Navigation – Plan du site

Entretien avec Roger Bozzetto

Roger Bozzetto, Simon Bréan et Samuel Minne

Résumé

Dans cet entretien, Roger Bozzetto retrace sa carrière de critique littéraire et de chercheur, spécialisé en science-fiction et fantastique. Il revient sur les évolutions de la science-fiction en France, ainsi que sur les perspectives critiques propres à l’université, d’une part, et au domaine de la science-fiction, de l’autre.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France, Aire francophone

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Un critique de science-fiction

ReSF : D’où est venu votre intérêt pour la science-fiction ?

Roger Bozzetto : J’ai commencé à m’intéresser à la science-fiction assez tôt. J’étais très attiré par la série noire. Dans un Mystère Magazine de 1951 ou 1952, il y a eu un compte rendu d’un livre difficile à classer – ils n’employaient pas le mot de science-fiction. Je suis tombé sur un Bradbury, les Chroniques martiennes. Ça changeait totalement de ce qu’on voyait en Fleuve Noir et que je n’avais pas envie d’aller voir, à cause des couvertures.

ReSF : Vous lisiez donc plutôt Présence du Futur, et peut-être le Rayon fantastique, que le Fleuve Noir.

Roger Bozzetto : Oui, et Fiction, bien sûr. Je lisais aussi Satellite, où j’ai fait paraître une de mes œuvres de science-fiction – peut-être bien la seule – dans une rubrique intitulée « Les Premiers Pas », qui n’a eu qu’un seul numéro (Bozzetto, 1959).

ReSF : Vous étiez donc lecteur. Avez-vous essayé de vous rapprocher d’une communauté de fans ?

  • 1 La Balance est la première librairie parisienne spécialisée en science-fiction, ouverte en 1953 par (...)

Roger Bozzetto : En province, c’était difficile. À Paris, ils pouvaient se rallier autour de La Balance1. Gérard Klein et moi avons le même âge : lui s’est trouvé au centre du sérail ; moi, à Fréjus, je ne pouvais pas faire grand-chose.

ReSF : La diffusion des œuvres devait elle-même poser problème. Comment vous procuriez-vous romans et revues ?

Roger Bozzetto : J’achetais ce que je trouvais, sans rechercher un titre en particulier, en passant sans faire particulièrement attention de Présence du Futur au Rayon fantastique. Je me fournissais chez un bouquiniste qui reprenait les livres à petit prix.

ReSF : À quel moment avez-vous commencé à vous investir un peu plus dans le domaine ?

  • 2 L’Eurocon, pour « Convention européenne », est un congrès annuel des amateurs de science-fiction, c (...)
  • 3 Solaris est un magazine canadien francophone jouant un rôle important dans le domaine québécois de (...)

Roger Bozzetto : Ça a été très progressif. Pendant les années 1960, quand j’étais professeur dans le secondaire, ou professeur à l’École Normale primaire, j’ai lu de plus en plus de science-fiction, notamment dans le Club du Livre d’Anticipation. Jusqu’en 1970, j’étais un simple lecteur. En 1970, alors que je venais d’être recruté à l’université, on me demande ce que je veux faire comme thèse. Je n’avais pas vraiment envie d’en préparer une, mais j’ai obtenu de travailler sur la science-fiction. Par ailleurs, vers cette époque-là, j’ai appris que Gérard Klein était au château de Lourmarin, comme écrivain résident. Il venait de lancer sa collection, Ailleurs et Demain. Nous nous sommes rencontrés autour d’un repas et j’ai lancé l’idée de faire l’index de l’Encyclopédie de Versins : je commençais à avoir envie de travailler sur ce genre de choses, sans me soucier de rentabilité. Cet index, Versins ne l’a fait que bien plus tard, pour la seconde édition. Ensuite, en 1974, il y a eu l’Eurocon2, à Trieste. Parti avec quelques amis, j’ai rencontré les éditeurs du fanzine Nyarlathotep, Le Gloannec et Marc Michalet. Par hasard, lors d’une circonstance que j’ai oubliée, nous avons croisé Klein, à qui nous avons proposé de faire un relevé exhaustif de toutes les parutions de science-fiction en France, aussi bien les fictions que les critiques, jusqu’en 1975. En travaillant d’arrache-pied, nous ne sommes parvenus qu’au début des années 1960, et le projet a été abandonné. Marc Michalet avait travaillé de manière très ordonnée. Moi, c’était difficile à recycler. Je me suis resservi de ce travail pour mon article « La critique américaine contemporaine de science-fiction » (Bozzetto, 1974). J’ai aussi collaboré avec Requiem – l’ancêtre de Solaris3 – dirigé par Norbert Spehner, avec Élisabeth Vonarburg.

