6 Dans leur essai Projecting Tomorrow : Science Fiction and Popular Cinema, James Chapman et Nicholas (...)
  • 7 Stuart Rosenberg, « I shot an arrow into the air », Twilight Zone, Saison 1, episode 15 (première d (...)
  • 8 « Mon dieu, je sais ce qui s’est passé. Nous n’avons jamais quitté la Terre. Nous sommes juste… rev (...)

7La suite débute en parfait raccord avec la fin du film original6, soit au moment où l’astronaute Taylor, auprès de qui se tient sa compagne humaine Nova, prend conscience de se trouver sur la Terre en contemplant les restes de la Statue de la Liberté. Celle-ci est un élément déterminant dans la narration du film, littéralement sa fin, entendue à la fois comme terme et comme but. La Statue de la Liberté figure déjà dans la mouture de scénario que rend Rod Serling le 23 décembre 1964 (initialement à la King Brothers Productions), alors que la production ne sera officiellement lancée par Richard D. Zanuck pour la Fox que le 26 septembre 1966. La Statue apparaît comme image finale, sans la réaction de Taylor (encore appelé Thomas). Si cette fin est, au moins dans l’esprit, assez fidèle au retournement conclusif du roman de Pierre Boulle, elle déplaît à l’écrivain français qui fait part de son désaccord à Arthur P. Jacobs, dans une lettre datée du 29 avril 1965. L’idée de la Statue de la Liberté est donc strictement le fait de Serling, spécialiste des récits « à chute ». On peut identifier son origine probable dans le script I Shot an Arrow into the Air, rédigé pour le programme Twilight Zone en 19597 : des astronautes, persuadés d’avoir découvert une autre planète, tombent sur une portion d’autoroute désolée où est planté le panneau « Reno, Nevada, 97 miles ». L’un d’eux tient des propos qui anticipent ceux tenus par Taylor : « Oh my dear God. I know what happened. We never left earth. That’s why nobody tracked us. We never left the Earth. We just… crashed back into it8. »

8En dépit de son opposition, Pierre Boulle débute à partir de cette scène finale :

  • 9 Nous donnons le texte dans sa version traduite pour deux raisons. D’une part parce que Boulle l’écr (...)

Page 1 : « Final scene from the first film. Taylor is in front of the Statue of the Liberty in a state of violent despair. Nova watches him apprehensively, then plucking up courage, she touches his shoulder, her eyes questioning him mutely9.

Taylor : « And I believed that I had discovered a new world ! This is Earth, nothing more than Earth ! […] The Earth ! Can’t you understand that all these things could only have happened on Earth ? […] No. You don’t understand. You can’t begin to understand. You know nothing. »

9Un buffle fonce sur une femme tenant un bébé. Taylor s’empare d’un fusil et abat l’animal d’un tir dans la tête. Le groupe des humains se rassemble autour de lui, silencieux. Taylor prend alors progressivement conscience de leur présence et s’extrait en partie de son désespoir :

Page 3 : « Perhaps all is not lost. »

10Soudain, Nova se crispe de douleur. Taylor tente de lui porter secours avant de comprendre, Nova pointant du doigt le bébé auparavant entrevu, que sa compagne est enceinte.

Page 4 : « You want to say, that… a child ? (his voice grows steadily more impassioned) A child… a son ! a son ! »

11La possibilité que Nova soit enceinte a été envisagée dès le premier film. Dans le numéro spécial de Cinefantastique qui consacre un dossier à la série, le scénariste Michael Wilson, qui succède à Rod Serling, confie avoir écrit une fin dans laquelle Taylor est abattu par un gorille (Wilson, 1972, p. 26). Nova, enceinte, se réfugie dans la Zone interdite, le film se clôturant sur l’image de la Statue de la Liberté. La production aurait jugé la fin trop ouverte ou, plus étonnant, amorale, Nova étant estimée par un haut-exécutif de la Fox « pas totalement humaine », comme le rapporte Michael Wilson.

12Quoi qu’il en soit, Pierre Boulle la reprend comme élément essentiel de l’intrigue. Taylor y voit en effet un signe d’espoir face à l’absurdité de la situation :

Page 4 : « No, all is not lost. This is a sign from the sky ! I don’t know what devil has amused himself by reversing the laws of nature on this Planet, but there is a great mission to accomplish. »

13Soit l’occasion inespérée de rebâtir une société humaine et, de manière plus sombre, la promesse de se venger plus tard de la cité des singes, particulièrement du docteur Zaius :

Page 4 : « Zaius, I take an oath ; you will hear more of me. Even if it takes my entire life, I swear that one day you will know real men… to both of us, Zaius ! »

14Fin du premier acte. Ellipse de quatre ans, reprise de l’histoire dans la cité des singes, précisément dans le bureau du docteur Zaius qui discute avec son collègue orang-outang Maximus. Il y est question d’événements qui troublent l’ordre public, de manifestations organisées par l’ethnie chimpanzé. Rappelons que dans le film, mais déjà dans le roman, les tâches sont précisément réparties dans la communauté des singes. Les orangs-outans, volontiers dogmatiques, sont les gardiens de la loi ; les chimpanzés sont principalement des scientifiques, et les gorilles sont des guerriers ou des travailleurs de force. Une tripartition des tâches somme toute classique depuis La République de Platon. Les manifestants brandissent des pancartes avec des slogans décrits à la page 6 : « Release Zira and Cornelius » ; « For a Free Science ».  Maximus déclare, page 5 :

« These young intellectual chimpanzees are unsupportable. This is a rebellion which could establish itself. We’re going to have to do something about it. »

15Les manifestations sont orchestrées par Lucius, entraperçu lors du premier film, neveu impulsif du couple de savants qui s’étaient pris de sympathie pour Taylor, ce qui leur a valu d’être emprisonnés pour hérésie. La foule est chargée par la cavalerie des gorilles, jugés « braves et loyaux » par Maximus, « loyaux et stupides » par Zaius.

16Celui-ci a décidé de changer de tactique. Pour pacifier les chimpanzés, il est prêt à libérer Zira et Cornelius à condition qu’ils confessent publiquement leurs fautes. Le couple comparaît devant les dignitaires orangs-outangs. Cornelius est troublé par la proposition, Zira demeure aussi vindicative que dans le premier film. Jouant sur un registre large incluant flatteries, menaces et appels réalistes à la raison, le docteur Zaius obtient qu’ils collaborent. Par-dessus tout, Zira et Cornelius sont intrigués par deux rapports concernant la Zone interdite. L’un, remis par un chef des chasseurs gorilles, fait état d’un Taylor sûr de lui, conseillant aux singes de se tenir loin :

Page 13 : « This is my kingdom [...]The next time I’ll blow your filthy ape-head off. Drop all your cudgels ! »

17L’autre témoignage, délivré par un chimpanzé, est encore plus inquiétant. La communauté humaine est organisée, maîtrise l’usage du feu, événement fondateur qui consolide dans le récit la maîtrise du langage. Ainsi, page 17, Sirius, le jeune fils de Taylor et de Nova, scande le mot « Fire », imité par sa mère.

