Navigation – Plan du site
En direct de Science Fiction Studies

Les types supragénologiques de fiction face à la littérature non mimétique contemporaine

Grzegorz Trębicki
Traduction de Julie Stéphanie Normandin et ReSF
Référence(s) :

Trębicki Grzegorz, « Supragenological Types of Fiction versus Contemporary Non-Mimetic Literature », Science Fiction Studies, n° 124, novembre 2014, p. 481-501.

Résumé

Cet article élabore un classement génologique (étude des genres littéraires selon des critères esthétiques) des différents types de récits proposé originellement par Andrzej Zgorzelski en 1979 dans Science Fiction Studies dans son article « La science-fiction appartient-elle à la littérature fantastique ? » (1979). Il tente d’exploiter son modèle comme outil de description taxinomique de la fiction contemporaine non-mimétique (« fantastique ») dans toute sa richesse et sa diversité. Dans la première patie de l’essai, les propositions théoriques de Zgorzelski sont résumées et expliquées. Dans la suite de l’essai, quatre catégories supragénologiques non-mimétiques (la littérature exomimétique, la littérature fantastique, la littérature antimimétique et la littérature paramimétique) sont examinées plus en profondeur et exploitées comme référents dans une première analyse d’une vaste ensemble de textes.

Haut de page

Notes de la rédaction

N. B. Lorsque la référence ne mentionne pas de traducteur, toutes les traductions des citations sont du fait de ReSF.

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Par fiction « non mimétique » ou « fantastique » (ou encore « fantasy » au sens large, c’est-à-dire (...)
  • 2 J’encadre à dessein de guillemets, ici et par la suite, l’épithète « non réaliste » (tout comme cel (...)

1Compte tenu de l’attention soutenue accordée par la théorie à la fiction dite « fantastique » ou « non mimétique1 » au cours des quatre dernières décennies, on peut s’étonner de ce que relativement peu de propositions globales d’ordre taxinomique n’aient encore vu le jour. Comme le signale Farah Mendlesohn, « s’il existe dans les études sur la fantasy de nombreux travaux portant sur un auteur ou un texte spécifique, on y trouve en revanche peu d’analyses comparatives qui transcendent l’étude d’éléments métaphoriques ou thématiques » (Mendlesohn, 2008, p. xiii). À ce jour, l’essentiel des discussions d’ordre taxinomique se sont conduites à l’aune de perceptions populaires sur la littérature non mimétique ou encore dans le cadre du débat permanent sur la définition et la portée de dénominations telles que « fantasy » ou « le fantastique ». Rares sont les spécialistes qui se sont intéressés à la taxinomie en tant que telle et plus rare encore sont ceux qui ont entrepris de s’attaquer à l’intégralité du corpus de la littérature « non réaliste2 » dans une perspective taxinomique.

2Par conséquent, les taxinomies existantes conçues pour la littérature non mimétique relèvent généralement de deux catégories fondamentales. La première rassemble des classifications sommaires à base de critères thématiques, telles qu’on en retrouve par exemple dans l’abrégé populaire de Tymn, Zahorski et Boyer (1979) ou encore dans l’ouvrage plus spécialisé de Manlove (1999). La seconde rassemble les réflexions théoriques détaillées de spécialistes tels que Tzvetan Todorov ou Rosemary Jackson. Ces travaux cherchent davantage à circonscrire certains phénomènes littéraires spécifiques auxquels s’intéressent ces théoriciens qu’à proposer une caractérisation objective d’un ensemble varié de textes. Ainsi, bien que les travaux de Todorov proposent un certain éventail de catégories semi-taxinomiques (le fantastique, l’étrange et le merveilleux), ils n’en demeurent pas moins axés sur sa définition très personnelle du fantastique et sur un corpus plutôt maigre (et de circonstance). De même, Jackson s’intéresse avant tout à un ensemble particulier de textes « subversifs » qui remplissent certaines fonctions culturelles spécifiques, qu’elle analyse en fonction d’un contexte idéologique plus général. William L. Godshalk (1975) et Darko Suvin (1973) ont proposé des classifications intéressantes, qui n’ont cependant pas été systématisées dans le cadre de modèles théoriques à part entière. Nées avant tout de la volonté de distinguer la SF d’autres genres « fantastiques », ces études sont pour une large part fondées sur des jugements normatifs (voir, par exemple, Fredericks, 1978, p. 42).

3La contribution la plus intéressante à ce titre est, à plus d’un égard, celle de Mendlesohn qui décrit, dans son ouvrage Rhetorics of Fantasy, quatre types principaux de fantasy en fonction de « la modalité selon laquelle le fantastique s’inscrit dans le texte et [de] la relation qu’entretient le lecteur avec celle-ci » (Mendlesohn, 2008, p. xiv). Mendlesohn y examine attentivement différents schémas narratifs qui apparaissent dans un corpus étendu et diversifié. La taxinomie qu’elle propose est comparable à plusieurs égards au système qui sera présenté ici, de par ses influences structuralistes et les nombreux postulats qui le sous-tendent, et j’y ferai donc fréquemment référence dans les pages qui suivent.

  • 3 Les adjectifs « génologique » et « supragénologique » sont bien sûr dérivés de « genre » et font pa (...)
  • 4 La notion de typologie supragénologique de la fiction a été initialement présentée dans Science Fic (...)

4Cet article approfondit le modèle de classification de la fiction par types supragénologiques3 digne d’attention qu’a proposé Andrzej Zgorzelski4, et opère une première tentative de mettre cet outil taxinomique à profit pour appréhender toute la richesse et la diversité de la fiction non mimétique contemporaine.

5Les positions de Zgorzelski seront forcément perçues par la plupart des théoriciens contemporains comme étant celles d’un structuraliste pur et dur. Certains de ses pairs le décrivent par ailleurs comme un « essentialiste » ou un « immanentiste », compte tenu de son insistance continuelle sur la nécessité d’opérer une distinction entre le texte littéraire comme œuvre d’art (seul objet légitime de l’étude de la littérature) et comme document doté d’une portée culturelle (objet qui concernerait plutôt les Études Culturelles) (Trębicki, 2013, p. 184). Cette approche peut paraître désuète à l’heure où la notion d’interdisciplinarité exerce une véritable fascination dans le milieu de la recherche. Les propositions taxinomiques de Zgorzelski pourraient toutefois s’avérer pertinentes même aux yeux des explorateurs du fantastique peu enclins à partager certains de ses postulats, puisqu’elles contribuent à identifier certains aspects de la création d’univers fictionnels dans le domaine de la fiction non mimétique.

6Les remarques qui suivent se divisent en deux sections. Dans la section 2, je présenterai un bref résumé des postulats théoriques de Zgorzelski et je rappellerai en quoi consiste sa notion de types supragénologique de fiction. Dans la section 3, j’opérerai une première tentative pour appliquer ces catégories supragénologiques à la description d’une série de textes non mimétiques contemporains.

II. Les théories de Zgorzelski.

7Avant de se lancer dans la description de la notion de types supragénologiques proposée par Zgorzelski, il convient de résumer brièvement ses principaux postulats quant à la définition du fantastique, à la nature des modes de communication littéraire et aux systèmes génériques en tant que tels, puisque ces éléments sont essentiels à la compréhension de ses propositions taxinomiques.

8Ces propositions découlent d’une définition du « fantastique » propre à Zgorzelski. Sa définition se distingue de la plupart des approches courantes, qui soit tentent d’appréhender le phénomène du « fantastique » en fonction d’une comparaison entre réalités empirique et fictionnelle, soit s’appuient sur la perception subjective qu’en ont certains lecteurs en particulier :

9il paraît très important, chaque fois qu’on observe la littérature et qu’on en discute, de se rappeler à nouveau – au moment même où on l’étudie – qu’on observe une réalité différente, d’ordre textuel, et que les langues naturelles et l’usage courant qu’on en fait ne constituent pas les outils idéaux pour décrire nos observations. Entre les lois qui gouvernent la réalité qui nous entoure et celles qui gouvernent le texte littéraire, il s’opère toujours une relation de l’ordre de la transformation (la transformation, notamment, de la contingence chaotique du réel dans un ordre téléologique qui est celui du texte) et pour cette raison même, il est vain de chercher à les comparer. (Zgorzelski, 2004b, p. 17)

10Ces propos de Zgorzelski rappellent ceux de Robert Scholes : « C’est parce que la réalité ne peut être transcrite que le réalisme est mort. Tout écrit, toute composition est construction. Nous n’imitons pas le monde, nous en construisons des versions. Il n’y a pas de mimesis ; que de la poiêsis. Pas de transcription. Que de la construction. » (Scholes, 1975, p. 7). Ainsi, Zgorzelski se détache complètement de l’acception courante de la notion de « réalisme » et, par le fait même, de l’idée d’élaborer une définition du fantastique qui soit fondée sur celle du réalisme. Il soutient plutôt que

les traits déterminants du fantastique sont à trouver dans la structure autonome du monde fictionnel – c’est le texte seul qui détermine ce qui est normal, commun, probable et réel par rapport à la réalité dont il parle ; c’est le texte lui-même qui établit les lois de son propre univers […]. [L’]apparition du fantastique dans un texte littéraire correspond à une transgression des lois préalablement établies à l’intérieur du monde fictionnel de ce texte. (Zgorzelski, 2004b, p. 17)

11De prime abord, cette définition rappelle aussi bien la conception du fantastique d’Eric Rabkin (qui s’intéresse à la transgression des règles instaurées par le monde narratif ; voir Rabkin, 1976, p. 4-41) que de Tzvetan Todorov (qui insiste sur l’« hésitation » ; voir Todorov, 1970, p. 28-45). Or si, d’une part, Rabkin semble avoir abandonné cette première définition dans ses travaux ultérieurs et si, d’autre part, pour Todorov l’hésitation entre une explication naturelle ou surnaturelle des événements évoqués doit être expérimentée tant par le lecteur que par un personnage, pour Zgorzelski le fantastique consiste plutôt en un phénomène purement intratextuel (Trębicki, 2013, p. 184). Chez Zgorzelski, seules comptent les réactions des personnages et c’est donc eux euls qui pourront confirmer une transgression des lois préalables de la réalité fictionnelle :

Ce ne sont que les réactions des « habitants » du monde fictionnel qui peuvent orienter l’observateur – lecteur, théoricien ou critique – dans sa reconnaissance d’une transgression. Ce ne sont que les personnages et le narrateur qui connaissent bien le monde qu’ils habitent et qu’ils racontent. [Eux] seuls sont en mesure de reconnaître un écart par rapport à la norme, et [eux] seuls sont donc en mesure d’avoir une réaction de surprise, de frayeur, d’étonnement, d’incrédulité, de confusion, de stupéfaction, d’éblouissement, de stupeur ou d’épouvante. De telles réactions, par conséquent, sont les preuves textuelles les plus évidentes que le fantastique devient opératoire dans le texte considéré. (Zgorzelski, 2004b, p. 20)

