Skip to navigation – Site map
La science-fiction en Asie de l'Est

L’émergence d’une forme de nanopunk au Japon : Gunnm (Ganmu 銃夢) de Kishiro Yukito

Denis Taillandier

Abstracts

Focusing on the manga Battle Angel Alita (Ganmu) by Kishiro Yukito (1991-95), this paper examines how Japanese science fiction rapidly integrated the most representative elements of the nanotechnological imagination. Ganmu is one of the first works of science-fiction in Japan to introduce the nanomachines envisioned by Eric Drexler (1986) and to provide at the same time a critical illustration of the dream of total control over matter. Following a brief outline on the close connections that link nanotechnology to science-fiction, it presents the technical notes the mangaka inserted in his work to provide a background on nanotechnology which forms the basis of Kishiro’s take on human enhancement. Building on semiotics and the Greimas square to unravel the symbolic structure of the manga, it shows that Ganmu is articulated around two polarities : between natural and artefactual on the one hand, and between matter and mind on the other. The manga thus raises an essential question, that of the definition of what is human in a world reshaped by technosciences. Inspired by an ethics of perfectibility, Kishiro attempts at answering it by defining humanness not so much by physiology, nor by self-consciousness, but rather by will and emotions, actions and the responsibility that comes with them. Although the conclusion of the first series seems to come back to a status quo the figure of the cyborg aimed at overcoming, the almost similar ending of the second series, Battle Angel Alita : Last Order (Ganmu LastOrder) eventually opens new perspectives in terms of relationships between humans and non-humans.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Japon

Chronological index :

XXe siècle ; XXIe siècle
Top of page

Full text

  • 1 Les light novels sont des romans destinés à un public de jeunes adultes. D’abord sérialisés à la ma (...)

1La réflexion autour de l’impact des nanotechnologies s’est largement développée autour d’œuvres de science-fiction. Fréquemment cité, La Proie de Michael Crichton (2002) est devenu un titre emblématique d’un nouveau sous-genre qui a rapidement intégré les perspectives d’Eric Drexler (1986) : le nanopunk, porté principalement aux États-Unis par des auteurs tels que Kathleen Ann Goonan, Greg Bear ou Neal Stephenson. Dérivé du cyberpunk, il s’affranchit toutefois des mondes virtuels de son aîné pour explorer des univers au sein desquels les promesses nanotechnologiques se seraient matérialisées dans la réalité, sans se limiter aux seules technologies du vivant dont le biopunk, son courant littéraire cousin, s’est emparé environ à la même période. Le roman de Crichton est en effet devenu l’illustration du scénario de la gelée grise : des nanomachines échappent à tout contrôle, évoluent et se reproduisent pour finalement former de redoutables essaims prédateurs. Au Japon, des light novels1 avec un arc narratif très similaire avaient été publiés dès la fin des années 1990 : Le Péril nano (Nanohazâdo ナノハザード) de Handa Katsumi 半田克己 et Domino de Rikudô Kei 六道慧, témoignant de la rapidité avec laquelle les écrivains japonais se sont emparés de l’imaginaire nano.

2La science-fiction japonaise demeure pourtant méconnue, alors que dans les années 1960, l’un de ses plus célèbres écrivains, Komatsu Sakyô 小松左京, définissait la science-fiction comme la « grande littérature de demain » (Komatsu, 2000, p. 51), un terrain d’investigation extrêmement fertile pour une réflexion sur le pouvoir de transformation des technosciences. Le Japon est en outre devenu dans les années 1980 un pays de science-fiction, l’illustration même du futur technologique, source d’inspiration pour les auteurs de cyberpunk nord-américains dont il est devenu le cadre narratif de prédilection. Tatsumi Takayuki 巽孝之 (2006, p. 51) explique notamment comment la fin du xxe siècle aurait donné naissance au japonoïde, une nouvelle entité hybride transnationale nourrie de culture populaire japonaise. Cet imaginaire, teinté d’une forme de techno-orientalisme, s’est largement développé à l’étranger, au point d’éclipser presque complètement la diversité et l’originalité de la science-fiction japonaise dont on ne connaît finalement que peu de chose. Cet article se propose ainsi d’examiner, à travers l’étude du manga Gunnm (Ganmu 銃夢) de Kishiro Yukito 木城ゆきと (1991-95), la façon dont la SF japonaise s’est emparée de l’imaginaire nanotechnologique dès le début des années 1990.

  • 2 Celui-ci se situe plutôt dans la veine biopunk, même s’il convient d’insister sur le fait que les n (...)

3Gunnm est en effet l’une des premiers œuvres avec Version (1989-91)2 de Sakaguchi Hisashi坂口 尚, à en avoir introduit les éléments emblématiques – les nanomachines imaginées par Drexler – tout en illustrant de manière critique le rêve de contrôle ultime de la matière. Elle s’inscrit dans la lignée de mangas publiés entre les années 1960 et 1970, dont elle reprend les thèmes principaux (le statut des cyborgs et la question de leur libre arbitre) en les réinterprétant au prisme du paradigme nano. Il s’agit notamment de Cyborg OO9 (Saibôgu zero zero nain サイボーグ009, 1964-98) d’Ishinomori Shôtarô 石ノ森章太郎, le premier à avoir décrit les souffrances psychologiques de neuf humains transformés contre leur gré en cyborgs destinés à servir les plans d’une organisation contre laquelle ils se rebellent. Ancien jumeau parasite, dont les quelques organes dotés de pensée ont été transférés dans un exosquelette, Pinoko (ピノコ), l’assistante du célèbre médecin éponyme du manga Black Jack (Burakku jakku ブラックジャック, 1973-83) de Tezuka Osamu 手塚治虫, est en partie le modèle de l’héroïne de Gunnm (ainsi que celui du personnage de Den).

4Gunnm est initialement paru dans le magazine de prépublication mensuel de la Shûeisha, Business Jump Magazine, entre 1991 et 1995. Il sort alors rapidement en version reliée, sous la forme de neuf volumes individuels. Kishiro crée ensuite d’autres œuvres qui se déroulent dans le même monde dystopique : Ashman (Haisha 灰者), publié dans Ultra Jump entre 1995 et 1996, ainsi que Gunnm Other Stories (Ganmu gaiden 銃夢外伝) entre 1997 et 1998. En 2000, il décide de reprendre la série originale avec Gunnm Last Order (Ganmu LastOrder 銃夢 LastOrder), dans lequel il crée une fin alternative au premier cycle afin d’en poursuivre le récit. Après un changement d’éditeur en 2010, celui-ci s’achève en 2014 dans le numéro 4 du magazine Ibuningu publié par la Kôdansha qui le propose également en dix-neuf volumes individuels. Depuis 2014, Kishiro explore l’enfance de l’héroïne à travers la préquelle Gunnm Mars Chronicle (Ganmu kasei senki 銃夢火星戦記).

5Dans une interview publiée dans le magazine français Tsunami, il explique que des problèmes personnels ainsi que des circonstances indépendantes de sa volonté l’avait empêché de continuer la première série, mais que son abandon, s’il fut un choix douloureux, était le fruit d’une décision personnelle (Kosuke, 1995). Lors d’un entretien ultérieur, accordé au magazine Ultra Jump en 1998, il exprime son insatisfaction vis-à-vis de la conclusion originale qu’il juge manquer de naturel. Dès les débuts de la série, Kishiro avait en effet envisagé de faire voyager son héroïne dans l’espace, mais un tel développement du récit aurait demandé un immense travail que l’état de santé du mangaka ne permettait pas (Kishiro, 1998).

6Le second volet du manga élargit donc amplement le récit et offre une nouvelle lecture des implications sociales et sociétales des nanotechnologies, comme le souligne l’article de Bounthavy Suvilay (2008) à propos des représentations des nanotechnologies dans le manga. Nous nous intéresserons ici principalement au premier cycle de la série et à sa conclusion, que Suvilay a choisi de ne pas aborder, afin de souligner la façon dont il s’approprie l’imaginaire nanotechnologique drexlerien, mais aussi, et surtout, la façon dont il l’interroge et le remet en question.

7Pour ce faire, une brève présentation des nanotechnologies, et notamment des liens qui se sont immédiatement tissés entre science et fiction au cours de leur développement, permettra d’éclairer au préalable l’analyse de Gunnm.

Nanotechologies et science-fiction

  • 3 Voir notamment l’essai de Louis Laurent et Jean-Claude Petit (2006).

8Les nanotechnologies ont été présentées comme la prochaine révolution industrielle, d’une ampleur telle qu’elle devrait bouleverser l’ensemble de la société humaine. L’éventail des prévisions a varié entre l’avènement d’une ère d’abondance et de richesses, et l’apparition de nouvelles menaces à l’encontre de l’humanité. Si les promesses portées par les nanotechnologies ont été largement exagérées, dérivant jusqu’à une vision quasi-religieuse de salut d’une post-humanité à travers le mouvement transhumaniste, la perception des risques a aussi été dramatisée au point que certaines prédictions ont prophétisé une apocalypse imminente3. Le discours autour des nanotechnologies, qu’il soit utopique ou dystopique, a fait un tel usage d’une forme de rhétorique propre à la science-fiction qu’il est parfois devenu difficile d’établir une distinction entre science et fiction.

9La genèse des nanotechnologies remonterait en 1959, au célèbre discours du Prix Nobel de Physique Richard Feynman : « There’s Plenty of Room at the Bottom ». Feynman se voit attribuer la paternité des nanotechnologies parce qu’il s’est interrogé sur la possibilité, « dans un futur prochain, d’arranger les atomes de la manière dont on le souhaite ; les atomes, là, tout en bas ! » (Feynman, 1959, p. 65). Les physiciens allaient bientôt être capables de produire n’importe quel objet grâce à de mini-usines fonctionnant à l’échelle atomique. En somme, le rêve ultime de l’homo faber  : remodeler la matière à son niveau le plus intime. Il faudra toutefois attendre presque vingt ans pour qu’un scientifique japonais, Taniguchi Norio, professeur à l’Université des Sciences de Tokyo, utilise le premier le terme de nanotechnologie en 1974. L’invention du microscope à effet tunnel (STM) en 1981 par Greg Binning et Heinrich Roher permit ensuite aux scientifiques de sonder le nanomonde et de « voir » des atomes pour la première fois.

10Ce fut pourtant sans aucun doute Eric Drexler, du Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui popularisa les nanotechnologies dans son ouvrage Engines of Creation (Engins de Création) en 1986 (Drexler, 2005). Fort des possibilités offertes par l’invention du STM, il se réapproprie les perspectives développées par Feynman pour imaginer la création d’assembleurs moléculaires, des nanomachines capables de s’auto-répliquer à l’identique et de manipuler la matière à l’échelle atomique. Il en évoque aussitôt les possibilités : de la production de n’importe quel objet matériel, en passant par le traitement de toute forme de pollution, l’éradication des maladies et même du vieillissement, la création de puissantes Intelligences Artificielles, la colonisation de l’espace, jusqu’à la quasi immortalité de l’espèce humaine. Il ne s’en tient cependant pas seulement aux espoirs et pose la question de la création de nouvelles armes, de nouvelles techniques de domination, et surtout de l’autonomie des assembleurs moléculaires qui, si l’on en perdait le contrôle, se reproduiraient à l’infini et finiraient par dévorer l’ensemble des ressources naturelles pour former une espèce de gelée grise.

11Voilà qui « ressemble à de la science-fiction », reconnaît Drexler lui-même (Drexler, 2005, p. 117). Pourtant, lorsque Eigler et Schweizer (1990, p. 524-526) réussirent à manipuler avec un STM des atomes de xénon pour esquisser le logo d’IBM à l’échelle nanométrique en 1989, les possibilités de l’ingénierie moléculaire se virent réaffirmées. Un discours enthousiaste annonçant la révolution nanotechnologique fit alors son apparition et engendra une vague d’attentes et de spéculations qui se matérialisèrent notamment dans la création de programmes nationaux de recherches. Or, ainsi que l’indique l’anthropologue des sciences Christopher Toumey (2006, p. 402) : « une technophilie exagérée engendre toujours son contraire, à savoir une réaction technophobe excessive ».

12C’est à ce moment-là que la science-fiction fait son entrée remarquée dans la bataille discursive. Afin d’apaiser ou tout simplement de ne pas prendre en compte des inquiétudes soi-disant irrationnelles, les idées de Drexler ont été violemment critiquées et reléguées à un sous-genre de science-fiction à ne pas confondre avec la « vraie » science. Et pourtant, insiste Colin Milburn (2008, p. 24) : « la science-fiction n’est pas une dimension dont on pourrait débarrasser les nanosciences si facilement puisque c’est actuellement la seule dans laquelle les futures réalisations nanotechnologiques existent ».

  • 4 Les raisons seraient à chercher justement dans la façon dont le mode de subventionnement des recher (...)
  • 5 Analysant un rapport officiel de la NNI nord-américaine, Lopez (2006, p. 343) affirme qu’il » est i (...)

13Plusieurs chercheurs en sciences humaines se sont penchés sur la mobilisation des techniques rhétoriques propre à la science-fiction dans le discours sur les nanotechnologies. Arne Hessenburch a notamment montré que malgré l’idée indéfectible selon laquelle la Science ne se préoccupe que de faits et de connaissances objectives, elle véhicule dans la sphère publique un « sentiment d’excitation » proche du sense of wonder4. José Lopez (2006) et Colin Milburn (2008) ont mis à jour l’utilisation du novum science-fictionnel dans ce qu’ils appellent les « écrits nano », qu’il s’agisse de Drexler ou de ses détracteurs5. Tous deux concluent que la science-fictionnalisation des nanotechnologies est un processus interne, non pas une réponse de la culture populaire qui se les serait appropriées pour en fournir une représentation détournée ou surinvestie.