18Fin du deuxième acte. Nouvelle ellipse, dix ans après. La séquence débute dans la cité des singes, précisément dans l’amphithéâtre. Le scénario fait directement référence au film précédent : « p. 58 of the script Planet of the Apes’ » (p. 18). La communauté des simiens est agitée par les élections. Cornelius se présente avec pour programme la tolérance à l’égard des humains et une meilleure compréhension de leur communauté. Sa déclaration divise les singes, y compris dans l’ethnie des chimpanzés. Lucius, amer, confie à Zira qu’ils auraient dû renverser l’ordre établi dix ans plus tôt car, en l’état, Zaius va l’emporter, et s’ensuivra la guerre contre les humains. Lors de sa propre intervention, jouant sur son âge vénérable et sa méfiance qui repose sur l’expérience et la crainte des singes à l’égard de l’animalité humaine, le savant orang-outang emporte l’adhésion des votants qui l’élisent à une très large majorité. Le comptage des voix est donné à la radio, Pierre Boulle ajoutant un acquis technologique qui n’était pas présent dans le premier film, contrairement à la photographie.

  • 10 Qui ne peut qu’évoquer Ursus, l’officier gorille présent dans Le Secret de la planète des singes (B (...)

19Pendant ce temps, Taylor continue d’éduquer les hommes. Son fils Sirius apparaît comme un dirigeant-né qui l’assiste et porte ses ordres. L’usage du langage est acquis, ainsi que les techniques agricoles. Taylor surprend un adolescent de quinze ans alors qu’il dessine à la craie sur un mur une véritable fresque rupestre représentant un homme et un buffle. L’espèce humaine a redécouvert l’art, le futur est à nouveau possible. Mais cet état paradisiaque est menacé par Zaius et le général Urus10 qui ont décidé d’en finir. « It is pure genocide, a crime against humanity ! » s’exclame Lucius (p. 32). Le jeune chimpanzé veut se rendre dans la Zone interdite afin de prévenir Taylor. Zira décide de le suivre, ce que fait aussi Cornelius après un instant d’hésitation, Cornelius.

20Les trois chimpanzés s’engagent dans la Zone interdite. Ils passent devant la cave qui contenait, dans le premier film, les reliquats d’une humanité intelligente, site que Zaius avait fait dynamiter, et découvrent, stupéfaits, la Statue de la Liberté que Taylor tente de faire restaurer avant de la redresser. Là, Pierre Boulle semble revenir sur le désaccord relatif à l’utilisation de la statue, opposition au départ, puis tentative de composer avec les studios, ainsi que le montrent les notes préparatoires au scénario, contenues dans la partie titrée « Ω 25 ». Pierre Boulle avait envisagé un temps de montrer la statue retournée à un complet état sauvage, et occupée par des grizzlys.

21Les retrouvailles sont chaleureuses, bien qu’elles suscitent l’incompréhension dans la communauté humaine. Un jeune garçon s’adresse à un autre :

Page 38 : « Apes ?... Friends ? […] How can there be such a thing as a good ape ? »

22Lucius, le fils de Taylor âgé de treize ans, s’impose comme assistant avisé, acquis au progrès de l’humanité. Tout comme son père, il fait de la culture la plus haute nécessité, la fin visée une fois mis en place les moyens de subsistance. C’est ainsi qu’en dépit de son très jeune âge il dirige l’école et peut déclarer :

Page 46 : « You can never give too much space for culture. »

23Cette remarquable avancée des humains, sur une période de temps très courte, en vient à questionner le toujours prudent Cornelius. Le savant chimpanzé se demande si les craintes du docteur Zaius ne seraient pas en partie fondées. Ce qui fait écho à l’une des premières répliques de Taylor, page 2 : « The fears of Zaius had some foundations, after all. »

24Zira et leur neveu Lucius font valoir l’état pacifique de la communauté humaine, et tout ce que les singes ont à se faire pardonner. Reste que Cornelius sent l’hostilité des hommes, non chez Taylor et Nova mais chez leur fils Sirius, détail d’annonce qui trouvera toute son importance par la suite.

25Retour dans la cité des singes dont l’amphithéâtre tient lieu d’agora. Un politicien, décrit à la page 54 du scénario comme « The same politician as on page 58 of the script of film n° 1 », tient un discours belliciste qui est unanimement salué par des applaudissements et un slogan scandé : « To war ! To war ! ». Un jeune chimpanzé ne partage pas l’enthousiasme collectif et est aussitôt recadré.

26Suit une séquence dans un temple où un prêtre orang-outang, devant une assemblée principalement constituée de chimpanzés, encourage la guerre sainte (p. 56 : « This war is a holy war »). Dans le bureau de Zaius, et en présence de Maximus, le chef gorille Urus presse les dirigeants d’ordonner l’attaque, pour contrer les raids humains en territoire simien. Urus est indigné par l’effronterie des hommes qui n’ont pas hésité à se déguiser en singes : « Could we disguise ourselves as men, us ? » (p. 62) Lorsque, page 64, Zaius demande à Urus s’il a un plan, celui-ci se contente d’affirmer qu’il va donner son infanterie et sa cavalerie, fondre sur la communauté humaine et l’éradiquer. De manière intéressante, Zaius prend la stratégie humaine comme un signe de progrès et blâme l’action irréfléchie d’Urus.

