Navigation – Plan du site
Varia

Dualités et discours du présent dans L’Énigme de Givreuse de Rosny aîné.

Clément Hummel

Résumés

Le roman L’Énigme de Givreuse de J.-H. Rosny aîné, publié en 1917 chez Flammarion explore un thème jusqu’alors inédit dans la littérature merveilleuse, celui de la bipartition d’un homme. Sur un champ de bataille, dans la première quinzaine de septembre 1914, des brancardiers tirent des décombres deux hommes absolument identiques déclarant chacun s’appeler Pierre de Givreuse et ignorant l’existence de l’autre. Dans cet étonnant roman de l’auteur des Xipéhuz (1887) et de La Mort de la Terre (1910) est décrit le mal identitaire de soldats revenus brutalement dans une société qui n’accepte pas leur infirmité. En créant de toutes pièces une énigme scientifique, Rosny aîné développe un discours sur l’actualité des sciences et les retombées sociales du conflit quand, lors de sa publication, rien n’indique sa fin prochaine. Au-delà de son intrigue romanesque, L’Énigme de Givreuse est un roman dans lequel son auteur expérimente une nouvelle forme de récit confondant la fiction et l’essai scientifique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’un recueil de lettres écrites par des soldats au front, compilées et parfois commentées (...)
  • 2 Lire à ce sujet sa conférence « Comment j’ai fait mes romans sociaux », reproduite et commentée par (...)

1Nombreux sont les auteurs dans les premières années du xxe siècle à avoir été marqués par le passage de la Première Guerre mondiale, ses angoisses et ses pertes tragiques. Comme sur eux, cette terrible période a laissé une trace indélébile sur J.-H. Rosny aîné. Dans sa préface aux Confidences sur l’amitié des tranchées1 il confie : « C’était le 14 août 1914. Mon fils venait de partir pour rejoindre son régiment et je devais craindre de ne jamais le revoir ; la guerre apparaissait comme une nuit immense et la plus formidable inquiétude étreignait les âmes. » Évènement traumatisant s’il en est, ce triste moment crée chez le romancier une première occurrence d’écriture du présent en cours de réalisation, ce qui était jusqu’alors inédit dans l’ensemble de son œuvre. Bien sûr, les nombreuses facettes intellectuelles de l’écrivain l’ont mené, notamment dans La Dépêche de Toulouse, à chroniquer dans la presse l’actualité, qu’elle soit littéraire, culturelle ou événementielle. Cependant, il s’était jusqu’alors abstenu de commenter cette actualité à chaud dans son œuvre romanesque, en particulier dans ses récits merveilleux, ceux-ci étant d’ailleurs situés en général dans une période et dans des lieux indéterminés. Quant à ses romans sociaux, ils relèvent le plus souvent d’une écriture de l’après-coup, quand les informations ont été bien analysées et « digérées » avant d’être restituées2. Arnaud Huftier rappelle aussi que « si en 1911, […] il pouvait encore commenter et s’intégrer à la dynamique conflictuelle des différentes écoles et esthétiques, en 1921, dans ses Torches et lumignons, Rosny peint un monde littéraire mort. […] Cela rejoint d’ailleurs l’optique passéiste de ses “Mémoires littéraires” (1924) et le refus de polémique de son Académie Goncourt (1927) » (Huftier, 2003). Jean-Michel Pottier notait dans sa « Chronobibliographie » : « La Guerre constituera l’une des épreuves de sa vie : ses deux fils, Norbert et Paul, se battent au front (Paul sera blessé et gardera sa vie durant des séquelles de sa blessure) » (Pottier, 1996).

2Le traumatisme de la guerre est-il à ce point important qu’il crée une difficulté chronique de Rosny à parler de cette période ? Et d’une manière plus générale, révèle-t-il une difficulté du romancier à ne se pencher sur le présent qu’en usant de moyens détournés ?

  • 3 Notons que ce creux correspond à un net clivage de publications entre l’avant et l’après-guerre : a (...)
  • 4 Antoine Albalat, chroniquant le roman dans le Journal des débats politiques et littéraires n° 137 d (...)
  • 5 Zola avait ses Rougon-Macquart, dans une bien moindre mesure, Rosny avait ses Lérande : Les Rafales (...)
  • 6 « C’est en Asie et en Amérique qu’éclateront les grands conflits. […] Dans la guerre actuelle, c’es (...)

3Comparativement au reste de sa carrière littéraire, les publications de Rosny se montrent peu prolifiques entre 1914 et 19183 ; un recueil de nouvelles publié à Londres (Sur le front : War Stories, 1916) et trois romans : Perdus ? (1915) qui est une fiction de guerre4, L’Énigme de Givreuse (1917) qui nous intéressera plus particulièrement ici et Et l’amour ensuite (1918), troisième volume de son cycle dédié à la famille Lérande5. Notons de plus la publication de L’Aube du futur (1917), essai constitué d’articles précédemment publiés dans L’Illustration et dont les deux derniers portent des titres assez éloquents : « Les Guerres possibles6 » et « Que faut-il faire ? », à propos de la situation politique de l’Europe. S’il parlait de l’actualité dans L’Aube du futur, le romancier franchit une nouvelle étape avec L’Énigme de Givreuse en insérant dans une fiction chronologiquement marquée des éléments scientifiques forts et novateurs : pour la première fois chez Rosny une fiction ancrée dans sa contemporanéité propose un argument qui contient des éléments fantaisistes, quasi-irrationnels.

4Ce roman ne faisant pas partie des plus lus de Rosny aîné, nous proposons une présentation des différents éléments d’intrigue de l’œuvre :

  • 7 Cet ultime mystère n’est d’ailleurs pas sans évoquer « l’opération circéenne » pratiquée par le Doc (...)

5Après une bataille durant les premiers mois de la Première Guerre mondiale, des brancardiers retrouvent parmi les blessés deux soldats absolument identiques, possédant les mêmes papiers militaires et déclarant chacun s’appeler Pierre de Givreuse. Autre surprise non moins étonnante, les médecins s’aperçoivent qu’ils ont tous deux une masse de moitié inférieure à celle qui est inscrite sur leurs papiers militaires. Le récit remplira deux objectifs : celui de développer les stratégies permettant aux Givreuse de réintégrer la société d’un pays en guerre incapable d’accepter le mystère de leur bipartition, et celui d’éclaircir cette énigme, à mi-chemin entre surnaturel et réalité scientifique. Le médecin en charge de cette enquête, le neurologue Savarre, apprend au cours de ses investigations qu’il s’agit en réalité d’une expérience menée dans un laboratoire secret situé près des conflits par un savant, Antoine de Grantaigle. Le hasard ayant mené l’unique Pierre de Givreuse à proximité du laboratoire au moment où il s’est fait pilonner par l’artillerie allemande, il a été victime des effets délétères de sa destruction. La résolution de l’énigme scientifique sera l’occasion pour l’auteur de proposer une méditation en fin de récit sur la recherche de la connaissance et la nécessité de continuer à ignorer certains mystères de la nature : en effet il apparaît qu’il est impossible de déterminer si, du matériau original « Pierre de Givreuse », deux êtres identiques se sont développés – comme une mitose à l’échelle humaine – ou si un autre individu s’étant aussi trouvé par hasard sur les lieux aurait fusionné avec lui puis séparé en en devenant une copie exacte7.

  • 8 Soulignons d’ailleurs que Rosny aîné a signé, jusqu’en 1908, « J.-H. Rosny » les romans écrits à qu (...)

6L’Énigme de Givreuse est un roman qui ne cesse de multiplier les figures doubles8. Partant de la bipartition d’un individu, le récit nous propose de suivre la destinée de deux individus nouveaux, l’un cherchant à reconstruire son identité mise entre parenthèses à cause de la guerre et l’autre à s’en créer une nouvelle, la coexistence ne pouvant être synonyme de vie partagée. À l’image de ces protagonistes, le roman se scinde en deux intrigues juxtaposées, l’une sociale, amoureuse, la seconde étant l’enquête menant à la résolution de l’énigme scientifique qui lui donne son nom. Plus profondément au cœur de ce second récit l’enquêteur est aussi un scientifique dont deux images sont proposées : celle de l’illustre savant disparu marquant durablement la diégèse d’un récit qui ne cesse de le rejeter et son homologue presque antinomique qui, à l’inverse, s’inscrit dans le présent du récit et de la temporalité indéterminée de la guerre provoquée par un contexte extradiégétique historiquement fort mais dont l’issue est trouble. Ces nombreuses dualités s’expriment dans deux réflexions qui traversent le roman : d’un côté le rationalisme et la vérité scientifique et de l’autre le mysticisme et la foi religieuse. C’est la tension constante entre cette dualité et le présent indéterminé pourtant inscrit dans une réalité scientifique contemporaine qui permet d’élever le discours de Rosny aîné vers des considérations d’ordre sociétales : le clivage de l’Europe dans les premières années du nouveau siècle.

