Skip to navigation – Site map
La science-fiction en Asie de l'Est

Usages du futurisme médical en Chine pré-républicaine : craniotomie et régénération dans deux récits de science-fiction (1904-1905).

Florine Leplâtre

Abstracts

Science-Fiction as a genre develops quickly in the 1900 in China, but is is worth remembering that the scholars who produce, translate and circulate these narratives assign to them a didactic role: following Lu Xun words in his 1903 translation of From the Earth to the Moon, it would be about popularizing modern science and technology via fiction. This paper discusses this didactic stake, examining two science-fiction narratives which include a similar pattern of brain-washing and transplant: The Stone of Goddess Nüwa (Nüwa shi, by ‘Haitian duxiao zi) and New Tales of Mr Braggadocio (Xin faluo xiansheng tan, by Xu Nianci), respectively published in 1904 and 1905. In the former, the operation is carried out by female justicers organized in a Society that aims to eliminate corruption by all means. In the latter, the spirit of the protagonist has travelled to Mercury, where he attends a brain transplant, which aims to rejuvenate patients and make them smarter. The detailed process are mostly imaginary. What is at stake is certainly more symbol and ideology than scientific popularization: the episodes literally depicts the making of the new man/citizen/woman. By examining these episodes in their narrative and paratextual context, this paper discusses how polysemic and even contradictory is the use of this imaginary biotechnology. This leads to a redefinition of issues at stake in science-fiction, between fascination for technology and satire of contemporary fantasies.

Top of page

Full text

  • 1 On sait très peu de choses sur cet auteur, sinon qu’il était le traducteur de plusieurs romans japo (...)

1Le développement des romans de science-fiction en Chine au tout début du xxe siècle s'accompagne d'un discours sur le roman comme instrument d'éducation, de diffusion d'idées et de connaissances nouvelles. Lu Xun 魯迅(1881-1936) l'affirme dans sa préface à la traduction de De la Terre à la Lune (1903) : il s’agit de populariser les sciences et techniques modernes par le truchement de la fiction, dans la droite ligne de l'appel de Liang Qichao 梁啟超 (1873-1929) « De la fiction et du gouvernement des masses » (« Lun xiaoshuo yu qunzhi zhi guanxi » 論小說與群治之關係,1902), qui appelait à promouvoir le « roman scientifique » (kexue xiaoshuo 科學小說). L'auteur d'un des romans étudiés dans cet article, dont le nom de plume est Haitian Du Xiaozi 海天獨嘯子1, est aussi traducteur de romans japonais. Dans la préface de sa traduction du « Vaisseau dans le ciel », il reprend le lieu commun selon lequel le roman est un outil de vulgarisation scientifique, mais affirme également qu'il peut fortifier les esprits et lutter contre la superstition.

  • 2 Traduit par l’autrice de l’article à partir de la traduction en anglais de Tsu Jing (2008, p. 180). (...)

Les femmes et les jeunes filles, prises par les romans d'amour entre hommes de talent et belles personnes, ne cherchent qu'à imiter ce qu'elles lisent. La dévotion aux dieux et la croyance aux esprits est réellement imprimée dans leur cerveau (naoguang yinlao 腦光印烙), qui est calcifié et sans espoir de brèche. […] La civilisation actuelle, cependant, irradie à travers des distances inouïes. Le temps est venu de percer cette toile ; le temps est venu pour une réforme du roman. […] Alors que nos concitoyens se regardaient sans savoir quoi faire, les espoirs se sont transformés en ombres et en écume dans leurs cerveaux. Désormais, il faut choisir judicieusement les matériaux, réviser nos stratégies, et les injecter dans les cerveaux (zhushe 注射) afin de restaurer leur vivacité avec de nouvelles connaissances.2

  • 3 L’étiquette « roman scientifique » (kexue xiaoshuo) a été utilisée par l’éditeur des « Nouveaux con (...)
  • 4 La novella (récit en prose de longueur intermédiaire entre le roman et la nouvelle) est titrée d’ap (...)

2C’est cet enjeu didactique que l’article discutera, en examinant deux récits rattachés au genre de la science-fiction3, et qui font apparaître un épisode similaire de transplantation de cerveau : La Pierre de Nüwa (Nüwa shi 女媧石), roman de Haitian Du Xiaozi, et Nouveau conte de Monsieur du Clairon4 (Xin faluo xiansheng tan 新法螺先生譚), novella de Xu Nianci 徐念慈 (1874-1908), publiés respectivement en 1904 et 1905. Dans le roman, l’opération est effectuée par des justicières organisées dans une société féminine qui s’est donné pour tâche de débarrasser la société chinoise de la corruption par tous les moyens. Dans la novella, l’âme du protagoniste ayant voyagé jusqu’à Mercure assiste à une transplantation de cerveaux, dont l’objectif est de rendre les patients plus jeunes et plus intelligents. Les processus décrits par les auteurs sont imaginaires, et plus fantaisistes que réellement scientifiques. Ils s’entourent néanmoins d’un lexique et d’un décor qui évoquent la science moderne.

3En analysant ces épisodes et leur contexte, ainsi que les paratextes (notamment les préfaces), on verra en quoi l’usage de cette biotechnologie imaginaire peut être chargée de significations multiples. D'un côté, le rajeunissement par la transplantation de cerveau sur la planète Mercure apparaît comme une allégorie du progrès. De l'autre, le lavage ou la transplantation de cerveau par les justicières s'inscrit dans un roman non dénué d'ironie, où la fascination pour la technologie est mêlée à des discours caricaturaux sur la suprématie féminine, si bien que l'on se demande souvent où se situe l'auteur, et s'il faut le prendre au mot lorsqu'il énonce dans sa préface les mantras du discours réformiste contemporain : l'amour de la science et de l'émancipation des femmes. Après un rappel sur le contexte historique, nous présenterons successivement les épisodes significatifs de chacun des récits, puis nous en proposerons une interprétation croisée à partir de la question suivante : les auteurs se soucient-ils vraiment de « populariser la science », ou se servent-ils d’images et de savoirs scientifiques à d’autres fins ?

