Navigation – Plan du site
Les utopies de Michel Houellebecq

Les utopies de Michel Houellebecq : hybridation générique et poétique de l’ailleurs

Marc Atallah

Résumés

Introduction au numéro de ReS Futurae consacré à l’œuvre de Michel Houellebecq.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

XXe siècle ; XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Depuis la publication de son premier roman en 1994, Extension du domaine de la lutte, la critique dans son ensemble n’a eu de cesse de prendre Michel Houellebecq comme sujet de ses enquêtes, si bien qu’à chaque nouvelle parution en librairie, on observe une recrudescence de colloques, d’articles et d’essais cherchant tous à déceler les aspects encore inédits de la prose houellebecquienne – ou à en blâmer vertement les facilités. D’aucuns affirmeront que la posture provocatrice du personnage public ou la nature scandaleuse de ses textes y seraient pour quelque chose (le critique rejoindrait alors symboliquement ce qu’il critique, c’est-à-dire la capacité du romancier à « surfer sur la vague » ou, autrement dit, à jouer avec l’actualité et les médias) ; or il est légitime de penser que si Houellebecq est aussi savamment étudié, aussi patiemment décortiqué, c’est en raison de la capacité de son œuvre à ne pas se laisser rapidement épuiser, ainsi que de la complexité des dispositifs narratifs et des innovations stylistiques que l’écrivain imagine livre après livre. En effet, et ce n’est pas moins vrai dans le domaine de la science-fiction que dans celui de la littérature en général, un auteur talentueux se reconnaît – du moins à l’égard des stratégies de légitimation que nous acceptons consensuellement – par la stimulation que ses écrits arrivent à induire chez son lecteur, en particulier chez le lecteur professionnel appartenant à ce « tout petit monde » représenté par le milieu académique ; nous n’écrivons pas sur les romans de Houellebecq parce que nous pouvons écrire sur eux, mais parce qu’il y a ce quelque chose qui, en eux, nous oblige, d’une certaine manière, à prendre la plume et à réfléchir à ce qu’ils configurent subtilement. Nous comprenons ainsi que la grande force du natif de Saint-Pierre, c’est qu’il semble nous sommer de nous exprimer : son dire est une incitation impérative à dire, sa prose, une invitation expresse à l’exégèse. Assurément, et même si Houellebecq agace parfois, il n’en demeure pas moins qu’il parvient à interroger – avec une habileté ô combien déconcertante – notre vision du monde et à faire surgir des questions que le débat sociétal ou les analyses intellectuelles n’aiment pas forcément se poser. Pour le dire autrement, le succès critique de Michel Houellebecq provient sans nul doute du fait que sa littérature soit « apocalyptique » (dans le sens étymologique du terme) : elle révèle la dimension peu reluisante d’une société libérale postmoderne qui se fantasme à l’aune d’un futur – techno-économique – épanouissant, alors que cette même société aurait peut-être meilleur temps d’inspecter, pragmatiquement, l’impact socio-anthropologique de ses principes de fonctionnement et des valeurs qui y sont associées.

  • 1 Il est complexe, voire impossible de faire état de toutes les positions théoriques qui cherchent à (...)
  • 2 Ces miroirs représentés par les utopies/dystopies proposent en effet des représentations servant à (...)