ReSF : À propos de votre article sur la science-fiction à l’université (Bozzetto, 1973), n’est-il pas un peu paradoxal de publier ce type de recherche dans un fanzine ?

Roger Bozzetto : Au contraire. Je ne sépare pas les deux. Je considère qu’il est important pour moi d’avoir un pied de chaque côté. Je ne vois pas de raison de traiter différemment science-fiction et littérature. J’ai défendu un peu plus tard l’idée selon laquelle la science-fiction s’organise comme la littérature générale, avec ses prix, ses conventions. Ces deux structures parallèles se rejoignent parfois, mais les deux forment deux grands chapitres de la littérature, la générale d’un côté, la science-fiction de l’autre. Cette idée était déjà là, au moment de publier dans les fanzines.

ReSF : Pour revenir à votre parcours : en 1978, vous avez commencé à collaborer avec Fiction.

  • 4 Le Congrès Boréal rassemble tous les ans les amateurs de science-fiction au Canada.

Roger Bozzetto : Je suis allé à Boréal4 avec Daniel Riche, qui venait de prendre la direction de Fiction. Écrire pour cette revue n’était pas très différent de ce que je faisais par ailleurs, mes cours, mes articles. Je faisais surtout des comptes rendus de livres.

ReSF : Il y a des articles plus développés. En 1978, justement, vous prenez position sur « Le New Deal de la science-fiction française » (Bozzetto, 1978).

Roger Bozzetto : Je réagissais à des critiques que j’avais entendu Andrevon formuler, concernant la « nouvelle vague » de la science-fiction française. Il n’y a aucune raison que la science-fiction reste dans des cadres convenus. Un Faulkner, un Dos Passos peuvent faire évoluer les techniques du récit : pourquoi ne pas chercher à faire ce genre de chose en science-fiction ? Brunner retrouve certaines techniques de Dos Passos. Je n’en fais pas un critère de qualité, mais il n’y a aucune raison de se priver d’une recherche formelle.

ReSF : Dans le milieu de la science-fiction, les discussions n’ont jamais vraiment cessé entre partisans d’une écriture fouillée, d’un « style », et partisans de récits enlevés – il y a eu la querelle des « littératurants » et des « narratifs », des remous autour du groupe « Limite ».

  • 5 « Ailleurs et Demain » (Robert Laffont) est le nom de l’une des plus prestigieuses collections fran (...)

Roger Bozzetto : Avant Limite, il y a eu l’opposition entre Bernard Blanc – Ici et Maintenant – et Gérard Klein – Ailleurs et Demain5.

ReSF : En ce qui vous concerne, vous êtes-vous engagé du côté d’un certain type de science-fiction ?

  • 6 Dominique Douay, « Thomas » (1974), in Les Enfants du mirage, Richard Comballot (dir.), Pantin : Na (...)

Roger Bozzetto : La question ne s’est jamais vraiment posée, sauf peut-être quand j’ai été séduit par l’écriture de Dick, et ce que j’ai alors considéré – peut-être à tort – comme ses prolongements chez Jeury. Cette manière de mettre en scène des univers qui n’étaient pas « oniriques », mais où l’onirique était mis au service d’une description de la société. On retrouve ça chez Dominique Douay, dans « Thomas », et dans la « trilogie chronolytique » de Jeury6. Ce sont plutôt des rencontres qu’une influence.

ReSF : Vous parlez de la séduction exercée par l’écriture de Dick (Bozzetto, 1986). Sur quel auteurs avez-vous le plus écrit, et qu’avez-vous trouvé de particulier chez eux ?

  • 7 Dans Les Dépossédés (The Dispossessed, An Ambiguous Utopia, 1974), Ursula Le Guin décrit la planète (...)

