Skip to navigation – Site map
La science-fiction en Asie de l'Est

La science-fiction en Asie de l’Est : histoire et perspectives de recherche

Gwennaël Gaffric

Full text

  • 1 Conformément à l’usage dans les pays qui nous occupent dans le cadre de ce numéro, le choix a été f (...)
  • 2 Une bibliographie indicative en fin d’introduction liste les études en langue française et anglaise (...)

1La science-fiction asiatique connaît actuellement un essor sans précédent, comme en témoigne la popularité toujours plus grande des mangas SF, la croissance significative de la production de films SF et leur exportation réussie (on pense aux longs-métrages du Sud-coréen Bong Joon-ho : The Host [2006], Okja [2017]) ou au Japonais Oshii Mamoru1 (Ghost in the Shell [1995], Avalon [2001]), l’émergence de jeunes auteurs populaires (Toh EnJoe au Japon, Guo Jingming en Chine, Djuna en Corée du Sud), l’incursion dans le genre d’auteurs majeurs plutôt associés à la « littérature générale » (Chan Koonchung ou Dung Kai-cheung à Hong Kong, Wu Ming-yi ou Lo Yi-chin à Taïwan), les nombreuses traductions dans des langues européennes ou les prix littéraires internationaux (dont l’obtention du prestigieux prix Hugo par les auteurs chinois Liu Cixin pour son roman Les Trois Corps en 2015 ou Hao Jingfang pour sa novella « Pékin plié » en 2016 ; ou le Locus 2017 pour le troisième tome de la même trilogie de Liu Cixin : Mort immortelle). Il était nécessaire de proposer une réévaluation de la vitalité et de l’histoire d’un genre longtemps négligé par les experts des aires culturelles concernées, y compris les spécialistes de littérature. La méconnaissance est même double en Occident, car en l’absence de traductions et peut-être de familiarité avec les contextes socio-historiques de ces régions, les chercheurs sur la science-fiction ne se sont jusqu’à aujourd’hui que peu intéressés aux récits de science-fiction japonais, chinois ou coréens2.

  • 3 Rappelons à ce titre que la France est le 2e marché mondial derrière le Japon mangas (principalemen (...)

2Bien qu’un nombre croissant d’études paraissent aujourd’hui dans les pays d’émission des œuvres et en langue anglaise, la science-fiction en Asie de l’Est n’a pour l’heure pas encore fait l’objet d’un grand nombre d’études en langue française. Il en est de même pour les traductions littéraires en français, à l’exception notable du secteur des bandes dessinées3.

3Précisons dès maintenant que contrairement à ce qu’une approche culturaliste pourrait supposer, il serait vain de chercher dans la science-fiction est-asiatique une esthétique authentiquement et singulièrement « orientale » ou de partir en quête de prémisses de la science-fiction dans le passé des civilisations concernées : la naissance et l’évolution du genre en Asie de l’Est possède en effet une histoire transnationale (et transcivilisationnelle), bien que riche et complexe, qu’il convient peut-être de résumer brièvement ici.

  • 4 Les mobilités humaines et intellectuelles entre ces différentes entités à l’heure de l’émergence de (...)
  • 5 La traduction du Tour du monde en quatre-vingt jours par Tadanosuke Kawashima est considérée comme (...)

4Il a été choisi de circonscrire ce numéro à l’étude de la science-fiction en Asie de l’Est (les contributions ont pour objet d’étude des œuvres venues de Chine, de Corée du Sud, de Corée du Nord et du Japon), ce moins par souci de délimitation géographique qu’en vertu de cohérence socio-historique au sujet de l’émergence et de l’évolution du genre science-fictionnel dans la région, dans laquelle le Japon tient une place primordiale. Rappelons ainsi que depuis la fin du xixe siècle et la première moitié du xxe, Taïwan comme la Corée sont des colonies japonaises, tandis qu’un certain nombre de courants politiques et littéraires ont transité par le Japon avant d’arriver en Chine, en partie grâce à de jeunes intellectuels locaux partis faire leurs études sur l’archipel4. Pour sa part, le genre science-fictionnel fait une première percée au Japon, puis en Chine et en Corée par l’intermédiaire de la traduction via l’anglais ou le japonais, notamment des œuvres de H.G. Wells et surtout Jules Verne, dont les premières traductions paraissent en 1879 au Japon5, en 1902 en Chine et en 1907 en Corée, dates qui coïncident avec la naissance de la littérature moderne dans ces pays. Les intellectuels nationalistes de l’époque perçoivent en effet la science – au même titre que la démocratie – comme des avatars naturels de la modernité occidentale appelée à triompher des vieilles idéologies féodales et impériales. Ce qui est alors appelé par des critiques littéraires et des intellectuels au Japon, puis en Chine et en Corée « romans scientifiques » (kagaku shōsetsu (japonais) ; kexue xiaoshuo (chinois) ; gwahag soseol (coréen)) apparaissent dès lors comme des œuvres réformistes, susceptibles de favoriser l’avènement d’une nation et d’un homme nouveaux.