  • 9 Une précision s’impose : nous évoquons le thème du double exact créé scientifiquement et ne relevan (...)

7À travers le thème de la bipartition d’un homme – thème jusqu’alors inédit dans la littérature conjecturale9 – Rosny évoque une double métaphore qui oriente le récit vers une représentation de la guerre avilissante pour la civilisation européenne. Ces deux métaphores, dont la première illustre la séparation de l’Europe et la seconde les soldats mutilés de retour dans leurs foyers, inadaptés à une vie loin des champs de bataille, vont traverser le roman en multipliant les intrigues et les points de vue narratifs sur les personnages.

8Écrit au milieu du conflit, quand rien n’indique sa fin prochaine, L’Énigme de Givreuse dissout le temps du présent dans une période indéterminée que seule la phrase introductive permet de situer « dans la première semaine de septembre 1914 » (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 13) tandis que les nombreuses péripéties et ellipses rendent floue la continuité temporelle. Le récit est contigu à la temporalité de la guerre dont l’issue est encore inconnue. Cette indétermination est entretenue par le romancier pour lui permettre de se détacher des péripéties du conflit et d’occulter ses événements essentiels pour n’y laisser que les commentaires et les analyses qui lui sont propres : « la guerre sera féconde en désordres nerveux », prophétise un infirmier au début du roman. Si l’essentiel du récit se déroule en-dehors des champs de bataille, le contexte de guerre n’est pas qu’une toile de fond, il est employé comme élément perturbateur et déclencheur de péripéties. Alors que le temps contemporain de l’écriture déborde pour la première fois dans la fiction de Rosny, celui-ci se l’approprie et le commente dans son roman. Le talent du romancier se découvre dans l’utilisation qu’il y fait de son énigme scientifique, empruntant des codes de l’apologue et de la fable pour universaliser son propos. Le parcours des Givreuse représente celui du soldat anonyme envoyé au front, à l’identité remise en question, victime d’une blessure de guerre et revenant chez lui, tentant de s’habituer tant bien que mal à une vie loin du front qui l’a profondément affecté. En associant ce parcours à une énigme scientifique qui se résout à l’issue du roman, Rosny insère un mystère qui se superpose à l’intrigue principale du récit et explore les possibilités romanesques qu’offre son personnage dédoublé. Le thème du double fonctionne alors comme un vecteur de représentation symbolique de la guerre et comme ouverture vers un novum scientifique. Nous verrons comment, à l’aide d’un dispositif dédoublant l’intrigue, Rosny propose un récit s’orientant vers une réconciliation du présent et la promesse d’un futur meilleur. Pour ce faire, nous étudierons le roman en suivant chronologiquement les grandes lignes du développement de l’intrigue et en faisant le point, si nécessaire, sur les dévoilements progressifs de la résolution de l’énigme scientifique. Notre analyse procédera d’une confrontation de l’œuvre aux frictions incessantes entre réalisme, réalisme magique, merveilleux scientifique et fantastique.

Division, insertion, réunification de(s) Givreuse

9Le roman s’ouvre sur des brancardiers parcourant un champ de bataille à la recherche de blessés. La scène en elle-même n’en offre qu’une représentation assez traditionnelle si ce n’est l’accent mis par le narrateur sur l’horreur crue de la réalité de la guerre :

Le crépuscule venait, formidable et terrifique. L’enfer était dans le ciel et sur la terre. Une fournaise de soufre et de sang s’ouvrait dans la nuée ; la foudre des hommes, grondant au-delà des collines, ébranlait les arbres dans leurs racines et les rocs dans leurs profondeurs. […] Il y avait de l’horreur sur la lande. Le sang formait des mares ou se coagulait parmi les herbes. Des cadavres s’allongeaient paisibles et sinistres. (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 13)

10Bien loin de glorifier la guerre, le narrateur évoque plutôt un charnier infernal dans une représentation très visuelle de la scène. On y retrouve des brancardiers qui s’occupent de ramasser les cadavres et c’est à contre-courant des représentations usuelles de ce genre de scène que le narrateur les décrit échangeant des banalités comme autant d’ouvriers devant un travail routinier, insensibles face à ce tableau macabre d’où ils extraient leurs compagnons. Leur premier étonnement vient de la découverte de deux soldats d’une gémellité parfaite qui suscite de nombreux commentaires jusqu’au retour au camp, où à nouveau leur ressemblance est à l’origine de nouvelles remarques de la part de leurs camarades. L’étonnement devient peu à peu de la fascination et de l’effarement quand, à la recherche de différences entre les deux blessés, une femme s’exprime « d’une voix de rêve : On dirait qu’ils ont la même blessure à la tête ». Plus surnaturels encore que le charnier dont ils ont été extraits, les deux soldats deviennent bien vite malgré eux des figures miraculeuses dans ce petit milieu superstitieux, effet que vient appuyer la typographie grâce à l’italique qui accentue systématiquement l’étrangeté de leurs points communs dans les premières pages du roman. « Les brancardiers s’entre-regardaient vaguement, et la femme, d’un geste machinal, joignait les mains : Non, ça n’est pas naturel ! soupira enfin le brancardier Alexandre. » D’emblée le mystère qui entoure les deux Givreuse est en complète dissonance avec la toile de fond du récit, transformant la réalité d’un paysage horrifique en scène de naissance mystique – pour ne pas dire divine – dans l’esprit affaibli par la guerre des soldats du camp français. Cette micro-scène fonctionne ainsi pour le lecteur comme une annonce des difficultés à venir pour les Givreuse et la nécessité de garder leur nature secrète aux yeux des croyants. Et c’est d’ailleurs sur un ton très péremptoire qu’elle se termine : « Tout est naturel ! fit le médecin avec impatience… Allons ! il faut les loger. » (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 17).

11En observant les blessures des deux hommes, les médecins mettent à jour les premiers éléments de l’énigme qui les entoure. Alors que les personnages étaient jusqu’alors plongés dans une langueur d’incrédulité face à la banalité du champ de bataille, l’exacte ressemblance des soldats et l’étonnement qu’elle procure révèle un mystère encore plus obscur quand les médecins s’aperçoivent que les blessures sont également les mêmes, tout comme leurs livrets militaires « absolument identiques » avec l’utilisation abondante de l’italique déjà signalée. Plutôt que de croire à une supercherie, une seule vérité apparaît dans la bouche d’un des médecins : « Nous sommes dans une réalité supérieure ! » (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 19).

  • 10 « A mode of writing that combines realism and the fantastic so that the marvelous seems to grow org (...)
  • 11 Stéphanie Walsh Matthews, Le réalisme magique dans la littérature contemporaine québécoise, thèse d (...)

12Nous pouvons lire ces deux exemples sous l’éclairage du réalisme magique tel qu’il est défini par Wendy Faris : comme un mode d’écriture qui combine réalisme et fantastique de façon à ce que le merveilleux ait l’air de croître à l’intérieur de l’ordinaire, effaçant les frontières qui les distinguent10. Nous reprenons aussi le propos critique de Stéphanie Matthews qui convient parfaitement à l’étude de ces exemples : « Par le biais d’une narration neutre qui efface le doute et soutient la véracité des événements, le réalisme magique brouille les frontières entre le possible et l’impossible offrant ainsi de multiples, et souvent contradictoires, versions de la réalité. Dans le réalisme magique, le surnaturel est une occurrence normale. L’ordre logique étant ainsi subverti, ce sont parfois les éléments du réel qui sont considérés magiques.11 » Le début du roman est dominé par l’étrange qui est à l’œuvre dès les premières pages en proposant plusieurs phases de rupture entre le réel et le surnaturel. L’accoutumance au fantastique et son acceptation progressive par les personnages rend floue la perception du réel d’où l’expression d’une « réalité supérieure ». Le procédé est inédit chez Rosny qui propose ici un traitement intradiégétique du fantastique à l’œuvre quand, dans ses autres romans, il a tendance à proposer des éléments surnaturels au lecteur mais parfaitement naturels pour ses personnages : ainsi les Ferromagnétaux, créatures minérales intelligentes qui attirent par simple attraction magnétique le fer contenu dans le sang des Hommes ou encore ces grands oiseaux de la taille d’un condor dont « l’expression des yeux se rapprochait de l’expression humaine » (Rosny aîné, [1908] 1958, p. 92) capables d’émettre des sons articulés dans La Mort de la Terre (1908). Nous verrons aussi plus bas avec l’exemple de « La jeune vampire » (1911) comment le traitement du vampirisme échappe de loin aux représentations traditionnelles en le considérant rationnellement comme une maladie à soigner plutôt que comme une émanation fantastique.