Roger Bozzetto : À part Dick et Jeury, j’ai écrit sur les œuvres d’Élisabeth Vonarburg, parce que j’aime ses univers, en particulier dans ses nouvelles. J’apprécie les spéculations anthropologiques d’Ursula Le Guin, qui construit ses univers sur une brisure, et non sur un chamboulement. Je trouve remarquable la manière dont elle réfléchit aux deux systèmes des Dépossédés, en les renvoyant dos à dos7. Concernant Serge Brussolo, j’ai longtemps adoré ses métaphores, très jouissives (voir Bozzetto et Evans, 1997). Avec le recul, je perçois un peu mieux ses techniques, ce qui a diminué mon plaisir. L’illusion s’est estompée. Ce genre de phénomène est lié à la pratique de la lecture en général : certaines œuvres résistent moins à la relecture. Ensuite, j’ai cessé de suivre le fil de la création contemporaine, après la disparition de Fiction en 1990. J’ai apprécié les nouvelles de Jean-Claude Dunyach, ou les romans d’un certain « classicisme moderne » de Laurent Genefort.

ReSF : Quels écrivains français pourraient donner lieu à un travail monographique approfondi, selon vous ?

Roger Bozzetto : Pour Jeury, Natacha Vas-Deyres travaille à un ouvrage qui devrait être assez complet. Il me semble que Dunyach a un esprit critique et un esprit de critique – comme Klein, d’ailleurs –, ce qui lui donne une double dimension assez spécifique et justifierait une monographie. Je me demande si Vonarburg pourrait être prise pour sujet : ses œuvres sont mal distribuées en France.

Université et fandom

ReSF : Vous disiez tout à l’heure vouloir avoir un pied de chaque côté, à l’université et chez les fans. Comment définiriez-vous le « fandom » ?

Roger Bozzetto : Avant tout, ce sont les gens qui se retrouvent dans toutes les conventions. Ils se retrouvent dans des lieux, sans forcément se mettre d’accord sur ce qu’ils apprécient, d’ailleurs. Les liens de sociabilité sur Internet ont multiplié les points de contact au sein du fandom. Un site comme ActuSF n’est pas un fanzine, mais il en reprend certaines fonctions.

ReSF : L’étude de la science-fiction a ceci de particulier qu’elle s’appuie sur un écosystème critique existant depuis longtemps.

Roger Bozzetto : Oui, depuis les échanges épistolaires dans les revues des années 1930. Le fandom a ceci de particulier qu’il introduit une dimension intermédiaire entre ce qu’Escarpit appelait le « circuit long » et le « circuit court ». La réponse aux œuvres ne vient pas vraiment de critiques, ni de lecteurs, mais de « lecteurs-critiques », avec souvent des velléités d’écriture.

ReSF : C’est renforcé par la dimension participative de la lecture de la science-fiction, qui incite le lecteur à s’impliquer, à juger les spéculations du texte.

Roger Bozzetto : De ce fait, on passe très facilement du fandom au fanzine.

  • 8 http://www.quarante-deux.org/.

ReSF : Cela a l’avantage de susciter des vocations bibliographiques, comme celle de l’association Quarante-deux, qui réunit un fonds d’une richesse exceptionnelle sur la science-fiction en langue française, parfois plus complet que celui de la BnF8. Cela fournit des ressources appréciables pour la recherche.

Roger Bozzetto : Il faut rendre hommage à Quarante-deux, qui met en plus à disposition sur son site Internet des ressources difficiles à trouver, non seulement plusieurs de mes articles, mais aussi des critiques de Gérard Klein et de Philippe Curval. Ce n’est pas seulement un geste de collectionneur : ils veulent propager la connaissance.

ReSF : Quels travaux réalisés par des amateurs érudits de la science-fiction vous semblent incontournables pour un chercheur en science-fiction ?

  • 9 L’Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, de Pierre Versins (...)

Roger Bozzetto : Il y a des références anciennes, Versins, Van Herp9. Mais c’est une question difficile, parce qu’il y a une complémentarité entre chercheurs fans et chercheurs universitaires.

ReSF : Du coup, est-il pertinent de les distinguer ? Ont-ils des spécificités ?

Roger Bozzetto : Pendant longtemps, la distinction a été la suivante : des érudits comme Versins étaient censés apporter de la matière, sans vraiment la traiter, l’analyser, laissant ce travail aux universitaires. Cela semble moins vrai aujourd’hui. Un ouvrage comme 50 questions sur la science-fiction (Colson et Ruaud, 2006), par exemple, manifeste une maîtrise des outils d’analyse universitaires. La différence se ferait peut-être sur les travaux de longue haleine, une thèse permettant des analyses plus approfondies. Dans mon premier article pour Nyarlathotep (Bozzetto, 1973), j’indiquais que je souhaitais faire entrer la science-fiction à l’université : je me suis entendu reprocher de faire entrer l’université dans la science-fiction.