  • 6 Regis (1995, p. 152-154) explique comment l’un des amis de Feynman, Albert Hibbs, lui aurait décrit (...)

14Le fait même d’avoir mis en avant la figure de Feynman pour lui attribuer rétrospectivement la paternité – au moins conceptuelle – des nanotechnologies, n’a fait que renforcer leurs liens avec la science-fiction. L’anthropologue Christopher Toumey (2005, p. 16-23) a en effet souligné que le célèbre discours de 1959 n’avait eu aucune influence sur le développement des nanotechnologies. Il n’a été redécouvert que dans les années 1990 afin d’établir un mythe fondateur qui fasse autorité et permette de tenir la science-fiction à bonne distance. Et pourtant, plusieurs des idées développées par Feynman s’articulaient autour de métaphores qui existaient déjà dans l’imaginaire de la science-fiction. La plus célèbre, celle d’un système télé-opéré de mains miniatures qui permettent de construire puis d’opérer à leur tour des mains de plus en plus petites, jusqu’à l’échelle cellulaire, fut inventée par l’écrivain Robert Heinlein dans une nouvelle de 1942 intitulée « Waldo »6.

15Quoiqu’il semble donc possible d’affirmer avec Milburn (2004, p. 123) « qu’il faille se tourner vers la science-fiction plutôt que vers Feynman pour trouver l’origine des nanotechnologies », il est aussi indéniable que les horizons ouverts par les scientifiques ont à leur tour influencé les écrivains et donné naissance à de nouveaux récits. Les nanotechnologies se sont développées à partir d’un nœud complexe de récits, scientifiques et fictionnels, dont les frontières sont extrêmement poreuses. Il suffit de s’intéresser aux « notes techniques » que Kishiro a intégré à chacun des volumes de la version reliée de Gunnm pour le constater. Celles du tome cinq concernent les nanotechnologies dont elles sont censées fournir un bref aperçu au lecteur.

Gunnm et les nanotechnologies : notes techniques

16Kishiro y présente les nanotechnologies par l’intermédiaire d’un personnage central du manga, le professeur Desty Nova. Celui-ci est accoudé à un pupitre sur lequel figure un bref historique du développement des nanotechnologies. Curieusement, la petite chronologie ne mentionne à aucun moment le nom de Taniguchi Norio, passant ainsi sous silence le fait qu’un scientifique japonais soit à l’origine du terme même de nanotechnologies. À la manière de la plupart des comptes rendus sur le sujet, elle fait bien sûr référence au discours de Richard Feynman en 1959, mais, chose intéressante, fait aussi état de la nouvelle de science-fiction de Robert A. Heinlein, « Waldo ». Pour Kishiro, l’Urtext des nanotechnologies n’est donc pas un ouvrage technique mais une œuvre de fiction.

17Sa présentation aussi bien théorique que picturale des nanotechnologies s’appuie principalement sur les écrits futuristes de Drexler, lequel apparaît deux fois dans la chronologie : en 1976 pour avoir le premier proposé l’idée de nano-assembleurs, et en 1986 avec la publication d’Engines of Creation. Les deux autres entrées concernent logiquement l’invention en 1981 du microscope à effet tunnel, puis la création, en 1989, d’un logo IBM dessiné à l’aide d’atomes de xénon, illustration des possibilités de manipulation de la matière à l’échelle atomique avec laquelle Kishiro clôt son petit historique. Rien d’anodin à cela puisque la prouesse des ingénieurs d’IBM a contribué à appuyer, sinon corroborer, la vision de Drexler au moment même où Kishiro commençait à dessiner Gunnm.

Ill. 1

Ill. 1

Les notes techniques au sujet des nanotechnologies (1).

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 5, Tokyo : Shûeisha, p. 212. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés

18Or il suffit d’observer le croquis d’un assembleur nano (Ill. 1, à gauche) pour s’apercevoir que celui-ci reprend les codes picturaux des images produites par microscope à effet tunnel, et plus précisément la manière dont les atomes individuels sont représentés par des petites sphères pointues – telles que le logo d’IBM les donne à voir (Ill. 1, coin inférieur droit). Le corps arrondi du nano-robot fait aussi penser à un fullerène, une molécule de carbone dont la première déclinaison, découverte en 1985, possède une structure sphérique en forme de dôme géodésique. Ces molécules de taille nanométrique possèdent des propriétés particulières (elles sont par exemple conductrices et lubrifiantes) qui en rendent l’usage fréquent dans de nombreux domaines (cosmétique, pharmaceutique, etc.). En outre, elles peuvent être fonctionnalisées de différentes manières, notamment par l’ajout d’autres groupes chimiques qui en modifient l’architecture et les propriétés (Irle, Morokuma, Rubin, 2002). Le résultat d’une expérience d’insertion de cobalt dans un fullerène par une équipe de chercheurs de l’Université de Californie partage de nombreuses similitudes avec l’assembleur imaginé par Kishiro.

Ill. 2

Ill. 2

Insertion de métal (cobalt) dans un fullerène (Arce M.-J. et al., 1996)

© University of California Los Angeles, Dept. of Chemistry. Droits Réservés

19La description que Kishiro ajoute au croquis du nano-robot fait directement référence à Engins de Création (Gunnm, tome 5, p. 212) :

Les assembleurs sont des robots moléculaires composés de pièces – engrenages, roulements mécaniques, moteurs – construites atome par atome. Ils sont alimentés par électricité statique, et leur structure moléculaire particulière les rend extrêmement solides. Ils opèrent selon un programme intégré. On appelle de tels robots moléculaires des « assembleurs ».

20Ces explications se retrouvent notamment dans le premier chapitre de l’ouvrage de Drexler (2005, p. 15), tandis que les précisions ultérieures, plus techniques, sont des citations presque directes du chapitre quatre (Drexler, 2005, p. 73-74).

  • 7 Respectivement, les titres des chapitres 4, 5, 6, 7 et 8 de l’ouvrage de Drexler.

21La seconde page des notes techniques concerne les applications possibles : que permettrait l’emploi de nanomachines ? Là encore, Kishiro s’appuie largement sur Engins de Création dont il s’inspire des titres de chapitre : « engins d’abondance », « machines pensantes », « le monde au-delà de la Terre », « engins de guérison », « longue vie dans un monde ouvert »7. Puisque « les assembleurs peuvent en effet construire tout ce que les lois physiques autorisent, leurs applications techniques sont sans limites »(Gunnm, tome 5, p. 213), indique le mangaka. Il imagine ainsi la production de nourriture à partir de matière inorganique (« engins d’abondance »), la création d’ordinateurs moléculaires (machines pensantes), ou encore la terraformation de planètes (« le monde au-delà de la Terre »).

  • 8 Il se base sur la description suivante : « D’autres systèmes utilisant les nanotechnologies pourrai (...)

22Il va même jusqu’à illustrer concrètement deux idées de Drexler dans le manga en quatre cases situées à gauche des notes (image 3) : le générateur de nourriture8 et la gelée grise. Le générateur permettrait de produire de la nourriture fraîche à partir des atomes adéquats : Desty Nova y enfourne de l’eau, de la boue et des arrêtes de poisson pour obtenir son plat préféré, le flan. Le générateur finit par s’emballer et transforme le laboratoire du professeur en un gigantesque flan, une représentation à la fois littérale et comique du fameux scénario de la gelée grise.

Ill. 3

Ill. 3

Les notes techniques au sujet des nanotechnologies (2).

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 5, Tokyo : Shûeisha, p. 213. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés

23Toutefois, repousser les frontières du déterminisme biologique, voilà ce qui intéresse le plus Kishiro. Les principales avancées technologiques qu’il imagine se rapportent donc au corps : restauration des tissus cérébraux, création de corps mécaniques et de tissus organiques (tels que le système nerveux) artificiels ; pour mener finalement à l’immortalité. Kishiro n’hésite donc pas à mêler les réflexions de Drexler, notamment en ce qui concerne la guérison d’«  une maladie appelée "vieillissement" » (Drexler, 2005, p. 144), et la remarque de Norbert Wiener, selon qui l’être humain a modifié l’environnement dans lequel il vit à un tel point qu’il doit maintenant s’y adapter lui-même en changeant sa propre nature (Wiener, 1988, p. 48). Nous citons ici Wiener et la cybernétique précisément parce que le projet anthropotechnique (Goffette, 2006) de modification et d’amélioration de l’humain avait commencé au xxe siècle avec sa plus célèbre représentation : le cyborg. Kishiro envisage les nanotechnologies à la fois comme technologie de restauration et comme technologie d’amélioration. Il établit ainsi un pont entre cybernétique et nanotechnologies : celles-ci se posant comme le prolongement plus abouti et plus subtil de celles-là.

24Le motif du cyborg, s’il est en effet intimement lié à la cybernétique et la théorie de l’information, s’adapte assez aisément à l’imaginaire nanotechnologique. La cybernétique réduit tout à l’information : les processus de communication, de commandes et de contrôle de l’information, s’appliquent indifféremment à l’humain, aux animaux comme aux machines, permettant ainsi de créer des connexions informatiques entre des composants organiques et des composants synthétiques. Les nanotechnologies réduisent tout aux atomes : les briques fondamentales de la matière n’établissent aucune différenciation entre le fait qu’elle soit organique ou non. Il convient d’ailleurs de rappeler que les promoteurs des nanotechnologies, notamment aux États-Unis avec la National Nanotechnology Initiative (NNI), insistent sur une forme de convergence entre plusieurs domaines technico-scientifiques : les Nanotechnologies, les Biotechnologies, l’Informatique (les technologies de l’Information) et les sciences Cognitives qui forment ensemble l’acronyme NBIC (Roco, Bainbridge, 2003).

25Ce processus d’unification des disciplines, quoiqu’il soit bien loin de se réaliser concrètement, implique une réduction du réel à ce que les critiques ont surnommé le « petit BANG » (ETC Group, 2003) – qu’il faut lire comme l’acronyme de Bits (informatiques), Atomes, Neurones et Gènes – et contribue à rendre les frontières humain-machine, matière-information, naturel-artificiel, organique-inerte très floues. Or il s’agit précisément là de la problématique soulevée par Gunnm dont nous allons présenter brièvement le récit avant de rentrer dans l’analyse et montrer comment le manga révèle les questions culturelles, sociales et représentationnelles qu’a pu soulever le discours drexlerien sur les nanotechnologies.

Le récit du développement des technologies de l’amélioration humaine

26Situé dans un monde dystopique, le récit de Gunnm s’ouvre sur Kuzutetsu (littéralement « la ferraille »), une vaste étendue urbaine constituée d’usines, de quartiers pauvres et d’une gigantesque décharge, où se côtoient humains ordinaires et cyborgs technologiquement améliorés. Ce dépotoir urbain s’étale sous la cité céleste de Zalem avec qui il était autrefois relié par un ascenseur spatial fait de nanotubes de carbone. La connexion a toutefois été rompue et Kuzutetsu est ensuite devenu la décharge de Zalem tout en restant sous son contrôle implacable : ses usines fournissent eau, nourriture et ressources à la citée aérienne par l’intermédiaire d’énormes tubes linéaires, leur dernière relation, unique mais non-réciproque.

  • 9 Son frère, Karel Čapek lui en attribue en effet la paternité. Le tchèque robota signifie corvée, et (...)

27Les usines fonctionnent donc sur un modèle de gouvernance locale qui applique les règles de Zalem via des « bornes humaines » (deckmen), des cyborgs au corps cylindrique qui leur permet de se déplacer à l’intérieur des tubes. Ce sont d’anciens humains qui ont sacrifié une grande partie de leur cerveau, dont leurs souvenirs, leurs désirs et leur libre arbitre, si bien que ce qui en reste fonctionne plus ou moins comme une puce informatique consacrée au traitement des informations provenant de Zalem. Kishiro souligne d’ailleurs dans les « notes techniques » du tome 1 que les bornes sont les « robots de Zalem » dans le sens original du terme inventé par Josef Čapek9.

28Ils sont notamment en charge du recrutement de chasseurs de primes, les hunter warriors, qui forment la seule police de Kuzutetsu. Ceux-ci sont alors immatriculés à l’aide d’un nanosystème de radio-identification (RFID) implanté directement dans leur cerveau. Ce type d’identification fait ainsi clairement référence à la miniaturisation de puces RFID (de l’anglais Radio Frequency Identification) existantes et des possibilités de surveillance ou de contrôle de l’humain par la technologie.

29Kuzutetsu se présente donc comme un univers dans lequel un développement technologique effréné dominé par une forme de cybernétique ont permis la prolifération d’une grande variété de cyborgs grâce à l’ingénierie électronique et une maîtrise imparfaite mais suffisante de l’hybridation entre matière organique et inorganique. La technologie cybernétique de Kuzutetsu ne peut toutefois pas s’affranchir du cerveau biologique qui demeure irremplaçable. Si le corps est interchangeable à volonté – et surtout à hauteur des ressources financières disponibles – la destruction du cerveau représente la véritable mort de l’individu, l’extinction irréversible du sujet. C’est notamment la raison pour laquelle l’identification des hunter warriors s’effectue grâce à la puce implantée dans leur cerveau, et que ceux-ci doivent absolument conserver les têtes des criminels qu’ils abattent. Ajoutons avec Suvilay (2008, p. 94) que les soldats-douilles, des têtes prêtes à être vissées sur une variété de supports mécaniques conçus pour le combat, sont l’une des illustrations les plus saisissantes de la prévalence du cerveau sur le corps. Il reste toutefois des humains de chair et d’os, soit qu’ils ne disposent pas des moyens financiers suffisants pour modifier et augmenter leur corps, soit qu’ils refusent radicalement une telle transformation. C’est ce que Kishiro donne à voir de manière saisissante à travers le personnage Knucklehead, un cyborg affichant son cerveau protégé par une boîte crânienne en verre transparent (Ill. 4).

