Navigation – Plan du site
Les utopies de Michel Houellebecq

Houellebecq à l’encontre ou au centre de l’utopie ? Une analyse de l’ambivalence utopique dans La Possibilité d’une île

Françoise Campbell

Résumés

La relation entre le genre utopique et l’œuvre de Michel Houellebecq est aussi évidente que déconcertante. Écartelés entre des mondes présents et futurs, et rapportés par des voix différentes et souvent antagonistes, ses récits manifestent une attirance vers l’ailleurs. Pourtant ses textes, qui sont caractérisés par une critique acerbe de la société actuelle, jouent sur la possibilité-même d’imaginer un monde meilleur au-delà de notre présent. Pour mieux saisir la signification critique de cette ambivalence, cette étude se concentre sur La Possibilité d’une île et explore comment Houellebecq se situe simultanément à l’encontre et au centre de la tradition du genre utopique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

XXe siècle ; XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1La relation entre le genre utopique et l’œuvre de Michel Houellebecq est aussi évidente que déconcertante. Écartelés entre des mondes présents et futurs, et rapportés par des voix différentes et souvent antagonistes, ses récits manifestent une attirance vers l’ailleurs. Pourtant ses textes, qui sont caractérisés par une critique acerbe de la société actuelle, jouent sur la possibilité même d’imaginer un monde meilleur au-delà de notre présent. En proposant la représentation de sociétés futuristes et fantastiques, cet auteur introduit un paradigme qui désoriente son lecteur, et qui accorde une place déterminante à l’incertitude et à l’ambiguïté. Comme Bruno Viard le remarque, lire Houellebecq « c’est écouter ces deux voix narratives si opposées, au lieu de n’écouter que celle qu’on préfère, et tenter d’interpréter une contradiction aussi patente et aussi dérangeante » (Viard, 2013, p. 13). Pour mieux saisir la signification critique de cette ambivalence dans le cadre de représentations utopiques, cette étude se concentre sur La Possibilité d’une île et explore comment Houellebecq se situe simultanément à l’encontre et au centre de la tradition du genre utopique.

2Tout d’abord, il est nécessaire de souligner que l’interprétation de l’utopie chez cet écrivain provocateur demeure problématique pour de nombreux lecteurs de ses œuvres. Un nombre croissant de critiques partage l’avis que ses romans dépeignent une projection manifestement négative de la société, tandis que d’autres interprètent ces mêmes textes comme une expression de l’idéalisme de leur auteur.Selon Sabine van Wesemael, Houellebecq assume le titre du « prince des contre-utopies » (Wesemael, 2005b, p. 91). Carole Sweeney, d’autre part, observe que les propositions utopiques de ses textes n’offrent pas de résolution, laissant le lecteur sans aucun espoir (Sweeney, 2013, p. 181). En revanche, Dominique Noguez identifie Houellebecq comme un défenseur de l’utopie (Noguez, 2003, p. 16). Toutefois, certains critiques se situent à l’écart de cette opposition, soumettant une interprétation qui souligne la nature paradoxale et troublante de ses textes. Jean-Baptiste Lavigne note que l’utilisation du mode satirique distingue Houellebecq en tant que « dystopiste qui ne s’ignore pas » (Lavigne, 2010, p. 475). Jean-Paul Engélibert décrit ses représentations énigmatiques comme la réalisation nihiliste « d’une utopie concrète qui est en même temps la négation de l’utopie » (Engélibert, 2013, p. 61). L’article qui suit tente de mettre en lumière la divergence critique et interprétative de l’utopie chez un auteur qui a suscité des publications sur les « aspects de la séparation », ainsi que sur « l’unité » de la même œuvre (Studer, 2014 ; Wesemael et Viard, 2013).

3Dans La Possibilité d’une île, Houellebecq nous offre la représentation de deux mondes à travers les commentaires de ses trois narrateurs, Daniel1, Daniel24 et Daniel25. Le récit de Daniel1 décrit une société contemporaine où le protagoniste se trouve affligé par les contradictions et les angoisses du monde capitaliste. Daniel24 et Daniel25 pour leur part habitent dans le futur imaginaire d’un monde post-humain. Délaissant la représentation uniforme d’une critique réaliste, cette partie de l’intrigue évoque une société post-apocalyptique où l’espèce humaine défaillante a été remplacée par une race de néo-humains génétiquement modifiés. Grâce à ce récit aux points de vue alternés, Houellebecq énonce la représentation d’un nouveau monde, tout en explorant la possibilité, ainsi que l’impossibilité d’un avenir meilleur.

4La plupart des critiques sur ce roman se concentrent sur l’échec apparent du monde néo-humain comme la preuve d’un discours anti-utopique de la part de l’auteur. Pourtant, il est intéressant de noter que plusieurs études reconnaissent la persistance d’une contradiction dans le cadre utopique qui trouble la certitude d’une lecture au premier degré. Sweeney admet que la fin du roman inclut un moment de résistance, qui remet en question sa conclusion (Sweeney, 2013, p. 180). De plus, Elisabeth Snyman propose que l’utopie de ce texte se transforme en dystopie, car les néo-humains ne représentent qu’une phase intermédiaire (Snyman, 2008, p. 25). Par son analyse de la base idéologique de la société néo-humaine, Marc Atallah montre comment la présence d’une contradiction apparente peut en fait dévoiler la puissance critique de ces représentations, analysant la relation entre croyance et science en tant que forces inséparables dans l’esprit utopique (Atallah, 2007, p. 58). L’article qui suit s’appuie sur ces études en réexaminant l’impossibilité de l’utopie dans La Possibilité, en commençant avec une exploration des définitions et origines de la littérature utopique.

  • 1 Citation originale : « If we are hungry, we dream of a full stomach. If we are sexually frustrated, (...)