« Science » et « science-fiction » dans les années 1900

  • 5 Voir notamment Wu Dingbo (Wu, 1989), David Wang (Wang, 1997), Song Mingwei (Song, 2012), Nathaniel (...)

4Les historiens de la littérature5 s'accordent généralement pour considérer que le « roman scientifique » (kexue xiaoshuo) naît en Chine autour de 1903 ou 1904, et que sa naissance est intimement liée à la traduction : 1903 est l'année où paraît la traduction en chinois de De la Terre à la Lune, par celui qui s'appellerait plus tard Lu Xun – qui produit sa version à partir d'une traduction japonaise. 1904 voit paraître Nouveau conte de Monsieur du Clairon en guise de prologue à la traduction de nouvelles japonaises qui sont elles-mêmes des traductions réécritures, et il semble que cela soit le premier ouvrage désigné comme « roman scientifique » par son éditeur. Les premiers auteurs de ce genre sont d'ailleurs d'importants traducteurs (du japonais et de l’anglais). Nathaniel Isaacson a relevé que paradoxalement, bien que le genre dit « scientifique » se soit construit à travers la traduction, l’emploi de l’expression « roman scientifique » pour désigner des œuvres particulières existe en Chine dès 1904, avant le développement de l’expression « science fiction » en anglais (Isaacson, 2017, p. 7).

5Les thèmes abordés par les romans rattachés à ce genre sont à la fois sociaux, scientifiques et techniques : la projection dans un futur utopique ou dystopique, rendue crédible par des dispositifs techniques, est souvent au service d'un discours sur la Chine contemporaine et ce qu'il y a de souhaitable ou redoutable dans son avenir proche. Les spécialistes ont néanmoins des avis divergents concernant sur le degré de continuité que ce genre entretient avec le genre traditionnel du conte extraordinaire (chuanqi 傳奇) et ses dérivés dramatiques et romanesques. Ainsi, David Wang choisit-il de parler de science fantasy plutôt que de science fiction, pour souligner la part de surnaturel et d’extraordinaire qui persiste dans ces premiers romans qualifiés de « scientifiques » par leurs auteurs et éditeurs. Nathaniel Isaacson rappelle quant à lui que l’étiquette de « roman scientifique » n’avait pas la même valeur descriptive et taxonomique que ce que l’on entend par « genre » en critique littéraire, mais fonctionnait comme argument commercial, aux côtés de nombreuses autres étiquettes, que la plupart des éditeurs accolaient systématiquement aux titres des romans dans leurs catalogues et sur la couverture ou sur la première page des ouvrages (Ibid). Ces catégories étaient non seulement perméables, mais se recoupaient bien souvent : tel roman étiquetté scientifique aurait parfaitement pu se trouver qualifié de « roman de voyage », ou « roman utopique ».

  • 6 Dans On Their Own Terms (2005), Benjamin Elman propose un récit critique détaillé de ce moment char (...)

6Il est néanmoins important de souligner que ce genre fictionnel se développe à l'issue et en parallèle d'une vague sans précédent de traduction de textes scientifiques, notamment depuis l'anglais puis le japonais, qui a façonné la science moderne en Chine6. Pour en rappeler les grandes lignes, nous mentionnerons simplement que l'intérêt pour les sciences occidentales a été suscité et accompagné par le travail des missionnaires protestants originaires de Grande-Bretagne tout au long du xixe siècle, ces derniers prenant la place des Jésuites qui avaient joué ce rôle de passeurs au cours des deux siècles précédents (Elman 2005, p. 283). Le savant Benjamin Hobson (1816-1873) a joué un rôle considérable dans le développement de la science moderne en Chine, en publiant une série de traités, sur la physiologie (1851) et l'astronomie (1849), qui servirent de manuels dans les écoles modernes et furent diffusés à des milliers d'exemplaires. Son « Traité de physiologie » a notamment introduit la centralité du cerveau et du système nerveux, contre la conception de la médecine chinoise traditionnelle basée sur la circulation de l'énergie (qi 氣).

7La défaite de la Chine lors de la guerre sino-japonaise de 1894-1895 a amorcé un tournant dans le discours des intellectuels chinois et occidentaux sur la science en Chine : la défaite militaire est interprétée comme le signe d'une arriération technologique et scientifique, qui doit être comblée en s'inspirant de l'exemple japonais (Elman 2005, p. 392). La découverte des microbes par Pasteur est ainsi introduite en Chine via des traductions japonaises. Il est à noter également que le terme général qui désigne la science en chinois moderne, kexue, que l’on retrouve dans kexue xiaoshuo (science-fiction), est une traduction du néologisme japonais kagaku. Enfin, l'échec de la Réforme des Cent jours en 1898 conduit les intellectuels réformistes à associer la modernisation techno-scientifique avec la lutte contre la dynastie Qing. Pour Liang Qichao, la science, comme le roman, sont des moyens au service de la modernisation sociale et politique.

8C'est dans ce contexte intellectuel, marqué par les grands espoirs mis dans le progrès scientifique, que sont écrits et publiés les deux récits étudiés ici, qui témoignent de l'appropriation des discours scientifiques récents par les intellectuels non spécialistes de sciences.

Régénération physique par la greffe

  • 7 Karl Friedrich von Müchhausen (1720-1739) était un mercenaire allemand qui a notamment combattu aux (...)

9Le récit intitulé Nouveau conte de Monsieur du Clairon a été publié en 1905 dans un recueil qui présente la traduction du récit en deux parties d'Iwaya Sazanami (1870-1933), Contes de Monsieur du Clairon. C'est un récit à la première personne, rédigé en langue classique. L'auteur, par ailleurs éditeur et traducteur, présente son récit avec autodérision comme une « tentative ridicule d'imitation » des nouvelles japonaises. Ces dernières sont des adaptations de l’histoire du baron de Münchhausen, personnage historique dont les aventures romancées ont été la matière de nombreuses œuvres romanesques7. Il est à noter que les nouvelles traduites n’ont rien de scientifique dans leur thème, mais se rattachent plutôt au merveilleux. C’est la novella originale de Xu Nianci qui opère une synthèse entre le merveilleux du matériau source et des éléments scientifiques.

