Navigation – Plan du site
Entretien

À propos de la science-fiction japonaise – Entretien avec Tatsumi Takayuki et Kotani Mari mené par Denis Taillandier

Takayuki Tatsumi, Mari Kotani et Denis Taillandier

Résumé

Entretien à propos de la science-fiction japonaise.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Japon

Index chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Notes de l’auteur

Entretien effectué à Tokyo le 25 septembre 2016. Les noms propres sont cités en respectant l’usage japonais selon lequel le patronyme précède le prénom.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir par exemple : Récits d’une victoire gratifiante sur l’Ouest (Seiseikaishin-hen 西征快心編) d’Iwagak (...)
  • 2 Avec notamment les romans de Suehiro Tecchô 末広鉄腸 : Une future archive de l’année 1890 (Nijûsannen m (...)

1La question de l’origine est toujours délicate, mais le critique Nagayama (2009) voit dans certains mythes japonais (largement empruntés à la Chine) les prémisses d’une pensée science-fictionnelle. Le terme de science-fiction n’entre en usage au Japon qu’au début des années 1960, mais des œuvres de proto-SF (koten SF), qualifiées de « romans scientifiques » (kagaku shôsetsu) ou « romans scientifiques imaginaires » (kûso kagaku shôsetsu) apparaissent à l’ère Meiji (1868-1912) sous l’influence des textes d’Edgar Allan Poe, d’H.G. Wells et de Jules Verne1. Après une période d’isolement politique, le Japon s’ouvre au monde et entame une modernisation rapide. Les romans d’aventure laissent peu à peu la place aux romans politiques2 dont les récits se situent souvent dans le futur afin d’éviter la censure du gouvernement qui doit faire face aux nombreuses critiques autour de la rédaction d’une nouvelle Constitution. En parallèle, l’essor du naturalisme et du réalisme freine le développement de la science-fiction, jugée trop éloignée de la réalité.

  • 3 Dont la célèbre série d’Oshikawa Shunrô : Navire de guerre sous-marin (Kaitei gunkan 海底軍艦) entre 19 (...)
  • 4 Ce fut notamment le cas d’Unno Jûza 海野十三 qui avait pourtant publié des récits critiques de l’impéri (...)

2Au début du xxe siècle, avec la guerre russo-japonaise en toile de fond, de nouveaux textes plus proches de Wells voient le jour3. L’année 1920 voit la création de Shinseinen, un magazine dédié aux romans policiers qui étaient alors divisés en deux genres : l’« ordinaire » (honkaku), dont l’intrigue s’articulait autour d’enquêtes policières, et l’« extraordinaire » (henkaku), auquel appartenaient tous les récits fantastiques ou science-fictionnels. Un second magazine, Kagakugahô élargit, à partir de 1927, l’espace littéraire consacré à des œuvres ne versant pas dans le style policier. Le genre souffrira ensuite de la montée du militarisme vers la fin des années 1930 et sera largement censuré pendant la Seconde Guerre mondiale, à l’exception d’écrivains enrôlés par le gouvernement pour participer à l’effort de propagande4.

3La SF japonaise se construit véritablement au lendemain de la guerre, tant sur la défaite que sur la nouvelle idéologie démocratique. Les diverses traditions du genre, Hard SF, fiction spéculative, monstres géants (kaijû) à la Godzilla et fantasy, se développent de manière simultanée. L’Association des Écrivains de Science-Fiction du Japon (SFWJ) en 1963 précède celle de son homologue nord-américaine de deux ans. Après une période de traduction et de diffusion d’œuvres étrangères, la première génération d’écrivains s’affirme au cours des années 1960 et 1970, période souvent qualifiée d’âge d’or du genre au Japon qui vivait alors un « miracle économique », marqué par une grande confiance dans les progrès scientifiques et technologiques.

4L’année 1970 constitue cependant une année charnière de remise en cause de l’idéologie de progrès au Japon, qu’elle ait des accents nationalistes, avec le suicide de Mishima Yukio en novembre, ou marxiste, avec les actes de terrorisme de l’Armée Rouge japonaise. Le choc pétrolier de 1973 va lui aussi contribuer à la remise en question de l’idée d’une croissance économique infinie. Le Japon résiste mais bascule dans l’ère de la consommation dont le quotidien individuel remplace le rêve d’un grand futur. La science-fiction des années 1970 continue cependant à se distinguer avec le succès de la New Wave, inspirée de J.G. Ballard qui influença un grand nombre d’écrivains au Japon.

5Le Japon devient dans les années 1980 un pays science-fictionnel, l’illustration même d’un futur technologique qui inspire les auteurs de cyberpunk nord-américains. Les écrivains japonais ne se lancent pourtant pas immédiatement dans l’aventure, avec l’exception notable de Masaki Gorô qui devient malgré lui le « Gibson japonais ». Ce sont plutôt les mangas et les anime qui reprennent les codes du genre et connaissent un retentissement spectaculaire en dehors du Japon qui exporte sa SF à l’étranger pour la première fois.

  • 5 Romans destinés à un public de jeunes adultes. D’abord sérialisés à la manière de mangas, et comme (...)

6Le Japon doit cependant faire face dans les années 1990 à une grave crise économique et l’intérêt pour la SF littéraire commence à diminuer, forçant les éditeurs à trouver des parades. Apparaissent alors les light novels5, tandis que les jeux vidéo prennent de plus en plus d’importance et sont également adaptés sous la forme de romans. Le media mix – le fait qu’une œuvre ou une licence navigue entre plusieurs media – existait déjà depuis les années 1960, mais sa forme évolue. À cet égard le critique Ôtsuka Eiji (2001) explique que la notion d’une œuvre originale déclinée ensuite en plusieurs formats, laisse place à la création de concepts élaborés dès le départ afin d’être adaptés à plusieurs média.

  • 6 Expression utilisée pour qualifier les œuvres d’une grande littérature, soi-disant plus sérieuse, p (...)

7Dans les années 2000, afin de promouvoir de nouveaux talents, Shiozawa Yoshihiro, rédacteur en chef de SF Magjin, lance une nouvelle collection de science-fiction japonaise au sein de la maison d’édition Hayakawa. Il s’agissait d’encourager les publications de jeunes auteurs nés dans les années 1970, dont le style s’approchait d’une forme de « réalité-fiction ». Il lui semblait en effet que « les écrivains d’une vingtaine d’années, attribuaient intuitivement la même valeur à la réalité comme à la fiction, non pas dans le sens où la réalité devenait de plus en plus une illusion mais dans le sens où la fiction elle-même se muait en une forme de réalité à laquelle il fallait se confronter sérieusement » (Shiozawa, 2007). Cet effacement de la frontière entre réalité et fiction se matérialise aussi concrètement par les nombreuses incursions d’auteurs de « littérature pure » (jun bungaku)6 dans la science-fiction.

Entretien

Denis Taillandier : Pourriez-vous tout d’abord nous parler de la place du roman dans la production science-fictionnelle au Japon, notamment par rapport aux mangas ou aux anime.

Tatsumi Takayuki : Elle diminue depuis quelques temps…

  • 7 SF Magajin est le premier magazine professionnel de science-fiction au Japon, publié par la maison (...)

Kotani Mari : Mais si l’on inclut les light novels, le roman se porte plutôt bien. Je pense même que les light novels ont contribué à renforcer la position de la science-fiction. Si l’on considère uniquement les romans traditionnels, destinés à un public soi-disant plus adulte, et les œuvres parues dans SF Magajin, le nombre de publication a effectivement baissé7.

  • 8 Le prix Akutagawa est le plus prestigieux prix littéraire décerné au Japon.
  • 9 Kawakami débute sa carrière en 1980 dans le magazine de science-fiction NW-SF (New Wave SF) édité p (...)
  • 10 Hirano remporte très jeune le Prix Akutagawa avec Nisshoku (1998), paru en France sous le titre L’É (...)

TT : Il faut peut-être aussi éviter de s’en tenir aux seuls supports historiques de la science-fiction. Je songe aux récents lauréats du prix Akutagawa8, notamment à Kawakami Hiromi9 ou Hirano Keiichirô10 qui ont tous deux produits des textes science-fictionnels.

KM : C’est aussi le cas de Murata Sayaka.

  • 11 Murata Sayaka a été lauréate en 2016 du prix Akutagawa pour son roman L’Homo-konbini (Konbini ninge (...)
  • 12 Le train à grande vitesse japonais.
  • 13 L’un des écrivains de SF les plus populaires au Japon et membre fondateur de l’Association des Écri (...)
  • 14 Sa première nouvelle, « Menace au-dessus de la tête » (« Zujô no kyôi ») paraît en 1979. Le ton de (...)
  • 15 Hiura fait ses débuts en même temps que Misaki, avec une science-fiction elle aussi proche de la co (...)
  • 16 Ôhara a fait la plupart de ses études dans des établissements catholiques mais se tourne finalement (...)
  • 17 Kanbayashi est l’un des écrivains de SF les plus populaires au Japon. Influencé par les œuvres de P (...)

TT : Tout à fait. Elle vient juste de le recevoir avec L’Homo-konbini (Konbini ningen)11. Il est évident que ses œuvres s’inscrivent dans la science-fiction. L’imaginaire science-fictionnel n’appartient pas exclusivement à la maison d’édition Hayakawa. Quand on pense à la SF en tant que genre, il est indéniable qu’il s’agit d’abord d’un marché que se partagent Hayakawa, Kadokawa ou encore Tokyo Sôgensha, et auparavant Tokuma, pourtant la SF a largement débordé son propre cadre et les auteurs de « littérature pure » n’hésitent plus à s’en emparer. Mais c’est un phénomène récent. Lorsque les écrivains de la première génération ont fondé l’Association des Écrivains de Science-Fiction du Japon (SFWJ) en 1963, c’était précisément dans le but d’établir une nouvelle forme de littérature que personne ne voulait prendre au sérieux. Ils ont créé un véritable élan dans les années 1960. Un an plus tard, les Jeux Olympiques de Tokyo ont entraîné la construction de nouvelles autoroutes et du shinkansen12 reliant Tokyo à Osaka, puis l’Exposition universelle de 1970 s’est tenue à Osaka. Il me semble que le miracle économique japonais a clairement soutenu le développement de la SF. Mais au départ, il s’agissait de créer une nouvelle littérature, celle que Komatsu Sakyô13 appelait « la grande littérature de demain ». Pour les écrivains de la première, seconde et troisième génération, la SF était étroitement liée au roman traditionnel. L’émergence des light novels a pris du temps, même si les premiers textes remontent probablement à Misaki Keigo14 ou Hiura Kô15. Misaki et Hiura font aussi partie de la troisième génération, mais à la différence d’Ôhara Mariko16 ou Kanbayashi Chôhei17 qui ont débuté à la même période, ils ont pris une direction légèrement différente. C’était les années 1980. La grande popularité des anime de Miyazaki Hayao y est probablement pour beaucoup. On entrait alors dans l’ère de la Pax Japonica, du « Japon numéro un », puis dans la bulle spéculative juste au moment où le cyberpunk apparaissait. La SF s’est considérablement développée à cette période, que ce soit sous forme de films, de mangas ou d’anime. C’est à cette époque que des nouvelles japonaises ont été traduites pour la première fois en anglais, avec la parution de The Best Japanese Science Fiction Stories chez Dembner Books en 1989. Il s’agissait pourtant principalement d’œuvres des années 1960. Il a fallu attendre 2002 pour que sorte un numéro spécial SF japonaise, que j’ai en partie dirigé pour The Review of Contemporary Fiction, dans lequel figuraient non seulement des traductions mais aussi des entretiens menés avec des auteurs japonais. Ce qui est intéressant, c’est que la SF japonaise s’est développée à partir de romans, mais que depuis quelques années, les recherches effectuées à l’étranger partent d’abord de mangas ou d’anime pour se porter ensuite sur les romans.

  • 18 Ce manga, plutôt comique, a été accusé d’introduire l’érotisme dans les mangas pour enfants.

DT : Pourtant, au Japon aussi, le manga a eu une influence sur la production science-fictionnelle dès les années 1960, notamment avec Tezuka Osamu ou Nagai Gô18 ?

TT : Bien sûr. Mais lors de la création de l’Association des Écrivains de Science-Fiction, le manga faisait encore l’objet de discrimination.

KM : La SF aussi !

TT : La SF aussi. Notamment à cause des associations de parents d’élèves.

KM : Elles étaient vraiment pénibles. Il y a eu par exemple le scandale soulevé par L’École impudique (Harenchi gakuen, 1968-1972) de Nagai Gô.

TT : Ce qui ne l’a pas empêché de devenir ensuite le président de l’Association des Écrivains de Science-Fiction.

  • 19 L’un des écrivains de première génération les plus célèbres au Japon. Héritier de la New Wave, il e (...)

DT : C’est aussi le cas de l’écrivain Tsutsui Yasutaka19 n’est-ce pas ?

TT : Oui, il en a même écrit un recueil de nouvelles qu’il a intitulé : Associations de parents d’élèves : je vous emmerde ! (Kutabare PTA)

KM : À cette époque, les écrivains de SF comme les mangaka publiaient tous des œuvres au contenu jugé inadmissible.

  • 20 Les œuvres inscrites sur ces listes ne pouvaient faire l’objet de promotion ni être vendues aux min (...)

TT : D’où la création de « listes de publications considérées comme nocives » (yûgai tosho)20.

  • 21 Le créateur du robot géant éponyme du manga Tetsujin 28-gô (1956-66).
  • 22 Dont les titres les plus célèbres, qui ont fait l’objet d’adaptation en séries animées, sont bien c (...)
  • 23 Créateur du manga Kamen Rider (Kamen raidâ, 1971) et du célèbre manga Saibôgu 009 (1964-81), publié (...)
  • 24 Manga ciblant les jeunes adolescentes au Japon.

KM : La SF et les mangas avaient très mauvaise réputation. Ce n’était pas de l’art. Juste de la culture populaire de seconde classe. Au lendemain de la guerre, la science-fiction et les mangas partageaient de nombreux points communs et la plupart des mangaka les plus célèbres dessinaient des œuvres de science-fiction. Que ce soient Tezuka Osamu, Yokoyama Mitsuteru21, Matsumoto Reiji22 ou Ishinomori Shôtarô23. Tous ceux qui aimaient la SF lisaient des mangas, pas seulement des romans. Le manga et la science-fiction offraient une liberté d’expression qui les a fait se rejoindre dans un joyeux pêle-mêle. Pour les Japonais, lire des mangas est quelque chose de tout à fait naturel, au point qu’il est impossible d’imaginer un monde où ils n’existeraient pas. Ils font partie de notre quotidien, tout le monde en lit. C’est pourquoi j’ai été très surprise lors de mon premier voyage aux États-Unis : personne ne lisait de shôjo manga24, comment était-ce possible ? Je n’arrivais pas à y croire, comment les Américains pouvaient-ils donc comprendre la SF ? Dans une certaine mesure, il me semble que le manga est presque plus apte que le roman à exprimer la science-fiction.

TT : C’est peut-être à cause de l’aspect novateur de la SF et des mangas.

KM : En partie, oui, mais je crois qu’il existe aussi une autre raison au fait que les mangas aient soulevé autant de réactions négatives à l’époque. Ils représentaient un univers enfantin. La plupart des gens rejetaient alors la transposition des caractères imprimés de la littérature en dessins considérés puérils. Il ne fallait pas élever un tel univers à un rang élevé de la culture. C’est pourquoi dans le monde des mangas ou de l’animation, comme dans celui de la SF, notamment parmi les écrivains de la première génération, beaucoup se sont mis à promouvoir leurs œuvres en insistant sur le fait qu’elles étaient « destinées à un public adulte ». Il fallait faire passer un message de sérieux : les adultes aussi pouvaient regarder des anime ou lire de la SF. Voilà où se situe, me semble-t-il, le cœur du problème, la raison pour laquelle il y a eu une si vive résistance face à l’exaltation d’un univers que l’on considérait réservé aux enfants et qui devait à ce titre rester innocent, pur et moral.

