Skip to navigation – Site map
La science-fiction en Asie de l'Est

Harmonie, la critique d’un « totalitarisme mou » par un roman japonais

Thomas Michaud

Abstracts

The novel Harmony, by the Japanese author Project Itoh, addresses the theme of political resistance to a medical utopia realized. In the relatively near future, and after a terribly murderous nuclear war, the authorities have entrusted the organization of society to the medical community. Individuals are equipped with a technology that follows their health and prevents them from getting sick. Most diseases have been eradicated by this innovation, which also aims to purge Humanity of its destructive and bellicose tendencies. Young girls oppose this system according to a suicidal and terrorist rhetoric urging them to fight against a liberticidal "medicracy". This novel makes it possible to address the limits of innovations in the medical field. If the networking of medical data is supposed to improve the knowledge of diseases, it can also cause situations contrary to individual freedoms. The criticism of medicracy recalls the philosophy of Michel Foucault and his concept of biopolitics. The representations of this future without disease are part of the continuity of transhumanist and technopolitical discourses that announce for several decades the advent of what Lucien Sfez calls "the utopia of perfect health". The Japanese company is one of the most innovative in the world, as evidenced by the political will and the number of patents filed each year. It also regularly produces science fiction stories interviewing innovators about the ethics and morals of their discoveries and new products.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Japon

Chronological index :

XXIe siècle
Top of page

Full text

  • 1 En japonais, le terme wa 和désigne une situation de paix, d’harmonie sociale. Cette notion contribue (...)

1Cet article s’intéresse au roman de science-fiction japonaise de Satoshi Ito, alias Project Itoh(伊藤計劃), Harmonie1 (Hāmonīハーモニー) (2010). L’auteur de ce roman a aussi rédigé Genocidal Organ (2007) et un troisième livre inachevé, The Empire of Corpses. Il est mort d’un cancer à 34 ans en 2009. Ses livres ont fait l’objet d’adaptations cinématographiques. L’étude de cet ouvrage permet de constater de quelle manière la science-fiction japonaise participe à l’élaboration d’une culture globale dont la fonction est de représenter les thèmes du transhumanisme (Brown, 2010). Le cyberpunk japonais, ainsi que la culture populaire de ce pays, rencontrent un très large public au niveau global (Allison, 2006), contribuant à médiatiser certaines innovations technologiques et leur impact sur l’organisation sociale. Le roman Harmonie évoque une forme de néo-hygiénisme, faisant écho aux utopies médicales développées depuis le dix-neuvième siècle. Si l’utopie technologique et l’hygiénisme peuvent mener à une pensée totalitaire (Sfez, 1995), ils contribuent aussi à structurer une réflexion sur l’éthique souhaitable pour mettre au point et diffuser des innovations parfois révolutionnaires.

2L’action d’Harmonie se déroule dans un futur proche, après une guerre apocalyptique nommée le Maelstrom, qui avait débuté en 2019. Environ cinquante ans après la fin des hostilités, la médecine est devenue un élément central de la société, et veille à la régulation des individus. Les membres de cette société aseptisée, nommée « viviste », sont équipés d’un WatchMe, qui contrôle leur mode de vie et prévient les maladies :

3Les essaims de médicules que mon père et son collègue lâchèrent sur le monde éradiquèrent la vaste majorité des maladies de la surface du globe. Le système de surveillance interne homéostatique baptisé WatchMe surveillait la cohérence immunitaire et les cellules sanguines jusqu’au niveau des erreurs de transcription des ARN. Tout ce qui ne convenait pas était immédiatement supprimé. Le module médisoin, une petite usine pharmaceutique équipant chaque foyer, formulait en un rien de temps le cocktail de médicules nécessaire à l’élimination de toute substance pathogène présente dans les protéines sanguines. En l’espace de quelques millisecondes, le module ciblait la zone où elles étaient requises et y envoyait ses troupes. (Project Itoh, 2013, p. 40)

4Ce roman présente une société utopique, mais aussi à tendance totalitaire. Si les maladies sont éradiquées, certains individus refusent de vivre dans cette société et souhaitent la détruire. L’analyse de ce roman sera l’occasion d’étudier ce que Lucien Sfez (1995) nomme l’« utopie de la Santé Parfaite », c’est-à-dire un système de pensée envisageant une révolution médicale sous l’impulsion de politiques d’innovation dans le secteur des biotechnologies. Le roman a reçu plusieurs prix au Japon et le prix spécial du jury lors des Philip K. Dick Awards 2010. Son auteur est décédé d’un cancer en 2009, à l’âge de trente-quatre ans, alors qu’il finissait ce roman. Il luttait contre cette maladie depuis de nombreuses années, ce qui fut probablement une source d’inspiration pour envisager une société régie par la médecine.

5La description de ce qui est appelé la société « médico-industrielle » sera l’objet d’une étude approfondie. Le développement des biotechnologies conduit à un type de société qui pourrait devenir liberticide. Le vivisme est d’ailleurs comparé au nazisme dans certains passages du roman. Comme souvent, la science-fiction apporte une critique de la réalité et des politiques technoscientifiques. Le réseau mondial du roman Harmonie préfigure peut-être aussi une technologie révolutionnaire qui pourrait changer la médecine si elle devenait une réalité. Mais la critique de Project Itoh permet d’aborder une réflexion éthique sur le type de société généré par ce progrès technique.

