Navigation – Plan du site
Lectures

Anne Besson et Évelyne Jacquelin (dir.), Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels

Simon Bréan
Référence(s) :

Anne Besson et Évelyne Jacquelin (dir.), Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, Arras : Artois Presses Université, coll. » Études littéraires »,

Texte intégral

  • 1 Le CERLI (Centre d’Étude et de Recherche des Littératures de l’Imaginaire) est une association regr (...)

1Dans Poétiques du merveilleux, Anne Besson et Évelyne Jacquelin semblent entreprendre de répondre à une question lancée par Jacques Goimard, à savoir de déterminer si « dans notre univers culturel il y a place pour un merveilleux qui soit nôtre ou si le destin du merveilleux depuis le xvie siècle est d’être une fois pour toutes le merveilleux des autres – que les autres soient les Anciens, les sauvages ou les enfants » (Goimard, 2015). Cet ouvrage collectif, dont les articles sont les versions retravaillées de communications proposées lors d’un colloque du CERLI1 portant le même titre (et qui s’était tenu à l’Université d’Artois en 2012), prend en effet pour objet principal un merveilleux des xxe et xxie siècles, tel que les littératures dites de « l’imaginaire » ont su se les approprier, et tel qu’il se manifeste également dans les fictions audiovisuelles, voire dans les arts plastiques.

  • 2 Le dialogue entamé avec l’Introduction à la littérature fantastique [Todorov, 1970] se poursuit au (...)

2La catégorie du merveilleux, dont Anne Besson et Évelyne Jacquelin avaient relevé à l’occasion d’un précédent ouvrage qu’elle était un « parent pauvre de la critique théorique », « considéré comme obsolète ou mineur » (Besson et Jacquelin, 2010, p. 7), ne correspond pas pour l’époque contemporaine à un périmètre critique ou éditorial aisé à identifier, et donc à étudier pour lui-même. De ce fait, lors de leur présentation scientifique, les directrices de l’ouvrage s’attachent à rappeler l’importance historique de la notion de merveilleux, jusqu’à nos jours, ainsi que l’extension très variée qu’elle peut connaître selon les aires culturelles envisagées, ce qu’un recours trop rigide aux catégories proposées par Todorov conduirait à appauvrir considérablement2. À l’inverse de la structuration todorovienne, qui fait la meilleure part au fantastique, le parcours géographique et historique esquissé par les chercheuses tendrait presque à faire coïncider le merveilleux et l’« imaginaire », cette dernière catégorie étant entendue comme l’ensemble des fictions affichant une distance ontologique avec notre monde de référence : comme l’indique le sous-titre, fantastique, fantasy et science-fiction pourraient bien avoir partie liée avec le merveilleux. Dans cette perspective, l’appropriation contemporaine du merveilleux se présente en même temps comme un partage, au moins entre les trois genres du sous-titre, partage plutôt évoqué par les termes de « métissage », « hybridation », « porosité », « contamination » (p. 16), mais dont on pourrait également se demander s’il correspond à une division – à chaque littérature « sa » poétique du merveilleux –, à une élaboration commune – les différentes poétiques en jeu contribuant chacune à alimenter un courant transversal du merveilleux –, ou encore à une forme d’échange – chaque genre relevant à un degré ou à un autre du merveilleux et étant par là même susceptible d’enrichir les autres par sa poétique propre.

3L’introduction du volume regroupe deux articles dont les perspectives, distinctes, correspondent ensuite aux démarches mises en place dans les études des autres contributeurs. Dans « Merveilleux et fantastique : en finir avec le réel, le possible et le vrai ? », Françoise Dupeyron-Lafay adopte une approche analytique destinée à mettre en évidence des mécanismes de narration employés par le merveilleux, par contraste avec le fantastique, ici celui de la littérature britannique. Les analyses, éclairantes concernant les procédés du fantastique, restent néanmoins succinctes à l’égard du merveilleux lui-même. Dans « Pour une poétique des littératures de l’imaginaire », Eric Lysøe défend l’idée d’une forte continuité entre les genres et s’attache à repérer les correspondances et les circulations entre des domaines ordinairement cloisonnés. Sa thèse consiste en pratique à revenir à l’étymologie du terme « poétique », pour s’interroger sur les relations entretenues entre les différents genres romanesques de l’imaginaire et la poésie, comprise aussi bien comme corpus de textes (dialogue intertextuel entre Baudelaire et un conte de fées, p. 40) que comme matrice de procédés (« combinatoire sémantique et phonétique », p. 41). Les perspectives d’analyse symbolique et stylistique ouvertes en particulier par le recours aux schémas structuralistes du Groupe μ3 paraissent s’adapter plus aisément aux exemples tirés de la fantasy ou du fantastique qu’à ceux, très spécifiques, employés pour la science-fiction, représentée ici par Rosny aîné, représentant une science-fiction archaïque, et surtout par Serge Brussolo, dont l’écriture revêt bien un caractère « poétique » (par réification de métaphores frappantes), mais il s’agit peut-être là d’une spécificité de l’auteur plus que d’un indice décisif du fonctionnement de la science-fiction en général.