27Conformément au mouvement d’alternance systématique qui rythme le scénario de Boulle, (effet de répétition qui sera dissipé avec le personnage de l’astronaute Brent, qui introduit une dynamique narrative en faisant la liaison entre Taylor et les singes, dans Le Secret de la planète des singes), le récit opère un retour à la communauté des hommes lors de la séquence suivante. Cornelius et Zira ont décidé de regagner la cité des singes. « My place is amongst the apes », affirme Cornelius, Zira enchaînant directement par : « My place is with Cornelius. » Leur neveu Lucius reste avec les hommes : « My place is on the side of freedom and justice. » (p. 66) Lors des adieux, Zira s’avise que Sirius n’est pas là et s’en étonne auprès de sa mère, Nova, qui répond embarrassée : « He asked me to say goodbye for him. He is so busy organising our defences. » Cornelius, guère dupe, répond : « Your younger generation will not accept a single ape. » Taylor conclut d’un : « I hope, too, that one day that will change. » (p. 67)

28Suit pages 74 sq., la description des préparatifs de défense. Sirius a fait creuser des tranchées tout autour du périmètre, qu’il a garnies de pieux effilés. « I had an idea, father. […] Isn’t that a good idea ? » Le chimpanzé Lucius trouve le procédé cruel, ce à quoi Taylor répond : « It is cruel. But we did not make this war and we must win. It’s a good idea, Sirius. »

  • 11 « Orang » en malais signifie « homme », comme dans « orang-outang » : « l’homme-singe ». Pierre Bou (...)

29Réapparaît alors, désormais appelé John, le jeune artiste de quinze ans qui dessinait une fresque sur un mur. En utilisant les munitions prises lors des raids, il a fabriqué douze grenades, par tâtonnement expérimental. Sirius les appelle « oranges11 » car elles sont comme des fruits, ces mêmes fruits que cultivent les singes autour de leur cité et qui justifient l’extermination des hommes qui viennent les manger. Pour sa part, Lucius refuse de prendre un fusil. La stratégie est mise en place : un groupe de jeunes humains attirera l’attention de l’armée qui les traquera jusqu’au point choisi par Taylor. Après quoi, l’envahisseur sera encerclé et criblé de tirs, principalement par les traits des archers. L’alarme est donnée par une sentinelle :

Page 81 : « The apes ! The army of apes ! They have crossed the border. »

30L’armée des singes qui s’est engagée dans la Zone interdite découvre la Statue de la Liberté. L’un des officiers gorilles demande ce que c’est, à quoi Urus répond :

Page 83 : « I’ve heard of it. It’s some prehistoric monument of no interest. Forget it. »

31Le traitement expéditif de la Statue et le lapidaire « Forget it » sont-ils un simple effet d’intrigue, ou un rappel du persistant désaccord entre Pierre Boulle et les studios, relatif à la scène finale du premier film ?

32La tactique mise en place par les humains fonctionne parfaitement. La cavalerie des gorilles, Urus chargeant en tête, est leurrée et tombe dans le traquenard. Les flèches pleuvent, John lance ses grenades, « very calmly ». Taylor somme Urus de se rendre, le général est capturé vivant. En revanche, Sirius et ses jeunes hommes ne font aucun prisonnier. Lucius est horrifié par le massacre, sa vie est alors menacée. Le jeune chimpanzé se réclame de son amitié avec Taylor, « the Man-who-talks », à quoi les combattants répondent :

Page 88 : « Our leader ?... Sirius is our true leader… Sirius speaks better than the Man-who-talks… And we, are we not also now the Men-who-talk ?... Death to all the Apes ! »

Page 89 : « One day, Sirius told me : the only good ape is a dead ape. »

33Référence à la célèbre maxime attribuée au général George Armstrong Custer : « The only good Indian is a dead Indian ». Pierre Boulle s’adresse directement au public américain.

34Sirius conteste à son tour l’autorité de son père et assume son rôle de leader :

Page 89 : « My father hasn’t suffered like these people have. I’m one of them because my mother was. »

35Le massacre reprend de plus belle. La victoire est acquise et, sous l’impulsion de ses hommes, Sirius décide de porter la guerre jusqu’à la cité des singes :

Page 90 : « After all, the victory is ours. It is better to finish it off quickly. You are right… Everyone follow me ! To the city of apes ! »

36Ailleurs sur le champ de bataille, la situation revient progressivement au calme. Les prisonniers singes sont obéissants, comme prostrés, contrairement à Taylor qui paraît anxieux. Nova s’en inquiète et lui demande ce qu’il en est de Sirius. Taylor affirme qu’il devrait être revenu puisque la victoire des hommes ne fait maintenant aucun doute, et là est peut-être le problème :

Page 91 : « He is some-one who knows how to get over a defeat. I am not sure now that he knows how to handle a victory. To do that, you have to be a saint… or an imbecile like me…What can he be doing ? He should have joined us long ago… I am going to go over there. »

37Nova l’accompagne. Le couple constate une régression dans le comportement des fuyards simiens qui se réfugient dans la forêt et grimpent aux arbres avec une aisance atavique retrouvée : « It is an ancient instinct re-emerging from the depths of centuries gone by ». Le massacre perpétré par Sirius confirme les inquiétudes de Taylor. Pire, Lucius a été mortellement frappé par une lance. Avant de mourir, le jeune chimpanzé presse le couple d’arrêter son fils qui marche sur la cité des singes.

38Un cavalier gorille surgit dans le bureau de Zaius qu’entourent ses conseillers orangs-outangs. Il annonce la victoire, mais pas celle attendue. Les singes terrorisés se réfugient dans leur temple, sans succès, car l’armée de Sirius les massacre et abat la statue du Législateur.

39Page 98, Sirius s’adresse à ses hommes :

« Listen to me, all of you. This wicked city must be wiped from the face of this planet. Only fire can purify this foul place, so that it turns to ashes that the wind may blow away. »

40Les rangs humains scandent « Fire ! Fire ! », symbole de destruction qui fait écho à l’épisode antérieur où la même exclamation annonçait la création d’une communauté par l’acquisition conjointe de la technique et du langage.

41Cornelius et Zira font face à Sirius.

42Page 100, Zira : « Sirius, I once saved the lives of both your father and mother. » L’un des humains la reconnaît : « She used to make her experiments on our fathers and mothers. » Sirius affirme : « There is only one intelligent being on this planet and that is man. »

43Taylor et Nova ont chevauché à brides abattues, mais ils arrivent trop tard. La cité des singes n’est plus qu’un amas de ruines que surmonte la statue du Législateur, entourée de flammes. Ils errent parmi les décombres et les foyers d’incendie jusqu’à trouver leur fils.

