Navigation – Plan du site
Le Présent et ses doubles

Le présent et ses doubles

Simon Bréan

Résumé

Présentation du dossier Le Présent et ses doubles

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Présentisme ;

Index géographique :

France ; Aire francophone

Index chronologique :

XXe siècle ; XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1En quoi un dossier sur les modalités littéraires de manifestation du présent dans la littérature contemporaine peut-il contribuer à une réflexion sur la littérature de science-fiction ?

  • 1 L’article de Clément Hummel dans ce même numéro montre bien en quoi l’exploration d’une potentialit (...)

2Une partie de la réponse consisterait à rappeler que la science-fiction elle-même est en grande partie affaire de présent, et non spécifiquement tournée vers les choses à venir, n’en déplaise au titre même de cette revue. Elle tire ses racines aussi bien de l’utopie et de l’uchronie, ces jeux de miroirs avec l’espace et le temps, que du roman scientifique et du récit d’anticipation, qui s’emploient à matérialiser des potentialités dont le présent est porteur, à plus ou moins longue échéance. Il serait possible de montrer avec quelle aisance, entre fantasme assumé et ambition prédictive, le choc du futur tend à susciter un choc en retour du présent : les inquiétudes nées de la Guerre froide et de la décolonisation imprègnent les récits d’aventures spatiales (F. Carsac, S. Wul, J. Hougron) ; les crises politique, sociale, économique, modèlent les dystopies (M. Jeury, P. Pelot, P. Curval, S. Brussolo) ; les progrès de l’informatique et de la biologie hantent un futur où le sens de l’humain se transforme, au risque de se perdre (M. G. Dantec, C. Dufour, M. Houellebecq) ; le pessimisme climatologique pèse sur les nouvelles générations (P. Bordage, J.-M. Ligny). Les extrapolations de la littérature de science-fiction, tout comme ses explorations uchroniques, parlent tout autant, et parfois plus, de leur présent d’origine que des mondes futurs, et autres, qu’ils imaginent1.

  • 2 Le programme de la journée peut être consulté sur le carnet de la SELF XX-XXI, URL : https://self.h (...)

3Néanmoins, ce dossier procède moins de la science-fiction, qu’il n’y ramène par d’autres voies. Il est avant tout né d’une réflexion menée au cours d’une journée d’études sous l’égide de la Société d’Étude de la Littérature de Langue Française des xxe et xxie siècles (SELF XX-XXI), en janvier 20152. Partant en particulier de propositions de François Hartog concernant les régimes d’historicités de nos sociétés, les participants avaient alors tâché de vérifier dans les textes les effets de l’importante évolution dans le rapport au temps qu’il postule. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Hartog, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », caractérisé par la valorisation de l’éphémère et de l’immédiat (ibid., p. 156-157). De fait, l’attention au présent caractérise une large part de la littérature française du second xxe siècle, qu’il s’agisse du désir d’engagement, du prolongement du primat réaliste, des explorations des méandres du moi ou encore sensibilité à l’actualité sous toutes ses formes (Bréan, Douzou, Gefen, 2013). Ce ne sont pas dans les manifestations les plus littérales, dans les reflets revendiqués, que le souci du présent a été examiné, mais dans des œuvres qui proposent de notre monde contemporain des figures dédoublées.

  • 3 Les articles issus de la journée d’études ont été complétés par un appel à contribution.