10Le texte se présente comme le récit oral fait par Monsieur du Clairon lui-même de ses aventures. Il prétend être frustré de l'état actuel de la science positive, et cherche de nouvelles méthodes et de nouveaux savoirs. Son exil sur la plus haute montagne, à quelques cent mille mètres d'altitude, aboutit à la spectaculaire séparation entre son âme et son corps, à la faveur d'une tempête et de la force gravitationnelle des étoiles. Son « âme » (linghun 靈魂) est une boule de gaz ultralégère d'environ un pouce de diamètre, tandis que son « corps » reste inchangé, à ceci près qu'il est dépourvu de cerveau. Le personnage opère des expériences sur lui-même et ses nouvelles capacités, et s'aperçoit notamment que son âme est capable d'émettre de la lumière. Le corps tient l'âme dans sa main, la contemple, et la laisse tomber accidentellement.

11Le récit s'attache d'abord aux aventures du corps, qui, ayant récupéré un quart de l'âme, se retrouve emporté dans une chute vertigineuse vers le centre de la Terre, où il rencontre Huang Zhongzu 黃種祖, « l'ancêtre de la race jaune », vieux d'une douzaine de jours – le temps s'écoule 219 000 fois plus lentement qu'à la surface. Celui-ci assigne au corps du narrateur la mission de « réveiller le pays » (xingguo 興國).

12Pendant ce temps, l'âme, ou ce qu'il en reste, est projetée dans un voyage intersidéral au gré des forces gravitationnelles des astres. Après une collision avec la Lune qui a créé un nouveau cratère, elle poursuit sa course vers Mercure, avant d'en être déviée. La planète, qu'elle n'approchera que de loin, ne reste dans son champ de vision que pendant une minute. C'est dans ce laps de temps très réduit que l'âme de Monsieur du Clairon assiste à l'opération suivante.

Que vis-je ? C'était la méthode pour fabriquer des humains employée sur Mercure. Comme je passais à proximité, je vis deux ou trois personnes occupées à sangler sur un brancard en bois un homme flétri, vieux, édenté, aux cheveux gris. Les yeux et la bouche du vieil homme étaient fermés, comme s'il était déjà mort. Ils forèrent dans son crâne un trou d'une bonne taille, et en retirèrent son cerveau avec une louche. À côté d'eux se tenait un homme qui portait un récipient rempli d'un liquide bouillonnant et fumant, d'un blanc laiteux. Après qu'ils eurent ôté le cerveau, ils disposèrent un entonnoir en verre au-dessus du trou dans son crâne, et se préparèrent à verser dedans le contenu du récipient. Dès que le processus fut enclenché, les yeux et la bouche de l'homme s'ouvrirent, et il se mit à agiter les bras et remuer les jambes comme s'il voulait défaire ses liens et s'enfuir. À la fin de l'opération, ils commencèrent à lui recoudre le crâne. Cependant, j'étais à ce moment-là bien trop loin de la scène pour assister à la suite.

Messieurs, je suis presque certain qu'il s'agit de leur méthode pour fabriquer des humains. Les facultés humaines de la vie, le mouvement et la cognition, dépendent entièrement du cerveau. Si l'on pouvait retirer l'ancien et le remplacer par de la nouvelle matière cérébrale, les dents qui étaient tombées repousseraient, les dos bossus se redresseraient, et les têtes grisonnantes reprendraient leur noir brillant. Les hommes âgés et fragiles renaîtraient dans la force de l'âge. Hélas, je n'ai pas pu apprendre leur méthode. Si je l'avais pu, lors de mon retour à Shanghai, j'aurais accumulé des fonds pour ouvrir une entreprise de renouvellement de matière grise. (…) Les habitudes démodées, dégradées et méprisables de ce pays auraient été intégralement balayées (Xu, 1905, p. 22).

13L'originalité de cet épisode réside dans le dispositif de vision qui en régit le compte-rendu. Le spectacle est perçu de manière furtive par l'âme voyageuse, au cours de sa course elliptique. Ainsi, les détails techniques, les tenants et les aboutissants de l'opération sont relégués au rang d'hypothèses, tandis que seule subsiste une vignette brossée à grands traits. Certes, le fait que l'essentiel de l'opération soit visible en moins d'une minute est peu vraisemblable, mais ce n'est pas le problème du récit, qui se soucie peu de vraisemblance. L'absence de détails techniques est justifiée par la diégèse – le spectateur de la scène est l'âme voyageuse dans l'espace. En termes cinématographiques, on pourrait décrire le passage comme un travelling avec zoom avant puis zoom arrière. L'absence d'explication scientifique ou pseudo-scientifique fait apparaître l'opération de rajeunissement physique par la transplantation de matière cérébrale comme un procédé quasi magique. En cela, le texte rappelle les récits de l'étrange (chuanqi 傳奇) courants dans la littérature chinoise ancienne.

14La réflexion sur la scène occupe autant de place que la description, et permet de lui donner un sens au regard du reste du récit. Le narrateur, conformément à son nom programmatique, est vantard. Il s'imagine en entrepreneur à succès, vendant des cerveaux neufs à tour de bras. Jouant sur le supposé désir de « longue vie » de ses clients, il en profiterait pour remettre à zéro les consciences, et mener ainsi une opération de moralisation du pays tout entier. Balayées « les habitudes démodées, dégradées et méprisables » ; le pays serait « réveillé », comme le souhaitait le vieillard rencontré au centre de la Terre. L'idée que les qualités morales seraient matériellement perceptibles était déjà présente dans l'épisode de la rencontre avec le vieillard, qui évaluait l'état moral de la société en observant des liquides de différentes couleurs dans des flacons. En voyant le niveau des liquides, il avait diagnostiqué une diminution de la propension au bien, et avait ainsi missionné le héros pour inverser la tendance.