DT : C’est pourquoi beaucoup de contes ont été modifiés pour en effacer les aspects trop cruels ?

KM : Exactement. Les enfants sont censés être éduqués, guidés, parce que la part de naturel qu’ils referment en eux n’est pas vue comme une si bonne chose. Elle doit s’adapter aux attentes de la société. Il a donc été très difficile au départ de faire accepter que la SF, les mangas et les anime puissent s’adresser à un public adulte.

TT : Dans les années 1960, le mépris de la haute littérature vis-à-vis de la SF et les mangas était considérable. L’alunissage d’Apollo 11 devait sonner le glas de la SF.

KM : Pourquoi ?

  • 25 Lauréat du Prix Akutagawa en 1955, avec L’Homme blanc (Shiroi hito), la plupart de ses romans, dont (...)
  • 26 Après avoir écrit quelques mangas, Yamada sa carrière littéraire en 1985 avec Beddo-taimu aizu (tra (...)
  • 27 Dans des œuvres où la frontière entre réalité, rêve et inconscient est poreuse, Shimada explore le (...)

TT : Beaucoup de gens, dont certains écrivains tels que Endô Shûsaku25, pensaient que la réalité avait rejoint la fiction et qu’il n’y aurait plus de place pour la SF. Ce qui se passe en ce moment serait incroyable du point de vue de cette époque. Des écrivains comme Kawakami Hiromi qui produisent aussi de la SF font partie du comité de sélection pour le prix Akutagawa. Je dirais même que parmi les membres, la plupart ont écrit de la SF. Il y a par exemple Yamada Eimi26 avec Animaru rojikku (Animal Logic), Murakami Ryû, mais aussi Shimada Masahiko27. Les choses ont vraiment évolué depuis les années 1960. De ce point de vue, même si SF Magajin est devenu bimensuel et que la place du roman traditionnel semble diminuer, la science-fiction s’est fait une place dans la haute littérature et reste extrêmement populaire parmi les light novels, les mangas et les anime.

DT : En somme il devient difficile de séparer les genres puisqu’ils communiquent de plus en plus les uns avec les autres ?

TT : Auparavant le découpage en genres s’effectuait autour de marchés, mais maintenant…

DT : Qu’en est-il du découpage de la SF en sous-genres au Japon ? A la différence d’autres pays, il semble que ce soit presque invisible dans la mesure où les librairies, en dehors de quelques rares exceptions, effectuent une division non pas selon les genres mais selon les maisons d’éditions.

KM : Effectivement, il n’y a pas de grosses divisions en général.

TT : Il y en a peu, c’est vrai, mais il ne faut pas oublier que pour Mari la SF fait partie de la fantasy.

KM : C’est le cas de toute fiction, de ce qui ne se donne pas à voir directement. Justement parce qu’il s’agit de donner forme à l’impossible. Mais parmi les professionnels de l’édition et les écrivains, il existe en fait beaucoup (trop) de distinctions dans la SF au Japon.

TT : Il y a des gens qui aiment classer en différents genres.

DT : Pourriez-vous donner quelques exemples concrets ? Existe-t-il des catégories spécifiques au Japon ?

KM : Si l’on compare avec les Etats-Unis, c’est notamment le cas des récits romanesques (denki shôsetsu).

TT : En effet, les œuvres de Kim Stanley Robinson s’en rapprocheraient un peu, mais c’est une catégorie qui n’existe pas aux Etats-Unis.

KM : Ils s’apparentent à des uchronies ou à des récits alternatifs.

TT : On pourrait traduire le terme par romance en anglais.

  • 28 Le pays de Yamatai est un terme qui apparaît dans l’histoire dynastique chinoise pour désigner un d (...)

KM : Il existe aussi ce que l’on nomme récits extravagants (tondemohon). Ils sont généralement associés à des récits historiques qu’ils déforment de façon extravagante (d’où leurs noms), décrivant par exemple comment des extra-terrestres seraient apparus sur le continent de Mu. Ils sont très populaires parmi les amateurs de SF au Japon. Ils traitent souvent la question de l’origine des Japonais, de l’endroit où se situaient l’ancien pays de Yamatai (Yamatai-koku) ou la résidence des dieux célestes Takama-ga-hara28.

DT : Ils ont donc un aspect mythique ?

KM : Souvent oui.

TT : Le thème de l’origine y est central en effet. Il y en a qui décrivent les États-Unis comme ayant jadis été le Japon. Puisque les Asiatiques étaient parvenus en Amérique du Nord depuis l’Eurasie. L’un d’entre eux le justifie en prenant l’exemples des noms des États. Le Kansas viendrait par exemple du Kansai japonais, etc.

  • 29 Après des études en psychologie, ingénierie et architecture, il débute sa carrière littéraire avec (...)

KM : Certains récits romanesques utilisent aussi ce genre de thèmes. Ceux d’Aramaki Yoshio29 notamment. À propos du catholicisme.

TT : Ils jouent avec la thèse selon laquelle la tombe de Jésus Christ se situerait dans le Tôhoku, la région située au nord-est du Japon.

KM : Les récits extravagants et les récits romanesques sont populaires. Ils permettent à leurs lecteurs d’échapper un instant à la dure réalité.

DT : Qu’en est-il des genres plus traditionnels, comme la hard SF, les space opera ?

TT : Ils sont bien présents, tout comme le cyberpunk.

KM : Les voyages dans le temps sont aussi très populaires, notamment les boucles temporelles. Surtout en ce moment.

TT : Avec le succès de Your Name (Kimi no na wa, 2016) de Shinkai Makoto.

KM : Ils existaient déjà bien avant, mais ils sont de plus en plus appréciés. Parmi les romans de voyage dans le temps, il y a de nombreux thèmes spécifiques : transcender le temps ou l’utiliser à des fins spécifiques, mais c’est celui de la boucle temporelle qui plaît le plus.

TT : L’idée selon laquelle on revient au point de départ.

KM : Ou plutôt l’impossibilité de s’échapper d’une telle boucle.

TT : La répétition encore et encore des mêmes actions.

KM : L’une des premières œuvres à l’avoir mis en scène est sans doute La Traversée du temps (Toki wo kakeru shôjo, 1967) de Tsutsui Yasutaka. On y retrouve les éléments typiques de ce type de récits : une relation amoureuse, des amants que le temps sépare, une logique ou une cohérence temporelle qui force les personnages à réfléchir à leurs actions. Les Japonais en sont très friands.

TT : Il est vrai que le thème de l’amour domine souvent dans les romans de boucles temporelles, mais certains romans se rapprochent aussi plus de hard SF, comme All You Need Is Kill (2004) de Sakurazaka Hiroshi.

KM : Certes, mais c’est plutôt une exception. En général l’accent est plutôt mis sur la façon dont les personnages revivent encore et encore les mêmes moments dans l’espoir, toujours vain, de retrouver leur amant, d’être à nouveau réunis. Il s’agit de la même idée, mais elle est déclinée à l’infini. Elle est incroyablement populaire. Il me semble que les Japonais sont particulièrement séduits par la temporalité dans la SF. Ils portent une attention particulière à la cohérence temporelle, aux plus petits détails : telle action entrainera telle conséquence, etc. Je pense qu’il faut peut-être y voir une volonté de retrouver les années insouciantes de la jeunesse. C’est en tout cas l’une des formes de SF les plus populaires en ce moment.

DT : Prof. Tatsumi, il me semble que vous avez écrit quelque part que la SF japonaise s’est véritablement développée dans la période après-guerre, et que tous les sous-genres sont apparus pratiquement dans un même temps.

TT : La SF nord-américaine a évolué décennie après décennie depuis la création d’Amazing Stories par Hugo Gernsback en 1926. Des romans d’anticipation par exemple, aux récits d’extrapolation proposés par John W. Campbell, l’âge d’or des années 1950, puis sa critique à travers la new wave des années 1960. La SF anglo-saxonne avait déjà quarante ans d’histoire lorsque SF Magajin a été créé en 1959 – même si le premier numéro, celui de décembre 1959, est paru en février 1960. J. G. Ballard écrivait déjà, c’est dire ! Il était donc difficile de démarrer par la new wave ou la fiction spéculative. Au départ, ce sont les œuvres d’Asimov, de Clarke, ou encore de Heinlein qui ont été traduites. SF Magajin a aussi présenté quelques numéros spéciaux dédiés aux space operas.

KM : Tout est arrivé en même temps.

TT : Exactement. Les années 1960 ont été intenses pour les traducteurs de SF au Japon. Je pense notamment à Itô Norio, Asakura Hisashi et bien entendu à Fukushima Masami, sans qui la SF n’aurait probablement pas pu se développer au Japon.

DT : Est-ce que vous pourriez parler du rôle que les fanzines ont pu jouer ?

  • 30 Terme utilisé au Japon pour les fanzines et les recueils édités par des amateurs pour présenter leu (...)

TT : Ils ont été importants. Le premier fanzine, Poussière cosmique (Uchûjin), a été fondé en 1957, quelques années donc avant SF Magajin. La maison Gengensha, même si les traductions qu’elle proposait étaient de qualité inégale, a aussi contribué à créer un engouement pour la SF avec la publication des Chroniques martiennes de Ray Bradbury. Il existait aussi de nombreux dôjinshi30, mais à la différence de Poussière cosmique, ils ne présentaient que rarement des traductions.

  • 31 La plus méridionale des quatre îles principales du Japon.

KM : À cette époque, il n’y avait pas Internet, donc Poussière cosmique a créé des émules. Malgré les traductions et quelques œuvres originales, il n’y avait pas tant de titres disponibles. Les lecteurs cherchaient toujours de nouveaux titres et surtout la possibilité d’en discuter avec d’autres. Des groupes de fans ont alors émergé dans tout le Japon : Tentacules (Tentakuruzu) à Kyûshû31, NULL à Kyoto, Core (Koa) à Hokkaidô. Ils publiaient tous leur propre fanzine et se retrouvaient régulièrement entre eux pour échanger. La convention nationale de SF annuelle (Nihon SF Taikai), qui voit le jour en 1962, en est devenue l’événement central. C’était la seule façon de communiquer en dehors des lettres.

DT : L’époque d’avant Internet.

KM : Téléphoner coûtait extrêmement cher aussi, les fanzines étaient le meilleur moyen de partager des informations. Les lecteurs n’avaient encore que peu de choses à se mettre sous la dent.

  • 32 Shibano Takumi (1926-2010) est un écrivain, traducteur et critique qui a œuvré au développement de (...)

TT : Nous aussi, nous nous occupons en ce moment du groupe appelé « Terminal SF pour personnes d’âge mûr ou avancé » (Chûkônen SF tâminaru), mais dans les années 1960, il s’appelait « Terminal SF pour adolescents » (Seinen SF tâminaru) … C’était un cercle de collégiens et de lycéens. Je connais bien la communauté des fans de SF. Avec Shibano Takumi32 comme rédacteur en chef, Poussière cosmique était le fanzine principal et à ce titre, la cible des critiques. L’émulation qui en est née a engendré la création d’une multitude de fanzines locaux, permettant ainsi à de nombreux écrivains d’y publier leurs premiers textes. Les quelques traductions proposées étaient souvent de qualité, grâce notamment à Kagami Akira ou Aramata Hiroshi.

KM : Du Groupe des jours finissant par un » 1 » (Ichi no hi kai) ?

TT : Oui, ils publiaient des traductions d’abord dans Poussière cosmique puis dans SF Magajin. C’était un groupe de fans très proches du monde professionnel de l’édition. Les membres se retrouvaient dans un café de Shibuya appelé Kasumi tous les jours finissant par un « 1 » : le premier, le onze, le vingt-et-un et le trente-et-un.

KM : La rencontre du trente-et-un était fatigante puisque le lendemain était le premier. Elle durait deux jours de suite.

TT : Il y avait non seulement des écrivains, mais aussi des fans et des employés de la maison Hayakawa. Naturellement, de nombreux projets y ont vu le jour. Une véritable lune de miel.

KM : Mais les choses ont bien changé. Avec les newsletter, Twitter, Facebook ou LINE, tout se passe sur Internet. Le rôle des fanzines a évolué et leur importance a diminué.

DT : Quels genres de prix, récompenses ou subventions, existe-t-il au Japon ?

  • 33 Auteur du best-seller Parasite Eve (Parasaito ivu, 1995).

TT : Il y a d’abord eu le Concours de SF Hayakawa (Hayakawa SF kontesuto) qui a démarré en 1961. Sa forme a légèrement changé dans les années 1970, mais il s’est maintenu jusqu’en 1992 et a permis à de nombreux talents d’émerger. Lorsque Hayakawa a décidé de l’arrêter, les écrivains de SF ont perdu leur porte d’entrée vers le monde professionnel. Ils se sont alors tournés vers le Prix du roman d’horreur (Kadokawa horâ taishô) instauré par la maison d’édition Kadokawa. C’est ainsi que Sena Hideaki33 a commencé sa carrière professionnelle, quoiqu’il eût peut-être préféré débuté chez Hayakawa. Il n’y avait plus de prix récompensant les nouveaux talents dans la SF. Le Prix de fantasy japonais a été créé en 1989 seulement.

KM : Par la maison d’édition Shinchôsha en collaboration avec le journal Yomiuri et quelques entreprises partenaires (Mitsui fudô et Shimizu kensetsu). Le montant du prix était extrêmement élevé.

  • 34 Soit un peu plus de 40 000 euros au taux de change du Yen de janvier 2017.

TT : Environ cinq millions de yens34 n’est-ce pas ?

KM : Je crois qu’il ne s’élevait qu’à dix mille yens au départ. Mais il est tout de suite monté à cinq millions. Les entreprises partenaires étaient des agences immobilières…

TT : À cette époque, c’était la fantasy qui se vendait.

KM : Oui, mais le prix était difficile à obtenir. Il a d’ailleurs été suspendu en 2013, mais devrait reprendre en 2017. Il a permis à un grand nombre d’écrivains de SF de faire leurs débuts. La plupart des lauréats sont devenus professionnels.

  • 35 Un kaijû eiga (film de monstres) produit par la Tôhô. À l’origine, Gamera est un monstre créé par l (...)
  • 36 L’équivalent du prix Nebula aux Etats-Unis, il est décerné chaque année par l’Association des Écriv (...)
  • 37 La fille de l’écrivain Hoshi Shin’ichi.
  • 38 Écrivain de SF et de fantasy, dont le style très oral a préfiguré l’émergence des light novels au J (...)

TT : La fin des années 1990 a vu naître une controverse autour de la qualité de la SF au Japon. Elle a ébranlé le monde de l’édition et affolé les écrivains. Elle est partie du fait qu’en 1996 Gamera 2 : L’Attaque des légions (Gamera 2 region shûrai)35 a été le premier film à recevoir le Grand Prix de la SF au Japon (Nihon SF taishô)36. À l’origine, les membres de l’Association des Ecrivains de SF, notamment Komatsu Sakyô et Tsutsui Yasutaka, estimaient que le Grand Prix pouvait tout à fait être décerné à un manga ou à un film, voire même à de la musique. En tant que représentant du comité de sélection, c’est moi qui me suis occupé d’écrire le compte-rendu. Le journal Nikkei l’a repris en indiquant que si un film avait obtenu la distinction cette année-là, cela signifiait que tous les romans de SF qui sortaient à l’époque étaient mauvais. J’ai bien sûr protesté par écrit, ce qui a lancé cette controverse autour de la qualité de la SF au Japon. Plusieurs critiques, dont Kasai Kiyoshi, estimait que la SF était dans une période de crise parce qu’il n’y avait aucune récompense permettant de faire émerger de nouveaux écrivains. C’est alors que la maison Tokuma, qui s’occupait déjà du Grand Prix de la SF, a lancé le Prix du nouveau talent japonais de la SF (Nihon SF shinjin-shô) en 1999. Il s’est malheureusement arrêté en 2009, mais sa création témoigne de la situation délicate dans laquelle se trouvait le monde de la SF au Japon à l’aube du xxie siècle. Le Prix Hoshi Shin’ichi (Hoshi Shin’ichi-shô) a aussi vu le jour en 2013 grâce au travail de Hoshi Marina37 et Arai Motoko38, et le Concours SF Hayakawa a repris depuis 2012.