5La forme utopique tire son origine de l’Utopie de Thomas More, un récit se déroulant sur une île idéale et irréelle. Ce texte remplit la double fonction d’analyser la société contemporaine de son auteur, tout en dépeignant une alternative imaginaire. L’Utopie a été accompagné par la publication d’une gamme de textes utopiques qui sont apparus pendant la Renaissance, une période de découvertes, où les frontières du monde étaient encore fluides, et ouvertes à toutes les possibilités. Ces textes représentaient la réalisation d’un nouveau modèle social où les désirs de l’humanité se trouveraient comblés. Selon Lyman Tower Sargent, le fondateur du Journal of Utopian Studies, ce genre varié trouve ses origines dans la tendance de l’humanité à désirer et à imaginer comment assouvir ses désirs1 (Sargent, 1994). Sargent définit l’utopie comme n’importe quelle « société imaginaire décrite de manière détaillée et généralement située dans un espace et un temps définis » (Sargent, 2005, p. 15). Le mot utopie est un néologisme latin issu du nom grec topos, qui veut dire « terre », et du préfixe négatif ou- qui signifie « non » ou « ne pas ». Le mot utopie se traduit donc par « nulle part ». La translation du grec au latin effectuée par More, a supprimé le o du ou et a ainsi créé une ambiguïté sur le sens du terme, qui est souvent lu comme l’eutopie, qui signifie « bon lieu » à partir du préfixe eu- ou bon (Vieira, 2010, p. 4). Ainsi, l’utopie est souvent confondue avec l’eutopie, ou l’utopie positive, qui présente au lecteur contemporain une alternative « considérablement meilleure que la société dans laquelle il vit » (Sargent, 2005, p. 15). Il existe encore un antagonisme entre ces deux mots qui joue sur cette incertitude pour suggérer l’impossibilité d’un monde meilleur.

  • 2 Citation originale : « Utopia forms the concrete expression of a moment of possibility, which is ho (...)

6L’impossibilité est donc entrée dans la définition du mot utopie, qui est souvent entendu comme l’imagination d’un rêve chimérique, sans aucune possibilité de réalisation dans la vie pratique (Cioranescu, 1972, p. 20). Wunenburger décrit les utopies comme des « copies en creux du réel » qui rompent avec l’ordre existant (Wunenburger, 1979, p. 65). D’autre part, Stephen Bann explique qu’une utopie façonne l’expression concrète d’un moment de possibilité, qui est cependant annihilée par le fait même d’être énoncée2 (Bann et Kumar, 1993, p. 1). En outre, Fredric Jameson propose que l’utopie représente une méditation sur l’impossible et sur l’irréalisable en tant que tels (Jameson, 2005, p. 232). Ainsi, la définition de l’utopie indique qu’elle est non seulement irréalisable, mais peut-être même indésirable, révélant la présence d’un paradoxe fondamental au sein de ce concept énigmatique.

  • 3 Pour une liste exhaustive de définition des genres et sous-genres utopique, voir : Sargent, 2005, p (...)

7Dans son essai influent, « Of Islands and Trenches », Jameson note une dérive des récits utopiques dans les années 1960 : la description jusqu’alors de l’état parfait et réalisé est remplacée par la représentation d’un processus inachevé, à l’état d’espoir et de potentiel, mais pas encore réalisé (Jameson, 1977, p. 11). Au cours des siècles, le genre utopique a été catalogué en une série de sous-genres et de formes diverses. Ceci inclut : les utopies, les dystopies, les anti-utopies, ainsi que les utopies et dystopies critiques, pour n’en nommer que les principaux3. Apparue au dix-huitième siècle, la littérature dystopique évoque une projection sociale qui est considérablement pire que la société de son époque. Cette catégorie repose souvent sur des représentations négatives des événements à venir, comme une apocalypse. Les textes dystopiques sont souvent lus comme des anti-utopies, où la situation spatiale et temporelle offre « une critique de l’utopisme ou d’une utopie particulière »(Sargent, 2005, p. 15). Ainsi, les anti-utopies manifestent la dénonciation de l’esprit utopique.

  • 4 Citation originale : « The central problem with most approaches to utopianism is the attempt to use (...)

8Les analyses récentes de la littérature utopique font état d’une tendance croissante vers l’hybridité générique, l’autoréflexivité, ainsi que la déconstruction formelle et narratologique du texte (Baccolini, 2000 ; Moylan, 2000). Ces pratiques rendent la catégorisation de ces œuvres de plus en plus difficile, conduisant les théoriciens comme Sargent à conclure que les termes tels qu’utopique et dystopique ne fonctionnent plus dans le contexte actuel (Sargent, 1994, p. 7). Tom Moylan a, quant à lui, développé la nouvelle catégorie de la dystopie critique pour décrire les textes qui font place à une combinaison de modèles utopiques et dystopiques au sein du même roman. Les dystopies critiques se distinguent des dystopies classiques non seulement par cette hybridation de formes, mais aussi par leur ouverture finale, qui au-delà de la dernière page, redonne une lueur d’espoir au lecteur (Moylan, p. 199). Sargent reconnaît ces nouvelles classifications, mais continue de souligner l’importance du développement d’un nouveau vocabulaire pour la description des pratiques littéraires changeantes. En outre, il montre que le problème central de nombreuses études sur l’utopisme est l’utilisation d’une seule dimension pour expliquer un phénomène multidimensionnel4 (Sargent, 1994, p. 3).

9La variété et l’antagonisme des interprétations utopiques, dystopiques et anti-utopiques dans les romans de Houellebecq démontrent la nécessité d’aborder une nouvelle approche pour mieux saisir la complexité de ses textes. En suivant la recommandation de Sargent, cette étude utilisera une approche multivalente, fondée sur la théorie de la « neutralisation » introduite par Louis Marin dans son œuvre Utopiques : Jeux d’espaces, (Marin, 1973) pour enquêter sur l’ambivalence de l’utopie dans La Possibilité. Les valeurs d’une telle méthode proviennent de la nature approfondie et compréhensive du travail de Marin qui est ancré dans la théorie utopique, et qui continue à inspirer des critiques instructives sur le genre utopique (Jameson, 1977, 2005). En choisissant l’œuvre de Marin plutôt que celles qui l’ont suivie, l’analyse qui va suivre se concentrera sur les aspects formels des représentations utopiques de ce texte en tant que figurations discursives, dans l’espoir d’ouvrir de nouvelles pistes de lectures.

10Le concept de la neutralisation chez Marin reprend un des thèmes clés pour les théoriciens critiques, figurant dans les écritures de Roland Barthes, Maurice Blanchot, Emmanuel Kant, et Edmund Husserl, ainsi que beaucoup d’autres. Marin s’appuie notamment sur Critique de la Raison pure de Kant pour élaborer sa définition du terme neutre comme « Ni oui ni non, ni vrai ni faux, ni l’un ni l’autre » (Marin, 1973, p. 20). Il propose que dans la formulation d’un argument, il existe un « troisième terme », le neutre, qui se situe entre les « jugements affirmatifs » et « jugements négatifs », demeurant hors de l’opposition (Marin, 1973, p. 37). Cette notion est bien évoquée par le jeu de mots présent dans le terme « utopie », car par l’omission d’une seule lettre, l’utopie de More est capable de signifier simultanément ce qui est bien et ce qui est absent, l’absence du bien, et le bien dans l’absent. C’est ce que Marin appelle le processus de « neutralisation » (Marin, 1973, p. 20-21).