4Ces deux perspectives – effets de contraste, recherche d’une forme de continuité – se retrouvent au fil de l’ouvrage, qui adopte toutefois un plan plus tributaire de la première. En effet, les deux parties renvoient explicitement à une forme de tripartition, en opposant le merveilleux à la science-fiction (« Merveilleux et science-fiction ») et au réalisme (« Porosité du réalisme contemporain »). Les catégories invoquées ici renvoient de manière utile et claire à trois rapports ontologiques distincts – la reconduction de notre monde de référence, la rupture, l’extrapolation –, mais cette structuration semble s’opposer à la perspective posée dans la présentation scientifique, qui tendait à faire de la science-fiction l’un des lieux de manifestation du merveilleux, éventuellement d’un merveilleux spécifique, et à inscrire le réalisme en marge du développement d’un merveilleux contemporain. En fait, la cohérence de l’ensemble tient à l’asymétrie des relations envisagées dans chacune des deux parties. À partir d’un dialogue entre la science-fiction et un merveilleux envisagé comme point de rencontre entre fantastique et fantasy, il s’agit d’abord d’examiner les circulations d’images et d’idées dans le domaine de l’« imaginaire » contemporain ; tandis que la deuxième partie ne recourt à la notion de « réalisme » que pour désigner une forme d’ancrage dans la réalité, et non pour parler d’un courant littéraire. Dans la mesure où la visée de ReS Futurae est de rendre compte avant tout de l’étude de la science-fiction, nous développerons ici plus particulièrement les réflexions sur les articles susceptibles d’y contribuer.

  • 4 Le slipstream, par contraste avec le mainstream (littérature générale), correspond selon Bruce Ster (...)

5Dans la première partie – « Merveilleux et science fiction » – alternent études de cas et réflexions plus panoramiques. Les études de cas permettent avant tout de repérer la présence de motifs et de procédés couramment attribués à la fantasy et au fantastique dans des œuvres relevant plutôt de la science-fiction. Hugues Chabot et Jérôme Goffette suivent ainsi le fil d’une intertextualité servant à faire basculer un roman de Maurice Renard, Le Docteur Lerne, alternativement vers un sentiment d’angoisse ou d’horreur propre au fantastique et vers une forme de parodie ou de pastiche, par le recours à des références mythiques ou héritées des contes féeriques et fantastiques (« L’hybride : merveilleux et scientifique dans Le Docteur Lerne de Maurice Renard »). Leur approche permet en particulier de faire dialoguer la théorie et la pratique développées presque simultanément par Renard, en prenant en son sens littéral l’expression paradoxale de « merveilleux scientifique » auquel l’écrivain attribue l’objectif de nous « dévoile[r] brutalement tout ce que l’inconnu et le douteux nous réservent peut-être, tout ce qui peut nous venir de désagréable ou d’horrible du fond de l’inexpliqué » (Renard, 1990, p. 1212), une approche que n’aurait pas reniée Lovecraft, autre artisan d’une hésitation entre merveilleux, fantastique et science-fiction. Dans « Le fantastique à la conquête de la science-fiction dans la série télévisée Doctor Who (2005) », François-Ronan Dubois étudie la présence de figures caractéristiques du fantastique dans la série de science-fiction Doctor Who pour établir une forme de dilution du statut ontologique des êtres et des choses, entre « créatures fantastiques rationalisées » et « monstres et [...] héros » mythico-scientifiques (p. 129). Dubois relève avec justesse que les créatures relevant le plus nettement de la science-fiction, Daleks et Cybermen, sont justement celles qui tendent à l’extinction du merveilleux, selon une logique génocidaire. L’usage de la notion de « sense of wonder », assez peu sollicitée par ailleurs dans le volume, aurait sans doute permis de caractériser la manière dont le Docteur, au contraire de ses ennemis cybernétiques, peut incarner une tendance à l’émerveillement devant la diversité de l’univers (p. 129). Cette réflexion prend place dans un questionnement plus général quant aux catégories génériques permettant de rendre compte des fictions télévisées, aboutissant à une classification, qui resterait à parfaire, et croisant la distinction entre merveilleux et fantastique d’une part, et « ésotérisme » et « techno-science » d’autre part (p. 130). Dans « Fiction linguistique ou linguistique-fiction ? », Jérôme Dutel prend pour objet un type de fiction nettement lié à la science-fiction, les récits ayant pour enjeu une question linguistique, qu’il s’agisse d’une intrigue impliquant « des thèmes ou des questions relevant du champ de la linguistique ou peut-être des sciences linguistiques » (p. 91), ce qu’il nomme « linguistique-fiction » (en reprenant le terme forgé par Marina Yaguello, 1981, et employé par Sandrine Sorlin, 2005), ou d’un récit donnant à voir la langue imaginaire dans sa matérialité, une « fiction linguistique ». L’exploration systématique et raisonnée de son corpus l’entraîne plutôt du côté de la science-fiction (Babel 17 de Samuel Delany, Surface de la planète de Daniel Drode, ou encore 1984 de George Orwell), même s’il y voit la possibilité d’un genre transversal, « convoquant des œuvres spécifiques, et souvent atypiques, que ce soit dans la logique des genres paralittéraires ou dans une certaine forme de littérature mainstream » (p. 99). La dernière étude de cas de cette partie est aussi la seule qui ne concerne pas un genre narratif, puisqu’il s’agit d’œuvres du plasticien Børre Saethre, qui place une licorne au centre de deux de ses installations. Dans « La Licorne de Børre Saethre », Isabelle Limousin associe l’emploi de cette licorne à la réactivation d’un patrimoine médiéval et à une forme d’étrangeté qu’elle rapproche de la définition du slipstream par Bruce Sterling4. La réflexion situe ici la circulation du merveilleux dans un espace fortement légitimé de pratiques artistiques référentielles et autoréflexives, loin d’un environnement audio-visuel et ludique enfantin où les licornes abondent par ailleurs.