44Page 101, Taylor apostrophe son fils : « Sirius ! I told you there was to be no massacre. We have conquered. Peace must be made. » L’un des hommes de Sirius lui répond : « No peace with the apes. No peace until every ape is dead. » Taylor lui défend de parler ainsi et la foule gronde : « The Man Who Speaks cannot forbid us. We are all men who speak. »

45L’autorité de Taylor est ainsi directement contestée au profit de son fils qui demeure silencieux tandis que la foule scande : « It is Sirius who taught us !... Sirius who showed us how to fight !... Sirius gave us victory ; Sirius is our chief. »

46Taylor somme son fils de s’expliquer, qui lui répond, page 102 : « Father, you must let us alone. This is our affair. »

47Nova implore son fils qui est tiraillé entre deux types d’obéissance : celle, soumise, à ses parents et celle qu’il se doit à lui-même et qui lui impose, en tant que chef, de correspondre à l’image et aux attentes des hommes. Finalement, Sirius laisse la vie sauve aux singes, qu’il soumet en esclavage.

48Les survivants simiens se retrouvent dans une gigantesque cage, dont Zaius, Cornelius et Zira. Taylor va les voir, dans une scène qui fait écho au premier film, comme une réminiscence inversée.

49Page 103, Zaius lui affirme : « I know better man than you, Taylor ! »

50Cornelius lui dit que les anciennes règles, disparues deux mille ans plus tôt, sont rétablies. La violence comme héritage humain. Taylor, effondré, est conscient qu’il est la cause de ce retour en arrière. Lorsqu’un garde tente de frapper Zira, Taylor se précipite et s’interpose. Il est aussitôt abattu.

Page 105 : « The Man Who Speaks, the Man Who Speaks is dead. […] He deserved to die. He betrayed us. He was a friend of the apes. »

51Plutôt que de subir la violence, l’enfermement dans des cages, et surtout la régression à l’état de bêtes, Cornelius et Zira avalent le contenu d’ampoules de poison. Nova se tient penchée sur le cadavre de Taylor, hébétée.

52Le film se clôt sur une scène choc. Dans les ruines de la cité des singes, une arène est éclairée par des projecteurs. Dans une ambiance de cirque, une jeune femme ouvre le numéro en introduisant sur la piste Maximus et deux autres orangs-outangs. Vêtus de costumes ridicules, ils font mine de prendre le thé. Puis le dresseur annonce l’attraction principale :

Page 107 : « And now, ladies and gentlemen, I have the pleasure of presenting the greatest attraction of the century, the most knowing ape of the century. I mean the celebrated Zaius ! »

53Musique, les rideaux s’ouvrent, Zaius apparaît, vêtu d’un smoking, coiffé d’un chapeau haut de forme, tétant un cigare, l’air ridicule. Il se déplace comme un singe, en balançant les bras.

Page 108 : « This ape, ladies and gentlemen, and this one in particular, has innumerable talents — he can actually pronounce a few words... Now, tell this honoured audience your name. »

54Zaius essaye, n’arrive pas, agace le montreur et finit dans un terrible effort par lâcher :

« Za… Zaios ! »

55Applaudissements nourris, le montreur lui tapote le nez et lui donne un sucre. Zaius regarde autour de lui, se dandine, puis imite la foule et applaudit à son tour. Le film s’achève sur cette dernière image.

II. Refus et reprises

56Arthur P. Jacobs rejette le scénario écrit par Pierre Boulle, et ce de manière définitive, alors que le script du premier film avait fait l’objet de nombreuses réécritures. Il en va de même pour le projet de suite écrit par Rod Serling : The Dark Side of the Earth. Le personnage joué par Charlton Heston y trouvait la mort en annihilant la communauté des singes.

57Le refus du travail de Pierre Boulle tient à une affirmation non étayée : « it wasn’t cinematic », déclare Arthur P. Jacobs (Jacobs, 1972, p. 19). Les faits vont largement atténuer ce jugement, et ce dès la première suite qui est confiée à Paul Dehn, assisté par Mort Abrahams pour l’élaboration de l’histoire. Le Secret de la planète des singes (Ted Post, Beneath the Planet of the Apes, 1970) reprend en effet des pans entiers du récit écarté.

  • 12 « Soyons clair : Taylor haïssait la guerre, et puisque les Singes de cette époque menaient une guer (...)

58Le film s’ouvre sur une longue séquence dans la Zone interdite, qu’accompagne un narrateur en voix-off. Ses propos semblent vouloir d’entrée atténuer le caractère misanthrope de Taylor afin d’en expliquer le comportement ultérieur : « Set this down : Taylor hated war. And since the Apes of those times were fighting a bestial war-with-weapons to exterminate peaceful and defenceless Man, Taylor believed the Man was the more worth saving12. »

59La caméra se recentre par plusieurs plans rapprochés d’une statue à la tête garnie de piques. Plan serré sur Taylor qui s’exclame dans un cri d’agonie :

Page 1 : « God damn you all to hell ! »

60Il s’effondre à genoux et se prend la tête dans les mains, en parfait raccord avec la fin du précédent film.

61Suit une longue errance. Taylor et Nova chevauchent dans la Zone interdite. Comme dans la version de Pierre Boulle, Taylor envisage très vite :

  • 13 « Bon sang, où est-ce qu’on peut aller maintenant ? (regardant Nova). Ou alors, on s’arrête pour fo (...)

Page 3 : « Where in hell do we go from here ? (eyeing Nova) Or do we just stop off and found a human colony ? And the kids will learn to talk… better sense than the Apes (his finger on her lips) Try to say the name I gave you. No-va13. »

  • 14 Première inflexion de la thématique, qui va progressivement passer dans la série de la menace nuclé (...)

62Plus loin, pages 14 et suivantes, dans la cite des singes, la scène de l’arène reprend la scène de l’amphithéâtre imaginée par Pierre Boulle. Le général gorille Ursus, près de qui se tiennent le docteur Zaius et divers représentants de la hiérarchie simienne, prononce un discours invitant à la guerre. Ses propos font la synthèse du discours de Zaius chez Boulle,–  « I’m a simple soldier » renvoyant à « I’m an old ape » sur le registre de la fausse humilité – et bien sûr des dires d’Urus. L’humanité est une infection qui répand partout ses excréments, pollue l’eau des lacs et des rivières, vole les fruits plantés par les singes. Les hommes sont mauvais non parce que leur peau est blanche14, mais parce qu’ils n’ont pas la faculté divine des singes à distinguer le Bien du Mal. Ursus convoque la parole du Législateur, tout comme chez Pierre Boulle, et assène sous les vivats : « The only good human is a dead human. » On se souvient que la référence figurait déjà dans le manuscrit de Pierre Boulle, mais appliquée aux singes. Cette reprise tend à prouver que l’écrivain français avait visé juste en s’adressant à la mémoire historique, avérée ou apocryphe, des Américains.