13De la même manière, la gémellité parfaite des individus pose plusieurs problèmes au cours du récit qu’il va falloir résoudre, tant pour des raisons d’acceptabilités sociales que dans le caractère surnaturel que leur ressemblance transmet au monde. L’hôpital militaire qui les soigne fonctionne ainsi comme un microcosme de la société à laquelle ils seront bientôt rendus et est le lieu de nombreux débats au sein du personnel médical dans une représentation très binaire des arguments : d’un côté ceux qui prônent le rationalisme et de l’autre les partisans du mysticisme ; la pensée scientifique contre la foi religieuse.

─ Les faits ont de tout temps confondu l’imagination. Quelle que soit, par exemple, l’extravagance d’un philosophe ou d’un conteur, est-ce que les plus humbles phénomènes ne la dépassent point ? La nature ne cesse de nous démontrer qu’elle n’a aucun souci de logique… mais nous, chaque fois qu’elle abat un de nos systèmes, nous nous empressons d’en construire un autre. Pourquoi voulez-vous que le cas de ces hommes soit plus étonnant que la gravitation, que le magnétisme ou que la radio-activité ? Ou même que la métamorphose d’une chenille en papillon ?

─ Plus étonnant ? La question n’est pas là… Il est en dehors.

─ Oui, en dehors ! Il est dans un autre plan.

─ Donc surnaturel.

─ Si notre plan est seul naturel… Mais cela prouve-t-il quelque chose ? (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 36)

  • 12 Représentation visuelle de la courbe de familiarité qu’un être humain peut avoir envers un objet ou (...)

14Ce qui ressort de ce débat est la question de l’existence naturelle ou surnaturelle des deux hommes, chacun déclarant de plus ignorer l’existence de l’autre. Ils apparaissent ainsi au plus bas d’une « vallée dérangeante »12 qui pourrait remettre en cause leur humanité même : la ressemblance des deux Pierre de Givreuse, si elle est acceptable pour un observateur objectif pensant avoir affaire à des jumeaux ou des sosies, risque d’être horrifique pour les familiers du Pierre de Givreuse avant qu’il ne parte à la guerre. Sans le recours de l’explication scientifique qui est donné dans le roman, son dédoublement cause d’évidentes questions très problématiques quant à sa nature d’être humain. La première difficulté pour les jumeaux Givreuse est de prendre en compte, lors de leur retour dans la société, le caractère apparemment surnaturel de leur bipartition, d’autant plus qu’étant deux copies rigoureusement exactes, ils partagent les mêmes souvenirs et la même identité. Une seconde difficulté vient se superposer à la première : lors d’une courte séparation des jumeaux à l’hôpital militaire, l’un d’eux s’exclame « Il a emporté ma force… Docteur, ne me laissez pas sans l’autre. Maintenant, j’en ai la certitude : sans lui ma vie est fragmentaire. » (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 44). La séparation géographique crée chez l’un comme chez l’autre un état de faiblesse apathique similaire à de l’anémie qui se résout lentement au cours du récit. Il faut donc trouver des stratégies leur permettant de vivre ensemble sans que cela ne crée d’émoi dans une frange de la population dont les pensées sont gouvernées par le mysticisme et non le rationalisme.

15Ces deux pensées dichotomiques s’incarnent chez deux personnes proches des Givreuse. Renvoyés à la vie civile en tant que blessés de guerre, ils prennent contact avec leur oncle qui, sceptique dans un premier temps puis acceptant leur infirmité à l’issue d’une double scène de reconnaissance, leur sert d’adjuvant dans leur quête de réinsertion sociale. Celle-ci commence par les retrouvailles avec leur mère, dominée par le mysticisme. Ils craignent qu’en apparaissant devant elle à l’improviste, elle ne subisse une « émotion terrible » : « Il est désirable que nous ne nous séparions pas et que notre dualité paraisse seulement extraordinaire » (Rosny aîné, 1917, p. 52). Afin de préserver la santé de leur mère, ils font le choix de présenter leur ressemblance comme extraordinaire, c’est-à-dire improbable mais néanmoins possible, plutôt que surnaturelle. Il est donc décidé qu’ils jouent tour à tour Pierre qui se serait pris d’une amitié forte pour son sosie, « semblable à l’affection de jumeaux », et une seconde identité créée de toutes pièces, Philippe Frémeuse. Le rejet du fantastique au profit d’une sorte de réalisme magique comme stratégie de réinsertion leur est salutaire car elle leur permet de sortir de la vallée dérangeante dans laquelle leur ressemblance les pousse. En la dévoilant au grand jour comme une surprenante coïncidence, ils enfouissent le mystère et évitent les écueils déjà vécus à l’Hôpital militaire : pas de « réalité supérieure » ni de mysticisme religieux.

16Cette stratégie, si elle est efficace dans un premier temps, est à l’origine de problèmes dans l’intrigue amoureuse que Rosny intègre dans la suite du récit. Avant de s’enrôler, Pierre de Givreuse était engagé dans une romance avec une jeune femme, Valentine. Si l’actualité de la guerre mettait entre parenthèses cette relation, le retour à la vie civile signifie sa reprise. Alors que dans le récit la mère s’accommode de la présence des deux hommes grâce à leur supercherie, le nœud de l’intrigue amoureuse est que la jeune fille s’aperçoit que les jumeaux ont chacun des sentiments pour elle, peu importe l’identité derrière laquelle ils se cachent. Ce faisant, la relation amoureuse est mise en péril jusqu’à atteindre un climax quand Valentine menace de rompre sa relation avec Pierre après une suite de péripéties très convenues et prévisibles. Si cette intrigue amoureuse n’a d’original et d’inventif que le surnaturel de la relation triangulaire de ses protagonistes, elle révèle tout de même un des effets pervers inattendus de la « vallée dérangeante » dans la mesure où l’exacte ressemblance est aussi un sujet horrifique pour la jeune femme qui ne peut concevoir de réalité dans laquelle il y aurait deux Pierre de Givreuse. La résolution de cette intrigue consiste à fixer définitivement les rôles que se donnent les jumeaux : Pierre de Givreuse et Philippe Frémeuse deviennent définitivement deux entités distinctes, l’un poursuivant la vie qui avait été mise en suspens avant la guerre et le second, sur lequel le récit se concentre plus particulièrement, construisant son identité à partir de son retour à la vie civile. Éjecté du triangle amoureux, Philippe devient l’unique sujet d’un récit le faisant vivre de nouvelles péripéties en accord avec l’actualité du conflit. Ces épisodes en marge du récit principal sont une façon de glorifier l’héroïsme des soldats français et de séduire les potentiels lecteurs, sinon du roman en entier, au moins ceux de sa prépublication dans La Revue parisienne. Si ces épisodes sont n’ont peu ou pas d’incidence sur l’intrigue principale, ce sont les seuls dans l’ensemble du roman qui proposent une représentation frontale de la guerre en cours.