DT : Qu’en est-il du Grand Prix de la SF au Japon ou du Prix Nebula (Seiun-shô) attribué par les lecteurs participant à la convention nationale annuelle ?

TT : Ils ne concernent pas les nouveaux talents. Le Grand Prix récompense des écrivains ayant largement contribué à la SF au Japon, tandis que le Prix Nebula est décerné par les fans.

DT : Pourriez-vous nous parler des « pères » fondateurs de la SF au Japon ? Qui ont été les premiers écrivains à produire des œuvres science-fictionnelles ? Ou d’un point de vue inverse, quels textes ont influencé les écrivains de la première génération au Japon ? Il me semble que le critique Nagayama Yasuo (2009) a écrit tout un livre concernant l’histoire du développement de la SF au Japon ?

  • 39 Entre 1868 et 1912.

TT : Oui, il en fait remonter les origines à l’ère Meiji39 environ.

DT : Il parle aussi des mythes japonais, n’est-ce pas ?

  • 40 Influencé par les œuvres de Jules Verne, il publie dès 1900 le premier tome de la série Navire de g (...)
  • 41 Unno Jûza commence sa carrière à la fin des années 1920 avec des romans policiers de science-fictio (...)

TT : En effet, mais il insiste sur Oshikawa Shunrô40, qu’il présente comme le grand-père de la SF japonaise, ou sur Unno Jûza41 qui est considéré comme le père de la SF moderne.

DT : Tous deux écrivent dans la première moitié du xxe siècle. Qu’en est-il de l’après-guerre ?

  • 42 Spécialiste de nouvelles très courtes (shôto shôto), il cofonde l’un des premiers fanzines japonais (...)
  • 43 Après avoir étudié la chimie agricole à l’université de Tôkyô, Hoshi Shin’ichi reprend, à la mort d (...)

TT : Les trois plus célèbres sont bien entendu Komatsu Sakyô, Hoshi Shin’ichi42 et Tsutsui Yasutaka. Il y a à ce propos une nouvelle de Hirai Kazumasa, intitulée « L’Espace intérieur de Hoshi Shin’ichi » (« Hoshi Shin’ichi no innâsupêsu », 1970), que j’affectionne tout particulièrement. Elle décrit un Hoshi abasourdi sur sa chaise de directeur de l’entreprise pharmaceutique familiale alors en faillite, concevant les personnages de Komatsu, Tsutsui et tous les écrivains de la première génération, comme si la SF japonaise n’était que le fruit de son imagination43.

DT : Les femmes sont-elles nombreuses parmi les écrivains de SF au Japon ?

KM : C’est difficile à dire.

TT : Il y en avait peu parmi la première génération.

  • 44 Littéralement « filles pourries ». Le terme est employé pour désigner les amatrices (mais aussi les (...)
  • 45 Née en 1949, Suzuki est à la fois l’icône d’une jeunesse libertine et autodestructrice – elle a tra (...)

KM : Si l’on inclut les fujoshi44, elles sont de plus en plus nombreuses. Elles ont une imagination incroyablement fertile. Mais elles ne sont pas toutes professionnelles. En ce qui concerne les femmes écrivains, je crois que la première à avoir écrit de la SF est Suzuki Izumi45.

  • 46 Née en 1935, elle étudie la littérature française à l’université, où elle s’intéresse notamment à S (...)

TT : Il était difficile de se lancer en tant que professionnelle pour une femme. Il y avait aussi Kurahashi Yumiko46, même si elle n’appartenait pas vraiment au monde de la SF.

DT : Elles sont pourtant nombreuses maintenant, n’est-ce pas ?

  • 47 Poète et écrivain de littérature fantastique, Yamao tire son inspiration du surréalisme. La destruc (...)

TT : Je crois que le Concours de SF Hayakawa de 1973 a marqué un tournant avec les débuts de Yamao Yûko47 et son style littéraire remarquable.

  • 48 L’une des femmes écrivains les plus influentes à la fin du xxe siècle. Elle débute en tant que crit (...)
  • 49 Mangaka et écrivain extrêmement prolifique, elle publie principalement des mangas shôjo et yaoi sit (...)
  • 50 Takemiya est non seulement l’une des première mangaka à avoir dessiné des scènes homoérotiques masc (...)

KM : Suzuki et Yamao étaient deux figures centrales dans les années 1970, mais il y avait aussi les mangaka Kurimoto Kaoru48, Hagio Moto49 et Takemiya Keiko50. Elles partageaient toutes un grand intérêt pour la science-fiction. L’imaginaire science-fictionnel a donc largement pénétré le shôjo manga à partir des années 1970. Toutefois, en ce qui concerne les romans, les femmes n’étaient pas si nombreuses à cette époque.

DT : Et plus récemment ?

  • 51 Ueda Sayuri se lance dans l’écriture après le séisme de Kôbe en 1995. Ses œuvres sont variées, mais (...)
  • 52 Shôno, dont les œuvres sont acclamées au Japon, a notamment remporté les trois plus grands prix lit (...)
  • 53 Les œuvres de Matsuura s’inscrivent dans une nouvelle forme de littérature féminine qui s’attache à (...)

KM : La tendance s’est presque inversée. Beaucoup des écrivains de SF sont des femmes. Ueda Sayuri51 a par exemple fait des débuts remarqués. Murata Sayaka évolue elle dans le monde de la haute littérature tout en écrivant des textes science-fictionnels. Ce n’est d’ailleurs pas la seule : Shôno Yoriko52, Matsuura Rieko53 ou Kawakami Hiromi naviguaient déjà entre la haute littérature et la science-fiction. C’est encore plus marqué chez Murata, elle fait partie d’une génération qui n’opère plus vraiment de distinctions et considère la SF comme quelque chose d’évident.

TT : Et elle a obtenu le prix Akutagawa !

KM : La façon d’appréhender la SF a bien changé. C’est devenu plutôt une question de tournure d’esprit, comme si on la découvrait à des endroits inattendus : « tiens, mais c’est de la SF ça ! »

TT : Je suis d’accord. Les personnages que Murata met en scène dans son L’Homo-konbini (Konbini ningen) sont en quelque sorte des posthumains. Ils ne sont plus humains à proprement parler. Les kombini sont au centre de leur monde depuis qu’ils sont nés. Ils ne peuvent plus vivre sans.

KM : Auparavant, ce genre d’idée n’aurait pu s’exprimer qu’à travers la SF.

TT : C’est exactement ce qui s’est passé lors de la création de SF Magajin. On pouvait y trouver des romans d’horreur, des récits extravagants, de la fantasy, des articles de vulgarisation scientifique, de la romance gothique, etc. En somme, tout ce qui n’entrait pas dans la catégorie « haute littérature » était publié dans SF Magajin.

DT : Quelle serait selon vous la spécificité de la science-fiction japonaise ?

  • 54 Itô Keikaku est l’un des écrivains japonais de SF les plus populaires dans les années 2000. Webdesi (...)
  • 55 Physicien et mathématicien de formation, Enjô débute sa carrière littéraire avec le recueil de nouv (...)
  • 56 Tobi fait ses débuts en 1982 dans SF Magajin avec la nouvelle» Illusion polyphonique » (« Porifonik (...)
  • 57 Les premiers textes de Hase sont plutôt d’inspiration hard SF, mais il se fait connaître en 2009 av (...)
  • 58 Alors qu’il appartient à la génération cyberpunk et a travaillé comme programmeur CAO et concepteur (...)
  • 59 Miyauchi débute sa carrière avec « Une Nuit devant l’échiquier » (« Banjô no yoru », 2010), la nouv (...)

KM : En ce moment, Itô Keikaku54, Enjô Tô (EnJoe Toh)55, Tobi Hirotaka56, Hase Satoshi57, ou encore Nojiri Hôsuke58 sont les figures centrales de la SF au Japon. Avec aussi Miyauchi Yûsuke59. Ils ont presque tous fait leurs débuts chez Hayakawa.

DT : Est-ce qu’ils ont quelque chose en commun ?

KM : C’est difficile à dire. Mais il me semble qu’ils ont tous été profondément marqués par l’univers des jeux vidéo. À partir des années 1990, les jeux vidéo sont devenus extrêmement visuels avec des scénarios de plus en plus soignés. Tous les écrivains dont je viens de parler font partie d’une génération qui a baigné dans cet univers vidéoludique. La plupart n’ont pas lu beaucoup de romans et écrivent plutôt en s’inspirant de films, de jeux vidéo ou d’anime. Ce qui n’est absolument pas un problème au Japon.

DT : C’est particulièrement prononcé chez Hase ou encore chez Itô qui était un grand fan du créateur de jeux vidéo Kojima Hideo, dont il a notamment adapté un épisode de la série Metal Gear Solid en roman.

KM : L’univers d’Itô Keikaku est entièrement celui des jeux vidéo.

DT : Il se retrouve aussi chez Tobi, mais de manière moins prononcée peut-être ?

  • 60 Les îlots, situés dans la mer du Japon, font l’objet d’un contentieux entre la Corée du Sud et le J (...)

KM : Tobi fait partie de la génération d’avant, certes. Mais la réalité virtuelle est un thème récurrent. Il habite vers les îles Takeshima60 (Rochers Liancourt), il se revendique même comme l’écrivain de SF y habitant le plus près. C’est la raison pour laquelle le thème de la réalité virtuelle, dont les jeux vidéo constitue la base, apparaît en filigrane dans presque tous ses textes. Dans cet univers virtuel, les Japonais oublient qu’ils sont japonais et se comportent comme s’ils étaient des Occidentaux. Des produits de la globalisation formant l’arrière-plan de l’univers science-fictionnel, dans un certain sens extrêmement cosmopolite, de ces écrivains. On dit souvent qu’ils font oublier aux lecteurs qu’ils sont japonais, notamment parmi la jeune génération qui appréhende et construit le monde de manière virtuelle en se servant des représentations de la culture cool nord-américaine véhiculée par les jeux vidéo ou les films d’Hollywood.

  • 61 Inspirée par Tezuka, Mizuno commence à dessiner très jeune des mangas shôjo originaux dans la mesur (...)

TT : On peut dire la même chose pour beaucoup de mangas shôjo. Les œuvres de Mizuno Hideko61, voire de Hagio Moto, ont un côté occidental. On peut même parler d’une forme d’occidentalisme.

  • 62 Terme désignant une forme d’affection, parfois exacerbée, envers un personnage de manga, d’anime ou (...)
  • 63 Adjectif utilisé pour décrire quelqu’un ou quelque chose de mignon, avec souvent une connotation en (...)
  • 64 Personnage virtuel aux traits d’une jeune adolescente. Créée à partir d’un Vocaloid, un programme d (...)

KM : Tout à fait. Il s’agit justement d’un univers d’images et de représentations. La plupart des écrivains ne sont probablement jamais allé aux États-Unis. Je pense qu’une autre caractéristique de cette nouvelle génération se situe dans l’incroyable attachement à la figure de la jolie jeune fille (bishôjo). Cette figure représentative de la culture moe62 ou kawaii63, qui n’existe pas dans le monde réel, est indissociable du thème de la réalité virtuelle dans de nombreux textes. À force de s’absorber dans le virtuel, les écrivains de la nouvelle génération se forment une représentation de la jeune fille idéale qui n’a plus grand-chose à voir avec le réel. C’est ce que je me suis dit après avoir lu « Le site de partage de vidéos peer to peer du pôle sud » (« Nankyokuten no pia pia dôga », 2012) de Nojiri Hôsuke. Il a mêlé quelques éléments caractéristiques de la culture pop japonaise, comme Hatsune miku64, le site de partage de vidéos Nico nico dôga et les konbini, pour écrire un récit de voyage spatial. Le film Godzilla Resurgence (Shin Gojira) de 2016 est peut-être aussi représentatif d’une SF japonaise. Il révèle en tout cas une thématique très japonaise qui se retrouve par exemple chez Kanbayashi Chôhei et son Yukikaze (Sentô yôsei yukikaze, 2002), ou encore dans l’anime Neon Genesis Evangelion (Shin seiki evangerion 1995-1996) : un ennemi fait son apparition, on ne sait pas ce que c’est, mais il apparaît et on ne peut pas communiquer avec lui, ou de manière très limitée. Il faut alors décider quoi faire dans l’agitation la plus complète. Il y a derrière cela quelque chose de l’ordre du trouble de la communication. Les Japonais ont beaucoup de mal à communiquer : ils ne sont pas très bavards, ou plutôt ils vivent au sein d’une société qui voit le bavardage comme quelque chose de négatif. Il leur faut donc parfois se faire violence, se battre, pousser leurs limites, mais au final ce sont les produits même de la technologie japonaise qui finissent par entrer en communication avec cet ennemi incompréhensible tout en laissant les humains à leur sort. L’une des caractéristiques de la SF japonaise se situe peut-être dans thématique du contact avec l’Autre, humain ou non, dont les tentatives se soldent toujours sur un échec.

DT : Pourriez-vous parler de la recherche sur la SF au Japon ? Il ne me semble pas qu’il existe de journal académique spécialisé, mais qu’en est-il des associations de recherche ? Quelle est la situation à l’université : offre-t-elle des cours ou des programmes spécifiques ? Des colloques ont-ils lieu sur le thème de la SF ?

KM : Il n’existe malheureusement aucun curriculum spécifique à l’université, ni de centre de recherches orientées sur la SF. Quelques professeurs donnent parfois des cours ou des conférences, mais chacun de leur côté et de manière irrégulière. Ce sont souvent de simples tentatives.

TT : En ce moment, Mari et toi (Denis) êtes peut-être les seuls à proposer des cours sur la SF.

KM : En ce qui me concerne, j’en ai donné un à partir de l’année 2000 jusqu’à peu à l’Université Shirayuri, dans la section culture et littérature d’enfance et de jeunesse. Il paraît que c’était le seul au Japon. Depuis trois ans, j’en propose un à l’Université Meiji en tant que professeur invitée dans la faculté des sciences de l’information et de la communication. J’y fait par exemple venir des intervenants, écrivains, éditeurs, critiques ou illustrateurs qui appartiennent au monde de la SF. Mais cela reste une tentative, je ne sais pas si j’en serai encore chargée l’année prochaine. Il n’y a pas de cours sur la SF à l’Université Keiô où Takayuki enseigne.

TT : Non, malheureusement.

KM : Il est spécialiste de littérature nord-américaine.

TT : Quelques-uns de mes étudiants choisissent des œuvres de SF pour leur mémoire de fin d’études ou de master. Je crois que le professeur Wakashima de l’Université de Tokyo offre un cours où il propose des lectures transversales basées sur des nouvelles de SF.

KM : Le professeur Nagasawa ne fait-il pas aussi un cours sur la SF à l’Université Sugiyama de Nagoya ?

TT : Non, il s’intéresse à la science-fiction et organise un colloque chaque année depuis deux ans, mais il le fait grâce aux subventions qu’il a obtenues pour ses propres recherches.

DT : Est-ce que les facultés des lettres s’intéressent à la SF au Japon ?

KM : Non, il n’y a pas vraiment de recherches focalisées sur la SF.

TT : En ce qui concerne la littérature anglo-saxonne, il existe déjà un canon de textes à étudier et ils sont nombreux. La plupart des anthologies utilisées dans les universités ne font pas état de la SF. Il me semble que l’anthologie publiée chez Norton (Anthology of American Literature) n’en contient pas une seule nouvelle. Le texte le plus science-fictionnel serait peut-être « Entropy » de Thomas Pychon. Je suis donc très content quand des étudiants choisissent d’écrire des mémoires à propos d’écrivains de SF. J’en ai eu sur Philip K. Dick, et sur James Tiptree Jr.