ReSF : En quoi consistait le reproche, exactement ?

Roger Bozzetto : Je le relie à ce dont Gérard Klein a parlé en 1977 (Klein, 1977), la peur de la dissolution, une dissolution à laquelle je ne crois pas.

ReSF : En ce qui vous concerne, abordez-vous différemment un article rédigé pour un fanzine ou une revue, et un travail de type universitaire ?

Roger Bozzetto : La différence se situe dans les notes de bas de pages, la nécessité d’étayer le discours sur des références scientifiques. À part ça, ma démarche est la même, mais avec un espace plus restreint dans le cas d’un compte rendu ou d’une critique. Un article universitaire donne plus de marge de manœuvre pour développer des idées, sans que je change mon approche ou mes outils d’un texte à l’autre.

ReSF : Comment s’est passée cette « entrée de la science-fiction à l’université » quand vous avez commencé à y enseigner, pendant les années 1970 et 1980 ?

Roger Bozzetto : Il n’y a pas eu de problème institutionnel. La première année, j’ai fait un demi-cours sur la science-fiction. J’ai arrêté, faute d’étudiants. Le fantastique attirait un public plus nombreux : les étudiants y venaient par curiosité, alors que la science-fiction n’intéressait que ceux qui savaient déjà de quoi il s’agissait. Certains étaient d’ailleurs mieux renseignés que moi. Je m’occupais des cours d’agrégation quand ils avaient un rapport avec le fantastique ou la science-fiction. Pendant deux ans, par exemple, il y a eu au programme en littérature comparée des récits de Jules Verne, Cyrano de Bergerac et Lucien de Samosate (Bozzetto, 1981). Cela m’a donné l’occasion de faire la différence entre l’imaginaire et le spéculatif.

ReSF : Ce rapprochement entre science-fiction et fantastique correspondait-il à une thèse précise, au départ ?

Roger Bozzetto : Le hasard y a été pour beaucoup. Je ne m’y pensais pas particulièrement, mais au détour d’une conversation avec Jean-Baptiste Para, nous nous sommes dit qu’un numéro d’Europe sur le fantastique serait pertinent. Le numéro a finalement porté sur « Les fantastiques », et j’ai fait des recherches approfondies sur le fantastique moderne (Bozzetto, 1980). À partir de là, je n’ai pas cessé de m’y intéresser.

ReSF : On dirait que vous envisagez fantastique et science-fiction comme des domaines séparés ?

Roger Bozzetto : J’ai longtemps défendu l’idée que les deux littératures fonctionnaient différemment. Aujourd’hui, la fantasy a brouillé les limites, en favorisant des mélanges des genres. La peur, liée selon moi étroitement au fantastique, peut être suscitée dans une œuvre de science-fiction par d’autres procédés que dans le fantastique. Il s’agit de peurs collectives. Les barrières entre ces littératures sont devenues poreuses.

ReSF : Faites-vous un lien entre cette situation et le développement de la catégorie assez floue de l’« imaginaire » ?

Roger Bozzetto : Sans doute, même si je le regrette. Je tenais aux cadres précis, qui aidaient le développement des genres. Le fantastique évolue vers l’horreur. En revanche, je ne m’explique pas comment la science-fiction peut se perpétuer comme telle. L’uchronie n’est pas forcément facile à distinguer d’un récit réaliste. L’opposition entre science-fiction et littérature générale perd de son sens. J’ai le sentiment que nous ne savons plus ce qu’est la science. Nous sommes dans la situation décrite par Clarke, quand une science suffisamment avancée devient impossible à distinguer de la magie (Clarke, 1977, p. 39). L’expansion de la fantasy accompagne ce mouvement. L’uchronie peut aussi bien appartenir à la fantasy qu’à la science-fiction, sans qu’on sache très bien placer des récits comme ceux de G. G. Kay. Le futur et la science ne sont plus des éléments définitoires de la science-fiction.

ReSF : Est-ce que cette évolution aurait partie liée avec les conditions de réception des œuvres ? Les lecteurs contemporains auraient peut-être un rapport plus fluide avec des objets techniques omniprésents, et seraient moins sensibles à un projet littéraire fondé sur l’extrapolation technoscientifique.

