Navigation – Plan du site

Éditorial

Irène Langlet et Simon Bréan

Texte intégral

1Il s’est passé quelque chose dans les murs prestigieux de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (ENS), en mai 2006 ; quelque chose d’important pour l’étude de la science-fiction en France. Dans ce numéro, ReS Futurae veut revenir sur cet événement unique, en s’inscrivant dans sa continuité.

2À l’occasion de la venue de Richard Saint-Gelais, à l’initiative du Département Littératures et Langages, avec le concours du Département de Philosophie, de la Passerelle des Arts, et de l’Association des Élèves de l’ENS (COF), le « Mois de la SF à l’ENS » a offert un espace de découverte et d’approfondissement de la connaissance de la science-fiction, à travers de multiples initiatives. L’ambition principale de cet événement était de donner le temps aux chercheurs et aux artistes de se rencontrer, en étalant les discussions et débats tout au long du mois de mai 2006. Environnées de diverses animations, expositions et performances conduites par les étudiants, deux séries d’événements scientifiques et culturels ont multiplié les angles d’approche. « Encyclopaedia Galactica : l’Université de tous les Futurs » engageait des activités de recherche pour explorer les dimensions littéraire et philosophique de la science-fiction : trois conférences de Richard Saint-Gelais, auteur de L’Empire du pseudo : modernités de la science-fiction (prix Boréal de la meilleure production critique 2000) ; deux journées d’étude sur la littérature de science-fiction ; deux journées d’étude consacrées aux rapports de la philosophie et de la science-fiction. Parallèlement, une série de rencontres-lectures, « Les auteurs de SF rêvent-ils de lecteurs électriques ? », permettait d’entendre des écrivains présenter leurs œuvres, notamment Ugo Bellagamba, Pierre Bordage, Sylvie Denis, Claude Ecken, Serge Lehman et Roland C. Wagner, dans le cadre d’Écrivains d’aujourd’hui. Enfin, lors de tables rondes, des auteurs, spécialistes et chercheurs ont eu l’occasion de confronter leurs expertises sur les rapports entre la science-fiction et l’espace, la géographie ou les sciences humaines.

3De cette convergence de travaux et d’enthousiasmes, nous avons retenu quatre contributions dont le ton et la méthode parcourent une palette variée, mais où se manifeste un objectif partagé : comprendre la science-fiction comme littérature, c’est-à-dire comme écriture, comme style (Boisset) ; comme élaboration patiente de mondes et de temporalités (Saint-Gelais) ; comme expérience lecturale et cognitive (Picholle) ; comme discours organisant sa propre réflexion métatextuelle (Mellier). De nombreuses questions étudiées alors trouveront un prolongement dans les travaux projetés par ReS Futurae, par exemple l’idée que la SF puisse être une expérience de pensée (journées « Science-fiction et philosophie) ou le rapport entre science-fiction et fantasy. D’ici-là, on peut se faire une idée des chantiers ouverts par ces rencontres en consultant les archives vidéo de l’ENS.

4Prise de mémoire, ce « Retour sur 2006 » se veut aussi témoignage de gratitude, par ceux qui y ont puisé tant de matière, envers ceux qui l’ont rendu possible, et qui ont contribué à ce que le domaine des « science fiction studies » progresse, dans l’université française, vers une plus grande visibilité. De notre partenaire américaine, nous avons donc souhaité aussi retenir des articles remettant en perspective l’étude de la science-fiction. Celui de Roger Luckhurst, qui reçut le Pioneer Award de la Science Fiction Research Association en 1995, commente avec lucidité la dynamique paradoxalement productive des discours annonçant la fin de la science-fiction. Celui de Johanna Russ pointait, dès 1975, la nécessité d’adapter le discours critique à l’esthétique particulière de la science-fiction, nécessité que l’institution universitaire, tout spécialement dans un organe comme ReS Futurae, ne peut ignorer si elle veut en relever le défi. Nous l’avons développé dans le numéro 1 ; entre-temps, la disparition de cette grande dame de science-fiction américaine féministe qu’était Johanna Russ invitait à lui rendre hommage en rappelant en quoi nos réflexions héritent des siennes.

5Le « Mois de la SF » ne s’est pas reproduit à l’ENS. Néanmoins, une initiative similaire, associant écrivains, érudits et chercheurs, s’est développée à partir de l’Université de Nice : ce numéro 2 se conclut sur un entretien avec deux des animateurs du seul séminaire annuel en France dédié à la science-fiction, celui des « Journées Science et Fiction à Peyresq ». La richesse interdisciplinaire de ce séminaire doit être soutenue et diffusée ; et l’expérience de ses maîtres d’œuvre, Ugo Bellagamba, Éric Picholle et Daniel Tron, donne matière autant à penser le passé qu’à envisager l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Langlet et Simon Bréan, « Éditorial », ReS Futurae [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 16 octobre 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://resf.revues.org/320

Haut de page

Auteurs

Irène Langlet

Professeur de littérature contemporaine à l’université de Limoges.

Articles du même auteur

Simon Bréan

Maître de conférences en littérature française à l’université Paris-Sorbonne. Auteur de La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature (Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012). Secrétaire de rédaction de ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org