5L’appel à l’écriture d’une science-fiction aux particularités nationales pour guider le pays vers la route de la modernité lancé par certains des plus grands intellectuels modernistes de leur temps (dont certains ont d’ailleurs eux-mêmes traduit Jules Verne, comme Lu Xun et Liang Qichao en Chine) se prolongera durant toute la seconde moitié du siècle, en suivant certes des trajectoires diverses – quoique souvent en miroir les unes des autres – sous l’influence des traductions d’œuvres américaines (à Taïwan, en Corée du Sud et au Japon) et soviétiques (en Chine et en Corée du Nord). Bien souvent, la science-fiction doit répondre aux impératifs idéologiques officiels. À Taïwan, on favorise la littérature anti-communiste, au lendemain de la défaite et du repli sur l’île des troupes du Parti Nationaliste de Tchang Kaï-chek en 1949. En Chine, c’est l’idéologie maoïste, que doivent glorifier les utopies littéraires à partir des années 1950 ; en Corée du Nord, l’idéologie du Juche, depuis 1948. En Corée du Sud, certains films de science-fiction récents épousent les thèses du nationalisme ethnique minjok (on peut penser à 2009 : Lost Memories de Lee Si-myung (2002) ou Les Soldats de l’Apocalypse, de Min Joon-ki (2005)).

6Les modèles de propagande science-fictionnels prennent principalement la forme d’utopies destinées à un public enfantin (comme c’est le cas de la revue Adong Munhak (Corée du Nord) ou le bestseller Le voyage de Xiao Lingtong dans le futur (Chine)). À d’autres moments de son histoire, il lui arrive d’être mise au ban des pratiques littéraires et cinématographiques, comme c’est le cas dans les années 1980 en Chine où elle est traitée de « pollution spirituelle » car d’inspiration bourgeoise occidentale et opposée aux « véritables sciences ». Au Japon, mais aussi à Taïwan ou à Hong Kong, les années 1980 et 1990 voient la science-fiction engager des stratégies fictionnelles nouvelles : space operas, univers parallèles, uchronies ou cyberpunk. Elle entreprend d’explorer des thématiques privilégiées de la science-fiction : crise environnementale, espoirs et dangers de la technoscience, paradoxes temporels, contact et communication avec des « intelligences » extraterrestres, interactions et fusions entre humain, non-humain et post-humain… sans négliger d’investir des thématiques plus géographiquement situées (narrations de catastrophes naturelles et/ou artificielles régionales, réappropriations d’une tradition textuelle ou religieuse, réécritures uchroniques…). Elle se retrouve enfin à l’avant-garde des luttes sociales qui secouent les sociétés asiatiques dans les années 1980 et 1990 : revendications ethniques, postcoloniales, féministes ou encore homosexuelles et queer, accordant à des voix jusqu’alors marginales un espace d’expression alternatif. À l’opposé, la science-fiction sert parfois la logique des soft power nationaux (ainsi en est-il de l’écrivain chinois Liu Cixin – qui, au lendemain de la réception du Hugo, est invité par le vice-président à diffuser à travers le monde la puissance du « rêve chinois », slogan politique nationaliste lancé par Xi Jinping en 2013).

  • 6 Voir par exemple l’exposition « Hommage à Otomo » organisée en 2015 au Festival International de la (...)
  • 7 Le Voyage de Chihiro (2002) remporte par exemple l’Ours d’or du meilleur film à Berlin, une premièr (...)

7Et qu’elles se mettent ou non au service d’un nationalisme culturel, certaines de ses productions, notamment en bande dessinée et dans le cinéma (on pense aux œuvres de Ōtomo Katsuhiro6 ou Miyazaki Hayao7 au Japon), marquent en effet profondément la littérature et le cinéma mondial. Les influences ne sont d’ailleurs pas unilatérales : le réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho adapte au cinéma une bande-dessinée de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette, quand Rupert Sanders adapte lui un manga de Masamune Shirow [Shirō Masamune].