Roger Bozzetto : Un facteur peut-être plus important tiendrait à l’usage de ces objets, qu’on utilise sans les comprendre. Ils ne sont plus perçus comme des créations scientifiques, mais comme des outils banals, dont on se sert à volonté. Un smartphone repose sur un ensemble de technologies très complexes, mais on l’utilise sans y penser, de manière un peu « magique ».

ReSF : La magie, ici, tiendrait de l’illusion d’immédiateté, procuré par un outil relié à tout grâce à une interface toujours plus conviviale. De ce fait, le type de science-fiction qui s’intéresse aux étapes d’élaboration et de test d’un objet technique est susceptible de perdre de son prestige.

Roger Bozzetto : Il devient difficile de reproduire la démarche scientifique dans un récit. De plus, la fascination disparaît : l’objet technique est fait pour être dominé du bout des doigts, et il devient une lampe d’Aladin moderne, prête à exécuter tous les souhaits de son maître. En fin de compte, la science-fiction risque de se dissoudre, passant dans la littérature générale d’un côté, dans la fantasy de l’autre.

La science-fiction à l’université

  • 10 Roger Bozzetto précise que c’était un travail préliminaire pour le passage d’assistant à maitre ass (...)

ReSF : Dans « La science-fiction devant la critique10 » (Bozzetto, 2000), vous proposez une périodisation des études sur la science-fiction jusqu’en 1975. Quelles ont été les évolutions les plus importantes de la critique universitaire à partir de cette date ?

Roger Bozzetto : Après les propositions d’Angenot et de Suvin, dans les années 1970, je dirais qu’un niveau essentiel a été atteint avec L’Empire du pseudo, de Richard Saint-Gelais (Saint-Gelais, 1999). Nous n’avons pas encore fini d’en explorer toutes les implications. Malheureusement, il n’a pas poursuivi dans Fictions transfuges (Saint-Gelais, 2011) cette passionnante étude des procédés techniques de la science-fiction qui se trouve dans la première partie de L’Empire du pseudo et qu’Irène Langlet a bien prolongée. Pourtant, on gagnerait à relire de nombreux textes en partant des phénomènes qu’il a identifiés.

  • 11 http://www.noosfere.com/.

ReSF : Parallèlement, les grandes entreprises d’érudition comme l’Encyclopédie de Versins (Versins, 1984), le Panorama de Van Herp (Van Herp, 1996), et l’Histoire de Sadoul (Sadoul, 1984) n’ont pas eu de successeur direct, jusqu’aux bases de données de Quarante-deux ou de Noosfere11.

Roger Bozzetto : Il faudrait veiller à renouveler les outils d’analyse. Nous avons des outils adaptés pour étudier une science-fiction ancienne, mais je ne suis pas sûr que les textes contemporains puissent être analysés de la même façon. Par ailleurs, je n’ai jamais vraiment déterminé s’il existait une critique spécifique de la science-fiction. Il me semble surtout qu’il faut différencier deux types de lecteur, qui n’auront pas la même attitude face à un texte. En littérature générale, les pré-requis pour comprendre un texte sont en place depuis l’enfance. Le lecteur novice en science-fiction a besoin de se faire une culture, pour pouvoir la lire vraiment. Il serait nécessaire de développer une critique d’accueil pour ce type de lecteur.

ReSF : L’histoire des procédés littéraires de la science-fiction devrait peut-être aussi prendre en compte la diffusion d’une certaine culture générale de science-fiction : un lecteur est moins novice en science-fiction de nos jours qu’il y a cinquante ans. Les stratégies didactiques les plus plates sont nécessaires pour des lecteurs n’ayant que le réalisme classique comme référence initiale, mais au fur et à mesure que la logique de la science-fiction se répand dans la société, ces stratégies se font moins apparentes.

Roger Bozzetto : En tout cas, il est indispensable de mettre en relation toute histoire littéraire de la science-fiction avec une histoire littéraire plus générale. L’opposition fréquente entre le réaliste Zola et l’« imaginaire » de Verne me semble caractéristique à cet égard. Il est absurde de les opposer alors que tant de choses les rapprochent : Zola a un souci de la science et de la société, et il y a autant d’imagination et de poésie dans sa peinture de L’Assommoir que dans les profondeurs marines de Vingt Mille lieues sous les mers. Les deux font partie d’une même histoire littéraire. C’est aussi cette même histoire qu’il faudrait envisager, quand en parallèle dans plusieurs pays apparaissent des œuvres aussi singulières que Metropolis, « L’Appel de Cthulhu », Un homme chez les microbes, en 1928. Ces œuvres sont unies sans que leurs créateurs se connaissent, dans un continuum qui n’a pas encore de cohérence.