2Au moment d’amorcer ce dossier, j’avais en tête non de traiter la dimension proprement science-fictionnelle des romans de Michel Houellebecq (elle n’est ni systématique ni intéressante si on la déconnecte du reste de l’œuvre), mais d’inciter les chercheurs à réfléchir aux relations se tissant entre lesdits romans et la tradition utopique, elle-même à l’origine d’un des genres constitutifs de l’imaginaire narratif humain, soit le genre conjectural. Les textes du corpus houellebecquien ne recourent en effet à certains topoï et fonctionnements de la science-fiction (clones, catastrophe planétaire, extrapolation inversée, segments didactiques, xéno-encyclopédie, mot-fiction) que pour instituer des utopies, au sens le plus littéral du terme : il y a pléthore de « lieux de nulle part » dans les œuvres de l’ancien ingénieur agronome, des espaces, dont la clôture est manifeste, qui auraient dû sacrer le bonheur humain mais qui, prouvant à quel point Houellebecq a fait sienne la leçon de l’utopie narrative classique – leçon qui, selon moi, et pour me positionner dans le débat sur l’utopie1, s’appuie sur la propriété de réversibilité des systèmes sémiotiques et conduit à accepter que toute utopie est, ontologiquement, une dystopie – ne peuvent faire autre chose que de conduire les hommes (plus précisément les clones ou les néo-humains, mais ces figures ne sont que les métaphores remotivées, respectivement, du narcissisme post-moderne ou du refus de l’individualité) à se découvrir aliéné et, par extension, malheureux. Il est clair pour tout lecteur, même peu assidu, de Michel Houellebecq que, dès Extension du domaine de la lutte, le lauréat du Goncourt 2010 n’a jamais cessé de créer – au niveau diégétique – des hétérotopies matérielles ou spirituelles fermées sur elles-mêmes qui, pour l’exégète, doivent être interprétées comme des systèmes utopiques/dystopiques au sein desquels se diffractent et se réfléchissent la condition de l’homme postmoderne et l’aliénation sise au cœur de notre société libérale contemporaine. Que sont en effet la boîte de nuit apparaissant dans Extension du domaine de la lutte, l’espace abstrait où vivent les néo-humains qui racontent l’histoire des Particules élémentaires (1998), le club de vacances dédié à l’hédonisme maximal qui fait fantasmer le protagoniste de Plateforme (2001), les cellules monastiques qui privent les clones de La Possibilité d’une île (2005) de tout contact avec l’extérieur, ou encore la maison de campagne où se réfugie le personnage principal à la fin de La Carte et le territoire (2010), si ce n’est des utopies ? Il s’avère que ces « lieux de nulle part », bien loin d’être de simples artifices littéraires – ce sont plutôt les stratégies textuelles qui les instituent (en l’occurrence l’utilisation de topoï science-fictionnels) qui sont artificielles –, rejoignent la longue tradition des récits qui, depuis l’Utopia de Thomas More publié en 1516, s’ingénient à fabriquer un miroir réflexif à la fois herméneutique et heuristique2 qui renvoie une image distanciée et déformée – donc ironique – de la société à partir de laquelle ces utopies sont formées, c’est-à-dire, dans le cas qui nous occupe ici, la société libérale d’aujourd’hui.

3Toutefois, au niveau pragmatique, Michel Houellebecq ne limite pas sa prose à la seule dimension réflexive, puisque dans certains de ses romans – principalement Les Particules élémentaires, La Possibilité d’une île et Soumission (2015) –, il adopte les lieux communs ou les formes typiques de la science-fiction, mais en les « remotivant », c’est-à-dire en les investissant d’un ensemble de traits sémantiques inédits : le style chirurgical des Particules, par exemple, est dû à des néo-humains qui se sont débarrassés de leur individualité. En ce sens, en « jouant » avec les codes des traditions esthétiques auxquelles il s’affilie, l’écrivain français légitime une lecture autoréflexive de son œuvre, autorisant le lecteur à prendre de la distance face à ces mêmes traditions esthétiques ; lire Michel Houellebecq, c’est donc également lire la manière dont ce dernier se positionne face à la tradition science-fictionnelle et la manière dont il s’en distingue. Pour le dire autrement, et contrairement à de nombreux écrivains, Houellebecq, d’une part, emprunte motifs et procédés aux traditions discursives de l’utopie et de la science-fiction pour critiquer, grâce à l’hybridation générique qu’il manie avec rigueur, le fondement utopique d’une Modernité libérale qui, en raison de sa nature utopique, peut se lire, dans le même temps, comme dystopique. D’autre part, ces mêmes processus de récupération et d’hybridation conduisent Houellebecq à prendre de la distance face aux motifs et procédés empruntés pour contribuer à densifier la lecture que nous en faisons : la thématique du clone, après La Possibilité d’une île, ne peut plus être perçue comme elle l’était auparavant. Et le titre de ce dossier prend alors tout son sens : l’hybridation générique à l’œuvre dans les romans houellebecquiens est un des procédés d’une poétique spécifique, que l’on pourrait appeler, en raison de la nature de l’hybridation préconisée, « poétique de l’ailleurs ».