11Marin propose une analyse poststructuraliste du récit de More qui encourage ses lecteurs à « [mettre] en évidence l’effet de jeu de la fiction, [et] une fois dégagés les procès discursifs de la fiction utopique » pour explorer la nature plurielle et contradictoire du texte (Marin, 1973, p. 23). Selon Marin, le discours du neutre permet une ré-imagination de la société contemporaine qui met en cause le régime social en place, tout en dévoilant sa propre implication dans ce contexte idéologique. En utilisant le neutre comme méthode d’analyse de la littérature utopique, Marin explique que ce discours « met en scène, ou donne à voir une solution imaginaire, ou plutôt fictive, des contradictions » (p. 9). Ainsi, ce cas de figure permet au lecteur de remettre en question l’opposition d’une contradiction réelle pour mettre en doute le système qui les maintient en place. Donc, le neutre peut se définir comme la relation entre deux parties opposées, mais aussi en tant que l’opposé du système de différenciation. Comme Marin l’explique, « le neutre fait ainsi surgir cette idée paradoxale d’une partie d’un tout qui serait hors du tout » (p. 30).

12En adoptant la notion d’utopie comme un processus de neutralisation, cette analyse examine comment Houellebecq met en valeur le caractère ambivalent de l’utopie dans un texte qui réinterprète et revitalise les traditions de ce genre littéraire. Nous nous proposons d’examiner les représentations utopiques dans La Possibilité comme la construction d’un discours critique, plutôt que de les considérer comme la représentation d’un modèle statique ou parfait. Cette approche permet ainsi de mettre en évidence la façon dont Houellebecq réinterprète les traditions du genre utopique, tout en dégageant la dimension critique de ses fictions.

13Tout d’abord nous examinerons comment aussi bien la critique de la société contemporaine que les aspects fondamentaux du monde néo-humain se rattachent aux formes traditionnelles du genre utopique. Ensuite, nous analyserons la déconstruction de la perspective critique au fil du texte pour évoquer le nouveau modèle social comme la représentation paradoxale d’une dystopie. À partir de ce point, nous nous concentrerons sur le conflit idéologique essentiel du roman, en explorant la dissolution de la société néo-humaine, et la persistance de l’esprit utopique à travers la quête de Daniel25. Nous soutiendrons que l’ambiguïté du discours utopique dans La Possibilité renforce la fonction critique du texte, mettant en valeur les limitations de la représentation utopique elle-même. Ainsi, nous affirmons l’appartenance du récit houellebecquien à une nouvelle vague générique de textes utopiques, tout en révélant une nouvelle clé de lecture pour les œuvres de son auteur.

14Comme point d’ancrage du roman, le narrateur joue en général un rôle important dans les textes utopiques en apportant une perspective critique. La Possibilité offre les récits de trois narrateurs différents qui sont intimement liés, car ce sont des avatars du même protagoniste et tous portent le nom de Daniel. Ce stratagème permet à l’auteur d’effectuer une neutralisation en leur attribuant des points de vue conflictuels. La narration initiale est effectuée par Daniel1, un humoriste célèbre qui se nourrit de l’observation des aspects les plus banals et répugnants de la vie contemporaine. La narration de Daniel1 est entrecoupée par celle de Daniel24, son clone néo-humain dont l’occupation principale est de lire et de commenter le « récit de vie » de Daniel1. Le commentaire de Daniel24 est une critique directe de la narration du premier Daniel, qui médite souvent sur le futur possible, ou plutôt impossible, de l’humanité. Le troisième narrateur, Daniel25, apparaît après le suicide de Daniel24, permettant à cette nouvelle voix narrative de critiquer non seulement les narrateurs précédents et leurs anciens systèmes sociaux, mais aussi la société néo-humaine de Daniel25.

15La nature plurielle de ce roman se développe à partir des racines classiques de la fiction utopique. Dans le récit de More, la critique du présent est contrastée et renforcée par l’imagination de l’alternative utopique. Les deux parties du récit sont présentées séparément dans le texte (bien que l’ordre dans lequel elles doivent être lues demeure un objet de débat).Marin explique que les tomes un et deux de l’Utopie établissent « les deux pôles contraires de tout récit » à travers lesquels « tout un réseau d’indices et de signaux sont ainsi disposés pour ancrer le récit dans l’histoire » (Marin, 1973, p. 60). La forme du texte permet à More de mettre en place une opposition entre l’utopie et le monde réel, qui constitue la base de sa perspective critique.

16Comme la plupart des protagonistes houellebecquiens, Daniel1 offre une critique sévère de son monde contemporain, qu’il décrit comme un lieu de dissolution morale. Daniel1 est un humoriste, dont les sketches permettent d’évaluer le monde en termes de ses pratiques élémentaires. Ce « balzacien medium light » autoproclamé (PI, p. 148), définit son ère par la précellence de la consommation, expliquant que « rien, dans aucune autre civilisation, à aucune autre époque, ne pouvait se comparer à la perfection mobile d’un centre commercial contemporain fonctionnant à plein régime » (p. 30). Pourtant, cette perfection matérialiste est accompagnée d’une croissance d’immoralité. Ainsi le plus grand succès de la carrière de Daniel1 provient de sa réalisation d’une série de films hyper-violents et sexuels, aux titres délibérément provocateurs tels qu’« ON PRÉFÈRE LES PARTOUZEUSES PALESTINIENNES » (p. 45), ou « PARACHUTONS DES MINI-JUPES SUR LA PALESTINE ! » (p. 47). Daniel1 attribue la popularité de ses films à la prédominance de l’économie sur la vie, qui se traduit par « la mise à mort de la morale » (p. 49), et l’« exaltation permanente de la volonté du moi » (p. 50). Le narrateur n’est pas non plus exempt de la valorisation de cette polémique individualiste, car Daniel1 avoue que « l’attitude humoristique dans la vie, c’est de pouvoir se comporter comme un salaud en toute impunité » (p. 23). Le monde capitaliste est ainsi dépeint comme la dissolution de tous les liens sociaux, sauf ceux qui appartiennent au système économique.

