Navigation – Plan du site
Dossier Culture visuelle et avant-garde

Gilles Barbier et la science-fiction. (et encore bravo pour l’élasticité des liens que vous entretenez avec le réel)

Isabelle Limousin

Résumé

Gilles Barbier, artiste contemporain français né en 1965, s’inspire des formes issues de la science-fiction, des films, des romans et des bandes dessinées essentiellement, mais aussi de l’un de ses principes fondamentaux : la capacité à créer d’autres réels, d’autres mondes qui entrent en collusion, voire en concurrence avec le nôtre, à la manière d’une métalepse qui serait non pas littéraire, mais plastique. La logique perturbatrice est poussée jusqu’à ses extrémités par l’artiste avec la création d’une humanité de clones à son effigie. Cette « meute » (pour reprendre le terme employé par Gilles Barbier) à l’humour facétieux est une forme de psychobiographie qui illustre la multiplicité de son être, et plus largement de l’être, dans le prolongement des analyses développées par Deleuze et Guattari dans Capitalisme et Schizophrénie au sujet de la schizo-analyse.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article prolonge la réflexion amorcée à l’occasion d’une conférence prononcée au musée de l’Abbaye Sainte-Croix, aux Sables d’Olonne, le 10 novembre 2011, Gilles Barbier, correcteur de réalité.

Texte intégral

« La Conquête de l’espace is a genuine Carl Andre in Emmental cheese » Gilles Barbier (Strauss, 2005, p. 77)

« Artistes : tous farceurs » Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des idées reçues.

1Littérature potache, iconoclasme, humour débridé et théories personnelles font bon ménage dans l’univers de Gilles Barbier. Son art transgresse les registres culturels et se nourrit de références issues tant de la culture classique que de la culture populaire, en particulier de la bande dessinée et de la science-fiction. Cette dernière, référence majeure relevée par la critique et assumée par l’artiste, peut en effet être considérée comme la matrice de son art narratif. Dans les années 1960, la science-fiction, en tant que subculture définie à l’époque par Gérard Klein (Klein, 1967), a fourni un corpus de motifs et d’images directement issus de films, de bandes dessinées ou de romans réinvestis par les mouvements issus ou proches du Pop Art. Si le genre continue d’abonder dans l’expression plastique des artistes des générations suivantes, c’est désormais selon des modalités moins illustratives et formelles que structurelles. La science-fiction s’inscrit chez Gilles Barbier dans une esthétique interrogeant le pouvoir des images, le mimétisme en particulier, pour en révéler tant la puissance d’illusion que les ressorts et trucages, de manière à créer un univers artistique tendu entre sa capacité à reproduire la vie au plus près et l’affirmation de son artificialité. L’artiste, qui connaît le genre en amateur érudit, s’inspire de son vaste répertoire iconographique comme de sa capacité à créer d’autres mondes qui entrent en collusion, voire en concurrence, avec le nôtre. Il pousse la logique perturbatrice jusqu’à ses extrémités lorsqu’il crée des clones à son effigie qui illustrent la multiplicité de son être, et plus largement de l’être, dans le prolongement des analyses développées par Deleuze et Guattari dans Capitalisme et Schizophrénie au sujet de la schizo-analyse.

L’inspiration science-fiction

2Gilles Barbier, l’un des plus importants artistes de la scène française actuelle, est né en 1965 au Vanuatu (Nouvelles Hébrides), a suivi une formation en littérature à la faculté d’Aix-en-Provence, puis à l’école d’art de Marseille. Le milieu des années 1990 pose les jalons fondamentaux de son parcours. En 1995 débute sa collaboration avec la Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois. Deux années plus tard, en 1997, il fait partie des artistes présentés lors de l’exposition Transit (16 septembre – 2 novembre 1997), à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, qui donnait à découvrir une nouvelle génération d’artistes français. Dès ses débuts, l’artiste se distingue par son sens de la provocation et un humour potache, dans la filiation littéraire qu’il s’est choisie, celle de Jarry et des farces du Père Ubu, mais aussi de cercles contemporains plus confidentiels, ceux des Hydropathes, des Incohérents ou encore des Fumistes. L’humour iconoclaste qui les caractérise nourrit ses œuvres, situées au-delà des limites du bon goût, de ce « goût bourgeois » dépeint avec ironie par Flaubert dans ses romans. Côté artistique, proche de l’esprit Dada, de Marcel Duchamp, Francis Picabia et Kurt Schwitters notamment, il s’est engagé dans une voie alternative à l’histoire de l’art officielle, une voie subversive. Une culture étendue comme une propension à l’expression l’encouragent à bâtir un discours théorique à partir de concepts, forgés par lui-même pour certains, employés dans une pensée à la grande cohérence. Pour mieux se faire entendre ou donner corps à ses idées, l’artiste appuie ses démonstrations par des schémas d’allure scientifique. Ainsi en est-il par exemple de la « théorie de la pornosphère », de la « cosmétologie », de la « mediagénie » ou du « syndrome d’Hiroshima ».

  • 1 Thèse défendue notamment lors du colloque « Comment rêver la science-fiction à présent ? », sous la (...)