4« Rupture », « résistance », « vertige », « détour », du « pas encore » à « jamais » : c’est à ce « pas de côté », ce décentrement par rapport à l’actuel, que s’attachent les articles rassemblés ici3. Cet imaginaire se déploie dans des espaces paradoxaux et des temporalités troubles, suggérant des points de tension et de porosité entre littérature blanche et écriture de science-fiction. L’un de ces lieux privilégiés serait peut-être la politique-fiction telle que la conçoit Robert Merle, et telle que l’étudie Anne Wattel : matérialiser dans un récit les probabilités du présent, pour donner corps à une image concurrente de la réalité, pour ainsi dire une sorte d’uchronie instantanée. Mais la contestation du présent peut passer également par une forme d’abolition du temps : Xavier Garnier identifie dans les œuvres de Kossi Efoui une écriture de l’apocalypse en train de se faire, dans le présent indéfiniment étalé d’une Afrique déchirée par les conflits, avec pour instrument principal de résistance la présence affirmée par l’image et le regard qui la porte. Esquissant une topographie de la contre-fiction, Pascal Mougin examine les bifurcations du réel où s’engagent Nathalie Peyrebonne, Yannick Haenel et Philippe Vasset, à la recherche de contre-mondes dessinant plutôt des hétérotopies que des utopies, des points de fuite vers des espaces improbables, où se maintient pourtant un contrat de lecture réaliste, qui pourrait inviter une lecture aussi bien en termes de réalisme magique que selon les modalités de la distanciation cognitive chère à Darko Suvin (1979). Cette labilité du présent prend une ampleur étourdissante dans le diptyque du Liber Mundi étudié par Isabelle Périer : convoquant les ressources du roman noir, de la fiction historique et de la science-fiction, Maurice G. Dantec bâtit un labyrinthe textuel de grande ampleur, où vient se contracter le temps historique dans le présent d’une révélation. Le présentisme retrouve ici la temporalité étale du mythe : confrontant l’œuvre de Michel Houellebecq à celle de l’un de ses inspirateurs, Clifford Simak, Juliette Feyel invite à relire City et La Possibilité d’une île pour mieux y cerner les conceptions humanistes de chacun des auteurs, qui conçoivent en partie leurs avenirs comme des miroirs déformants, où viennent se reconfigurer les aspirations qu’ils assignent à leurs présents.

  • 4 À cet égard, on lira avec profit la conférence de Laurent Kloetzer publiée dans ce même numéro.

5Ces articles font ressortir les modalités et les moyens par lesquels la littérature peut créer le paradoxe d’un « présentisme » inactuel, créant des fictions hybrides, difficiles à classer, très proches pour certaines de ce que Francis Berthelot désigne comme « transfictions » (2005). Ils nous permettent de comprendre comment elles s’emparent du présent intime de leurs contemporains, comme du présent collectif de la société, pour les muer en d’inquiétantes étrangetés, qui nous forcent à porter un regard neuf sur le monde où nous croyons vivre : dans cette démarche, que Laurent Kloetzer désignerait peut-être comme une anamnèse nous menant à une présence réelle4, la science-fiction est vivante, et présente, sous des identités qu’il faut savoir déceler et interpréter.

Haut de page

Bibliographie

Berthelot Francis, Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Paris : Gallimard, 2005, coll. « Folio SF ».

Bréan Simon, Douzou Catherine et Gefen Alexandre (dir.), Littérature et actualité, ELFe XX-XXI, n° 3, 2013.

Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris : Le Seuil, 2012, coll. » Histoire ».

Suvin Darko, Metamorphoses of Science Fiction. On the Poetics and History of a Literary Genre, New Haven, Londres : Yale University Press, 1979.

Haut de page

Notes

1 L’article de Clément Hummel dans ce même numéro montre bien en quoi l’exploration d’une potentialité peut être l’occasion pour un écrivain tel que Rosny aîné de mettre en évidence les tensions et les contradictions de son époque.

2 Le programme de la journée peut être consulté sur le carnet de la SELF XX-XXI, URL : https://self.hypotheses.org/258.

3 Les articles issus de la journée d’études ont été complétés par un appel à contribution.

4 À cet égard, on lira avec profit la conférence de Laurent Kloetzer publiée dans ce même numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Bréan, « Le présent et ses doubles », ReS Futurae [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://resf.revues.org/842 ; DOI : 10.4000/resf.842

Haut de page

Auteur

Simon Bréan

Maître de conférences en littérature française à l’université Paris-Sorbonne. Auteur de La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature (Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012). Secrétaire de rédaction de ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org