15À la fin du récit, c'est en découvrant et en diffusant les techniques liées à « l'électricité cérébrale » que Monsieur du Clairon provoque des bouleversements en Chine et dans le monde entier, mais le progrès réalisé se retourne ultimement en catastrophe : la productivité augmente, plus d'un tiers de la population mondiale se retrouve au chômage, et la régénération morale espérée est ratée. Le héros repart en ermite comme au début de l'histoire, et le narrateur promet de nouvelles aventures à ses auditeurs. Par la tournure que prend le récit, la croyance dans le progrès affichée par le héros est mise à mal. La novella apparaît donc moins comme une ode à la science que comme un divertissement qui prend le progrès techno-scientifique pour thème, sans y accorder un crédit véritable. Nous reviendrons sur l’usage de la culture scientifique par l’auteur dans la partie comparative.

Régénération morale par le lavage de cerveau

  • 8 La pratique des commentaires est très courante dans toute la littérature narrative chinoise ancienn (...)

16Le désir de longue vie et le projet de régénération morale sont présents également dans La Pierre de Nüwa, mais la régénération morale prime sur la question de la longévité individuelle. La Pierre de Nüwa est un roman court en seize chapitres, de l’auteur écrivant sous le pseudonyme de Haitian Du Xiaozi 海天獨嘯子 (le siffleur solitaire de la mer et du ciel), publié à Shanghai en deux parties en 1904 et 1905. Le texte, en langue vernaculaire, était accompagné dès la première édition d’une préface et de commentaires de fin de chapitres8 composés par quelqu’un se présentant comme un ami de l’auteur.

17La visite du « laboratoire de lavage de cerveau » (xinao yuan 洗腦院) occupe tout le chapitre 10 du roman. La narration se fait à la troisième personne, mais le point de vue est interne, puisque c'est l'héroïne Jin Yaose qui effectue la visite, après s'être réveillée dans le laboratoire sans savoir où elle se trouvait. La personne que rencontre Yaose à son réveil est la chirurgienne en chef du laboratoire, Chu Xiangyun, membre de la Société de la Croix blanche. Le passage commence par une description générale de la pièce dans laquelle les personnages se trouvent : les lits médicaux alignés et les planches d'anatomie et de physiologie aux murs signalent un lieu consacré à la médecine, tout comme le costume blanc de Chu Xiangyun. Leur premier dialogue commence par des excuses et des explications de la part de Xiangyun : prenant Yaose pour une représentante du gouvernement venue les attaquer, elle l'a endormie et lui a ouvert le crâne et dans le but de nettoyer son cerveau. Elle s'est aperçue de sa méprise en découvrant un cerveau d'une blancheur immaculée, signe de la pureté de l'héroïne. Ces premières explications conduisent Yaose à poser des questions sur les buts et les méthodes de ce laboratoire. L'opération trouve sa source dans une promesse faite par Tang Cuixian, la grande cheffe de la Société de la Croix blanche :

Comme elle voyait que notre peuple endurait catastrophes et désastres d'année en année, devenant rachitique, elle a fait au Ciel cette promesse solennelle : pour que notre pays guérisse, elle laverait quatre cent millions de cerveaux, en hommage au Ciel. À présent, on a passé la moitié de l'année, et nous avons déjà lavé 45 000 000 cerveaux. (Haitian, 1997, p. 69)

18Yaose exigeant des détails sur la méthode, Xiangyun expose sa théorie du cerveau : « Le cerveau de la plupart des gens est à la naissance immaculé comme du jade blanc, tendre et crémeux comme du sirop, il ne connaît à l'origine ni le bien ni le mal, et n'est marqué ni par l'intelligence, ni par l'ignorance. » (p. 69) C'est en grandissant que les cerveaux sont exposés à toutes sortes de stimuli extérieurs, qui en font évoluer la couleur et la consistance. Xiangyun identifie des catégories de cerveaux devenus incurables à force d'altération : la première de ces catégories est celle des pauvres, dont les cerveaux ne sont pas assez stimulés : « Les familles pauvres et humbles valorisent davantage la force physique, et négligent le cerveau, si bien qu'à la longue, l'organe se bloque, les émotions ne sortent plus, et le cerveau devient une simple masse de chair. » (ibid.) La deuxième catégorie d'incurables, ce sont les peuples des montagnes, par opposition aux peuples des mers : leur alimentation et les paysages qu'ils contemplent bloqueraient et durciraient peu à peu leur cerveau. La troisième catégorie d'incurables serait affligée d'une atrophie « autonome » du cerveau, dont la structure serait naturellement trop serrée. Une deuxième série d'explications se déroule devant une planche à dessins présentant deux-cent-cinquante cerveaux, tous différents par la couleur ou la texture. Xiangyun explique que les fantasmes des gens s'inscrivent dans leur cerveau, sous la forme d'images miniatures. Ainsi, certains mandarins très disciplinés n'ont dans le cerveau que l'image de leurs supérieurs... entourée de neurones en forme de pièces d'or. Les lettrés de basse catégorie ont le cerveau encombré par les manuels qu'ils ânonnent et qui en occupent tout l'espace. Quant aux étudiants, qui « parlent à tort et à travers de révolution et de liberté, alors qu'ils ne rêvent en réalité que charmantes épouses, belles concubines, et plumes de paon à bouts rouges » - ils ont le cerveau « vide comme de la fumée, inconsistant comme de l'eau, et au milieu, on trouve imprimés sur certains des stylos, sur d'autres des bouches et des images de belles femmes » (p. 70).

