Skip to navigation – Site map

11 | 2018
Maurice Renard

Appel à contributions
Editor's notes

Appel à contributions pour le n°11 de Res Futurae

Dossier dirigé par Hugues Chabot (Université Claude Bernard-Lyon 1) et Émilie Pézard (ENS Lyon / ANR Anticipation)

 

Echéances

 Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 septembre 2016 conjointement à Hugues Chabot (hugues.chabot@univ-lyon1.fr) et Émilie Pézard (emilie.pezard@ens-lyon.fr). La date de remise des articles est fixée au 30 avril 2017.

Argument

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. À une époque où la littérature d’anticipation constituait un ensemble hétérogène, lié à des cadres génériques et à des esthétiques distincts — roman d’aventures pour la jeunesse, brèves fictions humoristiques dans la presse, roman symboliste ou décadent —, il est l’un des premiers à proposer une théorisation spécifique de ce genre qui réunit des noms aussi variés que Jules Verne, Paul d’Ivoi, Albert Robida, Alphonse Allais, Villiers de l’Isle-Adam ou Rosny aîné. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » se voyait ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieu, Le Péril bleu, Les Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Le rôle majeur qu’a joué Maurice Renard dans l’histoire de l’anticipation en France est reconnu par tous : « grand classique de la science-fiction » pour Jacques Baudou, « véritable père spirituel de la science-fiction moderne » selon Fred Jaccaud, Maurice Renard est présenté dans l’Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction de Pierre Versins comme « le meilleur auteur d’anticipation scientifique français des années 1900-1930, entre Jules Verne et J.-H. Rosny Aîné d’une part et Jacques Spitz et René Barjavel d’autre part ». Les recherches de Claude Deméocq dans les archives de Maurice Renard ont permis de mieux cartographier le corpus et ont révélé l’ampleur de l’œuvre. Des rééditions récentes par José Corti (Le Docteur Lerne), L’Arbre vengeur (L’Homme truqué) ou Les Moutons électriques (Les Mains d’Orlac) font de Maurice Renard l’un des auteurs d’anticipation les plus accessibles.

Ce nom parmi les plus célèbres de l’histoire de l’anticipation est pourtant encore l’un des moins connus de l’histoire littéraire. Tandis que quelques études pionnières ont déjà mis en valeur la richesse de l’œuvre de Maurice Renard, de très nombreux aspects restent à explorer. Ce dossier vise à interroger le rôle fondateur attribué à Maurice Renard, en proposant une étude historique du « merveilleux-scientifique », qui analyserait la manière dont il s’inscrit dans son époque.

De nombreux axes d’études sont envisageables. La réflexion pourra s’appuyer notamment sur les pistes suivantes :

• Renard et l’anticipation : quelle relation Renard entretient-il avec le genre qu’on n’appelle pas encore « anticipation » ? Quels sont les modèles qu’il adopte, ceux qu’il rejette ? Comment ses récits s’inscrivent-ils dans la production littéraire de son temps ?

• Renard théoricien du merveilleux scientifique : du « merveilleux logique » au « roman d’hypothèse », comment la réflexion de Renard évolue-t-elle ? Comment s’articule-t-elle aux récits écrits à la même époque ? Comment ces nouvelles catégories sont-elles accueillies par les contemporains de Renard ?

• Renard dans l’actualité scientifique de son temps : comment le savoir scientifique s’inscrit-il dans les récits d’anticipation ? En quoi ceux-ci font-ils écho aux discours de l’époque sur la science, sur les espoirs, les interrogations et les craintes qu’elle suscite ?

• Renard dans la vie littéraire : dans quels cercles Renard évoluait-il ? Comment son amitié avec Charles Derennes (Le Peuple du pôle), Rosny Aîné ou Jean Ray enrichit-elle notre compréhension du merveilleux scientifique ? Quels rapports Renard entretenait-il avec ses éditeurs et les revues où paraissaient ses récits ?