63Cornelius et Zira s’insurgent comme chez Boulle de la menace d’obscurantisme qui oblitère tout avenir à la science. Ursus veut mener une expédition armée dans la Zone interdite car, là aussi, des observateurs singes dépêchés sur place ont constaté une activité humaine organisée. Zaius, à nouveau, convoque Cornelius et Zira et use de tous les registres pour les rallier à sa cause.

  • 15 « Je vous demande d’être les gardiens des plus hauts principes de la Science en mon absence. Je dem (...)

Page 32 : « I am asking you to be the guardians of the higher principles of Science in my absence. I am asking for a truce with your personal convictions in an hour of political danger. […] If I should fail to return from the Unknown, the whole future of our civilization will be yours to preserve… or destroy. So think well before you act. […] You know that my scruples were dictated by caution, not by cowardice. When the day comes, I shall ride with you15. »

64Zira et Cornelius se rallient à sa cause, suivant une fois de plus le fil narratif de Pierre Boulle.

65La scène du temple est reprise pratiquement à l’identique : pages 41 et 42 ; le prêtre bénit l’expédition militaire qui mène une guerre sacrée (« Holy war »).

66En présence du religieux, Ursus et Zaius parlent de stratégie page 49, le savant orang-outang craignant quelques ruses de la part des humains. Ursus est confiant, les hommes ne pensent pas quand lui maîtrise l’art de la guerre – thème et traitement déjà présents dans le scénario de Pierre Boulle.

67L’armée des singes se met en mouvement et traverse la cité, pages 75 et 76. Parvenue à une place, elle se heurte à une manifestation de jeunes chimpanzés qui brandissent des pancartes et scandent des slogans : « Give us Peace ». La scène est un décalque de son équivalent dans le scénario de Boulle.

  • 16 On peut y voir une réminiscence du titre du dossier de notes établies par Pierre Boulle pour Planet (...)

68Les craintes des autorités simiennes s’avèrent fondées. Il existe bel et bien une communauté intelligente d’humains au cœur de la Zone interdite, réfugiée dans les profondeurs en ruines du métro new-yorkais. Il ne s’agit pourtant pas, comme chez Boulle, d’une société nouvellement bâtie mais des reliquats de la nôtre, bénéficiant d’importantes avancées technologiques et en proie à des mutations sous l’effet de radiations. Les survivants sont organisés en congrégation religieuse (ils s’appellent entre eux « frère » ou « sœur ») qui voue un culte à la bombe Alpha et Oméga16, ou bombe du Jugement Dernier (« Doomsday Bomb »), aux effets capables d’annihiler toute vie sur Terre. Sous l’effet de suggestions psychiques, Taylor et l’astronaute Brent sont contraints de s’affronter au couteau. Voyant son compagnon en danger, Nova s’écrie page 86 : « Tay… lor ».

69L’accès au langage est aussi brutal qu’il est soudain chez Pierre Boulle, avec une différence notable toutefois : dans Planet of the Men, il est l’effet d’un progrès, synchrone avec l’usage du feu et le développement de la technique, certes rapide mais anthropologiquement cohérent ; dans Beneath the Planet of the Apes, il est un choc, l’effet d’une régression quand l’homme civilisé recouvre son instinct de bête.

70Durant sa progression en territoire hostile, l’armée des singes est victime d’illusions générées par ingénierie (pages 92 et 93). Elle voit la statue du Législateur environnée de flammes, pleurer des larmes de sang avant de s’effondrer. Il s’agit là d’un démarquage du récit de Boulle, dans lequel la statue du Législateur s’effondre au milieu d’un incendie. Zaius, troublé, se reprend et enjoint aux gorilles de poursuivre.

  • 17 « L’esprit du Législateur résiste ! Nous sommes toujours les élus de Dieu ! Ceci est une vision et (...)

Page 93 : « The spirit of the Lawgiver lives ! We’re still God’s chosen ! And this is a vision and it is a lie17 ! »

71Les cavaliers et fantassins reprennent leur progression et finissent par investir les couloirs du métro. S’ensuit un massacre, comparable à celui décrit par Pierre Boulle mais inversé : là, les singes déciment les hommes. Nova est mortellement blessée par un tir, comme l’est Lucius, le jeune neveu de Cornelius et Zira. Taylor recouvre les mêmes accents écœurés :

  • 18 « Je devrais tous les laisser mourir ! Pas seulement les Gorilles ! Tous ! Tout ce qui vit ! Nous, (...)

Page 98 : « I should let them all die ! Not just the Gorillas ! Everyone ! Every living thing ! Us, too ! Look how it all ends !... It is time it was finished… finished18 ! »

72Taylor est, ici aussi, confronté à Zaius. Tous deux trouvent à parler sur un fond commun de désespoir :

  • 19 « C’est le Jugement dernier, Zaius, la fin du monde. Ne comprenez-vous pas ? Pour l’amour de Dieu, (...)

Page 106 : « Zaius, it’s Doomsday, Zaius, the end of the world. Can’t you understand ? For God’s sake, help me19 ! »

73Contrairement à la vision de Boulle qui voyait Taylor progressivement devenir altruiste, ici il recouvre son attitude initiale de misanthrope étendue à un complet nihilisme. Il cherche à enclencher la bombe. Bien que Zaius impute à l’homme toute la responsabilité du chaos ambiant, il est aussi tenté par cette fin. Ursus, qui n’a pas ses préventions, fait abattre Taylor.

  • 20 « Ne révélez à personne le contenu de ces pages. » (NDLR)

74À partir de la page 108 jusqu’à la fin du scénario, le tapuscrit porte en haut de page : « Please do not reveal the contents of these pages to anyone20. »

75Ce que l’on conçoit volontiers, puisque le film s’achève sur un final choc : Taylor se traîne jusqu’à l’autel et parvient à enclencher la bombe.

76La dernière scène est un plan fixe sur le système solaire, accompagné de la voix du narrateur, le film se clôturant en boucle sur le début, pages 108 et 109 :

  • 21 « Nous devons à présent raconter le dernier événement de cette sombre histoire. L’univers contient (...)

« We must now record the final event of this somber history. The Universe, at present contains billions upon billions of spiral galaxies. In one of them, one-third from the edge, is a medium-sized star. And one of its satellites, a green and insignificant planet … is now end21. »

77Puis brutal écran noir, sans générique de fin, conformément à l’indication de scénario :

  • 22 « Il n’y a rien de plus. Le film, lui-même détruit par la catastrophe atomique, est terminé. » (NDL (...)