8Beaucoup des œuvres examinées dans ce numéro sont inédites en français et sans doute inconnues des lecteurs et des chercheurs ne comprenant pas la langue dans laquelle elles ont été produites. D’autres sont plus faciles d’accès, mais nécessitent parfois d’être appréhendées à la lumière de leur contexte socio-historique de production. Quoi qu’il en soit, elles constituent de formidables portes d’entrée par lesquelles appréhender l’évolution des sociétés asiatiques modernes depuis l’aube du xxe siècle : comme partout ailleurs, la science-fiction exprime depuis son émergence les fantasmes, les angoisses et les espoirs d’une époque, témoignant de sa capacité singulière à penser en même temps avec et contre son temps. Toutefois, il serait réducteur de la circonscrire à leur seul lieu d’émission : tout comme Nous autres (1920) n’est pas qu’un roman sur la Russie, Ravage (1943) sur la France ou V pour Vendetta (1982-1990) qu’une bande dessinée sur l’Angleterre, les œuvres présentées ici invitent à observer comment la science-fiction donnent à voir les fondations profondes de l’humanité, de ses lois et de ses trajectoires universelles.

  • 8 On appréciera par exemple le travail effectué par Loïc Aloisio sur la définition de la SF à la lumi (...)

9Un travail, déjà en partie entrepris8 et dont les contributions de ce numéro posent également les premières bases, serait toutefois encore à mener pour articuler les réflexions théoriques déployées en Asie de l’Est sur la SF avec l’état de l’art en Europe et aux États-Unis, afin de « déprovincialiser » la recherche sur le genre. Cette démarche aurait parallèlement l’avantage de montrer que les œuvres de SF asiatiques ne sont pas seulement des témoignages ou des marqueurs de trajectoires socio-historiques, mais aussi des supports par lesquels la science-fiction elle-même gagne à être pensée.

  • 9 Je remercie Simon Bréan et Irène Langlet, ainsi que tous les relecteurs anonymes des contributions (...)

10Loïc Aloisio retrace dans le premier article de ce numéro la genèse de la science-fiction en Chine, en revenant sur l’introduction du « roman scientifique » en Chine à partir de la fin du xixe siècle jusqu’à la chute de la dynastie des Qing et la naissance de la République (1911). À travers une étude textuelle et historique, il permet de comprendre le rôle militant et didactique conféré à ce genre naissant par les intellectuels de cette époque. En examinant deux de ces romans chinois du début du xxe siècle, Florine Leplâtre montre comment les auteurs et les intellectuels de cette période charnière de l’histoire de Chine, inspirés par les sciences médicales venues d’Occident, proposent des paraboles politiques, entre satire et fascination pour la modernité. Gwennaël Gaffric entreprend d’examiner le succès critique, médiatique et politique de la trilogie des Trois corps (2008-2010) de l’écrivain chinois de SF Liu Cixin, au regard de l’histoire du genre en Chine, mais aussi des discours culturalistes et nationalistes en Chine contemporaine. Il montre comment l’ambiguïté et la profondeur de cette œuvre interdisent de la réduire à un simple instrument de soft power. Benoît Berthelier retrace l’histoire méconnue de la science-fiction nord-coréenne depuis 1945 jusqu’à l’ère contemporaine. Il montre non seulement comment le genre s’est développé de façon concomitante avec les transformations socio-politiques du pays, mais aussi comment certains récits tendent à s’émanciper, consciemment ou non, des discours idéologiques officiels, de par les caractéristiques mêmes du genre science-fictionnel. Dans sa contribution, Maxime Danesin propose une lecture comparée et transtextuelle de Fahrenheit 451 et Library Wars (2006-2007) d’Arikawa Hiro (2006-2007), série de light novels dystopique se déroulant dans un Japon imaginaire. Entretenant des liens intertextuels évidents avec le roman de Ray Bradbury, Library Wars partage avec lui des interrogations communes sur la place du livre et la question de la censure. Thomas Michaud s’intéresse à un roman post-apocalyptique de l’écrivain japonais Project Itoh : Harmonie (2010). L’auteur explore la manière dont ce récit complexe et ambivalent propose de réfléchir sur la mise au point d’un système médical ultime, ce que Michaud appelle la « médicratie », ayant pour objectif la gestion optimale de la population. À travers l’étude du manga Gunnm de Kishiro Yukito (1991-95) et sa suite Gunnm Last Order (2000-2010), Denis Taillandier propose un examen de la façon dont la SF japonaise s’est emparée de l’imaginaire nanotechnologique dès le début des années 1990, et notamment les nanomachines imaginées par Eric Drexler. Taillandier montre comment le manga interroge le fantasme du contrôle et de la manipulation de la matière. Bounthavy Suvilay s’intéresse à la série télévisée japonaise Neon Genesis Evangelion, imaginée par Anno Hideaki. En analysant le contexte et les conditions de production de la série, elle démontre comment le support et les techniques d’animation utilisées pour cette série bouleversent et renouvellent les codes narratifs du genre du robot anime. Enfin, Suk-Hee Joo s’intéresse au cas particulier de l’adaptation au cinéma de la bande-dessinée le Transperceneige de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette par le réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho. L’auteur revient non seulement sur la genèse du projet, mais aussi sur la manière dont l’interprétation et l’approche narrative et esthétique de Bong Joon-ho participent à élaborer une œuvre autonome. Cette étude, comme toutes les précédentes l’auront montré à travers des approches différentes, met en évidence que la science-fiction en Asie de l’Est n’évolue pas en vase clos et que, riche d’une histoire transculturelle, elle ne parle pas que d’elle et pas que pour elle. Comme cela apparaît enfin dans le passionnant entretien mené, traduit et annoté avec beaucoup d’érudition par Denis Taillandier avec les chercheurs japonais Kotani Mari et Takayuki Tatsumi, les études sur la science-fiction au Japon sont non seulement vivaces et érudites, mais elles se développent aussi dans un effort remarquable de réflexion théorique, dont la créativité et la pertinence mériteraient d’être plus connus sous nos latitudes et pas seulement dans le champ des études sur la science-fiction japonaise ou asiatique9.