17La critique du présent est poussée plus loin quand Houellebecq nous montre que le modèle de société actuel s’avère avoir des conséquences négatives sérieuses pour Daniel1 et pour l’humanité de son époque en raison de l’extension du domaine capitaliste au champ de compétition sexuel. En vantant la jeunesse, ce système crée une nouvelle hiérarchie, si bien que la barrière de l’âge devient un obstacle infranchissable pour Daniel1 qui doit lutter pour garder sa jeune partenaire Esther en utilisant des stimulants sexuels, tels qu’une « crème allemande récemment mise sur le marché » (PI, p. 201). Cette intervention artificielle lui permet en quelque sorte, de changer momentanément les règles du jeu entre l’« homo economicus » et l’« homo sexualis », comme le dit Wesemael (2005a, p. 90), pour atteindre des « joies infinies » (PI, p. 202). Pourtant, ce rapport se trouve à nouveau bouleversé lorsqu’Esther a professionnellement plus de succès que le Daniel vieillissant. Les descriptions de leur relation en tant que « paradis » (p. 203) sont remplacées par celles de « l’enfer » (p. 309). Pour Daniel1, l’amour devient « une hémorragie » (p. 309), car, « dans le monde moderne on pouvait être échangiste, bi, trans, zoophile, SM, mais il était interdit d’être vieux » (p. 209). Ainsi l’auteur représente l’amour comme « inéluctablement mortel[le] » (p. 173), accouplant les images du désir et de la mort dans son texte. Dans la tradition du genre utopique, Houellebecq dépeint le rejet d’une souffrance sociale, et son protagoniste aspire donc à un nouveau monde idéal où la mort serait vaincue.

18Sa rencontre avec des Elohimites procure un élément moteur dans sa vie, et un moment décisif dans l’intrigue du récit. Cette secte qui émane d’une religion qu’Atallah appelle « scientifico-spirituelle », croit à l’avènement d’une nouvelle espèce immortelle engendrée grâce au progrès technoscientifique (Atallah, 2007, p. 61). En contraste avec la critique décadente du monde contemporain, cette communauté représente non seulement « une deuxième chance » pour Daniel1, mais « une troisième chance ; ou des chances multiples à l’infini » (PI, p. 346). Guidés par un prophète, les Elohimites suivent un régime « crétois », et pratiquent la notion « d’amour non-possessif », ce qui les fait surnommer « les Très Sains » (p. 116) par Daniel1. Leur enseignement propose l’atteinte d’un nouvel état d’intelligence, de bonheur, suivi de « conditions d’absolue sécurité physique » (p. 318), qui leur permettrait ainsi de « voguer vers l’ailleurs absolu » (p. 317). Ainsi, la rencontre de Daniel1 avec la secte Elohimite, qui est basée sur la quête de l’immortalité, semble offrir la possibilité d’une solution idéale pour notre protagoniste, donc l’entrevue d’une utopie.

19Les récits de Daniel24, offrent une introduction du monde néo-humain qu’ont fondé les Elohimites, et qui représente la réalisation de l’utopie. Dans cette nouvelle société, chaque néo-humain se reproduit par clonage, et son interaction avec d’autres néo-humains se réduit à un échange intermittent par l’intermédiaire d’un réseau de vidéos. Daniel24 explique que, pour ces êtres, les nuits « ne vibrent plus de terreur ni d’extase », leur permettant de traverser la vie « sans joie et sans mystère », dans un état où « le temps [les] paraît bref » (PI, p. 11). Cette description évoque la vie néo-humaine comme un vide uniforme et statique, qui contraste fortement avec la représentation des souffrances et des joies de Daniel1. Les émotions contradictoires de son prédécesseur demeurent insondables pour le néo-humain qui s’engage dans « une activité mentale résiduelle, détachée de tout enjeu, orientée vers la connaissance pure » (p. 371).

20La pureté de cette espèce est juxtaposée à la représentation des derniers vestiges de l’espèce humaine, les « sauvages ». Daniel24 invite les lecteurs à regarder « les petits êtres qui bougent dans le lointain » avant de révéler que « ce sont des hommes » (PI, p. 26). Ce commentaire effectue une distanciation des humains par rapport au lecteur, pour qui l’humanité est devenue presque méconnaissable. Daniel24 décrit les humains primitifs comme aliénés et menaçants, expliquant qu’il n’exprime « aucune pitié, ni aucun sentiment d’appartenance commune » pour cette espèce, qu’il considère « simplement » comme « des singes un peu plus intelligents, et de ce fait plus dangereux » (p. 26). La représentation de ce cette espèce introduit une opposition binaire dans le texte, qui renforce la différenciation des néo-humains comme des êtres supérieurs. Jusqu’à ce point, le roman semblerait donc suivre le modèle d’une utopie classique.

21Cependant, Daniel24 ne se contente pas d’une vie apparemment heureuse car il passe ses jours à lire et à commenter le récit de vie de son prédécesseur avec ce qu’il appelle une « évidente neutralité du réel » (PI, p. 440), pour mieux comprendre « l’humanité dans ses faiblesses, ses névroses, et ses doutes » (p. 154). Cette activité évoque l’espèce néo-humaine comme un être transcendantal, faisant rappel à la notion du neutre de Marin. Grâce à leurs vies isolées et statiques les clones houellebecquiens représentent une solution utopique de chacune des plaies sociales de Daniel1, et ils incarnent une sorte de neutralisation des contradictions et des malheurs humains. Les néo-humains eux-mêmes sont asexuels, représentant donc une forme neutre de l’humanité. Ces êtres personnifient « le neutre », comme « ni l’un ni l’autre […] ni masculin ni féminin, donc hors genre », comme Marin l’explique (1973, p. 27). Les néo-humains ne correspondent à aucune conception de genre humain, et ainsi se trouvent hors du champ sexuel. En outre, la consécration de leur vie à la lecture des « récits de vie » est nécessaire pour la transmission de la personnalité du prédécesseur aux clones successifs. Cette capacité d’abstraction réflexive renvoie à la construction de l’utopie comme pôle contraire du monde réel décrit par Marin.

22Daniel1 explique que ce système de transmission a été introduit suite à sa remarque qu’une telle narration pouvait lui apporter « [un] apaisement réel, mais faible, [une] sensation de lucidité partielle » (PI, p. 341). Cette pratique permet alors aux néo-humains de tester et d’évaluer le monde précédent ainsi que le système qui le maintenait en place. Ainsi, le monde néo-humain fonctionne dans le roman comme l’opposé de la société humaine de Daniel1, offrant alors une alternative utopique. Pourtant, au cours de la narration des néo-humains, cette capacité réflexive elle-même dévoile la persistance de contradictions dans ce nouveau monde, qui met en question la désirabilité de ce paradigme social. Il faut donc examiner la nature dystopique de la société néo-humaine pour pouvoir explorer le caractère aussi ambigu qu’illusoire de la notion d’utopie avec la dissolution de cette espèce à la fin du texte.