3La science-fiction irrigue l’œuvre de Gilles Barbier. L’imaginaire de ce genre populaire nourri de personnages, d’objets, de situations comme de sujets inédits accompagne la génération d’artistes nés dans les années 1960. C’est moins celle de l’Âge d’or, celle d’Aldous Huxley, Isaac Asimov, George Orwell et Ray Bradbury que la science-fiction des années de la Guerre Froide qui marque les jeunes esprits, et en premier lieu les œuvres cinématographiques : 2001, l’Odyssée de l’espace (1968) de Stanley Kubrick, mais aussi Fahrenheit 451 de François Truffaut (1966), La Jetée de Chris Marker (1962), THX 1138 (1971) et le premier cycle des Star Wars (1977-83) de George Lucas, Solaris (1972) d’Andreï Tarkovski, Soleil Vert (1973) de Richard Fleischer, Terminator (1984) de James Cameron, Blade Runner (1982) de Ridley Scott, et Brazil (1985) de Terry Gilliam. Les scénarios, les personnages comme l’esthétique de ces films devenus des références façonnent durablement l’imaginaire contemporain tandis que la reconnaissance académique du genre littéraire s’amorce à partir des années 1980. Philip K. Dick, William Gibson, Robert Heinlein, Stanislas Lem, Robert Silverberg et J. G. Ballard sont dès cette période considérés comme des auteurs majeurs du xxe siècle. Dans les années 1990, alors qu’elle a pu paraître s’épuiser dans ses expressions classiques, la science-fiction resurgit chez de jeunes artistes, en particulier dans les formes contemporaines de l’installation1.

4Pourquoi la science-fiction ? En dépit d’une allure de divertissement parfois kitsch, ce genre interroge les rapports que l’homme entretient avec son environnement technoscientifique, formule des hypothèses vraisemblables et en explore les conséquences. Plus largement, elle possède une dimension métaphysique et aborde les questions qui touchent à l’infini, Dieu, le temps, l’espace ou à la destinée humaine, de son origine à son devenir. Genre heuristique de l’exploration, de la potentialité et de l’anticipation, elle est également celui d’un imaginaire spéculatif aux interrogations ontologiques. Genre d’idées, certes, mais aussi d’images et de poésie, la science-fiction suscite par la construction d’univers imaginaires inédits un émerveillement unique, ce sense of wonder qui traduit l’étonnement autant que la fascination de celui qui découvre un autre possible. Gilles Barbier, quant à lui, ancre sa découverte dans une enfance passée aux Antipodes, à l’écart de la culture occidentale classique mais nourrie de la lecture de magazines français et américains :

Je ne suis pas né en Europe et j’ai grandi sans télévision, sans musée, sans peinture, sans héritage, sans histoire. Cependant, j’ai beaucoup puisé dans la culture des magazines très tôt, en particulier les bandes dessinées, et pendant mon enfance et mon adolescence, elles furent mes seules sources d’images : Pif Gadget, les mensuels Tintin, Spirou, puis Fluide glacial, Pilote, Métal Hurlant, et même Hara-Kiri. En plus de cela, vivant comme je le faisais dans un environnement anglo-saxon, j’étais abonné à Mad magazine, Strange, puis Weirdo, et je lisais Phantom et Mandrake, je connaissais Corben, Crumb, Fred, Pratt et le brillant McCay. (Cohen, 2006, p. 47) 

Devenu adulte, cette culture populaire est réinvestie par l’artiste dans ses projets ; la science-fiction en particulier, en raison de spécificités qu’il précise :

Je m’intéresse […] à la science-fiction, justement parce qu’elle se permet toutes les libertés avec les certitudes scientifiques, à partir des faits objectifs. […] La sci-fi se comprend […] comme un espace mental sans aucune règle et sans véritables normes. Les gens y entrent comme ils veulent, ils y jouent, fantasment, empruntent, font des montages, mixent et remixent etc., afin de produire des idées idiosyncrasiques mais passionnantes. J’emprunte très librement à ce type d’espace. (Decron, 2000, p. 34-36)

Le réinvestissement des images

5Les motifs qui en sont issus apparaissent dans ses premiers travaux, la série des Pages de garde (1995) notamment. Les premières pages de romans aux titres éloquents, Le Bal des schizos, Les Joueurs de Titan (Image 1), ou encore L’Invasion divine, ont été illustrées par l’artiste d’extraterrestres monstrueux et comiques.

Image 1

Image 1

Gilles Barbier, Page de Garde, 1995. Crayon, encre et gouache sur page de garde de livre de poche ; chacune 32 x 24 cm ; série de pièces uniques.

Collections privées ; Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : D.R.