6Dans un premier temps, cet article interrogera dans quelle mesure cette société est présentée dans le roman comme un rêve ou une utopie. Puis, il évaluera en quoi le discours des contestataires du vivisme révèle le risque de dérive totalitaire liée à une innovation. Enfin, il montrera que Project Itoh utilise son art pour critiquer la technophilie des sociétés développées et en particulier les conceptions du futur de la médecine japonaise. Il s’intéressera aux représentations de l’avenir d’une société globale de plus en plus influencée par les pays asiatiques et dans laquelle le Japon joue un rôle important, notamment dans le secteur médical.

Harmonie, ou l’utopie de la santé parfaite considérée comme un totalitarisme mou

7Dans la diégèse d’Harmonie, environ cinquante ans après la fin d’une guerre nucléaire, la médecine est devenue un élément central de la société, et veille à la régulation des individus. Elle définit la morale, en condamnant certains comportements assimilés à des péchés. La santé est devenue la préoccupation centrale des citoyens, au point de générer un totalitarisme mou menant certains membres de la société au suicide. L’organisation est cependant censée être infaillible et systématique, offrant une sécurité permanente contre la maladie :

L’admédistration vérifiait les données de votre WatchMe puis téléchargeait les éléments appropriés dans le module médisoin de votre domicile, qui produisait alors les substances nécessaires pour combattre le mal qui vous affectait (Project Itoh, 2013, p. 15).

8Si la surveillance des WatchMe élimine quasiment toutes les maladies, certains individus, comme une adolescente meilleure amie de l’héroïne, ne pensent qu’à provoquer le chaos et la fin d’un système qu’ils considèrent liberticide, ne laissant pas aux individus le choix d’en faire partie ou de le refuser. Après le Maelstrom, lors duquel de nombreuses bombes nucléaires ont explosé, presque tous les individus ont été touchés par le cancer : « Le monde entier n’était qu’une gigantesque maladie » (Project Itoh, 2013, p. 28). De nouveaux virus étaient aussi apparus, ce qui a provoqué la fin des sociétés capitalistes contrôlées par des entités gouvernementales au profit d’une société « de médico-providence organisée par des unités admédistratives ». Grâce au WatchMe, presque toutes les maladies ont été éradiquées et une nouvelle ère a débuté. Le père de l’héroïne du roman, Nuada Kirie, est l’inventeur de cette technologie révolutionnaire. Le titre de sa thèse clarifie son fonctionnement : « De la possibilité d’une surveillance sanitaire homéostatique à l’aide d’essaims de particules médicales (médicules) et de particules pharmacologiques plastifiées (médibases) » (Project Itoh, 2013, p. 29). Les maladies furent éradiquées quand le savant et un de ses collègues diffusèrent dans le monde des essaims de médicules. Dans ce futur, la gestion de la planète est confiée à une multitude d’admédistrations qui ont remplacé les Etats-nations. Elles défendent la médecine, la prévenance et la charité. Le vivisme constitue la philosophie politique de ce système :

Tendance politique ou politique officielle considérant que la préservation de la santé relève de la plus haute responsabilité d’une admédistration. Basée sur les sociétés de bien-être du XXIe siècle, elle implique dans les faits l’inclusion de tout adulte dans un réseau de surveillance sanitaire homéostatique, l’établissement d’un système de consommation médicale de masse garantissant l’accès à des médicaments et à des procédures médicales abordables, et la délivrance de conseils en matière de nutrition et d’hygiène de vie appropriée, destinés à réduire les maladies prévisibles liées au style de vie. Ces mesures sont considérées comme essentielles à la dignité humaine (Project Itoh, 2013, p. 54).

9Les individus sont contrôlés et reçoivent même une note d’évaluation sociale. Avoir une mauvaise peau ou des cernes sous les yeux signifie un comportement déviant, contraire à la société viviste. Consommer de l’alcool ou du tabac, interdits mais accessibles dans les zones en guerre de la planète, entraîne une sanction dans la notation. La prostitution est aussi proscrite dans cette société. La maigreur et l’obésité sont éradiquées grâce à la surveillance des WatchMe. Avant de débuter un roman, les lecteurs sont aussi alertés de l’éventuelle nocivité du récit, qui pourrait causer des traumatismes émotionnels. Au restaurant, la carte affiche des avertissements pour chaque plat, qui doit être consommé « dans le respect des limites que le consultant-santé mandaté par votre admédistration avait fixées pour vous » (Project Itoh, 2013, p. 89).

10La technologie a permis d’éliminer la maladie, mais pas la mort. Les gens meurent de vieillesse, d’accidents et de très rares homicides. En cas de dommages psychologiques liés à une expérience émotionnellement traumatisante, les individus doivent se soumettre à une pharmacothérapie et à un minimum de cent vingt heures de psychothérapie.