12Plus loin, Zgorzelski établit une distinction entre le dispositif littéraire du fantastique, tel qu’il vient d’être décrit, et le « sentiment du fantastique qu’éprouve le lecteur » (Zgorzelski, 2004b, p. 20). Par exemple, un lecteur d’aujourd’hui peut faire l’expérience des propriétés fantastiques de romans aussi différents que Dune (1970) [Dune, 1965] de Frank Herbert, Les Cantos d’Hypérion (1991-1998) [Hyperion Cantos, 1989-1997] de Dan Simmons, Le Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien (1972-1973) [The Lord of the Ring, 1954-1956] ou encore Le Sorcier de Terremer (1977) [A Wizard of Earthsea, 1968] d’Ursula K. Le Guin ; or un dispositif fantastique n’intervient dans aucun de ceux-ci puisque les lois préalablement établies dans l’univers fictionnel respectif de chacun ne sont jamais transgressées. Zgorzelski insiste sur la nécessité de distinguer ces deux phénomènes :

L’un survient au cours du processus de réception du texte littéraire et il ne s’agit alors que de l’interprétation que fait le lecteur du cadre non mimétique d’un monde fictionnel perçu comme fantastique (ce qui, devrait-on ajouter, est subjectif et bien souvent invérifiable puisque cet acte interprétatif dépend entièrement des connaissances qu’a le lecteur de sa propre réalité et de ses dispositions à l’égard de celle-ci). L’autre phénomène naît d’un faisceau intratextuel d’éléments et des relations qui les unissent, leur rapport induisant un écart entre le cadre établi au début du texte et le(s) cadre(s) qui émerge(nt) au sein du même texte en cours de route. Autrement dit, le premier phénomène relève d’une impression du lecteur, d’une intrusion de celui-ci dans le réseau des relations textuelles – intrusion qui est une conséquence directe du processus de la semiosis –, tandis que l’autre relève d’un « procédé » textuel de nature littéraire ou, plutôt, d’une technique. (Zgorzelski, 2004b, p. 21-22)

13Ainsi, seul le phénomène du fantastique comme dispositif (et non celui du sentiment du fantastique, quant à lui de nature subjective et extratextuelle) appartient au champ de la théorie littéraire et peut donc servir de concept littéraire proprement théorique.

14Zgorzelski soutient également que le « fantastique », au sens où il le définit, a joué un rôle essentiel dans l’évolution des genres non mimétiques. Au cours de l’histoire littéraire, il aurait régulièrement agi comme « un facteur faisant obstacle à la pétrification des schémas littéraires, [comme] un procédé court-circuitant les processus d’automatisation et de reproduction des structures textuelles » ; autrement dit, comme un des facteurs ayant le plus significativement contribué à dynamiser l’évolution des genres littéraires (Zgorzelski 2004b, p. 23).

15La notion de « présupposition » constitue un autre élément clé du système élaboré par Zgorzelski. À cet égard, il insiste encore une fois sur les distinctions fondamentales entre les modes de communication littéraires et non littéraires. Il rappelle qu’en ce qui concerne les textes non littéraires, les modalités de base « de la communication mettent en jeu un processus de reconnaissance du paradigme préalablement connu de la langue naturelle ». La tendance sémantique principale des langues naturelles les porte à l’univocité (Zgorzelski, 2004a, p. 29). Cette propension s’inverse radicalement, toutefois, dans le cas des textes littéraires :

La tendance sémantique principale ici n’est plus celle d’une langue naturelle, bien que la langue elle-même constitue un sous-code de tout énoncé littéraire. En tant qu’œuvre d’art particulière, chaque texte littéraire subordonne le matériau linguistique à sa propre organisation surplombante ; cette organisation, nous l’avons appelée supercode – c’est-à-dire un code qui, de manière particulière à chaque texte, dote les signes linguistiques d’information supplémentaire […]. Sous l’effet de contrastes et d’appositions inédites, certains de ces signes tendent alors à la multivocité, la signification de chacun étant enrichie par la modification de ses relations à l’ensemble du réseau de signes dans lequel il s’inscrit […]. Cela revient à dire que chaque texte construit un paradigme qui lui est propre et qui – comme nous l’avons proposé – est préalablement inconnu des lecteurs. Ainsi, la lecture littéraire ne repose pas sur une opération de reconnaissance d’un paradigme, mais sur celle de la reconstruction d’un paradigme à partir des relations syntagmatiques établies dans et par un énoncé littéraire donné – la lecture littéraire consiste donc en un acte qui est (ou devrait être) semblable au déchiffrement d’un cryptogramme. (Zgorzelski, 2004a, p. 30 ; souligné dans le texte)

16À partir de ce résumé, Zgorzelski enchaîne avec l’explication de sa notion de présupposition :  tandis qu’il reconstruit ce paradigme, le lecteur découvre une réalité inédite et amorce une opération cognitive de compréhension d’un univers inconnu et de découverte d’un univers fictionnel, qui est toujours un univers nouveau. C’est dire que l’inadéquation entre réalités textuelles et réalité phénoménale est toujours définie par la fictionnalité des premières et non par leurs propriétés « fantastiques ».

Toutefois, parallèlement à cette découverte par le lecteur d’une nouvelle réalité et d’un nouvel univers fictionnel, chaque œuvre littéraire table implicitement à la fois sur les compétences linguistiques du lecteur et sur ses connaissances préalables de la réalité phénoménale et, ce faisant, présuppose donc l’établissement d’un rapport entre acquis et reconstruit, entre déjà connu et fruit d’une réflexion neuve, entre compétence et apprentissage, entre réalité phénoménale et réalité fictionnelle. En termes pragmatiques, cette présupposition constitue une sorte de « contrat » tacite entre auteur et lecteur en ce qui a trait au « style de lecture ». (Zgorzelski, 2004a, p. 30 ; souligné dans le texte)

17Ces observations semblent se rapprocher de la position de Mendlesohn, pour qui « le fantastique […] dépend étroitement de la dialectique entre auteur et lecteur pour permettre la construction d’un sense of wonder, c’est-à-dire d’une fiction fondée sur la création d’une croyance partagée. Cette attente est sujette à changer selon les époques » (Mendlesohn, 2008, p. xiii).

18Zgorzelski constate en outre qu’

un échantillon de telles présuppositions ou « contrats » serait par ailleurs susceptible de révéler des types supragénologiques de fiction plus varié que la distinction conventionnelle entre littérature « réaliste » et littérature « fantastique ». Autrement dit, ces présuppositions permettent d’inventorier davantage de types de fiction que n’ont été à même de le faire les théoriciens jusqu’à présent. (Zgorzelski, 2004a, p. 31)

Il juge nécessaire de préciser du même coup que

ces nouvelles distinctions ne devraient pas simplement être considérées comme un expédient commode de plus par lequel apposer des étiquettes à différentes classes de textes. Ces catégories générales sont plutôt conçues ici comme des ressources pour l’élaboration d’un ensemble d’outils conceptuels utiles à l’étude comparative, tant théorique qu’historique, d’œuvres uniques – l’objectif ici n’étant pas la création d’un système littéraire fermé, et la classification comme telle ne représentant pas une fin en soi. Les distinctions et catégories énumérées ci-dessous devraient plutôt être perçues comme le corrélat de certaines tendances systématiquement observables dans la relation texte-lecteur, perceptibles à travers les approches narratives privilégiées, qui semblent déterminantes aussi bien en ce qui concerne les caractéristiques du texte que le style de lecture qu’elles impliquent. (Zgorzelski, 2004a, p. 31)

19Zgorzelski propose six types supragénologiques de fiction, en fonction des six présuppositions susceptibles d’informer le décodage :

  • 5 Cette définition rejoint la proposition de Jackson selon laquelle le mode mimétique se rapporte aux (...)

1. La fiction mimétique (FM), qui, en tablant sur les compétences linguistiques du lecteur et la connaissance de la réalité phénoménale qu’elles déterminent, présuppose uniquement la reconnaissance par le lecteur de la réalité phénoménale dans l’univers fictionnel. Le supercode littéraire propre au texte opère ici une pression minimale sur la langue naturelle, de sorte que ce type de fiction donne l’impression que le monde fictionnel est une copie du monde phénoménal5.

2. La fiction paramimétique (FP), qui, en tablant sur les compétences linguistiques du lecteur et sa connaissance de la réalité phénoménale, présuppose la transposition allégorique ou métaphorique du cadre fictionnel dans les paramètres du cadre de la réalité phénoménale, en dépit des différences potentielles entre eux. L’univers fictionnel est ainsi construit de manière à constituer le modèle allégorique ou métaphorique d’un ensemble de relations empiriques données.

3. La fiction antimimétique (FA), qui, en tablant sur les compétences linguistiques du lecteur et sa connaissance de la réalité phénoménale, présuppose la rectification de la vision du monde prétendument erronée de celui-ci, dotant le monde fictionnel de dimensions magiques ou surnaturelles de manière à proposer un modèle de réalité alternative, censé correspondre à la seule conception authentique du monde.

4. La fiction fantastique (FF), qui, en tablant sur les compétences linguistiques du lecteur et la connaissance de la réalité phénoménale qu’elles déterminent, présuppose la confrontation du cadre de celle-ci à un cadre de différente nature, ce qui se réalise par la mise en contact de ces deux cadres, et éventuellement d’autres, à l’intérieur même du texte. Ce type de fiction présente tous les cadres comme des modèles et met en évidence l’étrangeté de ceux auxquels le cadre de la réalité phénoménale connue est confronté.

5. La fiction exomimétique (FE), qui, en tablant sur les compétences linguistiques du lecteur et la connaissance de la réalité phénoménale qu’elles déterminent, présuppose un acte de spéculation sur des modèles potentiels de réalité alternative, soit par le biais d’une exposition onirique, soit par le biais d’une extrapolation et d’une analogie rationnelles, et expose ces différents modèles sans qu’il n’y ait, au niveau textuel, de confrontation immédiate entre ceux-ci et le cadre de la réalité empirique.