Il s’est ensuite inspiré de paysages spatiaux pour dessiner les vues cosmiques de La Conquête de l’espace (2003), Assemblage de 36 dessins (2003-2006), Sans titre (la Réserve) (2005), Sans titre (Le cerveau comme un astéroïde) (2007). Le Reproducteur (1997), une installation, va plus loin ; elle parodie une œuvre science-fictionnelle. Son personnage principal fut peut-être un sujet avant de devenir un objet de laboratoire privé de tout mouvement par la suspension. L’homme est désormais réduit à ses fonctions sexuelles, non pas de jouissance mais de reproduction. Ses membres, devenus inutiles, sont atrophiés alors que ses organes génitaux ont été hypertrophiés par leur usage extensif. À l’évidence, ce personnage évoque le baron Harkonnen, l’un des personnages principaux du film de David Lynch, Dune (1984), qui exploite ses victimes en se régénérant de leur sang frais. Le passage de la mise en scène du film à l’installation a été réalisé par simple transposition des formes, à ceci près que celui qui était le bourreau est désormais la victime, incarnation du fantasme d’un homme exploitant devenu exploité, cantonné au rôle de géniteur. Cette œuvre, qui prête à sourire, possède toutefois une dimension politique que l’artiste précise :

J’ai fait Le Reproducteur (1997) afin de décrire le moi comme une mécanique de consommation-production-reproduction. Plus généralement, l’inscription sociale d’un tel système vise justement à perpétuer la condition de consommateur à travers la reproduction en nombre d’autres consommateurs. […] Au terme du capitalisme tardif, être un bon citoyen signifie être un organisme facilement excitable, vorace et efficace sur le plan digestif, et ce, dans tous les sens du terme. […]

Ce monde, comme je l’ai décrit, a été « pornoïsé ». Cela signifie qu’il y a eu une réduction dramatique de l’étendue du spectre de stimuli que nous pouvons éprouver ainsi que de l’écart entre ceux-ci, de façon à ne constituer plus qu’un seul méga-stimulus consommatoire. À cette « pornoïsation » correspond l’accroissement de l’efficacité du système reproducteur. (Decron, 2000, p. 28-29).

6Si l’assujettissement des corps est l’un des principaux tropes de la science-fiction, celui du voyage dans l’espace a été révisé et assimilé par Gilles Barbier jusqu’à devenir un motif récurrent de son œuvre. Après une première version scatologique, La Porte spatio-temporelle en panne (1997), la Porte de téléportation (1999), deux ans plus tard, reprend la terminologie inventée par Dan Simmons dans Hypérion. L’artiste explique son intérêt pour cet objet technologique :

[…] les portes de téléportation que j’utilise souvent dans mon travail sont une adaptation de la science-fiction. Cette technologie permet de sauter d’un territoire ou époque à un autre, sans avoir à traverser les espaces et les durées qui les séparent. […] je m’en sers pour imaginer comment mon travail s’inscrirait à l’intérieur, en joignant une délocalisation de l’objet à une délocalisation du sujet. Mais je m’intéresse aussi aux sauts analogues liés à l’espace-temps conceptuel. Cela permet de circuler très vite. (Decron, 2000, p. 34-36)

La porte de téléportation, métaphore de ce que la science-fiction offre à l’imaginaire, est assimilable chez cet artiste à une zone de passage ouvrant à tous les possibles comme à tous les raccourcis courts-circuits pour sa pensée débridée.

  • 2 Entretien avec l’artiste, le 28 novembre 2003.

7Autre attendu de la science-fiction, les flamboyants superhéros. Ils apparaissent dans La Manifestation (1995-2007 ; Image 2)), qui donne à voir le défilé miniature de leur communauté. Quelques années plus tard, ils réapparaissent dans un projet commandé par le Whitney Museum of American Art. L’institution souhaitait présenter les œuvres d’artistes étrangers livrant leur vision des États-Unis lors de l’exposition The American Effect. La réponse de Gilles Barbier, cinglante, s’intitule LHospice (2002 ; Image 3). Dans cette installation, cinq superhéros sont présentés dans leur vie quotidienne au début du troisième millénaire. Devenus vieux et diminués, les sauveurs sont hébergés en maison de retraite. Catwoman à la combinaison largement cicatrisée végète face à une télé débilitante ; Superman, clin d’œil un tantinet cruel lorsque l’on connaît le destin de l’acteur Christopher Reeve qui jouait ce rôle au cinéma, évolue en déambulateur ; Hulk, qui a vu sa spectaculaire masse musculaire fondre, se déplace en fauteuil roulant ; l’homme élastique ne parvient plus à retendre ses membres pendants alors que Wonder Woman accompagne un Captain America allongé sur un brancard, sous perfusion. Le temps des exploits est bien loin pour cette humanité mutante. Personnages superlatifs s’il en fut, historiquement engagés dans la lutte contre les forces du mal, les superhéros incarnent désormais la métaphore d’une Amérique déchue de sa toute-puissance. Faussement ingénu, Gilles Barbier déclare à leur propos : « Je leur ai donné l’âge de leurs artères2 ». Une dizaine d’années plus tard, ces personnages continuent de l’inspirer. Hulk, toujours plus vieux, est devenu A Very Old Thing (2015 ; Image 4) un homme vert transformé en substrat de plantes vertes, et une nouvelle famille de superhéros est le sujet de peintures où ces personnages apparaissent de nouveau dépossédés de leurs pouvoirs mais cette fois-ci mêlés, voire absorbés, par d’autres motifs propres à l’œuvre de Gilles Barbier : Spiderman est ainsi constitué de fromage dans L’Emmentaliste (2011) et recouvert de goudron dans Revenge of the Tender foot (2012). Leur destruction, en définitive inéluctable, est mise en scène de manière spectaculaire et grotesque dans une peinture monumentale, The Final Battle (2012 ; Image 5).