17Dans sa préface de Confidences sur l’amitié des tranchées, Rosny cite un passage d’un de ses articles, publié en 1917 dans le Bulletin des Armées de la République, et qui pourrait accompagner le projet d’écriture de L’Énigme de Givreuse : « Je pense aux liens nouveaux qui vont se former entre les êtres… Est-il possible que ce prodigieux mélange d’âmes ne fasse pas naître des affections robustes, est-ce qu’après avoir combattu et souffert ensemble, des milliers de frères d’armes ne demeureront pas liés les uns aux autres pour la vie ? Songez aux aventures sans nombre, aux émotions poignantes qu’ils ont partagées… et à quoi vraiment on ne peut comparer les pauvres incidents de la vie quotidienne, lesquels, cependant, créent des liens étroits et constants entre les jeunes et les vieux hommes. » (Rosny aîné, 1918, p. 2). En construisant une fable d’amitié permettant d’accepter la ressemblance des Givreuse, Rosny développe en récit un propos universel sur l’amitié qui peut naître entre deux frères d’armes. Ce n’est pas tant l’énigme scientifique qui est au cœur de ce discours que tous les soldats représentés par métonymie dans le duo Givreuse. Si l’on fait abstraction de leurs aventures individuelles loin du front et de leurs souvenirs communs, Pierre et Philippe sont deux individus marqués par la guerre dont l’identité s’est retrouvée gommée au sein de l’armée. Le retour à la société est d’autant plus difficile qu’indépendamment de leur statut de blessés de guerre, ils sont en quête d’identité ; ou du moins ils ne savent pas quelle identité choisir – celle, insouciante, d’avant-guerre, ou celle marquée par les affrontements et l’horreur banalisée sur le front.

18Il est d’ailleurs intéressant de noter que si le résultat de l’intrigue amoureuse éloigne Philippe de Valentine, celui-ci vit une seconde romance avec une ancienne conquête, Thérèse, ce qui lui permet de se détacher du couple Pierre-Valentine sans devenir un paria et de rétablir l’ordre de des relations entre chacun de ces personnages. Preuve de l’achèvement de la construction identitaire, Philippe fait part de ses sentiments envers elle à Pierre : « Remarque que je ne l’aime pas par un retour du passé, le passé serait presque un obstacle : je l’aime pour un renouvellement de ma personne et de la sienne, qui est aussi inexplicable que notre unité » (Rosny aîné, 1917, p. 158). Ce à quoi répond le narrateur à la suite de l’épisode guerrier quand Philippe rejoint Thérèse : « Philippe vit passer dans les yeux éclatants cette lueur d’incendie qui, jadis, précédait leurs étreintes… Le passé s’incarna dans le présent et Philippe, perdant la tête, avança les bras pour saisir la jeune femme. » (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 175).

19Enfin, dans la suite du récit, si les jumeaux prennent de la distance l’un de l’autre à cause du problème causé par leurs identités, leur relation perdure au-delà de leur éloignement géographique et des vies différentes qu’ils mènent. Dans sa préface, Rosny concluait dans une déclaration qui ne peut que désigner indirectement ses personnages : « Je connais quelques cas où l’amitié a pu naître et persévérer, où désormais deux cœurs sont unis jusqu’à l’heure des séparations suprêmes. ».

  • 13 Elles sont nombreuses dans L’Aube du futur à évoquer le désir de rassemblement des états européens (...)

20On pourrait aussi supposer que Rosny ouvre son discours non seulement aux soldats français, mais aussi à ceux du camp d’en face. Si son roman n’évoque pas directement les liens entre les groupes belligérants, il ouvre à une lecture plus globale sur le conflit en cours. Faute de preuves suffisantes dans le roman ou dans des documents de travail de l’auteur nous ne pouvons que conjecturer cette analyse, qui serait tout de même étayée par plusieurs de ses réflexions13 : en proposant la division d’un seul être en deux entités distinctes qui ne peuvent vivre l’une sans l’autre, Rosny évoque aussi le conflit fratricide sanglant entre la France et l’Allemagne – et les jeux d’alliances – dans une allégorie de la fracture de l’Europe. Dans une vision humaniste de ce conflit, Rosny suggère que sa résolution ne se fera pas en revenant à un statu quo de toute façon impossible à reproduire, mais en recréant, à l’image de Pierre et Philippe, deux identités, deux destinées différentes et proches.

Rêveries poétiques et hypothèses conjecturales sur l’actualité des sciences

21Là où la superstition domine largement l’intrigue amoureuse et l’essentiel du récit, une seconde intrigue se développe en parallèle des aventures des Givreuses. Quand leur quête consiste à retrouver ou recréer leur identité, cette seconde intrigue interroge les raisons scientifiques de leur situation.

22Dans ce récit c’est bien une pensée rationaliste qui prend le pas sur le mysticisme grâce à la présence de plusieurs figures de savants qui dominent cette intrigue scientifique et les péripéties des jumeaux Givreuse. Le docteur Savarre, le neurologue qui s’occupe de leur cas et accompagne Philippe dans sa quête de recréation identitaire, s’érige en figure d’enquêteur-scientifique en posant comme prémisses de ses recherches que ce qui leur est arrivé relève d’un fait moins surnaturel qu’extraordinaire. Au cours de son enquête, il incarne la méthode scientifique employée dans le récit pour résoudre l’énigme. Il est ainsi décrit au milieu du roman : 

C’était un esprit aussi libre que le comporte l’infirmité humaine. Il n’avait remplacé ses croyances religieuses par aucune des superstitions des hommes de science. Rien ne lui semblait incroyable. Selon lui, l’absurde n’existait point ; et toute contradiction pouvait être une apparence : « Qu’est donc la raison sinon une cristallisation d’antiques expériences ? » (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 67).

  • 14 « Nous pouvons aussi appliquer des méthodes d’exploration scientifique à des objets, des êtres ou d (...)

23Plutôt que de considérer le dédoublement des Givreuse comme un fait ex nihilo comme pouvaient le faire les premiers médecins et infirmiers de l’hôpital militaire, il confronte les hypothèses avec des faits vérifiables. Ainsi il compare le poids des deux individus avec celui atteint par Pierre avant d’entrer dans l’armée, strictement inférieur de moitié à leur sortie de l’hôpital et en totale disproportion avec le volume des corps. Maurice Renard avait déjà noté cette propension chez Rosny à faire appliquer la méthode scientifique par ses personnages. Ainsi écrivait-il à propos de La Force mystérieuse : « Puisque le savant doit jouer le premier rôle dans les fééries modernes, il semble donc que le roman merveilleux-scientifique soit appelé à recueillir tous les suffrages futurs, et que l’arc électrique puisse seul remplacer la lampe éteinte d’Aladin. » (Renard, 1914). Malgré son appellation oxymorique le merveilleux scientifique tel qu’il est fixé et théorisé par Renard suppose l’usage rigoureux d’explications scientifiques auxquelles doit se soumettre le romancier et l’impérieuse nécessité de « lancer la science en plein inconnu »14. Jacques Van Herp s’inscrit dans la continuité de Renard quand il écrit dans sa préface de l’anthologie J.-H. Rosny aîné, récits de science-fiction qu’« il n’y a de vraie science-fiction que lorsqu’un auteur invente une science nouvelle » (Van Herp, 1975, p. 10).

24Dans cette logique l’enquête de Savarre le mène aussi à s’interroger sur les causes et les conséquences qui entourent le moment, indéterminable avec précision, de la bipartition et constate, entre autres choses, que l’endroit où Pierre est tombé n’est pas celui où ses deux parties ont pu être retrouvées. Il en vient aussi à suggérer que l’évènement puisse avoir des raisons biologiques, psychiques et même sociales. Ce sera dans un second temps qu’il mènera son enquête de terrain afin de confronter ces observations et hypothèses à de nouveaux protocoles d’expérimentation. Ce détachement ultra-rationaliste devant un fait aussi extravagant n’est pas inédit chez Rosny aîné et on le retrouvait déjà dans « La jeune vampire » (1911). Dans ce court roman, un homme s’aperçoit que le corps de sa femme est possédé par une vampire qui, malgré elle, absorbe l’énergie vitale du mari.

25Dans un traitement rationalisant à l’excès la continuité entre la maladie et le vampirisme caractéristique de la littérature fantastique du xixe siècle, le vampirisme est traité ici comme le symptôme d’une maladie et un neurologue s’occupe de soigner la jeune femme, non de sa possession, mais en l’aidant à vivre sans être obligée d’absorber les forces vitales de son mari. Le paroxysme du détachement rationaliste est atteint quand le scientifique, qui s’aperçoit que le sang quitte le corps du mari non pas à cause d’une morsure mais par magnétisme quand ils sont à proximité l’un de l’autre, déclare dans un jargon scientifique : « Pas même une piqûre, et le sang a passé… ce qui contredit brutalement tout ce que nous savons sur l’osmose tégumentaire » (Rosny aîné, [1911] 2012, p. 414). Et de poursuivre, guilleret : « Tout mon dévouement est acquis à madame […]. S’il lui faut du sang humain, on le lui donnera sans compter ! Et avec un petit rire : Nous nous cotiserons s’il le faut ! Nous ne manquons pas de jeunes hommes ni même de jeunes femmes dévouées à la science ».