4Les cinq articles qui ont été réunis dans ce numéro de ReS Futurae analysent, chacun avec leur sensibilité propre et leur méthodologie spécifique, les dispositifs textuels complexes imaginés par Michel Houellebecq, afin d’en dégager les propriétés constitutives. Pour ouvrir ce dossier, Agathe Lechevalier propose de réfléchir, en s’appuyant sur une analyse de l’effet de distanciation propre à instaurer un ailleurs « poétique », aux liens entretenus par l’œuvre de Michel Houellebecq à la tradition science-fictionnelle d’une part et, d’autre part, plus généralement, au rapport tissé entre réalisme et science-fiction. Alice Bottarelli et Colin Pahlisch interrogent certaines des fonctions du choix opéré par Michel Houellebecq de recourir aux lieux communs utopiques et science-fictionnels : cette intertextualité, pour les deux chercheurs, ne semble en effet pas d’abord être utilisée pour instituer un monde autre ou futuriste, mais sert, au niveau autoréflexif, à réfléchir à la fonction de ces « effets de genre » dont le romancier est particulièrement friand et, au niveau réflexif, à penser la virtualisation postmoderne du lien social. Puis, Françoise Campbell démêle l’ambiguïté de l’écriture houellebecquienne qui, pour certains critiques, serait ouvertement utopique alors que pour d’autres, elle serait avant tout dystopique ; la chercheuse démontre alors comment, dans La Possibilité d’une île, Michel Houellebecq déconstruit les représentations classiques de l’utopie afin de construire une complexité inédite – et autoréflexive –, en l’occurrence une complexité visant à critiquer les modèles autant sociaux qu’utopiques que l’écrivain entremêle dans ses romans. L’exploitation à des fins d’analyse de la notion d’« artefact littéraire » permet à Simon Bréan de questionner le procédé dont, dans La Possibilité d’une île, Michel Houellebecq se sert pour créer une fiction qui n’a de cesse de se disqualifier elle-même et, par extension, d’impliquer le lecteur dans une lecture critique de son présent, seul lieu où la vie est réelle. Finalement, Hua Hu analyse la prégnance de la tradition utopique chez ce dernier, mais une tradition que l’écrivain a auparavant débarrassé du politique : l’utopie houellebecquienne se fait dès lors scientifique, artistique ou sexuelle et, en raison du ton satirique avec lequel elle est traitée au sein du récit, devient ambiguë et énigmatique.

  • 3 Je remercie chaleureusement Agathe Lechevalier pour ses conseils précieux sur les différentes tenda (...)

5Ces contributions montrent que l’habileté de Michel Houellebecq s’origine entre autres dans sa maîtrise incontestable – mais contestée – des codes utopiques et science-fictionnels, ces mêmes codes qui, aujourd’hui encore, sont très souvent utilisés au premier degré par maints romanciers. C’est pour apporter une perspective peu exploitée par la critique actuelle, que ce dossier a été conçu. En effet, et dans l’attente du prochain volume des Cahiers de l’Herne dirigé par Agathe Lechevalier (parution prévue début 2017) qui, en réunissant de nombreux articles sur Michel Houellebecq, promet à la fois une synthèse et des pistes de réflexion inédites sur l’œuvre du romancier français, Res Futurae a voulu réfléchir à la manière dont Houellebecq intègre des éléments qui ressortissent aux traditions discursives de l’utopie et de la science-fiction, et développe – sur un plan à la fois sémiotique et poétique – des points de vue peu traités par la critique actuelle. Dans cette dernière, trois tendances théoriques peuvent majoritairement être identifiées3 : une tendance biographico-psychanalytique (Clément et Wesemael, 2007, 2011) qui tend, entre autres, à penser les liens entre Houellebecq et d’autres penseurs ou écrivains (Chabert, 2002 ; Steiner, 2009 ; Viard, 2008, 2013a, 2013b) ; une tendance qui aborde l’œuvre du romancier sulfureux par le biais philosophique ou anthropologique (Morrey, 2013), en particulier en étudiant ses rapports au posthumanisme ou à la postmodernité (Moraru, 2008 ; Granger Rémy, 2010 ; Ellis, 2014) ; finalement, une tendance, au croisement de la poétique et de la sociologie de la littérature, qui analyse la posture de l’auteur (Meizoz, 2003 ; Turin, 2012) ou sa poétique (Baroni, 2014, 2016 ; Buchweitz, 2015). Faisant la part belle à l’intergénéricité et l’autoréflexivité, aux liens entre réalisme, science-fiction et utopie, ce dossier permettra donc d’apporter de nouvelles pistes de réflexion sur une œuvre complexe et protéiforme, miroir de notre temps et des représentations fictionnelles constitutives de notre imaginaire.