Image 2

Image 2

Gilles Barbier, La Manifestation des super héros, 1995 - … Technique mixte ; dimensions variables

Collection de l’artiste. Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : D.R.

Image 3

Image 3

Gilles Barbier, L’Hospice, 2002. Technique mixte ; dimensions variables ; pièce unique.

Collection Martin Z. Margulies, Miami ; Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : Bernar Wipf

Image 4

Image 4

Gilles Barbier, A Very Old Thing, 2015. Technique mixte ; 180 x 180 x 115 cm ; pièce unique.

Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : Jean-Christophe Lett

Image 5

Image 5

Gilles Barbier, The Final Battle, 2012. Posca ® sur calque polyester ; Six panneaux : chacun 112 x 105,2 cm ; Pièce unique

Collection privée, Caen ; Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : Jean-Christophe Lett

8Le film de Stanley Kubrick, 2001, l’Odyssée de l’espace, est aussi l’objet de parodie. Dans Extension de la Méga-Maquette 2 (La chambre des fromages) (2007), la stèle noire qui attire un groupe de singes fascinés a été remplacée par une tranche monumentale de fromage à trous. Dans le film, cette stèle, qui attire aussi le regard du spectateur, agit selon l’artiste à la fois comme un trou absorbant l’attention et une pierre tombale érigée en mémoire des mondes disparus ; par analogie formelle, elle lui inspire d’ailleurs la série des Tableaux noirs. Le fromage, qui remplace de manière inattendue la matière noire, pourrait n’être qu’un ajout à l’effet humoristique, mais il s’avère illustrer l’une de ses théories :

Mon idée était […] de catégoriser deux types de réel qui me paraissaient importants : le réel de type lisse et le réel de type gruyère. J’imagine le réel de type lisse comme un réel sans langage, monosémique ; un réel où, comme on dit, une chose est une chose : pauvre en glissements, pauvre en possibles, pauvre en synchronies. En revanche, dès que le langage arrive, les glissements sémantiques s’établissent. (Barbier, 2005, p. 139).

Ces sujets constituent le champ des interrogations fondamentales posées par l’artiste : sommes-nous propriétaires ou locataires de notre corps, du réel comme du langage ?

  • 3 Voir à ce sujet Limousin, 2014.

9Outre les parodies précitées, oscillant entre l’humour et le plus grand sérieux, une discrète citation est à mentionner. Vaseline onirique (2002) pourrait en effet passer inaperçue. Une banane en cire à demi-épluchée et posée au sol évoque pour celui qui connaît l’œuvre de Gilles Barbier une allusion coquine, et s’il connaît l’histoire de la science-fiction, une référence à l’exposition consacrée à ce sujet en 1967 (28 novembre 1967 – 26 février 1968) au musée des Arts décoratifs, à Paris. Son directeur, François Mathey, avait confié à Harald Szeemann le commissariat de cette exposition qui présentait des œuvres contemporaines comme des livres, des jouets ou des objets liés à la science-fiction3. Et la couverture du catalogue publié à l’occasion, qui comportait l’article de Gérard Klein susmentionné, reproduisait une illustration d’Ed Emshwiller pour le Magazine of Fantasy and Science-fiction : The Banana in Space.

L’art correcteur de réalité

10La science-fiction, dont le riche répertoire iconographique est réinvesti par l’artiste dans une démarche postmoderne à visée politique, accompagne son ambitieux projet, celui de la remise en cause du réel. Pour ce faire, dans le vaste corpus littéraire du genre, il s’intéresse plus particulièrement aux auteurs dont l’esthétique, subversive, rencontre ses préoccupations :

La science-fiction d’après-guerre, territoriale, paranoïaque, macroscopique, technologique à la manière de Van Vogt, Asimov et Herbert. La science-fiction post-informatique, mentale, schizoïde, nanoscopique, psychologique, celle de G. Egan, D. Simmons, P. K. Dick, V. Vinge, qui est celle qui m’excite. (Sterckx, 2008, p. 157).

Philip K. Dick est sans doute, avec Greg Egan, l’auteur qui irrigue le plus son œuvre. Il est nommément cité, à même la toile, ainsi que son roman Ubik dans Untitled (Aaaah !) (2004). Une interrogation fondamentale traverse l’œuvre de Dick : qu’est-ce que le réel, qu’est-ce que l’humain ? Dans ses romans, la frontière entre l’homme, le clone et l’androïde tend à s’amenuiser dangereusement ainsi que celle existant entre le visible, le virtuel et la fiction. Grâce à l’usage de drogues notamment, les univers se multiplient, créant une ambiguïté qui brouille et fragilise les fondements de la perception.