6Les approches panoramiques de cette première partie s’intitulent « Psychodynamique du merveilleux : fictions et réalités psychiques », par Thierry Jandrok, et « Pluralité des mondes, porosité des genres : poétique du possible dans les littératures contemporaines de l’imaginaire », par Laurent Bazin. L’article de Jandrok a pour particularité de penser la catégorie du merveilleux à partir de notions forgées pour la science-fiction. Il prend pour point de départ le « sense of wonder », défini ici comme une « approche d’étonnement menant à la recherche de la connaissance » (p. 76), et il en tire un principe dynamique opposant de manière constructive émerveillement et rationalité, principe actif dans la construction des récits appartenant plus généralement à l’imaginaire. L’examen de cas limites – Dune de Frank Herbert, le cycle de Majipoor de Robert Silverberg, ou Le Trône de fer de George Martin – sert à rétablir une forme de continuité entre fantasy et science-fiction, continuité assurée par le caractère « merveilleux » des objets de science-fiction, en particulier depuis le cyberpunk (p. 84). Pour autant, l’équivalence symbolique ou fonctionnelle (« une petite ligne de symboles » informatiques a des « effets thaumaturgiques […] numériquement identiques à des formules cabalistiques », p. 84) qu’il est envisageable d’établir entre des objets de la science-fiction et de la fantasy ne devrait pas faire perdre de vue la différence entre un merveilleux inscrit dans le texte comme indépassable (les entités magiques de la fantasy sont à ce titre « merveilleuses » parce qu’elles ne sont pas de notre monde) et un merveilleux ressenti (par effet de réception : le « sense of wonder ») au premier abord, mais devant être expliqué et rationalisé : là où la science-fiction suscite une impression merveilleuse du fait d’un mouvement allant de l’émerveillement à la rationalisation, la fantasy présente une réalité de la merveille, figée et tautologique. Plutôt qu’à la convergence entre des ressentis jugés équivalents – une « émotion merveilleuse » nourrissant une « pulsion épistémophilique » réalisée aussi bien dans le « médiéval merveilleux » que dans « les merveilles liées aux découvertes scientifiques » (p. 86) – l’article de Jandrok pourrait ainsi servir à aborder une poétique différenciée du merveilleux propre aux genres ici associés.