Haut de page

Bibliographie

Arrabal Fernando, Houellebecq, trad. Luce Arrabal, Paris : Le Cherche midi, 2005.

Atallah Marc, « Expérimenter une vie sans fin », in Versants : Revue Suisse des littératures romanes, vol. 52, 2007, p. 53-72.

Atallah Marc, « Le souhait secret d’une verticalité. L’œuvre de Michel Houellebecq : entre modernité et postmodernité », in Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas, Danièle André, Bordeaux (dir.), Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone (1950-2010), Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2014, p. 103-110.

Bardolle Olivier, La Littérature à vif (Le Cas Houellebecq), Paris : L’Esprit des péninsules, 2004.

Baroni Raphaël, « La Guerre des voix. Critique polyphonique et divergences interprétatives dans l’œuvre de Michel Houellebecq », COnTEXTES, Varia [en ligne], 10 octobre 2014, [consulté le 22 décembre 2016], URL : http://contextes.revues.org/5979

Baroni Raphaël, « Comment débusquer la voix d’un auteur dans sa fiction ? Une étude de quelques provocations de Michel Houellebecq », in Arborescences : revue d’études françaises, n° 6, 2016, p. 72-93.

Baroni Raphaël et Estier Samuel, « Peut-on lire Houellebecq ? Un cas d’illisibilité contemporaine », in Fabula [en ligne], janvier 2016, [consulté le 22 décembre 2016], URL : http://www.fabula.org/lht/16/baroni-estier.html

Bellanger Aurélien, Houellebecq écrivain romantique, Paris : Léo Scheer, 2010.

Boileau Gilles, « Communion of the Flesh. Original Sin According to Michel Houellebecq », in Australian Journal of French Studies, vol. 50, n° 3, novembre 2013.

Buchweitz Nurit, An Officer of Civilization. The Poetics of Michel Houellebecq, Bern : Peter Lang, 2015.

Chabert George, « Michel Houellebecq – lecteur d’Auguste Comte », in Revue Romane, 37/2, 2002, p. 187-204.

Chemin Ariane, « Six Vies de Michel Houellebecq 3/6 : Le procès verbal », in Le Monde, rubrique « L’été en séries », 20 août 2015.

Clément Murielle Lucie, Houellebecq, sperme et sang, Paris : L’Harmattan, 2003.

Clément Murielle Lucie, Houellebecq revisité. L’Écriture houellebecquienne, Paris : L’Harmattan, 2007.

Clément Murielle Lucie et Wesemael Sabine van (dir.), Michel Houellebecq sous la loupe, Amsterdam : Rodopi, 2007.

Clément Murielle Lucie et Wesemael Sabine van (dir.), Michel Houellebecq à la une, Amsterdam/New York : Rodopi, 2011.

Estier Samuel, À propos du « style » de Houellebecq. Retour sur une controverse (1998-2010), Lausanne : Archipel Essais, vol. 21, 2015.

David Michel, La Mélancolie de Michel Houellebecq, Paris : L’Harmattan, 2011.

Demonpion Denis, Houellebecq, non autorisé : enquête sur un phénomène, Paris : Maren Sell Éditeurs, 2005.

Ellis Susannah, « Communautés (im)mortelles ? La politique posthumaine à l’œuvre dans les textes de Michel Houellebecq », in Elaine Després & Hélène Machinal (dir.), PostHumains. Frontières, évolutions, hybridité, Rennes : PUR, 2014, p. 137-152.

Genon Arnaud, « Approches de Houellebecq », in Acta fabula, vol. 9, n° 3, [en ligne], mars 2008, [consulté le 22 décembre 2016], URL : http://www.fabula.org/revue/document4020.php.

Grass Delphine, « Domesticating Hierarchies, Eugenic Hygiene and Exclusion Zones : The Dogs and Clones of Houellebecq’s La Possibilité d’une île », in L’Esprit créateur, vol. 52, n° 2, été 2012, p. 127-140.

Guiader Vincent, « L’extension du domaine de la réception. Les appropriations littéraires et politiques des Particules élémentaires de Michel Houellebecq », in Isabelle Charpentier (dir.), Comment sont reçues les œuvres. Actualité des recherches en sociologie de la réception et des publics, Paris : Créaphis, 2006, p. 177-190.