6. La fiction méta-conventionnelle (FM), qui, en tablant non seulement sur la connaissance qu’a le lecteur de la réalité phénoménale et sur ses compétences linguistiques, mais également sur ses connaissances des systèmes littéraires traditionnels, présuppose un commentaire sur les modes de communication conventionnels. (Zgorzelski, 2004a, p. 32-33)

20Zgorzelski en arrive à la conclusion que

ce serait une erreur […] de considérer ces types de fiction comme pérennes et non susceptibles d’évolution. Chaque type rassemble plusieurs genres qui sont sujets au plan historique à des transformations et qui engendrent ainsi une succession de conventions génériques au cours de leur évolution ; ces types de fiction offrent donc une vue d’ensemble sur un réseau diachronique excessivement complexe de caractéristiques, d’influences et d’oppositions qui se déploie aussi bien à l’intérieur de chaque catégorie qu’entre les six catégories différentes. Le fait que chaque type soit sujet à se transformer au plan historique ainsi qu’à se multiplier sous des formes hybrides fait en sorte que les distinctions proposées ici constituent un modèle de référence ouvert réunissant des tendances-types plutôt qu’un système de classification fermé. (Zgorzelski, 2004a, p. 33)

21Tandis que le premier type décrit ci-dessus (mimétique) correspond grosso modo à la notion de fiction « réaliste », telle qu’on la conçoit traditionnellement, et que le tout dernier (métaconventionnel) est quant à lui susceptible de correspondre à une variété de textes qu’on peut qualifier de « postmodernes », « métafictionnels », « intertextuels », « expérimentaux », « parodiques » ou « grotesques », les quatre catégories intermédiaires (préalablement réunies dans cet article sous le terme commun de fiction « non mimétique ») semblent pour leur part englober la quasi-totalité des textes de fiction qui nous intéressent ici et qui sont communément décrits comme étant du « fantastique » ou encore de la « fantasy » (entendue au sens très large, incluant la SF). Ces quatre catégories supragénologiques – fiction paramimétique, fantastique, antimimétique et exomimétique – offrent ainsi un modèle de référence pratique, à même de stimuler de nouvelles réflexions. Le système de Zgorzelski vise d’abord et avant tout à définir le rapport spécifique qui s’établit entre un texte donné et le traitement mimétique du réel ou, en d’autres termes, à circonscrire avec précision le mode de construction du monde fictionnel d’un texte donné par rapport aux présupposés culturels et empiriques préalables avec lesquels il est abordé. Cette analyse prend une importance toute particulière lorsqu’il s’agit de décrire les genres non mimétiques (c’est-à-dire « fantastiques » ou « non réalistes ») ainsi que les caractéristiques importantes qui les distinguent et les frontières pertinentes qui les délimitent. Par ailleurs, bien que Zgorzelski conçoive les quatre grandes stratégies de construction du monde fictionnel – la transposition, la rectification, la confrontation et la spéculation – comme des opérations d’ordre strictement textuel, celles-ci sont également révélatrices de stratégies cognitives spécifiques en matière de traitement artistique du réel, qui se matérialisent à travers ces différentes modalités littéraire. Ainsi, la notion de types supragénologiques pourrait également servir de point de départ pour une réflexion axée sur les enjeux culturels et idéologiques de la littérature non mimétique.

22Évidemment, chaque type supragénologique comprend différents genres, issus de diverses époques de l’histoire littéraire. Le système génologique (générique) proposé par Zgorzelski s’étage sur deux niveaux. Le niveau supérieur, « supragénologique » (supragénérique), se rapporte essentiellement au mode de construction du monde fictionnel et à la relation que ce mode entretient avec la réalité mimétique. Au niveau inférieur, « génologique » (ou, plus simplement, générique), sous chaque type supragénologique se trouve une série de genres spécifiques qui se distinguent en fonction de l’ensemble des particularités narratives ou structurales que présentent des groupes de textes donnés, qui touchent de nombreux aspects tels que le thème, la forme d’instance(s) narratrice(s), la structure du cadre spatio-temporel, les rapports entre les personnages et l’action, le langage employé par les personnages et les conventions littéraires auxquelles ils se rapportent, les motifs principaux, l’axiologie tacite, etc. Encore une fois, précisons que les genres ainsi esquissés doivent être perçus comme des tendances générales, variables à l’échelle synchronique comme à l’échelle diachronique, et non comme des étiquettes rigides utilisées à des fins de classification.

23Ce modèle à double niveau diffère du modèle à simple niveau proposé par Mendlesohn, mais se compare toutefois à celui de Jackson, qui établit elle aussi une distinction entre le mode (une catégorie plus vaste qui, grosso modo, répertorie les types de rapport entre réalité empirique et réalité textuelle) et le genre (une catégorie plus restreinte, variable au plan historique) (Jackson, 1991, p. 32-35).

24Dans la section qui suit, je présenterai une vue d’ensemble de chacun des quatre modes non mimétiques en précisant les ensembles de textes – ou de genres – qu’on peut associer à chaque type. Pour des raisons d’ordre pratique et non théorique, j’apporterai une légère modification à l’ordre de succession établi à l’origine par Zgorzelski. Je traiterai d’abord de la fiction exomimétique, qui constitue peut-être le type de fiction non mimétique le plus populaire aujourd’hui et dont les deux genres principaux (science-fiction et fantasy à monde secondaire) sont assez bien reconnus et décrits. Je passerai ensuite à la fiction antimimétique, qui occupe actuellement le deuxième rang aussi bien en termes de popularité que de volume de publications. Il semble par ailleurs exister une corrélation particulière entre le genre exomimétique de la fantasy à monde secondaire et plusieurs textes de « fantasy » antimimétiques. Puis, je m’attarderai sur la fiction fantastique, qui soulève des problèmes théoriques particuliers, liés surtout à la question de la distinction à établir avec le type antimimétique. Enfin, j’aborderai en dernier le type paramimétique, étant donné qu’il semble s’agir du type le plus discret dans le paysage littéraire contemporain.

III.1 Fiction exomimétique

25La fiction exomimétique « présuppose un acte de spéculation sur des modèles potentiels de réalité alternative […] et expose ces différents modèles sans qu’il n’y ait, au niveau textuel, de confrontation immédiate entre ceux-ci et le cadre de la réalité empirique » (Zgorzelski, 2004a, p. 33). Cette définition met en relief la composante clé de ce mode : la spéculation sur des modèles de réalité alternative et la construction qui en découle de mondes fictionnels variés, relativement cohérents et complets qui, du point de vue de la réception, présentent un aspect plus ou moins fantastique.

26La fiction exomimétique n’a vu le jour qu’assez récemment, au XXe siècle. À son émergence, elle est apparue non seulement en réaction à la fiction mimétique, mais également aux genres relevant de modes supragénologiques antérieurs, fortement axés sur le dispositif fantastique (fiction de types fantastique et antimimétique), tels que le roman d’aventures fantastique, le roman ésotérique, le merveilleux scientifique et l’utopie. Comme le soutient Zgorzelski, les textes exomimétiques « n’en sont plus à mettre en scène une confrontation entre différentes réalités fictionnelles dans le but d’hypnotiser le lecteur avec de l’Inconnu ou encore à des fins didactiques […], mais tentent plutôt d’éveiller chez lui un intérêt pour la spéculation sur des conjonctures non mimétiques possibles » (Zgorzelski, 2004a, p. 37). Ainsi, aux efforts déployés auparavant pour susciter le sense of wonder chez le lecteur, mettre en évidence l’étrangeté des événements fictionnels et confronter la réalité mimétique à l’Inconnu, s’est substituée une stratégie visant à créer un modèle de monde secondaire qui soit doté de paramètres spatio-temporels spécifiques et définis avec précision, de son propre ordre social et ontologique et de ses propres rapports de causalité, tous discordants du point de vue de la réalité mimétique mais pourtant bel et bien cohérents et logiques dans le cadre de l’univers fictionnel.

27La seconde partie de la définition s’applique à la fiction exomimétique dans la forme qu’elle prend à son stade de plein développement. Dans les textes proto-exomimétiques, alors que le mode n’était pas encore institué, le monde secondaire ne pouvait être mis en scène de façon directe, sans intermédiaire. Sa mise en scène nécessitait une quelconque motivation, telle qu’un texte introductif campé dans un contexte mimétique (c’est le cas, par exemple, du proto-roman de fantasy à monde secondaire The Worm Ouroboros (1922) [Le Ver ouroboros], de E.R. Eddison, et de L’Arche du temps (1994) [Witch World, 1963] d’Andre Norton). Le but d’un tel mécanisme (ou d’autres mécanismes similaires) était bien entendu de « rationaliser » et d’expliquer l’existence du monde secondaire.

28Le dispositif fantastique est cependant complètement absent de la plupart des romans exomimétiques contemporains. Le monde fictionnel – aussi étrange puisse-t-il paraître aux yeux des lecteurs – y est doté d’une forte homogénéité et ses lois ne sont jamais transgressées, bien qu’il puisse falloir un certain temps pour découvrir entièrement ces dernières et parvenir à les décrire. Il peut ainsi sembler paradoxal que le mode qui, du point de vue de la réception, paraisse le plus « fantastique » soit, en réalité, celui qui l’est le moins. Ce contraste entre, d’une part, l’aspect « fantastique » que présente le monde fictionnel en soi et, d’autre part, l’absence de la tension qui résulterait d’une confrontation entre différents modèles d’univers – tension caractéristique des genres non mimétiques pendant toute l’histoire de leur évolution – dote la fiction exomimétique d’une dynamique particulière.

29Le mode exomimétique est par ailleurs le type supragénologique le plus radical dans la mesure où il s’abstient explicitement de prétendre décrire la réalité empirique. Il est intéressant de constater que Mendlesohn en arrive à une conclusion similaire au moment où elle décrit la catégorie de fantasy d’immersion qu’elle propose (qui partage de nombreux traits avec la catégorie exomimétique) : « la fantasy d’immersion est à la fois le miroir de la fiction mimétique et son âme. Elle révèle un fait souvent masqué : que toute la fiction construit des mondes, mais que certains genres le reconnaissent de façon plus honnête que d’autres. » (Mendlesohn, 2008, p. 59).

  • 6 Pour faire une remarque d’ordre sociologique plutôt que théorico-littéraire, on peut se risquer à a (...)

30En exposant des modèles de réalité « alternative », la fiction exomimétique amène les lecteurs à se questionner activement sur le sens de l’univers fictionnel et, éventuellement, sur celui de leur propre univers (Zgorzelski, 1980, p. 186). Il est en outre possible que les lecteurs de fiction exomimétique – si on les compare à ceux d’autres types de fiction – soient plus conscients des présupposés propres à ce type de fiction et qu’ils reçoivent et interprètent habituellement un texte donné en fonction de lectures préalables d’autres fictions mettant en scène des mondes secondaires6.

  • 7 J’entends uniquement ici les textes de « fantasy » mettant en scène un monde secondaire, comme le s (...)