23Malgré sa représentation d’un monde immortel, ce roman a été classifié comme une dystopie par la plupart des critiques. Liza Steiner décrit la représentation de l’espèce néo-humaine comme une utopie qui devient « synonyme de suppression des passions » (Steiner, 2009, p. 18). Daniel24 explique que pour les néo-humains, les émotions humaines sont absentes sous toutes les formes. Il déclare que « les joies de l’être humain [leur] restent inconnaissables, ses malheurs à l’inverse ne peuvent les découdre » (PI, p. 11). Christine Moraru remarque que cette nouvelle espèce a renoncé à la communauté par l’abolition du désir comme une raison d’être fondamentale (Moraru, 2008, p. 269). Elle explique que les néo-humains n’ont nul besoin d’établir des liens interrelationnels, et constituent ainsi une communauté paradoxale d’isolement. Les quelques interactions personnelles de Daniel24 se limitent à une liaison informatique avec un autre clone, Marie22, qu’il appelle son « interlocutrice la plus assidue » (PI, p. 138). Leurs échanges consistent en des messages en forme de poèmes suivis d’une série de nombres qui révèlent une négation du langage même. Cette « connexion » souligne paradoxalement l’isolement des clones qui, comme Moraru l’observe, représente une déliaison radicale du mot et de sa signification (Moraru, 2008, p. 278).

24L’avènement de l’immortalité est aussi mis en cause par la société néo-humaine. Atallah explique que pour les Elohimites, « l’éternité n’est pas réalisée afin de remplir une tâche religieuse, mais, bien au contraire, d’une part, pour perpétuer une société libérale idéalisant la jouissance individuelle, et d’autre part, pour anéantir la possibilité même de vieillir » (Atallah, 2007, p. 68). La mort fait partie d’un cycle de renouvellement naturel, pour les néo-humains qui ont été conçus comme une espèce transitoire dont les générations se succèdent rapidement « comme les pages d’un livre qu’on feuillette » (PI, p. 164), en attendant l’avènement des « Futurs ». Vella suggère que pour le néo-humain, si la mort entendue comme la fin de la vie a été surmontée, la mort demeure dans le cadre de la vie (Vella, 2010, p. 5). Alors, dans cette société imaginaire, l’immortalité existe en tant qu’intégration de la mortalité à la vie. La création de l’espèce néo-humaine, ainsi introduit une tension paradoxale dans le roman, car la réalisation de l’immortalité offre une extrapolation négative des maux sociaux du monde humain.

25Dans La Possibilité, Houellebecq présente une forme qui mêle les récits du présent et du futur, la réalité et la fiction, et ainsi crée de nouvelles valences antagonistes entre les différents modèles sociaux de son roman. La narration se trouve perpétuellement confrontée à l’interprétation de l’autre possibilité et vice versa, et la position du narrateur est sans cesse remise en question. Cette ambivalence narrative devient particulièrement évidente dans les commentaires de Daniel25, où le narrateur remarque que certains éléments de l’écriture de Daniel24 « aurai[en]t pu être attribué[s] sans difficulté à Daniel1, [son] lointain ancêtre, plutôt qu’à l’un de ses successeurs néo-humains » (PI, p. 179). Cette observation amoindrit les différences de perspective des Daniel, et révèle la persistance des échos de la voix humaine dans les paroles du néo-humain.

  • 5 Citation originale : « The aliens – utopians, monsters, or simply differing strangers – are a mirro (...)

26Le personnage du clone néo-humain incarne ce que Darko Suvin appelle le « novum », qui introduit la nouveauté dans les textes utopiques ainsi que de science-fiction pour créer une distinction entre univers réaliste et imaginaire. Le novum permet la transformation du monde réaliste, car, comme l’explique Suvin, les « autres » – utopiens, monstres ou tout simplement les étrangers – sont un miroir de l’homme, tout comme le pays différent est un miroir de son monde. En outre, Suvin souligne que ce miroir est non seulement une réflexion, mais qu’il est aussi un moyen de transformation5 (Suvin, 1979, p. 5). Cette théorie a été soutenue aussi par Jameson qui met l’accent sur le rôle du novum comme l’outil de défamiliarisation, qui permet au lecteur de restructurer la perception de son présent (Jameson, 2005, p. 286). Comme Milner l’explique, c’est par la reconnaissance de l’aliénation et la tentative de lui donner un sens que la science-fiction permet une critique de la réalité sociale (Milner, 2012, p. 23) Ainsi, le clone se trouve simultanément exclu et engagé dans le monde réel. Le clone de Houellebecq dévoile cette interdépendance, car Daniel25 critique l’incapacité de Daniel24 à garder « une suffisante distance critique » (PI, p. 179), dénonçant ainsi l’implication du sous-texte référentiel dans l’imagination de la société néo-humaine.

27De plus, le contraste entre les mondes humain et néo-humain est troublé, car l’élimination du désir laisse les néo-humains affligés par une inapaisable « nostalgie du désir » (PI, p. 416). Ce qui distingue cette nostalgie dans ce cas est la double nature de son effet d’éloignement de l’objet du désir (Vella, 2010, p. 4). Le narrateur désire non seulement quelque chose qu’il ne peut pas atteindre, mais aussi le désir de la sensation du désir pour l’objet inatteignable. Cette envie reflète la souffrance des humains âgés décrits par Daniel1, pour qui « non seulement le désir sexuel ne disparaît pas, mais il devient avec l’âge de plus en plus cruel, de plus en plus déchirant et insatiable, […] [il] devient, et c’est peut-être encore pire, cosa mentale, et désir du désir » (PI, p. 312). La suppression de l’émotion de la psyché néo-humaine, analogue à l’exclusion du champ sexuel pour les humains vieillissants, signifie que le processus du désir n’a pas de voie de soulagement dans ce nouveau monde, constituant donc une boucle de désir éternel. Houellebecq crée alors les bases pour le désir du désir, ce qui mène à l’inversion de la perspective critique du roman.