7L’article de Laurent Bazin s’empare de la question de la continuité générique des littératures de l’imaginaire, pour elle-même, sans lien explicite à la catégorie du merveilleux. Il évoque un corpus limite, mettant à l’épreuve les étiquettes éditoriales (œuvres de Christopher Priest, de Ian McDonald, de Neil Gaiman), et à partir duquel il identifie une forme d’hybridité problématique : est-elle composite, comme une « SF mâtinée de fantastique » (p. 112), ou peut-il s’agir d’une véritable superposition entre science et magie, comme pour La Saison de la Sorcière, de Roland C. Wagner ? Les deux membres de l’alternative relèvent en fait de deux questionnements différents, l’un générique et extradiégétique (comment interpréter les modalités narratives), l’autre relevant de l’ontologie fictionnelle intradiégétique (comment fonctionnement les mondes de fiction représentés). C’est la deuxième perspective qui fait l’objet de l’essentiel de l’article, explorant les relations de contiguïté, d’emboîtement et de parallélisme paradoxal que les romans contemporains établissent entre les mondes possibles qu’ils mettent en scène. Si ces analyses permettent de mettre en évidence une tendance au jeu littéraire, éventuellement métaleptique, entre fantasy et science-fiction dans les écritures contemporaines, on ne peut ici que regretter que la première ligne de questionnement, portant sur l’hybridation et l’assimilation de marqueurs génériques exogènes, n’aient pas donné lieu à des développements, qui aboutiraient peut-être à une réflexion non en termes de polarités et de frontières, mais bien en termes de procédés narratifs relevant de poétiques distinctes. Les réflexions de Laurent Bazin trouvent un écho dans un article de la deuxième partie, « Écriture du futur et redistribution des cartes génériques dans deux romans britanniques contemporains : Cloud Atlas de D. Mitchell et The Book of Dave de W. Self », d’Hélène Machinal. Les deux récits mis ici à l’étude offrent des exemples de parallélisme problématique, en proposant l’entrecroisement, et le dialogue, entre des intrigues distinctes situées à des époques différentes. Machinal identifie dans ce qui articule les périodes entre elles une dynamique relevant du « sacré », plutôt que du merveilleux (p. 197), établissant un rapport au futur représenté qui est moins de l’ordre d’une extrapolation factuelle que d’un temps cyclique, parce que mettant l’accent sur les aspects invariants de l’espèce humaine.

8La deuxième partie de l’ouvrage – « Porosité du réalisme contemporain » – convoque des corpus résolvant de manières diverses l’instabilité de l’incertitude fantastique, en produisant la plupart du temps une forme de « surnaturel naturalisé » – autre définition pour la fantasy (Besson, 2007, p. 17) – qui reçoit ici de nombreuses désignations : d’abord simplement la « fantasy », superposée au merveilleux et subsumant dans un deuxième temps la dynamique fantastique (Isabelle Olivier, « Lorsque le fantastique et la Fantasy se rencontrent : deux exemples [Harry potter et Le livre des choses perdues »]) ; la « co-inhérence », antique principe chrétien ressuscité par Charles Williams pour rendre compte de la réalité du surnaturel (Deborah Bridle-Surprenant, « “A terrible Good” : la poétique du surnaturel et du mysticisme dans Descent into Hell (1937) de Charles Williams ») ; le « réalisme magique », qui peut être entendu comme l’intégration normalisée d’un surnaturel dans une trame réaliste (Vanessa Besand, « Héritage du merveilleux dans le roman postmoderne : vers un renouvellement des catégories todoroviennes [Toni Morrison, Marie Ndiaye] »), ou qui peut renvoyer à une forme d’hybridation entre réalisme et fantasy permettant de traiter de manière métaphorique des aspects du monde réel (Virginie Douglas, « Réalisme, fantasy, réalisme magique dans le roman britannique contemporain pour la jeunesse »). L’autre voie principale de résolution du fantastique dans le merveilleux correspond moins à une modalité narrative qu’à la dynamique symbolique créée par l’inscription de la mort au sein du projet esthétique de l’auteur, une mort qui est simultanément conçue comme un événement définitif, chargé d’affect et de mystère, et comme un état réversible (Isabelle-Rachel Casta, « “Car ton sang c’est mon sang, c’est le sang des Summers”. La problématique sacrificielle dans la Fantasy vampirique : un merveilleux transcendantal ? »), une mort qui est aussi un instrument paradoxal de révélation de soi, et de toute une époque (Marc Arino, « Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro [2006], une histoire de regards et de désobéissances »), ou qui rend manifeste le mouvement paradoxal d’émerveillement et de nostalgie en jeu dans toute la littérature (Christian Chelebourg, « Le merveilleux et la mort. Poétique de la nostalgie dans Die Tintenwelt-trilogie de Cornelia Funke »).