31Les deux genres de fiction exomimétique qui se distinguent le plus aisément et qui connaissent aussi le plus de succès sont sans doute la science-fiction et la fantasy à monde secondaire7 (nommées ci-après sous les formes abréviées « SF » et « FMS »). Bien que ces deux genres soient communément perçus comme dichotomiques et antithétiques, si on les observe en faisant abstraction de l’opposition thématique traditionnelle science/magie, on s’aperçoit en réalité que les textes relevant de l’un et de l’autre partagent un point commun important (par rapport aux textes relevant d’autres types supragénologiques) : tous deux sont en effet basés sur la création d’un modèle de réalité différent, d’un univers secondaire. En plus de Zgorzelski, d’autres théoriciens ont remarqué cette parenté, comme Philip Martin (2002, p. 25) ou encore Rosemary Jackson, dont la description du mode « merveilleux » ressemble passablement à la notion de fiction exomimétique proposée par Zgorzelski :

L’entrée du lecteur dans la sphère du merveilleux transporte celui-ci […] dans un univers alternatif, radicalement différent, dans un monde « secondaire » […]. Ce cosmos secondaire est doté d’une relative autonomie et la « réalité » n’y est évoquée qu’à travers la représentation métaphorique, de sorte qu’il arrive rarement, voire jamais, qu’elle y soit sondée directement. C’est bien à cela que correspondent Le Bois au-delà du monde de William Morris [The Wood Beyond the World], Le Magicien d’Oz [The Wonderful Wizard of Oz] de Frank Baum, Le monde de Narnia [Narnia] de C. S. Lewis, Le Cycle des épées [Newhon] de Fritz Leiber, la Terre du Milieu de Tolkien dans Le Seigneur des anneaux [The Lord of the Rings], Dune [Dune] de Frank Herbert, les univers des contes de fées et une bonne partie de la science-fiction. (Jackson, 1991, p. 42-43)

32Mendlesohn décrit sa catégorie de fantasy d’immersion en des termes très similaires : « La fantasy d’immersion consiste en un univers de fantasy construit de manière à fonctionner comme un univers complet dans toutes ses dimensions » (Mendlesohn, 2008, p. 59). À noter cependant qu’en dépit de cette similarité (et de plusieurs autres), la classification proposée par Mendlesohn se fonde en réalité sur des principes tout à fait différents ; la classe de textes regroupés ici sous la catégorie exomimétique ne se « transpose » qu’à peu près dans les deux catégories de fantasy d’immersion et de portal-quest fantasy définies par Mendlesohn, auxquelles il faut ajouter la science-fiction et la dystopie.

33La SF et la FMS, à leur stade de plein développement, évitent de mettre en scène une confrontation textuelle directe entre leur modèle d’univers respectif et le cadre de l’univers empirique. En outre, on observe dans l’histoire de ces deux genres des processus d’évolution comparables, comme le procédé de motivation de l’existence du monde secondaire basé sur l’insertion d’éléments de la réalité mimétique en début de texte, ou sur un narrateur qui en provient, suivie de l’élimination progressive de ces éléments dans la narration. Ce procédé conduit à la création d’un monde fictionnel doté d’homogénéité, décrit de façon de plus en plus détaillée et avec le souci croissant de le présenter comme un monde complet, cohérent et autonome. Les mondes secondaires de la SF et de la FMS se caractérisent par la présence de paramètres spatio-temporels et d’un ordre social et, parfois, ontologique qui leur sont propres.

  • 8 Voir, en particulier, « La science-fiction et la jungle des genres » (1973) de Suvin. Dans un autre (...)

34Contrairement à la SF (parfois même appelée « fiction spéculative » plutôt que simplement « science-fiction »), on ne reconnaît pas toujours le potentiel de la FMS en ce qui a trait à sa portée spéculative. Certains théoriciens, dont Philip Martin, défendent la valeur cognitive de la FMS : « La fantasy est de la "fiction spéculative". Elle crée un monde absolument imaginaire, peuplé de créatures, de lois magiques et de lieux éminemment différents de ce qu’on peut observer dans le monde qui nous entoure » (Martin, 2002, p. 25). D’autres critiques, tels que Darko Suvin et Stanislaw Lem, soulignent quant à eux l’infériorité de la fantasy sur le plan de la cognition8.

  • 9 Voir « On Ursula K. Le Guin » de Suvin et les textes de Lem. Ce dernier, tout particulièrement, rec (...)
  • 10 Évidemment, les modèles d’univers créés par Le Guin et Tolkien sont très différents, le premier rep (...)

35Bien entendu, c’est à des degrés extrêmement variables que se réalise le potentiel de la FMS en ce qui a trait à la spéculation (lorsqu’il se réalise), mais ce potentiel existe bel et bien. L’exemple le mieux connu et le plus spectaculaire en matière de construction d’univers à portée cognitive est sans doute le Cycle de Terremer (1977-2005) d’Ursula K. Le Guin [Earthsea Cycle, 1965-2001], que même les critiques d’ordinaire plutôt mal disposés à l’égard de la fantasy ont apprécié9. La principale qualité de ces textes tient dans la façon originale et inspirante par laquelle le monde mis en scène est créé. On peut en dire autant des œuvres de Tolkien. La construction d’un modèle d’univers singulier qui soit logique, cohérent et à même de véhiculer les messages de l’auteur avec une grande efficacité en est, là encore, une des qualités principales10. Dans les œuvres plus récentes, Le Livre malazéen des glorieux défunts (2000-) [The Malazan Book Of The Fallen, 1999-] de Steven Erikson est sans doute digne de mention compte tenu du modèle d’univers complexe et sous-tendu par des motivations anthropologiques qu’il propose. Par ailleurs, si on observe de près la science-fiction contemporaine, on s’aperçoit que, pour le nombre d’œuvres existantes qui présentent des qualités spéculatives, telles que celles de Dan Simmons, de Jack McDevitt, de Walter Jon Williams ou de Richard Morgan, on trouve tout autant de fictions qui sont davantage axées sur le divertissement et qui sont moins originales au plan intellectuel, comme les séries Honor Harrington (1999-) [Honor Harrington, 1993-] de David Weber et la Saga Vorkosigan (1996-) [Vorkosigan Saga, 1986-] de Lois McMaster Bujold. Comme l’a déjà noté S. C. Fredericks, « la fantasy et la SF sont susceptibles de recourir à des sources cognitives ou des modes cognitifs différents. » (Fredericks, 1978, p. 42). Par extrapolation à partir de cette affirmation, on peut raisonnablement aboutir à l’idée selon laquelle la FMS qui est féconde recourt à des modes spéculatifs différents de ceux qu’exploitent la SF, portant ses projections du côté des archétypes, du mythe, des systèmes ontologiques et de la métaphysique générale plutôt que du côté de la compréhension rationnelle et scientifique de l’univers ou de celui des questions entourant le développement des technologies et ses incidences sur l’humanité.

36Bien sûr, d’autres traits, peut-être plus évidents encore, différencient les deux genres. Ces différences deviennent particulièrement ostensibles si on se réfère aux traditions où chaque genre a puisé ses sources, aux conventions et aux motifs que chacun emploie couramment, à la façon dont chacun structure ses cadres spatio-temporels, au langage que chacun privilégie, à l’axiologie que chacun déploie, etc. La tendance exomimétique qu’ils présentent tous deux est cependant indéniable et l’affinité spécifique que présentent la SF et de la FMS se manifeste de façon particulièrement évidente à travers le phénomène littéraire hybride connu sous le nom de « science fantasy ».

  • 11 La plupart de ces œuvres sont citées par Mendlesohn comme des exemples emblématiques de la fantasy (...)
  • 12 Cette stratégie relativement récente qui consiste en la fusion harmonieuse d’éléments de la SF et d (...)

37Cette dénomination commode est parfois utilisée en référence à un corpus assez récent de textes où se manifeste une tendance digne d’intérêt. On peut penser par exemple à The Iron Dragon’s Daughter (1994) [La fille du dragon de fer] de Michael Swanwick, Cloud’s End (1996) [Aux Confins des nuages] de Sean Stewart, Humility Garden (1995) [Le Jardin de l’humilité] et Delta City (1996) de Felicity Savage, Perdido Street Station (2003) [Perdido Street Station, 2001] et Le Concile de fer (2008) [The Iron Council, 2004] de China Miéville, L’Année de notre guerre (2005) [The Year of Our War, 2004] de Steph Swainston et Aquaforte (2006) [The Etched City, 2003] de K. J. Bishop11. Tous ces textes – qui ne constituent par ailleurs aucunement un groupe homogène – semblent mettre en question la distinction traditionnelle entre SF et fantasy/FMS. Ils empruntent en effet librement des éléments appartenant à l’une et l’autre tradition sans se soumettre aux contraintes ni de l’une, ni de l’autre. Ils opèrent une fusion harmonieuse des conventions de la SF et de la FMS de manière à créer une conjoncture nouvelle et cohérente12. En transcendant les conventions établies, ils acquièrent souvent de nouvelles qualités sur le plan cognitif. Il ne fait pas de doute que ces textes proposent des modèles d’univers qui comptent parmi les plus intéressants et les plus passionnants. Il est d’ailleurs probable que ces textes soient révélateurs d’une nouvelle phase déterminante de l’évolution de la fiction exomimétique et de la fiction non mimétique dans son ensemble.

38Parmi les autres classes de textes où prévaut le mode exomimétique qu’on peut également considérer comme des genres à part entière, il y a la dystopie (telle qu’illustrée, par exemple, par 1984 (1950) [Nineteen Eighty Four, 1949] de George Orwell et L’Orange mécanique (1972) [A Clockwork Orange, 1962] d’Anthony Burgess et l’histoire alternative / l’uchronie (telle qu’illustrée, par exemple, par Le maître du haut château (1970) [The Man in the High Castle, 1962] de Philip K Dick, The Alteration (1976) [L’Altération] de Kingsley Amis et Fatherland (1993) [Fatherland, 1992] de Robert Harris).

39La fiction exomimétique est sans doute le type de fiction non mimétique le plus répandu depuis les années 1940. La popularité de ce type de fiction se vérifie autant par l’important volume de publications annuel que par l’intérêt marqué dont il a été l’objet dans la sphère critique et théorique. C’est dans les textes exomimétiques qu’on trouve les propositions les plus captivantes et les plus artistiquement développées en matière de construction d’univers fictionnel en mode non mimétique. C’est aussi ce type de fiction qui porte le mieux le nom de « fiction spéculative ».

III.2 Fiction antimimétique

40Cette catégorie regroupe tous les textes où le monde fictionnel est doté de dimensions magiques ou surnaturelles et qui mettent ainsi en scène un modèle de réalité alternative « complet », censé selon les présupposés du texte correspondre à la seule conception authentique du monde (Zgorzelski, 2004a, p. 32). Tous les textes antimimétiques ont en commun de débuter sur le mode mimétique, avant que ne survienne, à un point donné du récit, une transgression des lois préalablement établies dans l’univers représenté (en l’occurrence ici celles du modèle mimétique). Un élément « anormal » fait alors irruption, mais le phénomène est rapidement accepté et expliqué (cette explication rationnelle de l’élément « anormal » est cruciale ici, car c’est sur cet élément que repose la distinction entre les textes antimimétiques et les textes fantastiques où, généralement, aucune explication complète n’est fournie).