11Dans la société viviste, les concepteurs de modèles de vie mettent en place des plans pour réguler l’existence des citoyens. Il s’agit d’une sous-branche du consulting santé. Dans ce que l’auteur nomme la « société postconsumériste », ces individus analysent les données récoltées par les WatchMe, comme l’équilibre hormonal, les taux de glycémie, etc., dans le but d’optimiser la santé et la note d’évaluation sociale des individus. Ils conseillent les régimes alimentaires, les sports à pratiquer et les activités à faire pendant le temps libre. Toutes les données concernant la santé sont publiques. Il s’agit d’un impératif moral. La transparence est un impératif qui se retrouve dans la plupart des sociétés utopiques. Dans la société d’Harmonie, « il suffit que tu touches la plaque sur la porte et toutes tes informations s’affichent sur la RA (réalité augmentée) de la personne à l’intérieur, ou sur son mur, ou ailleurs » (Project Itoh, 2013, p. 120). Il est aussi impossible de déconnecter son WatchMe, car celui-ci est connecté au réseau d’identification planétaire : « Si quelqu’un déconnectait son WatchMe, il ne pouvait plus rien acheter, ni voyager, ni même rentrer chez lui. Cela aurait engendré un chaos généralisé » (Project Itoh, p. 205).

12Dans le roman, la société viviste a pour vocation d’éviter le retour de la guerre et de la folie destructrice de l’Humanité. Aucune organisation politique résistante n’est évoquée, bien que le suicide des adolescentes soit présenté comme un risque de diffusion massive de la subversion qui pourrait nuire à l’harmonie sociale. Les actions de résistance à ce système se justifient de trois manières principales :

  • 2 Le thème des suicides d’adolescente dans la société japonaise avait déjà fait l’objet d’un film réa (...)

131) Des adolescentes2 se rebellent en se suicidant ou en tentant de se suicider, car elles veulent résister à une société totalitaire dans laquelle leur corps ne leur appartient pas. Cette perspective est intolérable et le suicide est le seul moyen de se rebeller.

142) L’auteur laisse le lecteur établir un lien entre le vivisme et l’hygiénisme qui caractérisait le régime nazi, ainsi que la société Japonaise, pendant ce conflit. L’utilisation du suicide par les opposants rappelle aussi le sacrifice des kamikazes par l’armée Japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. L’argument des adolescentes est un peu radical mais adapté à la révolte d’une jeunesse contre un système social qui repose sur une surveillance médicale généralisée, voire excessive. Le régime viviste souhaite en effet créer une société pure et hygiéniste, en interdisant par exemple le tabac et certains comportements dangereux. En luttant contre le vivisme, les adolescentes revendiquent la fin d’un totalitarisme mou, en ce sens très éloigné du nazisme qui reposait aussi sur l’extermination de certaines catégories de la population. On apprend aussi que le système des WatchMe, s’il tombait entre de mauvaises mains, pourrait mener à des dérives dramatiques, et à la mort de milliers, voire de millions d’individus.

153) Certains scientifiques envisagent dans le roman de contrôler la volonté humaine. Cette ambition est motivée par le souhait d’éviter un nouveau Maelstrom. Le Groupe de surveillance du comportement humain de la prochaine génération souhaite trouver le moyen d’influencer les décisions, les émotions, les pensées de l’être humain dans le but d’éviter à l’Humanité de replonger dans la barbarie. Cela fait penser à la cybernétique qui se développa après la Seconde Guerre mondiale, concevant notamment la psychiatrie comme un outil permettant de réguler les comportements et d’éradiquer la violence (Lafontaine, 2004). Après le contrôle du corps, le contrôle de l’esprit, voire de l’âme est une étape nécessaire à la réalisation d’un monde utopique. Le père de l’héroïne, qui est à l’origine de ce système de contrôle social, justifie son ambition : « Chaque jour, les gens laissent les médicules contrôler leurs corps pour en supprimer toute maladie. Pourquoi ne pourrait-on pas de même supprimer les pensées potentiellement nocives dans le cerveau ? » (Project Itoh, 2013, p. 231). Le savant avait mis en place le programme « Harmonie » qui devait permettre la création d’une « volonté harmonisée à l’intérieur du cerveau » (Project Itoh, 2013, p. 235). Il explique que la création de l’humain parfait mène à la disparition de sa conscience. Il ajoute qu’un compromis avait été trouvé avec l’OMS. Le réseau médiculaire permettant de contrôler les rétroactions fut installé dans le cerveau des individus, mais il fut décidé de ne pas l’activer. Harmonie ne serait activé qu’en cas de risque d’un nouveau chaos. La mise en place de ce programme permet aussi le fonctionnement optimal de la société « médico-industrielle ». La fin de la conscience apparaît comme un impératif pour créer le paradis sur Terre.

 La mise en réseau des données médicales

16Ce roman présente un futur dans lequel la médecine a effectué des progrès considérables et insiste sur l’intérêt d’une mise en réseau des individus pour mieux contrôler leur santé. Les TIC promettent l’arrivée d’innovations fondamentales dans un futur proche, grâce notamment aux découvertes dans les secteurs des biotechnologies et des nanotechnologies. Les technologies convergentes doivent permettre de répondre à des questions médicales qui nécessitent l’utilisation d’un nombre important de données. En mettant en réseau les paramètres physiques d’un grand nombre de personnes, les découvertes scientifiques pourraient se développer considérablement. Il pourrait par exemple être possible de mieux comprendre les origines sociales de certaines maladies.