19La dernière partie de cette leçon de science médicale est consacrée aux méthodes de nettoyage à proprement parler. Xiangyun décrit les procédés employés pour chaque type de mal. Le chlore sert à blanchir, la citrine à faire fondre, le phosphore à ramollir, le soufre à faire disparaître les fantasmes de pièces d'or, les cendres d'os à filtrer. Enfin, les cerveaux incurables sont remplacés par des cerveaux de bovins. Yaose s'exclame après cet exposé : « Vous êtes vraiment des chirurgiennes exceptionnelles capables de faire recouvrer la santé, de bons médecins capables de sauver le pays ! Si votre cheffe n'était une personne de bon cœur, si elle n'avait émis un vœu pareil, comment pourrait-on régénérer le peuple, et lui faire revoir la lumière ? » (p. 71) La dernière salle visitée contient les cerveaux prélevés et entreposés dans des jarres transparentes pour études ultérieures, et culture de « bactéries cérébrales » qui occupent le cerveau et sont la source de ses maux comme de ses performances.

20À travers les yeux de Yaose, nous assistons donc à une leçon de pseudoscience pleine de détails et non dénuée d'humour. Nous parlons de pseudoscience, car les méthodes pour agir sur le cerveau sont fantaisistes, tout comme l'hypothèse que les désirs seraient littéralement visibles dans le cerveau. L'alibi scientifique légitime surtout la satire : ici, l'idée que les lettrés sont littéralement sclérosés, irrécupérables, qu'il serait préférable de remplacer leurs cerveaux par ceux de bovins, vient appuyer l'idée de la nécessité d'une réforme de l'éducation et de la sélection des élites. En même temps, les jeunes révolutionnaires ne sont pas épargnés, leur sincérité étant mise en doute par la preuve de leur intérêt supérieur pour les jolies femmes. L'authenticité de leur engagement est donc toujours suspecte. En revanche, cet épisode vient confirmer et prouver l'héroïsme de Yaose dont la pureté morale est prouvée par l'exceptionnelle blancheur de son cerveau.

21Le laboratoire de lavage de cerveau peut se lire comme une allégorie du projet de régénération morale de la société tel qu'il est évoqué ailleurs dans le roman. Il s'inscrit en parallèle des méthodes des femmes tueuses du « Parti sanglant des femmes » évoqué dans les chapitres 4 à 9, ainsi que de Madame Méduse et ses amies qui apparaissent dans les trois derniers chapitres. Leurs méthodes consistent à exécuter (après les avoir éventuellement séduits) tous les « fonctionnaires corrompus ». L’exécution des éléments identifiés comme mauvais s’accompagne d’un programme d’éducation à destination des femmes et jeunes filles, membres volontaires du parti ou simples pensionnaires de l’Institut du parfum céleste. L’institut se présente ainsi en partie comme une école moderne idéale, avec des salles de classe spécialisées pour chaque discipline. Enfin, devenir membre du parti implique d’adhérer à une nouvelle morale, faite du rejet des « quatre maux » et de l’adoption des « trois exigences ». Combattre les quatre maux, celui de l’extérieur, de l’intérieur, d’en haut et d’en bas, consiste à se débarrasser de tous les liens de sujétion sociale, familiale et conjugale. Cette morale confucéenne inversée ne s’adresse pas à la société chinoise tout entière, mais seulement aux membres du parti. Néanmoins, le dialogue entre l’héroïne Yaose et Madame Qin au sujet des valeurs du parti (au chapitre 7) peut être lu comme annonçant le chapitre sur le lavage de cerveau, lequel, d’une certaine manière, met en œuvre littéralement le principe du rejet des vices et de l’adoption des vertus.

  • 9 Pour une étude détaillée de cet épisode, voir notamment l’article de Tsu Jing » Female Assassins, C (...)

22Par ailleurs, si la question de la longévité, centrale dans l'épisode mercurien du Nouveau conte, n'est pas présente chez les chirurgiennes de la Société de la croix blanche, elle apparaît lors de la visite de l'Institut du parfum céleste : la directrice, Madame Qin, y invitait Yaose à un repas d'un genre nouveau, délivré par des tétines reliées à une machine qui prédigérait les aliments pour fournir un élixir d'une pureté inouïe (p. 45). Les explications de Madame Qin sur le fonctionnement de sa machine s'inspiraient de principes nutritionnels d’inspiration taoïstes, mais s'appuyaient sur la modernité de la machine pour les mettre en application9.

23Ce projet de régénération morale était défendu et présenté comme nécessaire par nombre d'intellectuels contemporains, à commencer par Liang Qichao et Kang Youwei, qui partagent l'idée que la réforme politique collective ne peut aller sans une réforme individuelle. L'originalité du passage est qu'il prend au pied de la lettre l'idée que le pays est « malade » et qu'il faudrait le sauver. La médecine vaut ici à la fois pour elle-même et comme métaphore de la réforme sociale et politique. Cependant le rapport à la science est ambivalent : l'exposé sur la biologie du cerveau sert d'alibi pour critiquer la société, mais les prétentions de la science ne sont pas épargnées, dans leur possible naïveté. Le commentaire de chapitre souligne cette ambivalence, en faisant d’abord un éloge sans réserve de la chirurgienne Xiangyun, puis en affirmant que le chapitre fait « la satire des écrits contemporains, qui s'émerveillent face à la théorie scientifique, ses paillettes et son lustre » (p. 72).

Réveiller, régénérer, soigner : la science médicale comme allégorie de la politique ?

24Ces épisodes d'opérations du cerveau dans deux récits quasi contemporains sont très différents dans leur protocole et dans leurs enjeux, et les procédés et les explications fournies apparaissent largement fantaisistes et prêtent à sourire. Néanmoins, en cohérence avec l’essor des sciences modernes en Chine à la fin du xixe et au début du xxe siècle, ces récits témoignent d’une large diffusion de savoirs nouveaux, qu’ils s’approprient, en même temps qu’ils réactivent des notions anciennes.

  • 10 Elman explique ainsi : « [...] La présentation que fait Edkins du cerveau, que l’anatomie d’Hobson (...)