11Là où Dick emploie les mots pour ouvrir à de nouveaux possibles, Gilles Barbier use de moyens littéraires transposés au domaine plastique, et plus précisément de la métalepse. Issue étymologiquement du grec metalepsis, elle désigne tout type de permutation et plus spécifiquement l’emploi d’un mot pour un autre par transfert de sens. Figure de style familière de la rhétorique depuis l’Antiquité, elle est devenue, après les travaux de Gérard Genette dans Figures III (1972), l’une des notions majeures de l’analyse du récit. Les recherches de Gérard Genette ont établi que ce procédé introduit une rupture narrative dans la fiction par l’introduction, dans une première diégèse, d’une seconde, mêlant au premier niveau de la narration, un second, celui des éléments narrés. Par l’effacement de la frontière qui sépare l’acte représentationnel de l’univers représenté, ce procédé créé une perturbation de la fiction en littérature et, dans le champ des arts plastiques, une perturbation de la représentation. John Pier et Jean-Louis Schaeffer, qui, à la suite de Gérard Genette, ont consacré une étude à ce sujet, soulignent que l’emploi de la métalepse, en tant que mise en abyme de la fiction, révèle et contrarie le projet fictionnel :

[…] si les effets métaleptiques semblent aller à l’encontre de l’immersion mimétique, soulignant le caractère construit du discours littéraire, il reste néanmoins que ces effets, loin d’écarter toute notion d’illusion mimétique, sont l’occasion d’une interrogation de fond concernant la représentation et son traitement cognitif dans sa dimension artistique et culturelle (Pier, Schaeffer, 2005, p. 13).

Outre l’effet fantastique qu’elle produit, la métalepse introduit le doute dans l’esprit du spectateur ou du lecteur qui pourrait lui-même basculer dans l’univers de la fiction. Le trouble schizophrène guette.

12Sur les Correcteurs de réalité, petites feuilles de papier à l’allure de formulaire administratif, Gilles Barbier a écrit la modification à voir et les a scotchés sur l’objet concerné. Ce principe, employé dans Environnement corrigé, installation créée pour le Printemps de Cahors en 1999, est développé dans les Installations domestiques (2000). Les quatre œuvres qui composent cette série, Mon Salon est un dragster, Mon Salon est un tube digestif, Mon Salon est un vaisseau spatial, Mon Salon est une base martienne (les deux dernières, c’est à noter, relèvent d’un imaginaire science-fictionnel) désignent littéralement le « salon » de l’artiste comme espace à corriger. Dans la série des Je suis (2000), le titre de chaque œuvre, Je suis un chef indien, Je suis une jolie fille, indique de nouveau ce qui est à voir en lieu et place du photographié. Pour le Cerveau de l’homme (Image 6), l’artiste a corrigé un robot ménager. L’objet, allongé et arrondi, ménage une cavité qui évoque le crâne humain et, sur le septième Correcteur, scotché dessus, il a écrit : « Merci de visualiser ici le cadre somesthétique supérieur (et encore bravo pour l’élasticité des liens que vous entretenez avec le réel). » La petite machine domestique et familière devient la métaphore de l’organe réflexif : une mécanique électrique qui tourne en rond et rend visible le chaos de l’esprit.

Image 6

Image 6

Gilles Barbier, Le Cerveau de l’Homme, 2002. Technique mixte ; dimensions variables ; pièce unique.

Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : D.R.

  • 4 Email de Gilles Barbier, le 12 janvier 2004.

13L’espace, les êtres comme les objets, tout est sujet à correction. Gilles Barbier expose ses intentions : « Il s’agit moins pour moi de corriger le réel vers la mystification et l’absurde que de le replacer dans la perspective du langage, d’en faire le lieu d’une probabilité, d’une discussion (soliloque ou dialogue, je n’ai aucune morale à ce sujet4) ». La seule limite à ce procédé est celle de notre adhésion car le salon de l’artiste reste bien un salon, le jeune homme un jeune homme et le robot un robot. Notre esprit, s’il a joué avec souplesse le jeu littéraro-artistique proposé, a pris un temps le chemin de la correction qui se superposait à l’existant. Ainsi, comme la fiction s’ouvre à d’autres narrations, l’art enrichit-il le monde d’autres possibles.