« There is nothing more. The film, itself destroyed by the atomic catastrophy, is over22. »

78Ainsi que l’on peut le constater, les emprunts au scénario refusé de Pierre Boulle sont nombreux. Deux éléments d’importance ne figurent toutefois pas : la fin qui voit Zaius exhibé dans un cirque, et tout l’arc narratif concernant Sirius, le fils intelligent de Taylor et de Nova, celui qui va soulever ses semblables et permettre la conquête de la planète des hommes.

79Ils apparaissent dans les deux films suivants, Les Évadés de la planète des singes (Don Taylor, Escape from the Planet of the Apes, 1971), et La Conquête de la planète des singes (Jack Lee Thompson, Conquest of the Planet of the Apes, 1972), tous deux scénarisés à nouveau par Paul Dehn.

80L’épisode du cirque marque la fin du troisième film, comme il concluait le projet de Pierre Boulle. À ceci près qu’il est ici porteur d’espoir. Dans Les Evadés de la planète des singes, Cornelius et Zira, qui ont rejoint notre époque en empruntant le vaisseau retrouvé de Taylor, sont traqués par les agents du gouvernement. La femelle chimpanzé, enceinte, est considérée par les autorités comme une menace pour le futur de l’humanité. Le couple trouve refuge dans le cirque d’Armando qui recueille le bébé et gruge les poursuivants en produisant le cadavre d’un petit chimpanzé récemment décédé. Cornelius et Zira sont abattus. Mais dans la dernière scène, leur enfant, derrière les barreaux d’une cage, articule avec assurance : « Ma-ma-ma-ma-ma » (Dehn, 1970, p. 105). Une fin qui renvoie sur un mode optimiste au final de Planet of the Men où Zaius ânonnait son nom et finissait par le déformer (« Za… Zaios ! »).

  • 23 Ce scénario de 1972 constitue la dernière contribution de Paul Dehn à la série.

81Armando et son cirque font l’ouverture du film suivant, La Conquête de la planète des singes. L’histoire débute vingt ans après. La société des hommes a muté en régime totalitaire. Elle exploite les trois variétés de singes qui nous sont familières : gorille, chimpanzé et orang-outang. Le montreur se rend en ville accompagné de son chimpanzé prodige qui a pour consigne stricte de ne pas parler. Las, témoin des mauvais traitements réservés à ses semblables, il lance une insulte à deux policiers : « Lousy human bastards ! » (Dehn, 1972a, p. 15)23. Armando déclare avoir lancé l’insulte, étonnante de la part d’un humain. Elle renvoie directement à « It is pure genocide, a crime against humanity ! », formule paradoxale que lançait le chimpanzé Lucius dans le scénario de Pierre Boulle. Armando se fait arrêter à la place du jeune singe, lui permettant de fuir puis d’entrer en clandestinité.

  • 24 La revue Mad Movies présente une série de photogrammes de la scène coupée (Wibon, 1999).

82Le fils intelligent de Cornelius et Zira devient alors le strict équivalent de Sirius, fils intelligent de Taylor et de Nova. Il fait montre de la même assurance, avant d’endosser son rôle de leader. Acheté par le gouverneur Brent, il se voit proposer de choisir son nom dans un dictionnaire arbitrairement ouvert. Il tourne les pages jusqu’à pointer du doigt « César ». Cette arrogance le met en danger, mais il parvient à s’enfuir et organise le soulèvement des singes. La conquête de la ville renvoie chez Pierre Boulle à la prise par les humains de la cité des singes, jusqu’au massacre final, perpétré par César avec le même détachement que Sirius dans le scénario rejeté. Les hommes, rassemblés sur une place, sont achevés à coups de crosse de fusils24. Un dernier plan montre les singes ivres de rage, triomphants, comme l’étaient les hommes victorieux de Pierre Boulle.

  • 25 « Zoom sur les visages sombres et déments des Singes luisant à la lumière du feu, les yeux illuminé (...)

Page 86 : « Zoom in on the Apes’ dark, demented faces in the glow of firelight. Their eyes gleam manically. The sound of their screaming intensifies, growing louder and louder, until it reaches a peak… and ends in an abrupt blackout and silence25. »

83La scène, qui a été tournée par Jack Lee Thompson, sera jugée beaucoup trop brutale et pessimiste par les dirigeants de la Fox. Elle laissera place à un long monologue, écrit dans l’urgence, ne figurant donc pas dans le scénario original, qui voit César proclamer le règne des singes tout en refusant de répéter les erreurs des humains.

Conclusion

  • 26 « Pour moi, écrire un scénario consiste à regarder un mur blanc et à imaginer un film s’y dérouler. (...)

84Dans l’interview qu’il accorde à Cinefantastique (Dehn, 1972b, p. 26), Paul Dehn explique ce que signifie pour lui écrire un scénario : « Writing a screenplay entails, for me, looking at a blank wall and imagining that the film is going on26. »

  • 27 Ce que relève David Annan dans son essai King Kong, Les singes au cinéma, en faisant toutefois erre (...)

85Loin de fixer un mur blanc en imaginant ce que le film va devenir, Dehn a largement emprunté au travail refusé de Pierre Boulle27. Il en produit des variations, comme on le dirait d’une composition musicale, modifiant le thème sans jamais le perdre de vue. Ses interprétations, que le scénariste professionnel rend bien plus cinématographiques, ne manquent pas d’apports : c’est lui qui, par exemple, fait évoluer la dimension politique du risque nucléaire aux conflits inter-ethniques. Mais elles demeurent des interprétations.

86Sollicité par Dale Winogura pour la même revue à laquelle il répond de France (Boulle, 1972, p. 18-19), Pierre Boulle évoque le projet de suite en termes assez comparables à ceux de Jacobs. À ceci près que, selon lui, le scénario a été accepté pour finalement subir tant de modifications qu’il ne restait pour ainsi dire rien de ses idées. L’écrivain a lu le script de La Conquête de la planète des singes mais s’en est désintéressé car il n’y reconnaissait plus son travail.

87Paradoxalement, le scénario de Pierre Boulle, suite du film et non de son roman, renvoie pourtant d’une certaine manière au livre.

88Dans un premier temps, l’écrivain se démarque du film La Planète des singes en annulant l’effet final. Les hommes de Planet of The Men redressent la Statue de la Liberté. Boulle marque ainsi son désaccord avec la production. Ce point a peut-être contribué en partie au devenir du scénario. En effet, dans un télégramme adressé à Arthur P. Jacobs, Richard D. Zanuck juge la suite écrite par Boulle trop faible, bien en deçà de l’effet de surprise concluant le premier film.