26Dans « La jeune vampire » tout comme dans L’Énigme de Givreuse, le mystère scientifique ne relève ni du surnaturel ni même d’une fantaisie de la nature. Dans un cas la possession vampirique résulte de symptômes intrigants mais explicables physiologiquement et dans le second la seule hypothèse considérée comme viable est que la bipartition a une cause naturelle qui n’a encore jamais été observée : « Il faudrait en effet supposer non seulement que chaque cellule de Pierre de Givreuse s’est divisée en deux cellules, mais encore que toute la partie minérale ou pseudo-minérale du corps s’est divisée d’une manière analogue. […] Il est clair que c’est d’une absurdité monstrueuse. Mais l’absurde ne doit jamais nous arrêter : l’histoire des sciences nous le montre à chaque pas. » (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 70). Dans ces deux romans, le neurologue qui défend la pensée rationaliste évacue le miracle et le merveilleux pour ne croire qu’aux lois naturelles et nous pourrions généraliser aux très nombreuses figures d’hommes de science qui parcourent l’œuvre de Rosny : Bakhoûn, le narrateur préhistorique des Xipéhuz (1887) observe de longues semaines le comportement social de ces Xipéhuz qui menacent l’humanité, avec un détachement et une froideur scientifique à la manière des savants naturalistes afin de comprendre leur fonctionnement et de trouver un moyen de les vaincre. Il faut bien sûr y voir un avatar tardif des thèses de Claude Bernard appliquées par Emile Zola dans le roman naturaliste, à la différence que Rosny y remplace le travail de documentation dans ses romans merveilleux scientifique par de la conjecture rationnelle, pour reprendre les mots de Pierre Versins.

  • 15 Les Ménechmes est une comédie de Plaute et reprise par Shakespeare dans sa Comédie des erreurs entr (...)
  • 16 « J.-H. Rosny aîné et le Merveilleux Scientifique », par Jean Morel, fut publié dans le Mercure de (...)

27Jean Morel remarquait une spécificité de L’Énigme de Givreuse qui n’apparaît effectivement pas dans « La jeune vampire » et les autres romans de Rosny : « Une seule fois, dans L’Énigme de Givreuse, il a utilisé, pour rajeunir la vieille fiction des Ménechmes15, une possibilité de la physique moderne qui pressent la dissociation de l’atome. Ce n’est pas sa manière habituelle, il dédaigne généralement d’exploiter les découvertes récentes ou imminentes de ses contemporains et se soucie moins d’une vraisemblance particulière et immédiate que d’une probabilité générale et transcendante.16 » En plus de l’enquêteur scientifique Savarre, respecté par ses pairs dans la communauté scientifique, apparaît une autre figure de savant, Antoine de Grantaigle qui se révèle être à l’origine de l’expérience qui a causé la bipartition des Givreuse. Bien qu’il ait disparu lors du bombardement qui a causé la destruction de son laboratoire et l’accident de Givreuse, plusieurs témoins permettent à Savarre d’en apprendre plus sur lui et ses travaux. Il est ainsi décrit comme un scientifique ayant eu jadis une certaine célébrité grâce à quelques découvertes en chimie et physique fondamentales avant de se retirer du monde pour poursuivre en secret ses recherches.

  • 17 Voir par exemple le volume sur le sujet dirigé par Hélène Machinal : Le Savant fou, Presses Univers (...)

28S’instaure une différence importante entre les deux scientifiques : quand Savarre est un médecin reconnu par la communauté scientifique et même du grand public, qui entend défendre la raison et la vérité objective, Grantaigle rappelle toute une tradition de savants fous retirés du monde pour poursuivre des recherches permettant d’altérer la perception des lois naturelles fondamentales, filiation littéraire que l’on pourra lier depuis Frankenstein à Grantaigle en passant par les docteurs Moreau et Lerne chez Wells et Maurice Renard par exemple17. Savarre est un homme du présent tandis que Grantaigle incarne le passé, tant du point de vue de sa filiation littéraire que de son exclusion du temps narratif du récit.

29Au cours de son enquête, Savarre fait la rencontre de l’ancien assistant de Grantaigle qui accepte de lui donner quelques éclaircissements sur les travaux de son maître. L’assistant achève d’exclure Grantaigle de la contemporanéité scientifique du récit en le désignant comme supérieur à ses illustres contemporains : « Mon maître était certainement le plus puissant génie scientifique, et de beaucoup, qui ait paru sur la Terre. Un Faraday, un Ampère, un Carnot, un Maxwell, un Curie, si grands soient-ils, ne sauraient lui être comparés » (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 179). Les travaux de chacun de ces scientifiques s’appuient sur l’étude de sciences fondamentales en chimie, en physique et en mathématiques, que Grantaigle aurait dépassées lors de son retrait du monde et de la communauté scientifique.

  • 18 En 1865, Verne n’avait pas vécu le siège de Paris après la bataille de Sedan et il ne connaîtra jam (...)
  • 19 Citons deux œuvres de Verne bien connues qui prédisent un développement des armes de guerre : Les C (...)

30Rosny confronte ici les deux figures de scientifique. D’un côté Grantaigle est un exemple archétypal de savant fou dont le principe même des travaux – et ses résultats inattendus sur Pierre de Givreuse – a pour ambition de détourner les lois de la nature. Face à lui Savarre est le savant moderne, un neurologue, dont les recherches vont dans le sens d’une explication rationnelle du monde. C’est une mise en scène très symbolique que propose Rosny dans la fin de son roman : le contraste entre ces deux scientifiques est d’autant plus marqué que le laboratoire de Grantaigle était situé près des lignes de front. Le récit commençant par la découverte des jumeaux Givreuse après la bataille, il écarte de sa diégèse Grantaigle, dont la mort est survenue conséquemment à la destruction du laboratoire. Ils incarnent chacun des figures littéraires advenues ou en devenir bien distinctes. À travers eux nous faisons la lecture d’une confrontation entre la science « magique » des récits précédemment cités du xixe siècle qui s’achève et la science rationnelle du siècle qui s’ouvre. La destruction du laboratoire de Grantaigle par des armes de guerre est d’ailleurs la représentation prophétique d’un phénomène qui surviendra après la Première Guerre mondiale : la prise de conscience, notamment par les nations occidentales, que la technologie peut être néfaste ainsi que la disparition presque immédiate d’un futur scientifique optimiste dans les œuvres de fiction, quand à l’inverse les membres du Gun-Club de Baltimore louaient le bond scientifique en armement après la guerre de Sécession chez Jules Verne, aboutissant à l’envoi d’un boulet de canon sur la Lune à l’aide d’une gigantesque pièce d’artillerie18. L’histoire littéraire de la science-fiction au xxe siècle retiendra davantage la figure qu’incarne Savarre : celle de scientifiques froids et rationnels plutôt que passionnés et obnubilés par leurs recherches En plein conflit, Rosny se saisit déjà d’un questionnement éthique déjà existant19 qui sera amplifié après-guerre, offrant aux auteurs de science-fiction un matériau presque inépuisable de récits.

  • 20 Sous-catégorie de récits de science-fiction dans lesquels les technologies décrites et les découver (...)

31Quant à la résolution de l’énigme scientifique proprement dite, elle se fera au cours de l’échange entre l’assistant de Grantaigle, Bourlande, et Savarre dans un développement que l’on pourra rapprocher de manière anachronique de la hard science fiction20. Une fois évacuées les hypothèses qui ont fait de Pierre de Givreuse une victime à corps défendant des expériences de Grantaigle et de nombreux détails techniques et théoriques impliquant l’utilisation de radium et d’énergies électriques, le raisonnement des deux hommes amène aux explications scientifiques, selon eux, les plus probables bien qu’extraordinaires :

─ Selon mon Maître, la matière, l’énergie, l’esprit ne seraient que des conceptions humaines… il n’admettait que des existences. Je tâcherai de vous expliquer cela plus tard. […]

─ Comment concilier cela avec le dédoublement de Pierre de Givreuse ? Une part de Pierre était indissoluble par définition.