Top of page

Bibliography

Aloisio Loïc, « Chronologie comparée de la science-fiction », SinoSF : Blog consacré à la science-fiction chinoise, 2016a, URL : https://sinosf.wordpress.com/2015/07/11/chronologie-comparee-de-la-science-fiction/, consulté le 28.06.2017.

Aloisio Loïc, « Pour une définition de la SF », SinoSF : Carnet de recherche sur la littérature de science-fiction chinoise, 2016b, URL : https://sinosf.hypotheses.org/123, consulté le 28.06.2017.

Rocchia Simon, « Le marché du manga en France », Monde du Livre, 2015, URL : http://mondedulivre.hypotheses.org/1929, consulté le 20.06.2017.

Bibliographie indicative et non-exhaustive en français et en anglais sur la science-fiction en Asie de l’Est

En français :

Chine

Perspectives Chinoises, Numéro spécial « Fictions utopiques et dystopiques en Chine contemporaine », Wang Chaohua and Song Mingwei (ed.), n° 1, 2015.

Carnet de recherche sur la littérature de science-fiction chinoise, URL : https://sinosf.hypotheses.org/, consulté le 28.06.2017.

Japon

Colson Raphaël et Ruaud André-François (dir.), Science-Fiction : Les frontières de la modernité, Mnémos, 2008. Quatrième partie (p. 292-333).

Taillandier Denis, « Dossier : Science-fiction du Soleil levant », Galaxies, n° 39, p. 53-187.

Taillandier Denis, « Japon et SF : un dialogue entre le 20ème et le 21ème siècle », Galaxies, n° 31, p. 134-43.

Taillandier Denis, « La Science-fiction japonaise », Galaxies, n° 28, p. 137-46.

Yellow Submarine, numéro spécial « Kami et Mecha : Imaginaire japonais » dir. par Nicolas Lozzi, n° 135, 2011.

Taïwan

Gaffric Gwennaël, « Science-fiction et quête d’identité à Taïwan », postface à la traduction de Chi Ta-wei, Membrane, Paris : L’Asiathèque (Coll. Taiwan Fiction), p. 201-213.

Gaffric Gwennaël, « Du lieu au Tout-monde : la crise environnementale dans les romans d’anticipation de deux écrivains taïwanais », in Stefania De Lucia, Carmen Gallo et Danilo Marino (ed.), Landscapes and Mindscapes : Metodologie di ricerca, percorsi geocentratie poetiche dello spazio in una prospettiva comparata, Grumo Nevano : Marchese Editore, 2014, p. 193-206.