89Dans un second temps, et dès les premières pages du scénario, l’écrivain français fait du misanthrope Taylor un individu pacifique ; il réduit son désespoir nihiliste à l’observation détachée, en bien des points passive, qui est celle d’Ulysse Mérou, personnage principal de son roman. À nouveau donc, il détourne l’adaptation qu’en a faite Hollywood.

90Autrement dit, Pierre Boulle écarte deux points qui ont fait le succès du premier film. Le romancier devait bien se douter que ses choix ne seraient pas validés. Enfin, la scène finale de Planet of the Men, qui voit Zaius exhibé dans un cirque, peut facilement passer pour une sorte de moquerie, pied-de-nez ironique à la fameuse fin du premier film, voire à l’entreprise hollywoodienne. Pierre Boulle aurait-il alors délibérément provoqué le refus du studio ? Nul autre que lui n’aurait pu répondre, et il a préféré conserver le silence. Lors de son entretien accordé à Cinefantastique, le romancier affirme plusieurs fois ne plus trop se souvenir de cette tentative hollywoodienne, sinon qu’elle était bien moins agréable que d’écrire un roman.

91De fait, Planet of the Men rétablit le ton initial de la fable qui est celui du roman La Planète des singes. À la fin du récit, en effet, il apparaît que l’histoire qui vient de nous être racontée est une fantaisie dont le manuscrit est contenu dans une bouteille jetée dans le cosmos. Les voyageurs qui l’ont trouvée, Phyllis et Jinn, y voient une mystification : « Des hommes raisonnables ? Des hommes détenteurs de la sagesse ? Des hommes inspirés par l’esprit ?... Non, ce n’est pas possible, là le conteur a passé la mesure. Mais c’est dommage ! » juge le couple de chimpanzés (Boulle, 1963).

92Récit emboîté dans un autre, renversement des rôles dévolus au singe et à l’humain, mais aussi refus de l’histoire tout en y trouvant de l’intérêt, le devenir de Planet of the Men est, par anticipation poétique, présent tout entier dans les dernières pages de La Planète des singes.

Haut de page

Bibliographie

Annan David, King Kong : les singes au cinéma, Paris : Éditions Marc Minoustchine, 1976.

Boulle Pierre, La Planète des singes, Paris : Julliard, 1963.

Boulle Pierre, Planet of the Men (La Planète des hommes) [scénario], traduit du français, 22 juin 1968, 108 pages.

Boulle Pierre, « Pierre Boulle, prime mover », entretien avec Dale Winogura, in Winogura, 1972, p. 18

Chapman James, Cull Nicholas J., Projecting Tomorrow : Science Fiction and Popular Cinema, London, New York : I. B. Tauris, 2013, coll. « Cinema and Society ».

Dehn Paul, Beneath the Planet of the Apes [scénario], version révisée, 12 avril 1969, 109 pages.

Dehn Paul, Escape from the Planet of the Apes [scénario], 28 octobre 1970,105 pages.

Dehn Paul, Conquest of the Planet of the Apes [scénario], 18 janvier 1972a, 86 pages.

Dehn Paul, « Paul Dehn, Scriptwriter Apes 2,3 and 4 », entretien avec Dale Winogura, in Winogura, 1972b, p. 26 à 28

Denton James, Preliminary Production Intention Guide, 7 juin 1967, p. 3.

Jacobs Arthur P., « Arthur P. Jacobs, producer Apes 1, 2, 3 and 4 », entretien avec Dale Winogura, in Winogura,1972, p. 19

Post Ted (réal.), Dehn Paul (scén.), Le Secret de la planète des singes (Beneath the Planet of the Apes), États-Unis : Twentieth Century Fox, 1970, 95 min.

Schaffner Franklin J., « Franklin J. Schaffner, director Apes 1 », entretien avec Dale Winogura, in Winogura, 1972, p. 19 à 22

Serling Rod, « Rod Serling, scriptwriter Apes 1 », entretien avec Dale Winogura, in Winogura, 1972, p. 25

Taylor Don (réal.), Dehn Paul (scén.), Les Évadés de la planète des singes (Escape from the Planet of the Apes), États-Unis : Twentieth Century Fox, 1971, 98 min.

Taylor Don « Don Taylor, director Apes 3 », entretien avec Dale Winogura, in Winogura, 1972, p. 23

Thompson Jack L., « Jack L. Thompson, director Apes 4 », entretien avec Dale Winogura, in Winogura, 1972, p. 23 à 24

Thompson Jack Lee (réal.), Dehn Paul (scén.), La Conquête de la planète des singes (Conquest of the Planet of the Apes), États-Unis : Twentieth Century Fox, 1972, 88 min.

Thompson Jack Lee (réal.), Corrington John William, Joyce Cooper (scén.), La Bataille de la planète des singes (Battle for the Planet of the Apes), États-Unis : Twentieth Century Fox, 1973, 93 min.

Wibon Jérôme, « Mad Cut », Mad Movies, n° 199, mai 1999, p. 30 et 32

Wilson Michael « Michael Wilson, scriptwriter Apes 1 », entretien avec Dale Winogura, in Winogura, 1972, p. 25 à 26

Winogura Dale (dir.), Cinefantastique, numéro spécial, Volume 2, numéro 2 : « Planet of the Apes », été 1972. [URL : < http://pota.goatley.com/magazines/cinefantastique-summer-1972.pdf >]

Zanuck Richard D, « From Simians to Sharks » entretien avec Samuel James Maronie, Planet of the Apes, n° 29, février 1976, p. 46 à 50.

Haut de page

Notes

1 C’est pourquoi nous ne prenons pas en compte le quatrième et dernier film, La Bataille de la planète des singes (1973) réalisé par Jack Lee Thompson sur scénario de John William & Joyce Cooper Corrington, qui est le plus éloigné du scénario de Pierre Boulle.

2 « Nous n’avions même pas prévu de suite, pour de nombreuses raisons évidentes. Bien sûr, quand on fait un film, au début on ne pense pas à une suite. On est heureux de simplement rentrer dans ses frais, sans vraiment pouvoir voir plus loin. Mais en plus, la fin du film ne laissait pas beaucoup de marge pour une suite. » (NDLR)

3 L’ensemble est consultable au fond d’archives Pierre Boulle, Bibliothèque Nationale de France. Toutes les références dans l’article à un manuscrit ou un tapuscrit du romancier renvoient à ce fond : NAF 28166 (2), 211f ; 262f. Les documents de la Fox relatifs à la série sont consultables à : http://pota.goatley.com/scripts.html, en particulier le manuscrit du scénario de Planet of the Men (http://pota.goatley.com/scripts/planet_of_the_men.pdf).