17Mettre en réseau les données médicales de tous les individus pourrait certainement générer des progrès considérables et augmenter l’espérance de vie de milliards d’humains. Un grand nombre de données sont déjà utilisées par les chercheurs, mais la possibilité d’enregistrer des paramètres jusqu’alors confidentiels doit être prise au sérieux. À priori, la mise au point d’un tel dispositif est difficile à concevoir dans les démocraties. Cette technologie pourrait aller à l’encontre des droits de l’homme et du respect des données personnelles. La mise en réseau des paramètres médicaux poserait la question de sa régulation éthique et de l’identité des acteurs autorisés à les utiliser. Il est à craindre, par exemple, que des hackers ne piratent ce système et divulguent des informations médicales privées. Des compagnies d’assurance pourraient aussi demander à accéder aux dossiers médicaux pour fixer le prix de leurs prestations. Potentiellement, cette technologie révolutionnaire pose de nombreuses questions qui pourraient bloquer sa diffusion pendant de nombreuses années.

18L’innovation se trouve ainsi entre deux eaux. Révolutionnaire, elle pourrait faire gagner de précieuses années d’espérance de vie en établissant des régularités jusqu’alors insoupçonnées qui mèneraient à des découvertes et à la mise au point de traitements inédits. Totalitaire, elle pourrait être victime d’acteurs peu scrupuleux qui souhaiteraient utiliser ces données non pour guérir, mais pour satisfaire d’autres intérêts, financiers, politiques, ou économiques.

19Harmonie représente une société qui aurait parfaitement accepté les sacrifices en termes de vie privée et de contrôle individuel, en raison d’une situation extrême. Seules quelques personnes ressentent le système médical comme une intrusion dans leur vie privée. Elles rejettent un système de contrôle biopolitique car elles n’ont pas la possibilité de choisir si elles acceptent ou non de participer à ce réseau mondial. Elles préfèrent se suicider plutôt que d’être les membres d’une société qui nie leur individualité au profit d’un intérêt collectif prioritaire.

20La société décrite dans le roman est en de nombreux point utopique. Les règles de vie hygiénistes et la disparition des maladies apparaissent comme une forme de Graal pour les contemporains de l’auteur. La prise du pouvoir par la médecine pour créer une société parfaite est la première étape de la mise en place d’une technocratie à vocation totalitaire. Initialement conçue comme une critique de la monarchie, l’utopie de Thomas More permettait de mettre en avant certaines valeurs qui se sont par la suite cristallisées sous la forme des droits de l’homme. La science-fiction a alors développé un imaginaire biopolitique et technopolitique qui assurait une critique des systèmes anti-démocratiques. Les sociétés utopiques et dystopiques constituent un moyen de continuer à lutter contre les tentations technocratiques des sociétés développées (Moylan et Baccolini, 2003).

21Harmonie soulève une question de philosophie politique relayant des questionnements sous-jacents à la plupart des processus d’innovations technoscientifiques. Il est très rare que la totalité des membres des sociétés qui génèrent ces innovations adhèrent sans résistance ou critique. Le roman pose la question de la prise du pouvoir par la médecine dans une société traumatisée par une période horrible pendant laquelle la plupart des individus furent victimes de cancers en raison d’une guerre nucléaire. La santé mentale de l’Humanité est aussi remise en question. Project Itoh a proposé la notion d’organe génocidaire dans son premier roman paru en 2007. Le cerveau a recours à cette fonction pour parvenir à un haut niveau de violence et d’autodestruction. L’arrière-plan historique d’Harmonie prolonge et confirme dans la fiction cette logique génocidaire sous la forme du Maelstrom. Dès lors que la tendance à l’autodestruction est inscrite dans la biologie humaine, la régulation les pulsions humaines dépasse le cadre de la politique. Il s’agit d’une mission confiée à la classe médicale. Les experts de la santé sont aussi chargés de réguler un réseau planétaire d’humains qui ne veulent plus souffrir de la maladie. Cette organisation politique globale repose sur le consentement de la quasi-totalité de l’Humanité, qui est consciente de vivre dans une forme d’utopie réalisée.

Le pouvoir à la médecine, la médicratie entre utopie et dystopie

22L’organisation politique d’Harmonie repose sur une médecine toute puissante, qui régit la société. Si de nombreuses œuvres de science-fiction proposent une réflexion critique de la technocratie, ce roman présente une anticipation d’une société future gérée par un idéal médical. Nous proposons le néologisme médicratie pour définir cette forme de pouvoir. Le concept renvoie aux théories de la biopolitique et du biopouvoir développées par Michel Foucault (2004).

23La biopolitique conçoit les conséquences sociétales d’une gouvernementalité libérale, notamment dans le cadre des politiques de santé publique. Les autorités politiques utilisent les technologies médicales pour contrôler et dominer la population. Foucault a montré de quelle manière le libéralisme, puis le néolibéralisme ont contribué à développer une biopolitique potentiellement liberticide. Le transhumanisme et le posthumanisme ont remplacé le néolibéralisme et développent aussi une forme de biopolitique, conçue comme une idéologie organisationnelle au sein de laquelle le contrôle et la mutation des corps sont conçus comme des perspectives mobilisatrice autant pour les gouvernements que pour les individus. La biopolitique du libéralisme se renouvelle régulièrement, justifiée et critiquée par des discours, parfois imaginaires et vecteurs de fantasmes et de cauchemars collectifs ambivalents. La science-fiction, dénonçant parfois les systèmes de pouvoir et d’aliénation propres au capitalisme libéral, participe à la critique d’une biopolitique globale dont les perspectives et conséquences pour les individus génèrent des sensations, du stress et des sentiments à l’origine d’un imaginaire bio-techno-politique.