25Ainsi, la focalisation sur le cerveau dans les deux épisodes est certainement liée aux progrès des connaissances sur cet organe au cours du xixe siècle, et plus précisément à la découverte de l'organisation du système nerveux. Une série de manuels d’introduction aux sciences publiée à Shanghai en 1886 et 1896 par Joseph Edkins (1823-1905), contenait un volume sur la physiologie. Si ces ouvrages sont marqués par le christianisme de l’auteur, qui a tendance à réduire à la portion congrue les apports de Darwin par exemple, ils auraient joué un rôle important dans l’évolution des conceptions chinoises du corps, notamment la conception de la centralité du cerveau au détriment du coeur (xin)10. Les spéculations de Monsieur du Clairon sur « l’électricité cérébrale » s’appuient sur la découverte de la « bioélectricité » (on dit aujourd’hui « bioélectromagnétisme ») par le médecin et physicien italien Galvani à la fin du xviiie siècle. Ces notions ont été introduites en Chine dans la seconde moitié du xixe siècle, et diffusées à la fin des années 1890. Elman rapporte ainsi que le missionnaire John Fryer (1839-1928) présentait en 1896 à Pékin une machine servant à mesurer les ondes cérébrales (2005, p. 400). On peut également faire l'hypothèse que les planches de dessins de cerveaux présentées par la chirurgienne Xiangyun s'inspirent des coupes histologiques des tissus, colorés et observés au microscope, rendues possibles par les progrès de l'optique et de la chimie. L’idée des « bactéries cérébrales » est probablement une interprétation de la découverte des microbes par Pasteur dans les années 1870, diffusée en Chine une vingtaine d’années plus tard par des traductions du japonais, est appropriée, reformulée et déformée par le personnage de la chirurgienne spécialiste du lavage de cerveau avec l’idée que ces « bactéries » seraient responsables des vices et vertus qui y naissent. Enfin, l’utilisation de produits chimiques pour laver le cerveau, comme le soufre et le chlore, nommés de manière très précise, nous rappelle que la classification périodique de Mendeleiev était une nouveauté, publiée à partir de 1869 et corrigée et rééditée jusqu’en 1902. Les deux récits mobilisent donc des éléments de science moderne, mais dans des registres différents. Xu Nianci se sert de connaissances partielles sur le cerveau pour composer une scène spectaculaire quasi farcesque, par le jeu sur la transformation des corps, et qui ne s’embarrasse d’aucun détail – l’idée que la scène est aperçue très brièvement et de loin justifie le schématisme de la description. Au contraire, la chirurgienne de La Pierre de Nüwa fournit des explications extrêmement détaillées, qui mêlent sans vergogne science et pseudo-science. L’emploi de termes techniques et de chiffres fournit des gages de scientificité à son discours, dont l’enjeu est finalement social et politique.

  • 11 Yangsheng (nourrir la vie) est un concept développé par les philosophes taoïstes et néo-taoïstes, n (...)

26Dans le même temps, les conceptions anciennes sont utilisées et viennent donner sens aux innovations scientifiques. Ainsi, dans le Nouveau conte de Monsieur du Clairon, le savoir relativement nouveau sur le cerveau, présenté comme une vérité générale (« Les facultés humaines de la vie, le mouvement et la cognition, dépendent entièrement du cerveau. », p. 22), est interprété à l’aune du concept taoïste de changsheng (longévité ou immortalité) (« Si l'on pouvait retirer l'ancien et le remplacer par de la nouvelle matière cérébrale, les dents qui étaient tombées repousseraient [...] »), et synthétisé avec les pratiques du capitalisme moderne (« Si j’avais pu [apprendre leur méthode], lors de mon retour à Shanghai, j'aurais accumulé des fonds pour ouvrir une entreprise de renouvellement de matière grise. ») L’épisode de la machine à manger de La Pierre de Nüwa (chapitre 6) est un autre exemple de syncrétisme scientifique : les notions de chimie sur la digestion et la décomposition des molécules sont mises en relation avec les théories nutritionnelles taoïstes destinées à « nourrir la vie » (yangsheng) et justifiées par l’horizon de la longévité (changsheng)11 Ainsi, loin de faire table rase des conceptions indigènes anciennes, ces récits inspirés par les sciences et techniques et la littérature occidentales composent un imaginaire moderniste avec leurs propres termes, et leur propre agenda.

27Les craniotomies et remplacements de cerveaux sur Mercure serviraient, selon Monsieur du Clairon, à produire de nouveaux humains à partir de vieillards ou de morts. La question de la régénération morale n'est pas absente du Nouveau conte, mais passe par les discours que Monsieur du Clairon pourrait délivrer à ses contemporains suite à sa rencontre avec l'ancêtre au centre de la Terre, et qui lui assigne la mission de « réveiller le pays » (xingguo 興國). Cette formule fait directement écho à l'engagement politique de l'auteur Xu Nianci : ce dernier avait rejoint en 1903 la « Société pour le réveil de la Chine » (Xingzhonghui 興中會), qui avait été fondée en 1894 par Sun Yat-sen et qui réunissait de nombreux intellectuels révolutionnaires et réformistes. Le laboratoire de lavage de cerveau de Xiangyun vise quant à lui à améliorer les vivants en vue de rénover le pays – puisque la cheffe de la Société de la Croix blanche a promis de laver 400 millions de cerveaux, c'est-à-dire l'ensemble de la population chinoise de l'époque. La formule employée sur la couverture du roman pour en résumer le propos (et en faire la publicité) était guixiu jiuguo xiaoshuo (« roman sur des femmes raffinées qui sauvent la nation »). L’expression « sauver le pays » (jiuguo 救國) revient deux fois dans le chapitre 10, et des expressions proches lui font écho, comme « réparer le peuple » (zaizao min ) (p. 70). L’idée qu’il faille « sauver le pays », ou « la nation », est un lieu commun des quinze dernières années de l’empire. De quoi fallait-il donc « sauver » la Chine ? D’une décadence identifiée à une crise politique : depuis les Guerres de l’opium, la Chine a perdu sa souveraineté sur certaines parties de son territoire. La défaite de 1895 contre le Japon vient corroborer l’idée que le pays est « faible » et que des réformes sont urgentes. Enfin, une partie importante des intellectuels estime que la dynastie régnante mandchoue a « vendu » la Chine aux étrangers et est non légitime puisqu’étrangère. De cet horizon de crise et de la mission de « sauver le pays », les deux récits font un usage différent. Monsieur du Clairon est dépassé par son projet, puisque la production d’électricité cérébrale conduit à la paresse généralisée et au chaos. Les héroïnes de La Pierre de Nüwa, cheffes politiques ou scientifiques de haut niveau, s’engagent corps et âme et avec méthode dans leur mission, qui vaut pour elle-même mais dont on ne connaît pas l’issue, puisque le roman est inachevé. On peut ajouter que ces récits, identifiés au genre de la science-fiction par leurs éditeurs et préfaciers, peuvent également être rattachés au genre du « roman politique » (zhengzhi xiaoshuo 政治小說), acclimaté en Chine via le Japon exactement à la même période (Yeh 2015). Ces derniers ont en effet souvent eu recours à la projection dans le futur pour parler de ce que serait une réforme politique en Chine.