4 Charles Eastman empruntera semblable hésitant chemin avec son essai de scénario remis en 1966. Alors que, dans un souci de documentation, l’auteur est allé photographier les singes du zoo de Los Angeles, il propose un récit de 27 pages qui se déroule exclusivement… à bord du vaisseau spatial.

5 Il en va de même pour Le Pont de la rivière Kwaï. Le manuscrit original est titré « Le Pont de la rivière X ». Ironie du sort, Michael Wilson, qui reprendra la main après Rod Serling sur le scénario du premier film Planet of the Apes, a travaillé sur le scénario du film de 1957 The Bridge on the River Kwai, sans en être à l’époque crédité, car il figurait sur la liste noire d’Hollywood depuis l’époque du maccarthysme.

6 Dans leur essai Projecting Tomorrow : Science Fiction and Popular Cinema, James Chapman et Nicholas J. Cull commentent les derniers mots de Taylor : ‘God… Damn… You… All… To Hell!’ en faisant remarquer: « This recalls the end of The Bridge on the River Kwai where Clipton (James Donald) exclaims: ‘Madness! Madness !’«  (Chapman, Cull, 2013, p. 119).

7 Stuart Rosenberg, « I shot an arrow into the air », Twilight Zone, Saison 1, episode 15 (première diffusion 15 janvier 1960).

8 « Mon dieu, je sais ce qui s’est passé. Nous n’avons jamais quitté la Terre. Nous sommes juste… revenus nous y écraser. » (NDLR)

9 Nous donnons le texte dans sa version traduite pour deux raisons. D’une part parce que Boulle l’écrit en français, simplement parce qu’il ne maîtrise pas suffisamment l’anglais : il ne s’agit donc pas d’une intention artistique mais d’un moyen par défaut. D’autre part, parce que le devenir pour le moins complexe de cette suite écrite par le romancier s’est joué sur sa version traduite.

10 Qui ne peut qu’évoquer Ursus, l’officier gorille présent dans Le Secret de la planète des singes (Beneath The Planet of the Apes, 1970), suite finalement retenue et dont nous verrons plus loin combien elle emprunte au scénario écrit par Pierre Boulle.

11 « Orang » en malais signifie « homme », comme dans « orang-outang » : « l’homme-singe ». Pierre Boulle a vécu et travaillé trois ans en Malaisie.

12 « Soyons clair : Taylor haïssait la guerre, et puisque les Singes de cette époque menaient une guerre armée et sauvage dans le but d’exterminer les hommes paisibles et sans défense, Taylor pensait que l’Homme était l’espèce qui méritait le plus d’être sauvée. » (NDLR)

13 « Bon sang, où est-ce qu’on peut aller maintenant ? (regardant Nova). Ou alors, on s’arrête pour fonder une colonie humaine ? Et les enfants apprendront à parler… plus malins que les Singes (posant son doigt sur les lèvres de Nova). Essaie de dire le nom que je t’ai donné. No-va. » (NDLR)

14 Première inflexion de la thématique, qui va progressivement passer dans la série de la menace nucléaire aux luttes raciales, avec pour pic La Conquête de la planète des singes (Thompson, 1972) qui voit l’humanité exploiter les singes en esclavage. Seul le conseiller MacDonald, afro-américain, fait preuve d’empathie.

15 « Je vous demande d’être les gardiens des plus hauts principes de la Science en mon absence. Je demande une trêve de vos convictions personnelles en cette heure de danger politique. […] Si je ne reviens pas de la Zone interdite, vous porterez sur vos épaules tout le futur de notre civilisation, pour la préserver… ou la détruire. Alors, réfléchissez bien avant d’agir. […] Vous savez que la prudence seule a dicté mes scrupules, non la lâcheté. Quand le jour viendra, je serai à vos côtés. » (NDLR)

16 On peut y voir une réminiscence du titre du dossier de notes établies par Pierre Boulle pour Planet of the Men.

17 « L’esprit du Législateur résiste ! Nous sommes toujours les élus de Dieu ! Ceci est une vision et c’est un mensonge ! » (NDLR)

18 « Je devrais tous les laisser mourir ! Pas seulement les Gorilles ! Tous ! Tout ce qui vit ! Nous, aussi ! Regardez comment tout finit !... Il est temps que ça prenne fin…fin ! » (NDLR)

19 « C’est le Jugement dernier, Zaius, la fin du monde. Ne comprenez-vous pas ? Pour l’amour de Dieu, aidez-moi ! » (NDLR)

20 « Ne révélez à personne le contenu de ces pages. » (NDLR)

21 « Nous devons à présent raconter le dernier événement de cette sombre histoire. L’univers contient à présent des milliards et des milliards de galaxies spirales. Dans l’une d’elle, à un tiers de sa frontière, se situe une étoile de taille moyenne. Et l’un de ses satellites, une planète verte et insignifiante… a cessé d’exister. » (NDLR)

22 « Il n’y a rien de plus. Le film, lui-même détruit par la catastrophe atomique, est terminé. » (NDLR)

23 Ce scénario de 1972 constitue la dernière contribution de Paul Dehn à la série.

24 La revue Mad Movies présente une série de photogrammes de la scène coupée (Wibon, 1999).

25 « Zoom sur les visages sombres et déments des Singes luisant à la lumière du feu, les yeux illuminés par l’excitation. Leurs cris s’intensifient de plus en plus, jusqu’à atteindre un pic… et le tumulte se termine par un noir et un silence abrupts. » (NDLR)

26 « Pour moi, écrire un scénario consiste à regarder un mur blanc et à imaginer un film s’y dérouler. » (NDLR)

27 Ce que relève David Annan dans son essai King Kong, Les singes au cinéma, en faisant toutefois erreur sur la source : « Dehn a toujours donné crédit aux idées centrales du roman de Boulle » (Annan, 1976, nous soulignons).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Mauméjean, « Planet of The Men, scénario de Pierre Boulle », ReS Futurae [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://resf.revues.org/739

Haut de page

Auteur

Xavier Mauméjean

Né en 1963 à Biarritz, diplômé en philosophie et science des religions, Xavier Mauméjean est éditeur, écrivain, essayiste. On lui doit plusieurs pièces radiophoniques, adaptations ou créations originales, pour France Culture. Ses derniers romans parus sont Rosée de feu (Le Bélial’, 2010, réédition chez Folio, 2013), American Gothic (Alma, 2013, réédition chez 10/18, 2014) et Kafka à Paris (Alma, 2015).

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org