41Il convient de mentionner à ce stade-ci que Mendlesohn décrit en termes assez similaires la catégorie de fantasy intrusive qu’elle propose. Toutefois, elle n’insiste pas sur la présence d’un procédé de rationalisation de l’élément « anormal » faisant suite à son apparition (ni sur l’absence d’un tel procédé) et n’opère donc pas de distinction entre ce qui, ici, correspond aux modèles d’univers fictionnel antimimétique et fantastique.

42Pour en revenir à la fiction antimimétique, la conception initiale du monde y est donc éventuellement rectifiée et transformée, de sorte que l’unité et la cohérence de la réalité fictionnelle sont pour ainsi dire rétablies. Les rapports de causalité mimétiques sont remplacés par des rapports de causalité qui, malgré l’aspect étrange et insolite qu’ils arborent initialement, sont cohérents dans le cadre du monde représenté. Les personnages sont alors en mesure d’en décrire et d’en appréhender le fonctionnement. La réalité mimétique demeure cependant partie intégrante de ce modèle transformé, puisqu’elle en constitue le cadre initial. Le monde fictionnel s’enrichit ainsi de nouvelles strates magiques et surnaturelles, dont il résulte un modèle de réalité nouveau et « complet ». Ainsi, si un personnage pénètre dans un monde secondaire, celui-ci n’est pas mis en scène comme un monde à part entière, séparé du cadre mimétique, mais plutôt comme un espace y étant adjacent ou complémentaire.

43Dans Sur la piste de la licorne (2000) [Stalking the Unicorn, 1987] de Mike Resnick, par exemple, le personnage de Mallory, un détective privé new yorkais qu’un elfe du nom de Mürgenstürm recrute pour retrouver une licorne disparue, se transporte dans une version alternative de Manhattan, gouverné par des principes magiques et habité par une foules de créatures tout aussi magiques. Ce Manhattan alternatif est à la fois un état du premier et son antithèse, et les deux versions de la ville cohabitent dans une symbiose étrange. Un procédé très similaire est à l’œuvre dans Neverwhere (1998) [Neverwhere, 1996] de Neil Gaiman, où le personnage principal quitte la Londres normale, « ville d’En Haut », pour rejoindre la Londres dangereuse et magique, « ville d’En Bas », où ses aventures auront lieu. D’autres romans du même auteur, comme American Gods (2002) [American Gods, 2001] et Anansi Boys (2006) [Anansi Boys, 2005], mettent en scène des dieux mythiques – combinaison éclectique de diverses traditions mythologiques du monde et de créatures magiques et démoniaques – qui évoluent parmi les humains, à l’insu de la plupart d’entre eux, dans un cadre qui semble initialement tout à fait mimétique. Dans la célèbre série Harry Potter (1998-2007) de J. K. Rowling [Harry Potter, 1998-2007], l’univers des Moldus (simples humains) et celui des sorciers coexistent et communiquent, bien que la plupart des Moldus l’ignorent. Dans la saga Twilight (2005-2008) de Stephenie Meyer [Twilight, 2005-2008], le personnage principal, une lycéenne du nom de Bella, s’aperçoit tout à coup qu’elle vit dans un monde peuplé de créatures mythiques telles que vampires et loups-garous. Tous ces textes suggèrent que, parallèlement à la réalité mimétique, d’autres dimensions du réel existent secrètement et à l’insu de tous et de toutes, à l’exception des élus et des initiés, qui peuvent y accéder (Trębicki, 2007, p. 122).

  • 13 Certains théoriciens sont cependant conscients des éléments qui distinguent les deux ensembles de t (...)

44La plupart des textes contemporains antimimétiques sont communément réunis sous l’étiquette « fantasy » et sont ainsi relégués dans la même catégorie que les textes exomimétiques de FMS que sont les œuvres de Tolkien, de Le Guin, de Norton, de McKillip et d’autres auteurs similaires13. Cette association s’explique sans doute par le fait que les deux groupes de textes ont plusieurs points communs, à commencer par la présence d’éléments magiques dans le récit. Évidemment, comme c’est souvent le cas des genres non mimétiques, tous deux ont évolué de façon parallèle et se sont mutuellement influencés, de sorte que de nombreux liens les unissent (il n’est pas rare, d’ailleurs, qu’un même auteur écrive des œuvres relevant des deux genres). Cela dit, de nombreuses différences les distinguent aussi, qui ont trait certes au mode de conception du monde fictionnel, mais également aux formes narratives, aux personnages, au langage, aux paramètres spatio-temporels, aux motifs récurrents et à la façon d’utiliser les éléments magiques et mythiques.

45Il faut préciser, cependant, que la présence de magie n’est pas inhérente au mode antimimétique. Bien que la plupart des textes relevant de ce type de fiction comportent une dimension magique, on trouve également des textes antimimétiques qui se rapprochent davantage de la science-fiction. Les principes à la base du type supragénologique antimimétique ouvrent sur la même richesse fictionnelle potentielle que ceux à la base du type exomimétique.

46Il semble par ailleurs que de nombreux groupes de textes antimimétiques contemporains présentent des traits de parenté susceptibles de déclencher maints débats quant à leur appartenance générique, que seules des recherches plus approfondies permettraient de trancher. On peut nommer à titre d’exemples les romans Swim the Moon (2001) [Bain lunaire] et The Wild Reel (2004) [Le Reel endiablé] de Paul Brandon, Le vin de minuit (2007) [Drinking Midnight Wine, 2001] de Simon R. Green, The Art of Arrow Cutting (1997) [L’Art de tailler les flèches] de Stephen Dedman, War for the Oaks (2001) [La Guerre des chênes] d’Emma Bull, Neverwhere (1998) [Neverwhere, 1996] et Anansi Boys (2006) [Anansi Boys, 2005] de Neil Gaiman ainsi que Moonheart (1984) [Cœur de lune], The Little Country (1991) [Le Petit pays] et Forests of the Heart (2000) [Les Forêts du cœur] de Charles de Lint, qui affichent des schémas similaires. Ils mettent en scène des personnages ordinaires, banals, dont on décrit la vie quotidienne à la manière des romans mimétiques contemporains (une différence notable avec les héros de la FMS, dont le profil est en général très différent de par leur aspect « archétypal »), jusqu’à ce qu’une dimension secrète de la réalité fasse tout à coup irruption dans leur vie, habituellement de manière accidentelle. Ces textes comportent souvent une composante humoristique ou sentimentale. Dans la majorité des cas, des motifs issus de mythologies et de contes locaux ou nationaux sont évoqués au cours du processus de construction du modèle d’univers et de rationalisation de la présence d’éléments magiques. À ce titre, la mythologie irlandaise suscite un engouement particulier (Brandon, Bull et de Lint), mais d’autres traditions mythologiques sont également convoquées (par exemple les démons de la mythologie traditionnelle japonaise dans The Art of Arrow Cutting [L’Art de tailler les flèches]). Un autre élément qui différencie clairement les romans de ce genre potentiellement antimimétique (une appellation telle que « roman de magie contemporain » pourrait peut-être leur convenir) des textes de fantasy à monde secondaire tient dans la présence de références directes à des traditions mythologiques et folkloriques existantes, par opposition aux références de la fiction exomimétique qui sont altérées au point de les rendre presque méconnaissables de sorte qu’elles cadrent dans le modèle de réalité représenté. Le roman de magie contemporain (et la fiction antimimétique en général) est certainement la catégorie de fiction non mimétique la plus folklorisante.

47Le modèle du multivers est un autre phénomène intéressant lié au mode antimimétique, qui se rencontre de plus en plus souvent dans la fiction non mimétique contemporaine. Différents modèles d’univers, entre lesquels les personnages circulent, sont mis en place dans la réalité fictionnelle, de manière à instituer un modèle global de multivers. Les fictions à multivers allient souvent, à des degrés variables, des caractéristiques des types antimimétique, fantastique et exomimétique de fiction. Ces textes, qui semblent former un ensemble plutôt hétérogène, s’avèrent assez complexes et particulièrement difficiles à classer et à décrire. Imajica (1996) [Imajica, 1991] de Clive Barker, The Infinity Concerto (1984) [Le Concert de l’infini] et The Serpent Mage (1986) [Le Mage serpent] de Greg Bear sont de bons exemples de fictions à multivers où le mode antimimétique prédomine.

48De façon générale, la fiction antimimétique contemporaine (excepté peut-être les fictions à multivers qui ne peuvent cependant être considérées comme emblématiques du mode antimimétique) semble peu novatrice à la fois sur le plan génologique (générique) et sur le plan cognitif, surtout par comparaison avec la fiction exomimétique. Cette catégorie de textes tend également à reposer de façon plus manifeste que les autres catégories tantôt sur les conventions de la prose mimétique traditionnelle, tantôt sur les conventions propres à des genres non mimétiques de périodes antérieures, où elles sont reprises pratiquement telles quelles. Axés sur l’histoire sentimentale, l’aventure et l’émerveillement, les textes dont il est question ici sont peut-être les héritiers les plus directs du roman picaresque et chevaleresque, du roman ésotérique et du roman d’aventures fantastique. Les modes par lesquels se construisent les univers fictionnels de la fiction antimimétique sont manifestement moins novateurs et complexes que ceux d’autres genres exomimétiques. De manière générale, les thèmes explorés présentent également moins de sérieux que ceux qu’exploitent la FMS, la SF, la dystopie et l’uchronie, où les modèles d’univers audacieux et passionnants permettent en revanche d’aborder diverses réflexions d’ordre ontologique, métaphysique, philosophique, social, scientifique ou éthique. Ce type de fiction peut donc difficilement être qualifié de « spéculatif », épithète qui convient en tout cas mieux à la fiction exomimétique. Ce sont surtout les fonctions de la fiction comme activité ludique et divertissante qu’exploite le mode antimimétique.

49Cela ne signifie pourtant pas que cette catégorie supragénologique ne puisse engendrer que des productions dépourvues de qualités artistiques. De fait, les qualités artistiques ou la littérarité perçues dans les romans mentionnés dans cette sous-section pourront même paraître nettement supérieures comparativement au texte de FMS ou de SF moyen, puisque les intrigues de ces romans sont susceptibles d’être moins prévisibles et que la vraisemblance, au sens où on l’entend couramment, qui sous-tend souvent la construction du cadre mimétique dans ces fictions est un aspect que de nombreux lecteurs apprécient. Cela dit, bien des romans de FMS actuellement sur le marché se caractérisent plutôt par leur conformisme sur le plan narratif et leur langage peu recherché. Il semble cependant que les qualités potentielles de la prose antimimétique contemporaine aient moins à voir avec l’exposition de modèles de réalité alternative capables d’amener le lecteur à se questionner activement sur divers messages et significations possibles qu’avec l’emploi d’un langage poétique et raffiné ainsi qu’avec le soin particulier avec lequel les atmosphères sont déployées.