DT : En somme, les recherches sur la SF au Japon s’effectuent de manière sporadique dans des départements différents, au gré des projets de professeurs qui s’y intéressent…

TT : C’est surprenant, mais il m’est arrivé de donner un cours d’une année seulement dans la faculté de droit de l’Université Keiô. Il s’inscrivait dans la partie éducation générale du curriculum de licence. À l’époque, je venais juste de rentrer des États-Unis et comme je n’étais pas tenu de faire un cours de littérature traditionnel, j’ai choisi de présenter la SF nord-américaine. C’était en 1988 je crois. J’ai aussi donné quelques conférences à l’Université de Tokyo parce que l’un de mes amis sur place, le professeur Numano, spécialiste de littérature russe et est-européenne, s’est beaucoup intéressé à Stanislas Lem. Je crois que le premier cours sur la SF au Japon a eu lieu au début des années 1970 et utilisait l’ouvrage de Robert Scholes Structural Fabulation comme manuel. Avec la sortie du célèbre roman de Komatsu La Submersion du Japon (Nihon chinbotsu) en 1973, il me semble que le professeur Yura de l’Université de Tokyo avait aussi mis en place une série de cours dispensés par plusieurs professeurs avec la science-fiction comme thème.

KM : Ah oui, j’oubliais, je donne aussi un cours de création littéraire basé sur l’histoire de la fantasy.

TT : Il existe beaucoup de cours sur la culture populaire japonaise, les mangas, ou les anime, mais il y a très peu de choses spécifiques sur la SF. Denis, tu en donnes bien un en ce moment, non ?

DT : j’en ai donné un pendant trois ans à l’Université Ôtemon et depuis cette année à l’Université Ritsumeikan. Mais c’est un cours transversal, une tentative aussi, il s’inscrit dans la thématique des études régionales (Japon).

KM : Il est difficile d’effectuer des recherches sur la SF à l’université. Il n’y a pas vraiment de journaux spécialisés non plus.

DT : Il y a bien Eureka (Yuriika) ou Pensée contemporaine (Gendai shisô), mais ils ne sont effectivement pas dédiés à la science-fiction. Malgré ces difficultés d’ordre académique, quelles sont les approches ou méthodologies privilégiées ?

KM : L’approche littéraire bien sûr.

DT : Qu’en est-il des études culturelles par exemple ?

KM : Ce n’est pas une méthodologie encore très répandue. Il s’agit en général d’études littéraires. Ouvrir le champ aux études culturelles signifie souvent que l’objet d’études se réduit aux mangas, aux anime, ou encore aux jeux vidéo.

DT : Comme le critique Okawada Akira qui s’occupe je crois d’un cours sur la subculture dans lequel il parle de SF, de jeux de rôle et de jeux vidéo. C’est intéressant pourtant ?

KM : Oui, mais il y a peu de recherches effectuées en dehors de la littérature.

TT : Les études sociologiques sur les communautés de fans.

KM : Miyadai Shinji (1994) a d’ailleurs sorti un livre à ce sujet.

DT : Quels sont les auteurs les plus étudiés ?

KM : Il y a Heinlein.

TT : Kobata Takuya l’a étudié quand il était doctorant à l’Université de Osaka.

DT : Le professeur Niijima de l’Université Keiô s’intéresse à la SF française n’est-ce pas ?

TT : À Raymond Roussel en particulier, mais aussi à Jules Verne. Les auteurs japonais sont aussi étudiés, surtout Tsutsui Yasutaka.

  • 65 Membre du groupe de recherches sur les romans marginaux (Genkai shôsetsu kenkyûkai), Kasai est l’au (...)
  • 66 Philosophe spécialiste de Derrida, Azuma a développé depuis les années 2000 un discours sur la cult (...)
  • 67 Ôtsuka s’intéresse lui aussi à la subculture japonaise, notamment aux mangas, qu’il analyse d’un po (...)

KM : Mais il s’agit souvent d’analyses effectuées par des journalistes ou des critiques, il y a très peu d’ouvrages académiques. Beaucoup de critiques s’intéressent à la SF. Kasai Kiyoshi65, Azuma Hiroki66 ou Ôtsuka Eiji67 en sont de bons exemples.

TT : Elle écrit beaucoup sur les femmes écrivains.

KM : Il y a aussi toute la jeune génération qui a débuté en remportant le Prix japonais de la critique SF (Nihon SF hyôronshô).

DT : En ce qui concerne les journalistes ou les critiques, quelles sont leurs méthodologies ou leurs approches ?

KM : La SF est souvent perçue comme un genre offrant un point de vue critique sur la civilisation, donc les journalistes s’en servent pour piquer la curiosité des lecteurs. Ils font donc souvent appel à des personnes connaissant le genre. C’est d’autant plus le cas que les œuvres les plus populaires de la pop culture depuis quelques années sont toutes plus ou moins science-fictionnelles. Il leur faut par exemple expliquer l’engouement du public pour Godzilla Resurgence (Shin Gojira) ou Your name (Kimi no na wa). Les textes des critiques adoptent quant à eux souvent une perspective culturelle, sociologique ou philosophique.

DT : Quels sont vos propres angles d’études ?

TT : Mari s’intéresse au féminisme.

KM : Féminisme, études de genre, ou sexualité. Tout comme la science-fiction n’est pas très étudiée, il y a très peu de personnes qui s’intéressent à ces questions au Japon. On vient souvent me voir quand il s’agit d’études de genre, de sexualité, de théorie queer, mais c’est souvent à propos de littérature nord-américaine.

TT : En ce qui me concerne, je viens juste d’écrire un ouvrage sur Paul de Man. Mon approche est clairement celle de la déconstruction. Lorsque le concept est arrivé au Japon, Derrida y a donné une conférence à laquelle j’ai assisté. Il y a notamment parlé du texte de Kafka, « Devant la Loi ». Lors de mon séjour à l’Université Cornell, j’ai rencontré le professeur Jonathan Culler, grâce à qui le structuralisme, la sémiotique et donc la déconstruction se sont créés une place aux Etats-Unis. Son épouse, Cynthia Chase, était une élève de Paul de Man à l’Université Yale. Je me suis donc approprié la méthodologie de la déconstruction que j’ai appliquée à la science-fiction à une époque où personne ne s’y était essayé. J’ai commencé avec L’Intersection Einstein de Samuel Delany à l’occasion d’un cours sur la littérature afro-américaine. Ce fut mon premier article publié aux États-Unis, dans la revue Extrapolation. La déconstruction est particulièrement appropriée à la SF. Pour le dire très simplement, il s’agit d’explorer l’inversion du rapport de cause à effet. C’est une idée séduisante qui se rapproche en fin de compte du paradoxe temporel. Les théories de Derrida partagent un lien intime avec la SF. Comme s’il s’agissait d’une réécriture de l’origine. Comment l’écriture a-t-elle réécrit l’origine ? Comment a-t-elle attaqué la parole, la voix divine ? Ce sont les questions même que posent les paradoxes temporels ou les uchronies. La déconstruction m’est donc apparue comme le moyen le plus naturel d’aborder la science-fiction. Delany était aussi professeur à Cornell en 1986, j’ai suivi un semestre de son cours dans lequel il a présenté le Manifeste Cyborg de Donna Haraway. J’en ai envoyé aussitôt une copie à Mari. Je m’intéresse aussi au néo-historicisme et aux études culturelles qui ont rapidement intégré la méthode déconstructiviste.

DT : Il me semble que votre attention s’est aussi portée sur le post-colonialisme et le concept de planétarité ?

TT : Tout à fait. J’ai beaucoup étudié Gayatri Spivak. Elle était aussi de Cornell et suivait les cours de de Man. À cette époque, la SF résonnait presque naturellement avec les théories littéraires avant-gardistes. Il est d’ailleurs étonnant que si peu de personnes s’en soient rendu compte.

DT : Vous êtes aussi très proche du mouvement cyberpunk, n’est-ce pas ?

TT : Oui, je l’ai découvert en 1985, lors de la convention nord-américaine de science-fiction (NASFIC). Il s’y est tenu un panel cyberpunk, probablement l’un des tous premiers, à l’occasion duquel j’ai fait la rencontre de Bruce Sterling, John Shirley et Lewis Shiner. J’avais beaucoup aimé la nouvelle de Gibson « Le Marché d’hiver », dans laquelle apparaissait déjà une espèce de machine célibataire à la Marcel Duchamp que Gibson appelait « machine auto-déconstructrice » (self-deconstructing machine). Il parlait aussi de « fantôme sémiotique » (semiotic ghost) dans la nouvelle « Le Continuum Gernsback ». J’ai été séduit par le fait qu’il s’intéresse aussi aux théories poststructuralistes. Je n’étais d’ailleurs pas le seul. Le cyberpunk et la sémiotique sont intimement liés. C’est la raison pour laquelle l’hypertexte et l’hyperfiction sont apparus dans la deuxième moitié des années 1990. Les théories sur la SF et le structuralisme s’accordent bien ensemble. Scholes redéfinit la SF comme une Fabulation Structurelle (Structural Fabulation). Le « S » est structurel et le « F », fabulation. La SF serait donc selon lui une espèce de fable structurelle. Dans les années 1970 et 1980 s’est créée une lune de miel entre la SF, la critique littéraire et les théories structuralistes ou poststructuralistes. Le journal Science Fiction Studies (SFS) a été fondé en 1973 et a rapidement publié des numéros spéciaux sur Dick ou Le Guin, dont les textes se prêtent aisément à une interprétation poststructuraliste. Il y avait bien entendu déjà des critiques marxistes comme Darko Suvin ou Frederic Jameson.

DT : Vous avez aussi beaucoup étudié la littérature fantastique, notamment Edgar A. Poe. Quelle a été par exemple l’influence de Poe au Japon ?

TT : Elle a été énorme à partir de l’ère Meiji. Beaucoup de traductions sont sorties à cette époque. Poe a été et reste toujours l’objet de nombreuses études. Tous les écrivains japonais de fantastique ou de roman policier s’en sont inspirés. Il suffit de citer Edogawa Ranpo dont le pseudonyme est la transposition phonétique japonaise du nom d’Edgar Allan Poe. C’est Edogawa qui a découvert Hoshi Shin’ichi ou Tsutsui Yasutaka. Les liens entre Poe et la SF japonaise sont donc très solides. La plupart des écrivains de la première génération ont reçu des conseils d’Edogawa. Cependant, mon intérêt pour Poe est d’abord venu du fait que j’étudiais la littérature de la renaissance américaine, je n’avais pas l’intention de relier Poe à la SF dans le cadre de ma thèse. La période des années 1980 a toutefois permis aux académiques amateurs de science-fiction de l’inclure dans leurs projets de recherche. Il me semble que ce sont l’émergence du mouvement cyberpunk et la sortie du Manifeste Cyborg qui ont rendu la chose possible. L’ouvrage de Donna Haraway est devenu en quelque sorte la bible des études culturelles et la SF a dépassé le cadre des seules études littéraires. De ce point de vue, Mari était une pionnière lorsqu’elle a écrit Sainte Vierge Evangelion (Seibô Evangerion).

DT : Vous avez traduit Haraway ensemble n’est-ce pas ?

KM : Oui, nous pensions le publier dans un fanzine.

TT : Au départ.

KM : Je venais juste de commencer à publier des articles sur le féminisme et les études de genre. Je crois qu’à ce moment-là, j’avais participé à un numéro spécial de Pensée contemporaine (Gendai shisô) sur le thème de la naissance. Takayuki et moi avons alors parlé de l’essai de Haraway et l’un des rédacteurs du journal nous a demandé si nous étions prêts à le traduire. Nous avons accepté immédiatement. Mais je me suis rendu compte après combien il était complexe. J’ai eu beaucoup de doutes sur certains passages dont je n’étais pas sûre d’avoir entièrement saisi le sens. Mais j’avais la motivation de la jeunesse. La traduction a finalement été bien accueillie : Pensée contemporaine m’a demandé d’écrire un article dessus et SF Magajin m’a chargée d’un numéro spécial sur le post-féminisme.

DT : Vous parliez de la motivation de la jeunesse, quel a été votre parcours ?

KM : Après des études de pharmacie, j’ai travaillé dans une entreprise que j’ai quittée en 1989. Je suis partie un mois aux Etats-Unis avec Takayuki afin de trouver des textes théoriques sur le féminisme. Je suis rentrée avec plus d’une trentaine de cartons pleins.

DT : Vous étiez donc déjà intéressée par le féminisme ?

KM : À cause de mon expérience disons amère du monde de l’entreprise.

TT : Mari a été victime de harcèlements au travail.

KM : Les discriminations fondées sur le sexe étaient épouvantables. Je pensais que je pouvais agir sur les choses, mais c’était impossible. Aux ressources humaines, on m’a dit être au courant de la situation mais qu’il fallait que j’encaisse, que ça ne changerait pas du jour au lendemain. J’étais à court de réponse, stupéfaite. Je me suis alors dit que pour changer les choses, il fallait une toute autre forme d’imagination. Lorsque j’ai enfin démissionné, j’écrivais déjà à propos de la place des femmes dans le monde du travail, j’avais de nombreuses demandes d’articles. Le problème, c’est que je sortais d’une formation scientifique, je n’avais pas assez de bagage théorique en sciences humaines. Le terme de déconstruction m’était complètement inconnu. Je savais que si je voulais faire du bon travail, il me faudrait apprendre beaucoup de choses. Retourner à l’université était inutile puisqu’il n’y avait aucun curriculum en études de genre à l’époque, aucun professeur à qui demander conseil. Je me suis donc plongée dans les lectures avec l’aide de Takayuki. Mon intérêt se portait déjà entièrement sur le féminisme et les femmes écrivains de science-fiction. J’ai alors fourni plusieurs essais à la revue Le Monde de la traduction (Honyaku no sekai) qui représentait alors des titres encore non-traduits en japonais. Pendant un an, j’ai énormément écrit, en essayant de relier les concepts théoriques avec lesquels je me familiarisais peu à peu et les romans dont je faisais la critique. Je me suis vraiment battue. Les textes que j’ai écrits ont été bien accueillis et j’ai reçu de plus en plus de demandes. J’ai finalement réussi, au bout de cinq ans de labeur, à sortir mon premier manuscrit en 1994 : L’Inconscient féminin : introduction à la science-fiction féministe (Josei-jô muishiki : josei SF-ron josetsu). C’est pourquoi je m’efforce à utiliser la SF de manière originale à l’université où j’enseigne. Elle ne forme pas les élites comme l’Université de Tokyo ou l’Université Keiô. La plupart des étudiants trouvent un emploi décent après la licence, mais ils ne sont pas spécialement intéressés par un enseignement trop théorique. En contrepartie, ils sont curieux et savent s’amuser. Il suffit de trouver un sujet qui les intéresse pour rendre les études plus attrayantes. C’est ce que j’essaie de faire en utilisant la science-fiction.

TT : Mari est devenue une spécialiste dans son domaine. Elle a même donné des conférences à l’Université Duke.

DT : Vous avez un parcours d’autodidacte impressionnant.

KM : J’aurais voulu établir plus en profondeur les études sur la science-fiction, mettre en place un curriculum durable à l’Université Meiji, qui ne s’arrête pas après mon départ.

TT : Il faudrait que le Ministère de l’éducation prête une plus grande attention aux perspectives que pourrait offrir les études sur la SF…

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie (non-exhaustive) de Tatsumi Takayuki 巽孝之concernant la science-fiction

Bolton Christopher, Csicsery-Ronay Istvan et Tatsumi Takayuki (Dir.), Robot Ghosts and Wired Dreams, Japanese Science Fiction from Origins to Anime, Minneapolis : University of Minnesota Press, 2007.

