Navigation – Plan du site

Éditorial

Irène Langlet

Texte intégral

1Dans le projet initial de ReS Futurae figure la volonté de consacrer régulièrement des dossiers d’articles à des auteurs francophones importants, méconnus ou surprenants. L’équipe s’engage de cette manière à contribuer à l’effort monographique dans les études sur la science-fiction. Ainsi trouvera-t-on dans la revue des dossiers sur Philippe Curval en 2014, sur Pierre Boulle en 2015, sur Maurice Renard en 2018 ; pour ce deuxième semestre 2016, c’est Michel Houellebecq qui en a fait l’objet. Le dossier est proposé par Marc Atallah, directeur de « La Maison d’ailleurs », fondée par Pierre Versins en 1976 : j’y vois un beau symbole de la continuité des études sur la science-fiction et l’utopie, 40 ans après le coup d’envoi de l’auteur de l’Encyclopédie de l’utopie, des voyages imaginaires et de la science-fiction. C’est par ce dernier angle que l’œuvre de Houellebecq a été principalement abordée dans ce dossier. Françoise Campbell, Alice Bottarelli et Colin Palisch, ainsi que Hua Hu s’interrogent classiquement sur la réversibilité de l’utopie — mais en invitant du coup, à l’instar de Juliette Feyel dans le dossier du numéro 7 de ReSF, à une réévaluation du cynisme tout aussi classiquement attribué à l’écrivain. Agathe Lechevalier et Simon Bréan l’envisagent de façon plus inattendue : la première, sur la foi de poésies encore inédites qui permettent une relecture étonnante du roman utopique central (La Possibilité d’une île), ouvre la question essentielle des émotions de la littérature et en particulier des émotions de la science-fiction, directement en jeu dans son ressort peut-être le plus profond : le merveilleux (qu’il soit « merveilleux-scientifique » (Renard) ou plus globalement sense of wonder). Quant au second, il choisit le concept d’artefact pour examiner à nouveaux frais l’utopie du roman : l’outil, bien connu des théoriciens de la métalepse, permet une compréhension de son ambiguïté ancrée dans son texte, et dans les fondements concrets de son pouvoir de fascination.

2Il ne fait aucun doute que l’œuvre de Houellebecq gagne à être lue sous l’angle de la science-fiction, et que cette dernière gagne à être pensée à travers l’œuvre de Houellebecq. L’utopie était loin d’en être la seule ouverture possible : la politique-fiction telle qu’étudiée par Anne Wattel dans le numéro 7 de la revue, le futur proche (near future) des écrivains cyberpunk, l’enchantement ou le désenchantement scientifiques sont autant de pistes pour une prochaine étape de l’étude. Le thème de la fin de l’Humanité et du post-humanisme, en particulier, y trouverait évidemment une riche matière. C’est pour y inviter que l’équipe a choisi de traduire, en contrepoint de ce dossier sur l’utopie chez Houellebecq, deux études récentes parues dans Science Fiction Studies. La hard science fiction d’Egan telle qu’étudiée par Ross Farnell semble y avoir une avance scientifique considérable sur les aliens pittoresques du corpus d’Elana Gomel. Qu’on ne s’y trompe pas : qu’ils s’occupent de limaces extra-terrestres (Gomel) ou d’entités en essaim issues de la vie artificielle (Farnell), leurs conclusions nourrissent une même préoccupation de l’être humain tel qu’il se pense au présent.

3On le voit, ReS Futurae a à cœur de croiser des réflexions de jeunes chercheurs, comme les trois doctorants du dossier Houellebecq, et de spécialistes plus chevronnés. Ce numéro se clôt sur le compte-rendu du dernier livre d’une chercheuse de premier plan dans le domaine des littératures de l’imaginaire et des fictions de mondes : Anne Besson, dans Constellations, a rassemblé une somme imposante de matériaux issus d’une recherche de longue haleine. On y retrouve, notamment, quelques-unes des pistes ouvertes vers les cultures ludiques et vidéoludiques, telles que Besson elle-même les a explorées dans le dossier du numéro 5 consacré à la culture visuelle de la science-fiction.

4En cette fin de semestre 2016, ReS Futurae achève sa quatrième année d’existence sur la plate-forme Revues.org et avec le soutien continu de l’EA 1087 « Espaces Humains et Interactions Culturelles » (EHIC) de l’université de Limoges. Sa programmation est bouclée jusqu’en 2019 et de nombreux autres projets de dossiers sont à l’étude. Notre revue d’études francophones sur la science-fiction ne pourrait s’incrire ainsi dans la durée sans la confiance que lui témoignent ces soutiens : qu’ils en soient remerciés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Langlet, « Éditorial », ReS Futurae [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 28 décembre 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://resf.revues.org/930

Haut de page

Auteur

Irène Langlet

Professeur de littérature contemporaine à l’université de Limoges. A publié notamment La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Armand Colin, 2006), ainsi que de nombreux articles sur ce genre. Directrice du projet ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Les cahiers de Revues.org