III.3 Fiction fantastique

50La catégorie supragénologique de la fiction fantastique est la plus problématique du point de vue théorique. Il est essentiel d’établir une distinction entre le dispositif textuel du fantastique, qui se caractérise par une transgression des lois préalablement établies du monde fictionnel, et cette catégorie spécifique de fiction génologique.

51Le dispositif fantastique, tel que mentionné précédemment, constitue un important facteur de développement génologique (générique), intervenant à tout moment dans l’évolution de la littérature non mimétique. Il apparaît également dans les textes où prévaut le mode exomimétique (dans le cas par exemple de la fantasy « de transposition », où des personnages évoluant dans un cadre mimétique sont transposés dans un monde secondaire gouverné par les lois conventionnelles de la fantasy ; cf. L’Arche du temps (1994) [Witch World, 1963] d’Andre Norton ou Les Chroniques de Thomas Covenant (2005-) [Chronicles Of Thomas Covenant, The Unbeliever, 1977-]) de Stephen Donaldson ou le mode antimimétique. En ce qui concerne ce dernier, l’opération du fantastique y est inhérente. Certes, la plupart des romans antimimétiques commencent de façon identique aux romans fantastiques – par une introduction mimétique. En un point donné du récit, toutefois, les lois mimétiques sont soudainement transgressées par quelque incident « anormal », ce qui entraîne ensuite la rectification de la conception du monde du héros et le modèle de fiction s’avère alors antimimétique. Cela soulève évidemment une question : où se situe, exactement, la ligne de démarcation entre fiction antimimétique et fiction fantastique, entre rectification du modèle mimétique initial et confrontation textuelle de différents modèles ? La réponse n’est pas toujours simple.

52Il semble pourtant y avoir une démarcation claire entre des textes comme, d’une part, Le vin de minuit (2007) [Drinking Midnight Wine, 2001] de Simon R. Green, The Art of Arrow Cutting (1997) [L’Art de tailler les flèches] de Stephen Dedman, War for the Oaks (2001) [La Guerre des chênes] d’Emma Bull et, d’autre part, Os de lune (1990) [Bones of the Moon, 1987]) de Jonathan Carroll, Replay (1988) [Replay, 1986] de Ken Grimwood ainsi que plusieurs textes de l’écrivain japonais mainstream de notoriété internationale Haruki Murakami (dont les Chroniques de l’oiseau à ressort (2001 [1995]) et Danse danse danse (1995 [1988]) et Kafka sur le rivage (2005 [2002]). Les éléments fantastiques opèrent de façon très différente dans chacun de deux ensembles et cela a ainsi une incidence considérable non seulement sur le modèle d’univers sous-jacent au texte, mais sur les conventions qui y sont convoquées, le langage qui y est employé et les messages qui y sont portés.

53Nous ne disposons pas ici de l’espace nécessaire pour déployer une comparaison approfondie des deux ensembles. Nous pouvons toutefois passer en revue les caractéristiques principales de chacun. Dans la fiction antimimétique, la vision erronée de l’univers qu’avait le personnage avant que ne survienne la transgression est rectifiée suite à celle-ci et le modèle d’univers recouvre alors pour ainsi dire sa cohésion. Les éléments fantastiques sont évacués de la narration et font place à une série d’explications tentant de fournir une description aussi cohérente et détaillée que possible du nouveau modèle (bien que ces explications soient généralement plus discrètes que dans le cas de la fiction exomimétique). Dans la fiction fantastique, en revanche, cette vision de l’univers fictionnel comme ensemble doté de cohésion n’est jamais recouvrée après la transgression. L’impression d’étrangeté et d’incertitude ressentie par les personnages quant à la véritable nature de l’univers qu’ils habitent les hante jusqu’à la fin du récit. Le roman Danse danse danse de Murakami offre un exemple pertinent à cet égard, car le rapport précis entre l’ensemble des éléments étranges qui surviennent dans le roman, les rêves du héros et les événements qui se déroulent dans un cadre mimétique n’est jamais logiquement expliqué. De même, dans Os de lune [Bones of the Moon] de Carroll, le cadre mimétique et le monde onirique de Rondua ont une incidence réciproque mais le lien qui existe entre ces deux univers n’est jamais mentionné explicitement ni expliqué, comme ce serait le cas dans une fiction antimimétique.

54Il devient peut-être nécessaire, dès lors, d’apporter quelques modifications aux propositions de Zgorzelski. Bien qu’il semble effectivement juste de souligner comme il le fait que le mode dominant de la fiction fantastique soit celui de la confrontation entre différents cadres fictionnels, son insistance sur l’idée selon laquelle ce « type de fiction présente tous les cadres comme des modèles » (Zgorzelski, 2004a, p. 32 ; souligné dans le texte) soulève en revanche quelques doutes. Dans plusieurs des textes en question, les éléments fantastiques sont trop fragmentaires (parfois, la transgression est minime, voire à peine perceptible, bien que son importance soit révélée à la toute fin) et trop incohérents pour qu’il soit possible de parler d’un quelconque « cadre » ou « modèle de réalité » organisé – qui entrerait ensuite en confrontation avec le modèle mimétique, en tant que modèles de constitution à peu près équivalente. S’il est possible, par exemple, de parler d’une telle confrontation entre modèles ou cadres pour les textes de Carroll ou Grimwood, ce n’est cependant pas le cas en ce qui concerne la fiction de Murakami. Dans la fiction fantastique, il survient effectivement une transgression des lois inhérentes au modèle mimétique, mais l’incertitude qui y règne découle souvent de l’absence de tout modèle d’univers organisé perceptible, même étrange ou fantastique. La fiction fantastique se caractérise donc par l’instabilité intrinsèque à l’univers fictionnel.

  • 14 Plusieurs textes appartenant à ce que Jackson appelle la fantasy « subversive » pourraient sans dou (...)

55Comme on l’a mentionné, la fiction fantastique contemporaine doit encore faire l’objet de réflexions théoriques et être étudiée à l’échelle de vastes corpus. Il semble cependant clair que, contrairement à la fiction relevant des types exomimétique et antimimétique (qui, comme on l’a vu, interagissent constamment), ce type de fiction évolue en vase relativement clos, étant assez peu influencé par ce qui se produit dans la sphère plus générale de la littérature non mimétique. Les œuvres de fiction fantastique contemporaines sont souvent perçues par les lecteurs et les critiques comme de la fiction mainstream plutôt que comme de la fiction de genre ; on la qualifie à l’occasion de « slipstream14 ». Les textes de fiction fantastique contemporains forment sans doute le groupe le plus hétérogène de tous les types supragénologiques ; l’hétérogénéité et la rupture avec les conventions établies semblent des modalités inhérentes à ce mode de construction d’univers fictionnels. La fiction antimimétique est d’ailleurs intimement liée à tout ce qui a trait au surréel, à l’onirique et au pathologique.

III.4 Fiction paramimétique

56Les univers que met en scène la fiction paramimétique sont des univers allégoriques. Ce mode présuppose « la transposition allégorique ou métaphorique du cadre fictionnel dans les paramètres du cadre de la réalité phénoménale, en dépit des différences potentielles entre eux » (Zgorzelski, 2004a, p. 32). Parmi les genres paramimétiques traditionnels, on trouve la fable animalière, la romance allégorique et le conte pastoral néoclassique (Zgorzelski, 2004a, p. 34). Au XXe siècle, le mode paramimétique a connu quelques rares incarnations, dans des œuvres telles que La ferme des animaux (1981) [Animal Farm, 1945] de George Orwell et Le monde de Narnia (1953-2008) [Narnia Chronicles, 1950-1956] de C. S. Lewis.

57La première reprend grosso modo l’ensemble des traits allégoriques de la fable animalière. Le microcosme de la ferme reflète avec une grande précision la dynamique de l’évolution d’un système totalitaire (essentiellement celui de l’Union soviétique sous la gouverne de Staline). Cette dynamique est reproduite non seulement à travers les grandes lignes du récit et les significations qu’il porte, mais aussi dans de menus détails ; certains avancent, par exemple, que Napoléon est une figure de Staline et que Boule de neige représente Trotski. La ferme des animaux est destiné à être lu comme une allégorie.

58Le cas du Monde de Narnia est semblable à plusieurs égards. La série a été créée de manière à promouvoir un ethos chrétien. L’analogie y est relativement claire – Aslan représente le Christ ; la bataille finale, celle d’Armageddon, etc. L’issue des péripéties isolées, tout comme celle de l’ensemble du récit, est déterminée en bonne partie par le message chrétien et les références religieuses qui la sous-tendent. La façon dont cette série est construite n’est d’ailleurs pas sans rappeler des œuvres allégoriques médiévales comme La Reine des fées (The Faerie Queene, 1590-1596). Bien qu’on compare souvent Narnia aux œuvres de Tolkien qui se déroulent dans la Terre du Milieu, où les inspirations chrétiennes sont également perceptibles, le mode de construction de l’univers en diffère radicalement. Les œuvres de Lewis et de Tolkien illustrent bien la distinction fondamentale qui oppose les modes paramimétique et exomimétique : tandis qu’on trouve dans les premières une transposition plutôt directe de la matrice chrétienne dans le monde fictionnel, dans les secondes, cette matrice est utilisée (entre autres sources d’inspiration) pour construire un modèle d’univers nouveau et autonome.

59Il semble cependant difficile de trouver d’autres exemples contemporains, à l’exception des deux œuvres mentionnées ci-dessus, où le mode paramimétique prévaut de manière aussi manifeste. On peut percevoir un lien entre ce mode et des récits « animaliers » comme Les Garennes de Watership Down (1976) [Watership Down, 1972] de Richard Adams ou encore les cycles Duncton (1980-1993) et The Wolves of Times (1995-1997) [Les Loups des temps] de William Horwood. Cependant, ces textes sont également traversés par des conventions et des motifs qui les rapprochent moins des œuvres paramimétiques classiques que de la FMS ou de la « fantasy » antimimétique contemporaines.

60D’un point de vue extratextuel, il convient de noter que le mode paramimétique, dans ses occurrences les plus emblématiques, est le type de fiction le plus « banal ». Les textes paramimétiques sont souvent le produit d’une réponse directe à des stimuli extratexuels (qu’ils soient d’ordre culturel, social, idéologique, religieux, etc.) et comportent fréquemment une dimension ouvertement didactique plutôt rare dans la fiction non mimétique contemporaine en général. C’est par ailleurs le mode qui entretient le rapport le plus étroit avec la satire.

IV. Conclusion

  • 15 D’un point de vue plus subjectif, je n’ai jamais été enclin (à l’instar, sans doute, de nombreux le (...)