Tatsumi Takayuki 巽孝之, Full Metal Apache : Transactions Between Cyberpunk Japan and Avant-Pop America, Durham : Duke University Press, 2006.

Tatsumi Takayuki 巽孝之 (Dir.), Une histoire des controverses autour de la science-fiction au Japon (Nihon SF ronsôshi 日本SF論争史), Tokyo : Keisô shoten, 2000.

Tatsumi Takayuki 巽孝之 (Dir.), Le Futur du corps (Shintai no mirai 身体の未来), Tokyo : Treville, 1998.

Tatsumi Takayuki 巽孝之, La Littérature japonaise slipstream (Nihon henryû bungaku 日本変流文学), Tokyo : Shinchôsha, 1998.

Tatsumi Takayuki 巽孝之, Manifeste japanoïde, lire la science-fiction japonaise contemporaine (Japanoido sengen : gendai nihon SF wo yomu tame ni ジャパノイド宣言―現代日本SFを読むために), Tokyo : Hayakawa shobô, 1993.

Tatsumi Takayuki 巽孝之, La Métafiction comme idéologie (Metafikushon no bôryaku メタフィクションの謀略), Tokyo : Chikuma raiburarî, 1993.

Tatsumi Takayuki 巽孝之, La Rhétorique de la science-fiction contemporaine (Gendai SF no retorikku 現代SFのレトリック), Tokyo : Iwanami shoten, 1992.

Articles / chapitres :

Tatsumi Takayuki 巽孝之, « A Very Soft Time Machine : From Translation to Transfiguration », in Bolton Christopher, Csicsery-Ronay Jr Istvan & Tatsumi Takayuki (Dir.), Robot Ghosts and Wired Dreams, Japanese Science Fiction from Origins to Anime, Minneapolis : University of Minnesota Press, 2007.

Tatsumi Takayuki 巽孝之, « Introduction to Three Asias – Japan », in Paradoxa – Three Asias – Japan, S. Korea, China, vol. 22, 2010.

Tatsumi Takayuki 巽孝之, « Japanese and Asian Science Fiction », in Seed David (Dir.), A Companion to Science Fiction, Blackwell Publishing, 2005.

Bibliographie (non-exhaustive) de Kotani Mari 小谷真理

Kotani Mari 小谷真理, L’Inconscient féminin : introduction à la science-fiction féministe (Josei-jô muishiki : josei SF-ron josetsu 女性状無意識―女性SF論序説), Tokyo : Keisô shobô, 1994.

Kotani Mari 小谷真理, Sainte Vierge Evangelion (Seibô Evangerion 聖母エヴァンゲリオン ), Tokyo : Magajin Hausu, 1997.

Kotani Mari 小谷真理, Les Aventures de la fantasy (Fantajî no bôken ファンタジーの冒険), Tokyo : Chikuma shinsho, 1998.

Kotani Mari 小谷真理, La Sélection des Okoge : essai sur les auteurs cultes (Okoge no susume : karutoteki danseiron おこげノススメ―カルト的男性), Tokyo : Seidosha, 1999.

Kotani Mari 小谷真理, Sept clés pour comprendre tous les secrets de Harry Potter (Hari Pottâ wo bacchiri yomitoku nantsu no kagi ハリー・ポッターをばっちり読み解く7つの鍵), Tokyo : Heibonsha, 2002.

Kotani Mari 小谷真理, Alien Bedfriends (Eirian beddo ferouzu エイリアン・ベッドフェロウズ ), Tokyo : Shôhakusha, 2004.

Kotani Mari 小谷真理, Technogothique (Tekunogoshikku テクノゴシック ), Tokyo : Hômusha, 2005.

Kotani Mari 小谷真理, Clés des étoiles et coffrets magiques : le guide de Kotani Mari sur la science-fiction et la fantasy (Hoshi no kagi, mahô no kobako : Kotani Mari no fantasjî & SF annai 星のカギ、魔法の小箱―小谷真理のファンタジー&SF案内 ), Tokyo : Chûô kôron shinsha, 2005.

Kotani Mari 小谷真理, La SF de Risuko : journal de soins épisodique (Risuko no SF : tokidoki kaigo nikki リス子のSF、ときどき介護日記), Tokyo : Ibunsha, 2010.

Bibliographie générale

Anno Hideaki 庵野秀明, Higuchi Shinji 樋口真嗣, Godzilla Resurgence (Shin Gojira シンゴジラ), Tôhô, 2016.

Anno Hideaki 庵野秀明, Neon Genesis Evangelion (Shin seiki evangerion 新世紀エヴァンゲリオン ), Gainax, 1995-1996. 

Apostolou, John L. and G. Martin Greenberg (dir.), The Best Japanese Science Fiction. New York : Dembner Books, 1989.

Arai Motoko 新井素子, Requiem Vert (Gurînu Rekuiemu グリーヌ・レクイエム), Tokyo : Kisôtengaisha, 1980.

Aramaki Yoshio 荒巻義雄, « Soleil vert » (« Midori no taiyô » 緑の太陽), in SF Magajin, vol. 147, 1971.

Aramaki Yoshio 荒巻義雄, « Le Grand Midi » (« Ôinaru shôgo » 大いなる正午), in SF Magajin, vol. 136, 1970.

Aramaki Yoshio 荒巻義雄, « Montres molles » (« Yawarakai tokei » 柔らかい時計), in SF Magajin, vol. 156, 1971.

Aramaki Yoshio 荒巻義雄, Big Wars (Biggu Wôzu ビッグウォーズ), Tomes 1-4, Tokyo : Tokuma shoten, 1978-86.

Aramaki Yoshio 荒巻義雄, La flotte bleu marine (Konpeki no kantai 紺碧の艦隊), Tomes 1-20, Tokyo : Tokuma shoten, 1990-96.

Aramaki Yoshio 荒巻義雄, L’Ère sacrée (Shinseidai 神聖代), Tokyo : Tokuma shoten, 1978.

Aramaki Yoshio 荒巻義雄, Voyage vers l’immortalité un jour blanc (Shiroki-hi tabidateba fushi 白き日旅立てば不死), Tokyo : Hayakawa shobô, 1972.

Azuma Hiroki 東浩紀, Naissance du réalisme vidéoludique : postmodernité animalisante 2 (Gêmu teki riarizumu no tanjô : dôbutsuka suruposutomodan 2 ゲーム的リアリズムの誕生動物化するポストモダン2), Tokyo : Kôdansha gendaishinsho, 2007.

Azuma Hiroki 東浩紀, Génération Otaku : les enfants de la postmodernité (Dôbutsuka suru posutomodan : otaku kara mita nihonshakai 動物化するポストモダン―オタクから見た日本社会, 2001), traduit du japonais par Corinne Quentin, Paris : Hachette, 2008. 

Azuma Hiroki 東浩紀, Quantum Families (Kuontamu famirîzu クォンタム・ファミリーズ), Tokyo : Shinchôsha, 2009.

Azuma Hiroki 東浩紀, Pourquoi le cyberspace s’appelle-t-il ainsi ? (Saibâsupêsu wa naze sô yobareru ka サイバースペースはなぜそう呼ばれるか), Tokyo : Kawade bunko, 2011.

Endô Shûsaku 遠藤周作, L’Homme blanc, L’Homme jaune (Shiroi hito, kiiroi hito 白い人・黄色い人), Tokyo : Kôdansha, 1955.

Endô Shûsaku 遠藤周作, Silence (Chinmoku 沈黙, 1966), traduit du japonais par Henriette Guex-Rolle, Paris : Calmann-Lévy, 1971.

Enjô Tô 円城塔, « Boy’s Surface », in Boy’s Surface, Tokyo : Hayakawa Shobô, 2007.

Enjô Tô 円城塔, « Silverpoint », in Ruptures : Catastrophe et Fiction (Shinsai to fikushon no kyori 震災とフィクションの距離), Waseda Bungaku, avril 2012.

Hagio Moto 萩尾望都, A-A’, in Gekkan Purinsesu, n° 8, 1981.

Hagio Moto 萩尾望都, Ils sont onze ! (Jûichinin iru ! 11人いる !, 1975-76), in Moto Hagio : Anthologie, Paris : Glénat, 2013.

Hagio Moto 萩尾望都, Le Cœur de Thomas (Tôma no shinzô トーマの心臓, 1974-75), Paris : Kazé, 2012.

Hagio Moto 萩尾望都, X+Y, in Puchi furawâ, n° 7-8, 1984.

Hase Satoshi 長谷敏司, Un Récit pour toi (Anata no tame no monogatari あなたのための物語), Tokyo : Hayakawa Shobô, 2009.

Hase Satoshi 長谷敏司, BEATLESS, Tokyo : Kadokawa shoten, 2012.

Hase Satoshi 長谷敏司, My Humanity, Tokyo : Hayakawa shobô, 2014.

Hirai Kazumasa 平井和正, « L’Espace intérieur de Hoshi Shin’ichi » (« Hoshi Shin’ichi no innâsupêsu » 星新一の内的宇宙), in SF Magajin, vol. 133, n° 5, 1970.

Hirano Keiichirô 平野啓一郎, Compléter les blancs (Kûhaku wo mitashinasai 空白を満たしなさい, 2012), traduit du japonais par Corinne Atlan, Arles : Actes Sud, 2017.

Hirano Keiichirô 平野啓一郎, L’Éclipse (Nisshoku 日蝕, 1998), traduit du japonais par Jean Armand Campignon, Arles : Philippe Picquier, 2001.

Hirano Keiichirô 平野啓一郎, La Dernière Métamorphose (Saigo no henshin 最後の変身, 2003), traduit du japonais par Corinne Altan, Arles : Philippe Picquier, 2007.

Hiura Kô火浦功, N’oubliez pas votre casse-croute avant de partir à l’aventure (Daibôken wa o-bento motte 大冒険はおべんと持って), Tokyo : Hayakawa shobô, 1987.

Hiura Kô火浦功, Dimanche autour d’un thé avec des extraterrestres (Nichiyôbi ni ha uchûjin to o-cha wo 日曜日には宇宙人とお茶を), Tokyo : Hayakawa shobô, 1984.

Hoshi Shin’ichi 星新一, « Bokko-chan » (ボッコちゃん, 1958), in La Belle artificielle : recueil de nouvelles mystérieuses (Jinzô bijin, shôto misuterî 人造美人—ショート・ミステリイ), Tokyo : Shinchôsha, 1961.

Hoshi Shin’ichi 星新一, « Ohé ! Sors de là ! » (« Ôi detekôi » おーいでてこーい, 1958), traduit du japonais par Denis Taillandier, in Galaxies SF, n° 28, 2014.

Ishinomori Shôtarô石ノ森章太郎, Cyborg 009 (Saibôgu 009 サイボーグ009, 1964-81), Tomes 1-17, Grenoble : Glénat, 2009-14.

Ishinomori Shôtarô石ノ森章太郎, Kamen Rider (Kamen raidâ 仮面ライダー), in Shônen bokura magajin & Shûkan shônen magajin, 1971.

Itô Keikaku 伊藤計劃 et Enjô Tô 円城塔, L’Empire des corps (Shisha no teikoku 屍者の帝国), Tokyo : Kawade, 2012.

Itô Keikaku 伊藤計劃, « La Machine à indifférence » (« The Indifference Engine », 2012), traduit du japonais par Tony Sanchez, in Galaxies SF, n° 39, 2016.

Itô Keikaku 伊藤計劃, Organe génocidaire (Gyakusatsu kikan 虐殺器官), Tokyo : Hayakawa shobô, 2007.

Itô Keikaku 伊藤計劃, Harmonie (Hâmonî, 2008), traduit de l’anglais par Christophe Cuq, Paris : Panini Books, 2013.

Itô Keikaku 伊藤計劃, Metal Gear Solid : Guns of the Patriots, Tokyo : Kadokawa, 2008.

Iwagaki Gesshû巖垣月洲, Récits d’une victoire gratifiante sur l’Ouest (Seiseikaishin-hen 西征快心編), 1854.

Kanbayashi Chôhei 神林長平, Prisme (Purizumu プリズム), Tokyo : Hayakawa shobô, 1986.

Kanbayashi Chôhei 神林長平, L’Héritage de Gène Parfait SARL (Raito jîn no isanライトジーンの遺産), Tokyo : Asahi Sonorama, 1997.

Kanbayashi Chôhei 神林長平, Yukikaze (Sentô yôsei yukikaze 戦闘妖精・雪風), Tomes 1-4, Hayakawa shobô, 1984-2009.

Kanbayashi Chôhei 神林長平, Le Monde de U (U no sekai Uの世界), Tokyo : Hayakawa shobô, 1989.

Kaneko Shûsuke 金子修介, Gamera 2 : L’Attaque des légions (Gamera 2 region shûrai ガメラ2 レギオン襲来), Tokyo : Tôhô, 1996.

Kasai Kiyoshi 笠井潔, Bye Bye, Angel (Baibai, Enjeru バイバイ、エンジェル), Tokyo : Kadokawa shoten, 1979.

Kasai Kiyoshi 笠井潔, Komori Kentarô 小森健太朗, Iida Ichiji 飯田一史, Ebihara Yutaka 海老原豊, Okawada Akira 岡和田晃, Tsuruba Nobihiro 蔓葉信博, Fujita Naoya 藤田直哉, Watanabe Daisuke 渡邉大輔) (dir.), La Guerre dans la subculture : Du sekai-kei au sekai-naisen (Sabukaruchâ sensô – ‘sekai-kei’ kara ‘sekai naisen’ he サブカルチャー戦争—「世界系」から「世界内戦」へ), Tokyo : Nan’undô, 2010.

Kasai Kiyoshi 笠井潔, Komori Kentarô 小森健太朗, Iida Ichiji 飯田一史, Ebihara Yutaka 海老原豊, Okawada Akira 岡和田晃, Tsuruba Nobihiro 蔓葉信博, Fujita Naoya 藤田直哉, Watanabe Daisuke 渡邉大輔) (dir.), Post-humanités : la SF après Itô Keikaku (Posuto-hyûmanitîzu : Itô Keikaku ikô no SF ポストヒューマニティーズ—伊藤計劃以降のSF), Tokyo : Nan’undô, 2012

Kasai Kiyoshi 笠井潔, Vampires et Psychoanalyse (Kyûketsuki to seishin bunseki 吸血鬼と精神分析), Tokyo : Kôbunsha, 2011.

Kasai Kiyoshi 笠井潔, Summer Apocalypse (Samâ apokaripusu サマー・アポカリプス), Tokyo : Kadokawa shoten, 1981.

Kawakami Hiromi 川上弘美, « Le Diptère » (« Sôshimoku » 双翅目), in Kikan NW-SF, n° 16, septembre 1980.

Kawakami Hiromi 川上弘美, « Mogera Wogura » (« Ugoromochi » 鼹鼠), in Bungakukai, février 2001.

Kawakami Hiromi 川上弘美, Abandons (Oboreru 溺レる, 1999), traduit du japonais par Sophie Rèfle, Arles : Actes Sud, 2003.

Kawakami Hiromi 川上弘美, Les Années douces (Sensei no kaban センセイの鞄, 2000), traduit du japonais par Élizabeth Suetsugu, Arles : Philippe Picquier, 2003.

Kawakami Hiromi 川上弘美, Soudain, j’ai entendu la voix de l’eau (Suisei 水声, 2014), traduit du japonais par Élizabeth Suetsugu, Arles : Philippe Picquier, 2016.

Komatsu Sakyô 小松左京, « Paix sur Terre », « Chi ni heiwa wo » 地に平和を), in Uchûjin, n° 63, janvier 1963.

Komatsu Sakyô 小松左京, « Cher Ivan Efremov » (« Haikei Iwan Efurêmofu-sama » 拝啓イワン・エフレーモフ様 ), , in Tatsumi Takayuki 巽孝之 (Dir.), Une histoire des controverses autour de la science-fiction au Japon (Nihon SF ronsôshi 日本SF論争史), Tôkyô, Keisô shoten, 2000.