• Approche historiographique : quelle image de Maurice Renard l’histoire littéraire a-t-elle construite ? En quoi les lectures récentes qui sont faites de son œuvre diffèrent-elles de la réception contemporaine ? Héros de La Brigade chimérique de S. Lehman et F. Colin, qui consacre à la fois sa gloire et sa défaite au regard de la postérité, que représente Maurice Renard aujourd’hui ?

• Les adaptations de Maurice Renard. Le Docteur Lerne, Le Péril bleu et surtout Les Mains d’Orlac ont donné lieu à des films et téléfilms, des années 1920 à aujourd’hui : quelles lectures de Maurice Renard sont proposées dans ces adaptations ?

• Les genres de Maurice Renard : si, comme le souligne Jean-Baptiste Baronian, « il est hasardeux de coller des étiquettes strictes sur les œuvres de Maurice Renard où, la plupart du temps, se combinent merveilleux, surnaturel, anticipation et énigme policière », quels sont les effets esthétiques de cette hybridation générique ?

• Renard et la littérature populaire. Aujourd’hui souvent présenté comme un « romancier populaire », Renard a pourtant commencé sa carrière d’écrivain dans la prestigieuse revue du Mercure de France. En quoi Renard pourrait-il relever du roman populaire, en quoi y échappe-t-il ? Comment était-il lu et par quels lecteurs ?

• Pour une poétique générale de Maurice Renard. Certaines caractéristiques de son œuvre, qui dépassent la division entre les genres et assurent l’unité de l’œuvre, mériteraient d’être étudiées : en quoi l’œuvre de Renard est-elle celle d’un moraliste ? Critiquée par ses contemporains pour son « manque de psychologie », son œuvre ne se veut-elle pas une étude de l’homme dans tous ses aspects ? Quels sont les effets de « la place assez large qu’il ménage au sexe dans ses récits » (P.-A. Touttain) et comment cet érotisme s’articule-t-il avec la poétique de l’anticipation, où celui-ci reste rare ? Quelles formes peut adopter l’humour de Maurice Renard et en quoi nourrit-il la signification des œuvres ?

Pistes bibliographiques sur Maurice Renard et l’anticipation

BaudouJacques, « Biographie de Maurice Renard », Romans et contes fantastiques, éd. Francis Lacassin, R. Laffont, coll. Bouquins, 1990, p. 1241-1247.

BréanSimon, La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature, Paris, PUPS, coll. Lettres Françaises, 2012.

ChabotHugues et Jérôme Goffette, « Maurice Renard sous le regard de la philosophie des sciences et de l’imaginaire », Alliage, Culture – Science – Technique, n° 60, juin 2007, p. 154-167.

ChaperonDanielle, « Du roman expérimental au merveilleux scientifique. Science et fiction en France autour de 1900 », Europe, n° 870, octobre 2001, p. 51-63.

DeméocqClaude, « Maurice Renard, maître du mystère et chantre du merveilleux scientifique », préface à Maurice Renard, Fantômes et fantoches, Paris, Fleuve Noir, coll. Bibliothèque du fantastique, 1999, pp. 13-102.

DesprésElaine, « L’Inquiétante science de la greffe chez Maurice Renard », Otrante, art et littérature fantastique,n° 26, dossier« Science et fantastique », dir. Hélène Machinal, Paris, Éditions Kimé, automne 2009, p. 55-68.

GouanvicJean-Marc, « Une “science-fiction moyenne” : Maurice Renard (1875-1939) » dans La Science-fiction française au vingtième siècle (1900-1968), Amsterdam, Rodopi, 1994, p. 81-130.

JaccaudFred, « Où la S-F naît enfin… avant de disparaître », Bifrost, La Revue des mondes imaginaires, no 50, mai 2008, p. 156-170.

Les Cahiers de l’imaginaire, n° 5, « Maurice Renard romancier et théoricien du merveilleux scientifique », dir. Jacques Baudou, septembre 1981.

Van HerpJacques, « Maurice Renard scribe des miracles », Fiction, n° 28, mars 1956, p. 107-110.

Vas-DeyresNatacha, Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, Paris, Champion, 2012.

Vient de paraître, no 41, avril 1925, numéro spécial « Maurice Renard ».

  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org