28Ce paradoxe représente le paroxysme de l’ambivalence du roman. Le néo-humain de Houellebecq existe en tant que l’opposé critique de l’humanité, et non comme la réalisation idéale de ses désirs. Ce texte révèle les limites de la société néo-humaine, car le troisième narrateur, Daniel25, s’enfuit de son univers pour retrouver les sentiments humains dont il a été dénué génétiquement. Ainsi, Houellebecq inverse le paradigme utopique de son texte pour transformer ce modèle en dystopie, exposant la persistance des contradictions. Cette transformation dévoile la présence de deux discours opposés à travers la représentation de la société néo-humaine, révélant ainsi la perméabilité de la barrière entre utopie et dystopie, dramatisant cette relation antagoniste dans le cadre du roman.

29L’interlocutrice de Daniel24, Marie22 est aussi victime de cette même nostalgie du désir. Elle comprend le désespoir des humains vieillissants et, de plus, elle éprouve « une certaine commisération pour les sauvages » (PI, p. 162). Ce personnage se fait porteur de compassion et d’espoir dans le roman, car Daniel24 remarque que Marie22 va « jusqu’à envisager que leur destin aurait pu être différent, et qu’ils auraient pu, dans certaines circonstances, connaître une fin moins tragique » (p. 162). En outre, ses interactions avec Marie22 lui permettent de faire naître une lueur d’émotion au fond de lui-même. Il avoue que dans ses messages « il en est certains qui relèvent de l’affectif bien plus que du cognitif, ou du propositionnel. Sans aller jusqu’à éprouver pour elle ce que les humains qualifiaient du nom de désir, [il a] pu parfois [se] laisser brièvement entraîner sur la pente du sentiment » (p. 163). Malgré la qualification douteuse de « désir » et « sentiment » qui différencie le narrateur de son prédécesseur, Houellebecq met en question la certitude de la représentation d’une société basée sur la « liberté d’indifférence » (p. 367), pour ainsi renouveler la possibilité d’une quête utopique hors du monde néo-humain.

30Enfin, Marie23 s’engage dans la même lutte que ses prédécesseurs, en cédant à son désir et s’enfuyant du monde néo-humain pour rejoindre une paradoxale et « hypothétique communauté néo-humaine » (p. 423). Cette quête est inspirée par la lettre finale de Daniel1 à Esther, dans laquelle le narrateur médite sur un état d’amour tranquille qui existe « au milieu du temps » et « Où tout est donné dans l’instant », et qu’il désigne comme « La possibilité d’une île » (p. 424). Cet extrait, répétant le titre du roman, représente l’imagination de la réalisation de tous les désirs de Daniel1. L’épilogue du roman nous raconte le voyage de Daniel25 qui abandonne le monde néo-humain en quête de Marie23. Dès ce point de la narration, le récit de Daniel1 apporte alors une lueur d’espoir aux néo-humains qui cherchent à revenir à la condition humaine. Cette fuite effectue une déconstruction de l’opposition entre le monde contemporain et la société néo-humaine pour faire place à l’imagination d’un nouvel ordre de bonheur qui fait place à une neutralisation de l’utopie elle-même. Comme Marin l’explique « L’Utopie de More n’est ni l’Angleterre ni l’Amérique, ni l’Ancien ni le Nouveau Monde, mais l’entre-deux de la contradiction historique […] l’expression théorique du discours utopique » (Marin, 1973, p. 9). Ainsi, la représentation des modèles sociaux dans La Possibilité d’une île peut être lue non comme la description d’un monde statique, mais plutôt comme l’exploration et l’expérimentation de l’esprit utopique, qui demeure le thème récurrent de ce texte.

31En franchissant la barrière protectrice du monde néo-humain, Daniel25 admet que son voyage sera « un échec, et probablement un suicide » (p. 428), mais cette probabilité doit être reconnue comme une condition lui permettant de « vivre davantage » (p. 375). Ainsi, c’est en acceptant « un certain fatalisme, lié à la conscience de [sa] propre immortalité » (p. 466), que Daniel25 est capable d’approfondir sa connaissance de la vie. Après la mort de Fox, qui est brutalement tué et mutilé par les sauvages, Daniel25 subit sa première expérience du deuil, ce qui lui permet de conclure « maintenant avec certitude qu’[il] avai[t] connu l’amour, puisqu’ [il] connaissai[t] la souffrance » (p. 458). Ainsi, cette vision de l’amour, définie par le chagrin, révèle la persistance de l’opposition entre la mort et la vie, et entre le plaisir et la souffrance, qui se renforcent mutuellement dans l’univers de Houellebecq. Ainsi, comme John McCann l’explique, en dépassant l’humain, Houellebecq nous permet d’apprécier notre humanité (McCann, 2009, p. 9-10).

32Dans les dernières pages du roman, le narrateur se retrouve submergé par un flot de conflits et de contradictions. Ainsi, comme Snyman l’explique, l’apocalypse humaine ne représente pas une fin, mais le début d’une phase intermédiaire (Snyman 2008, p. 25). Cette antinomie laisse les personnages de Houellebecq face à une double contrainte, car les néo-humains essaient de rétablir le monde de leurs prédécesseurs humains. À la fin de son voyage, Daniel25 se trouve sur une plage dépeuplée du monde post-apocalyptique. Dans cet endroit vague, il voit la surface des nuages « comme une simple modulation de l’horizon, un tremblement de lumière ». Le paysage lui apparaît comme « un chapelet de mares et d’étangs à l’eau presque immobile, séparés par des bancs de sable ; tout était baigné d’une lumière opaline, égale… » (PI, p. 469). La description de cette plage évoque une uniformité d’images où l’espace devient sans limite et où le temps s’arrête. Ainsi, Houellebecq suggère la réalisation littérale de l’abstraction du « nulle part » de l’utopie. Pourtant, l’île rêvée par Daniel1, d’où est tiré le titre du roman, demeure hors-champ, car « la couche nuageuse, très dense, ne permettait le plus souvent pas de distinguer le ciel » (p. 470).

33Face à l’infini de la mer, Daniel25 conclut que « le bonheur n’était pas un horizon possible » (p. 474). L’île utopique apparaît comme inaccessible, devenant plutôt une impossibilité pour les personnages de Houellebecq. C’est ainsi que le néo-humain se résigne à son destin inachevé, entrant « dans un espace paisible dont seul [s]’écarterait le processus létal » (p. 474). Picard-Drillien voit dans la mort éventuelle de Daniel25 une « dissolution de l’être » (Picard-Drillien, 2007, p. 188) qui symbolise l’échec du modèle des néo-humains houellebecquiens. Pourtant, cette interprétation signale aussi la nature passagère du discours utopique.