ReSF : Revenons à la science-fiction à l’université. Que pouvez-vous dire de l’encadrement de travaux sur la science-fiction ?

  • 12 « 1984 et la contre-utopie moderne », Colloque de Cerisy, 6-16 août 1984, organisé par Jean-Pierre (...)
  • 13 « Regards et écoutes fantastiques », Colloque de Cerisy, 25 août- 1er septembre 1997, organisé par (...)
  • 14 « De Star Wars à l’an 2000, les nouvelles formes de science-fiction », Colloque de Cerisy, 23-30 ao (...)
  • 15 « Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l'image », Colloque de Cerisy, 21-31 ju (...)
  • 16 En 2006, Francis Berthelot et Philippe Clermont ont dirigé le colloque « Science-fiction et imagina (...)

Roger Bozzetto : Je n’ai pas été tellement sollicité pour des thèses sur la science-fiction. En revanche, j’ai pu croiser de nombreux jeunes chercheurs, docteurs ou maîtres de conférences, qui ont nettement pris la science-fiction pour axe d’étude, sans avoir besoin de s’affubler d’un masque. Les colloques sont plus nombreux, des associations comme le CERLI poursuivent leurs recherches. Le CERLI est une belle réussite. Je suis content qu’il ait été possible d’y faire une place pour la science-fiction, avec Daniel Fondanèche. L’association de littérature comparée s’est montrée aussi assez ouverte à des sujets liés à la science-fiction. Les colloques de Cerisy ont fourni de bonnes opportunités. La première fois que j’y suis allé, c’était en 1984, pour parler d’Huxley12. J’y suis retourné notamment pour « Regards et écoutes fantastiques » en 199713. Puis, au début des années 2000, Gilles Menegaldo, Lauric Guillaud et moi-même avons été sollicités pour organiser des colloques sur trois thèmes, en 2003 sur la science-fiction14, en 2008 sur le gothique15. Le troisième n’a pas été publié, il portait sur la SF. Nous avons continué sur d’autres thèmes ensuite16. L’idéal est de pouvoir en tirer des actes. Je suis reconnaissant à Alain Névant d’avoir permis d’en publier plusieurs chez Bragelonne.

ReSF : Par rapport à cette communauté de recherche en science-fiction, quels seraient vos souhaits pour une revue comme ReS Futurae ?

Roger Bozzetto : La qualité des articles est essentielle, mais je trouve surtout intéressant d’avoir un positionnement dans l’univers numérique, même si on y perd la saveur du papier. Le lien avec un carnet de recherches, en particulier est intéressant. Il serait souhaitable de trouver une manière de faire une place à une réflexion sur le fantastique et la fantasy, pas de manière centrale, mais pour aider à délimiter la science-fiction.

ReSF : Quelles évolutions de la recherche universitaire appelleriez-vous de vos vœux pour les années à venir ?

Roger Bozzetto : Si je l’avais déjà imaginé, je l’aurais fait… Je suis surtout étonné et émerveillé devant la vigueur de la recherche actuelle, et par l’intérêt suscité par les écrits sur la science-fiction. Je me suis aperçu récemment qu’il y avait aux alentours de 3000 visiteurs annuels pour mes pages sur Quarante-deux. À mettre en regard avec les tirages universitaires actuels, autour de 300 exemplaires. Il me semble qu’il faudrait mettre plus de ressources en ligne, au moins les articles plus anciens, ou les meilleurs actes de colloque. Cette transmission me tient à cœur. En me retournant sur ma carrière, je m’aperçois que je n’ai pas inventé de concept nouveau, comme Angenot ou Saint-Gelais ont pu le faire. J’ai plutôt eu le rôle d’un passeur. J’ai peut-être mieux travaillé dans les domaines des fantastiques. En revanche, je suis plus inquiet devant l’importance grandissante du numérique dans l’université, avec le déferlement des MOOCS, et l’abandon du papier, alors que les relations numériques n’ont qu’une faible durée de vie. On risque de se retrouver, comme la créature de Frankenstein, à devoir tout (re) apprendre à chaque génération…

Haut de page

Bibliographie

Toutes les références ont été ajoutées par ReSF

Bozzetto Roger, « L’Instituteur », in Satellite, n° 17, mai 1959, p. 146-148.