Artiste, clones et schizo-analyse

14Si l’artiste corrige et propose un autre point de vue sur le réel, il adopte dès les débuts de son activité une pratique qui vise à le nier et s’engage dans un projet a priori modeste et désuet, celui de copier les pages d’un dictionnaire. Dès 1993, en moine contemporain, il commence à dessiner les textes et illustrations du Larousse paru en 1965, année de sa naissance. Cette ascèse pourrait le délivrer de la nécessité de trouver entre chaque projet une nouvelle idée mais son entreprise s’inscrit dans celle, plus vaste, d’une remise en cause de l’acte créateur. Gilles Barbier s’en explique : « […] je copie parce que je n’ai aucun point de vue, ou bien parce que je ne veux pas avoir de point de vue, ou encore parce que la notion même de point de vue est caduque » (Jouannais, 1995, p. 50). Le projet de créer, et son corollaire, celui d’inventer, sont battus en brèche : l’artiste au geste autrefois puissant, que la grande figure de Picasso incarne à merveille, est devenu un copiste. Cet exercice de mise en retrait par la copie équilibre en effet une dynamique inverse qui vise à la multiplication par la copie de soi. Gilles Barbier se prend lui-même comme modèle afin de réaliser, à partir de moulages de son visage et de ses mains, des clones qu’il habille de ses propres vêtements. Présentés lors de l’exposition Comment mieux guider votre vie au quotidien (Image 7), à la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois en 1995, quatre nains clonés ont été posés sur un échiquier tracé au sol ; comme un petit cheval, chacun porte une couleur et, grâce à une poignée fixée au dos, est déplacé par les visiteurs sur des cases donnant des consignes comme « Grimacez et dansez de manière compulsive », par exemple, ou « Cherchez des traces de sang dans vos selles, nul n’est à l’abri du cancer du côlon ».

Image 7

Image 7

Gilles Barbier, Comment mieux guider notre vie au quotidien, 1995. Technique mixte ; Dimensions variables ; Pièce unique.

Collection MJS ; Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : Ilmari Kalkkinen

15Un même désir de manipulation paraît alimenter les Correcteurs de réalité et les clones. Mais l’origine, personnelle, de cette dernière série éclaire son projet :

[J]’ai voulu mettre en place une stratégie qui serait celle du jeu de l’oie. J’avais donc fait découper des plaques de verre dans lesquels serait inscrits divers messages qui me passaient par la tête. J’avais aussi fabriqué un petit personnage que je déplaçais chaque jour afin de savoir à quoi j’allais dépenser mon temps et mon énergie au quotidien. C’est à partir de cet embryon de procédure que ce pion, au départ un petit mannequin, est devenu un alter ego, avec sa propre vie, à l’image de ce que j’étais mais en prenant en compte l’idée qu’une fragmentation est possible, que le soi et le moi sont divisibles, adopter plusieurs stratégie de travail, aller jusque dans la contradiction sur ces effets. La seule façon d’avancer s’est imposée à moi par le clonage de façon théorique. (Longhi, 2006)

16Par l’emploi d’un autre trope majeur de la science-fiction, le dédoublement de soi, l’artiste crée une psychobiographie en forme de projet artistique et répond enfin à la nécessité de décider de tout… sans renoncer à rien, ce qu’il explique :

Il s’avère que je n’arrive jamais à travailler sans me débattre avec un certain nombre de possibles, souvent contradictoires – des idées, des sensations, des impulsions, etc. Cela m’a toujours semblé mettre en crise l’idée selon laquelle je serais une entité essentielle et unitaire, corps et esprit. […] Je suis troublé par un présupposé fondamental qui veut qu’en matière de production artistique (mais qui vaut aussi pour toute sorte d’activité) la décision doive procéder par exclusion de certaines options, car ce processus d’exclusion ou de filtrage renfermerait des parties valables du « moi », du sujet qui pense, sent et produit. (Decron, 2000, p. 14 -16).

17Les Clones sont rassemblés lors de l’exposition de « La Meute des clones Trans-schizophrènes » (23 janvier – 12 mars 2000), au musée de l’Abbaye Sainte-Croix, aux Sables d’Olonne. Réunis, ils composent une humanité facétieuse. J’avais quelque chose d’assez intéressant à dire. C’est bête… Mais je n’arrive plus à m’en souvenir (1995 ; Image 8) : renversé et en équilibre précaire sur une chaise, ce clone a visiblement perdu ses moyens intellectuels ; Pied tendre (1995) : un autre, recouvert de goudron et de plumes, a reçu le châtiment administré dans les aventures de Lucky Luke ; L’Orgue à pets (1996) : revêtu d’un smoking très chic, un clone est courbé par l’effort de jouer de son instrument ; Ma Conscience (1996) : l’un joue l’ange, l’autre le démon. Ce dernier, en érection, met la main aux fesses du premier. Ces premiers clones incarnent les idées d’un garnement et ses multiples refoulés : la transgression, la bêtise, la vulgarité, la lubricité, l’alcoolisme. Ils engendrent aussi un certain malaise, évoquant à la fois un grotesque menaçant et la fascination de l’attraction foraine pour l’étrange et le monstrueux – Benoît Decron, commissaire de l’exposition des Sables d’Olonne, les a comparés à un musée « Grévin en folie » (Decron, 2000, p. 6). Leur existence contre-nature semble lutter contre celle du sujet.

Image 8

Image 8

Gilles Barbier, J’avais quelque chose d’assez intéressant à dire, c’est bête mais je n’arrive plus à m’en souvenir, 1995. Technique mixte ; 180 x 120 x 130 cm ; pièce unique.

Collection privée ; Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : D.R.