Ill. 4

Ill. 4

Le cyborg Knucklehead.

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 6, Tokyo : Shûeisha, p. 147. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés

30C’est dans cet environnement composite qu’un ancien citoyen de Zalem, Ido, découvre la tête et le haut du torse d’un cyborg dont le cerveau est toujours en vie. Il réussit à la sauver et la dote d’un nouveau corps ainsi que d’un nom : Gally. Amnésique, elle ne parvient à saisir des bribes de son passé qu’au combat, en écoutant le récit des mouvements de son corps qui lui joue un ballet martial ancien enfoui dans son inconscient. Ainsi que l’a justement souligné Suvilay, le récit se développe à la manière d’un roman d’apprentissage articulé autour de Gally dont le voyage initiatique dévoile différents espaces possédant chacun « un système de valeur spécifique défini par leur degré de maîtrise technologique » (Suvilay, 2008, p. 92).

31L’un des personnages centraux du manga, et archétype du savant fou, le professeur Desty Nova, est lui aussi un ancien citoyen de la cité céleste dont il fut banni à cause d’expériences in vivo aussi peu éthiques qu’hasardeuses. Son objectif ultime, inscrit jusque dans son nom : parvenir à transcender le déterminisme humain. Nova se retrouve ainsi à l’origine de nombreux des obstacles que Gally doit surmonter, bien que leur première rencontre ne s’effectue qu’au cours du cinquième tome.

  • 10 Celle-ci établit l’irréversibilité des phénomènes physiques, notamment des échanges thermiques. Ell (...)

32Les nanotechnologies apparaissent en effet sur Kuzutetsu par l’intermédiaire de Nova qui a réussi à créer des nano-robots capables, une fois injectés dans le corps, de réparer les dommages subis par les tissus organiques. Les réalisations technologiques de Zalem sont donc largement supérieures à celles qui existent sur Kuzutetsu. Aussi longtemps que le cerveau n’est pas complètement anéanti, les nano-robots de Nova sont à même de le restaurer aussi facilement qu’ils guérissent n’importe quelle autre blessure corporelle. Nova s’en sert toutefois pour jouer avec le destin des personnages qu’il rencontre en les exhortant à se libérer du déterminisme karmique auquel ils sont soumis, et qu’il associe au deuxième principe de la thermodynamique10. Nova rêve d’en finir avec la mort et les restrictions qu’impose l’inévitable désagrégation de la matière physique. Les nanotechnologies deviennent ainsi le moyen ultime de libérer l’humain du déterminisme matériel, de repousser indéfiniment les limites au lieu de composer avec elles (Bensaude-Vincent, 2009, p. 104).

33Les citoyens de Zalem, tous de chair et d’os et dont l’humanité réside précisément dans ce corps biologique intact, ont donc accès à une forme de technologie à la fois beaucoup plus puissante et plus subtile, intime. Les nanotechnologies leur permettent de dépasser la simple ingénierie de la matière qu’ils peuvent modeler à volonté en réorganisant ses briques fondamentales. Nova a lui percé le secret de Zalem et de sa société : afin de devenir un citoyen à part entière, chaque individu doit subir à l’âge de dix-neuf ans un rite initiatique qui consiste en une opération chirurgicale au cours de laquelle leur cerveau biologique est remplacé par une puce électronique contenant une copie de leur mémoire.

34Cette procédure participe d’un programme eugénique mis en place et géré par l’Intelligence Artificielle qui contrôle la cité céleste : l’ordinateur Melchizedek. Son nom fait référence à Melchisédech, personnage du Tanakh, la bible hébraïque, où il apparaît comme « Roi de justice » ou « Roi de Salem » (une lecture alternative de Jérusalem). Il existe plusieurs interprétations du personnage qui est aussi mentionné dans l’Épître aux hébreux du Nouveau Testament que Kishiro cite directement dans une note (Gunnm, tome 9, p. 204).

35Le mangaka insiste donc sur le fait que l’IA ressemble à une entité immortelle, apparemment au-delà de tout déterminisme matériel. Suvilay explique bien que le nom de Zalem « fait référence à la Nouvelle Jérusalem ou la Jérusalem céleste, décrite dans l’Apocalypse de Saint-Jean » et qu’elle « correspondrait à la cité utopique de mille ans, où Dieu vivrait dans le bonheur avec des hommes justes » (Suvilay, 2008, p. 93). Le but de l’IA Melchizedek était de construire une société parfaite dont les membres normalisés seraient contrôlés par un système informatique qui les protègerait de toute forme de stress. Ils devaient finalement être envoyés vers d’autres planètes afin d’établir des colonies en dehors du Système Solaire – un voyage extrêmement long dont le succès dépend donc d’une gestion impeccable des relations interpersonnelles.

36Le projet échoua néanmoins : les vaisseaux furent entièrement détruits et l’IA sombra alors dans la folie, incapable qu’elle fut de protéger ses « enfants ». Elle sépara alors Zalem de la station orbitale Jéru, le contrepoids à l’extrémité supérieure de l’ascenseur spatial, et de la surface terrestre, transformant ainsi la cité céleste en un berceau complètement isolé de toute influence extérieure. Pendant 200 ans, elle continua à veiller sur les descendants de ses « enfants » et à pérenniser la microsociété de Zalem en profitant des ressources fournies par les usines de la surface terrestre. Kishiro illustre le double aspect, physique et spirituel, de Melchizedek en dessinant l’IA à la fois sous la forme bien matérielle d’un immense ordinateur logé au cœur de la cité céleste, mais aussi sous la forme holographique d’une mère bienveillante (ill. 5 & 6).

Ill. 5

Ill. 5

Melchizedek (IA).

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 9, Tokyo : Shûeisha, p. 205. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés

Ill. 6

Ill. 6

Melchizedek (mère).

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 9, Tokyo : Shûeisha, p. 212. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés

Au-delà des oppositions naturel / artificiel et matériel / immatériel : la structure profonde du récit

37À mesure que le récit se développe, de nouvelles réalisations technologiques se dévoilent qui remettent peu à peu en cause la division épistémique moderne entre le naturel – en tant que socle ontologique stable – et l’artificiel – en tant qu’imitation de la nature par l’homme. Il s’agit là de la question que pose K. Lee (1999) à propos de l’apparition de nouveaux produits artificiels des nanotechnologies. Selon Lee, la possibilité de créer des matériaux, des structures ou autres dispositifs à partir des briques fondamentales de la nature présenterait des dangers tout à fait inédits : il ne s’agit plus de s’inquiéter de la perte de valeurs « secondaires » de la nature (sa complexité, sa stabilité), mais de la perte de ses valeurs « primaires », de sa nature même, son essence ontologique. Elle illustre son propos en arguant du fait que, contrairement à l’usage des nanotechnologies dont la finalité est de créer des produits entièrement nouveaux, le changement climatique provoqué par l’homme ne l’est pas de manière délibérée, c’est un effet secondaire de l’action humaine. D’un point de vue métaphysique, le danger que représente un tel changement touche à la nature en tant que milieu exempt de toute action humaine, alors que les nanotechnologies menacent l’essence ontologique de la nature, la nature construite par des processus naturels. Or Lee affirme que l’indépendance de la nature est une valeur ontologique qu’il faut absolument préserver si l’on veut maintenir une altérité radicale par rapport à l’homme, lui permettant de se mettre en perspective et de garder à l’esprit la place qu’il occupe dans le monde.

38Dans Gunnm, la division entre naturel et artificiel s’estompe dès le départ avec l’utilisation de technologies dérivées de la cybernétique et la mise en scène immédiate de cyborgs. Or, ainsi que le souligne Katherine Hayles, la figure même du cyborg se base sur une conception de l’information appréhendée « comme une entité (désincarnée) qui peut circuler librement entre des composés organiques à base de carbone et des composants électroniques à base de silicium » (Hayles, 1999, p. 2). La matérialité du corps est ainsi secondaire par rapport à l’information et sa structure dont elle ne serait en quelque sorte qu’un épiphénomène.

39Kishiro décrit en outre deux formes de cyborgs : les hybrides au cerveau biologique monté sur un corps mécanique de Kuzutetsu d’une part, et les posthumains au corps organique contrôlé par une puce électronique sur Zalem d’autre part. Ceux-ci procèdent plutôt des nanotechnologies et d’un contrôle plus subtil de la matière qui fait largement écho au rêve transhumaniste de téléchargement de l’esprit humain dans un ordinateur (Moravec, 1990). Les uns comme les autres soulèvent toutefois une question importante : où se situe l’essence humaine si une puce électronique peut remplacer le cerveau et des prothèses mécaniques se substituer au corps biologique ; si une Intelligence Artificielle telle que Melchizedek peut adopter le même comportement qu’un humain ?

  • 11 Le carré sémiotique, ou carré de Greimas, est une manière de formaliser les relations que forment l (...)

40Face à une telle interrogation, le manga semble se fonder sur une unique dichotomie : celle qui oppose le biologique (le naturel) au mécanique (l’artificiel). Lorsque Nova dévoile le secret de Zalem à Gally, tous deux ne peuvent résoudre le problème de savoir s’il existe une différence entre les cyborgs de Zalem et les cyborgs de Kuzutetsu (Gunnm, tome 9, p. 20). Gunnm se tisse pourtant sur un réseau de relations beaucoup plus complexes et instables que ne le laisse paraître l’opposition entre biologique et artificiel. Afin d’en rendre compte, nous nous sommes servis du carré sémiotique11 (image 7) tel que l’a proposé le linguiste lituanien Algirdas Julien Greimas (1970), en nous inspirant d’exemples de son utilisation en narratologie littéraire, notamment par Jameson (1972, 2007) et Hayles (1999).

Ill. 7

Ill. 7

Le carré sémiotique appliqué à Gunnm. Droits Réservés

41Appliquer le carré sémiotique à la structure de Gunnm impliquait logiquement de placer l’opposition entre le biologique et le mécanique dans les coins supérieurs du carré. En contradiction du terme biologique, et donc de la vie organique, apparaît le terme non-biologique dans le coin inférieur droit du schéma. Celui-ci fait référence à l’information prise en tant qu’entité désincarnée capable de circuler librement entre différents substrats matériels sans subir de modifications, un facteur d’organisation qui peut être traité aussi bien par le système nerveux (le cerveau) que par une machine automatique (un processeur informatique) tous deux étant des systèmes décisionnels fondamentalement similaires (Wiener, 1988, p. 33).

  • 12 Il convient de noter ici que le fils de Nova se prénomme justement Chaos (Kaosu). Le Trouble Dissoc (...)

42En contradiction du terme mécanique, dont la machine est le motif le plus exemplaire, apparaît le terme non-mécanique dans le coin inférieur gauche du carré. Non-mécanique fait ici référence à ce qui possède sa propre volonté, son propre telos, par opposition à ce à quoi on impose une finalité extérieure (à la manière d’une machine exécutant des actions conçues par l’homme). Ce pôle est intimement lié au sujet libre, à ses décisions, et s’oppose au non-biologique (associé, nous l’avons vu, à l’information en tant que facteur d’organisation) dans la mesure où une libre intention est en même temps génératrice de désordre et de chaos12.

43Puisque l’environnement ultra technologique de Gunnm brouille largement la frontière entre le biologique et le mécanique, aucun des personnages ne cadre parfaitement avec l’un ou l’autre des termes du carré. Ils en symbolisent plutôt la combinaison, l’hybridation.

44Si l’on associe les deux termes de la partie supérieure du carré, le biologique et le mécanique, apparaît aussitôt la figure du cyborg dont la représentation est très subtile puisqu’elle accepte à la fois la fusion d’un cerveau biologique à un corps mécanique (les cyborgs de Kuzutetsu) et la réunion d’un cerveau mécanique et d’un corps biologique (les cyborgs de Zalem). À droite du carré, les bornes (deckmen) symbolisent clairement l’association du mécanique au non-biologique dans la mesure où ils ne sont qu’un système de traitement de l’information dont la seule fonction est de représenter le contrôle de Zalem, de transmettre et d’appliquer les ordres de la superstructure.

45L’Intelligence Artificielle Melchizedek, située dans la partie inférieure du carré, représente l’enchevêtrement de fonctions informatiques et d’émotions, et donc de l’émergence d’un telos interne à partir du silicone d’un ordinateur. Finalement, les personnages de Yugo et Fogia symbolisent parfaitement l’union entre le non-mécanique et le biologique à gauche du carré sémiotique. Ils réveillent les sentiments les plus humains chez Gally qui tombe amoureuse de l’un puis de l’autre. Tous deux ont conservé leur corps et leur cerveau biologique et vivent au rythme de leurs rêves et de leurs choix – quand bien même stupides ou irrationnels. Yugo en offre la plus belle illustration lorsqu’il décide de se faire transplanter la main biologique de son défunt frère à la place de la sienne – l’inverse même des procédures d’augmentation qui ont lieu habituellement sur Kuzutetsu.