61Dans la section qui précède, j’ai tenté de mettre à profit le modèle proposé par Zgorzelski pour offrir une description détaillée de la littérature non mimétique contemporaine. Il va sans dire que les types supragénologiques supposent une approche taxinomique qui diffère considérablement de ce que suggèrent la plupart des modèles actuellement prédominants. Par exemple, les textes que l’on classe souvent indistinctement dans la catégorie « fantasy » se répartissent ici dans quatre catégories supragénologiques distinctes (bien que la plupart des livres qui se vendent aujourd’hui sous le label « fantasy » relèvent sans doute essentiellement de la FMS exomimétique ou du roman de magie contemporain). En fait, bon nombre de ces textes évoquent simultanément plusieurs genres. Cependant, la science-fiction ainsi qu’un des genres de la « fantasy », la fantasy à monde secondaire, sont perçus comme des genres internes à la catégorie exomimétique, ce qui met en évidence leur proximité particulière15.

62Il va sans dire qu’en cette époque où les pratiques se caractérisent par la polysémie, aucun modèle n’est voué à être perçu comme complètement autosuffisant (comparer avec Mendlesohn, 2008, p. xv). La typologie supragénologique développée par Zgorzelski s’avère néanmoins un outil taxinomique efficace. Cet appareil conceptuel permet d’envisager la fiction non mimétique/» fantastique » sous un nouvel éclairage et d’apercevoir ainsi certaines corrélations souvent laissées dans l’ombre. Il présente en outre au moins deux avantages indéniables. Tout d’abord, la description qu’il propose des divers modes de construction de l’univers fictionnel et des rapports qu’ils entretiennent à la réalité empirique est nettement plus complexe et précise que celle offerte par nombre de taxinomies traditionnelles (en particulier celles qui se fondent sur la dichotomie simpliste opposant fiction réaliste et fiction non réaliste/» fantastique »). Ensuite, ce système peut être utilisé pour appréhender le corpus de la littérature non mimétique dans sa globalité. Comme il s’agit d’un outil d’une vaste amplitude et d’un outil « technique » plutôt qu’idéologique (ce qui peut évidemment être considéré par certains comme un inconvénient plutôt qu’un avantage ; voir, par exemple, la critique de Todorov par Jackson (Jackson, 1991, p. 61)), il ne privilégie pas le traitement de certaines classes de textes au détriment d’autres. Cela dit, ce système ne se prétend pas autre chose qu’un simple modèle de référence, dont la finalité n’est pas la classification des textes en soi, mais bien la possibilité d’appréhender et de généraliser certaines tendances perceptibles dans les pratiques de construction d’univers fictionnels « fantastiques » ainsi que dans l’évolution historique des genres non mimétiques. Il est en outre pertinent de rappeler dès lors que les genres modernes de la littérature non mimétique n’évoluent pas en vase clos mais sont constamment en interaction les uns avec les autres. Il en résulte un vaste ensemble de textes où s’entrecroisent les caractéristiques propres aussi bien à différentes conventions génériques qu’à divers types supragénologiques de fiction. Et c’est précisément dans cette vaste « zone limitrophe » (qui compte diverses formes hybrides) qu’apparaissent les textes les plus intéressants (et, souvent, les plus artistiquement réussis).

63Comme je l’ai évoqué à la fin de la section 2, la notion en apparence structuraliste de types supragénologiques permet également de faire des observations intéressantes de nature extratextuelle (contextuelle) ou culturelle, dans la mesure où chaque mode entretient sans doute des liens étroits avec certaines stratégies cognitives ou certaines démarches artistiques spécifiques. La présente réflexion préliminaire laisse déjà penser que le mode exomimétique est le mode le plus stimulant au plan intellectuel ainsi que celui où la dynamique spéculative est la plus manifeste (en plus d’être le mode où sont abordées les thématiques les plus sérieuses), tandis que la fiction antimimétique tendrait plutôt à engendrer des textes surtout ludiques, divertissants et conventionnels (mais néanmoins artistiques à certains égards). Le mode fantastique est quant à lui le mode le plus intimement lié à tout ce qui a trait au surréel, à l’onirique et au pathologique, de même que celui qui génère les textes les plus hétérogènes et les moins conformistes. Le mode paramimétique, finalement, est le plus fermement ancré dans l’expérience empirique du monde (puisque les textes qui en relèvent sont le produit d’une réponse directe à des stimuli extratexuels) et emprunte souvent les voies du didactisme et de la satire. Encore une fois, il ne s’agit là que de généralisations ; il serait facile de trouver, pour chaque catégorie, des textes échappant à ces caractérisations. Quoi qu’il en soit, l’étude des liens entre les différents modes et les opérations spécifiques qu’ils mettent en œuvre (transposition, rectification, confrontation et spéculation), d’une part, et des stimuli culturels qui les inspirent (de même que des stratégies cognitives qu’ils incarnent et des styles artistiques qui s’y déploient), d’autre part, constitue un important objet de recherche encore à explorer.

  • 16 Il semble, d’un point de vue général, que moins le statut non mimétique d’un texte est apparent, pl (...)

64Une autre question d’ordre extratextuel qui demeure implicite dans le modèle taxinomique proposé ici est celle du lectorat, puisque celui-ci diffère visiblement pour chaque type supragénologique. Il est sans doute possible de produire un certain nombre de premières observations à ce stade de la réflexion. Par exemple, la fiction exomimétique, qui représente d’un point de vue strictement historique et évolutif la forme la plus évoluée et la plus radicale de fiction non mimétique, est également celle qui attire le lectorat le plus élitiste. C’est en effet la forme qui requiert les compétences de lecture les plus développées (dans la mesure où elle suppose la connaissance des conventions, traditions et modalités propres au genre ainsi que, dans le cas de la SF, une certaine connaissance du paradigme de la modernité scientifique). Les lectorats de la fiction antimimétique et de la fiction paramimétique sont sans doute quant à eux légèrement plus larges, ces formes de fiction étant lues plus volontiers par un public « mainstream ». Cela s’explique par le fait que la première fait intervenir un cadre mimétique bien connu des lecteurs et qu’elle convoque en outre des conventions apparentées à ce qu’on trouve couramment dans la prose mimétique moderne et que la seconde convoque de façon assez directe et discrète le contexte empirique d’où l’œuvre est issue. Finalement, la fiction fantastique intéresserait surtout, quant à elle, un lectorat « mainstream » plus exigeant ; les textes qui y sont associés sont en outre plus souvent qualifiés de « postmodernes » que de fantastiques16.

65Cette réflexion préliminaire a, je l’espère, été en mesure de démontrer l’utilité potentielle du concept de types supragénologiques de fiction, mais elle n’a bien entendu rien d’exhaustif. Elle devra être enrichie par d’autres analyses approfondies de différents genres ou classes de textes. Si, toutefois, elle a au moins permis de circonscrire en partie les grandes zones d’intérêt relevant d’une étude taxinomique et de baliser certains domaines encore inexplorés de la littérature non mimétique contemporaine, cette tentative n’aura pas été faite en vain.

Haut de page

Bibliographie

Carter Lin, Imaginary Worlds. The Art of Fantasy, New York : Ballantine, 1973.

Clute John et Grant, John (dir.), « Contemporary Fantasy », in Encyclopedia of Fantasy, New York : St. Martin’s, 1999.

Fredericks S.C., « Problems of Fantasy », in Science Fiction Studies, vol. 5, n° 1, mars 1978, p. 33-45.

Godshalk William L., « Alfred Bester : Science Fiction or Fantasy », in Extrapolation, vol. 16, n° 2, mai 1975, p. 149-155.

Jackson Rosemary, Fantasy : the Literature of Subversion, New York : Routledge, 1991.

Lem Stanislaw, « Posłowie [Postface] », in Le Guin Ursula K., Czarnoksieznik z Archipelagu (A Wizard of Earthsea, Berkeley, Calif. : Parnassus Press, 1968), traduit de l’anglais (États-Unis) par Stanisław Barańczak, Kraków : Wydawnictwo Literackie, 1983, p. 191-198.

Manlove C.N., The Fantasy Literature of England, New York : Macmillan, 1999.

Martin Philip (dir.), The Writer’s Guide to Fantasy Literature, Waukesha, Wisc. : Writer, 2002.

Mendlesohn Farah, Rhetorics of Fantasy, Middletown, Conn. : Wesleyan University Press, 2008.

Ostaszewska Dorota, et Cudak, Romuald, Polska Genologia Literacka, Warszawa : Wydawnictwo Naukowe PWN, 2007.

Rabkin Eric S., The Fantastic in Literature, Princeton, N. J. : Princeton University Press, 1976.

Scholes Robert, Structural Fabulation : An Essay on the Future of Fiction, South Bend, Ind. : University of Notre Dame Press, 1975.

Suvin Darko, « On Ursula K. Le Guin’s “Second Earthsea Trilogy” and its Cognitions : A Commentary », in Extrapolation, vol. 47, n° 3, 2006, p. 488-504.

Suvin Darko, et Favier, Jacques, « La science-fiction et la jungle des genres : Un voyage extraordinaire », in Littérature, n° 10, mai 1973, p. 98-113.

Todorov Tzvetan, Introduction à la littérature fantastique, Paris : Seuil, 1970, coll. « Poétique ».

Trębicki Grzegorz, Fantasy. Ewolucja Gatunku, Kraków : Universitas, 2007.

Trębicki Grzegorz, « The Fantastic and Genological Research », Science Fiction Studies, vol. 40, n° 1, mars 2013, p. 184-185.

Tymn Marshall, Zahorski Kenneth J., et Boyer Robert H., Fantasy : A Core Collection and Reference Guide, New York : Bowker, 1979.

Zahorski Kenneth J. et Boyer Robert H., « The Secondary Worlds of High Fantasy », in Schlobin Roger (dir.), The Aesthetics of Fantasy Literature and Art, South Bend, Ind. : University of Notre Dame Press, 1982, p. 56-80.

Zgorzelski Andrzej, « Fantastic Literature and Genre Systems », Born of the Fantastic, Gdansk : Wydawnictwo Uniwersytetu Gdanskiego, 2004a, p. 11-27.

Zgorzelski Andrzej, « Theoretical Preliminaries : on the Understanding of the Fantastic », in Born of the Fantastic, Gdansk : Wydawnictwo Uniwersytetu Gdanskiego, 2004b, p. 28-41.

Zgorzelski Andrzej, Fantastyka. Utopia. Science Fiction. Ze studiow nad rozwojem gatunkow, Warszawa : Panstwowe Wydawnictwo Naukowe, 1980.

Zgorzelski Andrzej, « Is Science Fiction a Genre of Fantastic Literature ? », Science Fiction Studies, vol. 6, n° 3, novembre 1979, p. 296-303.