Conclusion

28Tout différents qu'ils soient, ces épisodes témoignent d'un intérêt neuf pour le discours et les représentations scientifiques. Il ne s'agit pas tant de diffuser des connaissances, comme le prétendent parfois les auteurs, mais de s'approprier un nouvel imaginaire à même de renouveler la critique sociale et les fantasmes d'avenir. Cela nous a conduit à redéfinir le rapport à la science de ce qu'on a appelé la « première vague de science-fiction chinoise » (Song 2012), qui oscille entre fascination technologique et satire des fantasmes scientistes. Tsu Jing (2008) parle à cet égard de « compréhension créative » (creative understanding) : il s'agit selon elle de « s'approprier la connaissance et de la reconditionner immédiatement ». Ainsi, la « popularisation » ou la « vulgarisation » des connaissances scientifiques évoquée par l'auteur de La Pierre de Nüwa dans la préface serait moins une forme de didactique des sciences qu'une façon de faire entrer dans la culture populaire des notions d'anatomie et de biologie tout en les détournant aussitôt au service du divertissement et de la satire – la science moderne est popularisée, au sens où elle vient modifier et enrichir l'imaginaire collectif.

Top of page

Bibliography

Corpus

Haitian duxiao zi 海天獨嘯子, La Pierre de Nüwa (Nüwa shi 女媧石), Shanghai, 1907 [1904]. Édition moderne : Shenyang : Chunfeng wenyi, 1997. (les références de citations sont données dans les pages de l'édition moderne).

Xu Nianci 徐念慈, Nouveau conte de Monsieur du Clairon (Xin faluo xiansheng tan 新法螺先生譚), Shanghai : Xiaoshuo lin she, 1905. Il existe une traduction en anglais sous le titre « New Tales of Mr Braggadocio » par Nathaniel Isaacson dans Renditions, n° 77-78, 2012, p. 15-38. [Numéro consacré à la science-fiction en Chine : « Chinese Science Fiction : Late Qing and the Contemporary »]

Sources secondaires

Elman, Benjamin A., On Their Own Terms : Science in China, 1550-1900, Cambridge : Harvard University Press, 2005.

Isaacson, Nathaniel, Celestial Empire : the Emergence of Chinese Science Fiction, Middleton, Connecticut : Wesleyan University Press, 2017.

Pollard, David E., (éd.) Translation and Creation : Readings of Western Literature in Early Modern China, 1840-1918, Amsterdam : John Benjamins, 1998.

Song Mingwei, « Preface », dans Renditions, Hong Kong, n° 77-78, 2012, p. 7-14. [Numéro consacré à la science-fiction en Chine : « Chinese Science Fiction : Late Qing and the Contemporary »]

Tsu Jing, « Female Assassins, Civilization, and Technology in Late Qing Literature and Culture », (p. 167-196), dans Different Worlds of Discourse. Transformations of Gender and Genre in Late Qing and Early Republican China. Nanxiu Qian, Grace S. Fong, Richard Smith (éd.), Boston : Brill, 2008.

Wang, David Der-wei, Fin-de-siècle Splendor : Repressed Modernities of Late Qing fiction, 1849-1911, Stanford : Stanford University Press, 1997.

Xia Xiaohong 夏曉虹, Ershi shiji Zhongguo xiaoshuo lilun ziliao (Sources théoriques pour la fiction chinoise du Vingtième siècle 二十世纪中国小说理论资料), Beijing : Beijing daxue chubanshe, 1997.

Wu Dingbo, « Looking Backward : An Introduction to Chinese Science Fiction », dans Patrick Murphy et Wu Dingbo (éd.), Science Fiction from China, New-York : Praeger, 1989.

Yeh, Catherine Vance, The Chinese Political Novel : Migration of a World Genre, Cambridge : Harvard University Press, 2015.

Top of page

Notes

1 On sait très peu de choses sur cet auteur, sinon qu’il était le traducteur de plusieurs romans japonais. Ses dates de naissance et de mort ne sont pas connues.

2 Traduit par l’autrice de l’article à partir de la traduction en anglais de Tsu Jing (2008, p. 180). Ce paragraphe est un extrait de la préface du « Vaisseau dans le ciel » (« Kongzhong feiting » 空中飛艇), d’Oshikawa Shunro (1876-1914), édité dans Xia (1997, p. 107).