Bozzetto Roger, « La critique américaine contemporaine de science-fiction », in Nyarlathotep, n° 10, 1974, p. 87-88.

Bozzetto Roger, « La Science-Fiction devant la critique » (2000). En ligne sur le site Quarante-Deux. URL : <http://www.quarante-deux.org/archives/bozzetto/ecrits/bilan/critique.html>

Bozzetto Roger, « Le New Deal de la SF française », in Fiction, n° 287, janvier 1978, p. 172-178.

Bozzetto Roger, « Les Fantastiques », in Europe, n° 611, mars 1980.

Bozzetto Roger, « Lucien de Samosate, précurseur de modernité », in Change, n° 40, « Science-fiction et histoireS », Seghers/Laffont, mars 1981, p. 55-67. Première version en ligne sur le site Quarante-Deux. URL : <http://www.quarante-deux.org/archives/bozzetto/ecrits/jalons/samosate.html>

Bozzetto Roger, « Philip K. Dick en France : une histoire d’amour ? » (1986), Quarante-Deux. URL : <http://www.quarante-deux.org/archives/bozzetto/ecrits/auteurs/dick.html>

Bozzetto Roger, « SF et université », in Nyarlathotep n° 8, 1973, p. 55-57.

Bozzetto Roger et Evans Arthur, « The Surrealistic Science Fiction of Serge Brussolo », in Science Fiction Studies, n° 73, novembre 1997. URL : <http://www.depauw.edu/sfs/backissues/73/evans73.htm>

Bréan Simon, La Science-fiction en France : Théorie et histoire d’une littérature, Paris : Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012. Coll. » Lettres françaises ».

Clarke Arthur C., Profiles of the Future : An Inquiry into the Limits of the Possible, New York, Popular Library, 1977.

Colson Raphaël et Ruaud André-François, La Science-fiction, une littérature du réel, Paris : Klincksieck, 2006. Coll. « 50 questions ».

Klein Gérard, « Le Procès en dissolution de la Science-Fiction, intenté par les agents de la culture dominante », in Europe, n° 580-581, août-septembre 1977. URL : <http://www.quarante-deux.org/archives/klein/divers/le_Proces_en_dissolution_de_la_Science-Fiction/>

Klein, Gérard, « Préface », in Id., Le temps n’a pas d’odeur (1963), Paris : Livre de Poche, 2004, p. 9-31, coll. « SF ». ), In Quarante-deux, [mis en ligne le 14 mai 2005], [consulté le 27 février 2014], URL : <http://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/lp27269.html>.

Les Nouvelles Formes de la science-fiction, Bozzetto Roger et Menegaldo Gilles (dir.), Paris, Bragelonne, 2006, coll. « Essais ».

Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, Guillaud Lauric et Menegaldo Gilles (dir.), Paris, Bragelonne, 2012, coll. « Essais ».

Sadoul Jacques, Histoire de la science-fiction moderne, 1911-1984, Paris : Robert Laffont, 1984. Coll. « Ailleurs et Demain Essais ».

Saint-Gelais Richard, L’Empire du pseudo. Modernités de la science-fiction, Québec : Nota Bene, 1999. Coll. « Littératures ».

Saint-Gelais Richard, Fictions transfuges. La Transfictionnalité et ses enjeux, Paris : Seuil, 2011. Coll. « Poétique ».

Science-fiction et imaginaires contemporains, Berthelot Francis et Clermont Philippe, Paris, Bragelonne, 2007, coll. « Essais ».

Van Herp Jacques, Panorama de la science-fiction, Bruxelles : Claude Lefrancq, 1996. Coll. « Volumes ».

Versins Pierre, Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, Lausanne : L’Âge d’homme, 1984.

Haut de page

Notes

1 La Balance est la première librairie parisienne spécialisée en science-fiction, ouverte en 1953 par Valérie Schmidt. Pendant quelques années, c’est un haut lieu de rencontres entre amateurs de la première heure (voir notamment Klein, 2004).

2 L’Eurocon, pour « Convention européenne », est un congrès annuel des amateurs de science-fiction, coordonné par la European Science Fiction Society. La première Eurocon a eu lieu à Trieste en 1972.