18Si, dans l’entre-deux-guerres, Dalí a favorisé l’apparition d’images en peinture par la méthode de la « paranoïa critique » en se référant à une pathologie mentale, Gilles Barbier, dont le discours pourrait parfois évoquer le délire du catalan, crée un univers artistique qui dédouble le nôtre, engendre un rapport au réel ambigu et jette un trouble qui en évoque une autre, la schizophrénie. Ce que l’artiste justifie :

La seule réponse viable à l’hyper désir réside dans le fractionnement de l’être en plusieurs singularités, ainsi que dans leur gestion (destinée à éviter les conflits entre les différents modèles psychologiques). Cette trans-schizophrénie permet alors une exploitation massive de l’information, ainsi que l’élaboration de réponses multiples afférentes à chaque stimulus. […] Grâce au clonage, il est aujourd’hui possible d’envisager sérieusement l’option trans-schizophrène, au moins d’un point de vue théorique. En édifiant un ensemble de clones dont chacun sera responsable d’une singularité, on pourra assister à une massification de la personne comme à la synchronisation de ses membres. […] Organisée de la sorte, la trans-schizophrénie participe à la création d’une meute [qui] conçoit des univers sémantiques complexes, multipolaires et super-denses. (Decron, 2000, p. 54.)

À la suite de Philip K. Dick dont l’importance pour Gilles Barbier a été soulignée et qui a lui-même souffert de troubles mentaux complexes, schizophrènes notamment, Serge Lehman semble abonder dans le même sens que l’artiste quand il fait part de son expérience d’auteur lors des journées « Sciences et Fictions » en juin 2009 à Peyresq :

[…] le thème littéraire et esthétique des dix prochaines années sera la schizophrénie, parce qu’elle est une « figure de réconciliation » et qu’elle a affaire avec les subjectivités collectives. Aujourd’hui, il faut deux esprits pour vivre : une esprit causal, pour survivre en société mais cet esprit-là ne peut nous donner aucune raison de vivre ; un esprit métaphysique qui nous replace dans une transcendance dont le xxe siècle et ses extrêmes nous ont coupés.. (Bellagamba, Picholle et Tron, 2012, p. 27-28.)

Les notions de schizo-analyse et de multiplicité développées par Deleuze et Guattari imprègnent à l’évidence le travail de Gilles Barbier. Dans Capitalisme et Schizophrénie, les philosophes proposent de remplacer la psychanalyse freudienne par la schizo-analyse, dans laquelle figure la théorie de la multiplicité. La psychanalyse ayant créé un culte de l’individu si dominant qu’il peut être destructeur pour la société, ils proposent d’attaquer l’ego par la multiplication… Ce à quoi semble s’être employé l’artiste avec beaucoup de diligence.

Conclusion

19La science-fiction irrigue chez Gilles Barbier les œuvres qui remploient images, motifs et citations, se prêtent au jeu des parodies, parfois sardoniques, et, loin d’un Hyperréalisme tautologique, interrogent le statut du monde fictionnel créé par l’œuvre d’art et son rapport au réel tout en affirmant leur nature d’artefact.

20Dans ces œuvres postmodernes parfois dérangeantes, tendues entre humour potache, provocation menaçante et discours politique, les sources d’inspiration sont à l’évidence déhiérarchisées par l’artiste qui affirme : « […] passer de la culture high à la culture low et inversement sans qu’il soit question ni de chute ni de défense de l’une ou de l’autre. » (Decron, 2000, p. 34-36). Mais, aux côtés d’autres, la science-fiction constitue un espace de liberté sans pareil qui étend le monde à un nombre de dimensions infinies pour un artiste qui s’interroge sur les notions de représentation et de fiction, soit les fondements de l’esthétique. D’autres artistes de la même génération revendiquent eux aussi un intérêt particulier pour ce genre, Dominique Gonzalez-Foerster, Pierre Huyghe, Philippe Parreno, Laurent Grasso, Loris Gréaud en particulier, confirmant que la science-fiction est l’une des clés majeures de compréhension de l’art d’aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Atallah Marc (dir.), Superman, Batman & Co…mics, cat. exp., La Maison d’Ailleurs, Paris : Urban Comics (Urban books), 2014.

Barbier Gilles, « Les Aventures de la poche d’existence », in Trouble, n° 5, 2005, p. 138-163.

Bellagamba Ugo, Picholle Éric et Tron Daniel (dir.), Les Subjectivités collectives, Villefranche-sur-mer : Le Somnium, 2012, coll. « Sciences & Fictions à Peyresq ».

Cohen Françoise (dir.) Gilles Barbier, cat. exp., Zürich : jrp ringier, 2006.

Decron Benoît (dir.), Gilles Barbier, La Meute des trans-schizophrènes, cat. exp., Les Sables d’Olonne : Les Cahiers de l’Abbaye Sainte-Croix, n° 92, 2000.

Deleuze Gilles, Guattari Félix, L’Anti-Œdipe, Capitalisme et Schizophrénie, Paris : Les Éditions de Minuit, 1973.

Jouannais Jean-Yves, « Ce que l’on sait au sujet d’une discussion entre Ed Wood et Orson Wells au sujet de Gilles Barbier », in Gilles Barbier, cat. exp., Paris : Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, 1995, sans pagination.

Jouannais Jean-Yves, « Gilles Barbier, retards, diversions et autres aventures », in Art Press, n° 207, 1995, p. 49-53.