3 L’étiquette « roman scientifique » (kexue xiaoshuo) a été utilisée par l’éditeur des « Nouveaux contes » dès le départ, et figure accolée au titre sur la première page. Ces étiquettes étaient quasiment systématiques dans l’édition d’ouvrages comme de textes en revue. La multiplication des étiquettes fait qu’il s’agit d’avantage d’arguments commerciaux (indication sur un des thèmes du texte) que de véritables genres, car certaines étiquettes apparaissent rarement. Ainsi, La Pierre de Nüwa était associée à l’étiquette guixiu jiuguo xiaoshuo (« roman sur des femmes raffinées qui sauvent la nation »). Ce roman a été néanmoins qualifié de « scientifique » par son préfacier et commentateur.

4 La novella (récit en prose de longueur intermédiaire entre le roman et la nouvelle) est titrée d’après les récits qu’elle précède, et qui sont respectivement Faluo xiansheng tan 法螺先生譚et Faluo xiansheng xu tan 法螺先生續譚. Dans l’édition dont nous disposons, le texte original de Xu Nianci occupe quarante pages, tandis que les récits traduits du japonais en occupent respectivement dix-huit et seize pages. Tan est souvent traduit par « conte » ; Faluo xiansheng 法螺先生 a été traduit en anglais par « Mister Windbag » (Wang 1997) ou « Mister Braggadocio » (Isaacson 2012). Au sens premier, faluo 法螺 est une sorte de triton conque, autrefois utilisé pour sonner l’avance et la retraite de l’armée, mais aussi par les bouddhistes et par les taoïstes comme instrument de musique sacrée. Chui faluo 吹法螺 signifie soit « prêcher la doctrine bouddhique », soit « emboucher la trompette, se vanter, se faire mousser ». Les nouvelles traduites du japonais sont elles-mêmes des réécritures des aventures du Baron de Münchhausen, parfois surnommé en français « baron de Crac », pour ses mensonges légendaires. Il n’est pas précisé de quelle version des aventures les nouvelles sont inspirées.

5 Voir notamment Wu Dingbo (Wu, 1989), David Wang (Wang, 1997), Song Mingwei (Song, 2012), Nathaniel Isaacson (Isaacson, 2017)

6 Dans On Their Own Terms (2005), Benjamin Elman propose un récit critique détaillé de ce moment charnière pour l’histoire des sciences en Chine.

7 Karl Friedrich von Müchhausen (1720-1739) était un mercenaire allemand qui a notamment combattu aux côtés de l’armée russe lors de la guerre austro-russo-turque de 1735-39. Il aurait confié ses récits à l’écrivain allemand Rudolf Erich Raspe, qui en publie une version en anglais en 1785, sous le titre Baron Münchhausen’s Narrative of his Marvellous Travels and Campaigns in Russia. Une version allemande paraît l’année suivante sous la plume de Gottfried August Bürger. Ce premier récit a fait l’objet de plusieurs suites par d’autres auteurs tout au long des XIXe et XXe siècles, ainsi que de plusieurs adaptations cinématographiques. Les aventure du baron sont des voyages sur la Terre et vers la Lune. Ils sont marqués par le merveilleux. Entre autres moyens de transport, le baron se déplace d’abord tiré par un attelage de canards, puis à califourchon sur un boulet de canon, et en général sur son cheval, qui a des capacités de régénérations extraordinaires : coupé en deux sur un terrain de bataille, sa chair ne pourrit pas, et il est de nouveau fonctionnel après que son propriétaire l’a recousu. Dans la suite des aventures, il voyage sur la Lune, dont il décrit les habitants, puis vers le centre de la Terre en s’engouffrant dans la bouche d’un volcan sicilien.

8 La pratique des commentaires est très courante dans toute la littérature narrative chinoise ancienne, et persiste jusqu’à la fin de l’époque impériale. Les commentaires de La Pierre de Nüwa s’attachent tour à tour à la structure narrative, au caractère des personnages, au style, ou aux thèmes abordés. Ils sont rédigés en langue classique.

9 Pour une étude détaillée de cet épisode, voir notamment l’article de Tsu Jing » Female Assassins, Civilization, and Technology in Late Qing Literature and Culture » (Tsu 2008). Une traduction des chapitres 6 et 7 du roman, qui présentent l’Institut du parfum céleste, ses salles de classe, sa machine à manger et sa cérémonie d’accueil, est à paraître dans le n° 7 (2017) de la revue Impressions d’Extrême-Orient, « Mondes perdus, mondes rêvés » (https://ideo.revues.org).

10 Elman explique ainsi : « [...] La présentation que fait Edkins du cerveau, que l’anatomie d’Hobson avait mis en avant dans les années 1850, a joué un rôle important dans le rejet par les Chinois de la priorité du complexe coeur-esprit comme lieu des opérations mentales, à savoir la connaissance et la mémoire. » [« [...] Edkins’s account of the brain, which Hobson’s anatomy had emphasized in the 1850s, did play a role in the eventual Chinese rejection of the priority of the heart-mind complex as the venue for mental operations, that is, knowledge and memory. The Kangxi court had ridiculed such anatomical claims when they were introduced by Ferdinand Verbiest in 1683. »] (2005, p. 329).

11 Yangsheng (nourrir la vie) est un concept développé par les philosophes taoïstes et néo-taoïstes, notamment Ji Kang (223-262) et Ge Hong (283-343). Ce principe consiste à développer le qi par des pratiques nutritionnelles, médicales, gymniques et respiratoires (le qigong est par exemple une technique inspirée de ce principe).

Top of page

References

Electronic reference

Florine Leplâtre, « Usages du futurisme médical en Chine pré-républicaine : craniotomie et régénération dans deux récits de science-fiction (1904-1905). », ReS Futurae [Online], 9 | 2017, Online since 30 June 2017, connection on 22 October 2017. URL : http://resf.revues.org/998 ; DOI : 10.4000/resf.998

Top of page

About the author

Florine Leplâtre

Florine Leplâtre est doctorante en études chinoises au sein de l'équipe ASIEs à l'INALCO. Sa thèse porte sur les rapports entre féminisme et nationalisme dans la fiction chinoise des années 1900. Agrégée de lettres modernes, elle a enseigné la littérature comparée et publié des articles sur la littérature contemporaine française.

Top of page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org