Korthals Altes Liesbeth, « Slippery Author Figures, Ethos and Value Regimes – Houellebecq, A Case », in Gillis Jan Dorleijn, Ralf Grüttemeier et Liesbeth Korthals Altes (dir.), Authorship Revisited. Conceptions of Authorship around 1900 and 2000, Louvain/Paris : Walpole/Peeters, 2010, p. 95-117.

Maris Bernard, Houellebecq économiste, Paris : Flammarion, 2014.

McCann John, Michel Houellebecq Author of our Times, New York: Peter Lang, 2009.

Meizoz Jérôme, « Le roman et l’inacceptable (Polémiques autour de Plateforme de Michel Houellebecq) », in Études de lettres, n° 3-4, décembre 2003, p. 125-148.

Meizoz Jérôme, « “Postures” d’auteur et poétique (Ajar, Rousseau, Céline, Houellebecq) », in Vox Poetica, [en ligne], [consulté le 22 décembre 2016], URL : http://www.vox-poetica.org/t/articles/meizoz.html

Meizoz Jérôme, « “Écrire, c’est entrer en scène” : la littérature en personne », in COnTEXTES, [en ligne], 10 février 2015, [consulté le 22 décembre 2016], URL : http://contextes.revues.org/6003

Moor Louise, « Posture polémique ou polémisation de la posture ? Le cas de Michel Houellebecq », in COnTEXTES, [en ligne], 7 avril 2012, [consulté le 22 décembre 2016], URL : http://contextes.revues.org/4921

Moraru Christine, « The Genomic Imperative : Michel Houellebecq’s The Possibility of an Island », in Utopian Studies, vol. 19, n° 2, 2008, p. 265-283.

Morrey Douglas, Michel Houellebecq: Humanity and its Aftermath, Liverpool: Liverpool University Press, 2013.

Noguez Dominique, Houellebecq, en fait, Paris : Fayard, 2003.

Granger Rémy Maud, Le Roman posthumain, Saarbruck : Éditions Universitaires Européennes, 2010.

Schober Rita, « Vision du monde et théorie du roman, concepts opératoires des romans de Michel Houellebecq », in Bruno Blanckeman, Aline Mura-Brunel et Marc Dambre (dir.), Le Roman français au tournant du xxie siècle, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 505-515.

Snyman Elisabeth, « The Possibility of an Island or the Double Bind of Houellebecq’s Apocalypse : When the End is not the End », in Literator, n° 29, 2008, p. 25-45.

Steiner Liza, Sade-Houellebecq, du boudoir au sex-shop, Paris : L’Harmattan, 2009.

Studer Olivia, Aspects de la séparation dans l’œuvre de Michel Houellebecq, Saarbruck : Éditions Universitaires Européennes, 2014.

Sweeney Carole, Michel Houellebecq and the Literature of Despair, Londres : Bloomsbury, 2013.

Turin Gaspard, « “Il faudrait que je meure ou que j’aille à plage”. Effets de posture et soupçon de bonne foi dans Présence humaine de Houellebecq et Burgalat », in Fixxion, n° 5, [en ligne], 2012, [consulté le 22 décembre 2016], URL : http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/article/view/fx05.06/655

Van Treeck Christian, La Réception de Michel Houellebecq dans les pays germanophones, Frankfurt am Main : Peter Lang, 2014.

Viard Bruno, Houellebecq au laser. La Faute à Mai 68, Nice : Ovadia, 2008.

Viard Bruno, Littérature et déchirure de Montaigne à Houellebecq : étude anthropologique, Paris : Classiques Garnier, 2013a.

Viard Bruno, Les Tiroirs de Michel Houellebecq, Paris : Presses Universitaires de France, 2013b.

Vella David, « The Houellebecq Cure. All Malady Will End in the Neohuman », in Gender Forum [en ligne], n° 28, 2010, [consulté le 22 décembre 2016], URL : http://www.genderforum.org/issues/engageing-questions/the-houellebecq-cure-all-malady-will-end-in-the-neohuman/

Wesemael Sabine van, Michel Houellebeq : Le Plaisir du texte, Paris : L’Harmattan, 2005.

Wesemael Sabine van, « L’esprit fin de siècle dans l’œuvre de Michel Houellebecq et de Frédéric Beigbeder », in Sjef Houppermans, Christine Bosman Delzons et Danièle de Runter-Tognotti (dir.), Territoires et terres d’histoires. Perspectives, horizons, jardins secrets dans la littérature française d’aujourd’hui, Amsterdam/New York : Rodopi, 2005, p. 13-38.