Haut de page

Notes

1 Par fiction « non mimétique » ou « fantastique » (ou encore « fantasy » au sens large, c’est-à-dire incluant la SF), j’entends la catégorie la plus vaste possible de fictions, toutes époques, tous genres et tous textes confondus, qui – conformément à la méthodologie présentée dans la section 2 – ne se fondent pas sur une prétendue imitation de la réalité phénoménale (empirique).

2 J’encadre à dessein de guillemets, ici et par la suite, l’épithète « non réaliste » (tout comme celle de « réaliste », cela va de soi) afin de souligner que je reprends ainsi l’usage courant qui en est fait ; je ne considère cependant pas qu’il s’agisse là de termes recevables dans le cadre d’une théorie littéraire (voir à ce sujet les propos de Scholes et Zgorzelski rapportés dans la prochaine section). Zgorzelski, qui explique par ailleurs les raisons pour lesquelles il renonce tout à fait à la notion de réalisme, observe que celle-ci repose sur une comparaison non justifiée entre réalité textuelle et réalité empirique et qu’elle « s’inscrit donc contre le principe d’autonomie de la littérature ; l’intérêt pour une telle comparaison correspond en soi à une conception polémique qui veut que l’une des finalités de la littérature soit de décrire l’environnement empirique » (Zgorzelski, 2004b, p. 12).

3 Les adjectifs « génologique » et « supragénologique » sont bien sûr dérivés de « genre » et font par ailleurs référence à la « génologie littéraire », entendue comme « l’étude systématique des genres en relation avec le contexte historique » (Ostaszewska et Cudak, 2007, p. 26-28). Je suis conscient que ces termes sont généralement peu usités dans le discours théorique américain ou britannique, mais j’ai néanmoins décidé de les conserver ici étant donné que ce sont les termes qu’utilise systématiquement Zgorzelski dans ses premiers travaux. On pourrait toutefois aisément les remplacer par « générique » et « supragénérique ».

4 La notion de typologie supragénologique de la fiction a été initialement présentée dans Science Fiction Studies en 1979, dans un article intitulé « Is Science Fiction a Genre of Fantastic Literature ? » [« La science-fiction est-elle un genre relevant de la littérature fantastique ? »]. Dans le présent article, je ferai cependant référence à la version la plus récente de ce texte, parue sous le titre « Fantastic Literature and Genre Systems » [« La littérature fantastique et les systèmes génériques »] au sein du recueil Born of the Fantastic [Né du fantastique] (dont une recension signée par l’auteur de cet article est parue dans SFS vol. 4, n° 1), ainsi qu’à un second article tiré du même recueil, intitulé « Theoretical Preliminaries: on the Understanding of the Fantastic » [« Mise en place théorique : De la compréhension du fantastique »].

5 Cette définition rejoint la proposition de Jackson selon laquelle le mode mimétique se rapporte aux textes narratifs « qui prétendent imiter une réalité externe » et reposent sur « l’affirmation implicite d’une équivalence entre l’univers fictionnel représenté et l’univers ‘réel’ à l’extérieur du texte » (Jackson, 1991, p. 33-34).

6 Pour faire une remarque d’ordre sociologique plutôt que théorico-littéraire, on peut se risquer à avancer que la fiction exomimétique attire également un lectorat plus sélectif. Le refus explicite de prétendre décrire la réalité empirique rebute probablement certains lecteurs culturellement enclins à embrasser la conception communément admise quant à la fonction imitative de la littérature.

7 J’entends uniquement ici les textes de « fantasy » mettant en scène un monde secondaire, comme le sont les œuvres de J. R. R. Tolkien, d’Ursula K. Le Guin, de Stephen R. Donaldson, de Robert Jordan, de Steven Erikson ainsi que celles de nombreux auteurs similaires. Cette appartenance de ce qu’on peut appeler la fantasy à monde secondaire, la fantasy à monde imaginaire ou la high fantasy à une classe de textes à part a été admise par différents critiques, tels que Carter, Tymn, Zahorski, Boyer, Mendlesohn et Manlove.

8 Voir, en particulier, « La science-fiction et la jungle des genres » (1973) de Suvin. Dans un autre article, Suvin propose même une analogie par laquelle il compare la SF et la fantasy à deux « thermomètres à mercure. L’amplitude du premier s’étend de 0 à 100° C et celle du second, fabriqué pour mesurer la température du corps humain, se concentre entre 30 et 43° C. Le plus ample, pour moi, représente la SF et le plus restreint, la Fantasy. » (Suvin, 2006, p. 501).

9 Voir « On Ursula K. Le Guin » de Suvin et les textes de Lem. Ce dernier, tout particulièrement, reconnaît la portée spéculative de l’œuvre de Le Guin : « Est-ce à dire que le conte de fées d’Ursula Le Guin est en fait plus réaliste [l’emploi du terme « réaliste » par Lem tombe un peu mal à propos ici ; on pourrait, peut-être, remplacer ce terme par « cognitivement efficace »] que ses textes de science-fiction? Oui, tout à fait. C’est là le type de paradoxe qu’on trouve dans la littérature : la fonction opérée par la magie dans tel livre s’avère plus réaliste que celle opérée par une invention de nature scientifique dans tel autre. Mais il ne s’agit que d’une apparence de paradoxe. Le texte crée un monde régulé par ses propres lois qui forme un tout autonome et c’est cette cohérence globale, plutôt qu’une composante isolée, comme par exemple la présence de termes issus d’un quelconque lexique scientifique, qui fait qu’un texte est réaliste ou non. » (Lem, 1983, p. 196). Cela dit, il est assez intéressant de noter que ces deux critiques semblent apprécier les romans de FMS de Le Guin en raison de caractéristiques qui les rapprochent de la science-fiction.

10 Évidemment, les modèles d’univers créés par Le Guin et Tolkien sont très différents, le premier reposant essentiellement sur une adaptation créative de principes taoïstes et le second sur une conception dualiste du bien et du mal. La fonction inhérente au mode de construction de l’univers et sa signification à l’égard de la structure de l’ensemble du texte et des messages qui y sont véhiculés est néanmoins comparable dans les deux cas.

11 La plupart de ces œuvres sont citées par Mendlesohn comme des exemples emblématiques de la fantasy d’immersion. Il semble ainsi que cette stratégie narrative « d’immersion » puisse être liée à ce stade relativement récent dans l’évolution de la fiction exomimétique et qu’il s’agisse d’un trait caractéristique de ce type supragénologique.

12 Cette stratégie relativement récente qui consiste en la fusion harmonieuse d’éléments de la SF et de la FMS, dont nait un monde fictionnel qui se donne à voir comme un véritable novum tant au plan cognitif que génologique, plutôt que comme une simple somme de conventions des deux genres, peut être opposée à une approche plus traditionnelle, caractéristique des premiers textes de « science fantasy », où les motifs de la SF et de la FMS se distinguent clairement les uns des autres dans un texte donné, ayant visiblement été juxtaposés les uns aux autres. « Le Collier de Semlé » de Le Guin (1978) [« Semley's Necklace », 1964]) en est un bon exemple. L’histoire se divise en deux parties distinctes intercalées, chaque partie étant respectivement créée selon les conventions de la SF et de la FMS. Cette variante initiale de science fantasy se caractérise essentiellement par le dispositif fantastique – soit la confrontation entre deux modèles d’univers qui présentent respectivement les conventions de la SF et de la FMS.

13 Certains théoriciens sont cependant conscients des éléments qui distinguent les deux ensembles de textes et cherchent ainsi une façon de sous-catégoriser les œuvres qualifiées ici d’« antimimétiques ». L’ouvrage Encvclopedia of Fantasy [Encyclopédie de la fantasy], qui est sans doute le plus exhaustif et le plus à jour de sa catégorie, propose par exemple le terme « fantasy contemporaine », dont la définition est au moins en partie compatible avec les postulats exposés dans le présent article (Clute et Grant, 1999, p. 225). Tymn, Zahorski et Boyer, quant à eux, opèrent une distinction entre « high fantasy », où sont mis en scène des mondes secondaires, et « low fantasy », où est mise en scène la réalité mimétique (Tymn, Zahorski et Boyer, 1979, p. 5).

14 Plusieurs textes appartenant à ce que Jackson appelle la fantasy « subversive » pourraient sans doute figurer dans cette catégorie également.

15 D’un point de vue plus subjectif, je n’ai jamais été enclin (à l’instar, sans doute, de nombreux lecteurs) à percevoir un écart générique plus grand entre, par exemple, La Main gauche de la nuit (1971) [The Left Hand of Darkness, 1969] et Le Sorcier de Terremer (1977) [A Wizard of Earthsea, 1968] d’Ursula K. Le Guin qu’entre l’un ou l’autre de ces romans et Alice au pays des merveilles (1869) [Alice’s Adventures in Wonderland, 1865] de Lewis Carroll ou Os de lune (1990) [Bones of the Moon, 1987] de Jonathan Carroll. En fait, c’est selon moi tout le contraire : en tant que textes dotés d’une importante portée spéculative, Le Sorcier de Terremer [A Wizard of Earthsea] et La Main gauche de la nuit [[The Left Hand of Darkness] ont beaucoup plus en commun (et ce, pas seulement parce qu’ils sont de la même auteure ; qu’on remplace le premier par n’importe quel roman de fantasy à monde secondaire contemporain moindrement complexe et le second par n’importe quel roman de SF mettant en scène quelque monde « surréel », et on obtiendra sensiblement le même résultat).

16 Il semble, d’un point de vue général, que moins le statut non mimétique d’un texte est apparent, plus ce texte est susceptible d’être apprécié d’un lectorat élargi. Deux facteurs principaux peuvent expliquer ce phénomène : en premier lieu, le système traditionnel d’évaluation littéraire, selon lesquelles « plus l’univers fictionnel d’un texte ressemble à notre réalité, plus le texte sera estimé en tant qu’œuvre d’art » (Zgorzelski, 2004b, p.  12) ; en second lieu, le fait que la littérature non mimétique requiert généralement davantage de compétences de lecture spécifiques que les formes de fiction mimétiques les plus largement répandues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grzegorz Trębicki, « Les types supragénologiques de fiction face à la littérature non mimétique contemporaine », ReS Futurae [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://resf.revues.org/756 ; DOI : 10.4000/resf.756

Haut de page

Auteur

Grzegorz Trębicki

Il enseigne à l’université Jan Kochanowski à Kielce (Pologne). Il s’intéresse à la littérature non-mimétique (notamment à la world fantasy) aussi bien qu’à la théorie et la génologie de la littérature. Ses articles et recensions ont paru dans The New York Review of Science Fiction, Extrapolation, Mythlore et Science Fiction Studies. Il travaille actuellement à un projet de livre intitulé So strange and diverse : Towards A Genological Taxonomy of Non-Mimetic Literature [Si étrange, si varié : Vers une taxonimie génologique de la littérature non-mimétique].

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org