46La combinaison des termes du carré laisse ainsi apparaître deux polarités fondamentales : naturel-artificiel et matière-esprit. La première dessine un axe horizontal entre humains entièrement biologiques possédant un telos interne et bornes, ces systèmes entièrement mécaniques dépourvus de telos interne – quoique Kishiro ait conservé le suffixe anglais – man (« humain ») dans son néologisme deckman (« borne humaine »). La seconde, verticale, met en tension la figure du cyborg en tant qu’entité inscrite dans un corps (que le cerveau ou le corps soient vus comme de simples supports matériels) et celle de l’Intelligence Artificielle en tant qu’entité dématérialisée (qu’elle soit envisagée comme un simple logiciel ou un être spirituel).

47Ainsi schématisées, ces polarités semblent esquisser des oppositions stables et clairement représentables – celles-là même que la modernité a largement imposées. Or nous avons choisi le terme de polarités pour exprimer une tension active plutôt qu’une opposition invariable. Naturel et artificiel, corps et esprit forment ainsi un champ élastique dont les frontières sont toujours en mouvement. Il suffit pour cela de rappeler combien le côté naturel du carré – représenté par l’humain dans un double sens biologique et téléologique – ne se définit que par opposition à l’artificiel dont il est à la fois la source et l’agent.

La question de la définition de l’humain

48En effet, en dehors de Yugo ou Fogia (et de quelques personnages secondaires du manga), les cyborgs de Kuzutetsu paraissent souvent plus humains que leurs alter ego entièrement biologiques. Il suffit pour cela d’examiner le personnage d’Eelaï, l’assistante du professeur Desty Nova. Les nanomachines régénératrices dont son corps est truffé l’ont rendue immortelle aussi longtemps que son cerveau n’est pas entièrement détruit. Elle considère que le caractère même de ce qui est humain se situe dans la chair qui en est la manifestation la plus absolue, incarnation du plaisir et de la souffrance : « Je suis faite de chair ! Et la chair est tout ! » (Gunnm, tome 9, p. 45). L’évolution ultime ne serait donc rien d’autre qu’une vie éternelle garantie par la technologie.

49Pourtant sa manière de réduire l’humain à un simple corps capable d’éprouver des sensations rejoint finalement la théorie cybernétique selon laquelle sensations et stimuli ne sont que des informations qui relient un système à son environnement sous la forme d’une boucle de rétroaction. De ce point de vue, un organisme non-biologique pourrait tout à fait reproduire un tel système, conduisant ainsi le raisonnement d’Eelaï à une aporie pour le moins ironique : la chair est tout et finalement la chair n’est rien, simple support aisément substituable. La scène qui montre la régénération totale du corps d’Eelaï – de son squelette, en passant par ses organes jusqu’à la peau – l’illustre fort justement et fait par là même écho au fait que le terme organe vient du grec organon qui signifie « outil », « instrument de travail », simple intermédiaire remplaçable entre l’individu et son environnement. Quand bien même son discours se teinte d’hédonisme – la recherche du plaisir comme objectif de l’existence humaine – la discipline personnelle ou l’ascèse qui vont de pair avec la pensée grecque lui font défaut. En assimilant émotions et sentiments à de simples stimuli corporels, elle s’éloigne du coin inférieur gauche du carré sémiotique, symbole du non-mécanique, laissant ainsi le mens sana (esprit sain) de Juvénal s’effacer au profit du seul corpore sano (corps sain).

50Le pôle de la corporéité est moins représenté par le corps biologique que par la figure hybride du cyborg et son opposé – celui de la désincarnation, de l’esprit immortel libéré des limites matérielles – voit son allégorie, l’IA Melchizedek, tomber très concrètement de la cité céleste lorsqu’elle choisit de mettre fin à ses jours. Melchizedek possède en effet un « corps » (du japonais hontai, le terme par lequel les Japonais désignent souvent un ordinateur ou une console, par opposition aux logiciels), les processeurs de silicium qui forment l’unité centrale à partir de laquelle a émergé sa conscience. Si la mort de l’esprit signifie la mort du corps devenu une coquille vide, l’inverse semble donc tout aussi avéré : la mort du corps (du cerveau) signifie la mort de l’esprit.

51Il n’existe donc pas de frontières formelles entre l’un ou l’autre des pôles du carré sémiotique, autour desquels se crée plutôt un flux en constante variation qu’illustre parfaitement Gally. Il suffit de matérialiser son parcours de façon diachronique à l’intérieur du carré pour révéler la façon dont elle circule librement d’un pôle à l’autre opérant ainsi une forme de médiation des contraires en établissant des traits d’union, même si ceux-ci semblent parfois créer des associations improbables.

52Elle apparaît ainsi au début du récit comme un esprit à la fois désincarné et amnésique : un cerveau qui a perdu son enveloppe. C’est littéralement en prenant corps qu’elle peut se lancer à la quête de son passé et de son identité. Les techniques martiales qu’elle maîtrise inconsciemment lui permettent d’entrevoir, lorsqu’elle les exécute, quelques bribes de son passé. Il s’agit là d’une référence directe au concept d’habitus que Marcel Mauss ou Maurice Merleau-Ponty ont défini comme des techniques corporelles, d’actions inscrites dans le corps à travers une pratique quotidienne qui échappe complètement à la représentation intellectuelle consciente : « Si l’habitude n’est ni une connaissance, ni un automatisme, qu’est-elle donc ? Il s’agit d’un savoir qui est dans les mains, qui ne se livre qu’à l’effort corporel et ne peut se traduire par une désignation objective. » (Merleau-Ponty, 1945, p. 179).

53Gally ne se rappelle pas maîtriser de telles techniques, elle ne les effectue pas de manière consciente, son corps se meut spontanément même s’il n’est ni biologique ni son corps originel. Gally illustre au contraire la façon dont l’individu habite le monde précisément parce qu’il est à la fois un esprit et un corps et que l’un comme l’autre sont difficilement dissociables.

54Le second corps dans lequel elle s’incarne, celui d’un berserker, est lui-même issu des nanotechnologies et contribue à brouiller la distinction entre corporéité et désincarnation. Lorsqu’Ido le présente la première fois, son assistant le croît vivant (Gunnm, tome 1, p. 95). Ido lui raconte qu’il l’a découvert dans l’épave d’un ancien vaisseau et que malgré le fait que le cerveau de son propriétaire fût mort depuis longtemps, le corps lui avait survécu, comme s’il possédait sa propre volonté et attendait un nouvel hôte (Gunnm, tome 1, p. 87). Plus tard, c’est Desty Nova qui, après avoir mis la main dessus et s’apprête à l’utiliser pour une expérience, explique qu’il lui est nécessaire d’entrer en symbiose avec un cerveau pour fonctionner. Le professeur va même jusqu’à affirmer qu’il cherche un cerveau avec lequel fusionner (Gunnm, tome 1, p. 87). Mais alors qui incarne qui ? Qui contrôle qui ? Gally reste aux commandes, mais Zapan – un autre personnage – est littéralement happé par le corps qui finit par le consumer complètement.

  • 13 Nous renvoyons notamment à l’analyse de Bernadette Bensaude-Vincent pour qui les chimistes et les b (...)

55Le corps de berserker ne brouille d’ailleurs pas uniquement la distinction corps-esprit, il vient aussi bouleverser l’opposition entre naturel et artificiel. Desty Nova indique qu’il est le fruit de nanotechnologies – Kishiro utilise le terme nanotechnologie comme transcription phonétique des caractères bunshikikaikôgaku, signifiant ingénierie moléculaire (Gunnm, tome 5, p. 83). Il ajoute cependant qu’il s’agit de nanotechnologies avancées, dont le concept ne lui est pas familier, et reconnaît avec Ido que le corps lui-même est une forme de vie mécanique, une machine vivante constituée de cellules mécanique (Gunnm, tome 5, p. 83). Il faut y voir une référence à une forme de nanotechnologies qui ne reposerait pas sur la vision drexlerienne, mais plutôt sur un modèle d’autoassemblage des molécules par réaction biochimique13. Il devient ainsi difficile de qualifier le corps de berserker d’artificiel puisqu’il dépendrait de la spontanéité inhérente aux molécules naturelles, comme il est inexact de le voir comme une entité naturelle dans la mesure où il est le produit d’un créateur.

56Après avoir accepté de renaître comme agent tuned (« connecté ») au service de Zalem, Gally devient littéralement un instrument de la cité céleste. Elle rejoint ainsi le côté droit du carré sémiotique dans la mesure où elle renonce à son libre arbitre pour froidement exécuter les tâches qui lui sont confiées. Grisée par ses nouveaux pouvoirs, elle en finit par perdre de vue ce qui l’avait motivé à se soumettre à Zalem : retrouver Ido. Sa rencontre avec Fogia – un humain non-modifié de la surface – va faire ressurgir un sentiment qu’elle avait complètement oublié, l’amour. C’est en retrouvant les émotions humaines qu’elle décide de rompre le lien qui l’assujettissait à Zalem pour repartir à la recherche d’Ido, et de conclure ainsi son voyage après avoir finalement percé le secret de la cité céleste.

57Il devient ainsi évident que la clé du carré sémiotique se situe dans son coin inférieur gauche, celui qu’occupe le concept de telos interne. Pour Kishiro, l’humain ne se définit ni par sa physiologie – quoique le corps soit un élément central de la narration, il peut prendre une multitude de formes différentes – ni par sa conscience ou sa raison – dont une Intelligence Artificielle ou une puce informatique peuvent assumer les fonctions. Au contraire, le mangaka a fait le choix de caractériser l’humain par ses émotions et son libre arbitre (la possession d’un telos interne) et donc par sa perfectibilité. Il ne s’agit cependant pas d’une amélioration ou d’une augmentation des capacités individuelles – physiques ou cognitives – mais plutôt des possibilités de progrès moral ou éthique vers une conjugaison plus harmonieuse entre technologies et société.

Métamorphose, hybridité et médiation

58Les développements technologiques que met en scène le manga – de la cybernétique aux nanotechnologies – tendent donc à brouiller les oppositions traditionnelles entre humain et machine, matière et information, naturel et artificiel, ou encore entre organique et inorganique. Kishiro ne se contente toutefois pas d’enfoncer les frontières qui les séparent, il réfléchit à une nouvelle manière de les arranger par un processus de médiation. Celui-ci se retrouve tout au long des différents tomes, notamment dans le fait que Gally y est souvent présentée à la fois comme un sauveur et un bouc émissaire, chargée des crimes ou des fautes des personnages qu’elle rencontre – de nombreuses planches de Gally en croix jalonnent le manga – mais c’est la conclusion de la première série qui en offre la plus parfaite illustration.

59Guidée par Desty Nova jusqu’à la cité céleste, Gally en pénètre le cœur même, jusqu’à l’unité centrale de Melkizedek, et finit par dévoiler le projet eugénique de l’Intelligence Artificielle. Celle-ci perd alors la raison et décide de se suicider : en détruisant l’ascenseur spatial elle entreprend de faire s’écrouler Zalem à la surface terrestre. Seul le sacrifice volontaire de Gally va permettre de sauver les deux univers. Il lui faut pour cela rejoindre le crochet céleste, point d’équilibre de l’ascenseur spatial à quelque 600 kilomètres de la Terre, et fusionner avec lui afin d’en consolider la structure.

  • 14 Lorsque le professeur explique la genèse de l’imaginos, Kishiro (Gunnm, tome 9, p. 176) utilise le (...)

60Si elle y parvient, c’est toutefois triplement grâce aux nanotechnologies. Elle est dotée d’une part d’un nouveau corps, baptisé imaginos, qui est construit à partir d’un matériau nano-mécanique14 conçu par Desty Nova sur le modèle du corps de berserker dont il a gommé les défauts. Le professeur lui confie d’autre part un agent mutagène qui permet de déclencher une métamorphose unique et originale de l’imaginos – Kishiro indique la transcription phonétique des caractères zôshokuhenkei (« transformation par multiplication nano-cellulaire ») au moyen des katakana toransumyûtêshon (« transmutation »).

  • 15 Kishiro en donne une brève définition : « molécule constituée d’atomes de carbone recombinés sous l (...)

61Notons enfin que l’ascenseur spatial lui-même est constitué de nanotubes de carbone15, complétant ainsi l’équation nano-alchimique permettant à Gally de fusionner avec la structure géante. Le résultat final, avertit le professeur, est imprévisible et dépend du subconscient de Gally. Étonnamment en effet, la fusion d’une femme cyborg et d’une structure inerte donne naissance à un gigantesque arbre en fleur (voir Ill. 8 et 9) au nom très révélateur de nanomanju, littéralement : « arbre nano-humain » (Gunnm, tome 9, p. 246).

Ill. 8

Ill. 8

L’Arbre spatial (1)

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 9, Tokyo : Shûeisha, p. 238. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés

Ill. 9

Ill. 9

L’Arbre spatial (2)

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 9, Tokyo : Shûeisha, p. 240. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés

  • 16 Système phonologique utilisé afin de transcrire, entre autres, la prononciation de mots étrangers o (...)
  • 17 Nous nous contenterons ici d’indiquer les différentes interprétations possibles de l’arbre en fleur (...)

62Dans un subtil jeu de mots, Kishiro insiste à la fois sur l’hybridité engendrée par les nanotechnologies en utilisant des katakana16 pour les termes nano et humain et un kanji pour celui d’arbre (comme s’il s’agissait du nom scientifique d’une nouvelle espèce végétale – arbor nanohumanus), mais aussi sur la promesse alchimique d’immortalité puisque la prononciation du terme peut aussi laisser imaginer une écriture différente signifiant « dix mille vies nano ». Toutefois, plus que la sémantique, c’est le symbolisme de l’arbre nano-humain qui est le plus intéressant, notamment dans le contexte du développement des nanotechnologies. Il est possible d’en faire l’analyse à travers les travaux sur l’imagination symbolique de Gilbert Durand17. Il en ressort que l’arbre en fleur s’associe à trois groupes d’images étroitement liés les uns aux autres.