3 Solaris est un magazine canadien francophone jouant un rôle important dans le domaine québécois de science-fiction depuis sa création. Il a d’abord été publié comme fanzine par Norbert Spehner sous le nom de Requiem à partir de 1974, puis devient Solaris en 1979. Site : <http://www.revue-solaris.com/>

4 Le Congrès Boréal rassemble tous les ans les amateurs de science-fiction au Canada.

5 « Ailleurs et Demain » (Robert Laffont) est le nom de l’une des plus prestigieuses collections françaises, dont la création par Gérard Klein en 1969 marque le début d’une période très faste pour la science-fiction en France. La ligne éditoriale de cette collection fait la part belle à la spéculation scientifique de pointe et à l’anticipation sociale. Le nom d’« Ici et Maintenant » (Kesselring), choisi par Bernard Blanc en 1977 pour une nouvelle collection, est ainsi à la fois une provocation et un hommage, puisqu’il marque le désir de devenir aussi important que son modèle, mais en promouvant une science-fiction en principe plus ancrée dans l’action politique (Bréan, 2012, p. 189-193).

6 Dominique Douay, « Thomas » (1974), in Les Enfants du mirage, Richard Comballot (dir.), Pantin : Naturellement, 2001, p. 195-220. Coll. « Fictions ». La trilogie chronolytique de Michel Jeury comprend Le Temps incertain (1973), Les Singes du temps (1974) et Soleil chaud poisson des profondeurs (1976).

7 Dans Les Dépossédés (The Dispossessed, An Ambiguous Utopia, 1974), Ursula Le Guin décrit la planète Urras, soumise à un régime capitaliste et patriarcal, et son satellite Anarres, où ont été exilés des révolutionnaires anarchistes.

8 http://www.quarante-deux.org/.

9 L’Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, de Pierre Versins, date de 1972, le Panorama de la science-fiction, de Jacques van Herp, de 1973.

10 Roger Bozzetto précise que c’était un travail préliminaire pour le passage d’assistant à maitre assistant, comprenant entre autres une bibliographie commentée, reprise sur Quarante-deux.

11 http://www.noosfere.com/.

12 « 1984 et la contre-utopie moderne », Colloque de Cerisy, 6-16 août 1984, organisé par Jean-Pierre Picot et Nicolas Wagner.

13 « Regards et écoutes fantastiques », Colloque de Cerisy, 25 août- 1er septembre 1997, organisé par Jean-Louis Leutrat et Gilles Menegaldo.

14 « De Star Wars à l’an 2000, les nouvelles formes de science-fiction », Colloque de Cerisy, 23-30 août 2003, organisé par Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo. Cf. Bozzetto et Menegaldo, 2006.

15 « Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l'image », Colloque de Cerisy, 21-31 juillet, organisé par Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo. Cf. Guillaud et Menegaldo, 2012.

16 En 2006, Francis Berthelot et Philippe Clermont ont dirigé le colloque « Science-fiction et imaginaires contemporains » (Berthelot et Clermont, 2007). En 2009, Danièle André, Daniel Tron et Aurélie Villers ont dirigé le colloque « Rêver la science-fiction à présent ». Il n'y a plus eu depuis de colloque sur la science-fiction, mais Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo ont dirigé un colloque sur le western en 2010, Roger Bozzetto a dirigé « Tolkien et les Inklings » avec Vincent Ferré en 2012, Gilles Menegaldo et Maryse Petit sont responsables du colloque « Le goût du noir » en 2013, et Hélène Machinal, Gilles Menegaldo et Jean-Pierre Naugrette dirigent en 2014 le colloque « Sherlock Holmes : un nouveau limier pour le xxe siècle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Bozzetto, Simon Bréan et Samuel Minne, « Entretien avec Roger Bozzetto », ReS Futurae [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://resf.revues.org/518 ; DOI : 10.4000/resf.518

Haut de page

Auteurs

Roger Bozzetto

Professeur émérite de littérature générale et comparée de l’Université de Provence. Spécialiste du fantastique et de la science-fiction. Il est notamment l’auteur de L’obscur objet d’un savoir : fantastique et science-fiction, deux littératures de l’imaginaire (Publications de l’Université de Provence, 1992) et de La Science-fiction (Armand Colin, 2006.

Articles du même auteur

Simon Bréan

Maître de conférences en littérature française à l’université Paris-Sorbonne. Auteur de La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature (Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012). Secrétaire de rédaction de ReS Futurae.

Articles du même auteur

Samuel Minne

Professeur certifié de lettres modernes, secrétaire adjoint du CERLI. Secrétaire de rédaction de ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org