Komatsu Sakyô 小松左京, La Submersion du Japon (Nihon chinbotsu 日本沈没, 1973), traduit du japonais par Shibata Masumi, Paris : Albin Michel, 1977.

Kurahashi Yumiko倉橋由美子, « Partei » (« Parutai » パルタイ, 1960), in Partei (Parutai パルタイ), Tokyo : Bungeishunjû, 1960.

Kurahashi Yumiko倉橋由美子, Les Comptes Fantastiques de Kurahashi Yumiko (Kurahashi Yumiko no kaiki shôhen 倉橋由美子の怪奇掌編), Tokyo : Ushioshuppansha, 1985.

Kurahashi Yumiko倉橋由美子, Contes cruels pour adultes (Otona no tame no zankoku dôwa大人のための残酷童話), Tokyo : Shinchôsha, 1984.

Kurimoto Kaoru 栗本薫, Guin Saga (Guin sâga グイン・サーガ, 141 Tomes, 1979-), traduit du japonais par Cécile Séneaux et Dominique Lavigne-Kurihara, Tomes 1-5, Paris : Fleuve noir, 2006-08.

Kurimoto Kaoru 栗本薫, Syndrome de rupture de communication (Komyunikêshon fuzen shôkôgun コミュニケーション不全症候群), Tokyo : Chikuma shobô, 1991.

Kurimoto Kaoru 栗本薫, Les Anges de la nuit (Mayonaka no tenshi 真夜中の天使), Tomes 1-2, Tokyo : Bungeishunjû, 1979.

Matsumoto Reiji 松本零士, Capitaine Albator (Uchû kaizoku Kyaputan Hârokku 宇宙海賊キャプテンハーロック, 1977-79), Tomes 1-5, Paris : Kana, 2002-03.

Matsumoto Reiji 松本零士, Galaxy Express 999 (Ginga tetsudô surî nain 銀河鉄道999 (1977-81), Tomes 1-21, Paris : Kana, 2004-08.

Matsuura Rieko 松浦理英子, Natural Woman (Nachuraru ûman ナチュラル・ウーマン, 1987), traduit du japonais par Karine Chesneau, Arles : Philippe Picquier, 1994.

Matsuura Rieko 松浦理英子, Pénis d’orteil (Oyayubi P no shûgyô jidai 親指Pの修業時代, 1993), traduit du japonais par Jean Campignon, Arles : Philippe Picquier, 2002.

McCaffery, Larry, Sinda Gregory and Tatsumi Takayuki (dir.), Review of Contemporary Fiction. Special Issue : New Japanese Fiction, n° 2, Summer 2002.

Misaki Keigo 岬兄悟, « Menace au-dessus de la tête » (« Zujô no kyôi » 頭上の脅威), in SF Magajin, mars 1979.

Misaki Keigo 岬兄悟, Même les magiciennes ont la tête sur les épaules (Majo demo sutedi 魔女でもステディ), Tokyo : Hayakawa shobô, 1985.

Miyadai Shinji 宮台真司, Ishihara Hideki 石原英樹, Ôtsuka Meiko 大塚明子 (dir.), Déconstuire le mythe de la subculture : Les jeunes filles, la musique, le manga et le sexe des trois dernières décennies face à la manière actuelle de communiquer (Sabukaruchâ shinwa-kaitai : Shôjo, ongaku, manga, sei no 30nen to komyunikêshon no genzai サブカルチャー神話解体—少女・音楽・マンガ・性の30年とコミュニケーションの現在), Tokyo : Parco shuppankyoku, 1993.

Miyauchi Yûsuke 宮内悠介, « Une Nuit devant l’échiquier » (« Banjô no yoru » 盤上の夜, 2010), in Une Nuit devant l’échiquier (Banjô no yoru 盤上の夜), Tokyo : Tôkyô sôgensha, 2012.

Miyauchi Yûsuke 宮内悠介, Les Anges de Johannesburg (Yohanesuburugu no tenshitachi ヨハネスブルグの天使たち), Tokyo : Hayakwa shobô, 2013.

Mizuno Hideko 水野英子, Faiyâ ! (Fire !), in Gekkan sebuntîn, 1969-71.

Mizuno Hideko 水野英子, La Pétale dorée (Gin no hanabira 銀の花びら), in Shôjo kurabu, 1957-59.

Murata Sayaka 村田沙耶香, Le Chant Argenté (Gin’iro no uta ギンイロノウタ), Tokyo : Shinchôsha, 2008.

Murata Sayaka 村田沙耶香, L’Homo-konbini (Konbini ningen コンビニ人間), Tokyo : Bungeishunjû, 2016.

Murata Sayaka 村田沙耶香, L’accouchement meurtrier (Satsujin shussan 殺人出産), Tokyo : Kôdansha, 2014.

Nagai Gô, L’École impudique (Harenchi gakuen ハレンチ学園), in Shûkan shônen janpu, Tokyo : Shûeisha, 1968-1972.

Nagayama Yasuo 長山靖生, L’Histoire de l’esprit de la science-fiction japonaise : de la fin d’Edo / début Meiji à l’après-guerre (Nihon SF seishinshi : bakumatsu, meiji kara sengô made 日本SF精神史 幕末・明治から戦後まで), Tokyo : Kadode shobô, 2009.

Nojiri Hôsuke 野尻抱介, « Le site de partage de vidéos peer to peer du pôle sud » (« Nankyokuten no pia pia dôga » 南極点のピアピア動画), Tokyo : Hayakawa shobô, 2012.

Nojiri Hôsuke 野尻抱介, Les Fontaines de la légèreté (Fuwa fuwa no izumi ふわふわの泉), Tokyo : Famitsû bunko, 2001.

Nojiri Hôsuke 野尻抱介, Les Usurpateurs du soleil (Taiyô no sandatsusha 太陽の簒奪者), Tokyo : Hayakawa shobô, 2002.

Ôhara Mariko大原まり子, « Le Chat qui marchait seul » (« Hitori de aruiteitta neko » 一人で歩いていった猫, 1980), Tokyo : Hayakawa shobô, 1982.

Ôhara Mariko大原まり子, Hybrid Child (Haiburiddo Chairudo ハイブリッド・チャイルド), Tokyo : Hayakawa shobô, 1990.

Ôhara Mariko大原まり子, Les Dieux qui jouaient la guerre (Sensô wo enjita kamigami tachi 戦争を演じた神々たち), Tokyo : Asupekuto, 1994.

Oshikawa Shunrô 押川 春浪, Récit d’aventures dans les îles océaniques : Navire de guerre sous-marin (Kaitô Bôken Kitan : Kaitei Gunkan), Bunbudô, 1900.

Ôtsuka Eiji 大塚英志, L’Armée rouge unifiée des filles : subculture et démocratie d’après-guerre (“Kanojôtachi” no rengô sekigun : sabukaruchâ to sengo minshushugi 「彼女たち」の連合赤軍―サブカルチャーと戦後民主主義), Tokyo : Bungeishunjû, 1996.

Ôtsuka Eiji 大塚英志, La Proposition d’Astro : Tezuka Osamu et le manga d’après-guerre (Atomu no meidai : Tezuka Osamu to sengo manga no shudai アトムの命題―手塚治虫と戦後まんがの主題), Tokyo : Kadokawa shoten, 2009.

Ôtsuka Eiji 大塚英志, Critique de l’imaginaire et de la réalité : une société de consommation qui n’en finit pas (Kasô genjitsu hihyô : shôhishakai wa owaranai 仮想現実批評――消費社会は終わらない), Tokyo : Sinyôsha, 1992.

Ôtsuka Eiji 大塚英志, Théorie du commerce des histoires authentiques (Teihon monogatari shôhi-ron 定本 物語消費論), Tokyo : Kadokawa shoten, 2001.

Sakurazaka Hiroshi桜坂洋, All You Need Is Kill, Tokyo : Shûeisha sûpâ dasshu bunko, 2004.

Sena Hideaki 瀬名秀明, Parasite Eve (Parasaito ivu パラサイト・イヴ), Tokyo : Kadokawa shoten, 1995.

Shibano Takumi柴野拓美, « Raison collective : une proposition » (« ‘Shûdan risei’ no teishô » 『集団理性』の提唱, 1971-72), in Tatsumi Takayuki 巽孝之 (dir.), Une histoire des controverses autour de la science-fiction au Japon (Nihon SF ronsôshi 日本SF論争史), Tokyo : Keisô shoten, 2000, pp. 192-204.

Shimada Masahiko 島田雅彦, La Fille du Chaos (Kaosu no musume : shâman tantei naruko カオスの娘—シャーマン探偵ナルコ, 2007), traduit du japonais par Miyako Slocombe, Paris : Le Livre de poche, 2016.

Shinkai Makoto 新海誠, Your Name (Kimi no na wa 君の名は, Tôhô, 2016), @anime, 2016.

Shiozawa Yoshihiro 塩沢快浩, Postface de l’éditeur en chef (Henshû atogaki 編集後書), in SF Magjin, n° 7, 2007.

Shôno Yoriko笙野頼子, Le Système dans un cristal (Suishônai seido 水晶内制度), Tokyo : Shinchôsha, 2003.

Suehiro Tecchô 末広鉄腸, Une future archive de l’année 1890 (Nijûsannen mirai ki 二十三年未来記), 1885.

Suehiro Tecchô 末広鉄腸, Pruniers sous la neige (Secchûbai 雪中梅), 1886.

Suzuki Izumi 鈴木いづみ, « Dans un monde de femmes et de femmes » (« Onna to onna no yo no naka » 女と女の世の中), in SF Magajin, n° 7, 1977.

Takemiya Keiko竹宮惠子, Vers Terra (Tera e 地球へ), in Gekkan manga shônen, 1977-1980)

Tobi Hirotaka 飛浩隆, « De boue et de nuit » (« Yoru to doro no », 2004), traduit du japonais par Denis Taillandier, in Galaxies SF, n° 45, 2017.

Tobi Hirotaka 飛浩隆, « Illusion polyphonique » (« Porifonikku iryûjon » ポリフォニック・イルージョン), in SF Magajin, n° 1, 1982.

Tobi Hirotaka 飛浩隆, Les Anges du parc abandonné (Haien no tenshi 廃園の天使), Tomes 1-2, Hayakawa Shobô, 2002-2006.

Tobi Hirotaka 飛浩隆, L’Energie qui avait pris forme (Katadorareta chikara 象られた力), Tokyo : Hayakawa, 2004.

Tsutsui Yasutaka 筒井康隆, Associations de parents d’élèves : je vous emmerde ! (Kutabare PTA), Tokyo : Shinchôsha, 1986.

Tsutsui Yasutaka 筒井康隆, Paprika パプリカ, Tokyo : Chûôkôronsha, 1993.

Tsutsui Yasutaka 筒井康隆, La Traversée du Temps (Toki wo kakeru shôjo 時をかける少女), Tsuru shobô seikôsha, 1967.

Ueda Sayuri 上田早夕里, « Ichtyonaus, Thérionaus » (« Uobune Kemonobune » 魚舟・獣舟, 2009), traduit du japonais par Denis Taillandier, in Galaxies SF, n° 39, 2016.

Ueda Sayuri 上田早夕里, Le Palais des dragons de fleur (Karyû no miya 華龍の宮), Tokyo : Hayakawa shobô, 2011.

Ueda Sayuri 上田早夕里, La Sombre Ballade de Mars (Kasei no dâku barâdo 火星ダーク・バラード), Tokyo : Kadokawa Haruki jimusho, 2003.

Ueda Sayuri 上田早夕里, Détective Yôkai Hyakume (Yôkai tantei hyakume 妖怪探偵・百目), Tomes 1-3, Tokyo : Kôbunsha, 2014-2015.

Ueda Sayuri 上田早夕里, La Cage de Zeus (Zeusu no ori ゼウスの檻), Kadokawa Haruki jimusho, 2004.

Unno Jûza 海野十三, « Le Bain de musique de dix-huit heures » (« Jûhachi-ji no ongakuyoku » 十八時の音楽浴), in Môdan Nihon, avril 1937.

Yamada Eimi 山田詠美, Amère volupté (Beddo-taimu aizu ベッドタイムアイズ, 1985), traduit du japonais par Jacques Lévy, Arles : Philippe Picquier, 1994.

Yamada Eimi 山田詠美, Animal Logic (Animaru rojikku アニマル・ロジック), Tokyo : Shinchôsha, 1996.

Yamao Yûko 山尾悠子, « Les Lois de la perspective » (« Enkinhô » 遠近法), in La ville où résidait les rêves / Les Lois de la perspective (Yume no sumu machi / enkinhô 夢の棲む街/遠近法), San’ichi shobô, 1982.

Yamao Yûko 山尾悠子, « Bal Masqué » (« Kamenbutôkai » 仮面舞踏会), in SF Magajin, n° 11, 1975.

Yamao Yûko 山尾悠子, La ville où résidait les rêves / Les Lois de la perspective (Yume no sumu machi / enkinhô 夢の棲む街/遠近法), San’ichi shobô, 1982.

Yano Ryûkei 矢野龍渓, Récits du château flottant (Ukishiro Monogatari 浮城物語), 1890.

Yokoyama Mitsuteru 横山光輝, Tetsujin 28-gô 鉄人28号, in Shônen, Tokyo : Kôbunsha, 1956-66.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : Récits d’une victoire gratifiante sur l’Ouest (Seiseikaishin-hen 西征快心編) d’Iwagaki Gesshû巖垣月洲 en 1854, et Récits du château flottant (Ukishiro Monogatari 浮城物語) de Yano Ryûkei 矢野龍渓 en 1890.

2 Avec notamment les romans de Suehiro Tecchô 末広鉄腸 : Une future archive de l’année 1890 (Nijûsannen mirai ki 二十三年未来記) publié en 1885, ou Pruniers sous la neige (Secchûbai 雪中梅), en 1886. C’est dans la préface de ce dernier qu’apparaît la première fois le terme kagaku shôsetsu (« roman scientifique).

3 Dont la célèbre série d’Oshikawa Shunrô : Navire de guerre sous-marin (Kaitei gunkan 海底軍艦) entre 1900 et 1907.

4 Ce fut notamment le cas d’Unno Jûza 海野十三 qui avait pourtant publié des récits critiques de l’impérialisme militaire.

5 Romans destinés à un public de jeunes adultes. D’abord sérialisés à la manière de mangas, et comme ceux-ci souvent illustrés, ils sont par la suite publiés en livres de format poche. Ils sont souvent adaptés du (ou en) anime et mangas.

6 Expression utilisée pour qualifier les œuvres d’une grande littérature, soi-disant plus sérieuse, par opposition à la « littérature populaire » (taishû bungaku).

7 SF Magajin est le premier magazine professionnel de science-fiction au Japon, publié par la maison Hayakawa à partir de 1959. Il est passé d’une publication mensuelle à bimensuelle à partir d’avril 2015.

8 Le prix Akutagawa est le plus prestigieux prix littéraire décerné au Japon.

9 Kawakami débute sa carrière en 1980 dans le magazine de science-fiction NW-SF (New Wave SF) édité par Yamano Koichi, avec la nouvelle « Le Diptère » (« Sôshimoku ») puis s’écarte du genre et publie de nombreuses œuvres, dont plusieurs ont été traduites en français, avec entre autres : le recueil de nouvelles Abandons (Oboreru, 1999) en 2003, Les Années douces (Sensei no kaban, 2000) en 2003, et plus récemment : Soudain, j’ai entendu la voix de l’eau (Suisei, 2014) en 2016. Ses œuvres produisent une atmosphère particulière qui vient du fait que ses univers fictionnels se construisent à travers la dissémination indirecte d’informations plutôt que par des descriptions précises. Sa nouvelle « Mogera Wogura » (« Ugoromochi », 2001) met par exemple en scène la vie quotidienne d’une taupe japonaise travaillant dans une entreprise, entourées par des humains.