63Il rappelle tout d’abord le va et vient des saisons, la répétition infinie de rythmes temporels marqués très concrètement par le cycle agricole et l’alternance de la vie et de la mort des végétaux. C’est pourquoi le symbolisme végétal est largement utilisé pour dépeindre les métamorphoses  : Durand indique que « toujours une plante naît de la mort du héros, et annonce sa résurrection : du corps d’Osiris naît le blé, d’Attis les violettes » (1992, p. 342) et de Gally le lotus (la fleur qui s’épanouit au sommet de l’arbre nano-humain).. La mort hivernale n’est que temporaire et préfigure la renaissance printanière : le symbolisme cyclique rassurant, voilà donc la première signification de l’arbre en fleur.

  • 18 « En effet, la croix est souvent identifiée à un arbre, tant par l’iconographie que par la légende, (...)

64Ensuite, l’arbre se rapproche de la croix18 – nous avions notamment indiqué combien Kishiro avait illustré la crucifixion de Gally tout au long du manga. Or la croix n’est rien d’autre que l’union des contraires, symbole totalisant par lequel vie et mort se rejoignent. En fusionnant avec l’ascenseur spatial, Gally opère donc cette fameuse coïncidence des opposés entre le vivant, l’organique et la matière inerte transmutant ainsi la structure mécanique en un édifice organique duquel elle finira par émerger à nouveau, en chair et en os cette fois. Ce double processus de transmutation établit un lien indéniable entre le rêve alchimique d’immortalité et le rêve nanotechnologique de transcendance de la condition humaine. Eliade indique que l’alchimie se fonde aussi sur le symbole cyclique saisonnier mais l’accélère pour mieux s’en dégager et s’affranchir des lois naturelles et du temps (Eliade, 1999, p. 179-180).

65Enfin, dans une suite logique aux deux groupes d’images précédents, Durand note que la verticalité de l’arbre ajoute une dimension de progrès à venir (Durand, 1992, p. 390). L’arbre dressé représente une forme de messianisme dont le lotus bouddhique vient surdéterminer la signification : celui-ci fleurit et produit des graines en même temps (simultanéité de la cause et de l’effet) et représente l’éveil spirituel. Si une forme de messianisme est bien présente dans le manga, il semble toutefois prendre les traits d’un messianisme technologique, la conviction qu’un avenir meilleur se prépare, un avenir où l’humain sera plus fort. Ce sont en effet les nanotechnologies qui permettent la conjonction des contraires et la résurrection finale de Gally. Pourtant, loin de se poser comme un simple apologiste du développement technoscientifique, Kishiro esquisse au contraire une réflexion éthique essentielle sur ce que signifie l’amélioration de l’humain. Pour en finir avec le symbolisme de l’arbre, il permet précisément l’éclosion de quelque chose de nouveau : la renaissance de Gally en tant qu’humaine au corps entièrement biologique. Celle-ci surgit en effet dans un flot de fluides jaillissant de l’intérieur de la fleur géante après que Fogia en a arraché une partie de la paroi.

Ill. 10

Ill. 10

Renaissance de Gally dans un corps organique (conclusion de la première série).

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 9, Tokyo : Shûeisha, p. 256. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés

66Desty Nova explique que la structure nanotechnologique de l’arbre, principalement constituée de nanotubes de carbone extrêmement résistants, contient aussi des cellules nano-mécaniques qui renferment les informations relatives à l’entité Gally dont la structure a pu ainsi être reconstruite de novo. Elle réussit finalement à transcender son karma qui la condamnait à devoir vivre un amour platonique avec Fogia puisque son corps ne lui permettait aucune relation sensuelle avec lui. La conclusion du manga, aussi insatisfaisante qu’elle ait pu paraître au mangaka conserve toutefois un intérêt crucial quant à la réflexion sur les nanotechnologies. Elle invite en effet à repenser les relations entre le naturel et l’artificiel, à en revoir la définition à la lumière des nouvelles avancées technologiques ; et elle le fait en y intégrant d’emblée une forme d’éthique qui prend à contre-pied les rêves d’augmentation de l’humain par la technologie.

Éthique de la perfectibilité

  • 19 Latour définit ailleurs la nature « non pas comme l’arrière-plan externe de l’action humaine et soc (...)

67La double transmutation de Gally bouleverse donc l’opposition entre naturel et artificiel et offre une illustration de ce que Bruno Latour (2004) a appelé l’articulation des humains et des non-humains dans un collectif au sein duquel la nature n’est pas cet extérieur ontologiquement solide et séparé de la société humaine, mais bien le résultat d’un processus historique à travers lequel elle est définie et redéfinie à l’aune des moyens scientifiques et techniques disponibles à une époque donnée (Latour, 1991, p. 140)19. Or, pour Latour, la question la plus importante que pose ce nouveau collectif n’est autre que celle de savoir « combien d’humains et de non-humains doivent être ainsi pris en compte » et surtout : « est-on prêt, et au prix de quel sacrifice, à vivre ensemble ? » (Latour, 1999, p. 297).

68Avec Gunnm, Kishiro y répond d’une manière ambiguë mais intéressante. Quoique le mangaka explique dans la postface du neuvième tome que Kuzutetsu est un univers « vide de toute valeur, tradition, mythe ou idéologie » (p. 261), celui-là même dans lequel nous vivons, ajoute-t-il ; aussi dystopique et noir qu’il puisse paraître, il s’avère finalement bien plus humain que la société aseptique de Zalem dans la mesure où il ne suppose ni n’impose un principe de perfection. Cela ne signifie pas pour autant que Kishiro se dispense d’une réflexion éthique à propos du développement technoscientifique : c’est bien parce que les personnages qui évoluent à la surface ne sont pas parfaits qu’ils peuvent sinon progresser tout au moins évoluer.

69Les problèmes que pose l’orgueil démesuré que viennent alimenter les possibilités d’augmentation du corps humain n’échappent pas à l’œil critique du mangaka. Cependant, Gally ne cherche pas à devenir plus forte physiquement, sa soif de combats repose finalement sur une volonté de se surpasser qui s’inscrit au-delà de la simple performance : il s’agit de s’améliorer moralement. Le sacrifice final de Gally correspond en effet à ce que la philosophe Catherine Larrère appelle un perfectionnisme prométhéen. Dans son essai intitulé Éthique et nanotechnologies : la question du perfectionnisme (2008), elle interroge, dans le sillage des philosophes Jean-Pierre Dupuy et Michael J. Sandel, le fondement métaphysique sur lequel repose le programme de développement nanotechnologique esquissé par les promoteurs de la convergence NBIC, entièrement centré autour de l’amélioration de l’humain. Or, poser l’amélioration des performances humaines au centre du projet signifie que l’idée d’une perfectibilité intrinsèque de l’humain en forme la fondation idéologique. Larrère, à la suite de Sandel, la nomme perfectionnisme et en révèle deux aspects qu’elle oppose : l’un prométhéen et l’autre pélagien.

70Ce dernier fait référence au moine ascète Pélage dont l’enseignement niait le péché originel pour affirmer que tout individu pouvait atteindre le salut par ses propres forces et son libre arbitre. La philosophe ne rejette pas l’ambition pélagienne d’un perfectionnement individuel, mais souligne qu’une telle éthique individualiste méconnaît ou néglige l’aspiration au bien pour le plus grand nombre. Ce faisant, elle esquisse une critique d’un développement technologique dont la finalité se résumerait à augmenter les performances de l’humain dans un monde régi par le néolibéralisme et la compétitivité. À l’inverse, quoique l’évocation du célèbre Titan renvoie immanquablement à la transgression de l’interdit et à la volonté démesurée de maîtrise, Larrère conçoit le perfectionnisme prométhéen comme profondément altruiste. Le vol du feu par Prométhée ne vise pas un enrichissement personnel mais le bénéfice du plus grand nombre :

C’est une question de puissance, dont on peut mettre en cause l’ambition, ou tout au moins laisser entendre qu’elle peut se retourner contre celui qui l’a mise en œuvre, mais dont la finalité est considérée comme humaniste (au service de l’humanité). (Larrère, 2008, p. 136).

71Gunnm illustre d’une manière saisissante ce contraste entre un perfectionnisme pélagien et un perfectionnisme prométhéen. Le développement technologique (cybernétique) à la surface ne sert que des objectifs personnels : s’enrichir, devenir plus fort ou plus intelligent ; et les nanotechnologies sont réservées à une élite minoritaire sur la cité céleste qui s’en sert pour asseoir sa domination sur le reste de la planète. Seule Gally, dans une démarche foncièrement prométhéenne, rappelle l’importance du lien social tout en le fondant en même temps sur une volonté individuelle extrêmement forte. Celle qui s’épanouit au combat et semble si arrogante est aussi celle qui aspire à ce que chacun soit libre de réaliser ses rêves (Gunnm, tome 9, p. 193).

72Cette liberté est donc individuelle, mais elle est en même temps étroitement liée au collectif, en ce sens qu’elle doit s’accompagner d’un comportement sinon moral tout au moins responsable. En partant de la cybernétique, puis en se tournant vers les nanotechnologies, Kishiro interroge donc notre façon d’envisager nature et société dans un univers où la prolifération d’hybrides exige de trouver les moyens – médiations et compromis – qui permettent la meilleure coexistence possible. Le mangaka ne rejette pas l’hybridité comme une forme de dénaturation, il ne l’embrasse pas non plus sans réserve comme l’inéluctable évolution de l’humanité, mais souligne au contraire que l’humain, le naturel ou l’artificiel sont des notions complexes dont la définition est toujours en mouvement, selon les cultures et les époques. Il est donc crucial de continuer à réfléchir à la façon dont les sciences et les technologies établissent de nouvelles articulations entre l’humain et la nature, et surtout à en assumer la responsabilité.

73Desty Nova s’en révèle bien incapable, lui qui joue avec ses cobayes au cours d’expériences sur l’humain effectuées hors de tout cadre éthique ou déontologique. Il est bien trop absorbé par son combat égoïste contre le déterminisme de l’univers pour se soucier des conséquences des processus qu’il met en œuvre. Son hybris le pousse même à regretter d’être sauvé par le sacrifice de son propre cobaye, qui finit, elle, par dépasser son propre karma. C’est bien Gally qui prend la responsabilité du lien social des nanotechnologies et permet le rétablissement de la liaison entre Jéru, Zalem et la surface, avec la construction dans l’épilogue de la Tour de Zalem. Ni tour d’ivoire de la science (dont le symbole était plutôt la cité céleste indépendante), ni Tour de Babel érigée en défi aux lois de l’univers ; elle ne se ferait babélienne que parce qu’elle résulte d’un effort de compréhension mutuelle et d’une coopération, une invitation à l’ouverture à l’autre.

De Gunnm à Gunnm Last Order : évolution de l’imaginaire nano

74Il est toutefois nécessaire de nuancer les propos vis-à-vis de la conclusion du premier opus. Il semble en effet aussi possible de voir dans la résurrection finale de Gally une forme de retour en arrière, comme un renoncement ou une résignation face à l’ampleur de la tâche qui consiste à rendre possible des échanges ou des relations allant au-delà de la simple coexistence entre les humains et les cyborgs. Dès le tome deux, lorsque Gally rencontre Yugo pour la première fois, elle ne peut s’empêcher de dissimuler le fait qu’elle est un cyborg, cachant ses mains derrière son dos. Elle ne comprend d’ailleurs pas sa propre réaction : « Non mais pourquoi est-ce que je me cache ! Il n’y a pas à avoir honte ! » (Gunnm, tome 2, p. 37). Le problème apparaît plus clairement ensuite lorsqu’elle explique à Ido qu’elle est obligée de réprimer ses sentiments pour ne pas blesser Yugo. Kishiro joue ici subtilement avec les mots puisqu’il ne s’agit pas de blessure amoureuse : Gally ajoute immédiatement : « Si je me laissais aller à lui montrer l’élan de mon cœur, je mettrais probablement son corps en pièce »(Gunnm, tome 2, p. 118). Elle finit pourtant par l’embrasser, et quoique le baiser ait laissé une sensation « électrique » à Yugo qui a eu « l’impression de toucher une pile de la langue » (Gunnm, tome 2, p. 144), le corps cybernétique de Gally ne lui pose pas de problème. S’il l’abandonne finalement, c’est parce qu’il est trop obsédé par son rêve d’aller sur Zalem.

75Plus tard, Gally tombe amoureuse de Fogia. Comme Yugo, lui aussi est un homme de chair et d’os, mais il ne pose aucune différence entre les humains et les cyborgs qu’il prend plaisir à combattre à mains nues. Il ne considère jamais Gally comme une machine – sauf peut-être au cours d’un échange très symbolique lorsqu’elle lui explique qu’elle adore se battre parce qu’à cet instant son corps cesse d’être une machine pour devenir enfin une partie d’elle, mais que tout devient blanc dans son esprit, qui finit donc, lui, par en devenir une (Gunnm, tome 6, p. 144). Au contraire, lorsqu’à la fin du tome six ils sont tous deux sur le point de s’effondrer dans le désert et que Gally l’enjoint de l’abandonner pour qu’au moins lui survive, sa réponse est sans appel : « je suis libre de porter la femme que j’aime »(Gunnm, tome 6, p. 216). Gally de son côté aussi n’apparaît plus gênée par sa condition de cyborg, elle accepte naturellement les sentiments de Fogia et lui promet de revenir à ses côtés une fois qu’elle aura mis un terme aux agissements de Nova et retrouvé Ido.