─ Aussi bien, si les hypothèses de mon Maître expriment une réalité, cette part n’a pas pu se diviser. Elle s’est coordonnée avec un des corps nouveaux. Un autre être a rejoint le deuxième corps. […] Si l’hypothèse de mon Maître, ou même l’antique hypothèse des esprits, est admise dans son ensemble, à toute genèse – et je n’ai pas besoin de faire remarquer de quels évènements capricieux dépendent, en apparence, les genèses humaines – il faut bien qu’un être nébulaire soit présent. […]

─ De plus, chacun des deux hommes se croit Pierre de Givreuse !

─ Sur la terre, quelle que soit l’origine des êtres, nous n’avons que des souvenirs terrestres… Celui qui n’était pas Pierre de Givreuse, a trouvé ces souvenirs tout formés. […]

─ L’homme ne saura jamais ! murmura Savarre.

─ S’il avait dû savoir, fit doucement Bourlande, tout lui aurait été révélé à son aurore ! (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 199).

  • 21 Ce n’est pas le seul ouvrage fictif ou resté à l’état d’annonce de J.-H. Rosny aîné. Voir aussi Étu (...)

32Passionné par les sciences auxquelles il voue « une passion poétique » (Rosny aîné, 1921, p. 12), Rosny reprend en sous-texte comme ultime développement de son intrigue scientifique, la loi fondamentale de conservation de la masse, ou loi de Lavoisier. Quand le volume des Confidences sur l’amitié des tranchées permettait d’appréhender l’intrigue humaine de L’Énigme de Givreuse, la célèbre citation de Lavoisier sur la loi de conservation de la masse illustre parfaitement la résolution de l’intrigue scientifique : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, car rien ne se crée, ni dans les opérations de l’art, ni dans celles de la nature, et l’on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et après l’opération ; que la qualité et la quantité des principes est la même, et qu’il n’y a que des changements, des modifications » (Lavoisier, 1789). Il ne s’agit pas, comme le pensait Savarre, d’une bipartition comme moyen primitif de reproduction qui serait à l’origine du dédoublement de Pierre de Givreuse, mais d’une fusion et séparation de deux corps distincts dans lesquels seuls les souvenirs d’un unique individu seraient conservés. Cette référence scientifique permet aussi de soutenir la métaphore de la fracture que Rosny renvoie au conflit géopolitique en cours. Il profite aussi de cet échange fictionnel entre les deux scientifiques pour glisser une note de bas de page dans laquelle il précise : « Il est possible que la théorie de Grantaigle soit développée par nous, dans un article ou une brochure, sous le titre : Théorie nouvelle de l’Immortalité21 » (Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 199).

  • 22 Ce mode d’expression mélangeant la forme de l’essai et du récit apparaît dans d’autres « essais rom (...)

33L’inscription du roman de Rosny dans le présent de son écriture apparaît ainsi dans son dispositif littéraire qui rend, pendant la conclusion de l’intrigue scientifique, la narration très proche de la forme de l’essai de philosophie scientifique. Adepte de la pluralité des genres et des dispositifs, Rosny ne voyait manifestement aucune difficulté à croiser ces deux formes d’expression à première vue antagonistes22. Par le biais de la fiction, Rosny évite de se confronter aux inévitables écueils que ces hypothèses auraient soulevés si elles avaient été présentées à la communauté scientifique. En utilisant une figure savante intouchable – Grantaigle se dit au-dessus des illustres scientifiques de son temps, son décès et la destruction de son laboratoire empêchent le moindre protocole d’évaluation de ses travaux – Rosny a toute liberté pour se laisser aller aux plus grandes fantaisies et fantasmes où ses propres réflexions le mènent. En croisant dans L’Énigme de Givreuse deux types de discours a priori antagonistes, l’essai et la narration, Rosny fait surgir pour la première fois dans son œuvre de fiction une nouvelle forme romanesque hybride qui les réconcilie. Le discours pseudo-scientifique y est plus naturellement assumé en créant un pacte de lecture dès les premières pages du récit : « Nous sommes dans une réalité supérieure ! ». L’hybridité générique de la fiction et de l’essai permet de mettre en place des éléments scientifiques fictionnels crédibles pour le lecteur qui n’entrent pas en concurrence avec sa propre connaissance des phénomènes physiques. Le roman devient donc une conjecture rationnelle dans laquelle les théories scientifiques de l’auteur peuvent y être exprimées tout en satisfaisant le désir d’étonnement – le sense of wonder de la science-fiction – du lecteur.

Conclusion

  • 23 Tout juste est-il cité par Jean-Jacques Pollet, germaniste, dans un article sur Rosny pour le volum (...)
  • 24 Toujours d’après Jaeger et malgré les quelques erreurs qui parsèment son travail de bibliographie, (...)

34Il est surprenant que L’Énigme de Givreuse ne fasse pas partie du corpus régulièrement étudié des romans de merveilleux scientifique de Rosny aîné à l’instar des Xipéhuz (1887), de La Mort de la Terre (1908) ou des Navigateurs de l’Infini (1925). Ce roman, qui n’a eu que peu de rééditions depuis sa publication originale, a semble-t-il été boudé par la critique littéraire aussi bien au moment de sa parution que depuis23. De même, Gérard Jaeger dans sa Bibliographie critique le présente comme un roman d’intrigue amoureuse, occultant la dimension scientifique du récit. Pourtant, il est représentatif d’un changement net dans la production romanesque de Rosny : après la guerre il y a une véritable concurrence du roman de mœurs sur la forme du récit scientifique ou préhistorique qui a fait son succès populaire et critique au début de sa carrière24.

35Reprenant une citation bien connue de Rosny, « chez moi, le réalisme se mêle intimement au plus chimérique idéalisme… je demeure incompréhensible si l’on oublie mon goût pour la métaphysique et la science… la science est pour moi une passion poétique » (Rosny aîné, 1921, p. 11-12), Roger Bozzetto notait avec justesse que Rosny « donne libre cours à ses rêveries sur les hypothèses scientifiques » (Bozzetto, 1986). L’Énigme de Givreuse est bien un roman qui marque à de nombreux égards la dualité de son présent ainsi que celle de son auteur, mêlant avec habileté sa « passion poétique » pour les sciences et ses « rêveries poétiques devant l’exubérance de la réalité et de ses possibles » (Ibid.).

36C’est enfin un roman qui illustre parfaitement la poétique littéraire de Rosny aîné aussi bien dans son contenu que dans sa forme qui combine intrigue amoureuse et sociale et intrigue scientifique. Le mélange du rationnel et de l’étrange dépasse le classicisme des canons du fantastique pour proposer une fiction résolument moderne, mais dans une modernité en construction : Rosny prophétise dans son roman les changements en cours dans la littérature d’imagination scientifique. En parallèle avec la Première Guerre mondiale qui mettra fin au « grand » dix-neuvième siècle, ce roman hybridant discours sur les sciences expérimentales et sur les sociétés manifeste une volonté de mettre une fin au récit scientifique fondé sur le simple dévoilement d’une technologie inédite ou d’une découverte nouvelle.

Haut de page

Bibliographie

Altairac, Joseph, « Rosny aîné, précurseur de la Science-fiction française », in Les Navigateurs de l’impossible, Paris : Imaginaires sans frontières, 2001, p. 445-448.

Baronian, Jean-Baptiste, « J.-H. Rosny aîné, visionnaire et précurseur ». In Romans préhistoriques, Paris : Robert Laffont, 1985, p. 7-14, coll. « Bouquins ».

Bourquelot-Kirsch, Lucile, « Zola et les jeunes écrivains : présentation et publication de la correspondance échangée entre Zola et J.-H. Rosny aîné ». Les Cahiers Naturalistes, no 70, 1970.

Bozzetto, Roger, « Rosny et ses chimères », in La Belgique  : un jeu de cartes  ? De Rosny aîné à Jacques Brel, Presses Universitaires de Valenciennes, 2003, p. 27-36.

Bozzetto, Roger, « Wells et Rosny, le sens d’un parallèle, la forme d’un duo », Europe, nᵒ 681‑82, 1986.