24La volonté de construire un être parfait, sans maladie, est un leitmotiv particulièrement présent dans le transhumanisme, qui vise à repousser les limites physiques de l’être humain. Le posthumanisme, prolongement logique et dépassement du transhumanisme, estime que l’Humanité pourrait muter vers une autre forme dans le futur, notamment pour être adaptée à des conditions de vie extrêmes, comme sur d’autres planètes ou dans l’espace (Hottois, 2015). La volonté de construire un surhomme biotechnologique peut faire penser à certains thèmes mobilisateurs des idéologies totalitaires. Le système capitaliste a pourtant besoin de ce type de perspectives pour motiver les chercheurs et les consommateurs, avides de réaliser de grands desseins et de grandes espérances (Brake et Hook, 2007). La quête de l’immortalité appartient aux grands mythes universels qui sont actualisés par les grandes idéologies, et les utopies médicales présentées notamment dans le livre d’Ernst Bloch Le Principe espérance. Le système des WatchMe est comparé au nazisme par les opposants, dans le roman :

« En somme, nous avons juste réinventé l’Allemagne nazie à l’échelle mondiale. Super…

- En un sens oui, c’est précisément ce que nous avons fait. Bien qu’il y ait des différences significatives, au premier rang desquelles le fait que dans l’Allemagne nazie, c’étaient uniquement le parti et une poignée de scientifiques qui s’appuyaient sur l’eugénisme pour assainir les choses, alors que dans la société admédistrative, tout le monde participe et agite le même drapeau. Nous sommes tous des maniaques de la santé » (Project Itoh, 2013, p. 150).

25La référence à l’Allemagne nazie permet de lever toute ambiguïté axiologique : l’obsession hygiéniste est ici associée aux pires dérives totalitaires, eugénisme et société policière, avec cette particularité que le dispositif utopique entraîne une servitude volontaire. Les héroïnes, révoltées contre ce système, rejettent notamment la moralisation de leurs comportements :

Le programme récoltait les signaux envoyés par le corps et transmettait en retour une morale (Project Itoh, 2013, p. 132).

26La société de surveillance médicale est à la fois utopique et dystopique. La médicratie décrite dans ce roman pourrait bien devenir une réalité quand les technologies décrites par Project Itoh deviendront des innovations diffusées au niveau global. Lucien Sfez a décrypté et critiqué ce qu’il nomme « l’utopie de la Santé Parfaite ». Il s’est intéressé à plusieurs projets dans les années 1990, et a estimé qu’une nouvelle utopie voyait le jour progressivement. Selon lui, elle devait à moyen terme prendre le relais de l’idéologie de la communication, particulièrement populaire avec le succès des TIC et d’Internet. L’utopie de la Santé Parfaite se retrouve dans les projets de décryptage du génome, dans la volonté de créer de la vie artificielle, dans la conquête de Mars et dans les récits faisant la promotion de biotechnologies qui pourraient mener à l’éradication des maladies les plus dangereuses pour l’Humanité.

27La dimension totalitaire de cette utopie n’est perceptible que par quelques personnes, qui souffrent de certaines pratiques, critiquant notamment la pensée communément admise selon laquelle le corps est une ressource publique, qui n’appartient pas à l’individu. La critique de l’utopie de la Santé Parfaite sous-entend une contestation de la socialisation de la santé. Project Itoh présente cet argument comme la justification du suicide des adolescentes dans son roman. L’intimité est aussi supprimée dans la société viviste. L’utopie ne peut pas fonctionner si certaines données ne sont pas communiquées. Grâce à la réalité augmentée, les individus devenus cyborgs peuvent accéder à des données jugées privées dans d’autres sociétés, à d’autres époques :

Il suffisait de se concentrer assez longtemps sur une personne qu’on voyait dans la rue pour qu’une boîte de données apparaisse près de sa tête, indiquant tout ce qu’on pouvait désirer savoir sur elle. Dans la société viviste, où révéler ses informations personnelles – tout spécialement celles concernant sa santé – constituait une obligation morale, le terme même d’intime s’entourait de la puanteur illicite du secret (Project Itoh, 2013, p. 119).