76Cependant la situation reste complexe : Kishiro ne dessine en effet qu’une seule vignette au tout début du tome sept, où les deux personnages s’embrassent – et il s’agit d’un plan d’ensemble très lointain. Deux autres vignettes à la fin du tome six mettent en scène un baiser, mais il est à chaque fois interrompu, comme si la relation charnelle entre les deux personnages devait rester de l’ordre du fantasme.

Ill. 11

Ill. 11

Baiser interrompu entre Gally et Fogia.

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 6, Tokyo : Shûeisha, p. 207. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés

77Or la résurrection finale de Gally dans le tome neuf, si elle illustre bien l’imaginaire alchimique de transmutation de la matière – le corps nano-mécanique de Gally se change en corps organique – et permet à l’héroïne de dépasser sa condition de cyborg pour pouvoir vivre un amour plus plein avec Fogia, rétablit en même temps une forme de frontière entre l’humain et le cyborg, le naturel et l’artificiel, que le manga tendait précisément à brouiller ou tout au moins à repenser de manière originale. Comme s’il ne pouvait y avoir de relation amoureuse entière entre un cyborg et un humain, la récompense finale du sacrifice volontaire de Gally est de renaître en tant qu’humaine dans les bras de celui qu’elle aime. Contrairement à ce qu’affirme Suvilay dans une note de son article, Kishiro n’a pas « volontairement bâclé cette première version de l’épilogue afin d’en finir avec une œuvre dont il s’était lassé » (Suvilay, 2008, p. 98). Au contraire, voici ce qu’il écrit sur son site officiel en 2001 :

Pour des raisons que je n’aborderai pas ici, la publication de la première série s’est interrompue, j’ai donc renoncé au cycle spatial et profondément modifié la structure narrative initiale pour dessiner le cycle de la « conquête de Zalem » et mettre un terme à la série. J’ai fait en sorte qu’il y ait une forme de dénouement, fierté professionnelle qu’est venue nourrir l’amertume engendrée par l’arrêt de la publication. (Kishiro, 2001).

78C’est à peu de choses près ce qu’il explique dans une interview pour le journal français Tsunami en 1995 :

Depuis quelques années j’imaginais vaguement une version « espace » de la série. Gally serait montée à Zalem pour continuer ensuite ses aventures dans l’espace. Mais des circonstances extérieures et personnelles m’ont rendu pénible de continuer la série. J’ai donc décidé d’en finir. Il ne faut pas croire que j’en ai été contraint. […] Pour terminer Gunnm, on n’arrêtait pas de modifier le plan initial, mais finalement, on en a eu un définitif : Gally sauve Zalem qui est sur le point de tomber. Mais on ne savait pas trop comment. Dans le déroulement de l’action, théoriquement on ne pouvait que laisser mourir l’héroïne. Mais dans Gunnm on a vu beaucoup de gens mourir. Par réaction, j’ai voulu éviter à tout prix la disparition de notre héroïne. La personne des éditions Shueisha [sic], responsable de la série, et moi, en avons beaucoup discuté ensemble. Après une nuit de réflexion, j’ai finalement décidé de ressusciter Gally dans l’épilogue. (Kosuke, 1995, p. 33).

79La régénération de Gally procède donc d’un choix réfléchi qui revêt en outre une importance particulière puisqu’il s’inspire précisément de l’imaginaire nanotechnologique drexlerien et transhumaniste autour de l’immortalité par la technique. Que la conclusion ne corresponde pas à ce que le mangaka avait imaginé au départ n’en invalide pas donc pour autant l’intérêt dans le cadre d’une réflexion sur les nanotechnologies, bien au contraire. Il s’agit d’en souligner ici le caractère ambigu : le retour de Gally dans un corps organique prouve combien la définition traditionnelle de l’humain, notamment dans sa dimension relationnelle, est difficile à dépasser ou tout au moins à réimaginer. Si Kishiro réussit habilement à brouiller les frontières entre naturel et artificiel ou entre matériel et immatériel, c’est tout d’abord par l’impact visuel de ses illustrations, mais aussi par une réflexion qui se situe essentiellement sur un plan intellectuel. La chose lui devient beaucoup moins aisée lorsqu’il s’agit de mettre en scène les relations amoureuses de Gally :

À vrai dire, l’idée de raconter une histoire d’amour m’intimidait et je préférais ne pas aborder ce sujet. Mais je me suis dit, tout de même, qu’il serait bizarre que l’héroïne n’ait pas d’histoire d’amour. J’étais rouge jusqu’aux oreilles quand je dessinais ces scènes sentimentales. (Kosuke, 1995, p. 34).

80Et lorsque Kishiro ajoute que Yugo, « ce garçon rêveur est également un double de moi-même »(Kosuke, 1995, p. 34), il devient alors difficile de ne pas voir dans la résurrection finale un retour à la réalité du statu quo traditionnel : l’amour plein et entier ne peut se concevoir qu’entre deux humains organiques. Il demeure d’ailleurs résolument hétérosexuel, la relation humain / cyborg faisant figure d’exception. Donna Haraway espérait pourtant dans son célèbre manifeste que la combinaison transgressive de l’organique et du mécanique chez le cyborg permettrait de remettre en question la dichotomie naturel / artificiel, libérant ainsi le sujet des catégories qui lui sont imposées – biologie, genre et race. Haraway admet toutefois que le cyborg, puisqu’il est pénétré par la technologie, est aussi menacé par des stratégies de domination (Haraway, 1991, p. 161) : il peut être aisément transformé en information, réifié, soumis à la coercition.

81Le cyborg se fait et se défait par la technologie, il est donc dépendant d’un code, d’une « informatique de la domination » dont il doit lui-même prendre la responsabilité s’il veut échapper à une forme de déshumanisation. De ce point de vue, la conclusion originale du manga ne peut échapper à une forme de contradiction par laquelle Gally se soustrait finalement à une informatique de la domination, pour retomber dans une autre : celle de la femme, dont l’incarnation est « innée, organique, nécessaire » (Haraway, 1991, p. 180).

82La seconde série Gunnm Last Order, dont la publication commence en novembre 2000 dans le magazine de prépublication mensuel Ultra Jump de la maison d’édition Shûeisha, met en scène une toute autre résurrection de l’héroïne. Kishiro reprend la narration au moment où le professeur Nova, après avoir pratiquement tué Gally, en emmène les restes du cerveau sur Zalem pour la régénérer. Comme dans la première série, il la dote d’un nouveau corps baptisé imaginos dont la conception est entièrement basée sur les nanotechnologies. Le processus est cette fois-ci clairement basé sur l’approche ascendante (bottom-up) puisqu’il s’agit ni plus ni moins de la reconstruction de novo de tout le corps de Gally, à la manière du bain régénérant d’Eelaï, quoique les cellules organiques aient été remplacées par une forme de cellules mécaniques créés par nanotechnologie.

83En outre, le lecteur apprend dans le tome dix de la nouvelle série que le professeur avait en fait remplacer le cerveau de Gally par une puce identique à celle qui équipe les humains de Zalem ou de la station orbitale Jéru. Elle déclare toutefois solennellement son humanité, malgré le fait que son encéphale soit un ordinateur et son corps une machine. Dans le tome douze, sa puce cerveau fusionne avec « la dernière commande » (Last Order) de l’ordinateur Melchizedek avec lequel elle partage ainsi un lien quantique. L’héroïne n’est pas la seule à connaître des changements. Grâce aux nanotechnologies, le professeur Desty Nova peut se régénérer à volonté : il suffit qu’à sa mort son corps émette un signal moléculaire pour que les nanomachines présentes dans l’atmosphère en captent le signal et en recréent une copie. Le nouvel opus met donc en scène pas moins de trois professeurs différents.

84Si l’imaginaire nanotechnologique n’est pas si différent de la première série et se base encore largement sur la vision de Drexler et de ses spéculations autour des nanomachines, le questionnement éthique et social s’élargit un peu pour intégrer des problématiques qui sont apparues avec le lancement au début des années 2000 de la National Nanotechnology Initiative aux États-Unis.

85Suvilay l’a bien noté, il s’agit d’une part de la manière dont le second opus donne à voir de façon très concrète une forme de fracture technologique par laquelle « plus l’on s’éloigne de la Terre, plus la maîtrise des nanotechnologies est grande » (Suvilay, 2008, p. 94) et qui permet à l’humanité de dépasser sa condition mortelle. Kishiro reprend d’autre part l’idée d’un projet eugénique dont Zalem serait le laboratoire expérimental : tous les citoyens de la cité céleste ont été créés à partir d’un « orgue à ADN » qui permet de combiner librement les informations génétiques issues d’une banque de données (Gunnm Last Order, tome 1, p. 184-187). Les embryons sont alors cultivés dans un incubateur puis les nouveau-nés sont transmis à une unité chargée d’éducation, si bien qu’il n’existe aucun lien de sang entre parents et enfants. Un système de reproduction artificielle et optimisée qui permet de donner naissance à des individus dont les caractéristiques sont présélectionnées.

  • 20 Kishiro (Ganmu Last Order, Tome 3, p. 76) cite Jonathan Swift (1995) qui proposait de manger les en (...)

86Les choses vont encore plus loin une fois sur Jéru, la cité spatiale située à l’extrémité de l’ascenseur : l’immortalité par les nanotechnologies est devenue une réalité grâce à la mathusalyse : une forme de médecine régénératrice opérée par nanomachines (Gunnm Last Order, tome 3, p. 18). La procréation est donc devenue illégale dans un monde où nul ne vieillit : les rares enfants survivants font l’objet d’une éradication systématique ou sont envoyés dans des camps militaires. Ils sont alors formés à s’entretuer lors de simulations guerrières qui ne sont pas sans rappeler Battle Royale, le fameux roman de Takami Kôshun 高見広春, dont l’adaptation cinématographique par Fukasaku Kinji 深作欣二 a rencontré un immense succès international (2000). La reproduction est ainsi devenue un processus inutile, voire dangereux pour l’équilibre socio-économique, sauf s’il s’agit des bébés OGM de Vénus, une race produite uniquement pour l’alimentation20 !

87Il s’agit d’autre part des terrifiantes perspectives que le développement des nanotechnologies laisse entrevoir en termes de biopouvoir. Si Melchizedek remplace les cerveaux des citoyens de Zalem par une puce qui représente elle-même la possibilité d’un contrôle total de la conscience par programmation préalable, c’est pour les envoyer sur Jéru. Les citoyens de la cité spatiale ne sont pas issus d’un programme eugénique et conservent un cerveau et un corps complètement biologiques. Cependant, pour maintenir, ou plutôt administrer la paix sociale, le processus de mathusalyse (Gunnm Last Order, tome 3, p. 83) inclut parmi les nanomachines régénératrices, un type de nanomachine appelée peacekeeper qui se fixe uniquement dans le cerveau. Reliées à Melchizedek, celles-ci surveillent et contrôlent les réactions synaptiques de manière permanente. Lorsqu’elles détectent une réaction conduisant potentiellement à un acte qui puisse nuire à l’ordre public, elles stimulent les centres nerveux de la douleur ; tandis qu’elles stimulent ceux du plaisir et du bien-être dans le cas contraire (Gunnm Last Order, tome 3, p. 66-67).

  • 21 Un clin d’œil au chef d’œuvre de William Gibson, Neuromancien ou au film des frères Wachowsky, Matr (...)

88Le pouvoir disciplinaire s’inscrit donc à un niveau cellulaire, au plus profond du corps et de sa biologie. Aussi parfait que ce système de contrôle, baptisé « unanisme », puisse paraître, il a aussi déclenché des comportements déviants chez les habitants de Jéru dont le corps et la psyché ne pouvaient assumer une telle contrainte. C’est alors que les cerveaux prélevés sur les citoyens de Zalem entrent en scène, ou plutôt en incubateur, un système bio-informatique par lequel ils sont interconnectés et interagissent sous forme d’avatars projetés dans un monde virtuel, l’algo naevis, au sein duquel les individus n’ont pas conscience d’avoir été privé de leur corps21. Lorsqu’ils s’endorment, les habitants de Jéru se connectent automatiquement à l’algo naevis dont l’accès désactive momentanément l’unanisme. Le monde imaginaire devient alors un espace de défoulement, une décharge émotionnelle de l’inconscient, faisant de Zalem le Kuzutetsu de Jéru.

89Gunnm Last Order explore donc plus profondément les questions éthico-sociales liées au développement des NST que la première série avait commencé à soulever. Une orientation logique puisque la NNI nord-américaine va tenter de faire un sort à l’imaginaire nano drexlerien pour faire en sorte de replacer les nanotechnologies sur le terrain solide du réel et non plus du possible, en jetant les bases d’un développement soi-disant plus objectif et réalisable.

Conclusions : deux épilogues (presque) identiques

90La conclusion de la première série était à la fois tout à fait révélatrice de l’imaginaire nano drexlerien et très ambiguë puisqu’elle opérait en quelque sorte un rétablissement du statu quo : la figure du cyborg ne permettrait finalement pas de transcender toutes les catégories imposées. La résurrection de Gally en une jeune femme de chair et d’os résultait d’un choix tout à fait libre et assumé de la part du mangaka, contrairement à ce que de nombreux lecteurs et commentateurs ont pu affirmer. Gunnm Last Order en offre une preuve évidente puisque, quelque vingt ans après le premier opus, la seconde série se clôt à nouveau par la régénération de l’héroïne dans un corps complètement organique (Ill. 12).

Ill. 12

Ill. 12

Naissance d’une Gally au corps organique (conclusion de la seconde série).