Clermont Philippe, « Science darwiniste et fiction spéculative, l’exemple de J.-H. Rosny aîné », Alliage, no 57‑58, 2006. Disponible en ligne, URL : <http://www.knowtex.com/nav/n-57-58-special-science-et-litterature-revue-alliage_16005>

Clermont Philippe, « Visions d’altérité chez Rosny aîné », in Rosny aîné et les autres formes, Otrante, vol. 19‑20, Paris : Kimé, 2006, p. 81-95.

Clermont, Philippe, « Conceptions de la science-fiction  : essai de métacritique historique », Cycnos 1, no 22, 2005, p. 41-54.

Evans, Arthur B, « Les origines de la critique de science-fiction  : de Kepler à Wells ». Traduit par Aurélie Villers. ReS Futurae. Revue d’études sur la science-fiction, no 1 (21 décembre 2012). doi :10.4000/resf.153.

Evans, Arthur B, « Science Fiction vs Scientific Fiction in France From Jules Verne to J.-H. Rosny Aine ». Science Fiction Studies, no 44, mars 1988.

Faris, Wendy B, Ordinary Enchantments. Magical Realism and the Remystification of Narrative, Nashville, Vanderbilt University Press, 2004.

Gouanvic, Jean-Marc, « Vers la science-fiction moderne », Europe, no 681‑82, 1986.

Huftier Arnaud, « Déliquescence et déplacement du merveilleux scientifique  : Maurice Renard, André Couvreur et Rosny aîné », in La Belgique  : un jeu de cartes  ? De Rosny aîné à Jacques Brel, Presses Universitaires de Valenciennes, 2003, p. 75-132.

Huftier Arnaud, « Rosny aîné et le “vertige de l’être”  : Les Compagnons de l’univers, à la lumière de la philosophie pluraliste », in Un Seul Monde. Relectures de Rosny aîné, Presses Universitaires de Valenciennes, 2010.

Huftier Arnaud, « Rosny aîné et les formes de l’autre », in Rosny aîné et les autres formes, Otrante , vol. 19‑20, Paris : Kimé, 2006, p. 7-36.

Huftier Arnaud, « Rosny aîné et les frontières  : l’entre-deux guerres et l’entre-deux terres », in La Belgique  : un jeu de cartes  ? De Rosny aîné à Jacques Brel. Presses Universitaires de Valenciennes, 2003, p. 11-26.

Jaeger Gérard, Approche critique et bibliographique des frères Rosny : Joseph-Henri Honoré (1856-1940) et Séraphin-Justin François (1859-1948) Boëx, Sherbrooke, Canada : Naaman ; Lausanne : le Front littéraire, 1986

Lavoisier, Antoine, Traité élémentaire de chimie, Paris : Cuchet, 1789.

Masahiro Hori, « The Uncanny Valley ». Traduit par Karl F. MacDorman et Takashi Minato, Energy, 1970.

Morel, Jean, « J.-H. Rosny aîné et le merveilleux scientifique », Mercure de France, no 667, 1926.

Murail, Lorris, « L’Aube du futur de Rosny aîné », Science-Fiction, no 5, 1985, p. 66-69.

Pagès, Alain, « Le retour du manifeste », in Un Seul Monde. Relectures de Rosny aîné, Presses Universitaires de Valenciennes, 2010.

Polette, René, « Rosny aîné  : poète de l’infini  ? » Europe, no 681‑82, 1986.

Pottier, Jean-Michel, « La Recherche d’un manifeste, ou “Comment j’ai fait mes romans sociaux”, une conférence inédite de Rosny aîné ». Les Cahiers Naturalistes, no 80, 2006.

Pottier, Jean-Michel, « Reparler de J.-H. Rosny, Chronobibliographie », Les Cahiers Naturalistes, no 70, 1996.

Renard, Maurice, « Du roman merveilleux scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès », Le Spectateur n° 6, octobre 1909.

Renard, Maurice, « Le merveilleux scientifique et La Force mystérieuse de J.-H. Rosny aîné », in La Vie, n° 16, 15 juin 1914.

Rosny aîné, Joseph-Henri, La Mort de la Terre, Paris : Denoël, coll. « Présence du futur », [1908] 1958.

Rosny aîné, Joseph-Henri, « La jeune vampire » (1911) in La Guerre des règnes, Paris : Bragelonne, 2012, p. 403-444.

Rosny aîné, Joseph-Henri, L’Énigme de Givreuse (1917a), Paris : Nouvelles Éditions Oswald, 1982.

Rosny aîné, Joseph-Henri, « Les Guerres possibles », in L’Aube du futur, Paris : G. Cres & Cie, coll. « Bellum », 1917b.

Rosny aîné, Joseph-Henri, Confidences sur l’amitié des tranchées, Paris : Flammarion, 1918.

Rosny aîné, Joseph-Henri, Torches et lumignons, Paris : La Force française, 1921.

Van Herp, Jacques, « Et la science-fiction naquit... », in J.-H. Rosny aîné  : récits de science-fiction, Belgique : Bibliothèque Marabout, 1975, p. 17-20.

Sitographie

Mundzik Fabrice, Blog dédié aux frères J.-H. Rosny [en ligne], 2015, http://jhrosny.overblog.com/

Boutel Jean Luc, Sur l’autre face du monde, le site des passionnés de Merveilleux Scientifique [en ligne], 2015, http://www.merveilleuxscientifique.fr/

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un recueil de lettres écrites par des soldats au front, compilées et parfois commentées par Rosny. Comme il l’explique dans sa préface, l’ouvrage a été commandé par et pour Le Bulletin des Armées avant que celui-ci ne soit subitement condamné à mort par le Ministre de la Guerre, en 1918. Ce volume publié par Rosny en son nom contient un échantillon des témoignages reçus.

2 Lire à ce sujet sa conférence « Comment j’ai fait mes romans sociaux », reproduite et commentée par Jean-Michel Pottier dans les Cahiers Naturalistes n° 80 sous le titre « La recherche d’un manifeste », 2006. Pour éviter d’être assimilé au naturalisme de Médan, Rosny préférait désigner ses romans de mœurs (Nell Horn […] roman de mœurs londoniennes, Le Termite, roman de mœurs littéraires, etc.) et d’enquêtes sociales (Le Bilatéral, La Vague Rouge) comme étant des « romans sociaux ». Voir aussi Bourquelot-Kirsch, 1970 et Pagès, 2006.

3 Notons que ce creux correspond à un net clivage de publications entre l’avant et l’après-guerre : avec une médiane de trois romans publiés annuellement entre 1886 et 1914, on constate à partir de 1919 à une moyenne de cinq romans annuels avec des pics à huit en 1924 et sept en 1929 et 1930. D’après Jaeger, 1986.

4 Antoine Albalat, chroniquant le roman dans le Journal des débats politiques et littéraires n° 137 du 16 mai 1916 écrira : « Trois aviateurs poursuivis sont obligés d’atterrir en Allemagne et, sous des vêtements automobilistes, s’en vont à pied dans la nuit. Que va-t-il leur arriver ? Tel est le sujet. Ce roman, prodigieusement vivant, vous prend dès la première page et vous emporte d’un trait jusqu’à la fin. Il est écrit avec une sobriété magistrale, un sens de la réalité transfiguré par de saisissantes notations descriptives et une jolie atmosphère de paysages nocturnes. » Auteur très populaire, Rosny ne manquait pas non plus l’occasion d’écrire sur des sujets qui raviraient un lectorat très large. Comme nous le verrons aussi plus tard, des fragments glorifiant l’héroïsme des soldats français apparaissent dans L’Énigme de Givreuse.

5 Zola avait ses Rougon-Macquart, dans une bien moindre mesure, Rosny avait ses Lérande : Les Rafales (1911), Dans les rues (1912), Et l’amour ensuite (1915), Les Arrivistes… et les autres (1934).

6 « C’est en Asie et en Amérique qu’éclateront les grands conflits. […] Dans la guerre actuelle, c’est incontestablement l’artillerie qui est l’arme prédominante. […] Une bataille comme celle de Verdun peut, à de certains égards, être comparée à un tremblement de terre : toutefois, la nature l’emporte de beaucoup pour la rapidité des moyens ; à Messine, il n’a fallu que quelques minutes pour anéantir cent mille vies humaines. » (Rosny aîné, 1917b).