En anglais :

Chine

Liu Ken (dir.), Invisible Planets : Contemporary Chinese Science Fiction in Translation, New York : Tor Books, 2016 (anthologie).

Song Mingwei, “Representations of the Invisible : Chinese Science Fiction in the Twenty-first Century”, in Rojas Carlos and Bachner Andrea (dir.), The Oxford Handbook of Modern Chinese Literatures, p. 546-565.

Wang David Der-wei, Fin-de-siècle Splendor : Repressed Modernities of Late Qing Fiction, 1849-1911, Stanford : Stanford University Press, 1997.

Wu Dingbo and Murphy Patrick D. (ed.), Science Fiction From China, Westport : Praeger, 1989 (anthologie).

Renditions, “Chinese Science Fiction : Late Qing and the Contemporary, dir. par Song Mingwei, n° 77-78, 2012 (anthologie).

Science Fiction Studies, “Special Issue on Chinese Science Fiction”, ed. by Wu Yan and Veronica Hollinger, #119, vol. 40, Part 1, 2013.

Corée du Nord

Berthellier Benoît, “From Pyongyang to Mars : Sci-fi, Genre, and Literary Value in North Korea”, Sino NK, 2013, URL : http://sinonk.com/2013/09/25/from-pyongyang-to-mars-sci-fi-genre-and-literary-value-in-north-korea/.

Zur Dafna, “Let’s Go to the Moon : Science Fiction in the North Korean Children’s Magazine Adong Munhak, 1956–1965”, The Journal of Asian Studies, vol. 73, Issue 02, 2014, p. 327-351.

Corée du Sud

Pacquet Darcy, New Korean Cinema : Breaking the Waves, Wallflower Press, 2010.

Shin Haerin, “The Curious Case of South Korean Science Fiction : A Hyper-Technological Society’s Call for Speculative Imagination”, Azalea : Journal of Korean Literature & Culture, vol. 6, 2013, p. 81-85.

Zur Dafna, Figuring Korean Futures : Children’s Literature in Modern Korea, Palo Alto : Stanford University Press, 2017.

Hong Kong

Lee Gregory B. and Lam Sunny, “Wicked Cities : The Other in Hong Kong Science Fiction Film”, in Sardar Ziauddin and Cubitt Sean (dir.), Aliens R Us : The Other in Science Fiction Cinema, London : Pluto Press, 2002, p. 111-133.

Wong Kin Yuen, Westfahl Gary and Chan Amy Kit-sze (ed.), World Weavers : Globalization, Science Fiction, and the Cybernetic Revolution, Hong Kong : Hong Kong UP, 2005.

Japon

Apostolou John L. and Greenberg Martin H., The Best Japanese Science Fiction Stories, Newyork : Dembner Books, 1989 (anthologie).

Bolton Christopher, Csicsery-Ronay Istvan Jr, Takayuki Tatsumi, Robot Ghosts and Wired Dreams : Japanese Science Fiction from Origins to Anime, University of Minnesota Press, 2007.

Brown Steven T., Tokyo Cyberpunk : Posthumanism in Japanese Visual Culture, Palgrave Pacmillan, 2010.

Lamarre Thomas, The Anime Machine : A Media Theory of Animation, Minneapolis : University of Minnesota Press, 2009.

Mamatas Nick and Washington Masumi, The Future is Japanese : Science Fiction Futures and Brand New Fantasies from and about Japan, Haikasoru, 2012 (anthologie).

Ragone August, Eiji Tsuburaya : Master of Monsters : Defending the Earth with Ultraman, Godzilla, and Friends in the Golden Age of Japanese Science Fiction Film, San Francisco : Chronicle Books, 2014.

Robert Matthew, Japanese science fiction : a view of a changing society, Routledge, 2003.

Takayuki Tatsumi, Full Metal Apache : Transactions Between Cyberpunk Japan and Avant-Pop America, Durham : Duke University Press, 2006.

Tanaka Motoko, Apocalypse in Contemporary Japanese Science Fiction, New York : Palgrave Macmillan, 2014.

Science Fiction Studies, “Special Issue on Japanese Science Fiction”, dir. par Tatsumi Takayuki, Christopher Bolton and Istvan Csicsery-Ronay, Jr, #88, vol. 29, Part 3, 2002.