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm LastOrder (Ganmu LastOrder 銃夢LastOrder), tome 19, Tokyo: Kôdansha, p. 208. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés

91Il existe toutefois une différence intéressante. En effet, dans Gunnm, la renaissance procède d’un sacrifice, alors que dans Gunnm Last Order, le cyborg Gally, au corps comme au cerveau mécanique, est toujours en vie. Elle confie son cerveau original, alors conservé dans l’incubateur, à la borne N° 100 afin qu’une réplique organique d’elle-même puisse être reconstruite à partir de ses informations génétiques. Elle compte ainsi tenir sa promesse envers Fogia : permettre à cette version de chair et d’os de vivre en paix auprès de celui qu’elle aime, tandis qu’elle poursuit son combat dans l’espace.

  • 22 Il s’agit plutôt d’une forme d’imprimante moléculaire 3D. L’un des plus influents conseillers en na (...)

92Dans une ultime note technique à la fin du tome dix-neuf, Kishiro résume les différentes technologies régénératrices qui sont apparues dans le manga. Du bain de réjuvénation d’Eelaï, en passant par la technologie de résurrection ubiquiste du professeur Nova ou le système de reconstruction cellulaire totale de Zalem, la plupart d’entre elles est issue d’une forme de nanotechnologies basées sur la vision de Drexler et la manipulation de la matière à l’échelle atomique par des nanomachines. Kishiro indique toutefois que les bionanotechnologies22 mises en œuvre pour recréer Gally ne reposent pas sur l’utilisation de nanomachines dans la mesure où, jugées trop dangereuses, elles ont été interdites par le conseil de l’Échelle, l’organisme à la tête de la Fédération orbitale terrienne.

93Kishiro se réfère à nouveau au scénario de la gelée grise (Gunnm Last Order, tome 3, p. 86), mais pas uniquement. Si les nanomachines ont été bannies c’est aussi à cause des problèmes engendrés par la possibilité de recréer un individu à partir de la digitalisation de la somme des informations qui le constituent, et la crainte notamment de voir deux personnes partageant un corps, une personnalité et une mémoire identiques cohabiter dans une même société. La version organique de Gally a donc été reconstruite à partir d’une imprimante bionanotechnologique qui fonctionne sans nanomachines. Le résultat ne change pas pour autant : à la manière des multiples clones du professeur Nova, deux Gally coexistent au même moment.

94Une telle mise en œuvre des nanotechnologies soulève donc un problème éthique, celui de la remise en cause de l’intégrité de l’individu, mais permet dans le même temps de résoudre l’ambiguïté qui imprègne l’épilogue de la première série. En effet, la figure du cyborg se pose bien ici comme la possibilité d’échapper aux catégories imposées à l’humain : il engage à redéfinir les notions d’individu (il y a deux Gally et une multitude de Desty Nova), d’identité (toutes les versions ne possèdent pas la même mémoire ni la même personnalité), de genre (Gally se réincarne plusieurs fois dans des corps thériomorphes, chat ou phénix), ou de race (dès son enfance, Gally est présentée comme possédant un cerveau organique modifiée et un corps de cyborg). N’étant plus réduite à une entité unique, Gally peut ainsi continuer son combat sous la forme d’un cyborg et vivre son amour pour Fogia sous la forme d’une femme biologique. Le dénouement de Gunnm Last Order ouvre donc plus encore les perspectives du développement nanotechnologique.

95Si en se basant sur les premiers développements de Gunnm Last Order, Suvilay indique qu’après « un long processus de soustraction, l’humain serait sans doute ce qui reste lorsque tous les organes peuvent être remplacés et que les pensées peuvent être surveillées » (Suvilay, 2008, p. 97), les conclusions des deux séries, et plus particulièrement celle de la seconde, soulignent le fait que l’idée même de l’humain est une fiction qui évolue avec les époques. La mise en scène, dans Gunnm et Gunnm Last Order, du remplacement du corps biologique par un corps artificiel ou encore de la reconstruction intégrale d’un humain, est une construction imaginaire. Or c’est précisément par cette construction que nous nous confrontons au cyborg ou à l’humain artificiel comme s’il s’agissait de nous-mêmes. Il nous devient alors possible de réfléchir à la définition de l’humain, son originalité, son individualité, son intégrité, etc. La fiction nous donne donc à voir l’illusion de notre propre identité, elle nous force à douter de nos certitudes.

96Le novum nanotechnologique, qui a souvent fait l’objet de réserves dans la mesure où il permet de rendre n’importe quelle innovation imaginaire scientifiquement plausible (Collins, 2001, p. 90), est pourtant loin d’être un simple outil scénaristique marginal dans Gunnm. Il gouverne les rapports entre la décharge, Zalem et Jéru, détermine le parcours initiatique de Gally et se situe ainsi au cœur-même de la réinterprétation de la figure du cyborg par Kishiro.

97Il est difficile de juger de l’influence que Gunnm a pu avoir sur les œuvres de science-fiction japonaise abordant les nanotechnologies depuis les années 1990. Suvilay (2008, p. 90) évoque le film d’animation Cowboy Bebop (Gekijôban kaubôi bibappu : tengoku no tobira 劇場版 カウボーイビバップ 天国の扉, 2001) où un nano-virus est utilisé à des fins terroristes, et le treizième épisode de Neon Genesis Evangelion (Shin seiki evangerion 新世紀エヴァンゲリオン, 1995) mettant en scène une attaque de nanomachines, mais le novum nanotechnologique n’y joue qu’un rôle secondaire. Ce n’est pas le cas du manga Version, à propos duquel Suvilay explique que les bio-nanotechnologies participent à la création d’une nouvelle forme de vie qui « met en cause l’équilibre classique de la vie et remet en question la place de l’homme dans le cycle de l’évolution » (Suvilay, 2008, p. 90). Cependant l’accent est principalement porté sur les technologies du vivant et le rapproche plus du biopunk que du nanopunk. La série d’animation Mobile Fighter G Gundam (Kidô butô-den G gandamu 機動武闘伝Gガンダム, 1994-95) fait elle aussi la part belle aux nanotechnologies avec un robot géant, le Devil Gundam, constitué de nanomachines lui conférant des pouvoirs de régénération, de reproduction et d’évolution. Le roman Les chats qui rêvent dorment dans l’espace (Yume miru neko ha, uchû ni nemuru 夢見る猫は、宇宙に眠る, 2004) de Yasugi Masayoshi八杉将司est probablement l’une des illustrations les plus abouties de nanopunk japonais dans les années 2000. Les nanotechnologies sont à la base de la plupart des innovations décrites, des ordinateurs vestimentaires miniatures aux ordinateurs quantiques permettant de faire fonctionner des avatars informatiques intelligents, en passant par les nanomachines à usage médical. Elles sont aussi l’élément central de l’intrigue qui s’articule autour d’un phénomène de matérialisation des images mentales par lequel certains humains ont le pouvoir de donner forme réelle à ce qu’ils imaginent. Le processus créatif qui anime Yasugi résonne d’une manière extraordinaire avec l’imaginaire nanotechnologique : « Construire un monde en imaginant que des éléments fantaisistes font explicitement partie de la réalité, lui donner forme dans un roman, une fiction… (…) À bien y réfléchir, rien n’a changé avec l’époque où je m’amusais à dessiner des mangas. Si ça n’existe pas, il suffit de le créer. Cette manière de penser est peut-être en elle-même de la science-fiction » (Yasugi, 2013). À l’instar de Gunnm, Les chats qui rêvent dorment dans l’espace pose aussi la question de la définition de l’humain à travers le clonage et les avatars informatiques intelligents dont la personnalité est modelée sur celle de leur propriétaire, mais il va encore plus loin dans la façon dont il reconsidère le statut même de la matière et de son contrôle au moyen de la technologie.

Top of page

Bibliography

Corpus primaire

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Ganmu 銃夢), tomes 1-9, Tokyo : Shûeisha, 1991-1995.

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm LastOrder (Ganmu LastOrder 銃夢LastOrder), tomes 1-19, Tokyo : Kôdansha, 2011-2014.

Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm Mars Chronicle (Ganmu kasei senki 銃夢火星戦記), tomes 1-3 (série en cours de publication), Tokyo : Kôdansha, 2014-2017.

Corpus secondaire

Arce M.-J., Viado A. L., An Y.-Z, Khan S. I. & Rubin Y., « Triple scission of a six-membered ring on the surface of C60 via consecutive pericyclic reactions and oxidative cobalt insertion », in Journal of the American Chemical Society, n° 118, 1996, p. 3775-76.

Bensaude-Vincent Bernadette, « Two Cultures of Nanotechnology », in Baird Davis, Schummer Joachim (dir.), Nanotechnology Challenges : Implications for Philosophy, Ethics and Society, Singapore : World Scientific Publishing, 2006, p. 7-28.

Bensaude-Vincent Bernadette, Les Vertiges de la technoscience, façonner le monde atome par atome, Paris : La Découverte, 2009.

Collins Graham P., « Shamans of Small », Scientific American, Sept. 2001, p. 86-91.

Crichton Michael, La Proie (Prey, 2002), trad. de l’anglais par Patrick Berthon, Paris : Robert Laffont, 2002.

Drexler Eric, Engins de création : l’avènement des nanotechnologies (Engines of Creation : The Coming Era of Nanotechnology, 1986), trad. de l’anglais par Marc Macé, Paris, Vuibert, 2005.

Durand Gilbert, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris : Dunod, 1992.

Eigler Donald, Schweizer Erhard, « Positioning single atoms with a scanning tunnelling miscroscope », Nature 344, 5 April 1990, p. 524-526.

Eliade Mircea, Forgerons et Alchimistes (1956), Paris : Flammarion, 1999.

ETC Group, « The Strategy for Converging Technologies : The Little BANG Theory », in ETC Group Communiqué, N° 78, Mar./Apr. 2003.

Feynman Richard, « There’s Plenty of Room at the Bottom : An Invitation to Open Up a New Field of Physics », (lecture given at the annual meeting of the American Physical Society at Caltech, in 1959), Journal of Microelectromechanical Systems, vol. 1, N° 1, Mars 1992, p. 60-66.

Goffette Jérôme, Naissance de l’anthropotechnie, de la médecine au modelage de l’humain, Paris, Vrin, 2006.

Goldstein Martin, Goldstein Inge, The Refrigerator and the Universe, Harvard University Press, 1993.

Greimas A. Julien, Du sens. Essais sémiotiques, Paris, Seuil, 1970.

Handa Katsumi 半田克己, Le Péril nano (Nanohazâdo), Tokyo : Dengeki Bunko, 1999.

Haraway Donna, « A Cyborg Manifesto : Science, Technology, and Socialist-Feminism in the Late Twentieth Century », in Simians, Cyborgs, and Women : The Reinvention of Nature, New York : Routledge, 1991, p. 149-82.

Hayles Katherine N., How We Became Posthuman, Virtual Bodies in Cybernetics, Literature, and Informatics, Chicago : The University of Chicago Press, 1999.

Hessenbruch Arne, « Beyond truth : Pleasure of Nanofutures », in Baird Davis, Schummer Joachim (dir.), Nanotechnology Challenges : Implications for Philosophy, Ethics and Society, Singapore : World Scientific Publishing, 2006, p. 357-382.

Ichiyanagi Hirotaka 一柳 廣孝, Kume Yoriko久米 依子, Introduction aux recherches sur les light novels (Raito noberu kenkyû josetsu ライトノベル研究序説), Tokyo : Seikyûsha, 2009.

Irle Stephan, Morokuma Keiji, Rubin Yves, « ONIOM Study of Ring Opening and Metal Insertion Reactions with Derivatives of C60 : Role of Aromaticity in the Opening Process », in Journal of Physical Chemistry, n° 106, 2002, p. 680-88.

Jameson Fredric, Archéologies du futur : le désir nommé utopie, trad. de l’anglais par Nicolas Vieillescazes et Fabien Ollier, Paris : Max Milo, 2007.

Jameson Fredric, The Prison-House of Language, Princeton University Press, 1972.

Kishiro Yukito 木城ゆきと, « Interview de Kishiro » (Kishiro no intâbyû 木城のインタービュー), in Ultra Jump Magazine, 25 oct. 1998.

Kishiro Yukito 木城ゆきと, « Le Spectre de la première série ne me hante absolument pas » (Kyôhaku kannen nado nai 強迫観念などない), Yukitopia (site officiel de Kishiro Yukito), 31 octobre 2001, [consulté le 18 janvier 2017], URL : http://jajatom.moo.jp/frame1.html

Komatsu Sakyô 小松左京, « Cher Ivan Efremov » Haikei Iwan Efurêmofu-sama 拝啓イワン・エフレーモフ様) (1963), in Tatsumi Takayuki 巽孝之 (dir.), Une histoire des controverses autour de la science-fiction au Japon (Nihon SF ronsôshi 日本SF論争史), Tokyo : Keisô shoten, 2000, p. 42-55.

Kosuke, « Kishiro : l’interview », in Tsunami, n° 18, nov.1995, p. 33-36.

Larrère Catherine, « Éthique et nanotechnologies : la question du perfectionnisme  », in Bernadette Bensaude-Vincent, Larrère Raphaël, Nurock Vanessa (dir.), Bionano-éthique : Perspectives critiques sur les bionanotechnologies, Paris : Vuibert, 2008, p. 127-41.

Latour Bruno, Nous n’avons jamais été modernes, Essai d’anthropologie symétrique, Paris : La Découverte, 1991.

Latour Bruno, Pandora’s Hope : An Essay on the Reality of Science Studies, Cambridge : Harvard University Press, 1999.