7 Cet ultime mystère n’est d’ailleurs pas sans évoquer « l’opération circéenne » pratiquée par le Docteur Lerne dans le roman de Maurice Renard (1908) du même nom. Le romancier y postule que par une habile chirurgie, il est possible de transplanter une âme dans un corps différent : ainsi le narrateur se réveille-t-il dans le corps d’un taureau, ou, dépassant encore les limites de l’impossible, le scientifique Lerne greffe sa propre âme dans une automobile à la toute fin du récit.

8 Soulignons d’ailleurs que Rosny aîné a signé, jusqu’en 1908, « J.-H. Rosny » les romans écrits à quatre mains avec son frère cadet Rosny jeune.

9 Une précision s’impose : nous évoquons le thème du double exact créé scientifiquement et ne relevant pas d’une psychopathologie ou de récits apparentés au fantastique.

10 « A mode of writing that combines realism and the fantastic so that the marvelous seems to grow organically within the ordinary, blurring the distinction between them », Faris, 2004.

11 Stéphanie Walsh Matthews, Le réalisme magique dans la littérature contemporaine québécoise, thèse de Philosophie, Graduate Department of French University of Toronto, 2011. Nous souhaitons nuancer notre propos à la suite de ces références : bien que nous estimions le rapprochement pertinent dans l’analyse du début du roman, l’apparition du réalisme magique y est accidentelle et ne peut s’appliquer à une lecture globale de l’œuvre pour des raisons chronologiques et géographiques. Stéphanie Matthews continue de cette manière son propos : « Les romans réalistes magiques sont fondamentalement marqués par des thèmes subversifs qui expriment un commentaire sur le contexte social. Pour certains théoriciens du genre, c’est en effet la contestation qui inspire l’écriture réaliste magique. ». Cette seconde partie de la définition ne fonctionne pas pour L’Énigme de Givreuse et probablement pas pour l’ensemble de l’œuvre de Rosny aîné.

12 Représentation visuelle de la courbe de familiarité qu’un être humain peut avoir envers un objet ou un être vivant anthropomorphe. Au plus celui-ci se rapproche visuellement de l’homme, au plus les infimes détails qui révèlent sa nature non-humaine vont être dérangeants. Un robot grossièrement humanoïde ne va pas avoir d’effet particulier tandis que le visage figé d’un clown ou d’une poupée de cire peuvent être à l’origine de véritables terreurs. Voir aussi Masahiro Hori, The Uncanny Valley, Energy, 1970, 7(4), p. 33-35, disponible à cette adresse : http://www.androidscience.com/theuncannyvalley/proceedings2005/uncannyvalley.html (consulté le 01/12/2015).

13 Elles sont nombreuses dans L’Aube du futur à évoquer le désir de rassemblement des états européens en vue d’une paix durable de la part de Rosny : « [La Grande-Bretagne] fera des efforts persévérants pour rendre la paix durable et elle visera à la création des États-Unis d’Europe : cette tentative n’ira pas sans un peu d’utopie et même d’imprudence. » (Rosny aîné, 1917b, p. 35), ou encore « lorsque l’horreur aura pris fin, lorsque les mois les plus troubles d’après-guerre se seront évanouis, lorsque les souffrances feront place aux mélancolies, l’humanité recommencera à vivre, comme elle fit après tant d’autres cataclysmes », (Rosny aîné, 1917b, p. 98).

14 « Nous pouvons aussi appliquer des méthodes d’exploration scientifique à des objets, des êtres ou des phénomènes créés dans l’inconnu par des moyens rationnels d’analogie et de calcul, par des présomptions logiques. […] Il s’agit de lancer la science en plein inconnu et non pas d’imaginer qu’elle a enfin accompli telle ou telle prouesse en voie réelle d’exécution. Il s’agit, par exemple, d’avoir l’idée d’une machine à explorer le temps, et non pas d’admettre qu’un personnage fictif a construit un sous-marin dans le moment même où les ingénieurs authentiques sont sur la piste de cette découverte. Et si j’insiste là-dessus, c’est que là, justement, réside la grande différence entre Wells et Jules Verne, si souvent confondus. Jules Verne n’a pas écrit une seule phrase de merveilleux scientifique. De son temps, la science était grosse de certaines trouvailles ; il s’est borné à l’en croire accouchée, devant qu’elle ne le fût. Il a à peine anticipé sur des découvertes en germination. » (Renard, 1909).

15 Les Ménechmes est une comédie de Plaute et reprise par Shakespeare dans sa Comédie des erreurs entre 1592 et 1594. Ces deux comédies mettent en scène des jumeaux parfaitement identiques avec tous les quiproquos que cela suggère. Rosny l’évoque d’ailleurs dans le roman : « Comment ! Les Menechmes… Sosie… nous sommes dans le naturel et le surnaturel les plus classiques. », Rosny aîné, [1917a] 1982, p. 27.

16 « J.-H. Rosny aîné et le Merveilleux Scientifique », par Jean Morel, fut publié dans le Mercure de France n° 667 du 1er avril 1926.

17 Voir par exemple le volume sur le sujet dirigé par Hélène Machinal : Le Savant fou, Presses Universitaires de Rennes, 2013.

18 En 1865, Verne n’avait pas vécu le siège de Paris après la bataille de Sedan et il ne connaîtra jamais les états de service de la « Grosse Bertha » pendant la Première Guerre mondiale.

19 Citons deux œuvres de Verne bien connues qui prédisent un développement des armes de guerre : Les Cinq Cents Millions de la Bégum (1879) et Face au drapeau (1896). Albert Robida illustre la terrible utilisation d’armes bactériologiques dans les deux versions de La guerre au xxe siècle (1883 et 1887) et le Capitaine Driant dans L’invasion noire (1895) décrit les massacres interminables des guerres futures.

20 Sous-catégorie de récits de science-fiction dans lesquels les technologies décrites et les découvertes n’entrent pas en contradiction avec l’état actuel des connaissances scientifiques.

21 Ce n’est pas le seul ouvrage fictif ou resté à l’état d’annonce de J.-H. Rosny aîné. Voir aussi Étude sur les Anthropopithèques de la Forêt de Kyamo, d’Alglave, cité dans Les Profondeurs de Kyamo (1896), Histoire du cataclysme de Tornadres, de Sévère Lestang, cité dans Le Cataclysme (1888), Les Précurseurs de Ninive, de B. Dessault, cité dans Les Xipéhuz (1887), La Triple nature de l’Homme et des Animaux supérieurs, de Joseph Falaize, cité dans Dans le calme et dans la tempête (1936). Notons qu’il s’agit d’essais et non de fictions.

22 Ce mode d’expression mélangeant la forme de l’essai et du récit apparaît dans d’autres « essais romancés » de Rosny : La Légende sceptique (1889), Les conquérants du feu (1929) et Les compagnons de l’univers (1933).

23 Tout juste est-il cité par Jean-Jacques Pollet, germaniste, dans un article sur Rosny pour le volume Écritures franco-allemandes de la Grande Guerre (Artois Presses Université, 1996). Le roman n’y est pas étudié autrement que dans sa représentation des champs de bataille dans son incipit.

24 Toujours d’après Jaeger et malgré les quelques erreurs qui parsèment son travail de bibliographie, on parvient à un rapport d’environ un de ces récits pour sept romans de mœurs publiés entre 1918 à 1940 sur un ensemble de près de quatre-vingt romans, alors que ce rapport se rapprochait d’un pour trois avant-guerre pour moins de soixante-dix romans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Hummel, « Dualités et discours du présent dans L’Énigme de Givreuse de Rosny aîné. », ReS Futurae [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://resf.revues.org/845 ; DOI : 10.4000/resf.845

Haut de page

Auteur

Clément Hummel

Clément Hummel est doctorant à l’Université de Caen Normandie. L’objet de sa thèse, « Modernités du roman scientifique chez J.-H. Rosny aîné » sous la direction de Brigitte Diaz, consiste à étudier dans le vaste corpus de textes de Rosny aîné son attachement aux sciences et la modernité littéraire dont il fait preuve au sein de ses fictions, modernité qui interroge sans cesse l’Histoire littéraire et son évolution notamment dans la première moitié du xxe siècle.

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org