9La mise en regard des deux parties de l’ouvrage tend à renforcer le sentiment d’asymétrie entre leurs perspectives initiales : là où la notion de merveilleux appliquée à la science-fiction donne plutôt lieu à des cas limites, voire à des phénomènes de rupture, ou plus généralement de remise en cause, elle semble se développer sans heurt, dans une continuité harmonieuse, dans les différents avatars du fantastique et de la fantasy contemporains étudiés ici, auxquels on pourrait évidemment ajouter sans mal une heroic fantasy absente du volume, peut-être parce qu’elle paraît représenter une forme de merveilleux contemporain déjà fort bien cartographiée par ailleurs par les travaux d’Anne Besson ou de Vincent Ferré. Cette catégorie, ainsi que celle de science fantasy, paraissent susceptibles de contribuer à établir plus nettement une forme de continuité générique entre science-fiction, fantasy et fantastique, qu’il conviendrait d’examiner également en fonction de leurs procédés narratifs et de leurs stratégies textuelles, propres à fonder des poétiques différenciées du merveilleux, compris non comme un genre ou une étiquette, mais bien comme une modalité transversale de la fiction.

Haut de page

Bibliographie

Besson Anne, La Fantasy, Paris : Klincksiek, 2007, coll. » 50 questions ».

Besson Anne et Jacquelin Evelyne, « Introduction », in Besson Anne et Jacquelin Évelyne (dir.), Le Merveilleux entre mythe et religion, Arras : Artois Presses université, 2010, coll. » Études littéraires ».

Besson Anne et Jacquelin Evelyne (dir.), Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, Arras : Artois Presses Université, 2015, coll. » Études littéraires ».

Goimard Jacques, « Merveilleux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2015. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/merveilleux/

Renard Maurice, « Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès », Le Spectateur, n° 6, octobre 1909, in Romans et contes fantastique, Paris : Robert Laffont, 1990, p. 1205–1213, coll. « Bouquins ».

Latham Rob (dir.), « Special issue on slipstream », Science Fiction Studies, vol. 38, n°113, mars 2011. URL : http://www.depauw.edu/sfs/covers/cov113.htm.

Sorlin Sandrine, « La Linguistique-fiction dans la littérature anglaise du xxe siècle : notes sur Orwell, Burgess, Hoban et Golding », in Sylvos Françoise (dir.), Uglossies, Saint-Denis : Université de la Réunion, 2005, p. 123-135.

Todorov Tzvetan, Introduction à la littérature fantastique, Paris : Seuil, 1970, coll. » Poétique ».

Yaguello Marina, Les Fous du langage, Paris : Seuil, 1984.

Haut de page

Notes

1 Le CERLI (Centre d’Étude et de Recherche des Littératures de l’Imaginaire) est une association regroupant des chercheurs qui se consacrent à l’étude des littératures fantastique, de fantasy et de science-fiction (http://www.cerli.org).

2 Le dialogue entamé avec l’Introduction à la littérature fantastique [Todorov, 1970] se poursuit au fil du volume, notamment dans les contributions de Françoise Dupeyron-Lafay, Vanessa Besand, Virginie Douglas, rappelant combien les distinctions proposées par Todorov, pour limitatives ou injustes qu’elles puissent paraître, conservent une forte valeur heuristique, ne fût-ce que par le défi théorique qu’elles présentent.

3 Le Groupe μ (http://www.groupe-mu.ulg.ac.be/Groupe/Groupe.html) est un collectif disciplinaire basé à Lièges, et dont les chercheurs se consacrent à des études sur la rhétorique, la sémiotique et la théorie de la communication linguistique et visuelle.

4 Le slipstream, par contraste avec le mainstream (littérature générale), correspond selon Bruce Sterling à une littérature pour ainsi dire interstitielle (« slip »), qui se joue des limites conventionnelles de genre (rappelant notamment les transfictions identifiées par Francis Berthelot dans sa Bibliothèque de l’Entre-mondes [2005]). Science Fiction Studies a consacré un numéro spécial à cette notion (Latham, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Bréan, « Anne Besson et Évelyne Jacquelin (dir.), Poétiques du merveilleux. Fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels », ReS Futurae [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://resf.revues.org/760

Haut de page

Auteur

Simon Bréan

Maître de conférences en littérature française à l’université Paris-Sorbonne. Auteur de La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature (Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012). Membre du comité de rédaction de ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org