Wesemael Sabine van (dir.), Michel Houellebecq, Amsterdam/New York : Rodopi, 2004.

Wesemael Sabine van et Viard Bruno (dir.), L’Unité de l’œuvre de Michel Houellebecq, Paris : Classiques Garnier, 2013.

Wittmann Jean-Michel, « Michel Houellebecq : entre individualisme postmoderne et décadence fin de siècle », in Roman 20/50, n° 56, décembre 2013, p. 169-176.

Haut de page

Notes

1 Il est complexe, voire impossible de faire état de toutes les positions théoriques qui cherchent à cerner ce qu’est l’utopie narrative classique, en particulier si l’on considère l’utopie comme un « espace à délimiter [qui est un] carrefour épistémique, esthétique et sémiotique, où s’entrecroisent les multiples voies de l’histoire des idées. À ce titre, les enjeux sémantiques de l’utopie relèvent aussi bien de la littérature que de l’idéologie, de la philosophie que de la métaphysique, de l’économie politique que de la sociologie » (Allemand Roger-Michel, L’Utopie, Paris : Ellipses, 2005, p. 5-6, coll. « Thèmes et études »). Néanmoins, il me semble important de citer quelques essais qui ont contribué à alimenter le débat sur l’utopie et qui, tous à leur manière, ont développé des perspectives – philosophiques, sociologiques, sémiotiques ou sémantiques – visant à comprendre l’irréductibilité d’une notion séculaire. Ces autres perspectives sont celles de : Baczko Bronislaw, Lumières de l’utopie (1978), Paris : Payot & Rivages, 2001, coll. « Critique de la politique ») ; Faye Éric, Dans les laboratoires du pire. Totalitarisme et fiction littéraire au XXe siècle, Paris : José Corti, 1993 ; Morgan Nicole, Le Sixième continent. L’Utopie de Thomas More. Nouvel espace épistémologique, Paris : Vrin, 1995, coll. « De Pétrarque à Descartes) ; Trousson Raymond, Sciences, techniques et utopies. Du paradis à l’enfer, Paris: L’Harmattan, 2003, coll. « Utopies »; Jameson Fredric, Archaeologies of the Future. The Desire Called Utopia and Other Science Fictions (2005), Londres/New York: Verson, 2007, coll. « Literary Criticism » ; Stébé Jean-Marc, Qu’est-ce qu’une utopie ?, Paris : Vrin, 2011, coll. « Chemins philosophiques » ; Atallah Marc, » Utopie et dystopie : les deux sœurs siamoises », in Bulletin de l’Association F. Gonseth. Institut de la méthode, juin 2011, p. 17-27.

2 Ces miroirs représentés par les utopies/dystopies proposent en effet des représentations servant à dévoiler (heuristique) et interpréter (herméneutique) le monde.

3 Je remercie chaleureusement Agathe Lechevalier pour ses conseils précieux sur les différentes tendances de la critique houellebecquienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Atallah, « Les utopies de Michel Houellebecq : hybridation générique et poétique de l’ailleurs », ReS Futurae [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 28 décembre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://resf.revues.org/877 ; DOI : 10.4000/resf.877

Haut de page

Auteur

Marc Atallah

Marc Atallah est directeur de la Maison d’Ailleurs (musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires) et maître d’enseignement et de recherche à la Section de français de l’Université de Lausanne. Ses recherches portent principalement sur les littératures conjecturales (utopie, dystopie, voyages imaginaires, science-fiction) et sur les théories littéraires (théories des genres, théories de la fiction). Il est l’auteur de nombreux articles et a co-édité plusieurs ouvrages :

L’Homme-machine et ses avatars, Paris, Vrin, 2011.

Souvenirs du Futur. Les Miroirs de la Maison d’Ailleurs, Lausanne, PPUR, 2013.

Pouvoirs des jeux vidéo, Goillon, infolio, 2015.

Portrait-Robot ou Les multiples visages de l’humanité, Lausanne, Favre, 2015.

L’Art de la science-fiction, Chambéry, ActuSF, 2016.

Pop Art, mon Amour. L’Art de Tadanori Yokoo et des mangas, Lausanne, PPUR, 2016.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org