10 Hirano remporte très jeune le Prix Akutagawa avec Nisshoku (1998), paru en France sous le titre L’Éclipse (2001), un roman mêlant théologie, métaphysique et alchimie. Hommage à Kafka, La Dernière Métamorphose, 2007 (Saigo no henshin, 2003), aborde la question des hikkikomori, le terme utilisé au Japon pour désigner les personnes qui s’enferment dans leur chambre et refusent tout contact avec l’extérieur. Plus récemment, entre le policier et le fantastique, Compléter les blancs, 2017 (Kûhaku wo mitashinasai, 2012), décrit la résurrection de milliers de suicidés, dont Tetsuo Tsuchiya qui est persuadé d’avoir été assassiné et se lance à la recherche de son meurtrier.

11 Murata Sayaka a été lauréate en 2016 du prix Akutagawa pour son roman L’Homo-konbini (Konbini ningen), publié chez Bungeishunjû. Les konbini (abbréviation de l’anglais convenience store) sont des magasins de proximité ouverts 24h/24 et 7J/7. Ils sont extrêmement nombreux au Japon. Les romans de Murata ne sont pas à proprement parler de la science-fiction, mais Le Chant Argenté (Gin’iro no uta, 2008) décrit par exemple comment une jeune adolescente extrêmement introvertie tombe amoureuse d’une baguette argentée qu’elle a achetée dans une papeterie et dont elle se sert comme d’une baguette magique. Lorsque ses camarades de classe la salissent, la jeune fille solitaire sombre dans un profond ressentiment. Murata remporte notamment le Prix Sense of Gender avec L’Accouchement meurtrier (Satsujin shussan, 2014), dans lequel elle met en scène un Japon qui, pour lutter contre la baisse de la natalité, permet à une femme de tuer une personne à la condition d’avoir donné naissance dix fois.

12 Le train à grande vitesse japonais.

13 L’un des écrivains de SF les plus populaires au Japon et membre fondateur de l’Association des Écrivains de Science-Fiction du Japon (SFWJ). Après avoir dessiné quelques mangas sous le pseudonyme de Mori Minoru, il débute sa carrière avec la nouvelle « Paix sur Terre » (« Chi ni heiwa wo », 1963) et publie par la suite de nombreux best-sellers, dont le plus célèbre, Nihon chinbotsu (1973) a été traduit en français sous le titre de La Submersion du Japon (1977). En ce qui concerne sa vision de la science-fiction, voir Komatsu, 2000.

14 Sa première nouvelle, « Menace au-dessus de la tête » (« Zujô no kyôi ») paraît en 1979. Le ton de Misaki, humoristique et léger, devient très vite populaire auprès des jeunes lecteurs. Même les magiciennes ont la tête sur les épaules (Majo demo sutedi, 1985) a notamment été adapté en série animée.

15 Hiura fait ses débuts en même temps que Misaki, avec une science-fiction elle aussi proche de la comédie, même s’il publie également quelques textes au ton plus sérieux. Connu pour être un écrivain assez lent, beaucoup de ses séries demeurent inachevées. Parmi les plus célèbres : Dimanche autour d’un thé avec des extraterrestres (Nichiyôbi ni ha uchûjin to o-cha wo, 1984), ou encore N’oubliez pas votre casse-croûte avant de partir à l’aventure (Daibôken wa o-bento motte, 1987).

16 Ôhara a fait la plupart de ses études dans des établissements catholiques mais se tourne finalement vers la science-fiction dont la manière d’appréhender le monde d’un point de vue magnifié (la création de l’univers, l’émergence de la vie, l’avènement et la chute de civilisations), si elle ressemble à celle des livres sacrés, se base cependant sur une pensée logique et rationnelle. Elle débute sa carrière en 1980 en remportant le Prix SF Hayakawa avec la nouvelle « Le Chat qui marchait seul » (« Hitori de aruiteitta neko »). Amatrice de fiction yaoi ou BL (Boys’ Love), les mangas ou anime mettant en scène les relations homoérotiques de personnages masculins, elle explore dans ses œuvres les questions de sexualité et de genre, en les associant avec des thématiques mythiques ou religieuses. Hybrid Child (Haiburiddo Chairudo, 1990) remporte le Prix Nebula (Seiunshô) des lecteurs et Les Dieux qui jouaient la guerre (Sensô wo enjita kamigami tachi, 1994), le Grand Prix de la SF (Nihon SF Taishô).

17 Kanbayashi est l’un des écrivains de SF les plus populaires au Japon. Influencé par les œuvres de Philip K. Dick, ses romans brouillent régulièrement la frontière entre réalité et monde alternatif. Parmi eux, L’Héritage de Gène Parfait SARL (Right Gene no isan, 1997) aborde la question de l’impact de la génétique ou des biotechnologies sous la forme d’un roman noir, Prisme (Purizumu, 1986) propose un mélange entre fantasy et monde virtuel, tandis que Le Monde de U (U no sekai, 1989) se pose comme un croisement entre le cyberpunk et le réalisme magique. La série de SF militaire Yukikaze (Sentô yôsei yukikaze, 1984-2009), qui met en scène un avion de combat doté d’une intelligence artificielle, a rencontré un grand succès.

18 Ce manga, plutôt comique, a été accusé d’introduire l’érotisme dans les mangas pour enfants.

19 L’un des écrivains de première génération les plus célèbres au Japon. Héritier de la New Wave, il embrasse la métafiction grâce à laquelle il interroge le rôle que jouent les médias dans la façon dont se construisent les expériences du réel et de l’imaginaire. Il est notamment l’auteur de La Traversée du Temps (Toki wo kakeru shôjo, 1967), adaptée dans le célèbre film d’animation, mais aussi du roman Paprika (1993), lui aussi adapté en long métrage d’animation par Kon Satoshi en 2006.

20 Les œuvres inscrites sur ces listes ne pouvaient faire l’objet de promotion ni être vendues aux mineurs.

21 Le créateur du robot géant éponyme du manga Tetsujin 28-gô (1956-66).

22 Dont les titres les plus célèbres, qui ont fait l’objet d’adaptation en séries animées, sont bien connus en France : Ginga tetsudô surî nain (1977-81) a été traduit sous le titre Galaxy Express 999 (2004-08), Uchû kaizoku Kyaputan Hârokku (1977-79), sous le titre Capitaine Albator (2002-03).

23 Créateur du manga Kamen Rider (Kamen raidâ, 1971) et du célèbre manga Saibôgu 009 (1964-81), publié en France sous le titre Cyborg 009 (2009-14).

24 Manga ciblant les jeunes adolescentes au Japon.

25 Lauréat du Prix Akutagawa en 1955, avec L’Homme blanc (Shiroi hito), la plupart de ses romans, dont le célèbre Silence (Chinmoku, 1966) sont traduits en Français.

26 Après avoir écrit quelques mangas, Yamada sa carrière littéraire en 1985 avec Beddo-taimu aizu (traduit en français en 1994 sous le titre Amère volupté), un roman érotique mettant en scène la liaison entre un noire américain et une japonaise, thème jusqu’alors absent de la littérature japonaise. Le narrateur d’Animal Logic (Animaru rojikku, 1996) est un organisme vivant dans le sang d’une jeune femme dont il se nourrit de la soif de liberté.

27 Dans des œuvres où la frontière entre réalité, rêve et inconscient est poreuse, Shimada explore le Japon contemporain avec l’amour, la sexualité, la perte de repères et la violence comme thèmes de prédilection. Entre fantastique et polar, Kaosu no musume : shâman tantei naruko (2007), traduit en français sous le titre La Fille du Chaos (2016), décrit les destins croisés d’un adolescent héritier de dons de voyance qui retourne sur la terre de ses ancêtres pour y passer un rite d’initiation et d’une lycéenne amnésique séquestrée et abusée deux années durant par un homme dont elle se libère en le tuant.

28 Le pays de Yamatai est un terme qui apparaît dans l’histoire dynastique chinoise pour désigner un des pays qui occupait l’archipel nippon entre la fin du iie et le iiie siècle. Dans le shintoïsme, Takama-ga-hara représente le monde supérieur dans lequel vivent les kami (« divinités ») célestes.

29 Après des études en psychologie, ingénierie et architecture, il débute sa carrière littéraire avec des nouvelles de New-Wave mêlant habilement les théories freudiennes ou jungiennes avec les œuvres de Bosch, d’Escher ou encore l’esthétique surréaliste – notamment de Dalí et sa méthode paranoïaque-critique. Parmi elles : « Montres molles » (« Yawarakai tokei », 1971), « Soleil vert » (« Midori no taiyô », 1971), ou « Le Grand Midi » (« Ôinaru shôgo », 1970). Ses romans Voyage vers l’immortalité un jour blanc (Shiroki-hi tabidateba fushi, 1972) ou L’Ère sacrée, (Shinseidai, 1978) sont des chefs-d’œuvre de fiction spéculative, mais ce sont ses séries uchroniques de SF militaire, notamment La Flotte bleu marine (Konpeki no kantai, 1990-96) et Big Wars (Biggu Wôzu, 1978-86) qui sont les plus célèbres au Japon.

30 Terme utilisé au Japon pour les fanzines et les recueils édités par des amateurs pour présenter leurs travaux.

31 La plus méridionale des quatre îles principales du Japon.

32 Shibano Takumi (1926-2010) est un écrivain, traducteur et critique qui a œuvré au développement de la SF au Japon.

33 Auteur du best-seller Parasite Eve (Parasaito ivu, 1995).

34 Soit un peu plus de 40 000 euros au taux de change du Yen de janvier 2017.

35 Un kaijû eiga (film de monstres) produit par la Tôhô. À l’origine, Gamera est un monstre créé par les studios Daiei en 1965 pour concurrencer Godzilla.

36 L’équivalent du prix Nebula aux Etats-Unis, il est décerné chaque année par l’Association des Écrivains de Science-Fiction japonaise.

37 La fille de l’écrivain Hoshi Shin’ichi.

38 Écrivain de SF et de fantasy, dont le style très oral a préfiguré l’émergence des light novels au Japon. L’un de ses premiers romans, Requiem Vert (Gurînu Rekuiemu, 1980), publié alors qu’elle était encore à l’université, a reçu le Prix Nebula des lecteurs. Ses œuvres mettent régulièrement en scène de jeunes héroïnes et explorent les thèmes de l’amour, de la nature ou du genre.

39 Entre 1868 et 1912.

40 Influencé par les œuvres de Jules Verne, il publie dès 1900 le premier tome de la série Navire de guerre sous-marin (Kaitei gunkan) : Récit d’aventures dans les îles océaniques : Navire de guerre sous-marin (Kaitô Bôken Kitan : Kaitei Gunkan).

41 Unno Jûza commence sa carrière à la fin des années 1920 avec des romans policiers de science-fiction et publie de nombreuses œuvres dans les années 1930, dont certaines critiques de l’impérialisme japonais croissant, notamment « Le Bain de musique de dix-huit heures » (« Jûhachi-ji no ongakuyoku », 1937). Il est cependant enrôlé par le ministère japonais de la Marine afin de participer à la propagande militaire à travers ses écrits.

42 Spécialiste de nouvelles très courtes (shôto shôto), il cofonde l’un des premiers fanzines japonais de science-fiction : Poussière cosmique (Uchû-jin) et devient le premier écrivain de SF professionnel au Japon. Ses nouvelles éludent les époques, l’environnement culturel direct pour s’offrir d’une manière universelle. Parmi les plus célèbres : « Bokko-chan » (1958), ou encore « Ôi detekôi » (1958), dont la traduction française intitulée « Ohé ! Sors de là ! » est parue en 2014 dans le numéro 28 du magazine Galaxies SF.

43 Après avoir étudié la chimie agricole à l’université de Tôkyô, Hoshi Shin’ichi reprend, à la mort de son père en 1951, les rênes de la compagnie pharmaceutique familiale : Hoshi Seiyaku, une expérience amère puisque l’entreprise, déjà en difficulté, fait faillite peu de temps après. Cet échec lui permet toutefois de se lancer librement dans l’écriture.

44 Littéralement « filles pourries ». Le terme est employé pour désigner les amatrices (mais aussi les créatrices) de yaoi ou BL (Boys’ Love), les mangas ou anime mettant en scène des relations amoureuses entre des personnages masculins.

45 Née en 1949, Suzuki est à la fois l’icône d’une jeunesse libertine et autodestructrice – elle a travaillé comme hôtesse de bar la nuit, modèle de nu et actrice de cinéma érotique – et l’un des premiers écrivains à avoir exploré la question du genre dans la SF avec sa nouvelle « Dans un monde de femmes et de femmes » (« Onna to onna no yo no naka », 1977). À travers la description d’un futur dystopique dans lequel les hommes sont parqués dans une zone de résidence spéciale et les femmes sont contraintes à vivre entre elles et donc à s’entraider, Suzuki s’interroge sur les conséquences d’un monde exclusivement féminin.

46 Née en 1935, elle étudie la littérature française à l’université, où elle s’intéresse notamment à Sartre. Écrivain d’avant-garde, elle est célèbre pour sa satire politique, notamment de la sensibilité extrême-gauche étudiante de l’époque à travers sa première nouvelle « Partei » (« Parutai », 1960), mais aussi pour ses romans expérimentaux et ses nouvelles fantastiques, dont les plus célèbres recueils sont Contes cruels pour adultes, (Otona no tame no zankoku dôwa, 1984) et Les Comptes Fantastiques de Kurahashi Yumiko (Kurahashi Yumiko no kaiki shôhen, 1985).

47 Poète et écrivain de littérature fantastique, Yamao tire son inspiration du surréalisme. La destruction froide de mondes imaginaires créés au moyen d’un style aérien et poétique apparaît de manière récurrente dans ses œuvres. Elle remporte le concours de SF Hayakawa alors qu’elle est encore à l’université avec la nouvelle « Bal Masqué » (« Kamenbutôkai »), publié deux ans plus tard, en 1975, alors qu’elle a tout juste 20 ans. Impressionnée par les fresques du Palais Te réalisées par le peintre Giulio Romano, elle décrit dans « Les Lois de la perspective » (« Enkinhô », 1982) un univers cylindrique au sein duquel une pratique rituelle permet de maîtriser les lois de la perspective et de contrôler les perceptions visuelles des protagonistes. La Ville où résidait les rêves (Yume no sumu machi, 1982) apparaît parmi les 50 meilleurs œuvres de SF fantastique sélectionnées en 1985 par le magazine Gensô bungaku (littérature fantastique).

48 L’une des femmes écrivains les plus influentes à la fin du xxe siècle. Elle débute en tant que critique littéraire puis se lance dans la science-fiction, la fantasy, mais aussi l’horreur et le roman détective. Son œuvre la plus célèbre est sans conteste la série de fantasy Guin Saga (1979-), portée par de nouveaux auteurs depuis la mort de Kurimoto en 2005, mais elle est également connue pour ses romans yaoi ou BL, tels que Les Anges de la nuit (Mayonaka no tenshi, 1979). Son essai Syndrome de rupture de communication (Komyunikêshon fuzen shôkôgun, 1991) s’est imposé comme un texte central des études de genre au Japon.

49 Mangaka et écrivain extrêmement prolifique, elle publie principalement des mangas shôjo et yaoi situés dans des univers science-fictionnels ou fantastiques. Son titre le plus célèbre, Tôma no shinzô (1974) a été traduit en français sous le titre Le Cœur de Thomas (2012). Les mangas de SF Ils sont onze ! (Jûichinin iru !, 1975), A-A’ (1981) ou X+Y (1984) abordent la question du genre et du transgenre et ont conquis de nombreux fans qui ne s’intéressaient pas auparavant aux manga shôjo.