Taïwan

Chi Ta-wei, “Utopia Erotica : ‘Science Fiction’, ‘Taiwan’ and ‘Homosexuality’”, Chung-Wai Literary Monthly, n° 35, vol. 3, 2006, p. 17-48.

Lin Jiann-guang, “Politics, Anti-Politics and the Postmodern : Taiwan Science Fiction of 1980’s”, Chung-Wai Literary Monthly, n° 31, vol. 9, 2003, p. 130-159.

Lynn Daneel, “The Long and Winding Road to Science Fiction : A Brief Overview of SF Development in Taiwan”, Foundation : The International Review of Science Fiction, n° 94, 2005.

Top of page

Notes

1 Conformément à l’usage dans les pays qui nous occupent dans le cadre de ce numéro, le choix a été fait de faire précéder le prénom par le nom de famille (exemple : Oshii (nom) Mamoru (prénom) ; Liu (nom) Cixin (prénom) ; Bong (nom) Joon-Ho (prénom)).

2 Une bibliographie indicative en fin d’introduction liste les études en langue française et anglaise publiées sur le sujet et donne quelques références d’anthologies d’œuvres SF japonaises et chinoises traduites en français ou en anglais, parfois accompagnées de préfaces ou de postfaces éclairantes. On remarquera que si la science-fiction japonaise fait l’objet de plusieurs études (notamment autour des mangas et des animes), celles-ci sont toutefois rares concernant les autres régions).

3 Rappelons à ce titre que la France est le 2e marché mondial derrière le Japon mangas (principalement japonais) et représente depuis les années 2000 environ 25 % du chiffre d’affaires de la bande dessinée en France (Rocchia, 2015). S’il est difficile de chiffrer la part de mangas pouvant être rattachés au genre science-fictionnel, on pourra mentionner ici le succès de grands classiques tels qu’Akira (1982-1990), Astroboy (1952-1968) ou Ken le Survivant (1983-1988).

4 Les mobilités humaines et intellectuelles entre ces différentes entités à l’heure de l’émergence de la science-fiction dans la région nous paraissent justifier ce découpage, que nous avons par convenance décidé de regrouper sous le terme « Asie de l’Est ».

5 La traduction du Tour du monde en quatre-vingt jours par Tadanosuke Kawashima est considérée comme la première œuvre littéraire française à avoir été traduite directement de sa langue originale en japonais.

6 Voir par exemple l’exposition « Hommage à Otomo » organisée en 2015 au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, qui accueillit des œuvres d’une quarantaine d’auteurs de différents pays.

7 Le Voyage de Chihiro (2002) remporte par exemple l’Ours d’or du meilleur film à Berlin, une première pour un film d’animation. Miyazaki remportera par ailleurs un Oscar d’honneur en 2015. Précisons toutefois ici que tous les longs-métrages de Miyazaki ne sont pas rattachables au genre science-fictionnel.

8 On appréciera par exemple le travail effectué par Loïc Aloisio sur la définition de la SF à la lumière des réflexions d’intellectuels, d’écrivains et de chercheurs chinois sur ce sujet (Aloisio, 2016b) et celui, encore en cours, sur une chronologie comparée de la science-fiction intégrant la Chine, inspirée par Irène Langlet (Aloisio, 2016a).

9 Je remercie Simon Bréan et Irène Langlet, ainsi que tous les relecteurs anonymes des contributions présentées ici pour leur investissement et leur aide dans la conception de ce numéro.

Top of page

References

Electronic reference

Gwennaël Gaffric, « La science-fiction en Asie de l’Est : histoire et perspectives de recherche », ReS Futurae [Online], 9 | 2017, Online since 30 June 2017, connection on 22 September 2017. URL : http://resf.revues.org/977 ; DOI : 10.4000/resf.977

Top of page

About the author

Gwennaël Gaffric

Gwennaël Gaffric enseigne la langue et la civilisation chinoise à l’Université Lumière Lyon 2. Sa thèse doctorat en études transculturelles portait sur les questions écologiques dans la littérature taïwanaise contemporaine. Il s’intéresse maintenant aux questions environnementales et postcoloniales dans l’étude de la littérature de science-fiction sinophone contemporaine. Il est aussi traducteur. Parmi ses récentes traductions : Le Magicien sur la passerelle de Wu Ming-yi, paru dans la collection « Taiwan Fiction » de l’Asiathèque.

By this author

Top of page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org