28L’utopie exige la transparence totale des données personnelles relatives notamment à la santé, qu’elle soit physique ou psychique. Le pouvoir de contrôle social conféré au système médical pose de nombreuses questions éthiques. Il est nécessaire pour éviter que l’Humanité reproduise ses comportements barbares qui ont mené à des millions de morts dans des génocides ou une guerre nucléaire. Le risque est de déshumaniser l’Humanité à force de vouloir la réguler, la conscience individuelle pouvant apparaître comme un élément réfractaire à l’autorité et à l’organisation optimale, technoscientifique, de la société. L’organisation viviste est présentée comme un idéal-type de la biopolitique dans un futur proche dans lequel la médecine aura réalisé de tels progrès que la souffrance aura été éradiquée. La quête de l’immortalité sera devenue accessible grâce aux découvertes de la médicratie globale, dont la structure de classe dépasserait les caractéristiques classiques. En effet, la médicratie repose sur la mise en réseau de l’ensemble de la population, formée à la médecine et à la science. Un grand nombre de citoyens participe à la récolte de données médicales individuelles et collectives et contribue au processus de découverte médicale et à la diffusion des innovations dans le domaine de la santé. L’invention des réseaux informatiques et l’optimisation de l’Internet constitue alors une étape préalable à la mise en commun des données médicales à l’échelle globale. L’utopie de la Santé Parfaite ne prendra le relais de l’utopie de la communication que lorsque l’infrastructure technique sera disponible. La dimension juridique de ce projet, et l’enjeu de la préservation des libertés individuelles constituent aussi des barrières à l’élaboration d’une médicratie compatible avec les valeurs démocratiques. L’innovation technologique pose des questions cruciales pour la stabilité des sociétés. Entre utopie technologique et risque de dérive totalitaire, le débat démocratique sur l’introduction des biotechnologies et des nanotechnologies peut s’inspirer de la science-fiction. Cet art touche en effet de plus en plus les classes dirigeantes, qui doivent trouver un juste milieu entre la volonté de certains citoyens de réaliser les technologies des récits de science-fiction, et celle d’une autre partie de la société qui aspire à une limitation de l’innovation pour ne pas porter atteinte aux libertés individuelles (Michaud, 2010). Si le spectre d’une dérive autoritaire médicratique plane au-dessus des processus d’innovation dans le secteur de la santé, il est probable qu’une grande partie de la population soit d’accord pour sacrifier une partie de son intimité pour mettre en place un système augmentant considérablement l’espérance de vie. Une régulation intelligente et démocratique de ces technologies utopiques devrait permettre d’éviter les scénarios les plus radicaux. Le roman de Project Itoh décrit une technologie qui pourrait devenir une réalité dans un futur proche si l’innovation continue à progresser à un rythme élevé. En fait, il reflète, d’une manière métaphorique, les problématiques d’une société japonaise qui participe intensément à la course à l’innovation depuis plusieurs décennies (Buckley, 2009).

Le rapport Innovation 25 et le futur selon Project Itoh

29Le roman Harmonie est sorti peu après la publication d’un rapport du gouvernement japonais intitulé Innovation 25 (2007). Dans cet ouvrage, des chercheurs et des industriels développaient une vision du futur du Japon, en décrivant des objectifs technologiques et scientifiques pour l’année 2025. Il s’agissait d’une forme de programme planificateur devant servir de guide à une population dont la vocation est depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale orientée vers la quête d’un leadership mondial dans le secteur des technociences, et en particulier en robotique et dans le secteur médical. Karyn Poupée (2012, p. 459-467) résume la fiction futuriste du rapport Innovation 25. Une partie décrit la vie quotidienne de la famille Inobe. Inobeshion est la traduction japonaise du terme innovation. Le gouvernement japonais est conscient de la nécessité de développer un programme de recherche et développement ambitieux à la hauteur des efforts consentis par les citoyens, collectivement, pour faire du Japon une puissance innovante assurant un rôle de leader en Asie et dans le monde (Haikasoru, 2012). Le rapport insiste notamment sur les progrès à réaliser dans les sciences de la vie, les biotechnologies, les nanotechnologies et les sciences cognitives pour augmenter l’espérance de vie et le confort des citoyens. Le Japon est déjà réputé pour l’espérance de vie record de ses habitants. En investissant dans ces secteurs, le gouvernement cherche à dépasser des limites par exemple dans la lutte contre le cancer. Il souhaite aussi faire des découvertes cruciales dans les technologies de régénération organique. Le rapport stipule la nécessité d’utiliser les réseaux d’information médicale pour améliorer la prise en charge des maladies et mettre en place des traitements les plus efficaces possibles. Le gouvernement japonais a conscience de sa vocation de leader respecté dans le monde de l’innovation (Herstatt et al., 2006). Ses visions stratégiques et prospectives pour l’année 2025, soit 18 ans après leur publication officielle, sont fortement empreintes d’un imaginaire technique repris notamment dans l’idéologie transhumaniste. Cette dernière se nourrit de représentations futuristes des technologies les plus innovantes (Sone, 2016). La science-fiction japonaise contribue régulièrement à développer des récits qui contribuent à établir le discours transhumaniste, qui trouve un écho global, surtout dans les communautés scientifiques (Allison, 2006 ; Brown, 2010). Science-fiction et idéologie technopolitique se retrouvent et se confondent sous la forme de discours hybrides qui finissent par rendre difficile la distinction entre ce qui est possible, ce qui est réalisé, et ce qui pourrait l’être à condition de mettre en place des politiques d’innovation adaptées. Project Itoh témoigne de la mentalité collective d’un peuple qui redoute une apocalypse nucléaire dont il fut le cobaye à la fin de la Seconde Guerre mondiale (Tanaka, 2014), et qui se projette dans un futur technologique utopique dans lequel les maladies seront éradiquées grâce à la R&D et à l’innovation. Le projet du gouvernement japonais s’inscrit dans le prolongement du rapport sur le futur des NBIC, Nanotechnology, biotechnology, information technology and cognitive science : Converging technologies for improving human performance, diffusé depuis juin 2002 aux Etats-Unis. Le paradigme des technologies convergentes a connu un large écho, et ses perspectives s’inscrivent dans la continuité des utopies relatives au développement des TIC particulièrement influentes dans les années 1990. Le rapport Innovation 25 reprend de nombreux thèmes de ce rapport, en les adaptant aux spécificités de la société japonaise. Le transhumanisme, nouvelle idéologie du capitalisme technoscientifique, est la synthèse de discours politiques officiels et d’un imaginaire science-fictionnel qui se développe particulièrement dans les territoires les plus industrialisés.