34La notion d’un monde utopique au-delà de l’apocalypse met en cause la représentation traditionnelle d’une critique binaire entre l’établissement de l’ordre et de la résistance, qui devient alors dynamique et irrésolue. La Possibilité révèle une vision de l’apocalypse comme un processus continuel, où la désillusion d’un ordre est simultanément la création d’un nouvel ordre. Engélibert propose que la négativité d’une catastrophe imminente « est un ferment d’utopie ». En ce sens, l’apocalypse peut être lue comme la preuve de la nature neutre de l’utopie houellebecquienne, où la fin d’un monde permet l’imagination d’un autre. Comme Engélibert l’explique, « l’utopie indique toujours au moins négativement ce qu’il a fallu abattre pour en finir avec la domination : ce qu’elle exclut est ce qu’il fallait détruire pour qu’elle voie le jour » (Engélibert, 2013, p. 17). Cette double contrainte d’un discours post-post-apocalyptique récuse la nécessité et le potentiel des récits de résolution. En outre, la conclusion de ce roman laisse le lecteur sur un sentiment d’inachèvement, car Daniel25 se détourne du monde néo-humain, ainsi que celui des sauvages, pour regarder vers de nouveaux horizons.

35Se baignant dans la mer, le protagoniste se trouve au milieu de l’espace et du temps, « sous le soleil comme sous la lumière des étoiles » (PI, p. 474). La vie de Daniel25, comme celle de ses prédécesseurs, est un phénomène éphémère exprimé par le constat du narrateur à la fin du roman : « J’étais, je n’étais plus » (p. 474). La dissolution de son existence évoque ainsi la désillusion, car la fantaisie de l’utopie est reléguée dans le domaine de l’impossible. L’utopie de Houellebecq ne peut pas être cartographiée dans ce livre, mais, pourtant, elle demeure possible dans la représentation imaginaire du poème de Daniel1. Cette conclusion représente ainsi la représentation de l’ambivalence contradictoire du discours utopique, qui demeure l’élément absent du récit, « troisième terme » du discours pour reprendre les mots de Marin (Marin, 1973, p. 37).

  • 6 Citation originale : « The best Utopias are those that fail the most comprehensively » (Jameson, 20 (...)

36Le retour aux émotions humaines présente une double déconstruction du modèle utopique, car la société néo-humaine se disperse. L’utopie est alors représentée comme l’objet d’une quête qui apparaît seulement sous une forme poétique, suggérant un univers irréel impossible à atteindre, et qui rappelle que l’utopie ne peut être qu’un modèle textuel. La société futuriste de Houellebecq dévoile ainsi la quête paradoxale de la raison à travers un monde imaginaire. En dépeignant la défaillance des néo-humains, l’utopie de Houellebecq peut être lue comme un échec, et ainsi une impossibilité, mais l’auteur lui-même avoue que « c’est dans l’échec, et par l’échec que se constitue le sujet » (PI, p. 138). Jameson explique qu’en fait les meilleures utopies sont celles qui échouent le plus complètement6 (Jameson, 2005, p. xiii). Par la représentation de l’échec de l’utopie, Houellebecq permet l’interrogation de la société actuelle, mais aussi de l’imagination utopique, réalisant une réinterprétation de la forme qui exprime l’incertitude et l’ambivalence de l’époque contemporaine. Ainsi la fin du roman permet-elle à Houellebecq de réitérer la question contenue dans le titre de son roman : l’énonciation de la possibilité d’une île recherchée par les trois protagonistes démontre simultanément son impossibilité. Mais cette ambivalence exprime en soi la nature utopique de ce roman, et la persistance du désir de l’utopie.

37Cette chimère demeure aussi lointaine pour les clones que pour leurs prédécesseurs. Pourtant, cette évocation poétique révèle la persistance de l’esprit utopique en –arrière-plan du récit. L’utopie devient, ainsi, le terme neutre du récit, restant la quête perpétuellement désirée, mais hors d’atteinte des protagonistes houellebecquiens. Houellebecq conçoit ainsi, une utopie ambivalente, racontant un récit qui renforce l’esprit utopique tout en dénonçant son impossibilité. En retournant à la description de Marin de l’« idée paradoxale d’une partie d’un tout qui serait hors du tout » (Marin, 1973, p. 30), cet article propose que Houellebecq se situe simultanément au milieu et à l’encontre de l’utopie, en démantelant la réalisation du modèle néo-humain dans son roman pour exposer la nature ambivalente au sein-même de l’utopie.

38Dans La Possibilité, Houellebecq apporte une nouvelle complexité au genre utopique en démultipliant les horizons du possible à travers le temps et l’espace. En juxtaposant divers modèles sociaux du présent et du futur pour mieux les comparer, il teste leurs limites à travers la mise en jeu des protagonistes. La pluralité et l’ambiguïté des voix narratives révèlent la présence d’une neutralité de l’écriture, qui remet en cause les perspectives critiques du texte. En outre, Houellebecq interroge la pratique utopique en dévoilant les limites du monde néo-humain, qui est représenté comme moins préférable que le monde humain. À travers sa représentation de la société néo-humaine, Houellebecq joue avec le modèle utopique textuel afin de réexaminer la simple inversion d’une idée utopique pour la transformer en dystopie. Ainsi, cette inversion effectue une neutralisation de la notion de l’utopie elle-même. En outre, en indiquant l’importance du désir dans une configuration qui dépend de l’élimination du désir, Houellebecq ne fait que souligner tous les paradoxes de cette ambivalence pour faire place à l’imagination d’un avenir meilleur. Cette réinterprétation de la forme permet une enquête plus profonde sur la nature de la littérature utopique elle-même, car ce roman puise dans la forme traditionnelle du genre, pour exposer les tendances utopiques et dystopiques du présent, et ainsi explorer leur opposition. En fin de compte, c’est l’appréciation de cette ambivalence même qui fait de Houellebecq un auteur si novateur dans ses contributions à la littérature utopique contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Atallah Marc, « Expérimenter une vie sans fin », in Versants : Revue Suisse des littératures romanes, vol. 52, 2007, p. 53-72.

Bann Stephen & Kumar Krishan, Utopias and the Millenium, Melksham : Redwood Press, 1993.

Baccolini Raffaella, « Breaking the Boundaries : Gender, Genre and Dystopia », in Per Una Definizione Dell’utopia : Methodologie E Discipline a Confronto, Boston : Rowman and Littelfield, 2000, p. 13-34.

Cioranescu Alexandre, L’Avenir du passé, Paris : Gallimard, 1972.

Engélibert Jean-Paul, Apocalypses sans royaume : Politiques des fictions de la fin du monde, Paris : Classiques Garnier, 2013.