50 Takemiya est non seulement l’une des première mangaka à avoir dessiné des scènes homoérotiques masculines, mais c’est aussi l’une des rares à avoir publié des mangas shôjo mais aussi shônen (mangas dont la principale cible sont les jeunes adolescents masculins). Vers Terra (Tera e, 1977-1980) est notamment sorti dans un magazine de prépublication de mangas shônen et obtient en 1978 le Prix Nebula des lecteurs.

51 Ueda Sayuri se lance dans l’écriture après le séisme de Kôbe en 1995. Ses œuvres sont variées, mais c’est grâce à la SF qu’elle se fait connaître en remportant le prix Komatsu Sakyô avec La Sombre Ballade de Mars (Kasei no dâku barâdo, 2003). Figure emblématique d’une forme d’écocritique, elle connaît un immense succès avec Les Chroniques des océans (Ôshan kuronikuru) dont le premier volume, Le Palais des dragons de fleur (Karyû no miya), a remporté le Grand Prix de Science-Fiction Japonaise en 2011. Ueda explore régulièrement la question du genre, avec notamment La Cage de Zeus (Zeusu no ori) en 2004. L’un des aspects caractéristiques de ses œuvres réside probablement dans la façon dont elle resitue l’humanité comme une espèce parmi d’autres pour s’interroger sur ses possibles évolutions et ses relations avec les non-humains, à qui elle offre une large place. Sa dernière série, Détective Yôkai (Yôkai tantei), publiée entre 2014 et 2015, se teinte de fantastique et de fantasy. La traduction en français de la nouvelle formant la base des Chroniques des océans, « Uobune Kemonobune » 2009) est parue dans le numéro 39 du magazine Galaxies SF sous le titre de « Ichtyonaus, Thérionaus » (2016).

52 Shôno, dont les œuvres sont acclamées au Japon, a notamment remporté les trois plus grands prix littéraires : le Prix Noma, le Prix Mishima et le Prix Akutagawa. Les relations entre l’État et l’individu, le système impérial, le néo-libéralisme et les inégalités de genre font partie de ses thèmes de prédilection qu’elle aborde régulièrement à partir de personnages ou de divinités issus des mythes japonais anciens. Le Système dans un cristal (Suishônai seido, 2003) met par exemple en scène un Japon imaginaire dans lequel les mythes sont au service du Grand Empire et l’économie est entièrement basée sur l’énergie nucléaire. En renversant la structure des genres – les hommes sont bannis du pays sur la base d’une doctrine appelée « féminisme sale » (kittanai feminizumu) – Shôno critique les mécanismes de discrimination qui ont cours dans le Japon contemporain.

53 Les œuvres de Matsuura s’inscrivent dans une nouvelle forme de littérature féminine qui s’attache à déconstruire les codes sociaux et sexuels dans lesquels sont enfermées les femmes au Japon. Deux de ses romans ont été traduits en français : Nachuraru ûman (1987), paru sous le titre Natural Woman (1994) et Oyayubi P no shûgyô jidai (1993), paru sous le titre de Pénis d’orteil (2002). Le premier décrit les trois relations homosexuelles et homoérotiques ayant marqué la vie de la narratrice Yôko, tandis que le second met en scène Kazumi, une jeune étudiante découvrant plusieurs jours après le suicide d’une amie qu’un pénis a poussé à la place de son gros orteil droit.

54 Itô Keikaku est l’un des écrivains japonais de SF les plus populaires dans les années 2000. Webdesigner et auteur d’un blog de critique littéraire et cinématographique, il fait ses débuts avec le roman Organe génocidaire (Gyakusatsu kikan) en 2007. Héritier du courant cyberpunk, amateur de jeux vidéo, notamment des œuvres de Kojima Hideo dont il a novélisé en 2008 l’un des titres, Metal Gear Solid Guns of the Patriots, ses œuvres mettent en scène l’effondrement de la frontière entre réalité et simulation. Hâmonî (2008), traduit en français sous le titre Harmonie (2013), a remporté le Grand Prix de SF et le Prix Nebula des lecteurs en 2009, ainsi qu’une citation spéciale lors du Prix Philip K. Dick 2010. Itô est mort d’un cancer en laissant une nouvelle inachevée, complétée ensuite par Enjô Tô et publiée à titre posthume en 2012 sous le titre L’Empire des corps (Shisha no teikoku). La traduction en français de sa nouvelle « La Machine à indifférence » (« The Indifference Engine », 2012) est sortie en 2016 dans le numéro 39 du magazine Galaxies SF.

55 Physicien et mathématicien de formation, Enjô débute sa carrière littéraire avec le recueil de nouvelles Self-Reference ENGINE en 2007. Ses œuvres, de véritables expériences sur la forme rappelant parfois les exercices lipogrammatiques de l’OuLiPo, explorent des langages ou des niveaux de conscience inédits, si bien qu’elles s’avèrent d’une lecture difficile. Les personnages de la nouvelle « Boy’s Surface » (2007) sont par exemple une incarnation du concept mathématique de morphisme. « Silverpoint » (2011) offre une réflexion sur l’astronautique et l’astrodynamique narrée à partir des trajectoires esquissées par des lignes sur une carte. Il remporte en 2012 le prix spécial du Jury, décerné lors du Grand Prix de SF, ainsi que le prix Nebula des lecteurs pour L’Empire des corps (Shisha no teikoku).

56 Tobi fait ses débuts en 1982 dans SF Magajin avec la nouvelle» Illusion polyphonique » (« Porifonikku iryûjon »). Ses œuvres empreintes de thèmes mythiques et de motifs musicaux mettent régulièrement en scène des mondes programmables où les Intelligences Artificielles sont à la fois créatrices et actrices de leurs propres récits. Le recueil de nouvelles L’Énergie qui avait pris forme (Katadorareta chikara) remporte le Grand Prix de SF et le Prix Nebula des lecteurs en 2005. La traduction française de l’une d’entre elles, « Yoru to doro no » est parue dans le numéro 45 du magazine Galaxies SF sous le titre « De boue et de nuit » (2017). Sa série la plus populaire, Les Anges du parc abandonné (Haien no tenshi, 2002-2006) décrit les destins croisés d’humains et d’intelligences artificielles peuplant un immense parc virtuel.

57 Les premiers textes de Hase sont plutôt d’inspiration hard SF, mais il se fait connaître en 2009 avec le roman Un Récit pour toi (Anata no tame no monogatari) à partir duquel le thème de l’intelligence artificielle devient central. Après lui avoir fait écrire des récits de fiction, Hase l’incarne avec BEATLESS (2012) dans un Japon futuriste largement automatisé où les robots ont pallié le manque de main d’œuvre dû à la baisse du taux de natalité. De nouveaux prototypes ressemblant à de jeunes idoles s’échappent cependant d’un centre de recherches et leur intelligence est bien supérieure à celle de l’humanité. Hase remporte en 2015 le Grand Prix de SF avec le recueil de nouvelles My Humanity (2014).

58 Alors qu’il appartient à la génération cyberpunk et a travaillé comme programmeur CAO et concepteur de jeux vidéo, Nojiri écrit principalement de la hard SF, parfois sous la forme de light novels qu’il qualifie de goraku shôsetsu (« romans de divertissement »). La plupart de ses récits mettent en scène une héroïne, souvent lycéenne, et sont orientés sur l’exploration spatiale ainsi que la rencontre avec des formes de vie extraterrestre. C’est le cas de Les Fontaines de la légèreté (Fuwa fuwa no izumi, 2001) qui remporte le Prix Nebula des lecteurs en 2002, ou du roman Les Usurpateurs du soleil (Taiyô no sandatsusha, 2002), lauréat du même prix en 2003. Tous deux décrivent la possibilité d’une communication entre l’humanité et une forme de vie extraterrestre, ainsi que la possibilité d’atteindre un degré supérieur de conscience.

59 Miyauchi débute sa carrière avec « Une Nuit devant l’échiquier » (« Banjô no yoru », 2010), la nouvelle éponyme d’un recueil qui remporte le Grand Prix de SF en 2012, dans lequel il explore le dépassement de l’entendement humain à travers le motif des jeux de plateau (échecs, dames, jeu de go, ou encore shôgi). L’année suivante, le roman Les Anges de Johannesburg (Yohanesuburugu no tenshitachi, 2013) qui aborde les attentats du 11 septembre et la guerre contre le terrorisme à partir d’une multitude de points de vue différents – dont celui d’androïdes japonais, réceptacles potentiels de mémoires humaines, remporte le prix spécial du Jury du Grand Prix de SF.

60 Les îlots, situés dans la mer du Japon, font l’objet d’un contentieux entre la Corée du Sud et le Japon qui en revendiquent la souveraineté.

61 Inspirée par Tezuka, Mizuno commence à dessiner très jeune des mangas shôjo originaux dans la mesure où ils s’écartent des normes de l’époque. Sa première série, La Pétale dorée (Gin no hanabira, 1957-59) met en scène une héroïne travestie en chevalier. Fire ! (Faiyâ !, 1969-71), qui explore le monde de la contreculture en y incluant des éléments fantastiques, est l’un des premiers manga shôjo à dépasser son propre cadre dans la mesure où le protagoniste principal est un jeune homme.

62 Terme désignant une forme d’affection, parfois exacerbée, envers un personnage de manga, d’anime ou de jeux vidéo.

63 Adjectif utilisé pour décrire quelqu’un ou quelque chose de mignon, avec souvent une connotation enfantine et innocente.

64 Personnage virtuel aux traits d’une jeune adolescente. Créée à partir d’un Vocaloid, un programme de synthèse vocale, elle donne des concerts sous la forme d’un hologramme.

65 Membre du groupe de recherches sur les romans marginaux (Genkai shôsetsu kenkyûkai), Kasai est l’auteur de nombreux ouvrages : Bye Bye, Angel (Baibai, Enjeru, 1979), Summer Apocalypse (Samâ apokaripusu, 1981), Vampires et Psychoanalyse (Kyûketsuki to seishin bunseki, 2011). Il a notamment dirigé les ouvrages suivant : La Guerre dans la subculture : Du sekai-kei au sekai-naisen (Sabukaruchâ sensô : ‘sekai-kei’ kara ‘sekai naisen’ he, 2010) et Post-humanités : la SF après Itô Keikaku (Posuto-hyûmanitîzu : Itô Keikaku ikô no SF, 2012).

66 Philosophe spécialiste de Derrida, Azuma a développé depuis les années 2000 un discours sur la culture otaku. Parmi ses ouvrages les plus importants : Dôbutsuka suru posutomodan : otaku kara mita nihonshakai (2001), traduit en français sous le titre Génération Otaku : les enfants de la postmodernité (2008), Naissance du réalisme vidéoludique : postmodernité animalisante 2 (Gêmu teki riarizumu no tanjô : dôbutsuka suruposutomodan 2, 2007), ou encore Pourquoi le cyberspace s’appelle-t-il ainsi ? (Saibâsupêsu wa naze sô yobareru ka, 2011). Il a aussi publié un roman de SF intitulé Quantum Families (Kuontamu famirîzu, 2009) lauréat du Prix Mishima.

67 Ôtsuka s’intéresse lui aussi à la subculture japonaise, notamment aux mangas, qu’il analyse d’un point de vue politique et sociologique. Parmi ses ouvrages critiques, voir : La Proposition d’Astro : Tezuka Osamu et le manga d’après-guerre (Atomu no meidai : Tezuka Osamu to sengo manga no shudai, 2009), L’Armée rouge unifiée des filles : subculture et démocratie d’après-guerre (“Kanojôtachi” no rengô sekigun : sabukaruchâ to sengo minshushugi, 2001), Critique de l’imaginaire et de la réalité : une société de consommation qui n’en finit pas (Kasô genjitsu hihyô : shôhishakai wa owaranai, 1992), ou encore : Théorie du commerce des histoires authentiques (Teihon monogatari shôhi-ron, 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Takayuki Tatsumi, Mari Kotani et Denis Taillandier, « À propos de la science-fiction japonaise – Entretien avec Tatsumi Takayuki et Kotani Mari mené par Denis Taillandier  », ReS Futurae [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://resf.revues.org/985 ; DOI : 10.4000/resf.985

Haut de page

Auteurs

Takayuki Tatsumi

Tatsumi Takayuki 巽孝之 (1955-) est Professeur à l’Université Keiô (Tôkyô), où il enseigne la théorie littéraire et la littérature américaine. Passionné par les écrivains de la Renaissance américaine (milieu du XIXe siècle), la métafiction postmoderne et la critique déconstructionniste, il obtient son doctorat à l’Université Cornell en 1987, avec une thèse intitulée « Disfiguration of Genres : A Reading in Edgar Allan Poe ». Membre du Club des Écrivains de Science-Fiction Japonais, avide lecteur de science-fiction, son séjour aux Etats-Unis coïncide avec l’émergence du mouvement cyberpunk, des études culturelles et du post-colonialisme, auxquels il s’intéresse immédiatement. Ses recherches font état d’un espace culturel transnational où se mélangent les peuples, les langues, les idées, avec un intérêt particulier pour ce mouvement réciproque par lequel les États-Unis portent un regard orientaliste sur l’Asie, et l’Asie un regard occidentaliste sur l’Occident. Il a reçu de nombreux prix, dont le Grand Prix International de Traduction BABEL pour la traduction de A Cyborg Manifesto : Science, Technology, and Socialist-Feminism in the Late Twentieth Century (Donna Haraway) avec Kotani Mari 小谷真理 en 1992, le Pioneer Award pour son ouvrage « Towards the Theoretical Frontiers of Fiction : From Metafiction and Cyberpunk through Avant-Pop » en 1994, le Grand Prix Japonais de Science-Fiction pour Une histoire des controverses autour de la science-fiction au Japon (Nihon SF ronsôshi 日本SF論争史) en 2000, ainsi que l’IAFA Distinguished Scholarship Award pour Full Metal Apache : Transactions Between Cyberpunk Japan and Avant-Pop America et ses recherches en 2010.

Mari Kotani

Kotani Mari 小谷真理 (1958-) est une critique de science-fiction et de fantasy. Elle donne un cours sur la science-fiction à l’Université Meiji (Tôkyô) depuis 2013 en tant que professeure invitée. Membre du Club des Écrivains de Science-Fiction Japonais, elle co-fonde en 2000 l’Association Japonaise des Études de Genre dans la Science-Fiction et la Fantasy (Jendâ SF Kenkyûkai), ainsi que le Prix Sense of Gender. Elle est vice-présidente du Comité des Femmes Écrivains du PEN Club japonais, et membre du comité de sélection du Grand Prix Japonais du meilleur roman de fantasy (Nihon fantajî noberu taishô) jusqu’en 2013. Elle a reçu le Grand Prix International de Traduction BABEL pour la traduction de « A Cyborg Manifesto : Science, Technology, and Socialist-Feminism in the Late Twentieth Century » (Donna Haraway) avec Tatsumi Takayuki 巽孝之 en 1992, et le Grand Prix Japonais de Science-Fiction pour L’Inconscient féminin : introduction à la science-fiction féministe (Josei-jô muishiki : josei SF-ron josetsu 女性状無意識―女性 SF論序説) en 1994. Auteure de nombreux ouvrages et articles, elle s’intéresse principalement au féminisme et à la question du genre dans la science-fiction et la fantasy.

Articles du même auteur

Denis Taillandier

Denis Taillandier est maître de conférences à la faculté des relations internationales de l’Université Ritsumeikan, au Japon. Il a obtenu son doctorat à l’Université Jean Moulin Lyon III (Institut d’Études Transtextuelles et Transculturelles) en 2015 avec une thèse pourtant sur l’imaginaire des nanotechnologies dans la science-fiction japonaise. Ses travaux portent sur l’imaginaire des sciences et technologies, et plus particulièrement sur la façon dont la science-fiction révèle les enjeux philosophiques, socio-culturels et représentationnels des innovations technologiques. Il a remporté en 2013 le prix spécial du jury pour le 8ème concours de critique de science-fiction au Japon.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org