30Dans les sociétés japonaise et occidentale, l’imaginaire technique joue un rôle crucial dans la définition des politiques d’innovation (Jackson et al., 2013). La R&D peut susciter des inquiétudes et nécessite parfois le recours à l’imaginaire, en l’occurrence aux mangas au Japon, pour en médiatiser les conséquences (Stableford, 2006). Le roman Harmonie dévoile les conséquences pour la nature humaine d’un projet technopolitique à la fois terrifiant et désirable.

Conclusion

31La société japonaise est une des plus industrialisées du monde et excelle dans les secteurs technologiques. En investissant des sommes colossales dans la R&D, elle propose régulièrement des innovations qui en font une des économies les plus puissantes de la planète (Holroyd et Coastes, 2012). Le roman de Project Itoh est symptomatique d’une société très performante économiquement et qui cherche à développer une médecine toujours plus efficace.

32L’influence des États-Unis sur le Japon s’est notamment manifestée après la seconde guerre mondiale par l’exportation de la science-fiction dans ce pays (Schodt, 1996). Si cet imaginaire fait partie intégrante du soft power américain, il s’est aussi massivement développé au Japon, notamment dans les mangas et les jeux vidéo.

33Peut-on considérer que la science-fiction japonaise participe à l’innovation technologique, au niveau national, voire global ? Il apparaît que le système technoscientifique développé au Japon s’est nourri de récits futuristes provenant de l’Occident, mais aussi que progressivement il a produit des récits intéressants, la science-fiction constituant autant une métaphore qu’une prospective des usages et conséquences de l’innovation technologique.

34Harmonie se situe dans le futur. Ce roman n’en est pas moins le reflet des problématiques émanant de la société japonaise au début du vingt-et-unième siècle. Il suggère aussi de s’interroger sur les conséquences du progrès médical sur le vieillissement de la population et son impact sur l’organisation économique et sociale. Ce roman évoque les conséquences de la mise au point d’un système médical ultime, qui pourrait changer la nature humaine pour parvenir à une gestion optimale de la population. Le but de ce système n’est pas seulement d’imposer à la population une bonne santé, mais de juguler les risques de dérives génocidaires, l’Humanité ayant à de nombreuses reprises dans l’Histoire fait preuve d’une hyperviolence destructrice. La question des limites de la médecine est posée dans ce roman, qui fait office en finalité de dystopie. Notre monde actuel compte de nombreux individus qui, sans refuser les soins pour une maladie déclarée, acceptent de prendre des risques au mépris de leur santé future. La critique de cette biopolitique mène à une réflexion sur les limites et risques de l’innovation, qui doit être contrôlée démocratiquement pour éviter des dérives liberticides.

35Ce roman s’inscrit dans la continuité des courants cyberpunks et biopunks. La critique sociale qui en émane ne l’empêche pas de proposer une réflexion ambivalente récupérable par les idéologues du capitalisme global. Les transhumanistes et les posthumanistes cherchent à mettre en place des protocoles médicaux proches de ceux présentés dans le roman. Les innovateurs de toute la planète sont conscients de l’impact des découvertes médicales et biotechnologiques sur l’Humanité dans les prochaines années. La science-fiction, notamment cyberpunk et biopunk, participe à la réflexion sur le futur dans les sociétés industrielles. Le roman Harmonie pose plusieurs questions fondamentales sur les conséquences éthiques du progrès médical.

  • 3 Citons par exemple les œuvres Brave New World, Methuselah’s Children et la dystopie Logan’s Run.

36Le roman rappelle aussi la pensée utopique de Charles Fourier dont le projet d’organisation sociale reposait sur la quête de l’harmonie entre les êtres, notamment à travers la « gastrosophie » qui faisait de la santé idéale de chacun le résultat d’un équilibrage de l’agriculture, de la préservation des aliments, de la cuisine et de la gastronomie. La science-fiction aborde fréquemment la question de la santé et de la médecine, envisageant des sociétés futures ayant développé de nouvelles approches de gestion politique de la surpopulation et du rapport à la mort3. La question des représentations de l’alimentation (Utopian Studies, volume 26, numéro 1, 2015) et de la médecine du futur (Gofette et Guillaud, 2011) fait aussi l’objet d’études ces dernières années, contribuant à l’élaboration d’une analyse critique d’un sujet central pour comprendre l’impact de l’imaginaire technique et politique sur les pratiques organisationnelles et individuelles.

Top of page

Bibliography

Allison Anne, Millennial Monsters : Japanese Toys and the Global Imagination, Berkeley : University of California Press, 2006

Bolton Christopher, Csicsery-Ronay Jr Istvan, Tatsumi Takayuki, Robot Ghosts and Wired Dreams : Japanese Science Fiction from Origins to Anime, Minneapolis : University of Minnesota Press, 2007

Brake Mark et Hook Neil, Different Engines : How Science Drives Fiction and Fiction Drives Science, New York : Palgrave Macmillan, 2007

Brown Steven T., Tokyo cyberpunk : Posthumanism in Japanese Visual Culture, New York : Palgrave Pacmillan, 2010

Buckley Sandra, The Encyclopedia of Contemporary Japanese Culture, Londres : Taylor & Francis, 2009

Dinello Daniel, Technophobia ! : Science Fiction Visions of Posthuman Technology, Austin : University of Texas Press, 2005