Klein Gérard, « La science-fiction est-elle une subculture ? » in Science-fiction, cat. exp., Paris : Musée des Arts décoratifs, 1967, [en ligne] URL : http://www.quarante-deux.org/archives/klein/divers/subculture.html

Limousin Isabelle, Parcours #1, cat. exp., Vitry-sur-Seine : MAC/VAL, 2005.

Limousin Isabelle, « L’exposition Science-fiction du musée des Arts décoratifs (1967-1968) » in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone (1950-2010), Bordeaux : Presse universitaire de Bordeaux, 2014, Eidôlon, n° 111, p. 73-83.

Longhi Samantha, « Gilles Barbier », Parisart, 25 août 2005 [consulté le 10 septembre 2006], URL <http://www.paris-art.com/interview-artiste/gilles-barbier/barbier-gilles/149.html>

Macel Christine (dir.), Transit, cat. exp., Paris : École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, 1997.

Perret Catherine, Gilles Barbier, cat. exp., Saint-Fons : Centre d’arts plastiques, 2000.

Pier John, Schaeffer Jean-Marie (dir.), Métalepses. Entorses au pacte de la représentation, Paris : Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2005.

Pont (du) Diana C., Copywork. The Dictionary Pages and Other Diversions by Gilles Barbier, cat. exp., Santa Barbara : Santa Barbara Museum of Art, 1999.

Sterckx Pierre, Gilles Barbier, un Abézédaire dans le désordre, Paris : Éditions du regard, 2008.

Haut de page

Notes

1 Thèse défendue notamment lors du colloque « Comment rêver la science-fiction à présent ? », sous la direction de Danièle André, Daniel Tron et Aurélie Villers, Centre culturel international de Cerisy, 2009.

2 Entretien avec l’artiste, le 28 novembre 2003.

3 Voir à ce sujet Limousin, 2014.

4 Email de Gilles Barbier, le 12 janvier 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende Gilles Barbier, Page de Garde, 1995. Crayon, encre et gouache sur page de garde de livre de poche ; chacune 32 x 24 cm ; série de pièces uniques.
Crédits Collections privées ; Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : D.R.
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Image 2
Légende Gilles Barbier, La Manifestation des super héros, 1995 - … Technique mixte ; dimensions variables
Crédits Collection de l’artiste. Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : D.R.
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre Image 3
Légende Gilles Barbier, L’Hospice, 2002. Technique mixte ; dimensions variables ; pièce unique.
Crédits Collection Martin Z. Margulies, Miami ; Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : Bernar Wipf
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Image 4
Légende Gilles Barbier, A Very Old Thing, 2015. Technique mixte ; 180 x 180 x 115 cm ; pièce unique.
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre Image 5
Légende Gilles Barbier, The Final Battle, 2012. Posca ® sur calque polyester ; Six panneaux : chacun 112 x 105,2 cm ; Pièce unique
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Image 6
Légende Gilles Barbier, Le Cerveau de l’Homme, 2002. Technique mixte ; dimensions variables ; pièce unique.
Crédits Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : D.R.
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/657/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Image 7
Légende Gilles Barbier, Comment mieux guider notre vie au quotidien, 1995. Technique mixte ; Dimensions variables ; Pièce unique.
Crédits Collection MJS ; Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : Ilmari Kalkkinen
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/657/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Image 8
Légende Gilles Barbier, J’avais quelque chose d’assez intéressant à dire, c’est bête mais je n’arrive plus à m’en souvenir, 1995. Technique mixte ; 180 x 120 x 130 cm ; pièce unique.
Crédits Collection privée ; Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris. Photo : D.R.
URL http://resf.revues.org/docannexe/image/657/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Limousin, « Gilles Barbier et la science-fiction. (et encore bravo pour l’élasticité des liens que vous entretenez avec le réel) », ReS Futurae [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://resf.revues.org/657 ; DOI : 10.4000/resf.657

Haut de page

Auteur

Isabelle Limousin

Isabelle Limousin est conservateur du patrimoine. Diplômée de la Sorbonne nouvelle, de l’École du Louvre et de l’Institut national du patrimoine, elle a débuté au musée des Beaux-arts de Valenciennes avant de rejoindre en 2001 l’équipe de préfiguration du MAC/VAL et de participer à la création de ce nouveau musée d’art contemporain en Île-de-France. Conservateur des peintures au musée national Picasso – Paris de 2009 à 2014, elle a assuré les missions de conservation, d’étude et de mise en valeur de la collection, lors de son itinérance internationale notamment. Spécialiste d’art moderne et contemporain, elle est l’auteur de nombreuses publications et interventions lors de colloques et conduit des recherches portant sur l’œuvre de Pablo Picasso, d’autre part sur les relations entre l’art contemporain et l’imaginaire de la science-fiction. Elle a été lauréate de la bourse de la Fondation Carnot en 2011 pour un projet de recherche mené aux États-Unis sur Paul Rosenberg, marchand de Picasso, et a dirigé en 2014 le premier colloque international consacré à l’institution muséale à Cerisy, Le Musée, demain.

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org