Guttierrez Cathy et Schwartz Hillel, The End That Does Art, Science and Millennial Accomplishment, Londres: Equinox, 2006.

Houellebecq Michel, La Possibilité d’une île, Paris : Fayard, 2005, coll. « Livre de poche ».

Jameson Fredric, « Of Islands and Trenches: Neutralization and the Production of Utopian Discourse », in Diacritics, vol. 7, 1977, p. 2-21.

Jameson Fredric, Archaeologies of the Future : The Desire Called Utopia and Other Science Fictions, Londres : Verso, 2005.

Lavigne Jean-Baptiste, Entre réaction et l’utopie : Michel Houellebecq ou le paradoxe postmoderne, Université Savoie Mont Blanc, thèse soutenue en 2009, directeur de thèse : Kohlhauer Michaël.

McCann John, Michel Houellebecq author of our times, New York : Peter Lang, 2009.

Milner Andrew, Locating Science Fiction, Liverpool : Liverpool University Press, 2012.

Moraru Christine, « The Genomic Imperative : Michel Houellebecq’s The Possibility of an Island », in Utopian Studies, vol. 19, n° 2, 2008, p. 265-283.

Moylan Tom, Scraps of the Untainted Sky, Colorado : Westview Press, 2000.

Marin Louis, Utopiques : Jeux d’espaces, Paris : Éditions de minuit, 1973.

Noguez Dominique, Houellebecq, en fait, Paris : Fayard, 2003.

Picard Drillien Anne-Marie, « No Future ! Le Désistement mélancolique de Michel Houellebecq », in Clément Murielle Lucie et Wesemael Sabine van (dir.), Michel Houellebecq sous la loupe, Amsterdam : Rodopi, 2007, p. 185-199.

Pitault-Moreau Aurélie, L’Œuvre de Michel Houellebecq : Une observation critique de la société, Université de Tours, thèse soutenue en 2004, directeur de thèse : Leuwers Daniel.

Sargent Lyman Tower, « The Three Faces of Utopianism Revisited », in Utopian Studies, vol. 5, n° 1, 1994, p. 1-36.

Sargent Lyman Tower, « Pour une défense de l’utopie », in Diogène, n° 209, 2005, p. 11-17.

Snyman Elisabeth, « The Possibility of an Island or the Double Bind of Houellebecq’s Apocalypse : When the End is not the End », in Literator, n° 29, 2008, p. 25-45.

Steiner Liza, Sade-Houellebecq, du boudoir au sex-shop, Paris : L’Harmattan, 2009.

Studer Olivia, Aspects de la séparation dans l’œuvre de Michel Houellebecq, Saarbruck : Éditions Universitaires Européennes, 2014.

Suvin Darko, Metamorphoses of Science Fiction. On the Poetics and History of a Literary Genre, New Haven/Londres : Yale University Press, 1979.

Sweeney Carole, Michel Houellebecq and the Literature of Despair, Londres : Bloomsbury, 2013.

Wesemael Sabine van, « L’ère de vide », in Revue des Littératures de l’Union Européenne, n° 1, 2005a, p. 85-97.

Wesemael Sabine van, Michel Houellebeq : Le plaisir du texte, Paris : L’Harmattan, 2005.

Wesemael Sabine van et Viard Bruno (dir.), L’Unité de l’œuvre de Michel Houellebecq, Paris : Classiques Garnier, 2013.

Viard Bruno, Les Tiroirs de Michel Houellebecq, Paris : Presses Universitaires de France, 2013.

Vieira Fátima, « The Concept of Utopia », in Claeys Gregory (dir.), The Cambridge Companion to Utopian Literature, Cambridge : Cambridge University Press, 2010, p. 3-27.

Vella David, « The Houellebecq Cure. All Malady Will End in the Neohuman », in Gender Forum [en ligne], n° 28, 2010, [consulté en décembre 2016], URL : http://www.genderforum.org/issues/engageing-questions/the-houellebecq-cure-all-malady-will-end-in-the-neohuman/

Wunenburger Jean-Jacques, L’Utopie ou la crise de l’imaginaire, Paris : Éditions J.P. Delarge, 1979.

Haut de page

Notes

1 Citation originale : « If we are hungry, we dream of a full stomach. If we are sexually frustrated, we dream of sexual fulfillment. If we are frustrated by something in our society, we dream of a society in which it is corrected » (Sargent, 1994, p. 3-4).

2 Citation originale : « Utopia forms the concrete expression of a moment of possibility, which is however annihilated in the very process of being enunciated » (Bann & Kumar, 1993, p. 1).

3 Pour une liste exhaustive de définition des genres et sous-genres utopique, voir : Sargent, 2005, p. 15. Sargent propose une définition générale et inclusive de l’utopie, que j’adopterai tout au long de cette analyse. Les formes suivantes de l’utopie sont autoréflexives, et brouillent les lignes entre l’utopie et la dystopie. L’utopie critique montre une société meilleure, mais avec des difficultés qu’elle essaye de résoudre, et surtout elle « adopte une position critique par rapport au genre utopique » (p. 15). La dystopie critique présente une dystopie, mais qui inclut des éléments utopiques, ou qui exprime l’espoir que le monde dystopique puisse être « surmonté et remplacé par une eutopie » (p. 15-16).

4 Citation originale : « The central problem with most approaches to utopianism is the attempt to use a single dimension to explain a multi-dimensional phenomenon » (Sargent, 1994, p. 4).

5 Citation originale : « The aliens – utopians, monsters, or simply differing strangers – are a mirror to man just as the differing country is a mirror for his world. But the mirror is not only a reflecting one, it is also a transforming one, virgin womb and alchemical dynamo: the mirror is a crucible » (Suvin, 1979, p. 5).

6 Citation originale : « The best Utopias are those that fail the most comprehensively » (Jameson, 2005, p. xiii).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Campbell, « Houellebecq à l’encontre ou au centre de l’utopie ? Une analyse de l’ambivalence utopique dans La Possibilité d’une île », ReS Futurae [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 28 décembre 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://resf.revues.org/896 ; DOI : 10.4000/resf.896

Haut de page

Auteur

Françoise Campbell

Françoise Campbell est actuellement doctorante en cotutelle à l’école des langues et de la linguistique à l’Université de Melbourne, et à l’ED131 langue, littérature et image à l’Université de Paris 7 Diderot. Le sujet de sa thèse porte sur l’ambivalence de l’utopie dans l’œuvre romanesque de Michel Houellebecq.

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org