Foucault Michel, La Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Paris : Le Seuil, 2004

Gofette Jérôme et Guillaud Lauric (dir.), L’Imaginaire médical dans le fantastique et la science-fiction, Paris, Bragelonne, 2011

Haikasoru, The Future is Japanese, Tokyo : Haikasoru, 2012

Herstatt Cornelisu, Stockstrom Christoph, Tschirky Hugo, Nagahira Akio, Management of Technology and Innovation in Japan, Berlin : Springer Science & Business Media, 2006

Holroyd Carin et Coates Ken, Japan in the Age of Globalization, Londres : Routledge, 2012

Hottois Gilbert, Encyclopédie du trans/posthumanisme : L’humain et ses préfixes, Paris : Vrin, 2015

Innovation 25, Prime Minister of Japan and his Cabinet, Juin 2007, URL : http://japan.kantei.go.jp/innovation/index_e.html, consulté le 19.06.2017.

Jackson Keith et Debroux Philippe, Innovation in Japan : Emerging Patterns, Enduring Myths, Londres : Routledge, 2013

Lafontaine Cécile, L’Empire cybernétique : Des machines à penser à la pensée machine, Paris : Seuil, 2004

Langer J., Postcolonialism and Science Fiction, Berlin : Springer, 2011

Langlet Irène, La Science-fiction : lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris : Armand Colin, 2006

Lechevalier Sébastien, The Great Transformation of Japanese Capitalism, Londres : Routledge, 2014

Matthew Robert, Japanese Science Fiction : A View of a Changing Society, Londres : Routledge, 2003

Michaud Thomas, La Stratégie comme discours, la science-fiction dans les centres de Recherche et Développement, Paris : L’Harmattan, 2010

Moylan Tom et Baccolini Raffaella, Dark Horizons ; Science Fiction and the Dystopian Imagination, Londres : Psychology Press, 2003

Ndalianis Angela, Science Fiction Experiences, Washington: New Academia Publishing LLC, 2011

O’Bryan Scott, The Growth Idea : Purposes and Prosperity in Postwar Japan, Hawaii : University of Hawaii Press, 2009

Poupée Karyn, Les Japonais, Paris : Editions Tallandier, 2012

Project Itoh, Harmonie, traduit de l’anglais par Christophe Cuq, Panini S.A., 2013

Roh David S., Huang Betsy, Niu Greta A., Techno-orientalism : Imagining Asia in Speculative Fiction, History and Media, Rutgers University Press, 2015

Schneider Susan, Science Fiction and Philosophy : From Time Travel to Superintelligence, John Wiley & Sons, 2010

Schodt Frederik L., Dreamland Japan : Writings on Modern Manga, Berkeley : Stone Bridge Press, 1996

Sfez Lucien, La Santé parfaite, critique d’une nouvelle utopie, Paris : Seuil, 1995

Sone Yuji, Japanese Robot Culture : Performance, Imagination, and Modernity, Berlin : Springer, 2016

Stableford Brian, Science Fact and Science Fiction : An Encyclopedia, Londres : Routledge, 2006

Tanaka Motoko, Apocalypse in Contemporary Japanese Science Fiction, Berlin : Springer, 2014

Tatsumi Takayuki, Full Metal Apache : Transactions between Cyberpunk Japan and Avant-Pop America, Durham : Duke University Press, 2006

Top of page

Notes

1 En japonais, le terme wa 和désigne une situation de paix, d’harmonie sociale. Cette notion contribue à l’organisation de la société, au point de devenir un fardeau pour certains individus épris de liberté. .Le roman constitue une critique de ce concept, qui finit par justifier un totalitarisme mou. C’est en ce sens que ce livre peut être considéré comme une métaphore futuriste des limites du système social japonais.

2 Le thème des suicides d’adolescente dans la société japonaise avait déjà fait l’objet d’un film réalisé par Sono Sion en 2001. Suicide club proposait aux spectateurs d’assister au suicide de 54 lycéennes, introduisant le thème de leur manipulation par une organisation criminelle.

3 Citons par exemple les œuvres Brave New World, Methuselah’s Children et la dystopie Logan’s Run.

Top of page

References

Electronic reference

Thomas Michaud, « Harmonie, la critique d’un « totalitarisme mou » par un roman japonais », ReS Futurae [Online], 9 | 2017, Online since 30 June 2017, connection on 22 November 2017. URL : http://resf.revues.org/957 ; DOI : 10.4000/resf.957

Top of page

About the author

Thomas Michaud

Thomas Michaud est titulaire d’un doctorat en sciences de gestion et d’un MBA en management. Il s’intéresse à la science-fiction depuis une quinzaine d’année en la considérant comme un imaginaire propice à l’innovation technoscientifique et politique. Il a publié quelques articles sur ce sujet, ainsi qu’une dizaine de livres dont Télécommunications et science-fiction (2008), Prospective et science-fiction (2010), La stratégie comme discours (2010, une version écourtée de sa thèse sur le rôle de la science-fiction dans les projets de réalité virtuelle des Orange Labs), et L’Imaginaire et l’Organisation (2014). Passionné de prospective, il s’intéresse aux représentations du futur et à leur impact dans la construction d’un imaginaire collectif innovant et performatif. Son site Internet (proposant certains de ses livres en libre accès) : www.michaudthomas.com

Top of page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org