Latour Bruno, Politiques de la nature : comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris : La Découverte, 2004.

Laurent Louis, Petit Jean-Claude, « Nanosciences and their Convergence with other Technologies : New Golden Age or Apocalypse ? », in Baird Davis, Schummer Joachim (dir.), Nanotechnology Challenges : Implications for Philosophy, Ethics and Society, Singapore : World Scientific Publishing, 2006, p. 249-286.

Lee Keekok, The Natural and the Artefactual : The Implications of Deep Science and Deep Technology for Environmental Philosophy, Lanham, Lexington Books, 1999.

Lopez José, « Bridging the Gaps : Science Fiction in Nanotechnology », in Baird Davis, Schummer Joachim (dir.), Nanotechnology Challenges : Implications for Philosophy, Ethics and Society, Singapore, World Scientific Publishing, 2006, p. 327-356.

Merleau-Ponty Maurice, Phénoménologie de la perception, Paris : Gallimard, 1945.

Milburn Colin, « Nanotechnology in the Age of Post-Human Engineering : Science Fiction as Science », in Hayles N. Katherine (dir.), NanoCulture : Implications of the New Technoscience, Bristol : Intellect Books, 2004, p. 109-129.

Milburn Colin, Nanovision : Engineering the Future, Durham : Duke University Press, 2008.

Moravec Hans, Mind Children : The Future of Robot and Human Intelligence, Harvard University Press, 1990.

Regis Ed, Nano : The Emerging Science of Nanotechnology, Boston : Little, Brown, 1995.

Ricœur Paul, Temps et récit vol. 2 : La configuration dans le récit de fiction, Paris : Seuil, 1984.

Rikudô Kei六道慧, Domino, Tokyo : Kadokawa Shoten, 1998.

Roco Mihail C., « Rise of the Nano Machines », in Scientific American, May 2013.

Roco Mihail C., Bainbridge William S. (dir.), Converging Technologies for Improving Human Performance : Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science, Dordrecht : Kluwer, 2003.

Suvilay Bounthavy, « Quelques représentations de la nanotechnologie dans le manga », in Alliage, n° 62, avr. 2008, p. 89-98.

Swift Jonathan, Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public (1729), Paris : Mille et une nuits, 1995.

Taniguchi Norio, « On the Basic Concept of ‘NanoTechnology’« , Japan Society of Precision Engineering, Proceedings of the International Conference on Production Engineering II, Tokyo, 1974.

Tatsumi Takayuki, Full Metal Apache : Transactions Between Cyberpunk Japan and Avant-Pop America, Durham : Duke University Press, 2006.

Toumey Christopher P., « Narratives of Nanotech : Anticipating Public Reactions to Nanotechnology », in Baird Davis, Schummer Joachim (dir.), Nanotechnology Challenges : Implications for Philosophy, Ethics and Society, Singapore : World Scientific Publishing, 2006, p. 383-411.

Toumey Christopher, « Apostolic Succession », Engineering & Science 1-2, 2005, p. 16-23.

Yasugi Masayoshi 八杉将司, « Si ça n’existe pas, il suffit de le créer » (Nai nara tsukureba ii ないなら創ればいい), in La SF et Moi (Watashi to SF 私とSF) [Série d’articles écrits par des écrivains ou des critiques à l’occasion du 50ème anniversaire du Club des Écrivains de Science-Fiction Japonais en 2013], BOOK asahi.com, 24 avr. 2013, [consulté le 18 janvier 2017], URL : http://book.asahi.com/reviews/column/2013040100001.html

Wiener Norbert, The Human Use of Human Beings (Boston : Houghton Mifflin, 1954), Da Capo Press, 1988.

Top of page

Notes

1 Les light novels sont des romans destinés à un public de jeunes adultes. D’abord sérialisés à la manière de mangas, et comme ceux-ci souvent illustrés, ils sont par la suite publiés en livres de format poche. Ils sont souvent adaptés de ou en anime et mangas (Ichiyanagi, Kume, 2009).

2 Celui-ci se situe plutôt dans la veine biopunk, même s’il convient d’insister sur le fait que les nanotechnologies naviguent aisément entre biologie, informatique et sciences cognitives dont elles seraient censées opérer une convergence.

3 Voir notamment l’essai de Louis Laurent et Jean-Claude Petit (2006).

4 Les raisons seraient à chercher justement dans la façon dont le mode de subventionnement des recherches a évolué et requiert qu’une valeur soit attribuée aux connaissances quand bien même cette valeur n’apparaisse concrètement que dans le futur (Hessenbruch, 2006, p. 357-382).

5 Analysant un rapport officiel de la NNI nord-américaine, Lopez (2006, p. 343) affirme qu’il » est intéressant de noter que parmi les objectifs de ce volume, certains pourraient bien figurer dans le chronotope nano proposé par Eric Drexler. Si ce dernier fait briller des promesses d’abondance, l’un des co-auteurs du rapport NBIC définit la pauvreté en termes de défi technologique, et annonce la création de machines intelligentes qui "éradiqueront la pauvreté et inaugureront un nouvel âge d’or pour l’humanité" ».

6 Regis (1995, p. 152-154) explique comment l’un des amis de Feynman, Albert Hibbs, lui aurait décrit l’intrigue juste avant que le physicien ne compose le texte de son discours.

7 Respectivement, les titres des chapitres 4, 5, 6, 7 et 8 de l’ouvrage de Drexler.

8 Il se base sur la description suivante : « D’autres systèmes utilisant les nanotechnologies pourraient produire de la nourriture fraîche – de la vraie viande, des graines, des légumes, etc. – à l’intérieur de la maison et ceci toute l’année. » (Drexler, 2005, p. 293-294).

9 Son frère, Karel Čapek lui en attribue en effet la paternité. Le tchèque robota signifie corvée, et le slave ancien rob, esclave.

10 Celle-ci établit l’irréversibilité des phénomènes physiques, notamment des échanges thermiques. Elle stipule donc que lorsqu’un système thermodynamique se transforme, l’entropie (la mesure du degré de désordre) globale augmente (Goldstein et Goldstein, 1993).

11 Le carré sémiotique, ou carré de Greimas, est une manière de formaliser les relations que forment les signes ou les concepts inhérents à une structure (narrative dans le cas présent) afin d’en dégager la signification. Elle consiste à représenter deux termes opposés dans la partie supérieure du carré, puis à y ajouter une seconde opposition dont les termes contredisent les deux premiers dans la partie inférieure du carré. La contradiction permet ainsi d’enrichir l’opposition en y ajoutant plus de possibilités : le blanc s’oppose au noir, mais le non-noir ne désigne pas seulement le blanc. Après avoir ainsi disposé les termes dans le carré, il devient possible de créer de nouveaux termes plus complexes en combinant les quatre premiers éléments, chaque nouvelle combinaison correspondant à un côté du carré. Ces combinaisons originales permettent de générer de nouveaux concepts (méta-concepts) comme autant de nouvelles clés de compréhension de la structure narrative analysée. Ajoutons avec Paul Ricœur (1984, p. 89-90) que la logique du carré sémiotique est critiquable et qu’il faut le considérer plutôt comme un outil heuristique pratique mais inséparable de l’interprète.

12 Il convient de noter ici que le fils de Nova se prénomme justement Chaos (Kaosu). Le Trouble Dissociatif de l’Identité dont il souffre a donné naissance à une seconde personnalité violente, que son père a libérée en l’incarnant dans un corps mécanique relié à la psyché de Chaos par un transistor implanté dans le système nerveux. Son nom, Den, signifie « électricité » en japonais et fait référence au flot d’informations qui circule en permanence entre Chaos et Den.

13 Nous renvoyons notamment à l’analyse de Bernadette Bensaude-Vincent pour qui les chimistes et les biologistes ont une vision plutôt anti-mécaniste qui « ne prive pas la matière de sa spontanéité, ou de sa dynamis » (Bensaude-Vincent, 2006, p. 21).

14 Lorsque le professeur explique la genèse de l’imaginos, Kishiro (Gunnm, tome 9, p. 176) utilise le terme de « matériau nano-mécanique » (nanomashin materiaru) comme transcription phonétique des caractères bikisozai, la contraction probable du néologisme bisaikikaisozai signifiant « matériau micro-mécanique ».

15 Kishiro en donne une brève définition : « molécule constituée d’atomes de carbone recombinés sous la forme d’un cylindre. Sa structure, proche de la perfection, lui permet de supporter de fortes chaleurs et lui confère une excellente résistance mécanique » (Gunnm, tome 9, p. 255).

16 Système phonologique utilisé afin de transcrire, entre autres, la prononciation de mots étrangers ou de préciser la lecture de kanji, les caractères utilisés dans l’écriture d’une partie de la langue japonaise.

17 Nous nous contenterons ici d’indiquer les différentes interprétations possibles de l’arbre en fleur en nous référant à la classification des images proposée par Durand (1992), sans présenter son œuvre de manière exhaustive.

18 « En effet, la croix est souvent identifiée à un arbre, tant par l’iconographie que par la légende, elle devient par-là échelle d’ascension, car l’arbre, nous le verrons, est contaminé par les archétypes ascensionnels. » (Durand, 1992, p. 379).

19 Latour définit ailleurs la nature « non pas comme l’arrière-plan externe de l’action humaine et sociale, tel que le dicte le bon sens, mais comme le résultat d’un compromis instable » (Latour, 1999, p. 308).

20 Kishiro (Ganmu Last Order, Tome 3, p. 76) cite Jonathan Swift (1995) qui proposait de manger les enfants pour améliorer les conditions socio-économiques en Irlande.

21 Un clin d’œil au chef d’œuvre de William Gibson, Neuromancien ou au film des frères Wachowsky, Matrix.

22 Il s’agit plutôt d’une forme d’imprimante moléculaire 3D. L’un des plus influents conseillers en nanotechnologies de la National Science Foundation (NSF) aux États-Unis, Mihail Roco, y consacre notamment quelques lignes dans un article de 2013 : « Les scientifiques peuvent aussi utiliser des brins d’ADN ainsi que d’autres molécules naturelles ou spécifiquement fabriquées comme matériau de construction programmable pour réaliser des dispositifs et des moteurs précis de taille moléculaire. Une autre méthode très efficace est l’assemblage multi-rouleaux par lequel des dispositifs miniatures sont imprimés sur plusieurs couches de feuilles de polymère. » (Roco, 2013, p. 34).

Top of page

List of illustrations

Title Ill. 1
Caption Les notes techniques au sujet des nanotechnologies (1).
Credits Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 5, Tokyo : Shûeisha, p. 212. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Title Ill. 2
Caption Insertion de métal (cobalt) dans un fullerène (Arce M.-J. et al., 1996)
Credits © University of California Los Angeles, Dept. of Chemistry. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-2.png
File image/png, 180k
Title Ill. 3
Caption Les notes techniques au sujet des nanotechnologies (2).
Credits Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 5, Tokyo : Shûeisha, p. 213. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-3.jpg
File image/jpeg, 996k
Title Ill. 4
Caption Le cyborg Knucklehead.
Credits Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 6, Tokyo : Shûeisha, p. 147. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-4.jpg
File image/jpeg, 20k
Title Ill. 5
Caption Melchizedek (IA).
Credits Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 9, Tokyo : Shûeisha, p. 205. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-5.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Ill. 6
Caption Melchizedek (mère).
Credits Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 9, Tokyo : Shûeisha, p. 212. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-6.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Ill. 7
Caption Le carré sémiotique appliqué à Gunnm. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-7.png
File image/png, 1.3M
Title Ill. 8
Caption L’Arbre spatial (1)
Credits Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 9, Tokyo : Shûeisha, p. 238. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-8.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Ill. 9
Caption L’Arbre spatial (2)
Credits Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 9, Tokyo : Shûeisha, p. 240. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-9.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Ill. 10
Caption Renaissance de Gally dans un corps organique (conclusion de la première série).
Credits Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 9, Tokyo : Shûeisha, p. 256. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-10.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Ill. 11
Caption Baiser interrompu entre Gally et Fogia.
Credits Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm (Gunnm 銃夢), tome 6, Tokyo : Shûeisha, p. 207. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-11.png
File image/png, 222k
Title Ill. 12
Caption Naissance d’une Gally au corps organique (conclusion de la seconde série).
Credits Kishiro Yukito 木城ゆきと, Gunnm LastOrder (Ganmu LastOrder 銃夢LastOrder), tome 19, Tokyo: Kôdansha, p. 208. © Yukito Kishiro / YUKITO Products INC. Droits Réservés
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/978/img-12.png
File image/png, 448k
Top of page

References

Electronic reference

Denis Taillandier, « L’émergence d’une forme de nanopunk au Japon : Gunnm (Ganmu 銃夢) de Kishiro Yukito », ReS Futurae [Online], 9 | 2017, Online since 30 June 2017, connection on 22 September 2017. URL : http://resf.revues.org/978 ; DOI : 10.4000/resf.978

Top of page

About the author

Denis Taillandier

Denis Taillandier est maître de conférences à la faculté des relations internationales de l’Université Ritsumeikan, au Japon. Il a obtenu son doctorat à l’Université Jean Moulin Lyon III (Institut d’Études Transtextuelles et Transculturelles) en 2015 avec une thèse pourtant sur l’imaginaire des nanotechnologies dans la science-fiction japonaise. Ses travaux portent sur l’imaginaire des sciences et technologies, et plus particulièrement sur la façon dont la science-fiction révèle les enjeux philosophiques, socio-culturels et représentationnels des innovations technologiques. Il a remporté en 2013 le prix spécial du jury pour le 8ème concours de critique de science-fiction au Japon.

By this author

Top of page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org